Comme cul et chemise - dictionnaire des expressions françaises Expressio par Reverso - signification, origine, étymologie

Comme cul et chemise

Très liées ou complices, pour des personnes.

Origine

Au XVIIe siècle, on disait 'ce sont deux culs dans une chemise' ou 'ce n'est qu'un cul et une chemise'.

Cette locution exprime simplement l'extrême proximité ou l'inséparabilité de personnes aussi liées que peuvent l'être le corps et son vêtement.

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Comme cul et chemise » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
Bulgariebg Като дупе и гащиComme cul et culotte
Allemagnede Wie Pech und SchwefelComme goudron et souffre
Canada / États-Unisen like two peas in a podcomme deux pois dans leur gousse
Angleterreen To be hand in gloveÊtre main dans le gant
Angleterreen As thick as thievesAussi intimes que des voleurs
Espagnees Ser culo y mierdaÊtre cul et merde
Espagnees COMO UÑA Y CARNECOMME ONGLE ET CHAIR
Argentinees Como culo y calzónComme cul et culotte
Espagnees Ser uña y carneÊtre ongle et chair
Canada (Québec)fr Comme deux larrons en foire
Canada (Québec)fr Comme une paire de fesses.Inséparables
Italieit Essere culo e camiciaÊtre cul et chemise
Belgique (Flandre) / Pays-Basnl twee handen op een buikdeux mains sur un ventre
Catalogne (catalan)other Ser com carn i unglaEtre comme chair et ongle
Brésilpt Como cú e calçaComme cul et pantalon (familier)
Brésilpt Como carne e unhaComme chair et ongle
Roumaniero O mana spala pe altaUne main lave l'autre
Roumaniero Cum e turcul - si pistolul.Comme le turque est, pareillement est son pistole (ordonné ou pas, propre ou pas)
Serbiesr Kao petak i subotaComme vendredi et samedi

Vos commentaires
enfin une expression compréhensible ! ... y’avait longtemps !
mais la complicité est surtout entre ’amis’ ... autre suggestion : "être copains comme cochons" ! ou comme "larrons en foire" ...
réponse à . cotentine le 02/12/2006 à 00h29 : enfin une expression compréhensible ! ... y’avait longtemps&nb...
J’y vois Cotentine, une connotation sexuelle à cette expression !
L’expression aurait pu être : « Comme cul et trousse chemise » ou quelque chose comme ça.
L’histoire de la chemise est importante à connaître surtout lorsque l’on sait, qu’à cette époque, pour enfiler une chemise, il fallait être aidé de deux personnes.

Serait-ce que certains, certaines furent surpris dans de drôles de positions qui pour faire vite fait bien fait leur petite affaire, se passèrent l’envie, l’effort d’enlever leur chemise, entreprise laborieuse. ?

La vision d’amants furtifs ne prenant pas la peine d’ôter tous leurs vêtements est sans doute à rapprocher de l’expression… qui et en ce cas évoquerait mais ça reste à éclaircir des homosexuels en action. ?

A voir (au sens propre ou au sens figuré, c’est selon)

Histoire de la chemise :

cette page
Les expressionaut’s sont comme cul et chemise.
Cela est bien prouvé: il faut voir leur hantise
D’en jamais rater une,et répondre présent
Au moindre appel de God, le maître de céans.

Oui, copains comme cochons, ca vraiment, nous le sommes!
Comme larrons en foire, ensemble nous rimons,
Molière, Racine, Corneille, Voltaire, tous ces grands hommes
Nous montrent le chemin sur lequel nous ramons.

Et les femmes, par exemple: LaFayette, de Ségur,
Avec leurs belles lettres, leurs contes et historiettes,
Leurs romans d’aventures: du style à l’état pur!

Et nous, pauvres humains, Elpépé, Eurekette,
Momolala, Yannou, par Dieu, c’est vraiment dur
De n’oublier personne, pas même Jonalayette!
’ce sont deux culs dans une chemise’
et on disait aussi : "deux têtes sous un seul bonnet". Pourquoi se souvient-on mieux des histoires de cul que de celles de tête ?
Peut-on dire qu’être unis comme cul et chemise rend un couple heureux ? Non, puisque l’homme heureux n’a pas de chemise , et qu’il a pris soin de retirer celle de sa compagne. Et même que c’est ce qui le rend si heureux.
Donc ils sont unis comme cul. Oui, là d’accord !
Etre unis comme des culs : l’expression me semble plus juste. Quoique, certes, les culs ne sont pas unis : il faudrait les réunir par ... je ne sais pas, moi, quelque chose qui, enraciné dans l’homme viendrait pénétrer la femme à ce niveau. Quel dommage que Dieu n’y ait pas pensé ! (je veux dire, seulement pour justifier l’expression : je ne vois pas quel autre intérêt un tel trait de liaison pourrait avoir!)
réponse à . chirstian le 02/12/2006 à 10h32 : Peut-on dire qu’être unis comme cul et chemise rend un couple heureu...
D’où la nécessité de changer l’expression : "unis comme cul sans chemise", qu’on trouverait bientôt dans le manuel de psychothérapie "Couples en Détresse".
God devrait peut-être mattre sa main à la pâte pour activer le processus.

Bonjour à tous, et bon Sam-Dim
réponse à . file_au_logis le 02/12/2006 à 09h34 : Les expressionaut’s sont comme cul et chemise. Cela est bien prouvé...
Au fait, t’as été mauvaise langue pour le petit canardou, mais t’as pas répondu. il est jaune, flotte et fait coin-coin. Lui et moi on est comme cul et chemise..... pour la baignomare.
réponse à . file_au_logis le 02/12/2006 à 09h34 : Les expressionaut’s sont comme cul et chemise. Cela est bien prouvé...
Au moindre appel de God, le maître de céans.

