Manger (bouffer) comme un chancre - dictionnaire des expressions françaises Expressio par Reverso - signification, origine, étymologie

Manger (bouffer) comme un chancre

Manger avec voracité.
Manger excessivement.

Origine

'Chancre' est un mot qui vient du latin 'cancer' et qui désigne un ulcère ou une tumeur.

Autrefois, le chancre désignait un petit ulcère qui débordait sur les parties environnantes en les rongeant.
Actuellement, c'est plutôt une ulcération de la peau ou de certaines muqueuses caractérisant des maladies infectieuses, principalement vénériennes (chancre mou Lien externe).

Mais, en botanique, c'est aussi une plaie vive de l'écorce d'un arbre attaquée par un champignon.

Dans tous les cas, le chancre est donc soit quelque chose qui tend à s'étendre en 'dévorant' ce qui l'entoure ou bien une grosse plaie ou crevasse qui, comme toute crevasse qui se respecte, est susceptible d'engloutir les inconscients qui s'en aventurent trop près.

Notre métaphore, qui date du XVIIIe siècle, est donc facile à comprendre, celui qui mange comme un chancre dévorant ou engloutissant toute la nourriture ayant la mauvaise idée de passer à sa portée.

Mais il est possible que sa naissance soit également due à une déformation ou 'adaptation' de l'ancienne comparaison "comme un chantre" (gras comme un chantre, boire comme un chantre).
En effet, à l'époque où il y avait des chantres dans les églises, pour chanter au cours des cérémonies religieuses, ceux-ci avaient la réputation, comme les moines et les chanoines, de faire bonne chère, de bien ripailler, justifiant ainsi la naissance de la comparaison.

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Manger (bouffer) comme un chancre » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
Tunisiear Yékol kif el ghoulIl mange comme le ghoul
Bulgariebg Да ядеш като разпранManger comme éventré
Pays de Gallescy Bwyta fel Siôn HafarchManger comme Jean le Fort
Allemagnede Fressen wie ein Mähdrescher / ScheunendrescherManger comme une moissonneuse-batteuse
États-Unisen To stuff your faceSe goinfrer
Angleterreen To make a pig of oneselfFaire de soi un cochon
Angleterreen To pig outS'empiffrer / Se goinfrer
Angleterreen To eat like a horseManger comme un cheval
Argentine (Buenos Aires)es Comer a cuatro manosManger avec quatre mains
Espagnees Comer como una pupa mala.Manger comme une pupe mauvaise.
Espagnees Comer mas que un gusano de sedaManger plus qu´un ver à soie
Argentinees Comer como un cancerManger comme un cancer
Espagnees Comer a dos carrillosManger avec les deux joues
Espagnees Comer como un descosidoManger comme un 'décousu'
Espagnees Comer como si tuviera la tripa rotaManger comme s'il avait les tripes perforées
Espagnees Comer como una limaManger comme une lime
Canada (Québec)fr Manger comme un crusher(crusher = dans les régions minières, énorme broyeur de matière destiné à en extraire le minerai)
Canada (Québec)fr Se bourrer la fraise
France (Franche-Comté)fr Galafrer
Canada (Québec)fr Manger comme un défoncé
Canada (Québec)fr Manger comme un ours
France (Toulouse)fr Tchaper
Israëlhe Leehol kmo hazirManger comme un cochon
Italieit mangiare a quattro palmentimanger a quatre moules
Italieit AbbuffarsiSe goinfrer
Italie (Sicile)it Abbuffàrisi (còmu 'n pòrcu)Bouffer (comme un porc)
Italie (Sicile)it Mangiàri a quàttru ganàsciManger (en utilisant) quatre mâchoires
Pays-Basnl Eten als een bootwerkerManger comme un docker
Pays-Basnl honger hebben als een paard (of wolf)avoir faim comme un cheval (ou un loup)
Pays-Basnl Eten (vreten) als een dijkerManger (bouffer) comme un ouvrier 'chargé de l'entretien' de la digue.
Pays-Basnl Zich te barsten vretenS'empiffrer à éclater
Pays-Basnl eten als holle bolle Gijsmanger comme Gijs qui est vide et bouffi
Portugalpt Empanturrar-seSe bourrer / Se rembourrer
Brésilpt Comer feito um padreManger comme un curé
Roumaniero a manca cat patrumanger comme quatre
Roumaniero A fi cazut din foameteÊtre tombé de famine
Roumaniero parca se bat turcii la gura luion dirait que les turcs se battent devant sa bouche
Roumaniero A fi spartÊtre cassé
Roumaniero A manca ca un lupManger comme un loup
Serbiesr Zdrati ko ludBouffer comme un fou
Belgique (Wallonie)wa Magnî d'sus tos ses deintsManger sur toutes ses des dents
Belgique (Wallonie)wa Magnî comme on râyeuxManger comme un arracheur (de pommes de terre)

Vos commentaires
Une expression peu ragoutante pour tous ceux qui portent le plaisir de la bonne chère à la hauteur d’un art!
Bref, ne baffrez pas comme un goret (haro sur les gorets), dégustez en gourmet...
Et pour vous démontrer qu’en Corse, on ne mange pas comme des chancres, voici une petite évocation d’un repas mémorable sur les bords de la Méditerranée...

Un repas mémorable



Par un neveu disert, affable s’il en fût
Nous étions invités et ne fûmes déçus,
Dans ce sublime hôtel, bâti au bord des flots
Qui battent les rochers, là-bas à Tizzano…

La lune, fin croissant, ornait le ciel d’été
De notre île, joyau de Méditerranée.
On se crut embarqués pour un très long voyage
Quand les grands coups de vent échappés du rivage

Entrèrent dans la pièce où nous étions assis,
Nous apportant des parfums d’iode et de maquis
Et les accents rêveurs de tendres mélopées
Souvenirs d’une Corse attachée au passé.

Le repas fut construit avec délicatesse,
La soupe de poissons fut pleine de promesses,
Les vins du Sartenais, à la robe rosée,
Coulèrent dans le verre emperlé de buée.

