Entre la poire et le fromage

Entre deux évènements, à un moment perdu.
A un moment de conversation libre et détendu, comme on en trouve vers la fin d'un repas.

Origine

Au XVIIe siècle, le fromage se mangeait après les fruits, dont les poires et les pommes étaient des exemples types.
A l'origine, l'expression signifiait donc "vers la fin du repas", à un moment où l'on commence à être repu et détendu, instant plus convivial et propice aux discussions.
Puis elle s'est généralisée pour indiquer "à un moment libre entre deux évènements", la poire et le fromage n'étant plus que des marques temporelles.

Exemple

« Il se souvenait du dîner, un mois plus tôt, au cours duquel son beau-frère et son fils, entre la poire et le fromage, avaient négligemment mentionné les théologies de "la mort de Dieu". »
Jean-Louis Curtis - Le roseau pensant

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Entre la poire et le fromage » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
Grècegr Metaxi tyrou ke ahladiouEntre le fromage et la poire
Belgique (Flandre)nl Tussen de soep en de patattenEntre le potage et les pommes de terre

Vos commentaires
En fait "poire" est probablement ici une corruption de l’ancien mot "potée" (la soupe, en somme), "fromage" étant un plat préparé - ce qui n’invalide en rien le sens donné à l’expression.
réponse à . <inconnu> le 03/01/2007 à 21h25 : En fait "poire" est probablement ici une corruption de l’ancien mot "pot&e...
Salut Ernest, sois le bienvenu !

On dirait que tu as une attirance pour le fromage ou je me trompe ? J’apprécie beaucoup ton combat contre la corruption des anciens mots : voilà une position courageuse que celle du missionnaire du 21ème siècle allant à la rescousse (qui vient de rascasse selon LPP) des mots anciens.
Enfin, on ne va pas en faire tout un fromage, pas vrai ?

Gorgonzol-Hobbes
réponse à . <inconnu> le 03/01/2007 à 21h25 : En fait "poire" est probablement ici une corruption de l’ancien mot "pot&e...
De quelle source supposée fiable vient cette information ?
Aucune des miennes n’évoque cette hypothèse.
réponse à . God le 04/01/2007 à 18h44 : De quelle source supposée fiable vient cette information ? Aucune de...
Houlààààà Ernest, fais gaffe, y a GodLapinochet qui fait les grands yeux ....

T’as raison Godemichou, il faut e-gi-ger des expli-sluuurp-cations !