En fait Mein Gott, il voulait écrire "le maître des séants", mais il a eu peur du limogeage....

ça, mon petit Filo, c’est la vengeance de la grande pouetesse-dada-maudite que tu as eu l’affront de d’éclipser de ton panthéon 
Mais l’ire m’emportant, je manque à tous mes devoirs : culs, culottes, chemises, chemisettes et autres chemisiers, bonjour !

J’ai souvent entendu, dans ma regretée contrée natale* : "ils sont mon cul, ma chemise" ....

* J’irai revoir ma Normandiiiiiiiiiie !!!!
ou
quand te reverrai-jeeuu, pays merveilleeuux !!!!
réponse à . <inconnu> le 02/12/2006 à 13h21 : Au moindre appel de God, le maître de céans. En fait Mein Gott, il...
ma non, ma petite pétulante perruche, je ne t’ai pas éclipsée de mon pantalon!
J’ai dit que c’était dur de n’oublier personne, je n’ai jamais dit que j’y étais arrivé!
J’avais bien pensé au maître des séants, mais je voulais en laisser pour les autres - les grands esprits - et tu m’as rencontré... tu m’as rejoint... peut-être même sous le Pont de l’Alma, dans la culotte du Zouave...

Nous les purs esprits, euh ... pardon, les purs d’esprit...
réponse à . eureka le 02/12/2006 à 11h00 : Au fait, t’as été mauvaise langue pour le petit canardou, ma...
"il est jaune" - bon, diagnostic: il a des problèmes de foi, la cirrhose, peut-être...
"flotte! - bon, ici aussi, diagnostic, c’est ce qu’il lui conviendrait le mieux pour se soigner (voir diagnostic précédent)
"et fait coin-coin" - alors là, ma bonne dame, par contre, cela ne se soigne plus, cela s’enferme...
"la baignomare": oui, la dernière douche, avant de remettre la camisole, mais seulement parce que c’est samedi. Tu le sais, pas plus d’une fois par semaine...
J’aime les pubs d’aujourd’hui dans le bandeau de droite, toutes en relation avec le thème du jour:
- course `pied (inscrivez-vous aux principales courses francaises)
- location de mobil-home (3 destinations idéales pour réussir vos vacances en mobil-home)
- prix bas garantis (fresh-look one-day offertes avec vos focus dailies)
- La moutarde de Normandie (Terroir de moutarde francaise depuis 1735)

Sans commentaires. Qui reprend la balle au bond?
réponse à . file_au_logis le 02/12/2006 à 13h48 : ma non, ma petite pétulante perruche, je ne t’ai pas éclips&...
peut-être même sous le Pont de l’Alma, dans la culotte du Zouave...

ha,bah,non, impossib’, M’sieur, y’a d’jà la main d’ma soeur, M’sieur !*

*style "Les disparus de Saint-Agil " (mais un esprit comme le tien avait déjà compris, bien entendu)  

PSD (Pétula Se Demande) : Pourquoi Perruche ?
réponse à . <inconnu> le 02/12/2006 à 15h04 : peut-être même sous le Pont de l’Alma, dans la culotte du Zoua...
Pourquoi Perruche?
Pasque Perrot
Esprit-Agil
réponse à . file_au_logis le 02/12/2006 à 13h56 : J’aime les pubs d’aujourd’hui dans le bandeau de droite, toute...
Moi sur la bande de droite j’ai :
Intellego - communauté de savoir scolaire.
Franc maçonnerie.
Expressions - super sélection en France pour les articles. (e bay.fr)
et puis et puis.... l’omniprésent ! J’ai nommé : ... NON, je ne nomme personne. Pubs interdites. Claudine
réponse à . <inconnu> le 02/12/2006 à 15h49 : Moi sur la bande de droite j’ai : Intellego - communauté de sa...
Bon, sur la bande de droite vous avez..., d’accord, mais avez-vous cliqué ?
Rikske supporter
réponse à . <inconnu> le 02/12/2006 à 16h33 : Bon, sur la bande de droite vous avez..., d’accord, mais avez-vous cliqu&e...
Non je n’ai pas cliqué. J’ai suffisament de spams qui m’arrivent tous les jours. Je ne clique plus n’importe où et sur n’importe quoi. Bon week-end à tous. Claudine
la chemise a évolué en France , ainsi qu’en témoigne l’Académie Française:
de l’édition de 1694 à celle de 1832, son dictionnaire donne la même définition :
"Vêtement de linge qu’on porte sur la chair, et qui prend depuis le cou et les épaules jusqu’au genou "
mais l’édition de 1932 change et donne la définition suivante :
"Vêtement en linge ou en laine qu’on porte sur la chair."

On peut donc dater de la période située entre 1832 et 1932, la séparation du cul et de la chemise...
En 1913 le mot "slip" est reconnu par le TLFI ( il vient de l’anglais "to slip" glisser). C’est depuis cette époque que cul et slip sont comme cul et chemise.