La moule accompagnait la fraîche langoustine
Dans un concert goûteux composé en cuisine
Et dont les harmonies enchantaient nos assiettes
Où les mets raffinés célébraient une fête,

Car le plaisir de l’œil n’était point négligé :
Des mains attentionnées devant nous, déposaient
Une assiette agencée comme un tableau de maître
Où le talent du chef inspiré faisait naître

Des reliefs étonnants, des parfums inédits,
Relançant l’intérêt, autant que l’appétit.
Le dessert arriva, qui fut la récompense.
Nougats et chocolats entrèrent dans la danse,

Tandis que devant moi, fut posée une nage
De fruits frais, décorés du délicat feuillage
D’un alkékenge mûr, qu’on nomme « amour en cage »,
Ou encor, physalis ! Choisissez le plus sage

De ces noms tentateurs qui chatouillent l’oreille,
Introduisent l’esprit au jardin des merveilles
Tandis que de la langue, et aussi du palais,
Vous comblez votre corps de sensualité !

Notre hôte s’éclipsa à la fin du repas.
Courtoisement discret, au plaisir, il laissa
Ses invités ravis, qui aujourd’hui s’enchantent
D’une hospitalité chaleureuse et charmante.

MARCEK
Bon, Peinard_best : cragner comme un manche, tu n’as pas honte ? A ton âge... Moi, je préfère mangher comme un cancre, tiens. Ou changer comme un mancre, ou gnamcher commune ancre... Tout ça pour dire que God, il s’emploie à nous épuiser, à une semaine de la Convention ! Vérole et chancre mou ! Si on en réchappe, qu’est-ce qu’on va se mettre derrière la cravate, hein, les conventionnistes ? Des moules-frites, y’en aura bien deux-trois, entre deux triple-Westmalle ? De quoi chnouffer comme un crabe, en quelque sorte...
J’aurais penché pour la deuxième explication de God, mais je crois que l’on dit plutôt "Boire comme un chantre" (ou comme un saunier). C’est dommage car j’avais trouvé le lien avec la marine !

"Chantre
Et l’unique cordeau des trompettes marines"
(Apollinaire)
"...le texte évoque la corde unique d’un instrument en forme de guitare allongée ; instrument utilisé sur les vaisseaux anglais au XVIIème siècle, et qui servait à annoncer les repas." (Moïse Fdida, étude du monostique d’Apollinaire tiré d’Alcools, 1913).

Cependant la cuisine anglaise, de réputation, n’appelle pas à la surconsommation ; donc, beurk, beurk, il faut se contenter du répugnant bubon.
Merci Marcek Maaazette!

Manger ses biens
Manger sesmauxmots
Manger son bréviaire
Manger de la vache folleenragée
Manger des yeux
On en mange, on en mange.
Quels chancres si tôt le matin!
Bonjour.
réponse à . Marcek le 16/03/2007 à 00h18 : Et pour vous démontrer qu’en Corse, on ne mange pas comme des chanc...
Alors là, moi je dis: "Môssieur" Marcek
Tes propos, chaque matin ravissent nos yeux, et en les lisant, une douce mélopée se fait entendre , de nouveaux paysages se créent doucement sur notre écran, effaçant les limbes de la nuit qui s’achève...

Alors , moi, je redis: "Môssieur" Marcek,Merci  !!!
Citation du dico :
« Les chantres du libéralisme économique ».
Évidemment il fallait lire :
« Les chancres du libéralisme économique ».
Les coquilles ne protègent pas toujours le bas, vérole de moine !
réponse à . <inconnu> le 16/03/2007 à 08h00 : Citation du dico : « Les chantres du libéralisme é...
question de cancre:
"échancrure" - chantée par Brassens - vient donc de chancre:

Profond décolleté s’il en est:
Dans l’échancrure de son corsage
A deux mains il faut prendre courage
Et ses deux seins, lorgner!

Mais faut que j’me calme, là, chuis au turbin...

A tous les chancres cancres-z-et chantres, bonne journée!
ce serait la prononciation picarde qui aurait donné le mot "cancre" à partir du mot "chancre" , pour permettre à des générations d’instits de faire de l’esprit à bon compte avec leurs " qu’est ce donc que ce cancre là ? "...

Un cancre bouffe-t-il ? Le verbe est récent , dans ce sens moderne qu’il a pris à "bâfrer" . Le Nicot de 1606 rappelle en effet que le sens premier était celui de glonfler : (un tissu bouffant...)
"Bouffer est un verbe duquel le François n’use gueres, que par metaphore. La propre signification est souffler à puissance d’haleine et à jouffles enflées, en laquelle le Languedoc l’usurpe ordinairement, disant: Lou vent bouffe, boufar lou poutaige, quand il est trop chaud, et boufar lous dets, quand on a grand froid aux doigts. La metaphore en est pour la renfleure des joües, quand on bouffe quelque chose."
Ah ce God, il nous en bouchera toujours un coin ! Regardez-moi cette suite on ne peut plus logique :

Petite vérole --> bouteile --> chancre

le chancre est fourni grâcieusement par la petite vérole. Pour bien bouffer quand on a sifflé la bouteille, d’abord pour oublier qu’on l’a, il est nécessaire d’avoir un chancre, passque quand on boit beaucoup on mange peu
J’vous fais un p’tit bisou en passant parce que je ne serai pas beaucoup présente aujourd’hui, et notamment à l’heure de la Perrot, alors ceinture ! (et j’emmène Marcel avec moi) 
je ne connais bien que le "chancre du rosier" que je m’en vais vite traiter, dans mon jardin, si je veux pouvoir fournir quelques roses à Filo pour les Assises ...