Sluuuuurp-Hobbes
Si c’est d’un chatiment qu’il s’agit, ent’e la poix et le faux mage, je sais ce que je choisi’ais!
Vieux souvenir de mes lointaines études :
"Entre la porrée et le fromage", porrée étant je crois une purée de poireaux ou quelque chose comme ça.
Mais je n’ai pas vérifié...
Bien le bonjour d’aujourd’hui où cette expression nous revient, puisque c’est soit la fin de semaine, soit un jour de congé, selon le génératuer de choix à Léa (Toire, et non Jacta Est) de notre Godemichou adoré.
Puisque tout a déjà été dit grâce à hermes, Hobbes et moi-même, explorateurs courageux d’un temps passé où les réactions ne fusaient pas encore, je retourne donc me coucher.
Tiens, lorelei vient s’imiscer dans ces débats, bienvenue de si grand mâtin (quel journal!): Laure et l’ail (vous êtes deux, ou quoi?)
Je peux au moins répondre à une partie de la question:
le "fromage" en tant que plat péparé vient / peut venir de l’allemand. En effet, le "Leberkäse" (trad. littérale: fromage de foie) est un fait une sorte de pain de viande.
Il vaut mieux choisir autre chose, si vous trouvez cela un jour sur la carte du resto où vous vous arrêtez, ou alors, mieux, aller ailleurs, parce que ceux qui ont décider de servir ce genre de truc ne savent pas ce que c’est que proposer de la nourriture de qualité... En général, ce "Leberkäse" sert à reservir tous les restes qui n’ont été acceptés sous aucune autre forme, si vous voyez ce que je veux dire... Non, c’est pas nécéssairement dégeu..., c’est souvent pire...
Et regardez chez vous bouchers, si vous n’y trouvez pas un fromage de tête persillé (Ca, par contre, cela peut être très bon, quand c’est bien préparé)
Par contre, "poire" allitération de "potée": il y a bien une explication, que je vous livre ici: j’ai toujours dit de mon pote l’empoté que c’était une bonne poire...
réponse à . file_au_logis le 23/06/2007 à 08h24 : Je peux au moins répondre à une partie de la question: le "fromage...
compote: un copain pas malin, un peu pomme....
réponse à . file_au_logis le 23/06/2007 à 08h24 : Je peux au moins répondre à une partie de la question: le "fromage...
sert à reservir tous les restes qui n’ont été acceptés sous aucune autre forme,
accompagnés de riz, n’appelle-ton pas ça du "riz cantonais" ???
... entre LA poire et LE fromage, il s’agit bien d’une généralité car si l’on songe aux 1 000 fromages différents fabriqués en France (j’inclus évidemment les yaourts et autres fromages blancs)
"Un pays capable de donner au monde trois cents fromages ne peut pas mourir", avait déclaré Winston Churchill pendant l’occupation allemande. Quant à Charles de Gaulle, il avait décrèté "qu’on ne peut pas gouverner un pays qui offre 365 variétés de fromages." )
même casse-tête avec les variétés de poires qui se comptent par milliers, (mais une dizaine seulement se retrouve régulièrement sur les étals des marchands)... on leur a même dédié une chanson : "la valse des poires" (chanson de 1908)
comme je l’écrivais le 17 mars 2007 (expression : ’se fendre la poire’) : "je m’suis fendue, pendant des années, à apprendre à mes petiots de la maternelle, la valse des poires : william, Lisbonne et Passe-Crassane ...
réponse à . cotentine le 23/06/2007 à 09h57 : sert à reservir tous les restes qui n’ont été accept&...
et ton riz, qu’entonnait-il? La valse des poires?
"Au XVIIe siècle, le fromage se mangeait après les fruits..."

De nos jours, c’est toujours vrai en Angleterre, le fromage étant un ajout optionnel pour qui a encore un p’tit creux.
Ne vous querellez plus sur l’origine de "poire", mes amis, peut-être sommes nous tous dans le faux ! Il est possible que l’expression désigne en fait la place dont personne ne voulait à table, c’est à dire entre la gentille fifille et le mec qui sent, allez savoir !

