Fumer le calumet de la paix / Enterrer la hache de guerre - dictionnaire des expressions françaises Expressio par Reverso - signification, origine, étymologie

Fumer le calumet de la paix / Enterrer la hache de guerre

Faire la paix, se réconcilier

Origine

Voilà deux expressions qui nous viennent des Amérindiens ou Indiens d'Amérique du Nord, à ne surtout pas confondre avec les véritables Indiens habitants de l'Inde et qui ne sont pas tous des Hindous.

Le calumet[1] est une pipe à long tuyau utilisée par les tribus indiennes. Le fait de fumer ensemble, que ce soit au cours de délibérations, pour souhaiter la bienvenue à quelqu'un ou pour marquer la fin d'hostilités, est un symbole de partage, de souhait de faire des choses en commun ; or, on ne partage qu'avec des gens auxquels on n'est pas ou plus hostile.
Fumer le calumet de la paix c'est donc montrer à l'ancien ennemi qu'on accepte maintenant de partager quelque chose avec lui et de ne plus le combattre.

Mais, dans le cas de la fin d'une guerre, avant de le fumer, le calumet était tendu à l'adversaire. Si celui-ci le refusait, c'est qu'il souhaitait que les hostilités continuent.

Cette image des indiens qui fument le calumet dans toutes les situations où il y a une participation collective (conseil, accueil d'étrangers ou d'anciens ennemis) a beaucoup marqué les esprits occidentaux ; c'est pourquoi elle a été largement utilisée dans des romans ou films.

Une autre coutume des Amérindiens était, paraît-il, pour marquer la fin d'hostilités, d'enterrer les armes de guerre, dont le fameux tomahawk, petite hache servant aux combats.
Selon une légende de tribus d'Iroquois de l'est de l'Amérique, les chefs Deganawidah et Hiawatha auraient convaincu les cinq tribus (les Cinq Nations) en guerre dans la région de cesser les combats et de former une confédération.
Pour marquer cet évènement, les Iroquois auraient enterré leurs armes sous les racines d'un pin blanc, et une rivière souterraine les aurait emportées, empêchant ainsi les tribus de recommencer à guerroyer.

Ces deux coutumes légendaires ont donné naissance à nos expressions qu'on utilise maintenant partout où des hostilités cessent (y compris si elles ont lieu simplement entre deux personnes ou deux entités quelconques)

Notez que, pour démarrer un conflit, on ne 'défume' jamais le calumet, mais on déterre la hache de guerre.

[1] Le mot vient de 'chalumeau' qui désigne aussi le long tuyau d'une pipe et qui vient du latin 'calamus' signifiant 'roseau'.

Exemple

« Entretemps, Senghor avait fumé le calumet de la paix avec la plupart des intellectuels. »
Doudou Sidibé - Démocratie et alternance politique au Sénégal - 2006

« Et cinq ans plus tard, je lui ai mis 30% d'augmentation. C'était, sans parler, le moyen de lui faire comprendre que j'avais enterré la hache de guerre. »
Brigitte Reynaud - L'industrie rubanière dans la Région Stéphanoise - 1991

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Fumer le calumet de la paix / Enterrer la hache de guerre » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
Allemagnede Die Friedenspfeife rauchen / Das Kriegsbeil begrabenFumer le calumet de la paix / Enterrer la hache de guerre
États-Unisen Smoke the peace pipe, bury the hatchetFumer la calumette de paix, enterrer la hachette.
Canada / États-Unisen To smoke the peace pipe / To bury the hatchetFumer la pipe de la paix / Enterrer la hachette
Espagne (Catalogne)es Fumar la pipa de la pauFumer la pipe de la paix
Espagnees Fumar la pipa de la Paz / Enterrar el hacha de guerraFumer le calumet de la paix / Enterrer la hache de guerre
Mexiquees Fumar la pipa de la paz.Fumer la pipe de la paix.
Hongriehu Elszívni a békepipát / Elásni a csatabárdot.Fumer le calumet de la paix / Enterrer la hache de guerre
Italieit Sotterrare l'ascia di guerraEnterrer la hache de guerre
Italieit Fumare il calumet della paceFumer le calumet de la paix
Pays-Basnl De vredespijp rokenFumer le calumet de la paix
Pays-Basnl De strijdbijl begravenEnterrer la hache de lutte
Polognepl Palić fajkę pokoju / Zakopać topór wojennyFumer le calumet de la paix / Enterrer la hache de guerre
Brésilpt Fumar o cachimbo da pazFumer le calumet de la paix
Roumaniero A fuma pipa păcii / A îngropa securea de războiFumer le calumet de la paix / Enterrer la hache de guerre
Serbiesr Popusiti lulu miraFumet le calumet de la paix
Serbiesr Zakopati ratnu sekiruEnterrer la hache de guerre
Suèdesv gräva ned stridsyxanEnterrer la hache de guerre
Suèdesv Röka fredspipa / Gräva ner stridsyxanFumer la pipe de paix / Enterrer la hache de guerre
Suèdesv röka fredspipaFumer le calumet de la paix

