Brûler ses vaisseaux - dictionnaire des expressions françaises Expressio par Reverso - signification, origine, étymologie

Brûler ses vaisseaux

Accomplir un acte après lequel tout recul, tout revirement est impossible
S'engager dans une entreprise, prendre une décision en s'interdisant de revenir en arrière

Origine

À moi lecteur, deux mots. Ôte-moi d'un doute. Connais-tu bien Agathocle de Syracuse ?
Eh bien si ce n'est pas le cas et que tu veux en savoir rapidement plus, tu peux aller voir cette page-ci Lien externe.

Sache simplement que ce conquérant du IVe siècle avant Jésus-Christ, lorsqu'il s'attaqua à Carthage en Afrique du nord, après y avoir débarqué ses troupes, fit brûler ses navires afin de s'assurer qu'il n'y aurait pas de retour possible en urgence (après une retraite ou une défaite).
Pour lui, les seules options possibles étaient la mort ou la victoire qui donnerait ensuite le temps de rebâtir tranquillement une flotte.

Cette manière de procéder sera également citée chez Guillaume le Conquérant (Lien externe), au XIe siècle, ou bien chez Hernán Cortés (Lien externe), au XVIe siècle.

C'est au début du XIXe siècle que l'expression brûler ses vaisseaux apparaît, avec les sens figurés qu'on lui connaît, par référence à ce comportement.

Exemple

« C'est d'ailleurs pour un homme, dans toutes les circonstances de la vie, le fait d'une conscience droite et en même temps d'une habile politique, que de savoir courageusement brûler ses vaisseaux et couper court, par une profession de foi bien nette, à tous les retours et à toutes les équivoques. »
Claude-Alphonse Valson - La vie et les travaux du baron Cauchy - 1868

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Brûler ses vaisseaux » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
République tchèquecz Spálit za sebou mostyBrûler les ponts derrière soi
Allemagnede Alle Brücken hinter sich abbrechenDétruire tous les ponts derrière soi
Angleterre / États-Unisen To burn your bridgesBrûler ses ponts
Espagnees Quemar las velasBruler les voiles
Espagnees Quemar las navesBrûler les vaisseaux
Italieit Tagliarsi i ponti alle spalleCouper, rompre les ponts derrière soi
Pays-Basnl Zijn schepen achter zich verbrandenBruler ses vaisseaux derrière soi
Polognepl Spalić za sobą wszystkie mostyBrûler tous les ponts derriere soi
Brésilpt Meter as carasMettre les visages
Russieru Сжечь (за собой) все мостыBrûler tous les ponts (derrière soi)
Russieru сжигать за собой (все) мостыBrûler tous les ponts derrière soi
Chinezh 破釜沉舟Détruire la marmite et faire brûler les navires

Vos commentaires
Je découvre Agathocle de Syracuse avec qui je ne suis pas sûr d’avoir envie de devenir copain. Je ne sais pas, cher God, où tu as trouvé que Guillaume le conquérant, qui n’était pas tendre non plus, avait brûlé ses vaisseaux. L’histoire du conquistador espagnol Hernán Cortés, encore un pour qui la vie de ses contemporains ne comptait guère, qui, débarquant au Mexique en 1519 aurait commandé à ses marins de couler ou brûler ses vaisseaux afin de se condamner à vaincre ou mourir me semble plus connue, mais est-elle vraie ? Je suis certain que chez Homère, dans l’Iliade, au siège de Troie, il y a une histoire de bateaux brûlés, mais je ne parviens pas à mettre la main dessus. Je m’y remettrai demain matin. Un tout petit peu plus près de nous, le 27 novembre 1942, la flotte française se saborde en rade de Toulon. En quelques minutes, 90 navires dont 3 cuirassés, 7 croiseurs, 16 contre-torpilleurs....sont détruits par leurs équipages selon un scénario mis au point deux ans plus tôt, lorsque la France fut occupée par les Allemands. Il ne reste alors pratiquement plus rien de la «Royale», cette flotte qui faisait la fierté de la France depuis des siècles. Sacré coup de Jarnac dont quelques images terribles à cette page.
Ca va pas la tête, brûler ses vaisseaux !!!!. LPP, os court, dit lui à God que c’est IMPENSABLE , faut être fou pour faire une chose pareille. Ou alors être bien assuré
Tu me diras, là où je suis, à 2200 kilomètre à l’Est, il y a des descendants de la famille Fletcher, Adams . Mais si, vous connaissez les révoltés de La Bounty qui ont volé le navire à la marine anglaise, laissant leur capitaine sur la plage. Les révoltés qui ne voulaient plus reprendre la mer après avoir séjourné à Tahiti. Eux aussi ont brûlé leur vaisseau au large de Pitcairn après l’avoir dépouillé en janvier 1790. Il doit rester environ 50 personnes sur l’île qui a une histoire dramatique.cette page
Brûler ses vaisseaux, ben ça alors, je ne connaissais même pas l’expression.
réponse à . <inconnu> le 23/07/2009 à 01h48 : Je découvre Agathocle de Syracuse avec qui je ne suis pas sûr d&rsq...
Je ne sais pas, cher God, où tu as trouvé que Guillaume le conquérant, qui n’était pas tendre non plus, avait brûlé ses vaisseaux.
Difficile de te renvoyer vers mes sources imprimées, mais n’oublie pas que Google est ton ami. À cette page, par exemple.
Agathocle était un spécialiste du coup de Jarnac. L’auteur de l’article le décrit comme un Alexandre au petit pied : je trouve même la comparaison usurpée. Bon, alors, "brûler ses vaisseaux", c’est clair ; que peut-on en dire d’original ? Eh bien je trouve le mot "vaisseau" lui-même original : comment un mot désignant un vase, un récipient, un canal devint-il synonyme de bateau ? Si c’est par référence à ce sens " Récipient d’une forme ou d’une matière particulière destiné à un usage technique", rien d’étonnant à ce qu’on le brûle, c’est même son destin selon cette page du TLFI : En partic. Vaisseau clos, fermé. Récipient résistant et hermétique servant à la calcination ou la fusion d’un corps.

