Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Vogue la galère !

Arrive ce qui pourra !

Origine

A l'origine, voguer était "être poussé sur l'eau par la force des rames". Les galères voguaient donc pendant que les galériens peinaient.
Par extension, c'est maintenant le synonyme de naviguer, avancer sur l'eau.
Il semble qu'il n'y a pas vraiment d'explication pour le fatalisme qui est associé à l'expression.
On ne connaît pas non plus la date d'apparition de cette expression, mais on sait qu'aussi bien Rabelais que Montaigne, au XVIe siècle, l'utilisaient dans leurs écrits.
D'après l'éditeur du premier, elle serait un extrait d'un ancien rondeau.

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Vogue la galère ! » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Algérie Arabe Kheli li yesra yesra Ce qui arrivera arrivera
Liban Arabe فخار يكسر بعضو Que les pots d'argile s'entre-cassent !
Tunisie Arabe Iedha (péjorativement) Sa main
Allemagne Allemand Komme was wolle Advienne ce qui voudra
Angleterre Anglais Come what may Vienne ce que peut (advienne que pourra)
États-Unis Anglais Que sera, sera....... 'what will be, will be'. allusion à la fameuse chanson de Doris Day Il arrivera ce qui arrivera
Argentine Espagnol Que sea lo que Dios quiera Advienne ce que Dieu voudra
Espagne Espagnol ¡ Cueste lo que cueste ! Coûte que coûte !
Espagne Espagnol Pase lo que pase ; sea lo que sea Qu'il se passe ce qu'il se passe ; qu'il soit ce qu'il soit
Espagne Espagnol Que salga el sol por Antequera Et que le soleil se lève par Antequera
Espagne Espagnol Que sea lo que Dios quiera Qu'il en soit selon la volonté de Dieu
Belgique Français Fais ce que peux, advienne que poutra Idem
Israël Hébreu ויהא אשר יהא Il en sera ce qu'il en sera
Israël Hébreu יקרה אשר יקרה! Arrivera ce qui arrivera
Italie Italien A cu' arrìva arrìva Quiconque arrive arrive
Italie Italien Succeda quel che succeda Qu'il se passe ce qu'il se passe
Belgique Néerlandais Kop in kas en voort Tête en caisse* et avancer (*entre les épaules)
Belgique Néerlandais Vooruit met de geit En avant avec la chèvre
Pays-Bas Néerlandais Kome wat komt (expr. théologique judéo-chrétienne) Vient ce qui viens
Pays-Bas Néerlandais Laten we er het beste van hopen Espérons le meilleure
Pays-Bas Néerlandais Vooruit met de geit! Vas-y, la chèvre!
Pologne Polonais Niech sie dzieje co chce Qu'il se passe ce qu'il veut
Brésil Portugais Aconteça o que acontecer Arrive quoi qu´il arrive
Brésil Portugais Seja o que Deus quiser Soit ce que Dieu veut
Portugal Portugais Aconteça o que acontecer Arrive ce qui arrivera
Portugal Portugais Seja o que Deus quiser, seja o que for Soit ce que Dieu voudra, soit ce qui sera
Roumanie Roumain Ce-o da Domnul Ce que Dieu va donner
Roumanie Roumain Cu Dumnezeu, înainte En avant avec Dieu
Belgique Wallon Arrive qui plante
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « Vogue la galère ! » Commentaires