Vos commentaires
Hugh ! Moi indien. Moi vouloir eau de feu plus forte qu’hier !
le calumet était tendu à l’adversaire. Si celui-ci le refusait, c’est qu’il souhaitait que les hostilités continuent
Les hommes étaient encore, pour la plupart, des hommes: ainsi bien des massacres s’expliquent. Alors qu’il aurait suffit de quelques squaws actives et douces...
réponse à . <inconnu> le 19/05/2009 à 00h24 : le calumet était tendu à l’adversaire. Si celui-ci le refusa...
Il refusaient le calumet non pas qu’ils voulaient qu’la guerre continuasse, mais c’est qu’ils préféraient la pipe ! Vas faire comprendre ça à un sioux !
réponse à . eureka le 19/05/2009 à 02h13 : Il refusaient le calumet non pas qu’ils voulaient qu’la guerre conti...
Un sioux c’est un sioux.
Je ne suis pas expert en siouxologie mais il me semble que dans la langue qu’ils aiment voir pratiquer, calumet c’est kif-kif notre bouffe-hard.
réponse à . <inconnu> le 19/05/2009 à 02h25 : Un sioux c’est un sioux. Je ne suis pas expert en siouxologie mais il me s...
Kif-kif, c’est vite dit ! Il leur manque toujours un sioux pour faire un franc !
Sur les indiens sioux qui souffrent d’être appelés comme les indiens d’inde qui se sentent alors comme des dindes, c’est fou voire même un peu dingue , non ?

J’en veux un peu à notre belle langue française pour son inertie, et je ne suis pas près d’enterrer la hache de guerre. Le bison n’est pas très futé sur ce coup là !

Bien sûr que c’est lié à l’erreur de Christophe Colomb ; bien sûr aussi qu’après de longs débats le mot d’amérindien a été retenu (sans toutefois vraiment passer dans l’usage), mais tout de même ! Après cinq siècles ne pourrions nous pas corriger un peu notre langage ?

En chinois on fait bien la différence entre les indiens et les indiens, comme cela on sait de qui on parle... voir cette page
réponse à . eureka le 19/05/2009 à 02h13 : Il refusaient le calumet non pas qu’ils voulaient qu’la guerre conti...
Rusé, le gars : quand il voulait enterrer la hache de guerre, il glissait un petit Sioux dans la tirelire de sa squaw.
Quand je vois BB devant la glace, le matin, mettre ses peintures de guerre, je me dis qu’elle doit être blonde belge ascendance indienne.
C’était au temps du bel adage Peace and love, nous fumions le calumet, les nuits étaient un peu folles, et nos lectures aussi...

cette page

cette page
réponse à . syanne le 19/05/2009 à 08h22 : C’était au temps du bel adage Peace and love, nous fumions le calum...
J’ai beaucoup aimé "Danse avec les loups" (le livre de Michael Blake, bien meilleur que le film). Où on voit bien que la paix est un art bien plus beau et difficile que la guerre, qui finira par l’emporter. Comme d’hab.
Combien de navires furent perdus, parce que le capitaine essaya "d’enterrer" la hache de guerre à fond de cale !?
réponse à . Tonton56 le 19/05/2009 à 08h39 : Combien de navires furent perdus, parce que le capitaine essaya "d’enterre...
Non, là, tu confonds avec les pirates d’Astérix, qui se sabordent avant de prendre une dégelée.
réponse à . Elpepe le 19/05/2009 à 08h37 : J’ai beaucoup aimé "Danse avec les loups" (le livre de Michael Blak...
Alors n’hésite pas à lire Pieds nus sur la terre sacrée, "keepsake" de textes indiens dont certains - qu’on adhère ou pas à leur mystique - sont de belles leçons de (res)paix et d’écologie.
réponse à . syanne le 19/05/2009 à 08h49 : Alors n’hésite pas à lire Pieds nus sur la terre sacré...
D’accord, je l’emporterai, en allant visiter les Indiens d’Irlande. 
Si , le mot Amérindien est très utilisé par ceux qui étudient et apprécient leur riche culture ; chez nos amis Québécois ils sont nommés - fort justement - " Autochtones " . Ugh ! je l’ai dit , mon frère , que le soleil brille pour toi tout au long de cette belle journée !

De mes dix doigts, je fais arcs et flèches,
Bisons, bisons, c’est le plaisir des dieux,
Et cet hiver, on s’ra pas dans la dèche,
Bisons, bisons, c’est le plaisir des dieux.

Le carabin Winchester

Ah, si seulement on avait un éditeur de partoche...
réponse à . syanne le 19/05/2009 à 08h22 : C’était au temps du bel adage Peace and love, nous fumions le calum...
Si vis Sachem para bellum, se disait "fume c’est du Mohican".
réponse à . chirstian le 19/05/2009 à 09h33 : Si vis Sachem para bellum, se disait "fume c’est du Mohican"....
Fumeux ! Tu gagnes la parure de plumes d’aigle du jour.


/\
/=/
/=/___
/=/////\\
\_\////_(_
////// _\
\///(. _\
(:) | _\ __
___(:) ’ \___ __/\/\___/_/
/ (:) \ \ /
/ _ (:) _ \ / /
/ / \__ __/ \ \/ /
( \ | |__\ /
\ \| | \_/
\ |_______|/ \
\/ \ /
/ \ /
\___________//


Pour les indiens, fumer c’est faire, à ses rixes et périls, une déclaration de paix.
Pourquoi des périls ?
Parce que la fumée est le rêve du feu et que le feu est souvent destructeur. Et, de plus, certains fument du H de guerre !