Heureusement Elpépé ne navigue que sur une coquille de noix ouverte, car il y a danger pour les marins lorsqu’elle est fermée (voir cette page) !
réponse à . momolala le 23/07/2009 à 08h05 : Agathocle était un spécialiste du coup de Jarnac. L’auteur d...
Elpépé ne navigue que sur une coquille de noix ouverte

Dis que c’est un amiral à la noix pendant que tu y est !

Momo collée samedi.

Le lèche bottes de sévice.
quant à Archimède, voyant les vaisseaux romains assiéger Syracuse , il décida de brûler ces vaisseaux . Comment faire ? Il réfléchit mais ne trouva pas. Il prit alors de grands miroirs. Ils réfléchirent et il trouva.
L’histoire n’est pas certaine, mais elle est encore plus belle si elle est fausse, non ? 
réponse à . chirstian le 23/07/2009 à 09h17 : quant à Archimède, voyant les vaisseaux romains assiéger Sy...
Miroir, génie du miroir, suis-je la plus belle des fausses histoires de ce royaume ? 
avec mon cholestérol, il paraît que je brûle mes vaisseaux (sanguins) par les deux bouts.
réponse à . momolala le 23/07/2009 à 08h05 : Agathocle était un spécialiste du coup de Jarnac. L’auteur d...
dans une scène de ménage, briser ses vaisselles c’est brûler ses vaisseaux.
réponse à . chirstian le 23/07/2009 à 09h48 : dans une scène de ménage, briser ses vaisselles c’est br&uci...
Surtout quand l’un des deux prend l’extincteur à poudre d’escampette.
Lorsque qu’Agathocle brûla ses bateaux il savait bien que s’il perdait la bataille il brûlait ses vaisseaux sans gain !.........
et le 10 juillet 76, la dioxine a brûlé Seveso. (cette page
"Je découvre Agathocle de Syracuse avec qui je ne suis pas sûr d’avoir envie de devenir copain."
Je le découvre également ainsi que l’expression, mais l’acte de brûler sa flotte ne m’était pas inconnu dans l’histoire, il s’est répété.
God cite le cas de Cortes.
A ce sujet je recommande le roman de
Lefèvre, Kim, Moi, Marina la Malinche, Stock, 2004, 288p
basé sur les expériences et la vie du truchement de Cortes et on voit le conquistador y brûler sa flotte.

Merci pour cette nouvelle expression et bonne journée à tous
réponse à . lafeepolaire le 23/07/2009 à 10h41 : "Je découvre Agathocle de Syracuse avec qui je ne suis pas sûr d&rs...
brûler sa flotte.

ça brûle pas la flotte !
enfin... sauf si c’est de l’eau de vie.
C’est peut être aussi pour ça que les militaire ont foutu le feu à Marseille et à Canjuers l’année dernière, ils s’entraînent à bruler leur flotte de chars (à voiles ?)

Marceeeel
Et le 27 Novembre 1942 la flotte française se saborde en rade de toulon pour ne pas que les teutons se l’accaparent.......
réponse à . mickeylange le 23/07/2009 à 10h53 : brûler sa flotte. ça brûle pas la flotte ! enfin... sau...
Je n’apprendrai pas aux marins qui naviguent sur ce site qu’en mer (ou plutôt sur un bateau voguant sur l’eau) ,l’un des risques majeurs est celui d’incendie.
On peut donc mettre feu à la flotte sur la flotte, Mickeylange.