  • #1
    • Resdulac
    • 19/03/2006 à 07:48*
    Etant un ancien marin, je me permets d’avancer une explication pour cette expression :
    Contrairement aux véhicules terrestres, qui sont retenus par de nombreux frottements, une embarcation en mouvement continue longtemps sur sa lancée par inertie. Une galère était un navire lourd qui était propulsé avec une force importante à chaque coup de rame de la chiourme. Sa forme allongée rendait difficile les modifications de trajectoire et il devait être à peu près impossible de "battre en arrière" pour la freiner sans que les avirons s’emmèlent et se brisent (les navires à voiles étaient moins rapides, mais beaucoup plus manoeuvrants grâce à leurs formes plus ramassées et parce qu’on pouvait modifier rapidement l’orientation des voiles).
    Donc, lorsqu’une galère "voguait", poussée sur l’eau par la force des rames, elle était condamnée à poursuivre sur sa lancée pendant une longue distance avant de pouvoir s’arrêter. L’expression vient sans doute de là.
    Il n’y a plus de galères, mais depuis un siècle les canons de marine ont une grande portée, faisant qu’il se passe un long délai entre le départ d’un coup et l’impact à l’arrivée. Les marins modernes utilisent donc l’expression "coup parti !" pour exprimer cette idée que les évènements sont lancés sans qu’on ne puisse plus influer sur leur issue.
    A ma connaissance, la disparition des gros canons au profit des avions n’a pas encore amené le renouvellement de cette expression.
  • #2
    • Small_de_Suisse
    • 26/08/2007 à 00:24
    • En réponse à Resdulac #1 le 19/03/2006 à 07:48* :
    • « Etant un ancien marin, je me permets d’avancer une explication pour cette expression :
      Contrairement aux véhicules terrestres, qui sont rete... »
    Cette inertie n’était pas le monopole des galères, le Titanic en a aussi fait les frais...
  • #3
    • cotentine
    • 26/08/2007 à 01:08
    quand j’imagine que Elpépé est parti voguer sur les flots et qu’il n’y aura personne pour octroyer la trirème du jour ... (la trirème est bien une galère, non ? cette page ) alors que l’expression du jour est vraiment tirée de la marine ! ... La première et plus célèbre bataille navale de l’Antiquité utilisant des trirèmes demeure celle de Salamine en 480 av. J.-C. qui a mis aux prises la flotte grecque, principalement athénienne, face à l’armada perse numériquement très supérieure.(le grecs ont gagné ! Youpi ! pendant cette guerre du Péloponèse)
    200 ans que pouvait durer une trirème bien entretenue ... c’est fou quand on pense à ce que dure une batterie maintenant quand le contact (ou les phares) restent allumés ! 😄
  • #4
    • tytoalba
    • 26/08/2007 à 08:18*
    Bien le bonjour. Ravie de voir que Small de Suisse nous est resté. La fameuse trirème ! Que dire de plus sinon que j’en ai pris connaissance lorsque jeunette je lisais les BD de Jacques Martin : Alix. Un travail de forçat bien sûr. A l’époque des galères, ce n’était pas une sinécure de participer aux croisières si on était, non pas sur le banc de touche, mais sur le banc de nage.
  • #5
    • sylphide
    • 26/08/2007 à 08:27
    • En réponse à cotentine #3 le 26/08/2007 à 01:08 :
    • « quand j’imagine que Elpépé est parti voguer sur les flots et qu’il n’y aura personne pour octroyer la trirème du jour ... (la trirème est bi... »
    Bonjour à tous, j’arrive pour l’ouverture !
    Ben, oui, cotentine, je pense fortement à m’acheter une galère à défaut de conduite...Merci pour ce sourire du dimanche matin !
  • #6
    • chirstian
    • 26/08/2007 à 09:49
    advienne que pourra
    oui, mais avec une nuance, me semble-t-il ! Avec l’expression "vogue la galère" il me semble décerner le fatalisme de celui qui a fait ce qu’il a pu, et qui constate qu’il ne peut plus rien faire : que la galère est lancée (ce qui, comme le dit Resdulac en #1, n’était pas une mince affaire). Le fatalisme suit donc l’action, ce qui n’est pas obligatoirement le cas dans "advienne que pourra" ou le "inch allah" arabe.
  • #7
    • chirstian
    • 26/08/2007 à 09:52
    nos (grands ?) parents ont découvert les joies de la radio, avec le poste à galène. Il parait que c’était galère pour les allumer et trouver la fréquence, mais après : vogue la galène !
  • #8
    • sylphide
    • 26/08/2007 à 10:22
    • En réponse à chirstian #7 le 26/08/2007 à 09:52 :
    • « nos (grands ?) parents ont découvert les joies de la radio, avec le poste à galène. Il parait que c’était galère pour les allumer et trouver... »
    ça me fait souviendre que ma grand-mère écoutait la pièce de théâtre à la radio sur ce poste à galène , et tout un cérèmonial, le fauteuil, la petite table basse et à l’entracte, elle pelait son orange !!!! pas fataliste du tout la vieille !
  • #9
    • <inconnu>
    • 26/08/2007 à 10:37*
    Pour tout savoir sur les birèmes, trirèmes, quadrirèmes, quinquérèmes, galéasseset galiotes cette page
    certains disent que l’amiral de l’époque qui commandait une trirème était un galéopithèque.
  • #10
    • chirstian
    • 26/08/2007 à 11:59
    traversant à cheval, le gué de Longroi, je vous saluai, Marquise. Ma galure tombe à l’eau, le courant l’emporte , et vogue la galure !
    Quoi ? Je divogue ? Vous avez oublié cette rencontre ? Et la fois où nous courûmes nus sur la plage d’Etretat, déclamant des vers de Beaudelaire ? Je me baissais pour prendre un galet bien plat, et d’un coup sec du poignet : hop ! vogue le galet ! Oublié aussi ? C’est ma faute : que diable allais-je faire dans la galère de mes souvenirs ?
    Galéjade vient de galère, non ? Qu’elle vogue en paix en ce beau dimanche commencé le 19 mars 2006, et poursuivi aujourd’hui, avec à son bord tous ceux qui voudront bien s’y embarquer.
  • #11
    • momolala
    • 26/08/2007 à 12:20
    Bonjour de ce jour ! C’est vrai qu’elle vogue la galère, et qu’elle erre où elle veut. On ne peut ni la ralentir, ni l’accélérer, ni en dévier le cours à son gré. Quant à savoir où nous mènent ses avirons... C’est la vie qui suit son cours. Heureusement, sur la côte dont on n’est jamais loin, brillent les lumières de ce merveilleux site !
  • #12
    • flexique
    • 26/08/2007 à 12:48
    Je ne sais pas combien de temps naviguait généralement une galère, mais une fois partie du port, il ne devait pas être facile de communiquer avec elle. Plus que sa difficulté à être manoeuvrée, j’imagine que c’est plus la difficulté à lui transmettre une nouvelle destination qui est en cause. Aléa jacta est! L’incertitude du sort de la galère devait durer jusqu’à son arrivée à bon port.
  • #13
    • syanne
    • 26/08/2007 à 13:03
    • En réponse à chirstian #10 le 26/08/2007 à 11:59 :
    • « traversant à cheval, le gué de Longroi, je vous saluai, Marquise. Ma galure tombe à l’eau, le courant l’emporte , et vogue la galure !
      Quoi... »
    Joli, Chirstian ! Comme il blogue, ce gars vert !
  • #14
    • sylphide
    • 26/08/2007 à 13:24
    • En réponse à flexique #12 le 26/08/2007 à 12:48 :
    • « Je ne sais pas combien de temps naviguait généralement une galère, mais une fois partie du port, il ne devait pas être facile de communiquer... »
    Aléa jacta est...en franchissant le Rubicon en galère ?non de God!!!!
  • #15
    • sylphide
    • 26/08/2007 à 13:28
    Sont où les petits nouveaux, nouvelles ? à l’étage coloriage ? j’ai du encore galèrer dans les lumières , sont dans le noir, plus de contacts pour venir sur le net !!!
    Suis certaine , collée samedi !!!!
  • #16
    • chirstian
    • 26/08/2007 à 14:48
    A l’origine, voguer était " être poussé sur l’eau par la force des rames
    d’après le TLFI, ce sens serait effectivement attesté dès 1278, mais postérieur au sens premier de « naviguer, faire avancer un navire » (1208 Geoffroi de Villehardouin, Conquête de Constantinople), qu’il a conservé de nos jours , et qui ne s’appliquerait donc pas spécifiquement à une galère.
    elle serait un extrait d’un ancien rondeau.
    à nouveau : excusez moi de vous demander pardon, mais s’il est avéré que la galère est peu maniable et tourne difficilement, je l’associe mal à un rondeau.
  • #17
    • syanne
    • 26/08/2007 à 14:59
    • En réponse à chirstian #16 le 26/08/2007 à 14:48 :
    • « A l’origine, voguer était " être poussé sur l’eau par la force des rames
      d’après le TLFI, ce sens serait effectivement attesté dès 1278, ma... »
    elle serait un extrait d’un ancien rondeau.
    à nouveau : excusez moi de vous demander pardon, mais s’il est avéré que la galère est peu maniable et tourne difficilement, je l’associe mal à un rondeau.