(notons que la définition de "cul",quant à elle, a peu changé : jusqu’en 1932, c’est : " Le derrière, cette partie de l’homme qui comprend les fesses et le fondement"
pour devenir en 1932 : "Partie du corps humain qui comprend les fesses et le fondement" :
des fois que la précédente définition aurait pu laisser croire que les femmes n’en avaient pas !)
Ce qui est certain c’est qu’au casino celui qui n’a pas de cul risque fort d’y laisser sa chemise ?
Claudiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiine ! T’étais où ? Hein ? Que je dépéris, moi, n’aligne plus deux alexandrins, tellement j’attends tes poèmes, et ceux de File_au_bistrot, qui voudrait nous faire travailler, le cuistre ! Alors qu’on est si bien, en vacances...
Tiens, regarde, l’expression du jour : qui nous précise s’il s’agit d’un cul de bouteille, d’un cul-de-jatte, ou d’un cul de basse-fosse ? Et la chemise, est-ce une chemise de fonds, une chemise en forme, une chemise anthrope, en trop... ?
Avant d’exiger des devoirs de vacances, le Filou, il devrait déjà se coller à l’exercice du jour, moi je dis.
Claudiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiine ! T’es toujours là ?
réponse à . Elpepe le 02/12/2006 à 17h34 : Claudiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiine ! T’étais où ...
Le Filou, il l’a fait, LUI, son exercice du jour, en 3, même, pendant que toi, sous l’effet de Morphine JB, t’étais encore toujours dans les bras de Morphée BB...
Eh, oh, là, hein, Pépé, remets ton dentier, tu articuleras mieux, NON MAIS DES FOIS !!!

Devrais-je donc toujours, sans toi, mener cet’ barque,
Alors qu’auparavant, tu nous as fait baver
Tel les grands auteurs, je pens’ même à Pétrarque,
Devant tes rimes riches, ... mais maint’nant: "va t’laver!".

A toi, et pas de piquette, s’il-te-plaît, une oeuvre d’art! C’est le moins que tu puisses nous offrir, après ton long silence, comparable à celui des agneaux, sous le twoisième cocotier à dwoite là-bas...
réponse à . file_au_logis le 02/12/2006 à 18h36 : Le Filou, il l’a fait, LUI, son exercice du jour, en 3, même, pendan...
Bon, marche pas, Expressio, bouffe les réponses... Tricard, donc, de réponse, Filou.
Eh ben voilà ! Hier on hésitait : "je bois.. je ne bois pas… et si je ne bois pas, je peux éventuellement être occupé(e) par ailleurs"…

J’avais pensé que cet "ailleurs" pourrait - éventuellement toujours - être aujourd’hui bordé de nouilles…. Suis pas tombée loin : l’ "ailleurs" est séant céans pourvu d’une chemise !
Elle est pas belle la vie !!! 
Ah ! la complicité… Elle dure une vie avec celui qu’on aime ou l’ami de toujours. Elle vous cueille parfois au moment où on s’y attend le moins… Elle s’installe et s’amarre solidement entre ces deux ou trois qu’hier on connaissait à peine. Elle dure une minute, le temps d’un sourire, d’un coup d’œil échangé avec l’inconnu qui passe...

Prince des monte-en-l’air et de la cambriole
Toi qui eus le bon goût de choisir ma maison
Cependant que je colportais mes gaudrioles
En ton honneur j’ai composé cette chanson
………….
D’ailleurs moi qui te parle, avec mes chansonnettes
Si je n’avais pas dû rencontrer le succès
J’aurais tout comme toi, pu virer malhonnête
Je serais devenu ton complice
, qui sait

Ici, la musique et là, les paroles.
Elle faisait sobre dans "l’origine" et les commentaires, not’ Divinité en ce 29 août 2005... Économie d’encre déjà ?
ANAGRAMME
Le même costume chic
Je n’ai jamais compris cette expression et je ne l’aime pas. "Comme cul et culotte" à l’instar d’autres langues me semble plus logique, d’autant plus qu’il existe des expressions au sens opposé telles que "changer de quelque chose comme de chemise" ou "s’en foutre comme de sa première chemise".
réponse à . <inconnu> le 06/02/2014 à 04h52 : Je n’ai jamais compris cette expression et je ne l’aime pas. "Comme ...
Dire qu’on peut chemiser une pièce mécanique comme on peut culotter une pipe.
réponse à . <inconnu> le 06/02/2014 à 04h52 : Je n’ai jamais compris cette expression et je ne l’aime pas. "Comme ...
Je n’ai jamais compris cette expression
Voir le savant # 18 de chirstian. Iil n’y a pas si longtemps, la chemise descendait jusqu’aux genoux.
réponse à . chirstian le 02/12/2006 à 17h20 : la chemise a évolué en France , ainsi qu’en témoigne ...
En 1913 le mot "slip" est reconnu par le TLFI
Lequel TFLi a commencé d’exister dans les années 1960 : cette page
réponse à . deLassus le 06/02/2014 à 05h38 : Je n’ai jamais compris cette expressionVoir le savant # 18 de chirstian. I...
Comme Mintaka, je n’apprécie pas trop cette expression, non pour son sens premier, mais parce que je ne vois aucun signe d’amitié ni de complicité dans le fait que la chemise de l’un(e) colle au cul de l’autre ou inversement. D’ailleurs, regarde ce que ça peut donner comme référence ! Après qu’ils fussent cul et chemise, on compta les pièces d’argent ! Équivoque, pour le moins, non... Bref, en amitié comme en amour je préfère les liens invisibles que tissent deux personnes entières et différentes qui se respectent sans dormir en cuiller... Et pis c’est tout ! 
réponse à . deLassus le 06/02/2014 à 05h55 : En 1913 le mot "slip" est reconnu par le TLFI Lequel TFLi a commencé d&rs...
Ouh ! Te voilà bien tatillon : "1913 « culotte ou caleçon très court » (L’Illustration, 20 sept., 215b ds HÖFLER Anglic.). " cité dans le TLFI ! Mais tu le savais déjà !
réponse à . momolala le 06/02/2014 à 06h01 : Ouh ! Te voilà bien tatillon : "1913 « culotte ou ca...
Ouh ! Te voilà bien tatillon
Pas du tout ! Juste mal réveillé... Désolé.
Par ailleurs, je n’ai pas dit en # 29 que j’aimais cette expression, que je n’emploie jamais.
réponse à . DiwanC le 06/02/2014 à 02h52 : Eh ben voilà ! Hier on hésitait : "je bois.. je ne bois ...
C’est exactement ce à quoi j’ai pensé:"Hier Diwan est pas tombé loin!"...Les grands esprits se rencontrent !!....
C’est fou ce qu’on est devenus cul et chemise toi et moi.......