Je ne sais si vous l’avez remarqué, mais un processus de paix ressemble à une nuit de noces . . . sur un champ de mines.

C’est pourquoi la déclaration d’amour semble préférable à la déclaration de paix.

Personnellement, j’adresse une déclaration d’amour enflammée aux femmes, à toutes les femmes . . . . en file indienne, siouxplait ! 

( )
( )
( )

( )
( )
( )
( )
( )


( )
( )
( )
( )
( )
( )
()


/
/~~~~~~~~~~/
/
()
//\\
//||\\

Il m’a juste appris à relever les traces d’ornithorynque.
º
º
o
o
o
o
O
O
O
O
O
O
O
O
~~~~^~~~~
==
derrière petite colline...
réponse à . <inconnu> le 19/05/2009 à 12h14 : º º o o o o O O O O O O O O ~~~~^~~~~ == derrière petite colline......
derrière petite colline...
...rose ?
Indien vaut mieux que deux tulles au ras.
Hugh !
réponse à . chirstian le 19/05/2009 à 09h33 : Si vis Sachem para bellum, se disait "fume c’est du Mohican"....
Si vis Sachem para bellum, se disait "fume c’est du Mohican"

Attention, pied tendre, faut pas provoquer l’ire, oh, quoi ! Si tu commanche, ils t’huron, ou bien t’encheyenneront.
réponse à . syanne le 19/05/2009 à 13h55 : Si vis Sachem para bellum, se disait "fume c’est du Mohican" Attention, pi...
C’est sûr : s’il jette le Comanche après l’avoir cogné, l’autre va dételer l’Apache de guêtre !
Le gouvernement cingalais du Sri Lanka (Ceylan) veut enterrer la hache de guerre avec la rebellion tamoule, après avoir enterré presque tous les Tamouls.
(ce sont les Tamouls qui sont Hindous et les Cingalais qui sont Boudhistes, même si on peut dire que les deux ethnies sont indiennes)
réponse à . SyntaxTerror le 19/05/2009 à 15h42 : Le gouvernement cingalais du Sri Lanka (Ceylan) veut enterrer la hache de guerre...
Guerre de religion ? Ou guerre de pouvoir ? C’est toujours le même refrain paranoïaque, quels que soient le nom du dieu ou la couleur de la peau, et les victimes toujours les mêmes, ceux qui voudraient juste vivre au calme...
réponse à . <inconnu> le 19/05/2009 à 06h13 : Sur les indiens sioux qui souffrent d’être appelés comme les ...
les indiens d’inde qui se sentent alors comme des dindes

Pour les francophones, le dindon vient d’inde et pour les anglophones de Turquie. Chacun son exotisme.
Peux-tu nous dire comment les chinois l’appellent ?
réponse à . SyntaxTerror le 19/05/2009 à 15h54 : les indiens d’inde qui se sentent alors comme des dindes Pour les francoph...
Pour les francophones, le dindon vient d’inde et pour les anglophones de Turquie.

Et pour les francophones le cochon d’Inde vient d’Inde également, tandis que pour les anglophones il vient de Guinée.
réponse à . Elpepe le 19/05/2009 à 15h52 : Guerre de religion ? Ou guerre de pouvoir ? C’est toujours le m&...
Loin de moi l’idée de penser que c’est une guerre de religion. Il se trouve que les ethnies sont différentes et leurs relions aussi. D’ailleurs, parmi les Tamouls, il y a les Tamouls d’Inde et ceux "de souche". Ca se complique.
La religion a toujours été un bon (ou mauvais) prétexte pour justifier tout et son contraire.
Déjà, Martin Luther répondait à des paysans qui cherchaient son appui : Vous avez raison de vous révolter contre votre suzerain, mais ne mêlez pas Dieu à tout ça.
réponse à . <inconnu> le 19/05/2009 à 15h59 : Pour les francophones, le dindon vient d’inde et pour les anglophones de T...
Yes, et les deux ont tort, vu que ... ce n’est pas un porc, c’est un rongeur.
réponse à . syanne le 19/05/2009 à 13h55 : Si vis Sachem para bellum, se disait "fume c’est du Mohican" Attention, pi...
Quesse ce qui se passerait d’après toi s’il avait dit "Fume c’est du Belge" ?
Une déclaration d’amour c’est très bien, mais une preuve d’amour serait pluss meilleure ... à l’indienne

Et me dis pas vas-t-en, cheyenne !
réponse à . eureka le 19/05/2009 à 16h10 : Quesse ce qui se passerait d’après toi s’il avait dit "Fume c...
Ah ben non ! Que là, les Belges déterrent la hache de guerre recta, et on la perd, comme d’hab !
réponse à . Elpepe le 19/05/2009 à 09h02 : D’accord, je l’emporterai, en allant visiter les Indiens d’Irl...
J’y suis. Quand tu viens, dis? Quand tu viens?
Fais attention à ne pas te casser la pipe, je ne veux pas enterrer ElpéHACHEpé plus tôt que prévu...
réponse à . Elpepe le 19/05/2009 à 17h44 : Ah ben non ! Que là, les Belges déterrent la hache de guerre ...
C’est bien connu: l’hideux fond la paire...
ah que Johnny il chante :
"calumet le feu, calumet le feu, Et faire danser les diables et les dieux... " (cette page )
