Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Vouloir le beurre et l'argent du beurre

Tout vouloir, sans contrepartie.
Vouloir gagner sur tous les plans.

Origine

L'usage de cette expression nous vient au moins de la fin du XIXe siècle.
Le bon sens paysan veut qu'on ne puisse pas, honnêtement, vendre le beurre qu'on vient de fabriquer (), en garder l'argent, mais garder aussi le beurre, histoire de pouvoir le revendre encore et encore.
Vouloir toujours tout garder à soi, vouloir tout gagner sans rien laisser aux autres, c'est vouloir le beurre et l'argent du beurre.

Compléments

Même si on réussit temporairement et honnêtement à garder le beurre et l'argent du beurre, il ne faut jamais perdre de vue que le beurre, comme l'argent, peuvent fondre très facilement et rapidement.
Dans certains quartiers chauds des banlieues, il arrive qu'on trouve ensemble le beur et l'agent du beur.

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Vouloir le beurre et l'argent du beurre » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Liban Arabe Ekil el bayda wel te2chira Vouloir manger l'oeuf et sa coquille
Tunisie Arabe Yékol eddénia ou yetssahhar bel lékhra Il mange l'ici-bas et soupe avec l'au-delà
Grèce Grec Θέλει και την πίτα ολόκληρη και το σκύλο χορτάτο Il veut la tarte intacte et le chien rassasié
Angleterre Anglais To have one's bread and eat it Avoir le pain et le manger
Angleterre Anglais To want to have your cake and eat it Vouloir à la fois garder son gâteau et le manger
États-Unis Anglais Have your cake and eat it, too Avoir son gâteau et aussi le manger
Argentine Espagnol Querer la chancha y los veinte Vouloir la truie et les vingt (sous)
Espagne Espagnol Querer chocotajas Vouloir et du chocolat (chocolate) et des morceaux taillés de viande (tajadas)
Espagne Espagnol Querer el oro y el moro Vouloir l'or et le maure
Espagne Espagnol Voler la dona borratxa i el vi al bot Vouloir la femme saôule et le vin dans le tonneau
Hongrie Hongrois Olyan nincs, hogy a kecske is jól lakjék és a káposzta is megmaradjon On ne peut pas ménager la chèvre et le chou en même temps
Italie Italien Volere la botte piena e la moglie ubriaca Vouloir le tonneau plein et la femme ivre
Pays-Bas Néerlandais De boter alleen op ZIJN koek willen hebben Vouloir le beurre que sur SON gâteau
Pays-Bas Néerlandais Twee ruggen uit een varken willen snijden Vouloir prélever deux dos d'un seul cochon (obtenir un double avantage)
Brésil Portugais Querer tudo e mais um pouco Tout vouloir et un peu plus
Roumanie Roumain A avea ?i sl?nina-n pod ?i buzele unse Avoir et le lard au grenier et les lèvres graissées
Roumanie Roumain A vrea s? fii ?i frate cu dracul ?i cu sufletul în rai Vouloir être et frère avec le diable et avoir l’âme au paradis
Russie Russe И рыбку съесть и на хер сесть Et manger le poisson et se faire enculer
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « Vouloir le beurre et l'argent du beurre » Commentaires