Quoi qu’il en soit, je trouve qu’il manque une dimension dans la pourtant brillantissime explication de notre Godmichou vénéré: il me semble (mais c’est le très humble avis du petit ver luisant qui ose défier l’étoile) que les choses dites "entre la poire et le fromage" sont généralement très importantes (en particulier un aveu) et que leur gravité contraste d’autant plus avec la légéreté du contexte...
réponse à . cotentine le 23/06/2007 à 09h57 : sert à reservir tous les restes qui n’ont été accept&...
Et c’est pour cela qu’ils se sont tous mis ensemble pour sauver... la Belle Gique, pays génial avec ses fromages du plateau de Herve, ses fromages d’abbaye (plus de trois cent également), mais en plus les bières d’abbaye qui se doivent d’accompagner les-dits fromages. Ca, madame, c’est de la culture nourricière! C’est pas en Belle Gique que l’on vous servirait du Leberkäse: même pas dans les cantons rédimés, c’est pour dire
Les cantons rédimés, caisse, entends-je?
C’est très simple:
1) non, ce n’est pas là qu’est produit le riz cantonnais
2) non ce ne sont pas des cantons qui doivent payer deux fois la dîme
3) ce sont les cantons de l’est de notre territoire NATIONAL (et non fédéral, parce que je ne reconnais pas à la bêtise humaine le droit de cité chez nous) qui y furent rattachés à la fin de la première guerre mondiale. Ils faisaient partie de l’Allemagne auparavant (chinois - on n’en sortira pas de ton riz qu’entonnais la valse des poires!).
réponse à . Kourtoreil le 23/06/2007 à 10h09 : "Au XVIIe siècle, le fromage se mangeait après les fruits..." De ...
Il est vrai que, maintenant, la mode est de servir les fromages avec du raisin, des noix, voire même des quartiers de pommes ou de poires prédécoupés. Peut-être pour empêcher ces discussions entre la poire et le fromage.
réponse à . file_au_logis le 23/06/2007 à 10h17 : Il est vrai que, maintenant, la mode est de servir les fromages avec du raisin, ...
as-tu seulement déjà goûté du roquefort avec quelques grains de raisin que tu éclates entre tes dents,? les papilles en raffolent ... et les mamies aussi ! ... je n’entrearai pas dans le détail d’autres mélanges aussi savoureux ... mais je crois qu’on n’a plus le temps d’une haute réflexion filo-zofik entre la poire et le fromage ... il vaut mieux attendre le café ! et discuter, s’accorder une pause entre café et liqueur ! 
réponse à . cotentine le 23/06/2007 à 10h54 : as-tu seulement déjà goûté du roquefort avec quelques...
tu parles là de file-aux-sophies. Je te suis bien volontiers sur ce terrain!
curieux et inattendu, ce débat sur le sens et l’origine du mot "poire" !
Pour moi la poire désigne ... une poire ! Elle remplissait l’office du sorbet , arrosé ou non, ou du petit verre de gnôle (le trou Normand) qui permettait de digérer avant d’attaquer les fromages et desserts. Si parmi les fruits les plus connus, on prenait une poire, et non une pomme , c’est parce qu’elle était juteuse et répondait parfaitement à cet objectif. Parler avant la poire était difficile puisque les plats étaient chauds et qu’il fallait donc les manger sans perdre de temps. Mais après la poire on avait le temps : petite pause digestive, puis plats froids (puis digestif , puis ...). On parle ici de repas d’affaires, naturellement pas du quotidien qui était souvent fort frugal !
Ajoutons que dans nos sociétés, le partage du repas était le préalable qui permettait de se connaître et de s’apprécier : un rite initiatique en quelque sorte, et que les sujets sérieux, propositions d’affaires etc... ne pouvaient pas être abordées avant d’avoir pu ainsi juger son invité. Le compagnon ( le copain) était celui qui avait partagé le pain (Cum pano). C’était le sens de la communion chrétienne, mais aussi bien le rite de l’hospitalité dans presque tous les peuples. Si le missionnaire était invité à bouffer, il pouvait alors chercher à convaincre ses hôtes. S’il n’était pas cru, il était cuit...
réponse à . chirstian le 23/06/2007 à 11h17 : curieux et inattendu, ce débat sur le sens et l’origine du mot "poi...
Si le missionnaire était invité à bouffer, il pouvait alors chercher à convaincre ses hôtes. S’il n’était pas cru, il était cuit...
être bouffé ou ne pas être bouffé, là se trouvait toute la question...

Et patatras. On discutait à bâtons rompus - voir cette expression, d’ailleurs - sur un sujet banal, comme qui dirait entre la poire et le fromage, à s’n aise, et tout, et pi le v’là qui s’radinne, ave son esplication qui tient la route et tout, et nous, on reste le bec dans l’eau (voir aussi cette expression)...
Chirstian, t’aurais dû attendre la fin de soirée, pour cela, t’as cassé l’ambiance, là.
Allez, amenez les ddesserts et les cafés, maintenant! J’en ai marre de faire le poirier...