Manger avec voracité.
Manger excessivement.

faut pas être anorexique pour s’empiffrer, se goinfrer, manger comme un glouton !... mais le glouton peut passer plusieurs jours sans rien manger, quitte à dévorer jusqu’au delà du rassasiement, en avoir jusqu’au ras des amygdales, avec les dents du fond qui baignent ... C’est un animal étonnant, ce glouton solitaire ! voir cette page
On boit, on mange sur Expressio et on fait allégé aux Conventions ?
En faim, l’avenir est dans la gamelle (à voir) et les cancres, je pense qu’ils bouffent la vie de tout le monde surtout s’ils sont dissipés.

« Chancre Istoff » était son (double) prénom et il mangeait comme quatre. Aussi nous, ses parents, n’invitions jamais personne pour ses anniversaires. Par mesure d’économie et par soucis à éviter une mauvaise émulation qui nous aurait encore compliqué un peu plus la tâche. Mais qu’est-ce qui m’a foutu un gosse pareil ? Qui vide le frigidaire à peine rempli, qui lèche les assiettes des invités dès que dos tournés… Jean passe !

A ce moment là, je décidais en tant que père, de l’inviter à faire du sport avec moi, de courir sur la plage afin de le réconcilier avec son corps, mais le p’tit con se laissait distancer et le perdant de vue, je le retrouvais au « maquedos » du coin, une paille de coca aux lèvres, un sandwich pas encore fini dans les mains. Prenant mes responsabilités de géniteur, je luis dis : « Si tu continues à déconner fils, je te préviens, tu n’hériteras pas du restaurant familial. ». C’était clair !

Mais il me répondit : « je m’en fous, je veux faire la staracadémie, je chante très haut et ça plait. Je veux être une star. Père, vous me gâchez la vie. »
« Et toi la nôtre » lui dis-je !

N’écoutant que mon courage, je décidais de divorcer et de confier la garde à sa mère. Après tout, supporter le poids de ce rejeton, non merci, j’avais d’autres préoccupations culinaires et chanter à l’oreille de mes clientes n’était pas pour me déplaire… surtout dans mon arrière-cuisine.

Extrait du livre : « Comment j’ai engendré un p’tit merdeux ».
réponse à . <inconnu> le 16/03/2007 à 10h41 : J’vous fais un p’tit bisou en passant parce que je ne serai pas beau...
Ca ressemble à une punition... 
réponse à . Marcek le 16/03/2007 à 00h18 : Et pour vous démontrer qu’en Corse, on ne mange pas comme des chanc...
Marcek ne nous a pas tout dit sur sa nuit Corse, mais j’ai retrouvé la suite de son poème. Faut pas te censurer ainsi : nous sommes entre amis et pouvons tout entendre !...

Un repas mémorable : suite

Mais la nuit ne faisait alors que commencer !
Dans l’échancrure osée de mon rose corsage
Je laissais entrevoir tant de mon beau corps sage
Que bientôt mes voisins ne pûrent y résister.

Il me baisèrent tous trois, avec toute leur rage
Cent fois sur le métier remettant leur ouvrage
Me polissant sans cesse et me repolissant :
Je n’ai rien oublié, malgré le poids des ans!

L’un était un arabe , qui avait le sang chaud
Les autres, deux cousins corses, Tizzaniens d’adoption.
Ils étaient jeunes et beaux, membrés comme des taureaux:
Entre leurs bras musclés, je connus la passion !

moralité :
si vous ne voulez pas perdre la tête
ne mettez pas le doigt entre l’arabe et les corses...
réponse à . Marcek le 16/03/2007 à 00h18 : Et pour vous démontrer qu’en Corse, on ne mange pas comme des chanc...
Connais-tu Louise Colet, la maîtresse orageuse de Flaubert ?... Va voir ce qu’elle écrivit après un séjour à Mantes, avec son amant : ça devrait te plaire.
cette page
réponse à . <inconnu> le 16/03/2007 à 11h03 : On boit, on mange sur Expressio et on fait allégé aux Conventions&...
N’attendons pas que les cancres dissipés nous bouffent,
choisissons l’animal de compagnie.

Avantages de l’animal de compagnie sur l’enfant

Le chien est doux au toucher.
Le chien ne se moque pas de vous.
Le chien mange les restes.
Le chien ne vous demande pas une mobylette.
Le chien ne loupe pas son bac pour la troisième fois.
Le chien ne discute pas, il s’écrase.

Le chat accepte de se mettre dans votre sac.
Le chat n’a pas les pieds qui grandissent.
Le chat n’a pas besoin de la salle de bain.
Le chat ne fume pas.
Le chat ne téléphone pas.
Le chat ne joue pas avec la souris de l’ordinateur.
Le chat ne vous pique pas vos vêtements pour sortir.
Et le chat enterre ses crottes.

Extrait du livre :"Mouchons nos morveux".
réponse à . dumail le 16/03/2007 à 11h58 : N’attendons pas que les cancres dissipés nous bouffent, choisissons...
Et quantèsse que ça bouffe comme un chancre tout ce beau monde félino-cânin ?
En ce qui me concerne, j’ai toujours préféré "Baffrer comme un Ours"...
Y’a un rapport entre le chancre et le cancre-las, là?
Un autre avantage du Chat, c’est qu’il bouffe le mou du chancre (ou "bourre le mou" pour certains chats facétieux !)...
Quelle chance pour un chancre cancre cancéreux de bouffer du mou comme un ours... Où? ... Là, cancre, là !


.......C’est la crise d’hippopotamie qui me guette si je ne vais pas me sustenter de suite...!
réponse à . chirstian le 16/03/2007 à 11h08 : Marcek ne nous a pas tout dit sur sa nuit Corse, mais j’ai retrouvé...
T’aurais pas oublié la dernière strophe ?