  • #1
    • <inconnu>
    • 06/12/2005 à 02:58*
    Le beurre , l´argent du beurre et la fermière en porte-jarretelles par dessus le marché.....!
  • #2
    • <inconnu>
    • 01/02/2006 à 21:50
    Le Président Mobutu du Congo-Zaïre voulait conserver de l’argent liquide, donc
    dans son beau costume il y avait une poche étanche pour conserver l’argent
    ... liquide. Le même Président était reçu au Palais de Bruxelles vers 1980.
    Lors du festin, il s’étanche la soif en buvant le rinçe-doigt ! Très embarrassé,
    le roi Baudouin fit de même, ainsi que les autres convives, pour le pas mettre
    le Président mal à l’aise ... Dans le film "Palais Royal", le scénariste n’a donc
    rien inventé : la Japonaise remplace le Zaïrois ...
  • #3
    • <inconnu>
    • 28/03/2007 à 18:01*
    Variantes :
    Vouloir le beurre, l’argent du beurre et le sourire de la crémière / fermière.
    Vouloir le beurre, l’argent du beurre et la fille de la crémière / fermière.
    Vouloir le beurre, l’argent du beurre et la crémière / fermière.
    ou plus trivialement :
    Vouloir le beurre, l’argent du beurre et le cul de la crémière / fermière.
  • #4
    • AnimalDan
    • 29/03/2007 à 13:47*
    • En réponse à <inconnu> #3 le 28/03/2007 à 18:01* :
    • « Variantes :
      Vouloir le beurre, l’argent du beurre et le sourire de la crémière / fermière.
      Vouloir le beurre, l’argent du beurre et la fille... »
    Variantes bien connues ici (en Normandie, faut dire...), et, sauf respect, bien avant les années 80... de même que l’expression originale ..! J’entends dire ça -et le répète niaisement, donc...- depuis mes plus tendres années s’il en fut, et je rampe gaillardement vers mes 57 broquilles ..!!
  • #5
    • <inconnu>
    • 23/01/2008 à 20:51
    En italien on dit "Volere la botte piena e la moglie ubriaca" (Vouloir le tonneau plein et la femme ivre) pour signifier "vouloir l’impossible". Dire: "Avere la botte piena e la moglie uibriaca" (Avoir le tonneau plein et la femme ivre) signifie exactement le contraire, c’est-à-dire:"Avoir réalisé l’impossible"
  • #6
    • <inconnu>
    • 24/01/2008 à 10:01
    • En réponse à AnimalDan #4 le 29/03/2007 à 13:47* :
    • « Variantes bien connues ici (en Normandie, faut dire...), et, sauf respect, bien avant les années 80... de même que l’expression originale ..... »
    Oui, cette expression date bien de bien longtemps avant les annees 80.
    Personellement, je l’ai entendue dire apres la deuxieme guerre mondiale.
    On se moquait aussi des "parvenus" grace a leur commerce de BEURRE-OEUFS-FROMAGES au marche noir, les B.O.F. Peut-etre y-at-il un lien ?
    Certains disent aussi "vouloir la chaine et la montre" , sans doute un clin d’oeil
    aux voleurs a la tire.
  • #7
    • God
    • 24/01/2008 à 10:44
    • En réponse à <inconnu> #6 le 24/01/2008 à 10:01 :
    • « Oui, cette expression date bien de bien longtemps avant les annees 80.
      Personellement, je l’ai entendue dire apres la deuxieme guerre mondia... »
    En août 2005, date de parution de cette expression, aux tous débuts d’expressio, je n’avais pas encore les mêmes ouvrages de référence qu’aujourd’hui.
    Et en y faisant quelques recherches, ceux qui évoquent cette expression parlent encore d’une chose récente (XXe siècle), mais sans préciser de date.
    Cela dit, le dictionnaire des expressions et locutions de Rey et Chantreau indique que cette expression "est devenue usuelle au début des années 80", chose que j’ai abusivement traduite par "date du début des années 80".
    Faudra que je corrige...
  • #8
    • <inconnu>
    • 09/05/2009 à 00:45
    Vouloir le beurre et l’argent du beurre... Bon moyen pour en mettre dans les épinards, mais risque d’en attrapper un au beurre noir, surtout si l’on compte pour du beurre.
  • #9
    • cotentine
    • 09/05/2009 à 01:05
    l’expression semble assez récente, surtout sous sa forme égrillarde, mais le beurre, lui est connu depuis la nuit des temps !