J’avais également songé comme Boubacar à l’épisode de 1942 cité en 15.
réponse à . <inconnu> le 23/07/2009 à 01h48 : Je découvre Agathocle de Syracuse avec qui je ne suis pas sûr d&rsq...
le 27 novembre 1942, la flotte française se saborde en rade de Toulon
... pour ne pas tomber aux mains des allemands....
Ha, ha. La belle affaire. Au lieu de faire comme certains autres, qui ont refusé de se rendre, ont pris la mer et rejoint les côtes d’Afrique du Nord, pour continuer le combat... avant de se faire canonner par les british... C’est y pas beau, ca? La perfide Albion n’a pas trouvé son qualificatif par hasard, spa...
réponse à . BOUBA le 23/07/2009 à 11h16 : Et le 27 Novembre 1942 la flotte française se saborde en rade de toulon p...
déjà cité en 1 par Epicure... auquel je viens de répondre...
réponse à . lafeepolaire le 23/07/2009 à 11h28 : Je n’apprendrai pas aux marins qui naviguent sur ce site qu’en mer (...
Si mes souvenirs sont bons, - c’était il y a longtemps! - Archim`de inventa des machines guerrières diaboliques pour foutre le feu aux flottes ennemies... Et pour "incendier la mer"!...
L’officier qui a ordonné les excercices de tir de munitions à balles traçantes a brulé ses vaisseaux et ceux des autres.    
Je suis effondrée. Toutes notre jeunesse à mon frère et à moi qui est partie en fumée. Encore de magnifiques massifs anéantis, de pauvres gens entourés de flammes qui ont passés une nuit épouvantables.
réponse à . God le 23/07/2009 à 07h09 : Je ne sais pas, cher God, où tu as trouvé que Guillaume le conqu&e...
Dont acte pour ta source, mais :
De « Guillaume le conquérant », de Paul Zumthor, médiéviste reconnu, éditions du Seuil, collection Point Histoire, j’extrais la phrase suivante :
« Guillaume le Conquérant, ayant débarqué le 28 septembre 1066 pour entamer sa Conquête de l’Angleterre, trouva le fort sans défense et put mettre sa flotte à l’abri dans la baie ». J’ajoute, en résumant, à partir du même ouvrage, que la flotte française qui débarqua à Pavensey ce 28 septembre était composée de 650 bateaux environ, contenant 8.000 hommes, leurs montures, leurs armures et pour certains… leurs valets ! Le 14 octobre suivant ils ont flanqué une sacré pile aux perfides à Hastings, Guillaume a laissé quelques « cadres » sûrs pour franciser sa conquête, puis s’en est retourné avec une bonne partie des troupes… En armure et à la nage, tu crois ?
réponse à . <inconnu> le 23/07/2009 à 01h48 : Je découvre Agathocle de Syracuse avec qui je ne suis pas sûr d&rsq...
Je suis certain que chez Homère, dans l’Iliade, au siège de Troie, il y a une histoire de bateaux brûlés,
Eureka!
L’Iliade d’Homère (traduction de Leconte de Lisle, 1818-1894) Chant 9 :
… Si ton coeur te pousse à retourner en arrière, va ! voici la route ; et les nombreuses nefs qui t’ont suivi de Mykènè sont là, auprès du rivage de la mer.
… - Salut, Akhilleus ! Aucun de nous n’a manqué d’une part égale, soit sous la tente de l’Atréide Agamemnôn, soit ici. Les mets y abondent également. Mais il ne nous est point permis de goûter la joie des repas, car nous redoutons un grand désastre, ô race divine ! et nous l’attendons, et nous ne savons si nos nefs solides périront ou seront sauvées, à moins que tu ne t’armes de ton courage. Voici que les Troiens orgueilleux et leurs alliés venus de loin ont assis leur camp devant nos murailles et nos nefs. Et ils ont allumé des feux sans nombre, et ils disent que rien ne les retiendra plus et qu’ils vont se jeter sur nos nefs noires.
… Si déjà tu as résolu ton retour, illustre Akhilleus, et si tu refuses d’éloigner des nefs rapides la violence du feu destructeur, parce que la colère est tombée dans ton coeur, comment, cher fils, pourrai-je t’abandonner et rester seul ici ?
… Il serait plus honteux pour toi de ne secourir les nefs que lorsqu’ elles seront en flammes.
… Je ne me soucierai plus de la guerre sanglante avant que le divin Hektôr, le fils du brave Priainos, ne soit parvenu jusqu’aux tentes et aux nefs des Myrmidones, après avoir massacré les Argiens et incendié leurs nefs.

Cette traduction est épouvantable, ce qui ne m’étonne pas vraiment de ce" poète" parnassien poussif dont le plus grand titre de gloire est d’avoir succédé à V. Hugo à l’Académie, mais apparemment c’est la seule proposée par gogol. Pour les courageux très curieux, le texte complet à cette page.
réponse à . BOUBA le 23/07/2009 à 11h16 : Et le 27 Novembre 1942 la flotte française se saborde en rade de toulon p...
Voir apport 1 ci-dessus, peut-être?
réponse à . file_au_logis le 23/07/2009 à 12h11 : le 27 novembre 1942, la flotte française se saborde en rade de Toulon... ...
Parfaitement exact!
Je crois (plus le temps de chercher) que l’amiral qui commandait la flotte française de méditerranée a été condamné à mort pour avoir attendu que les allemands minent la rade de Toulon avant de songer à faire sortir ses bateaux direction L’Afrique du Nord et qu’il a longtemps croupi dans un cul de basse-fosse avant d’être gracié.
réponse à . <inconnu> le 23/07/2009 à 13h17 : Dont acte pour ta source, mais : De « Guillaume le conqué...
puis s’en est retourné avec une bonne partie des troupes… En armure et à la nage, tu crois ?
et le tunnel ?
Ah non, raté : Hastings c’est le 14 octobre; et le tunnel n’a été terminé que le 10 décembre.
au moins, au Sahara, quand on brûle ses vaisseaux du désert, on peut les bouffer.
réponse à . <inconnu> le 23/07/2009 à 12h50 : L’officier qui a ordonné les excercices de tir de munitions à...
Oui, c’est bien triste. Notre belle provence est dévastée. Je connais tous ces coins. Et les aigles de Bonelli qui nichaient dans les rochers ? C’est une espèces protégée. Les alentours de leur habitat est interdit aux promeneurs mais pas au feu hélas.
réponse à . <inconnu> le 23/07/2009 à 04h43 : Ca va pas la tête, brûler ses vaisseaux !!!!. LPP, os court, di...
Ouais, hein, brûler ses vaisseaux pour finir par nous vendre des barres chocolatées à la noix ... de coco. Triste fin.
réponse à . <inconnu> le 23/07/2009 à 12h50 : L’officier qui a ordonné les excercices de tir de munitions à...
Ma jeunesse ne s’est pas passée par là, mais ça n’empêche pas de pester contre les inconscients qui trouvent toujours le moyen de foutre le feu aux dernières pinèdes en été. C’est génétique, ou bien ?
En gros, il vaut mieux franchir le Rubicon pour aller jacter à l’Est que de brûler ses vaisseaux, au moins, on garde une poire pour la soif.
réponse à . SyntaxTerror le 23/07/2009 à 15h47 : Ma jeunesse ne s’est pas passée par là, mais ça n&rsq...
Là, c’est de la connerie doublée d’inconscience et de méconnaissance des risques d’incendies avec le vent. Même les allemands pendant la guerre n’avaient pas fait si fort. Avec un tir mal dirigé ils avaient envoyé un obus à blanc dans la maison de fonction de l’institutrice. Après des excuses, ils avaient réparé le mur. Aujourd’hui c’est irréparable.
réponse à . <inconnu> le 23/07/2009 à 16h15 : Là, c’est de la connerie doublée d’inconscience et de ...
méconnaissance des risques d’incendies avec le vent