Mais je connus aussi, hélas, la trahison !
De mon corps pantelant s’étant enfin lassés,
Ce fut la débandade, et même l’abandon :
Comme des chancres, lors, ils s’en furent bâfrer
Il y a peut-etre de fortes chances que cette expression nous vienne de la marine, j’essplique :

Le chancre est aussi un crabe. En Oléron, peut-être ailleurs, le chancre est le nom général qu’on donne à la majorité des crustacés décapodes, je ne vous les énumère pas, on s’en tiendra donc à celui qui nous intéresse :

"Chancre de rocher" ou "Chanque crochet" (eriphia spinifrons) cette page
"Pêcher les chancres à la tire" est une ancienne méthode de pêche des crabes verts et rouges avec une ficelle apâtée avec des moules (pas lescelles frites à l’AAA)
"Le chanque roughe" appelé aussi "le manghe chrétiens", car il paraît qu’il est friand du corps des noyés comme "le chancre vert’ ".
"Le chancre vert’ " : (Carcinus maenas) voir cette page aussi appelé "chancre enraghé", c’était le crabe ramassé par les enfants pour en faire des soupes.
"Le chancre mou" : crabe en mue dont la coquille n’est pas encore rigide.
"Le chancre balant" : crabe nageur

Je suppose que tous nos marins connaissent.....

Il me semble que l’expression vient de la marine, quand un marin surprit son co-marin bouffer comme un enragé et de s’écrier "Hé ho mais tu bouffes comme un chancre" en faisant allusion au "chancre enraghé" qu’il a vu faire

Ouâlà !
réponse à . syanne le 16/03/2007 à 12h41 : T’aurais pas oublié la dernière strophe ? Mais je conn...
Encore ??? après tout c’qu’y on bouffé ! Ben dis donc c’est des pro ceux là dans la chancrerie
réponse à . eureka le 16/03/2007 à 12h44 : Encore ??? après tout c’qu’y on bouffé ! Be...
Oui, mais t’oublies qu’entre-temps, ils s’étaient dépensés sans compter !

Allez, je vais bosser. A plus !
réponse à . eureka le 16/03/2007 à 12h15 : Et quantèsse que ça bouffe comme un chancre tout ce beau monde f&e...
Mais tout le temps voyons!
Mon chat s’appelle BOUFCHIDOR
et pour cause....
un vrai chancre, et mou avec ça...une carpette!
réponse à . Elementaire le 16/03/2007 à 12h28 : En ce qui me concerne, j’ai toujours préféré "Baffrer...
Le glouton ressemble étrangement à l’ours..... hein Diving-Teddy (oh joli c’ptit pseudo non ?). Donc t’es pas loin d’la réalité

Un cancre las est çui qu’en a eu son fade de faire l’Académie Française, et qu’après avoir t’été bâfré comme un chancre, y se sent à plat à trop avoir forcé su’l’plat, l’est pané, becoz les 7kgs d’escalope panée, mou des rotules, les quilles en compote et en marmelade, vu qu’y a beaucoup forcé su’l’dessert tutti-frutti, qu’après tout ça l’en a eu un coup de trique et qu’à la fin l’est à ramasser à la p’tite cuiller !
réponse à . syanne le 16/03/2007 à 12h54 : Oui, mais t’oublies qu’entre-temps, ils s’étaient d&eac...
ah ben oui c’est vrai, j’ai oublié "l’échancré"...ça creuse profond effectivement
réponse à . chirstian le 16/03/2007 à 11h08 : Marcek ne nous a pas tout dit sur sa nuit Corse, mais j’ai retrouvé...
Me provoquerais-tu ?


De la table au divan


Regards concupiscents
Sur la tendre omelette
Qui attend dans l’assiette
« Ah, je l’aime baveuse »
Dit-il, l’air convaincu
Elle rougit un peu
A ces mots entendus…

Arrive le gigot
Dont la chair est si tendre
Que l’amant facétieux
A sa mie fait comprendre
Qu’il dégusterait bien
Le bras tendre et rosé
Qu’il caresse déjà
D’un geste un peu osé

Les vins sont gouleyants
Le champagne pétille
Et fait monter aux yeux
Du garçon, de la fille
Des bulles de plaisir
Des mirages troublants
Des envies effrénées
Que l’on tait pour l’instant

Mais voici le dessert
Aux allures coquines
La banane flambée
La meringue mutine
Qui croque sous la dent
Et fond sous le palais
Jouissances déjà
Aux plaisirs annoncés

Le café généreux
Parle de volupté :
« N’attendons plus, ma mie,
Il est temps de quitter
La table pour la couche
Ma langue désormais
Est dédiée à ta bouche
Et à tous les recoins
Que tu veux qu’elle touche
Et que mon nez gourmet
Saura bien explorer »


De la table au divan
Se glissent aisément
Les corps jamais repus
Aux désirs confondus…


MARCEK
réponse à . Marcek le 16/03/2007 à 13h40 : Me provoquerais-tu ? De la table au divan Regards concupiscents Sur la ...
"Me provoquerais-tu ?"
Certes ... oui !
Où serait autrement le plaisir de telles improvisations ? Je relancerais volontiers sur les "désirs confondus" , mais, d’une part j’avais déjà fait fondre le con dans l’expression "un oeil au beurre noir" , l’an passé ( je suis déjà un vieux d’Expressio !) , et d’autre part j’ai une réunion qui commence dans 5 minutes...
Mais ce n’est que partie remise !
réponse à . eureka le 16/03/2007 à 12h41 : Il y a peut-etre de fortes chances que cette expression nous vienne de la marine...
"...crabes... des crustacés décapodes.."

Quoi ? Ils arrivent sur le sable chaud et décident de "décapoder" comme ça sans permission ? Un peu légère comme explication.

Toi, tu as besoin d’une médaille pour te remonter le moral... je sais, ne nie pas en plus !  Je comprends tes besoins. Une tite médaille pour une tite canaille.
réponse à . Marcek le 16/03/2007 à 13h40 : Me provoquerais-tu ? De la table au divan Regards concupiscents Sur la ...
de la table aux dix vents...

Je participe à une conférence, actuellement, et ne peux répondre, mais cela a absolument des relents relatifs à une des dernières expressions, si tu sens ce que je veux dire ... 
réponse à . chirstian le 16/03/2007 à 14h04 : "Me provoquerais-tu ?" Certes ... oui ! Où serait autrement le...
Partie remise ?
OK !)
On dit aussi « manger comme un goret » mais là, on reconnaît la moitié des français.
réponse à . <inconnu> le 16/03/2007 à 15h27 : On dit aussi « manger comme un goret » mais là, on ...
Oui, mais là le sens est "manger salement".