    Venant du grec boutyron, en passant par le latin butirum, le beurre servait d’onguent. + ou - parfumé aux fleurs, ... il faisait office de gomina (gel pour cheveux) et jadis, il y avait intérêt à se laver la crinière assez souvent avec des saponaires, car les jours passant, cette bandoline (pommade à base de fleurs du cognassier) devait rancir ... 😄
  • #10
    • cotentine
    • 09/05/2009 à 01:24
    j’ai lu, mais je ne sais plus dans quel ouvrage, (je ne lis pas Hérodote, ni Pline l’Ancien 😉) ... que ce serait les Scythes de la Mer Noire qui auraient fait connaître le beurre en tant qu’aliment.
    Dans le monde romain, le beurre devint une nourriture courante par l’influence des Francs et autres tribus germaniques.
    Pline le désignait même comme un "délicieux mets chez les Barbares" (voir cette page qui offre aussi quelques autres expressions avec du beurre
    en Wallonie, pas besoin de le vendre et de le garderen même temps puisque, là-bas, quand on a "le cul dans le beurre c’est qu’on est déjà très riche ! 😉
  • #11
    • cotentine
    • 09/05/2009 à 01:33*
    • En réponse à <inconnu> #8 le 09/05/2009 à 00:45 :
    • « Vouloir le beurre et l’argent du beurre... Bon moyen pour en mettre dans les épinards, mais risque d’en attrapper un au beurre noir, surtout... »
    quand on a les mains de beurre , c’est que l’on est maladroit, qu’on laisse les objets nous échapper, sans pouvoir les rattraper (avec un seul ’p’, 😛 ... comme dans ’Epicure’ ou ’farces et attrapes’)
    je n’ai pas vérifié, mais l’oeil au beurre noir, comment le chope-t-on ?
    mais j’ai trouvé un gadget à cette page pour un rapide petit déj.
  • #12
    • <inconnu>
    • 09/05/2009 à 01:45
    • En réponse à cotentine #9 le 09/05/2009 à 01:05 :
    • « l’expression semble assez récente, surtout sous sa forme égrillarde, mais le beurre, lui est connu depuis la nuit des temps !
      Venant du grec... »
    Tu viens de m’apprendre que le vieux cognassier qui survit au fond de mon jardin,des fruits duquel plus personne ne songe à faire de la gelée depuis des lustres, fabrique de la bandoline. Confirme-moi que c’est mieux que le viagra et tu sauves la vie du vieil arbre.
  • #13
    • <inconnu>
    • 09/05/2009 à 02:03
    • En réponse à cotentine #10 le 09/05/2009 à 01:24 :
    • « j’ai lu, mais je ne sais plus dans quel ouvrage, (je ne lis pas Hérodote, ni Pline l’Ancien 😉) ... que ce serait les Scythes de la Mer Noire... »
    Il m’arrive encore parfois de lire les "anciens" mais en trichant... Les principaux textes, je les possède dans une collection bien connue: original en grec ou latin page de gauche, traduc en vis-à-vis page de droite...Pour l’histoire du beurre, nous avons manifestement puisé aux mêmes sources.
    Les bourgeoises wallonnes ont le cul dans le beurre, c’est intéressant et plus pratique que de l’avoir bordé de nouilles, même si les deux expressions ont des sens sommes-toutes voisins, je préfère largement le premier.
  • #14
    • <inconnu>
    • 09/05/2009 à 02:16
    • En réponse à cotentine #11 le 09/05/2009 à 01:33* :
    • « quand on a les mains de beurre , c’est que l’on est maladroit, qu’on laisse les objets nous échapper, sans pouvoir les rattraper (avec un se... »
    Vue la très haute tenue de notre échange, je m’attendais au pire en allant ouvrir ton lien vers un gadget. Il dépasse de loin mes espérances. Certes éventuellement il peut même être utile pour un petit déj.
  • #15
    • <inconnu>
    • 09/05/2009 à 03:00