Il y a vraiment un endroit en France où on ne sait pas que pour allumer un feu, il faut souffler dessus ?
Si l’ennemi attaque, on est mal barrés, comme dirait l’Amiral.
A cette page Je viens de trouver ce beau texte de Jean Giono pour ceux qui aiment les arbres. Dommage que ce soit de son invention.
réponse à . mickeylange le 23/07/2009 à 09h14 : Elpépé ne navigue que sur une coquille de noix ouverte Dis que c&r...
Ah, mon tout-petit... mon disciple... St Mary’s est toujours à la même place. L’Irlande aussi, probablement, mais je n’ai pas vérifié, avec cette météo pourrie plus quelques avaries, aussi bénignes que désagréables. Barrer sous la pluie, merci bien ! Et si la girouette et l’anémomètre sont bien installés en tête de mât, je n’ai toujours pas l’afficheur dans le cockpit. Enervant... y’a des jours, comme ça, où tu as envie de brûler ton vaisseau, la capitainerie, le chantier naval, Météo France et tout le bataclan. Plus la perfide Albion, évidemment...
Bon, je file, que BB attend son Amiral préféré pour lui mettre le feu à son gros vaisseau bleu, par en-dessous, là... Tu mords ? Enfin... façon de parler, hein !
A demain, sans doute. Soyez sages, hmmm ?
réponse à . <inconnu> le 23/07/2009 à 16h50 : A cette page Je viens de trouver ce beau texte de Jean Giono pour ceux qui aimen...
Pour celles et ceux qui ont des enfants dans leur entourage, cette nouvelle dont je ne me lasse pas est éditée sous forme d’album, superbement illustré : un beau et utile cadeau à aimer... J’ai cherché la référence sur Internet : il semble qu’il soit épuisé dans cette édition mais il est toujours édité chez Gallimard dans un autre format.
réponse à . Elpepe le 23/07/2009 à 16h52 : Ah, mon tout-petit... mon disciple... St Mary’s est toujours à la m...
Ah te voilà toi, tu aurais pu me dire que tu allais chez ta mer.
Regarde, la voilà la ElPomPonnette... Bachibouzouc, ectoplasme, marinière. C’est maintenant que tu reviens? Et le pauvre Mickey, dis, qui s’est fait un mauvais sang d’ancre pendant ces huit jours ! Il tournait, il cherchait dans tous les coins... Plus malheureux qu’une Pierre, il était... Et toi, pendant ce temps-là avec ton marin de gouttières... Un irlandais, un bon à rien... Un rouquin du clair de lune... Qu’est-ce qu’il avait, dis, de plus que lui; ton berger qui gardait les mouton de ta mer*?"
Qu’est-ce qu’ils avaient, dis, de plus que Mickey?

Toi tu dis : "rien." Mais, si tu osais parler, ou si tu n’avais pas la honte - ou pas pitié du vieux Mickey - tu me dirais : "Il était plus beau." Et qu’est-ce que ça veut dire, beau ? Et la tendresse bordel, qu’est-ce que tu en fais ? Dis, ton marin de gouttières, est-ce qu’il se réveillait, la nuit, pour te regarder dormir ? Voilà, tu as vu le verre de rosé, le verre de rosé du pauvre Mickey. Dis, c’est pour ça que tu reviens ? Tu as eu faim et tu as eu froid ?... Va, bois mon rosé, ça me fait plaisir... Dis, est-ce que tu repartiras encore ?
Parce que, si tu as envie de repartir, il vaudrait mieux repartir tout de suite : ça serait sûrement moins cruel...
*"mouton de ta mer" expression pied-noir

Le plagiat qu’a fait Marceeel de ce texte est à cette page
réponse à . <inconnu> le 23/07/2009 à 16h15 : Là, c’est de la connerie doublée d’inconscience et de ...
il ne faut pas condamner les militaires avant la fin de l’enquête. Rien ne dit qu’ils n’ont pas tiré pour se défendre. Dans cette région, les cigales sont énormes ! 
réponse à . chirstian le 23/07/2009 à 18h00 : il ne faut pas condamner les militaires avant la fin de l’enquête. R...
Encore un légionnaire qui voulait sentir le sable chaud ! Pardonnez-moi celle-là, mes amies Marseillaises ou presque. Un certain hérisson m’aura sans doute déjà absoute. Vous savez comme je les aime ces arbres. Cette année où il a beaucoup plu et tard, on se sentait plus tranquilles : c’était oublier Canjuers (voir le document de l’armée de Terre sur cette page). Heureusement, quand les marins s’y mettent, ils ne brûlent que leurs vaisseaux !
réponse à . <inconnu> le 23/07/2009 à 13h17 : Dont acte pour ta source, mais : De « Guillaume le conqué...
En armure et à la nage, tu crois ?
Sais pas. J’y étais pas, pas plus que Paul Zumthor, j’imagine.
Moi, ce que je sais, c’est que trois de mes sources évoquent Guillaume pour cette expression. Alors qui a thor, qui a raison ?
réponse à . momolala le 23/07/2009 à 18h25 : Encore un légionnaire qui voulait sentir le sable chaud ! Pardonnez-...
Justement tout le monde s’accorde pour dire que Canjuers aurait dû servir de leçon. Non Canjuers n’est pas oublié mais cet incendie est plus grave, tellement de paysage superbes ont été anéantis. Par exemple, tous près de Marseille à Saint Loup, un grand parc magnifique. On pouvait y faire beaucoup de choses : vélo, ballon, escalades, promenades etc...Et ce joli quartier, niché dans la colline, chateau St Loup. Je vais en découvrir encore certainement. Les pompiers ont peur encore pour cette nuit. Ce n’est pas fini. Je n’oublie pas non plus le dévouement de tous les pompiers, ils sont admirables.
réponse à . mickeylange le 23/07/2009 à 17h43 : Ah te voilà toi, tu aurais pu me dire que tu allais chez ta mer. Regarde...
Bravo Donald pour ce pastiche attendrissant; il est très réussi !
Merci de nous avoir donné ce plaisir en ce jour plutôt triste pour les Marseillais, tu nous réchauffes le coeur.