Mais dis moi, t’as pas relevé ces culs là ?

"Grand père"

Excepté toutefois les marches militaires
Qu’il écoutait en se tapant le cul par terre.
Qu’il écoutait en se tapant le cul par terre.

"Celui qui a mal tourné"

Lors, j’ai vu qu’il restait encor
Du monde et du beau monde sur terre
Et j’ai pleuré, le cul par terre
Toutes les larmes de mon corps.

"Les funérailles d’antan"

Où, quitte à tout dépenser jusqu’au dernier écu,
Les gens avaient à coeur de mourir plus haut que leur cul,
Les gens avaient à coeur de mourir plus haut que leur cul.

Y en a p’têt d’autres mais pas trop le temps......Juste celui de faire du café, je le laisse au chaud. Tu passes quand tu veux la clef est sous le paillasson..

Ad’taleur......
Ah oué, juste un truc........."Saharaa, t’étais pas à Lingostière hier soir j’espère !"
réponse à . deLassus le 06/02/2014 à 06h12 : Ouh ! Te voilà bien tatillonPas du tout ! Juste mal réve...
Houlà mon amionaute, ne te désole pas pour si peu ni surtout à propos d’un de mes commentaires, tu devrais le savoir, depuis le temps ! Passe, comme chacun ici ou ailleurs dans le répertoire de ton coeur, du mien, du nôtre, la meilleure journée possible...  du jour et je m’en vais...
Comme cul et chemise...
Que fait-on alors, sans chemise, sans pantalon?
On s’tape le cul par terre, celui qui est bordé de nouilles?
Autre sorte de chemise
Pour les chanteurs afroaméricains mélancoliques: comme cul et ’blues’.
réponse à . BOUBA le 06/02/2014 à 06h34 : Ah oué, juste un truc........."Saharaa, t’étais pas à...
t’étais pas à Lingostière hier soir j’espère
Non, non, je suis toujours là...
Merci de t’inquiéter pour moi.
PS :scuzez-nous, c’était un message personnel... évitez les centres commerciaux Carrefour par temps de pluie...
"ce sont deux culs dans une chemise"
devait pas être super confortable pour la liberté de mouvement, c’truc ! Z’avaient peut-être pas les moyens non plus... maintenant on a plusieurs chemises pour un seul cul !
A chaque col cul sa chemise .
signé: Zézette épouse X
réponse à . deLassus le 06/02/2014 à 05h38 : Je n’ai jamais compris cette expressionVoir le savant # 18 de chirstian. I...
God devrait s’inspirer du #18 pour étoffer le § "Origine". Indiquer clairement que la chemise était portée à même la peau et qu’elle descendait jusqu’aux genoux me semble primordial pour la compréhension de l’expression.
DEVINETTE
Pourquoi la bonne soeur (ça lui porte chance) met une chemise pour demander l’aumône à l’église ?
- elle a du cul, elle y quête...
réponse à . <inconnu> le 06/02/2014 à 08h14 : God devrait s’inspirer du #18 pour étoffer le § "Origine". Ind...
Si elle descendait jusqu’aux genoux (et couvrait donc les bijoux et les joujoux) elle couvrait aussi le cul, mon chou, d’où la proximité du cul et de la chemise s’exclama le hibou plein de poux sur son caillou.
DEVINETTE
Pourquoi la blanchisseuse est cul et chemise avec ses clients ?
DEVINETTE (elle est vieille, celle-là !)