Maaaaarrrccceeeeeeeeeeeeeeeeeeeeelllllllllllllllllllllllllll, t’es une bonne poire, hein, alors, deux p’tits noirs bien tassés, là, avec le missionnaire...
réponse à . <inconnu> le 23/06/2007 à 08h12 : Vieux souvenir de mes lointaines études : "Entre la porrée et...
"Entre la porrée et le fromage"
je n’ai jamais lu l’expression sous cette forme. Mais la "porrée" au XIII c’était le poireau, puis n’importe quel légume, puis la soupe, ou le plat de légumes hâchés. L’expression désignerait donc, ici aussi, le temps qui s’intercale entre le plat chaud et le fromage, dans les repas plus simples, où l’on économise le trou normand sous l’une quelconque de ses formes.
réponse à . file_au_logis le 23/06/2007 à 11h29 : Si le missionnaire était invité à bouffer, il pouvait alors...
pleure pas fifi : c’est l’espoir qui fait vivre. Pas les poires ! Quant à la position du missionnaire : certaines la trouvent inconfortable , mais comme le chantait Marie José Nat (ah jeunesse ! ) :
"moi j’dis l’amour n’a pas l’même goût,
selon comment qu’on le regarde
moi j’dis l’amour n’a pas l’même goût,
vu par en d’sus ou par en d’sous..."
amen
Maaarcel : pour moi ce sera un petit blanc !
réponse à . file_au_logis le 23/06/2007 à 10h15 : Et c’est pour cela qu’ils se sont tous mis ensemble pour sauver... l...
bien d’accord pour dire que la france n’a pas le monopole du fromage, nous avons nous aussi un nombre incalculable de fromages d’abbaye pour accompagner les différentes bières du même nom. Sans compter les fromages de chèvre et autres bleus, verts, persillés et j’en passe.
N’oublions pas non plus l’autre pays du fromage comme dit Dave dans une pub. Lafontaine le reconnaissait d’ailleurs dans la fable : "Le rat qui s’est retiré du monde" voir sur http://www.lafontaine.net/lesFables/affichefable. php?il=131
Désolée je ne sais pas comment faire voir "cette page"
réponse à . <inconnu> le 23/06/2007 à 10h14 : Ne vous querellez plus sur l’origine de "poire", mes amis, peut-être...
J’adore tes explications très libres sur cette expression. Serais tu adepte des confidences entre le traversin et l’oreiller? Hum, ça sent le vécu !
(la dernière syllabe étant involontaire, je ne m’en excuse pas)
réponse à . tytoalba le 23/06/2007 à 11h48 : bien d’accord pour dire que la france n’a pas le monopole du fromage...
réponse à . tytoalba le 23/06/2007 à 11h48 : bien d’accord pour dire que la france n’a pas le monopole du fromage...
erreur 404 ... comment êtes-vous arrivé sur cette page ? demande l’auteur du site ... j’ai pas cafté ! et je t’essplique : tu copies ton lien avec ton mulot, et dans la place que nous alloue si gentiment God, tu ouvres une accolade, tu colles ton lien et tu refermes l’accolade sans espace.
l’accolade ouvrante, c’est Alt et 4 et l’autre fermante c’est Alt et + (du clavier et non du pavé numérique) ... accolade / http://www.lafontaine.net/nouveau-site/index.php / accolade sans espace, ça donne cette page Ce site devrait convenir à Syanne, à Momo et à Memphis, car il demande de l’aide, le p’tit gars !
d’habitude c’est Borikito qui explique plus clairement que moi !
réponse à . cotentine le 23/06/2007 à 12h37 : erreur 404 ... comment êtes-vous arrivé sur cette page ? deman...
merci du renseignement, je me suis d’ailleurs aperçue que j’avais fait une erreur en tapant l’adresse
ben ça ne marche pas avec mon clavier, sniffffffffff
Pourquoi ? en Belle Gique, vous utilisez des claviers simplifiés ? 
Avec AZERTY, on peut ! et je vois que les accents ne manquent pas donc, tu dois aussi avoir les parenthèses (.), les crochets [.] et les accolades !
Tu uses bien de l’apostrophe, l’accolade ouvrante est sur cette même touche et s’ouvre avec Alr Gr et la fermante est sur la touche = et +
au secours ! Help ! SOS ! Tytoalba a ouvert la boîte de Pandore ! elle a dû mal ouvrir ou refermer une balise de traviole et maintenant, un clic et on se retrouve sur la page des Fables et Expressio disparaît ... c’est sa modification qui pêche, qui poire foire ... un PRO de l’informatique est demandé ! même s’il n’en est quentre la poire et le fromage ... il retournera finir son dessert après intervention ! Marceeeellllll, prépare une petite douceur pour le dépanneur ! 
C’est pas bientôt fini, les gosses ? cette page. Si vous n’arrivez pas pile-poil sur la fable (liens du site un tantinet merdiques) : onglet "Oeuvre intégrale/Fables/Liste alphabétique des fables.
That’s all, Folks.
Faut toujours que Pépé surveille la cour de récré, hein ? Entre la café et la sieste, en plus !
réponse à . Elpepe le 23/06/2007 à 13h48 : C’est pas bientôt fini, les gosses ? cette page. Si vous n&rsqu...
Entre la café et la sieste, en plus !