Pagn-Hobbes
réponse à . HoubaHOBBES le 23/07/2009 à 19h59 : Bravo Donald pour ce pastiche attendrissant; il est très réussi&nb...
C’est bien vrai ça. Il est impayable ce Mickey.
réponse à . God le 23/07/2009 à 18h59 : En armure et à la nage, tu crois ?Sais pas. J’y étais p...
Moi, non plus! Zumthor, lui (voir son pedigree à cette page a consacré sa vie à cette période. De plus, Guillaume le conquérant, savait parfaitement qu’à chaque fois qu’il quittait sa Normandie, pour aller conquérir l’Anjou, le Maine, etc.... L’Angleterre, bien-sûr, ses vassaux normands qui le haïssaient, faisaient rien que d’inventer des moyens de le renverser, le tuer, etc... Et Guillaume s’arrangeait pour être absent le moins longtemps possible... Alors se priver d’un moyen de retour rapide conquête accomplie, j’ai des doutes!
réponse à . chirstian le 23/07/2009 à 09h17 : quant à Archimède, voyant les vaisseaux romains assiéger Sy...
Si non è vero, è bene trovato 
réponse à . <inconnu> le 23/07/2009 à 20h09 : Moi, non plus! Zumthor, lui (voir son pedigree à cette page a consacr&eac...
ses vassaux normands qui le haïssaient
voilà ! Et c’est pourquoi Guillaume a brûlé ses vassaux !
Bon, blague à part, on peut imaginer que symboliquement il en brûlé un ou deux bateaux, pour passer au JT de 20H, et qu’il a gardé les autres pour le retour. Mais de toutes façons, c’est vrai qu’il voyageait beaucoup, sinon on ne l’aurait pas surnommé "le conque errant".

Accessoirement : dans la broderie de Bayeux, longtemps attribuée à la reine Mathilde, ne brûle, effectivement, aucun bateau. Mais je ne me risquerai pas à dire que c’est une preuve décisive.
réponse à . <inconnu> le 23/07/2009 à 16h50 : A cette page Je viens de trouver ce beau texte de Jean Giono pour ceux qui aimen...
J’avais déjà entraperçu le dessin animé qu’on en a tiré, mais ce texte est plus beau que tout ce qu’on peut imaginer ... Je te remercie infiniment.
réponse à . mickeylange le 23/07/2009 à 17h43 : Ah te voilà toi, tu aurais pu me dire que tu allais chez ta mer. Regarde...
Merci pour ce morceau d’anthologie !
Décidément, on est gâtés sur ce (mâtin quel) site !
C’est incroyable qu’il y a une équivalence exacte de cette expression en chinois que je propose sur le section ‘Ailleurs’ . Et de mêmes histoires desquelles cette expression est issue ! Durant l’insurrection paysanne contre le tyran de Qin deuxième(Qin er shi) , il y en avait une fraction qui se renforce dont le général fut brave et prévoyant. Il put faire relier plusieurs puissances dispersées en une unité de force contre le régime. Pendant une bataille importante avec l’armée de Qin er shi , il ordonna aux soldats de détruire tous les ustensiles alimentaires , de faire saborder les navires avant de lancer les offensives et de ne laisser que les provisions de trois jours. Enfin, Xiang Yu réussit à battre l’ennemi en plein champ de Ju Lu(en province de Hebei)
réponse à . <inconnu> le 23/07/2009 à 19h04 : Justement tout le monde s’accorde pour dire que Canjuers aurait dû s...
Si on l’aide un peu, la nature reprendra ses droits. Ici, le grand feu avait laissé une partie de la forêt communale à nu en 1986. Aujourd’hui il est impossible de retrouver visuellement les limites de l’incendie : les arbres ont repoussé, tant, qu’il a fallu en supprimer. Evidemment, il faut 20 ans au moins, et tant de souvenirs sont partis là, inutilement, bêtement surtout, que c’est très difficile à accepter pour tout le monde.
"Brûler ses vaisseaux", c’est parfois aussi agir sans réfléchir, n’est ce pas, xxxxx ? Mais dans ce cas, attention, Dieu finit toujours par punir...
réponse à . <inconnu> le 25/07/2009 à 17h06 : "Brûler ses vaisseaux", c’est parfois aussi agir sans réfl&ea...
De la délation et des menaces en plus ? Dieu ne serait-il plus miséricordieux ?
Drôle d’entrée en matière.
réponse à . <inconnu> le 25/07/2009 à 17h06 : "Brûler ses vaisseaux", c’est parfois aussi agir sans réfl&ea...
Dis-moi, Michel Blicq, c’est quoi cette intervention où tu cites un nom (que j’ai effacé), chose que personne ne fait normalement dans un forum où les gens savent se tenir, et où tu sembles menaçant ?
réponse à . God le 25/07/2009 à 21h50 : Dis-moi, Michel Blicq, c’est quoi cette intervention où tu cites un...
Ouf, me voilà soulagée. Ca sentait bien le roussi. Merci d’être intervenu.
réponse à . tytoalba le 25/07/2009 à 20h59 : De la délation et des menaces en plus ? Dieu ne serait-il plus mis&e...
J’ai toute confiance en la miséricorde de Dieu ,mais le problème c’est de savoir ou s’arrête la folie d’un homme et pour cela je n’ai d’autre recour que la justice des hommes !!!!!!!!!!!!!!
réponse à . <inconnu> le 25/07/2009 à 17h06 : "Brûler ses vaisseaux", c’est parfois aussi agir sans réfl&ea...
Ton pseudo est mal choisi ... il eût été plus judicieux d’utiliser "démon noir", vu tes propos, ton comportement et tes agissements ! 
Oups ça me rapelle des mauvais souvenirs tous ça et comme il le disait Dieu finit toujours par punir,il l’a rappelé là haut,ce qui m’a permis d’être encore des vôtres aujourd’hui.
Voilà voilà belle et douce journée à tous sur ce ooooh combien merveilleux forum.
Ils ont donc tous couru à leur ruine, ceux qui brûlèrent leurs vaisseaux sans gains!
Moi je sais une autre histoire a propos de meme proverbe faisant l’allusion au commandant Arab/Emevi "Tariq Bin Ziyad" qui a conquis l’Espagne et y fonde L’Etat Andalous des Emevis et pour garantir la victoire a fait bruler ses vaisseaux et a dit a ses soldats "Voila derriere vous c’est la mer et devant vous c’est l’ennemie."
Et meme le nom du detroit Gibraltar en arab se refere a lui: le mont du Tarık. Djebel-u Tarik Veuillez jeter un coup d’oeil