    Loi de Murphy, ou loi de l’emmerdement maximum, ou loi de la tartine beurrée : s’il existe deux ou plusieurs manières de faire quelque chose et que l’une de ces manières est susceptible de se solder par une catastrophe, on peut être certain que quelqu’un se débrouillera pour la choisir. En résumé, si quelque chose peut mal tourner ça tournera mal. La tartine tombera sur la face beurrée. Cette loi déclinée à toutes les espèces de l’activité humaine à ses principes, horaires, etc… Quelques exemples. Pour l’amour, tous les bons partis sont pris. Vous ne rencontrez de jolies auto-stoppeuses que quand vous avez mangé beaucoup de haricots. Loi du prince charmant : avant de le trouver, il faut embrasser beaucoup de crapauds. Baby sitting : les enfants habituellement sages seront odieux et le téléphone n’arrêtera pas de sonner. Chômage : vous trouverez du travail juste avant les vacances de votre femme. Education : quoi que vous fassiez, vous le ferez mal. Si un bébé pleure dans le train, vous vous apercevrez que les piles de votre walkman sont à plat. Si tout semble bien marcher, vous avez forcément négligé quelque chose. Cette dernière formulation s’appliquant à l’informatique, bien-sûr.
    Une exception : quand la tartine de Nicolas S. tombe, le beurre change de côté.
    Sur ce dernier sujet, si j’ose dire, j’ai une trentaine d’aphorismes de même acabit, si vous les voulez, demandez, je me ferai un plaisir de vous les faire partager si God tolère, pour une fois par exception, que nous nous écartions du sujet imposé du jour.
  • #16
    • <inconnu>
    • 09/05/2009 à 07:17
    Mon pépé qui avait deux vaches mais qui ne portait pas le seau sur sa tête lui, bien posé sur un coussinet...tu parles! passait donc par une coopérative.Un des premiers dans le coin.
    Au petit matin, très petit matin, le camion passaitsur la place et emportait les bidons vers la ville.
    Et la bouchère, qui habitait en contre-bas de la place le voyait passer car elle voyait tout celle-là!
    Elle était allée inventer et ragoter que mon pépé écrémait son lait en cachette , pour s’en faire son beurre et ajoutait un peu d’eau pour remplacer la crême...
    Il y eut une scène terrible entre la bouchère et ma mère qui défendait son beau-père bec et ongles!
    Nous les gosses, je dis pas...quand on ramenait le seau du pré...on trempait un peu nos lèvres dans la mousse mais pas plus.
    On est en pleine lactation ces jours-ci!!! 😄
  • #17
    • OSCARELLI
    • 09/05/2009 à 07:36
    • En réponse à <inconnu> #16 le 09/05/2009 à 07:17 :
    • « Mon pépé qui avait deux vaches mais qui ne portait pas le seau sur sa tête lui, bien posé sur un coussinet...tu parles! passait donc par une... »
    Non, môssieu, ce n’est pas une expressio à caractère raciste: ce n’est pas parce que je veux l’argent du beur, que je veux celui-ci aussi. Il peut rentrer chez lui, il est libre.
    NOTE pour les lecteurs et lacteuses qui ne me connaîtraient pas: il est clair que toute ressemblance avec moi serait absolument fausse et montée de toutes pièces...
  • #18
    • chirstian
    • 09/05/2009 à 08:31
    • En réponse à God #7 le 24/01/2008 à 10:44 :
    • « En août 2005, date de parution de cette expression, aux tous débuts d’expressio, je n’avais pas encore les mêmes ouvrages de référence qu’au... »
    en tous cas l’expression n’est pas actualisée. Aujourd’hui on dirait par exemple :
    vouloir le beurre sans la matière grasse, ou
    vouloir un vrai beurre sans le prix du bio ...
  • #19
    • chirstian
    • 09/05/2009 à 08:37*
    • En réponse à <inconnu> #15 le 09/05/2009 à 03:00 :
    • « Loi de Murphy, ou loi de l’emmerdement maximum, ou loi de la tartine beurrée : s’il existe deux ou plusieurs manières de faire quelque chose... »
    Loi de Murphy, ou loi de l’emmerdement maximum, ou loi de la tartine beurrée
    sans doute la loi qui a fait couler le plus d’encre (entendez : qui a fait tomber le plus de tartines). Par exemple, cet excellent site
  • #20
    • paperpy
    • 09/05/2009 à 08:51
    • En réponse à <inconnu> #6 le 24/01/2008 à 10:01 :
    • « Oui, cette expression date bien de bien longtemps avant les annees 80.
      Personellement, je l’ai entendue dire apres la deuxieme guerre mondia... »
    m^me reponse que "inconnu" !