En Picardie, manger se dit "maquer" et le patronyme "maque-dos", que tu citais, peut laisser pantois.

A propos des "chantres", s’ils étaient "Farinellisés", quels plaisirs leur restaient-ils, à part manger ? Le Farinelli qui reste mince et svelte dans le film de Corbiau doit être une version personnelle de l’auteur. Le vrai était sans doute "gras comme un abbé de cour" !
réponse à . <inconnu> le 16/03/2007 à 15h27 : On dit aussi « manger comme un goret » mais là, on ...
Hé ho ça ç’est plutôt le sens dégueu...pas quantitatif
réponse à . SyntaxTerror le 16/03/2007 à 15h49 : Oui, mais là le sens est "manger salement". En Picardie, manger se dit "...
Je suis de ton avis. Dans le film "les Duellistes", on aperçoit un chancre qui se trouve bien rondelet aussi.

Peut-être que l’expression est née du fait que les chantres revenaient à trop cher dans la gestion d’un evêché. ???

As tu remarqué que lorsque un buffet est annoncé "A volonté", les chancres se retrouvent alors en nombre ?
réponse à . <inconnu> le 16/03/2007 à 14h46 : "...crabes... des crustacés décapodes.." Quoi ? Ils arrivent...
Je ne peux laisser les crues se tasser et je te dis
faut pas confondre:

le "à cinq pattes" qui décapote  
et
le "à cinq paires de pattes" qui décapode

hi hi hi  
réponse à . <inconnu> le 16/03/2007 à 15h54 : Je suis de ton avis. Dans le film "les Duellistes", on aperçoit un chancr...
" les chantres revenaient à trop cher"

Expression qui ne date pas du XVII ème siècle :
Il vaut mieux l’avoir en photo qu’en pension.
ayé, j’suis d’retour, et je repars, mais je libère eul gâ Marcel, vous avez donc droit au goûter-apéro (ou à goûter la Perrot, au choix). Je n’ai pas eu le temps de lire toutes vos merveilles mais je n’y manquerai pas, un peu plus tard, si le temps et surtout les squatteurs d’ordi me le permettent !!!!
réponse à . eureka le 16/03/2007 à 12h41 : Il y a peut-etre de fortes chances que cette expression nous vienne de la marine...
sur l’air de l’Auvergnat - Brassens
Si m..................Fa # 7
El’ est pour toi, l’trirème du jour,
................Si m
mon Eurekapitaine d’amour,
....................Fa # 7
toi l’ingénue qui, au ponton,
.....Sol..............La 7..........Ré...Fa # 7
m’a dit "viens faire un tour, Gaston"

Si m................Fa # 7
Tu étais belle, j’étais bronzé
.............................Si m
t’avais des crabes pour le souper,
......................Fa # 7
et dans l’carré on s’est aimés
....Sol.........La 7.....Ré
au lieu de préparer l’dîner...

Ré 7.......Sol..La 7...........Ré
Ce n’était rien que quelques crabes
Si m........Mi m......Fa # 7..Si m
y’en avait pas trop, pour du rab,
Fa # 7................Si m
mais sur ma langue j’ai encore
...Sol..........Sol 7........Fa # 7
le goût de toi au fond du port...

Si m...............Fa # 7
Elle est à toi, cette trirème,
......................Si m
Eureka, met donc tes mitaines
............................Mi.......La
Et tournons l’ancre, et hisse et haut,
Sol Fa # 7......Si m
Et fendons les flots !

Pardon, Georges !
réponse à . <inconnu> le 16/03/2007 à 16h24 : ayé, j’suis d’retour, et je repars, mais je libère eul...
Va falloir qu’on t’attache Pétula... au radiateur.

@ Syntax > En même temps la photographie au XVII ème, c’était pas encore ça...
Donc, c’était mieux de dire : "Il vaut mieux l’avoir en peinture qu’en pension"

@ Elpp > et bien voilà un aveu : il faut coucher pour avoir la médaille. C’est chaud-Business et Cie ton truc là. En même temps, on n’ attrape pas...
Je comprends la solitude du loup de mer. On en parle pas assez d’ailleurs de la solitude en mer, je veux dire la gestion de la solitude...
réponse à . <inconnu> le 16/03/2007 à 16h32 : Va falloir qu’on t’attache Pétula... au radiateur. @ Syntax ...
Il reste un peu de bouillabaisse. T’en veux ?
Au goûter ? Ah non merci !
réponse à . Elpepe le 16/03/2007 à 16h25 : sur l’air de l’Auvergnat - Brassens Si m..................Fa # 7 El&...
Wahoouuuuu ! wahoouuuuu ! c’est tellement renversant et déchirant ton truc, qu’ma "hgbugkjhdaormhf" s’en est échancrée, j’m’ai même mise à chantonner tiens !

@ Yannou : nanananèèèèère !
Et puis chacun "FAIT" midi même à minuit à sa porte comme il le "VOIT"
réponse à . eureka le 16/03/2007 à 16h54 : Wahoouuuuu ! wahoouuuuu ! c’est tellement renversant et dé...
Hi ! Hi ! Et dire que, pendant ce temps-là, ils croient qu’on s’amuse...
réponse à . Elpepe le 16/03/2007 à 16h25 : sur l’air de l’Auvergnat - Brassens Si m..................Fa # 7 El&...
et la phtiriose on s’est chopé !
Ah tu veux pas goûter ? ok c’est pas grave !