mais que c’est une danse d’amour , avec les loups mais aussi avec les louves à qui il fait un tas de bisons sur le nez. Et que pour qu’il y ait plus qu’allumer de la paix, Johnny il prend de l’eau de feu. Cul sec.
réponse à . file_au_logis le 19/05/2009 à 18h29 : J’y suis. Quand tu viens, dis? Quand tu viens? Fais attention à ne ...
Ben, dès qu’il fait beau en Mer d’Irlande ! 72 heures aller (plus une escale d’une nuit à St Mary’s aux Sorlingues, histoire de voir la tronche des Anglois avec nos beaux euro), cap sur le Fastnet mythique puis quelques jours à crapahuter autour de Cork, et je rentre à Trébeurden en 72 heures direct, gavé de bière et d’Irish : je paie de ma personne pour indiquer à Marcel ce dont il doit approvisionner le bar.
Merci qui ?
A vrai dire, c’est surtout que je ne veux pas voir vos troufions faire la distribution de bonbons aux écoliers... On a déjà les nôtres à balancer les pruneaux dans la foule. Ah, les cons !
Cette image des indiens qui fument le calumet dans toutes les situations où il y a une participation collective... a beaucoup marqué les esprits occidentaux
disons le franchement : la calumet a fait un tabac. Aujourd’hui, les américains , qui ne font jamais les choses à moitié, sont capables de tirer à vue sur les fumeurs, et parlent d’enfermer les derniers dans des réserves. Une reconversion possible pour les installations de Guantanamo.
réponse à . chirstian le 19/05/2009 à 18h53 : Cette image des indiens qui fument le calumet dans toutes les situations o&ugra...
Je fume la pipe, et j’ai déjà la combinaison orange. Tu crois que je dois faire cap sur Cuba toute affaire cessante et me livrer ?
réponse à . <inconnu> le 19/05/2009 à 06h13 : Sur les indiens sioux qui souffrent d’être appelés comme les ...
Pour se simplifier la vie, histoire de remédier à cette dinderie, on traite les indiens d’Inde d’hindous, pour faire bien comme quoi on fait la différence, comme si tous embrassaient euh le d’’hindouisme !

Je ne le répèterai jamais assez, si Colombo s’était arrêté pour demander sa route, hein, le c..., on aurait jamais eu d’indiens d’Amérique, qui seraient bien peinards à c’t’heure en "X pas indiens" frustrés d’être indiens, et encore moins des expressions comme celles du jour. Il aurait été chercher ses noix en Chine le Cristofo à la noix, on serait certainement à l’heure actuelle tous des chinois, et l’expression "c’est du chinois" n’existerait pas ou aurait p’têt un tout autre sens, comme par exemple : Tiens, fume c’est du chinois ! Quesse t’en penses, hein Zhao ?
réponse à . chirstian le 19/05/2009 à 18h46 : ah que Johnny il chante : "calumet le feu, calumet le feu, Et faire danser...
Ouais, ouais, l’eau de feu ! fectivement c’est là qu’on voit bien qu’il est très peau rouge !
réponse à . Elpepe le 19/05/2009 à 19h01 : Je fume la pipe, et j’ai déjà la combinaison orange. Tu croi...
Et moi Mon Amiral je fume la chicha, tu crois que...
réponse à . Elpepe le 19/05/2009 à 19h01 : Je fume la pipe, et j’ai déjà la combinaison orange. Tu croi...
Tu fumes la pipe, oui, mais ta pipe ne peut pas être un calumet ton tuyau est beaucoup trop court.
réponse à . eureka le 19/05/2009 à 16h24 : Une déclaration d’amour c’est très bien, mais une preu...
Tu as raison, depuis que les humains ne savent plus tenir leur Parole, peuvent faire des promesses, juste pour parvenir à leur fins et trahissent ensuite, il vaut mieux avoir des preuves.

La véritable confiance a-t-elle existé un jour ?

Au début, si on en croit les on-dits, Adam ne pouvait trahir Ève (et réciproquement) car ils étaient seuls. Et pourtant ils ont fourni une preuve (à plusieurs reprises) : la preuve par l’œuf !

J’ai toujours pensé que la véritable qualité d’un humain était celle de sa Parole.

C’est pour cela qu’un site comme Expressio, ou l’on joue, dans une raisonnable liberté, avec les mots est si agréable, si défoulant.

On peut, dans l’imaginaire, faire l’amour avec les mots sans les trahir, leur faire des enfants, des chatouilles. Trousser les mots trop policés, trouver leurs polis sons, leur faire perdre leur latin, quitter leur Saint-Axe, et tant d’autres alphabêtises !

Voyons la vie en prose, menons une vie de poème ! Pressons les mots pour en extraire le jus. Buvons ce jus de mots, devenons poète avec plus d’un vers . . . dans le nez !
Puis entrons dans le syllabyrinthe des mots et clonons-les.
Clonons et déclonons surtout  !

On obtient parfois des paroles que l’on ne prononcerait pas dans la réalité, mais qu’il est kiffant, de prendre notre pied à délirer ensemble. 
Rose la petite colline