Dormir ou boire du café, il faut choisir ! si elle vient après le café, la sieste est crapuleuse ! ou alors était-ce un café du pauvre ? 
réponse à . cotentine le 23/06/2007 à 13h30 : au secours ! Help ! SOS ! Tytoalba a ouvert la boîte de Pan...
Si ca avait été hier, tu aurais dû parler de la boîte du paon d’or!
réponse à . <inconnu> le 23/06/2007 à 13h55 : Entre la café et la sieste, en plus ! Dormir ou boire du café...
Je voulais dire : entre le café crapuleux et la sieste du pauvre. Car BB est chez son coiffeur. La pétasse !
réponse à . cotentine le 23/06/2007 à 13h22 : Pourquoi ? en Belle Gique, vous utilisez des claviers simplifiés&nbs...
Bonjour à tous et bon week-end. Tu as bien tout expliqué Cotentine, même moi, (c’est peu dire) j’ai compris. Je vous donne un petit truc que Elpepe nous avait donné : cette page pour faire ces deux signes on peut les faire en appuyant en même temps sur ALT et sur 123 et sur 125 du pavé numérique - pour [] taper sur ALT et en même temps sur 91 et 93 - pour < > ALT en même temps 60 et 62.J’ai taper les signes ouverts et fermés et les chiffres à taper ensuite car en validant ça devenait incompréhensible. J’espère que ça va marcher. A bientôt
Bon, je vous l’dit tout de go, entre le l’kawa et l’dijo, je vous quitte pour cet aprèm (anniv’ de tifille oblige !)

Pépé: chalut au merlan de BB !
réponse à . <inconnu> le 23/06/2007 à 14h16 : Bonjour à tous et bon week-end. Tu as bien tout expliqué Cotentine...
hé ben, on dirait que je fais l’unanimité. Je serais donc une fouteuse de M.... Mille excuses à tous
cette page
en espérant que cette fois ça fonctionne. Mais mon clavier n’est pas configuré comme celui de cotentine. Et sinon, ben je vais devoir donner ma démission avant que vous m’éjectiez tous 
Les corsaires normands après la foire et le carnage mangeaient parfois ce fameux dessert : cette page