-Pourquoi les chemises de nuit de nos anciens étaient-elles plus longues à l’arrière qu’à l’avant ?
-Parce qu’il faut plus d’emballage pour deux jambons, que pour un saucisson !
réponse à . <inconnu> le 06/02/2014 à 05h00 : Dire qu’on peut chemiser une pièce mécanique comme on peut c...
Donc, on devrait dire "unis comme cylindre et chemise" et s’il y faut autant de soin et de temps que pour culotter une pipe, on fabriquera un moteur tous les dix ans.
réponse à . Rogers145 le 06/02/2014 à 09h22 : DEVINETTE (elle est vieille, celle-là !) -Pourquoi les chemises de ...
Sauf erreur, tu es nouveau parmi nous. Sois donc le bienvenu, et bravo pour tes excellents débuts !
réponse à . <inconnu> le 06/02/2014 à 08h14 : God devrait s’inspirer du #18 pour étoffer le § "Origine". Ind...
Quand on s’est aperçu que la chemise entrait mal dans le pantalon, on en coupa le bas en deux pans, ce qui permit de forger une nouvelle expression : pan, pan, cul, cul.
réponse à . joseta le 06/02/2014 à 09h11 : DEVINETTE Pourquoi la blanchisseuse est cul et chemise avec ses clients ?...
Réponse
- c’est là qu’on plisse
Furetant dans Google Livres, j’ai trouvé cette page. Elle contient le mot "pandoul", que je ne trouve dans aucun dictionnaire, même ancien.
S’agit-il d’un ancien mot d’argot ? D’un mot régional ? Si quelqu’un ici a des réponses, je suis preneur. Merci d’avance.
réponse à . momolala le 06/02/2014 à 05h58 : Comme Mintaka, je n’apprécie pas trop cette expression, non pour so...
Je vois bien un rapport entre "Spencer" et chemise, mais pour Hill, je cherche encore.
D’autant que le titre original du film est "Io sto con gli ippopotami".
J’espère que plus personne ne croit qu’ils sont Nord-américains.
réponse à . <inconnu> le 06/02/2014 à 08h14 : God devrait s’inspirer du #18 pour étoffer le § "Origine". Ind...
God devrait s’inspirer du #18 pour étoffer le § "Origine".
S’agissant de chemise, étoffer est le bon verbe...
Plus sérieusement, parmi les chantiers de Reverso devrait figurer le remaniement des expressions publiées en 2005.
réponse à . deLassus le 06/02/2014 à 09h42 : Furetant dans Google Livres, j’ai trouvé cette page. Elle contient ...
C’est quelque chose qui pend ou pendouille, en picard on dirait "qui pindoul(le)" ou "qui pandoul(le)."
Toute autre explication est bienvenue !
Je lis qu’aujourd’hui est la saint Gaston et la journée mondiale sans téléphone mobile.
Le pauvre Gaston doit être bien malheureux, lui et son téléphon ... s’entendent comme larrons en foire.
Le bûcheron se magna l’cul et ses bras scièrent...
- ...Oui, il vient de décéder, nous étions cul et chemise, pour moi il était ce compère...
- et maintenant ?
- il est ce qu’on perd.
réponse à . SyntaxTerror le 06/02/2014 à 11h08 : Je lis qu’aujourd’hui est la saint Gaston et la journée mondi...
Gaston ? Comme Lagaffe lequel passe son temps ai téléphone pour jour à la bataille navale avec Jules de Shmit en face ?
Pauvre Mr Dupuis, ça lui coûter la peau des fesses... 

Aujourd’hui l’expression appropriée aurait du être:
«Il pleut comme vache qui pisse», ou encore, dixit Pierre Dac: «Après qu’il soit tombé...»

PS: je suis en Normandie...
réponse à . deLassus le 06/02/2014 à 09h42 : Furetant dans Google Livres, j’ai trouvé cette page. Elle contient ...
Pandoul serait un quartier de Jehanabad dans le Bihar, un État du nord de l’Inde.
cette page
Lors d’une partie de Bihar, j’ai remis les Pandoul à l’heure.
réponse à . deLassus le 06/02/2014 à 09h42 : Furetant dans Google Livres, j’ai trouvé cette page. Elle contient ...
On doit l’expression au fait que pendant longtemps, les chemises se terminaient par un long pan — appelé familièrement « pandoul » [...]
Les familiers des dicos savent que ceux-ci ne reprennent pas toujours les termes familiers, par simple vexation.
réponse à . <inconnu> le 06/02/2014 à 11h36 : Pandoul serait un quartier de Jehanabad dans le Bihar, un État du nord de...
Lors d’une partie de Bihar, j’ai remis les Pandoul à l’heure.
excellent  
Entre numismates
- Tu as bien gardé ton dossier sur l’écu ?
- bien sûr, tous les papiers sont dans une chemise...
- parfait ! l’écu et les chemises, ça va très bien ensemble !
réponse à . SyntaxTerror le 06/02/2014 à 09h56 : C’est quelque chose qui pend ou pendouille, en picard on dirait "qui pindo...
j’avais aussi pensé au pan de chemise qui pendouille ; en l’écrivant pandouiller je suis tombée sur ceci cette page
du coup j’hésite sur le len entre nom et verbe ; quand je pandouille avec un A pour les accorder comme cul et chemise les définitions ne collent pas
réponse à . cornelius le 06/02/2014 à 12h14 : j’avais aussi pensé au pan de chemise qui pendouille ; en l...
pandouiller
C’est un mot valise : pan et douiller, payer pour tout.
La définition ressemble à celle d’un dictionnaire du 19ème siècle : c’est l’homme qui règle les dépenses. Il faudrait la réécrire pour une époque où l’homme décroche des petits boulots et la femme fait bouillir la marmite parce qu’elle est caissière à temps partiel chez Aldi.
réponse à . BOUBA le 06/02/2014 à 06h32 : C’est exactement ce à quoi j’ai pensé:"Hier Diwan est ...
Mais dis-moi, t’as pas relevé ces culs-là ?

Il faut bien en laisser un peu aux autres !
S’il faut tout confesser, le "cul" qui m’est tout de suite venu à l’esprit [si je peux ainsi m’exprimer !], c’est "Celui qui a mal tourné" parce que cette chanson fait partie de mes préférées. Après, j’ai cherché le sens "complice" que sous-entend l’expression.

Y en a p’têt d’autres... dis-tu. Sûr ! Tu veux des culs ? En voilà !

D’abord, il y a les faux de la "Concurrence déloyale" ... :
Y a ces p’tit’s bourgeoises faux culs
Qui, d’accord avec leur cocu


...ou ceux de la "Vénus callipyge" :
Au temps où les faux culs sont la majorité
Gloire à celui qui dit toute la vérité.


Et puis celui de "La légion d’honneur "
Grand peloteur de fesses convaincu,
Passé maître en l’art de la main au cul.


Les culs richissimes des "Croquants » :
Que les culs cousus d’or se fassent une raison!

Les culs entraperçus dans "Le Cauchemar"
Et tous comme un seul homme, on courait à l’embauche
Dès qu’un botteur de culs passait,


Et le cul du "Modeste" :
Selon lui, mettre en plein soleil
Son cœur ou son cul c’est pareil,
C’est un modeste.