http://fr.wikipedia.org/wiki/Tariq_ibn_Ziyadı
http://forum.wordreference.com/showthread.php?t=459721&langid=20
réponse à . sgonen le 08/08/2012 à 11h19 : Moi je sais une autre histoire a propos de meme proverbe faisant l’allusio...
Bonjour sgonen. Ton intervention est très intéressante.
Merci de mettre tes liens entre accolades (voir mode d’emploi au dessus du premier commentaire).
si ce n’est pas le cas et que tu veux en savoir rapidement plus

Ben merci. J’ai mis au moins un quart d’heure à lire le CV d’Agathocle, toutes ses batailles, ses traversées, ses vaisseaux brûlés... et sa calvitie. Maintenant j’ai appris deux choses : je sais qu’à cette époque on s’envoyait ad patres avec une ardeur remarquable et aussi j’ai appris Où est donc Hamilcar ? En Sicile où il a perdu la tête.

Et Delenda est Carthago !
Pour Agathocle cette page
réponse à . file_au_logis le 08/08/2012 à 10h46 : Ils ont donc tous couru à leur ruine, ceux qui brûlèrent leu...
qui brûlèrent leurs vaisseaux sans gains!
Et quand on brûle ses vaisseaux sans gain, après on se fait du mauvais sang.
Un prêtre pyromane a brûlé les nefs. 
J’aimerais tant voir Syracuse ... (j’ai déjà vu Carthage, avant la chute de Benali, ça a du changer).
C’est une belle légende qui a du être accolée à tout ce qui a voyagé par bateau, le dernier étant le capitaine italien d’un promène-couillons en Méditerranée, il avait oublié de prévenir les passagers.
Un qui, bien que la faculté lui ait demandé d’arrêter de fumer, a définitivement brûlé ses vaisseaux, c’est Michel Polac, dit "le casque et l’enclume". Salut, camarade.
réponse à . charmagnac le 08/08/2012 à 11h53 : si ce n’est pas le cas et que tu veux en savoir rapidement plus Ben merci....
sa calvitie
Il a voulu brûler les fourches et ça s’est mal terminé ?
Ça ressemble fortement à la tactique de la terre brûlée... comme le firent certains peuple notamment les Russes, sauf erreur...
réponse à . <inconnu> le 08/08/2012 à 12h17 : Ça ressemble fortement à la tactique de la terre brûlé...
Ah non. Brûler tes vaisseaux t’empêche de revenir en arrière, tandis que la terre brûlée te permet d’affamer l’agresseur, puisqu’il ne trouvera rien sur sa route pour assurer sa subsistance.
Si tu fais les deux, t’auras de sérieux problèmes: tu seras obligé d’avancer...
Toujours plus loin, toujours plus haut, toujours plus fort, ... euh, je me suis trompé d’émission, là... Bien que le Fort,avec ses Gitanes en papier Boyard, ça fume aussi, parfois...
réponse à . SyntaxTerror le 08/08/2012 à 12h14 : sa calvitieIl a voulu brûler les fourches et ça s’est mal ter...
Il a voulu brûler les fourches
Les fourches? Qu’eau dalle!
Le pape Paul IV (contrôleur général de l’Inquisition romaine au XVIe s.) déclarait : « Si un jour j’apprenais que mon père était un hérétique, je serais le premier à ramasser le bois pour ériger son bûcher. »
C’est une excellente façon de brûler les vaisseaux (sanguins de son géniteur) !