Et pourtant c’est pas mon AAA qu’a manqué de générosité ! A moins que c’est passqu’il t’en a proposé un peu. Boufferais-tu la bouille à baisse comme un chancre ?
Quelle horreur ! Pourquoi vouloir dézinguer des amours naissantes, là, en nous ramenant tout de suite dans le sordide ? Hmmm ? Cheval dire à BB, moi !
réponse à . eureka le 16/03/2007 à 17h06 : Ah tu veux pas goûter ? ok c’est pas grave ! Et pourtant...
Officiellement être Exemplaire ! Après, on tartine ce qu’on veut...
Ouais, ouais ouais...
RÉCLAME :

Expressio, le seul site où on vous offre de la bouillabaisse ! Oui oui !
réponse à . Elpepe le 16/03/2007 à 17h10 : Quelle horreur ! Pourquoi vouloir dézinguer des amours naissantes, l...
Hein t’as vu les coups de pinces  ? c’est qu’y veulent bien en "pincer" eux aussi, les chancres jaloux
réponse à . Marcek le 16/03/2007 à 13h40 : Me provoquerais-tu ? De la table au divan Regards concupiscents Sur la ...
Ah, Marcek, tu es inépuisable ! Un petit parfum d’alcôves de grisettes, un délicieux lyrisme à l’ancienne, l’alexandrin coquin mais impeccable... J’applaudis à ce festival de chaque jour et de quelques nuits. (Attention cependant à ce que ces talents virtuels ne privent pas ton amant des réels plaisirs qu’ils évoquent).

Une petite question subsidiaire : c’est sans grande importance, sans doute, mais pourquoi avoir adopté les caractères gras ?
réponse à . <inconnu> le 16/03/2007 à 16h24 : ayé, j’suis d’retour, et je repars, mais je libère eul...
Petula qui s’en va, et Momo qu’est pas là !!!
Non, non, les filles, ne partez pas...
S’il vous plaît
Revenez !  
réponse à . eureka le 16/03/2007 à 17h29 : Hein t’as vu les coups de pinces  ? c’est qu’y veulent bi...
... heureusement que les duettistes de charme font leur numéro , ça remonte le moral. 
(Horoscope du jour : pour qui vont en pincer les Scorpions ?)
réponse à . <inconnu> le 16/03/2007 à 07h50 : Alors là, moi je dis: "Môssieur" Marcek Tes propos, chaque matin ra...
Pour voir MÔssieur Marcek en photo
cette page
Bonjour tout le monde !
réponse à . chirstian le 16/03/2007 à 09h44 : ce serait la prononciation picarde qui aurait donné le mot "cancre" &agra...
Ça me rappelle un fait divers : Un homme avait perdu 3 doigts en voulant peloter sa voisine de cinéma, sans son consentement (en un mot) : Il était tombé sur une culotte bouffante .

Marccceeeeel : 3 doigts de Laphroaig pour mon ami !
réponse à . <inconnu> le 16/03/2007 à 18h56 : Pour voir MÔssieur Marcek en photo cette page Bonjour tout le monde !...
Salut à toi, contre-petamiral. Pas de petite gâterie, ce soir ? 
réponse à . Elpepe le 16/03/2007 à 19h01 : Salut à toi, contre-petamiral. Pas de petite gâterie, ce soir ...
Je vais voir avec Annaïg !

Non je rigole ! Laisse moi débarquer ! Eï ho, Eï ho ! je rentre du boulot !
Il faut que je lise tout maintenant !
réponse à . <inconnu> le 16/03/2007 à 18h56 : Pour voir MÔssieur Marcek en photo cette page Bonjour tout le monde !...
Hi, hi, je me suis bien marrée du" Môssieur" Marcek, mais bon, ça ne m’a pas vexée...j’adore trop les hommes...et le mien en particulier...
réponse à . syanne le 16/03/2007 à 17h42 : Ah, Marcek, tu es inépuisable ! Un petit parfum d’alcôve...
Réponse à la question subsidiaire (ne t’en fais pas pour le reste, hi, hi) j’ai adopté les caractères gras car ils se sentaient un peu seulets sur le site dans leur coin pendant que les minces italiques se récréaient sous votre plume et gambillaient sur vos claviers...ce n’est pas parce-qu’on est gras que l’on n’a pas le droit de prendre de l’exercice, m’enfin !
réponse à . eureka le 16/03/2007 à 12h41 : Il y a peut-etre de fortes chances que cette expression nous vienne de la marine...
Il y aurait donc un rapport entre le chancre et le cancer (puisqu’en latin, ce mot désigne le crabe)
réponse à . SyntaxTerror le 16/03/2007 à 15h49 : Oui, mais là le sens est "manger salement". En Picardie, manger se dit "...
Et je ne suis pas sûr qu’il s’envoyait en l’air aussi souvent que le Farinelli du film !
réponse à . Marcek le 16/03/2007 à 19h10 : Hi, hi, je me suis bien marrée du" Môssieur" Marcek, mais bon, &cce...
Marre de ne pouvoir rester plus de 12 mn sur le site à lire les « contributions » du jour et de ne pouvoir « en placer une » car déjà déconnectée de ce maudit site qu’est pire qu’une drogue ! pas moyen de se goinfrer des interventions sans être taxée de gourmandise et être punie en n’ayant plus accès ! 19 h. … ça fait 30 mn que j’attends le feu vert (non sans avoir essayé plusieurs manœuvres licites) Comment font-ils le duo magique pour s’exprimer si facilement sans interruption venue du site ???