et des fois brune au coucher du soleil,quand il trescoule et que de longues ombres envahissent petit à petit la vallée.:-l
réponse à . eureka le 19/05/2009 à 19h18 : Et moi Mon Amiral je fume la chicha, tu crois que......
Essaie le pois-chicha ?
@_49 : J’arrive !

Bon, là, God, c’est le péhachepet de la guerre qu’est déterré, ou quoi ? Si je tente (ou tipi, aujourd’hui) de répondre à_49 par le bouton ad hoc, il ouvre bien le champ et prend le texte, mais quand tu valides, ça part en signaux de fumée avec une plume d’aigle dans le fondement, très haut dans l’ether par-dessus le canyon, tu mords ? Alors que le bouton "nouveau", lui, fonctionne, par le Grand Manitou !
réponse à . Elpepe le 19/05/2009 à 21h19 : @_49 : J’arrive ! Bon, là, God, c’est le pé...
c’est le péhachepet de la guerre qu’est déterré

Pas te fout’ les j’tons Mon Amiral, mais on est mal barrés avec God ! C’est confirmé de source sûre, c’est pas avec lui non plus qu’on pourra fumer quoi que ce soit ! Ca fait bien longtemps qu’il a enterré l’calumet aussi.
réponse à . eureka le 19/05/2009 à 21h44 : c’est le péhachepet de la guerre qu’est déterré...
Ah, mais alors, y peut brouiller nos signaux de fumée, le Grand Manitou ? Bon, pourvu que l’éditeur de partoche marche, le reste, je m’en accomode...
réponse à . SagesseFolie le 19/05/2009 à 19h55 : Tu as raison, depuis que les humains ne savent plus tenir leur Parole, peuvent f...
Au début, si on en croit les on-dits, Adam ne pouvait trahir Ève (et réciproquement) car ils étaient seuls. Et pourtant ils ont fourni une preuve (à plusieurs reprises) : la preuve par l’œuf !

C’était surtout une erreur de Genèse !

Et pi’ tu m’diras c’que tu fumes, ça a l’air super !
réponse à . Elpepe le 19/05/2009 à 21h49 : Ah, mais alors, y peut brouiller nos signaux de fumée, le Grand Manitou&n...
Mais ne nous plaignons pas voyons ! Tu connais pas la der des der, avec l’éditeur, le grand manitou a décidé que pour la noël, les filles seraient gratifiées d’une plume de sa coiffe d’indien qu’elles se foutraient là où il pense pour réveillon, mais il n’a pas précisé la noël de quelle année, mais la plume sera rouge !
après le petit calumet du soir ,je retourne enterrer le hash derrière le cabanon.la lecture quotidienne (ou presque) de vos commentaires remplit mon ame d’ une joie inéfable :humour,culture,messages plus ou moins codés entre habitués,sensation d’être rataché à cette belle langue que mon père et mes instituteurs me firent aimer.
merci à tous
réponse à . jotape le 19/05/2009 à 23h31 : après le petit calumet du soir ,je retourne enterrer le hash derriè...
après le petit calumet du soir
Bon, ben, vais chercher le mien, moi, tiens. Avant que BB s’endorme, qu’après, pour lui faire la courte-échelle vers les mille chemins glorieux, t’as le bonjour de Sitting Bull !
"Quand le dernier arbre aura été abattu,

Quand la dernière rivière aura été empoisonnée,

Quand le dernier poisson aura été péché,

Alors, on saura que l’argent ne se mange pas.”

Geronimo (sur son lit de mort)
réponse à . <inconnu> le 19/05/2009 à 15h59 : Pour les francophones, le dindon vient d’inde et pour les anglophones de T...
Haha, c’est vrai que le turkey vient sûrement de Turkey !

En français le dindon vient effectivement d’inde ; on l’a appelé poulle d’Inde , geline d’Inde, coq d’Inde (parfois en confondant avec la pintade)

En chinois il y a deux noms pour le Dindon : 火鸡 c’est-à-dire « volaille de feu » ; ou bien 吐绶鸡 (littéralement « cracher-ruban-volaille », peut être en référence au goître ?)

Le cochon d’inde, c’est 豚鼠. Le premier caractère fait référence au cochon (composant de droite 豕, mais le second caractère (鼠=rat) classe indubitablement la bestiole parmi les rongeurs. 1 point pour les chinois.

Quant au cochon de lait, les irlandais l’appellent cochon suceur (l’expression porte vraiment une connotation particulière en français, mais qui osera dire que nous avons l’esprit mal tourné ?).


Oui ; chacun son exotisme ; y’a pas de quoi déterrer la hache de guerre. Un petit coup de calumet et l’exotisme devient langoureuse errance.
réponse à . eureka le 19/05/2009 à 19h12 : Pour se simplifier la vie, histoire de remédier à cette dinderie, ...
Oui Eureka, on ne fait que s’emmêler les pinceaux et se raccrocher aux branches quand on amalgame les habitants de l’Inde (et quel amalgame sensible ! plus encore que celui de ma molaire en haut à gauche!) sous le douillet mot d’Hindou (dodu tant qu’on y est ?).