Je prétends Allah Trie Reine ! (à la crème)
réponse à . tytoalba le 23/06/2007 à 14h26 : hé ben, on dirait que je fais l’unanimité. Je serais donc un...
C’est de ta faute ? Je croyais que c’était de la mienne et j’ai tout retapé de façon à ne pas faire "cette page". Je suis spécialiste, il m’arrive souvent de ne pas fermer les accolades et il faut que God intervienne.  - essayes avec ALT à gauche du clavier et en même temps les chiffres sur le pavé numérique à droite ça devrait marcher.
réponse à . <inconnu> le 23/06/2007 à 14h28 : Les corsaires normands après la foire et le carnage mangeaient parfois ce...
Bon, tu ne t’es pas bien foulé, hein ? Entre l’hiloire et la dame de nage, le jury te l’accorde quand même.
Marceeeeeeeeel ! Une tournée générale de calva, c’est pour Yannou !
réponse à . Elpepe le 23/06/2007 à 14h48 : Bon, tu ne t’es pas bien foulé, hein ? Entre l’hiloire e...
ânon, il ne s’est pas foulé l’ami ! j’suis même certaine qu’il n’a jamais goûté à une vraie "teurgoule" de t’cheu nous ! tu lui accordes la trirème, certes, mais une de paccotille ! j’espère !... hein, pas une vraie ! ??? je rêve-là !
Alors, l’histoire en quelques mots, ce dessert a été créé par des paysans pauvres dans les conditions suivantes : les seigneurs revenus de leur voyage dans les îles avaient rapporté beaucoup d’épices à ne plus savoir qu’en faire, ... leurs paysans avaient faim et ils leur firent don de la cannelle et du riz. Les paysans mélangèrent le riz, la cannelle, et le lait excédent de leur vache ... donc entier et non pasteurisé ( à l’époque ils mangeaient encore naturellement ) si vous n’avez pas une ferme près de chez vous, ... renoncez à ce mets, bon conseil !!! je ne sais pas si à l’époque ils avaient beaucoup de sucre, aujourd’hui nous en mettons une plus grande quantité...Après avoir mélangé tous les ingrédients dans une terrine en terre ( car excusez-moi le pyrex n’existait pas à l’époque et n’a pas les mêmes vertus que les terrines en terre ( dommage que je ne puisse télécharger une photo pour que je puisse vous montrer la forme originale des terrines ) ces terrines remplies à ras bord étaient placées sous le foyer et cuisaient toute la nuit ( avec l’évolution on les a mises dans des cuisinières à bois pour cuire à feu doux toute la nuit ... et le matin on récupère la terrine tiède qu’on laisse refroidir , une belle croûte brunâtre recouvre la teurgoule, maintenant ... allez, dégustez !!!

Pourquoi ce mot teurgoule ? car les paysans bas-normands n’étaient aucunement habitués aux épices d’où le dessert qui leur "teur" (ou torde en français) la goule (la gueule en français) ou plus simplement ce dessert leur arrachait les papilles ... Merci de prendre en compte ce commentaire, je ne veux pas donner une Xième autre recette de la teurgoule, car je crois que chaque famille la fait à sa façon, bien sûr celle de ma maman est la meilleure, ce serait vous mentir  de toutes façons, y’a qu’les normands pour la réussir, Na !

Cette recette et son histoire sont transmises de génération en génération dans les familles bas-normandes, mais elle semble voué à disparaître car nous sommes presque tous devenus des citadins et trouver du lait fermier n’est pas simple même en province ( Dans les communes rurales le nombre d’exploitations agricoles chute de façon vertigineuse, une exploitation par commune résiste en moyenne car elle a engloblé les autres).
Na, na nanère, moi, je peux encore ! j’habite en pleine cambrousse ! 
- L’enfoirage et la mer portée.
- Ramée forgea le plot entier.
- Gentil poète frôle âme rare.
- Léa forge la trirème pontée.
- Le René, âgé, tripote la forme. 
- Goret mené : la paire te frôle !
- Géronimo râpe la frêle tête.
- Léo-Renée : parti OGM frelaté
- Préfet mange l’aréole rôtie.
- Pierre, le mage en or, a flotté ! 
- Frère galérien, la moto pète !
- Ton alliée fée germera trop.

Anna Gramme
réponse à . Elpepe le 23/06/2007 à 15h21 : - L’enfoirage et la mer portée. - Ramée forgea le plot entie...
Le René, âgé, tripote la forme.
Hé, Borikito, réveille-toi, y’a LPP qui évoque tes tripotages, entre la poire et le fromage !
Bon, allez, les gosses : BB va rentrer de la pêche au merlan, et Pépé plier ses gaules. Soyez sages, hein ? Je compte sur vous... 
réponse à . cotentine le 23/06/2007 à 15h19 : ânon, il ne s’est pas foulé l’ami ! j’suis m...
Je voulais dire tout ça... mais la flemme vois tu ?
Ma belle-mère m’a conté tout cela et même qu’elle en mangeait, elle qui habitait une pauvre masure pas très loin de la maison de la dame aux camélias.
Ah ah ah, moi, je sais y aller... C’est 100 Euros à qui veut des détails.