@ Mareck : Tu es la troubadour(e) coquine d’Expressio ... Tu es incomparable, j’ai beau chercher qui, de Rimbaud, d’Aragon, ou de ...(pas trouvé de poétesse) ... serait jaloux de ton talent ! entre le 16è et le 20è ... siècle je ne peux citer personne ayant autant d’aptitudes à manier et allier galamment la langue, la malice, la tendresse et la polissonnerie ! Bravissimo  
réponse à . <inconnu> le 16/03/2007 à 19h23 : Il y aurait donc un rapport entre le chancre et le cancer (puisqu’en latin...
toutafé toutafé, d’ailleurs c’est évoqué en début d’explication
en plus chancre = tumeur = cancer
réponse à . Marcek le 16/03/2007 à 19h15 : Réponse à la question subsidiaire (ne t’en fais pas pour le ...
absolument t’as très bien fait, surtout quand ils sont seulets dans un coin.....du milieu de la page, en plus, on est pour la plupart un tantinet bigleux !
réponse à . syanne le 16/03/2007 à 17h42 : Ah, Marcek, tu es inépuisable ! Un petit parfum d’alcôve...
Enfin je l’espère pour lui ....
Ou notre amie trop embrasse et mal étreint, ou si c’est pas le cas, faut la féliciter pour ses prouesses si elle concrétise c’qu’elle couche sur nos écrans
réponse à . eureka le 16/03/2007 à 20h17 : Enfin je l’espère pour lui .... Ou notre amie trop embrasse et mal ...
Tiens, Eureka : je t’ai fini le couplet_39, avec les accords d’accompagnement, pour que Peinard_best les travaille... 
réponse à . cotentine le 16/03/2007 à 19h40 : Marre de ne pouvoir rester plus de 12 mn sur le site à lire les «&n...
Ils doivent frétiller dans leur tombe, le poète maudit et le surréaliste, de se voir soudainement reclassés dans la polissonnerie !

@Marcek 59 : moi qui suis nature (et plutôt mince), j’aime bien nos "minces italiques" ( italiques ??), qui collent bien à l’esprit de ce site : simplicité et égalité.
réponse à . eureka le 16/03/2007 à 20h04 : absolument t’as très bien fait, surtout quand ils sont seulets dans...
T’AS QU’A T’ACHETER UNE PAIRE DE LUNETTES, SI T’ES MIRO. TU ME LIS, LA ??? NON ? BON ALORS JE REMETS UNE COUCHE DE GRAS.
réponse à . syanne le 16/03/2007 à 21h18 : Ils doivent frétiller dans leur tombe, le poète maudit et le surr&...
simplicité et égalité
même pour la réclame d’Expressio ? Je crois qu’il faut qu’elle ressorte, pour les millions de lecteurs anonymes ! 
réponse à . syanne le 16/03/2007 à 17h48 : Petula qui s’en va, et Momo qu’est pas là !!! Non, non,...
Me v’la, me v’la ma Syanne, j’suis là....
Mais tu ne trouves pas que notre Cotentine et l’Ours normand brillent par leur absence (comme par zazar et comme d’un fait déxpré, mais moi j’dis ça, j’sais pâ, c’est juste pour causer, c’est pâ pou di du mal, pensez bien dame, mé si j’dit çà, c’est juste poul dire, n’empêche, que, enfin bon, c’est pâ clair, parole de normand!) 
réponse à . Elpepe le 16/03/2007 à 21h34 : simplicité et égalitémême pour la réclame d&rs...
La réclame, c’est la réclame. En gras, en couleurs, en musique, on a tous les droits, Capt’ain, quand c’est pour passer Expressio à la brosse à reluire (ce qui n’a rien d’onanistique).
réponse à . <inconnu> le 16/03/2007 à 21h34 : Me v’la, me v’la ma Syanne, j’suis là.... Mais tu ne tr...
Bon, pour la-perrot, c’est un peu tard, mais puisque t’es là, t’es pardonnée.
Is Marcel in the secteur ? (Tu prendras bien un p’tit Calva, la pétillante ?)

Et Momo ? Depuis qu’elle est partie avec Apollinaire (ah ! quel poète), on n’l’a point r’vue. Momo ? T’es où ? On va finir par s’inquiéter...
réponse à . syanne le 16/03/2007 à 21h18 : Ils doivent frétiller dans leur tombe, le poète maudit et le surr&...
C’est peut-être parce-que dans ma région, on se régale de foie gras, cassoulets bien onctueux et daubes avec couennes sans parler des saucisses de Toulouse marinées dans l’huile pour la conservation hivernale que j’aime autant le gras
réponse à . cotentine le 16/03/2007 à 19h40 : Marre de ne pouvoir rester plus de 12 mn sur le site à lire les «&n...
Ha, Cotentinette, t’*avais pas vue, c’est pâ mé qui dit mal, c’est les aut’...
qui’qu’ta fais d’la pieau d’ l’ours ?
réponse à . Elpepe le 16/03/2007 à 21h06 : Tiens, Eureka : je t’ai fini le couplet_39, avec les accords d’...
Il était pas question qu’il y ait un éditeur de partoches Hache teu meu leu sur ce site !
(Mâtin, quel site)

Hein ! Quelle Plaie ?
Quel couteau ?

Et pour les chantres, alors !
réponse à . <inconnu> le 16/03/2007 à 21h34 : Me v’la, me v’la ma Syanne, j’suis là.... Mais tu ne tr...
voui ! Ma’am Scawlett !
réponse à . syanne le 16/03/2007 à 21h44 : Bon, pour la-perrot, c’est un peu tard, mais puisque t’es là,...
Momo pas lalà ! Snif !

MOMOOOooooooo !
réponse à . Marcek le 16/03/2007 à 21h49 : C’est peut-être parce-que dans ma région, on se régale...
T’as oublié le beurre, le bien jaune, à 80% de mat. gr., qui fleure bon l’étable, celui des crêpes, qu’on étale à foison pour eviter qu’la confiture elle dégouline et passe par les trous de la tartine (pourquoi y-a-t-il des trous dans l’pain) de celui qu’on glissait entre deux feuilles du livre de messe : Le beurre de Missel !
réponse à . Marcek le 16/03/2007 à 21h49 : C’est peut-être parce-que dans ma région, on se régale...
J’ai vécu longtemps non loin du Quercy, et ma foi (mon foie), je mitonne assez bien cassoulets et confits... En ce qui me concerne, dans le cassoulet, comme ailleurs, au gras je préfère la chair.