« Le Pince-fesses » :
Enfin, si désormais quelqu’une de vos proches
Affirme en vous montrant son cul couvert de bleus,


Le cul du "Vieux Normand" :
Que l’on parle de paix le cul sur des canons,
Bienheureux celui qui s’y retrouve, moi non !


Celui de la "Misogynie à part" :
Et la charité seul’ pouss’ ma main résignée
Vers ce cul rabat-joie, conique, renfrogné
Ell’ m’emmerde, vous dis-je!


Les culs croisés dans "Mélanie" :
Aux culs bénits de cett’ manière
Aucune espèce de salut.


Le cul espiègle de "Si seulement elle était jolie" :
Si seulement elle était fidèle,
Je dirais :"tout n’est pas perdu,
Elle m’empoisonne, c’est entendu,
Mais c’est une épouse modèle."
Malheureusement elle est, papa,
Folle d’un cul qu’elle n’a pas !


Et il y a le plus beau peut-être, celui de "La Fessée" :
"Avez-vous remarqué que j’avais un beau cul ?"
Et ma main vengeresse est retombée, vaincue !
Et le troisième coup ne fut qu’une caresse...


Plus quelques culs existant dans des textes qu’il ne mit pas en notes, mais d’autres ne s’en sont pas privés !

Reste celui-ci, un joli p’tit cul, un timide qui n’ose pas dire son nom !
On n’ tortill’ pas son popotin
D’ la mêm’ manière,
Pour un droguiste, un sacristain,
Un fonctionnaire...


S’cusez-moi d’avoir occupé tant d’espace et tant d’encre... Va encore y avoir des plaintes !
réponse à . cotentine le 02/12/2006 à 00h29 : enfin une expression compréhensible ! ... y’avait longtemps&nb...
Personne n’a pensé qu’il fut un temps les chemises étaient bien longues et systématiquement rentraient dans le cul, et donc étaient bien trop proches du cul qu’on l’aurait voulu. Une expression Bretonne dit "t’as ta chemise dan’lcul ?" pour dire "t’es de mauvaise humeur". Je crois que l’expression vient simplement de ça, elle rentre dedans ya pas plus proche.
réponse à . DiwanC le 06/02/2014 à 13h58 : Mais dis-moi, t’as pas relevé ces culs-là ? Il faut bi...
Je savais qu’il y en avait une flopée mais ce matin j’étais pris par le temps.....pas pu faire le tour du propriétaire.....

Il me vient aussi à l’esprit ce kakemphaton commis pat Corneille dans Polyeucte:

« Vous me connaissez mal : la même ardeur me brûle / Et le désir s’accroît quand l’effet se recule »

A t il voulu dire: "Et le désir s’accroît, quand les fesses reculent"

Va savoir......
réponse à . verbe_a_thym le 06/02/2014 à 14h01 : Personne n’a pensé qu’il fut un temps les chemises éta...
Voir # 48, et encore tous mes compliments !
réponse à . saharaa le 06/02/2014 à 07h57 : t’étais pas à Lingostière hier soir j’esp&egrav...
Pourquoi tu dis "scuzez nous".....Expressio est une grande famille .........s’pas?
réponse à . BOUBA le 06/02/2014 à 15h49 : Pourquoi tu dis "scuzez nous".....Expressio est une grande famille .........s&rs...
Expressio est une grande famille
Comme l’armée ? 
réponse à . saharaa le 06/02/2014 à 16h54 : Expressio est une grande familleComme l’armée ? ...
- Expressio est une grande famille
- Comme l’armée ?
Ne te moque pas trop : il nous est arrivé
D’avoir de grands moments de solidarité.
réponse à . BOUBA le 06/02/2014 à 15h49 : Pourquoi tu dis "scuzez nous".....Expressio est une grande famille .........s&rs...
Expressio est une grande famille ... s’pas ?
Avec ses histoires... et puis le cousin de province et la cousine de Paris, les vieux tableaux qu’on invite peu souvent... puis qu’on évite soigneusement, la tantine vipérine, les ennuyeux repas, les vieilles badernes, les secrets qu’on garde jalousement, le tonton qui se croit drôle, les cousins/cousines qui s’entendent comme cul et chemise*, le beau-frère bouffi d’orgueil, les p’tits béjaunes et les jeunes blancs becs, les artistes incompris, la belle-fille bonne comme le pain, la vieille maison de famille qui l’été prend des allures de vacances...

Tu jettes tout ça sur le tapis, tu rajoutes un peu d’huile sur le feu, un quai de gare, un scooter rose, une ancre de marine, une essaim de diptères sur un croissant de lune, quelques regrets éternels, un pot de rillettes et trois galettes bretonnes, un p’tit muscadet et une chope de bière, un coyote et trois ou quatre ratons laveurs... chacun fait le tri... et God reconnaîtra les siens !
* Yeesss ! 
réponse à . deLassus le 06/02/2014 à 18h01 : - Expressio est une grande famille - Comme l’armée ?Ne te moqu...
D’autant que l’armée est dite "la grande muette"... alors qu’ici !!! 
réponse à . saharaa le 06/02/2014 à 16h54 : Expressio est une grande familleComme l’armée ? ...
Ha, ha ,oui, nos balles sont pour nos propres généraux.
God, pourquoi tu tousses ?
réponse à . deLassus le 06/02/2014 à 18h01 : - Expressio est une grande famille - Comme l’armée ?Ne te moqu...
Ne te moque pas trop
non, je ne me moque pas, d’autant que j’ai quelques liens particuliers avec l’armée qui me tiennent au coeur, il m’est juste venu à l’esprit cette blague idiote (que je n’ai pas osé écrire !) désolée si je t’ai choqué !
réponse à . DiwanC le 06/02/2014 à 18h04 : D’autant que l’armée est dite "la grande muette"... alors qu&...
Si ça c’est pas une preuve ! 
Expressio, une grande famille ?