Je garde la médaille !
réponse à . <inconnu> le 23/06/2007 à 14h37 : C’est de ta faute ? Je croyais que c’était de la mienne ...
"les accolades et il faut que God intervienne."

Il faut dire OUI à l’accolade entre la poire et le fromage, ça n’engage à rien, enfin à presque rien… juste un tout petit rien alors… En plus si c’est avec God, nous nous couchons aussi… Tu as droit au maximum, c’est dans les statuts du site Claudine !
réponse à . <inconnu> le 23/06/2007 à 14h37 : C’est de ta faute ? Je croyais que c’était de la mienne ...
j’ai enfin trouvé comme tu as pû le constater. Mon clavier belge est peut-être un OTNI. Il faut taper le Alt GR qui est à droite + 9 pour ouvrir et +0 pour fermer. Je concède que mon clavier n’est pas de la toute première fraîcheur, comme mon PC d’ailleurs, mais j’y suis attachée. Le principal étant que je sais enfin comment faire.
Tout ceci vaut bien une conférence.
J’vais te faire mal Cotentine, tiens regarde ça : cette page

Pardon, ça fait mal...hein ?
réponse à . tytoalba le 23/06/2007 à 17h11 : j’ai enfin trouvé comme tu as pû le constater. Mon clavier be...
"un OTNI"

Objet Tranquille Non Identifié ? Un clavier belge ???? 

Si je pouvais venir te détacher, ah mais une femme attachée, c’est excitant à observer aussi... Dilemme, gros dilemme !
cette expression m’ayant rappelé l’affable corbeau de la fable, trop bonne poire, pour garder son fromage, j’en ai copié le texte dans le traducteur Google, pour obtenir une traduction automatique en anglais, et j’ai refait l’opération inverse pour retrouver du français.
Voici le résultat, parfois un peu surprenant. Pour expliquer ce "croisillon" inattendu : en anglais le corbeau a été traduit "corbel" (!).

Le croisillon principal, sur un arbre été perché, dans son bec un fromage s’est tenu. Le renard principal, par l’odeur attirée, il a parlé au sujet de cette langue : « Hé ! bonjour, Monsieur du croisillon. Comment vous êtes joli ! comment vous semblez à moi beau ! Sans se trouver, si votre gazouiller se rapporte à votre plumage, vous êtes Phoenix des centres serveurs des ces bois. « Ces mots le croisillon ne sent pas la joie ; Et pour montrer sa belle voix, elle ouvre un large bec, laisse tomber sa proie. Le renard se saisit certains, et connu en tant que : « Mon bon monsieur, Apprenez que très flattant vit aux dépens de cela qui écoute lui : Cette leçon vaut la peine un fromage bien, assurément. « Le croisillon, honteux et confus, Jura, mais peu un en retard, qu’il plus là ne serait pas pris.

Je fais souvent ce type d’exercice , pour me convaincre que nos métiers ont encore quelque avenir ! Mais il m’arrive aussi de faire le cauchemar que nous dépendrons un jour des machines automatisées. Laissez-moi descendre !
réponse à . chirstian le 23/06/2007 à 17h53 : cette expression m’ayant rappelé l’affable corbeau de la fabl...
Mais c’est déjà le cas Chirstian, nous n’existons pas !
God n’est qu’une machine pré-programmée et les expressionautes sont virtuels. Nous avons la voix métallique et de corps point ! Nous saluons toi et espérons que la machine à débiter expressions, commentaires et conneries en tous genres te fait être content. Toi être corps beau et nous renards virtuels te saluons aussi. Quel beau fromage n’est-ce pas ?

Ton cauchemar est la réalité, nous sommes le savais tu en 2300 après Sarkozy ?! Prends un verre d’eau maintenant, l’émotion est forte chez les humains parfois.
Je suis XBPZS type 3 nouvelle génération d’I.Robote.