C’est du chinois se dit en chinois "c’est de la langue d’oiseau" 你说鸟语啊. On en revient aux plumes dont Tatanka Yotanka (1) (le Taureau assis dont parlait Elpepe ci dessus) se parait la coiffure, on finit par tourner en rond sur cette petite planète bleue !

Tiens, voilà une jolie phrase qui a deux millénaires sur le dialogue et l’exotisme justement :

"Avec un renard, impossible de parler fourrures." (Voircette page)

Oserai-je reformuler le proverbe en langage d’aujourd’hui :
"Avec un chinois/francais (2), impossible de parler Tibet. "



------------------------------------
(1) Selon la légende cheyenne, "Taureau Assis" se serait appelé "Libellule Debout" s’il avait été une fille. La misogynie est malheureusement quelquechose d’universel, n’est-ce pas Mesdames ?

(2) rayer la mention inutile
Le méthane, inflammable ?
Il n’y a qu’à allumer le pet !

Aaaahhh ! C’est d’un (dé)goût !
Bonjour à tous. Pas beaucoup la possibilité d’intervenir ces jours, mais j’ai eu beaucoup de plaisir à vous lire, c’est plein de belles choses.
Amicalement 
réponse à . chirstian le 19/05/2009 à 18h53 : Cette image des indiens qui fument le calumet dans toutes les situations o&ugra...
D’ici à ce qu’un imbécile masque le calumet sous prétexte que ça incite à fumer ...
Ceci n’est pas une pipe  (le musée Magritte a été inauguré ce jour d’hui à Bruxelles)
Ma femme et moi après une dispute on fume le calumet de la paix. Enfin, surtout elle... Moi je ne suis pas assez souple!
Auprès de l’arbre de Georges (l’autre !) il tombe des hallebardes mais point de hache… ou alors ça m’échappe !

Faute de grive, j’ai trouvé cette page hautement littéraire qui retrace l’histoire de L’Homme de Cro Magnon, joyeuse ritournelle pour commencer la journée !

Armé de sa hache de pierre
De son couteau de pierre itou
Il chassait l’ours et la panthère
En serrant les fesses malgré tout
Devant l’diplodocus en rage
Il se f’sait tout d’même un peu p’tit
En disant dans son langage
Viv’ment qu’on invente le fusil!
Donc calumet vient du Grec "calamos".......cette page.....qui nous a donné aussi le calame utilisé par les scribes égyptiens...
Inutile de m’acalamer, je ne fais pas péter ma science, je ne fais qu’interroger Mr Goooooooooooooooooooooogle...

Hugh !
Dans les îles du Pacifique, on ne fume pas pour célébrer la paix, mais on consomme en commun un breuvage, le kava, formé de racines d’un certain poivrier. Traditionnellement elles étaient mâchées par de jeunes vierges qui en recrachaient le jus.
Les effets sont comparables à un léger anesthésiant, laissant la bouche engourdie et l’esprit léger, préalable indispensable à une diminution de l’agressivité.
Sylvester Stallone avait donné une soirée cosmopolite dans sa villa, si bien qu’on put voir un indien chez Rocky. 
Un ara nain avait fait amitié avec une hyène, et, allant lui rendre visite, il croisa un autre ara qui lui demanda:
- Salut! Où vas-tu ara pas haut?
- Je vais chez hyène...
- Ça t’intéresse un tomahawk, pour ta collection d’armes?
- J’hachette!
Le chien était content quad il avait son bol de lait devant lui:
il se fendait la pipe de laper.
Interwiew dans une réserve indienne.
Le journaliste: - Comment vous sentez-vous à la réserve?
L’indien: - Comme en prison! Nous, nous sommes nés pour être libres et profiter de la nature, développer nos sens: la vue, l’ouïe, le flair...
Le journaliste: - Ne vous fâchez pas, fumons le calumet de la paix...
L’indien: - Calumet? Ici on a tout juste du tabac à rouler; alors vous voyez,
je perds les sens et roule, en réserve...
Madame Michu parle de fumer le calumet de la pet car elle a des flatulences... Au point ques ses voisins la sunme «Votre flatulence»... 
Après bien aếrer la pièce...
On reconnait le tomahawk qu’au manche.
Notre [slurp] petit Godemichou adoré [/slurp] nous a écrit
les chefs Deganawidah et Hiawatha auraient convaincu les cinq tribus (les Cinq Nations)
Cette page nous dit que: “Ces cinq nations sont les Cherokees, les Chickasaws, les Choctaws, les Creeks et les Seminoles.” Et qu’elles vivaient dans l’Est des Etats-Unis.
J’a u l’occasion, l y a de nombreuses années, d’aller visiter une “reserve” Séminole, en Floride, avec un musée. Il y a de tout, du meilleur (un peu) comme du pire (beaucoup). Les Peaux-Rouges qui y vivaient étaient parqués dans des vieux “mobilhomes” rouillés, deglingués, pourris, puants… Ils n’étaient – les Peaux-Rouges – plus bons qu’à faire a manche, sauf certains, ceux qui s’occupaient du “musée vivant” où l’on a pu voir représentée de fa çon magistrale toute l’histoire des Cinq Nations, depuis la création de cette confédération de peuples, avec sa constitution, ses écoles, son alphabet, sa grammaire, sa justice, en passant par leur déportation forçée « le Grand Dérangement » sur la fameuse Piste des Larmes où le Général Winfield Scott les mena. Des milliers de Peaux-Rouges – hommes, femmes, vieillards, enfants – y perdirent la vie. Tous y perdirent l’honneur.