    Montaigne et Rabelais faisaient parfois des fautes de frappe. Il faut donc lire "Elle serait extraite d’un ancien rond d’eau". Ce qui illustre en fait assez bien la difficulté qu’elle a eue à voguer. C’est à compter de cette époque, d’ailleurs, que l’expression "erre la pirogue" a été remplacée par "vogue la galère".
  • #18
    • chirstian
    • 26/08/2007 à 18:08
    • En réponse à syanne #17 le 26/08/2007 à 14:59 :
    • « elle serait un extrait d’un ancien rondeau.
      à nouveau : excusez moi de vous demander pardon, mais s’il est avéré que la galère est peu mania... »
    oublié le " flotte le rat d’eau" ? J’en reste médusé !
    Et le "plane, l’hélicoptère" , il serait extrait de quelque ancien rondair ? Comme tout s’éclaire soudain !
  • #19
    • syanne
    • 26/08/2007 à 18:24
    Chanson fataliste
    Tombe la neige
    Tu ne viendras pas ce soir
    Roule le char
    Je n’ te prendrai pas d’assaut
    Passe le train
    Tu m’a planté là, la vache
    Vole l’avion
    J’en ai pris du plomb dans l’aile
    Vogue la galère
    Qu’est-ce que j’rame en attendant !
  • #20
    • OSCARELLI
    • 26/08/2007 à 18:34*
    • En réponse à tytoalba #4 le 26/08/2007 à 08:18* :
    • « Bien le bonjour. Ravie de voir que Small de Suisse nous est resté. La fameuse trirème ! Que dire de plus sinon que j’en ai pris connaissance... »
    Si tu connais Alix, tu connais aussi Lefranc, non?
    Aaaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhhhh, Jacques Martin!
    Déjà à l’école, j’étais un de ses fans, moi! Oui, mais de l’auteur des BD précitées, hein! Pasque les Alix, hein, JE LES AI TOUS!!! Lefranc, seulement un ou deux... Mais j’aime bien aussi.
    Faudra que j’me trouve les autres, tiens! Et vogue la galère!
    A propos, il y a longtemps, mon poste à galère, il marchait bien. Et j’avais pas besoin de batterie pour cela, une pomme de terre suffisait!