Ps : La femme du robot EllPP s’appelle Ellpépette et ne va jamais chez le coiffeur. Nous t’égarons pour ton plaisir masturbatoire de la tête. De rien…
réponse à . chirstian le 23/06/2007 à 17h53 : cette expression m’ayant rappelé l’affable corbeau de la fabl...
et encore, tu n’as pas essayé une recette de cuisine. Je l’ai fait sur skynet du néerlandais au français. Je t’en livre un extrait.

- . Le lait dans pour le magnettronoven une échelle arrangée coule et 8 - 10 minutes laisse bouillir sur 750 W. le lait chaud sur la semoule de blé couler pendant que vous continuez vigoureusement faisant attention à être exact, erop que lui pas klontjes de formes.

Cette traduction ne vaut pas un fromage sans doute.
réponse à . chirstian le 23/06/2007 à 17h53 : cette expression m’ayant rappelé l’affable corbeau de la fabl...
Eh bien voilà, j’ai tout compris! Il suffisait d’expliquer, quoi:
bon sang, mais c’est bien sûr:
en anglais le corbeau a été traduit "corbel" (!)
C’est pourquoi la femelle du corbeau est la corbeille!
Et s’il s’agit du corbeau d’Elpépé, alors, là, c’est la corbeille à Papy, hé!
réponse à . <inconnu> le 23/06/2007 à 17h19 : "un OTNI" Objet Tranquille Non Identifié ? Un clavier belge ??...
un OTNI...
Ca me rapelle un gag d’il y a très longtemps:
- un OVNI, c’est quoi, M’sieu?
- Ben tu vois, c’est comme qui dirait un truc dont tout le monde parle, mais que personne n’a jamais vu. Tu comprends, mon p’tit Pierrot?
- Ben, euh, oui, enfin, j’crois, c’est ... euh... ah!, ca y est! Un Ouvrier Volontaire de Nationalité Italienne!
réponse à . tytoalba le 23/06/2007 à 20h12 : et encore, tu n’as pas essayé une recette de cuisine. Je l’ai...
Oui, bon, mais là, chuis pas sûr que ce soit la faute au programme automatique de traduction, tu vois... Quelle idée d’aller chercher des recettes de cuisine en néerlandais... Ils savent pas cuisiner, les Bataves, c’est bien connu. C’est encore pire que les Anglais, et c’est pas peu dire...
Mmmmmhhh! Y a bon, Batavia!
réponse à . chirstian le 23/06/2007 à 17h53 : cette expression m’ayant rappelé l’affable corbeau de la fabl...
Souvenirs, souvenirs ... Dans le style, "le fantôme est rapide mais la viande est molle", à la place de "l’esprit est vif mais la chair est faible".
Et vivent les traducteurs zumains !
réponse à . <inconnu> le 23/06/2007 à 18h11 : Mais c’est déjà le cas Chirstian, nous n’existons pas&...
"Prends un verre d’eau maintenant, l’émotion est forte chez les humains parfois. "

Bip, erreur, je me permets de rappeler à mon éminent collègue virtuel qu’en 2300 ça fait belle lurette qu’il n’y a plus d’eau 
réponse à . Jonayla le 23/06/2007 à 21h53 : "Prends un verre d’eau maintenant, l’émotion est forte chez l...
Manque d’eau ? Qu’ils boivent du vin, aurait dit Marie Antoinette.

C’est vrai qu’en ce mois de juin 2300, il ne reste, sur terre, que 1250 litres d’eau potable. C’est pas beaucoup ! Si je n’étais pas le seul rescapé de la planête , j’en parlerais bien à quelqu’un ! A défaut, entre la poire et le fromage, je laisse des messages sur Expressio.fr : Dieu passe les relever de temps en temps, et il a promis d’en tenir compte pour sa prochaine création.

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Entre la poire et le fromage » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

publicité
Expressio - le livre

Le contenu de ce site est si riche qu’un livre en a été tiré. Ce livre, devenu un best-seller est maintenant disponible en poche.

Ce commentaire ainsi que les réponses qui y sont liées, seront définitivement supprimés. Etes-vous sûr?