Terminons par quelque chose de plus rafraîchissant :
Déformées
Brûler ses vassaux.
réponse à . <inconnu> le 08/08/2012 à 12h17 : Ça ressemble fortement à la tactique de la terre brûlé...
C’est pas vraiment ça.
Pendant la guerre civile aux ZtatsZunis (1861-1865) dite aussi Guerre d’agression nordiste (tout dépend du point de vue), le Général Sherman, grand humaniste, a foutu le feu à la moitié de la Géorgie, du moins ce qu’il pensait être mangeable, ce qui fait que les champs de "pois à vache", la dolique à oeil noir (black-eyed pea) ont échappé à ses bienfaits. Du coup, il a inventé une tradition sudiste : manger des doliques le jour de l’an.
réponse à . joseta le 08/08/2012 à 12h08 : qui brûlèrent leurs vaisseaux sans gains!Et quand on brûle s...
ou du boudin ...
Dugay-Trouin, un des corsaires français les plus féroces, sabordait parfois son propre vaisseau lors de l’abordage, pour les mêmes raisons que celles de l’expression du jour.
réponse à . <inconnu> le 08/08/2012 à 14h37 : Dugay-Trouin, un des corsaires français les plus féroces, sabordai...
Pour ne pas céder à la tentation de ré-embarquer.
Après ça,

Il voulait
Qu’on l’appelle Venise
Vous me voyez,
Maillot rayé, la voix soumise
En gondolier...
Pagayant pour une cerise
Pour un baiser
Il voulait qu’on l’appelle Venise
Quelle drôle d’idée

Zut, c’était hier !
réponse à . file_au_logis le 08/08/2012 à 12h27 : Ah non. Brûler tes vaisseaux t’empêche de revenir en arri&egra...
Hélas, la Boyard maïs n’existe plus depuis longtemps.
Pensez donc, 45 mg de goudron et 2,95 de nicotine.
Elle a même disparu des photos "officielles" de Sartre JiPé,. mauvais exemple pour la jeunesse.
Bon… veux bien brûler la chandelle pour les deux bouts
Et même brûler la politesse… même si ce n’est pas très convenable.
Brûle-t-on d’impatience au point de vouloir brûler les étapes... et pis quelques calories, ça ne peut nuire !
D’amour, toujours je brûle…
Mais brûler mes rideaux vaisseaux : jamais ! Pourquoi ? Ben parce que ce sont les miens !

J’ai souvenance d’avoir eu ici l’envie de brûler la cervelle de quelque plombier envahissant… mais c’était il y a fort, fort longtemps…
Germaine
réponse à . SyntaxTerror le 08/08/2012 à 16h41 : Hélas, la Boyard maïs n’existe plus depuis longtemps. Pensez d...
Idem pour Prévert et Lucky Luke... "Principe de précaution" poussé à l’extrême et un rien ridicule...
Et bien on coupe les pont, on brule les vaisseaux y a vraiment plus de retour en arrière possible. Remarque c’est pas plus mal qu’est ce qu’on irai faire en arrière ?
réponse à . file_au_logis le 08/08/2012 à 12h28 : Il a voulu brûler les fourchesLes fourches? Qu’eau dalle!...
Et si tu as la dalle, tu dînes, et ça devient les fourches qu’eau dine.
réponse à . file_au_logis le 08/08/2012 à 12h27 : Ah non. Brûler tes vaisseaux t’empêche de revenir en arri&egra...
M’enfin, tu comprends rien ! Ils remplissaient leurs vaisseaux de terre avant de les faire brûler !
La biographie du Général Tecumseh Sherman à
cette page

La largeur de cette terre brûlée est souvent estimée être de 40 miles. J’imagine que même les doliques ont été roussis.

La guerre, c’est l’enfer. Et pea (à oeil noir), c’est tout.
réponse à . SyntaxTerror le 08/08/2012 à 14h28 : C’est pas vraiment ça. Pendant la guerre civile aux ZtatsZunis (186...
le Général Sherman, grand humaniste, a foutu le feu à la moitié de la Géorgie,
Cette guerre s’appelait "Guerre entre les Etats" pendant les zévénements (au moins dans le Sud).
La moitié de la Géorgie, dis-tu. Cela devait être une moitié à la manière jésuite: nous sommes tous égaux, mais je suis plus égal que toi!
Lors de sa "marche à la mer", il a bouté le feu partout, non seulement dans les champs et les prés, mais aussi dans les étables, les porcheries (il y en avait, si, si!), les maisons, les Mansions, les villages, les villes (rappelle-toi l’incendie d’Atlanta). Il ne pratiquait pas la politique de la terre brûlée, il brûlait tout, tout simplement. Le seul moment à peu près intéressant du film "Autant en emporte le vent" est justement cet incendie. Dans le livre éponyme (d’où a été tiré le film), les chapitres relatifs à la guerre ne sont pas trop mauvais. Les chapitres relatifs à Reth Butler et Scarlet O’Hara sont à éviter absolument...
Il a ensuite détruit les Carolines...
Faut dire ue pendant un certain temps, il a été secondé par un colonel de la milice du Michigan, un certain Custer, qui s’est ensuite rendu tristement célèbre... Et son che d’état-major n’était personne d’autre qu’un certain Sheridan, celui qui - par la suite - dit que: "un bon Indien est un Indien mort"...
Que voulez-vous, mesdames et messieurs, c’était la mentalité de l’époque. ..
réponse à . file_au_logis le 08/08/2012 à 19h56 : le Général Sherman, grand humaniste, a foutu le feu à la mo...
Petit détail: les personnages sont Rhett Butler et Scarlett O’Hara.