Je me souviens encore de ce spectacle comme si je l’avais vu hier soir. C’est le genre de chose qui vous laisse un goût de cendres dans la bouche. Cela m’a rappelé l’autre « Grand Dérangement », celui vécu par les Canadiens francophones chassés de l’Acadie par les Anglais et déportés sur des milliers de kilomètres. Lire à ce sujet le merveilleux roman « Pélagie la Charrette » d’Antonine Maillet.

Bon, j’arrête là. Il y aurait encore – hélas – bien des choses à dire sur tous les grands dérangements qui ont marqué l’Histoire…
DEVINETTE
- Pourquoi sait-on, en voyant son lit, qu’un sioux est communiste?
réponse à . joseta le 18/10/2012 à 10h17 : DEVINETTE - Pourquoi sait-on, en voyant son lit, qu’un sioux est communist...
Parce que – un des pieds du lit étant brisé – il l’a momentanément remplacé par Le Capital de K. Marx, volume relié pleine peau d’un bison abattu à la huitième lune par le petit-neveu de Sitting Bull.
Vois pas aut’ chose... 
réponse à . DiwanC le 18/10/2012 à 10h42 : Parce que – un des pieds du lit étant brisé – il l’a mom...
C’est une réponse capitale, mais c’est pas ça...
Réponse:
- pasqu’il a un drap peau-rouge.
réponse à . joseta le 18/10/2012 à 10h55 : C’est une réponse capitale, mais c’est pas ça... R&eac...
Pfffff... encore râté...
Non, là, c’est raté. Un vrai fromage... râpé, lui
Certaines fois je me demande si enterrer la hache de guerre n’ est pas la meilleure solution. Va donc savoir... Pour moi, qui ne connais pas la signification des signaux de fumée, je serais bien capable d’ accepter le calumet de la paix, et d’ en faire échapper des signaux qui voudraient dire : "on continue. Pas question de se laisser imposer une paix à ce tarif-là". Pourtant, je suis pacifiste !
Une petite plongée dans le DHLF d’Alain Rey…

Calumet : God le dit ; cela vient de « chalumeau »… donc allons voir à chalumeau !

Chalumeau* : le voici d’abord chalemel (v. 1120), issu du bas latin calamellus lui-même diminutif de calamus, roseau (nous y voilà !) dans lequel on va tailler des flûtes, des musettes, des clarinettes.

Du côté de la hache, c’est tout simple : le mot apparaît à l’écrit vers 1140 ; il est issu de l’ancien haut allemand happja. Avec ça, on tranche, on fend, on coupe…
Et parfois, quand l’Iroquois Plume-de-Faucon épouse la Cheyenne Nuage-Ensoleillé, on l’enterre**

*Dérivé de « dromaludaire », mais ça Rey se garde bien de le dire !
**Mais ça aussi, Rey le tait.
Je vais vous surprendre, il ne commence pas par ’z’; voici le dernier des mots: cette page.
On sème la guerre quand on ne s’aime guère.
Ce réalisateur, cette page, avait un frère qui s’appelait Thomas...
réponse à . mitzi50 le 18/10/2012 à 12h29 : Certaines fois je me demande si enterrer la hache de guerre n’ est pas la ...
"Pas question de se laisser ... à ce tarif-là"
Ha! Là, tu t’es découverte! Tu es vénale! A partir de quel tarif alors?

Et voici ce que devient une citation sortie de son contexte! C’est c*n, hein, un texte pareil?
Et il ne suffit pas d’être guère épais!
Pour être un bon Amerindien, suffit-il d’avoir l’appeau rouge?

Non, il suffit d’être mort, auraient répondu certains militaires, les tue-nique bleues...
Déterrer la hache n’est pas toujours synonyme d’une déclaration de guerre! surtout si elle est enterrée depuis le Néolithique 

En creusant un trou pour la plantation d’un poteau télégraphique à Fléré-la-Rivière.
un habitant de Châtillon-sur-Indre, M. Roger Marteau électricien, rencontrait trois haches en silex (d’âge néolithique) à environ 0,60 mètre de profondeur.
Deux des haches étaient encore en possession de M. Marteau en 1953.
In (la très sérieuse revue): Revue archéologique du Centre de la France. Tome 8, fascicule 1, 1969. pp. 49-51
réponse à . DiwanC le 18/10/2012 à 12h46 : Une petite plongée dans le DHLF d’Alain Rey… Calumet : God ...
Du côté de la hache...
Que dit Hachette ?
Las ! elle ne dit plus grand chose la Jeanne... pourtant si fumasse face au Téméraire.
réponse à . joseta le 18/10/2012 à 13h12 : Je vais vous surprendre, il ne commence pas par ’z’; voici le dernie...
C’est du pemm... 