D’où vous vient donc cette manie de vouloir appartenir à une famille, un clan, une tribu ? Vous me faites penser à ces supporters de foot qui pour trouver un certain plaisir dans la vie s’identifient à un club ou à ces gens qui croient en une religion par lâcheté pour se rassurer métaphysiquement.

Vous raillez volontiers "les imbéciles heureux qui sont nés quelque part" et vous vous précipitez dans un travers similaire.
réponse à . <inconnu> le 06/02/2014 à 19h56 : Expressio, une grande famille ? D’où vous vient donc cette ma...
’Me semble que l’histoire humaine c’est l’histoire d’un groupe contre un autre groupe. Us and them. Nous et les autres. Il s’agit plutôt d’un instinct animal protecteur. Ça ne me gêne pas si tu tiens à nager à contre courant mais tu n’es pas notre guru que je sache.
réponse à . lalibellule1946 le 06/02/2014 à 20h34 : ’Me semble que l’histoire humaine c’est l’histoire d&rsq...
Il n’est question ni d’avoir ni d’être un gourou.
réponse à . <inconnu> le 06/02/2014 à 20h38 : Il n’est question ni d’avoir ni d’être un gourou....
Justement. Je suis très curieuse de savoir ce que pensent les autres mais je ne voudrais pas qu’un autre me dise ce que je dois penser ou faire...je ne cherche pas un gourou. C’est cela que je voulais dire. Il me semblait que tu prenais un air d’autorité un tout petit peu. Voilà tout.
réponse à . <inconnu> le 06/02/2014 à 19h56 : Expressio, une grande famille ? D’où vous vient donc cette ma...
d’où vous vient donc cette manie de vouloir appartenir à une famille, un clan, une tribu ?
Nous sommes câblés comme ça. L’humain est un animal social, faut faire avec.
D’ailleurs, tu viens ici pourquoi ?
réponse à . SyntaxTerror le 06/02/2014 à 22h37 : d’où vous vient donc cette manie de vouloir appartenir à une...
Suis d’accord avec Mintaka.

Comment l’expliquer? On peut prendre plaisir à se côtoyer par la pensée, s’enrichir en frottant sa cervelle a celle des autres, sans pour autant se sentir claniquement tributaires les uns des autres.

Je n’ai rien d’un gourou, et chacun est libre de penser ce qu’il veut et de le dire dans les limites du respect de l’autre.

Mais il ne faut pas confondre la vie en 2D et la vie en 3D. Ce serait parfaitement infantile. Ceci dit, chacun en fait et fera ce qu’il voudra.

Je ne tague pas les consciences!
réponse à . belteigneuse le 07/02/2014 à 09h42 : Suis d’accord avec Mintaka. Comment l’expliquer? On peut prendre p...
claniquement tributaires
claniquement tributaires : bravo !
Dites-moi... sont-ce les copains comme cochons d'hier qui sont devenus comme cul et chemise aujourd'hui ?
On a tant décortiqué les chansons du cher Georges en ce février 2014 que je n'ai plus grand-chose à vous mettre sous la dent*.

Il y a bien ces deux-là - très complices comme dit God, et même un peu plus - qui se promènent à Trousse-chemise... [Cliquez sur "Plus" pour lire les paroles].

* Sauf les croissants du dimanche, là, sur la table ! 
réponse à . DiwanC le 13/09/2015 à 00h27 : Dites-moi... sont-ce les copains comme cochons d'hier qui sont devenus comme cul...
Cotentine l'avait évoqué en #1 mais n'avait pas eu notre chance, la veille l'expression du jour avait été Au marc le franc. Cependant elle y parlait de cochon à la 3e ligne du #117.
réponse à . DiwanC le 13/09/2015 à 00h27 : Dites-moi... sont-ce les copains comme cochons d'hier qui sont devenus comme cul...
C'est sensé, ce que tu dis là! Les copains sont censés être des cochons? Mais cela n'a pas de sens! Même pas giratoire... Et pourtant, cela devrait car, au-dessus de leur cul, dessous la chemise, leur queue est en tire-bouchon...
réponse à . DiwanC le 13/09/2015 à 03h54 : On a tant décortiqué les chansons du cher Georges en ce fév...
Courage, il y a de la matière, mais va falloir se magner la rondelle, on n'en a pas fini avec la balayette et la tête dans le cul, entre le feu occulte et la chemise bien repassée, j'en passe...
(on fait dans la dentelle ...)
Je le confesse, toutes ces histoires de cul lassent !
(Je sais elle n'est pas nouvelle mais on n'est plus à un bis repetita près ! s'pas ?)
réponse à . file_au_logis le 13/09/2015 à 08h12 : C'est sensé, ce que tu dis là! Les copains sont censés...
au-dessus de leur cul, dessous la chemise, leur queue est en tire-bouchon...
Ah ah ah....erreur communément commise, ce n'est pas celle là qui est en tire bouchon....tu n'as jamais vu un cochon en rut ? 
réponse à . DiwanC le 13/09/2015 à 03h54 : On a tant décortiqué les chansons du cher Georges en ce fév...
* Sauf les croissants du dimanche, là, dans la corbeille
C'est un peu râpé pour les croissants, pas trouvé la corbeille, mais ce n'est pas grave, c'est la journée du pain frais chez Google ! 
réponse à . saharaa le 13/09/2015 à 08h25 : au-dessus de leur cul, dessous la chemise, leur queue est en tire-bouchon...Ah ...
Je vais tenter d'expliquer la noblesse sous-jacente de ton propos :