Pour le reste, je suis d’accord avec toi. Je répète: la guerre, c’est l’enfer.
Ces mots, d’ailleurs, sont attribués à Sherman lui-même.
réponse à . DiwanC le 08/08/2012 à 17h16 : Idem pour Prévert et Lucky Luke... "Principe de précaution" pouss...
Heureusement, ils ont gardé cette page.
réponse à . file_au_logis le 08/08/2012 à 19h56 : le Général Sherman, grand humaniste, a foutu le feu à la mo...
Quel âge avais-tu lorsque tu as lu le roman de Margareth Mitchell ?
réponse à . DiwanC le 09/08/2012 à 00h56 : Quel âge avais-tu lorsque tu as lu le roman de Margareth Mitchell ?...
Il savait déjà lire en 1936, à la sortie du livre.
réponse à . file_au_logis le 08/08/2012 à 19h56 : le Général Sherman, grand humaniste, a foutu le feu à la mo...
A cette page je lis qu’il a détruit un corridor de 300 miles de long sur 60 de large.
D’un autre côté, la Géorgie ne devait être qu’un ramassis de nègres alcooliques, faut le comprendre !
réponse à . DiwanC le 09/08/2012 à 00h56 : Quel âge avais-tu lorsque tu as lu le roman de Margareth Mitchell ?...
Je ne suis pas un spécialiste spécialiste de Voltaire, non. Mais je me targue de connaître un tant soit peu la Guerre de Sécession. J’ai écrit plusieurs articles sur ce sujet (p.ex.: Jefferson Davis’ Camel Corps, Le Signal Corps Confédéré, Le Siège de Charleston, Les Fusées Pendant la Guerre de Sécession, et encore quelques autres). J’ai lu ce bouquin étant enfant, puis je l’ai relu en tant qu’adulte, doublé de quelques connaissances de l’Histoire de ces événements. Je le répète, les descriptions liées à la Guerre elle-même ne sont pas trop mauvaises (pour une première approche de profane). Pour le reste, à éviter soigneusement. En gros, lire un chapitre sur deux...
Pour ceux et celles que l’histoire de la Guerre de Sécession intéresse, je recommande le site de l’Association dont je fis partie lorsqu j’étais encore en Belle Gique: La Confederate Historical Association of Belgium a.s.b.l.
réponse à . SyntaxTerror le 09/08/2012 à 11h57 : A cette page je lis qu’il a détruit un corridor de 300 miles de lon...
Géorgie ne devait être qu’un ramassis de nègres alcooliques
Ce n’était pourtant pas là que vivait le Général Grant. On a mis toutes ses bouteilles de Bourbon en vente aux enchères après sa mort. Elles sont parties pour des poussières de cent (sauf une). Elles étaient toutes vides, sauf celle qu’il n’avait pu terminer...
réponse à . file_au_logis le 09/08/2012 à 13h40 : Je ne suis pas un spécialiste spécialiste de Voltaire, non. Mais j...
J’ai lu ce bouquin étant enfant, puis je l’ai relu en tant qu’adulte…
... seulement, à mon avis, c’est un livre d’ado. : on s’intéresse à la Guerre de Sécession et on vit la passion de Reth et de la capricieuse Scarlett.
Et jamais une fille* de 15 ans n’écrirait : Les chapitres relatifs à Rhett Butler et Scarlett O’Hara sont à éviter absolument… ! D’autant que - depuis l’adaptation cinématographique - Rhett a les traits de Clark Gable !

C’est comme si tu « conférençais » aujourd’hui devant un auditoire de demoiselles en leur disant que Twilight n’est intéressant que pour le mythe du vampire et autres phénomènes paranormaux ! Avant de les rencontrer, revêts une armure si tu ne veux pas te faire lyncher, dépecer, décortiquer façon Expressio !
*je sais : tu n’es pas une fille.
réponse à . DiwanC le 09/08/2012 à 14h54 : J’ai lu ce bouquin étant enfant, puis je l’ai relu en tant qu...
Mon intervention faisait référence à la Guerre de Sécession. J’ai cité le bouquin en exemple, non en référence. Si tu veux une référence, il y a par exemple Le Blanc Soleil des Vaincus de Dominique Venner que je peux recommander. Sans parler des ouvrages hisoriques, à commencer par les deux volumes de l’histoire de la guerre, écrits par Alexander Stephens, Vice-Président des Etats Confédérés, dont j’ai l’honneur de posséder une deuxième édition*...

*: il me les a d’ailleurs personnellement dédicacés lors de notre dernier duel télévisé (le thème en était:"les fusées de la Confédération étaient-elles jaunes ou bleues?" - moi, j’arguait pour le jaune, qui est la couleur de la cavalerie, et lui arguait pour le bleu, pour tromper l’adversaire...)
réponse à . file_au_logis le 09/08/2012 à 15h03 : Mon intervention faisait référence à la Guerre de Sé...
Eh ben... si toi aussi tu deviens sérieux...
Moi, jamais, tu penses! 

Marceeeeeeeeeeeeeeeeeeel, deux Lagons Bleus (pour Germaine, s’entend) et un Pineau des Charentes pour moi...

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Brûler ses vaisseaux » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

publicité
Expressio - le livre

Le contenu de ce site est si riche qu’un livre en a été tiré. Ce livre, devenu un best-seller est maintenant disponible en poche.

Ce commentaire ainsi que les réponses qui y sont liées, seront définitivement supprimés. Etes-vous sûr?