réponse à . DiwanC le 18/10/2012 à 12h46 : Une petite plongée dans le DHLF d’Alain Rey… Calumet : God ...
Chalumeau ... Dérivé de « dromaludaire »
La deuxième lubosse lui servant à cacher la hache de guerre.
on ne ’défume’ jamais le calumet

En revanche, on ne procède plus à des licenciements (berk !) on décrute.
La première amérindienne d’être canonisée...dans quelques jours...
Kateri Tekawitha
Pour les amateurs de vieux françois !
Le TLFi donne comme première apparition de "calumet" la "Lettre plaisante de Tienote...". (XVIIème).
Voici ce texte : cette page
Le mot recherché est dans l’avant-dernière strophe de la page 46.
Synthèse post-hippie des deux expressions du jour :
Fumer le hasch de la paix...
Pour pouvoir fumer, y a qu’allumer!
E pis c’est tout! La paix, mainant, je vais rejoindre Germaine chez Marcel, autour d’un lagon bleu. Elle doit être sortie de son 5 à 7 chez les Dufond de Lacour à présent.
Il est vrai cependant que 5 à 7 lagons bleus là-bas, puis à nouveau chez Marcel....
Bah, vous serez quand même nombreux avec nous; cela l’aidera...
réponse à . file_au_logis le 18/10/2012 à 14h08 : "Pas question de se laisser ... à ce tarif-là"Ha! Là, tu t...
Non, je ne le suis pas. Mais s’ il est vrai que la paix n’ a pas de prix, on ne peut tout de même pas se la laisser imposer à n’ importe quel prix. Nous avons tous en mémoire les divers traités d’ armistice conclus avec des clauses inacceptables. Même en ce qui concerne les amérindiens que l’ on extermina sans vergogne ou que l’ on laissa s’ éteindre d’ eux-mêmes dans des réserves qui tenaient plus du KZ que du véritable territoire. Heureusement cela s’ est un peu amélioré depuis. Mais nous pouvons penser aussi à la tuerie commise par Breivik au nom d’ une idéologie délirante. Ca s’ est passé sur notre continent, il il a peu de temps. Personne ne peut avoir oublié...Alors, si la paix, c’ est ça... je me demande ce qu’ est la guerre (à part le fait que la dimension soit supérieure !)
réponse à . file_au_logis le 18/10/2012 à 20h11 : Pour pouvoir fumer, y a qu’allumer! E pis c’est tout! La paix, maina...
Ah ! mon Joli… même virtuel, le lagon bleu ne peut être ainsi multiplié… sinon c’est dans l’herbe verte d’un fossé boueux ou sur l’asphalte humide et noir que tu vas te réveiller, l’esprit plus embrumé qu’avec la fumée d’un calumet fut-il de paix.
(n’ai jamais essayé, mais j’imagine !)

Expressio… un peu de rêve et de sourires dans un monde où la hache de guerre n’est pas toujours profondément enterrée...
Germaine 
Le mot calumet ne peut pas "venir" de chalumeau. Cette évolution n'existe pas en français, à ma connaissance. Il aurait plutôt une tête à être un mot normando-picard-chti ou méridional, deux régions où l'évolution du [k] latin vers [ch] ne s'est pas produite. Je vérifie : https://www.littre.org/definition/chalumeau nous dit que l'ancien français avait déjà chalemel, en ch. Les formes provençales ne paraissent pas conduire à calumet. La forme la plus proche répercutée par Littré est bien sûr Calumieu en picard, ce qui semble conforter ma théorie. L'ATILF est décisif : "Forme normanno-pic. de chalumeau* avec substitution de suff. (-et*)". J'explique un peu plus: il faut comprendre que mon attaque vient de que ces variétés de la langue d’oïl sont directement issues, avec leur propres évolutions phonétiques, de l'ancien français parlé dans ces régions et ne descendent pas du français "central", qui lui par contre leur emprunte des formes de temps en temps, comme ici ( grincheux est le plus connu : grinceur en normand). L'anglais compte de nombreux mots d'origine "française" à la louche, mais plus précisément, empruntés au dialecte normanno(moi j'ai écrit normando)-picardo-chti. cf.: https://kn0l.wordpress.com/parente-du-francais-et-de-langlais-et-autres-sources-de-leurs-etonnantes-ressemblances-une-approche-linguistique/
réponse à . Bonblabla le 22/09/2017 à 04h59 : Le mot calumet ne peut pas "venir" de chalumeau. Cette évolutio...
Brillant exposé ! J'en reste sur le cul ! 

Euh... il faudrait que tu envisages quelquefois d'utiliser la syntaxe des liens avec les { } et la | ...  

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Fumer le calumet de la paix / Enterrer la hache de guerre » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

publicité
Expressio - le livre

Le contenu de ce site est si riche qu’un livre en a été tiré. Ce livre, devenu un best-seller est maintenant disponible en poche.

Ce commentaire ainsi que les réponses qui y sont liées, seront définitivement supprimés. Etes-vous sûr?