Ce n'est pas tout de suite qu'il doit être là, il doit simplement être là. Sauf au cas où... auquel cas il s'agit de prendre les décisions qui s'imposent, en tout bien tout honneur, ça va de soi.
réponse à . saharaa le 13/09/2015 à 08h37 : * Sauf les croissants du dimanche, là, dans la corbeilleC'est un pe...
À propos du Décret pain, vous avez encore de la chance en France parce qu'en Belgique le pain ne ressemble plus à rien.
réponse à . saharaa le 13/09/2015 à 08h37 : * Sauf les croissants du dimanche, là, dans la corbeilleC'est un pe...
"Ils" avaient déjà tout mangéss, toust grignoté...
En voici d'autres, rien que pour toi !
 
réponse à . Mintaka le 13/09/2015 à 08h45 : À propos du Décret pain, vous avez encore de la chance en France p...
Tu sais, même chez nous il faut chercher pour trouver du bon pain, l'industrialisation de la boulange a gagné sur l'artisanat. 
réponse à . DiwanC le 13/09/2015 à 09h09 : "Ils" avaient déjà tout mangéss, toust grignot&ea...
Mmmmh, z'ont l'air bons....ça, c'est une invention qui mérite la médaille d'or.
réponse à . Mintaka le 13/09/2015 à 08h39 : Je vais tenter d'expliquer la noblesse sous-jacente de ton propos : C...
C'est bien pour cette raison que le tire-bouchon équipe les couteaux Suisses dignes de ce nom, en cas d'urgence. On n'est jamais trop prudent.
réponse à . SyntaxTerror le 06/02/2014 à 09h28 : Quand on s’est aperçu que la chemise entrait mal dans le pantalon, ...
j'adooore, très bien trouvé  
réponse à . DiwanC le 13/09/2015 à 03h54 : On a tant décortiqué les chansons du cher Georges en ce fév...
On a tant décortiqué les chansons du cher Georges en ce février 2014 que je n'ai plus grand-chose à vous mettre sous la dent*.

Tu manques de cul en quelque sorte...
Comme cul et chemise.
En d'autres lieux certains disent en file indienne ou en rang d'oignons.
A l'armée pour la visite médicale, il n'était pas question de chemise... que des culs. L'expression réglementaire étant bite-à-cul.
réponse à . BOUBA le 06/02/2014 à 14h04 : Je savais qu’il y en avait une flopée mais ce matin j’é...
Il me vient aussi à l’esprit ce kakemphaton commis par Corneille
Eh ! oh ! voilà t-y pas que tu m'obliges à aller chercher la définition d'un mot dont j'ignorais l'existence...

Mais c'est ça aussi, le charme d'Expressio
réponse à . gonalzako le 13/09/2015 à 12h07 : Il me vient aussi à l’esprit ce kakemphaton commis par CorneilleEh&...
Expressio, kemphraton ?
Et si la chemises est crade, "merdiques", cette belle entente risque de mal finit...
"Comme cul et chemise, comme larrons en foire, j'ai vu se constituer tant d'associations
Mais il n'en reste qu'une au travers de l'Histoire qui ait su nous donner toute satisfaction : le sabre et le goupillon".
Cher Jean Ferrat ! Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement et les mots pour le dire viennent aisément !
réponse à . lArthenice16 le 13/09/2015 à 13h12 : "Comme cul et chemise, comme larrons en foire, j'ai vu se constituer t...
... j'ai vu se constituer tant d'associations.

Lui il a vu
...se marier toutes sortes de gens :
Des gens de basse source et des grands de la terre,
Des prétendus coiffeurs, des soi-disant notaires...
^*

- Seulement, les seigneurs n'épousent plus les bergères, dites-vous. Même plus dans les livres ! Un notaire et une coiffeuse ? Union bien improbable,

J'aimerais bien moi que ces deux-là se soient retrouvés un jour amants et complices comme "cul et chemise".!


* Ça déborde un peu de l'expression du jour mais écoutez-le ici parler de sa mère et raconter les épousailles de celle-ci. M'sieur Brassens.
réponse à . Mintaka le 13/09/2015 à 16h38 : Cliquer sur le texte pour la zizique. Est-ce un reflet de ta moustache Ou bien...
réponse à . DiwanC le 13/09/2015 à 14h44 : ... j'ai vu se constituer tant d'associations. Lui il a vu ...se marier toutes ...
... très touchant. Merci Diwan.
réponse à . lArthenice16 le 13/09/2015 à 13h12 : "Comme cul et chemise, comme larrons en foire, j'ai vu se constituer t...
Cher Jean Ferrat
Effectivement, pendant son service militaire Ferrat était sergent et, vu ses opinions politiques, on l'appelait cher Jean.
Notez qu'il eût été plus facile qu'il s'appelât Serge-Jean.
réponse à . Mintaka le 13/09/2015 à 22h22 : Cher Jean FerratEffectivement, pendant son service militaire Ferrat était...
Cher Jean...cela sent l'accent auvergnat...et me fait penser à une petite histoire :
" Ah ! mais laissez-moi, laissez-moi, ne cessait-elle de répéter
Et lui s'évertuait, s'évertuait ...
Est-ce que c'était sa faute à lui si elle avait l'accent auvergnat ?"
Bon choir Mesdames, bon choir Mesdemoiselles et bon choir Messieurs !

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Comme cul et chemise » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

publicité
Expressio - le livre

Le contenu de ce site est si riche qu’un livre en a été tiré. Ce livre, devenu un best-seller est maintenant disponible en poche.

Ce commentaire ainsi que les réponses qui y sont liées, seront définitivement supprimés. Etes-vous sûr?