Celle de tes mots, jolie Marcek, leur suffit bien (encore qu’aujourd’hui, God nous invitant à tous les excès, on peut faire exception). 
réponse à . syanne le 16/03/2007 à 21h44 : Bon, pour la-perrot, c’est un peu tard, mais puisque t’es là,...
QUOI MAIS DE QUOI !!!!
Notre Momo avec un certain: ha! !! Paul Hinner!
Cor’ un alsacien !!!
réponse à . <inconnu> le 16/03/2007 à 22h05 : T’as oublié le beurre, le bien jaune, à 80% de mat. gr., qui...
Taratata ! Rien ne vaut l’huile d’olive ! Bande de chauvins...
réponse à . <inconnu> le 16/03/2007 à 22h05 : T’as oublié le beurre, le bien jaune, à 80% de mat. gr., qui...
Et la crème salidou
son petit goût salé-sucré
caramel de mer
mangé à même le pot
les pieds pendants au bout du quai
réponse à . <inconnu> le 16/03/2007 à 22h08 : QUOI MAIS DE QUOI !!!! Notre Momo avec un certain: ha! !! Paul Hinner!...
MESSAGE de L’AMIRAUTÉ :

ne prenez pas la mer sans appeau liner, dont on se sert en situation de détresse sur un voilier, au grand large.
réponse à . syanne le 16/03/2007 à 22h12 : Et la crème salidou son petit goût salé-sucré caramel...
Taratata ! voir_81
réponse à . <inconnu> le 16/03/2007 à 22h08 : QUOI MAIS DE QUOI !!!! Notre Momo avec un certain: ha! !! Paul Hinner!...
Oui, mais elle, au moins, on sait avec qui elle est. Parce que maintenant, c’est Eureka, qui s’est tirée... EUREKA !!! OU K’T’ES DONC ?
réponse à . syanne le 16/03/2007 à 21h26 : T’AS QU’A T’ACHETER UNE PAIRE DE LUNETTES, SI T’ES MIRO....
Ah voilà enfin j’y suis t’arrivée à t’lire avé les lunette, la loupe et les jumelles réunies, au début j’ai rien biglé, mais bon comme j’capte vite, j’ai d’viné au braille.
réponse à . Elpepe le 16/03/2007 à 21h06 : Tiens, Eureka : je t’ai fini le couplet_39, avec les accords d’...
Oh oui Mon Amiral c’est encore plus renversant, j’étais just’ment en train d’m’entrainer à un p’tit tango qu’je m’ai fait le tour l’baraque à force hein en vue de leur fair une tite démo d’not art tistique dansant s’pas
réponse à . syanne le 16/03/2007 à 22h12 : Et la crème salidou son petit goût salé-sucré caramel...
Tiens, j’y avais pas pensé à celle-là !
Je trouve que tu deviens fainéant, Amiral, sauf vot’ respect !
T’oublie que tu t’adresses à une dame !
A propos : Que dit un aveugle (sans brailler) quand il touche de la toile émeri ?
-"C’est écrit serré ! "
réponse à . syanne le 16/03/2007 à 22h07 : J’ai vécu longtemps non loin du Quercy, et ma foi (mon foie), je mi...
Moi je suis née non loin du château de Bonaguil ,j’ai habité pas très loin du Pont-Valentré et je vis maintenant en pays de Cocagne, pas très loin du musée Toulouse -Lautrec...mais pourquoi mange-t-on si bien partout où je passe??
réponse à . Elpepe le 16/03/2007 à 22h09 : Taratata ! Rien ne vaut l’huile d’olive ! Bande de chauvin...
Ohhhhhhhhh ! j’l’avais pas encore vue celle-là mon AAA ! Quoique pour un tango hein euuh un peu de beurre.... euuuh bon fin’quoi tu vois pas ?
Evidemment, Capt’ain, rien au-dessus de l’huile d’olive (vierge extra première pression à froid et primeur si possible).
Mais, enfin, de temps en temps, une petite tranche de pain au sésame à peine beurré-salé, un triangle de Selles sur Cher frais à coeur et crémeux sur les bords, avec un verre de Sancerre... Non ?
réponse à . syanne le 16/03/2007 à 22h16 : Oui, mais elle, au moins, on sait avec qui elle est. Parce que maintenant, c&rsq...
Si fait, si ... fait.... tirée
Compliments, mylady... ça aussi, tu sais le faire sans lunettes et en braille, I presume ?

Allez, j’y vais. Si je veux éviter l’alka-seltzer demain, il est grand temps : c’est qu’il nous fait une drôle de régime, God, entre la bouteille d’hier et la grande bouffe d’aujourd’hui...

Je vais retrouver la peau de mon ours, qui n’est pas à vendre.

Bonsoir, et n’abusez pas des bonnes choses. (si vous voyez Momo, dites lui qu’elle m’a manqué)
réponse à . syanne le 16/03/2007 à 22h48 : Evidemment, Capt’ain, rien au-dessus de l’huile d’olive (vierg...
Ah, ben là, d’accord ! Ou alors, avec le magret grillé, les frites à la graisse d’oie avec un Madiran de derrière les fagots, dis...
réponse à . eureka le 16/03/2007 à 22h47 : Ohhhhhhhhh ! j’l’avais pas encore vue celle-là mon AAA&n...
Si, si...
réponse à . <inconnu> le 16/03/2007 à 22h44 : Je trouve que tu deviens fainéant, Amiral, sauf vot’ respect !...
J’étais en train de me battre avec une install ! Mais bon, ça y est, et ça marche. Et tu sais bien combien j’aime les femmes d’Expressio, hein ? Autant que toi, bougre de grand dégoûtant ! Allez, travaille tes accords, pour la prochaine Convention.bzh... 
Parole de pédagogue (et le pédagogue a l’air d’aimer) :
"ce cancre ne vous causera pas de seychelles !"

amis contrepoètes...
Cette expression me rappelle la robe éCHANCRée de Mireille Darc dans ’Le grand blond avec une chaussure noire’, déCULeté dévorant tout sur son passage, avec grâce...
Bonjour à toutes et à tous en ce beau dimanche de 2010.

Pendant longtemps, j’ai mangé comme un chancre , et aussi bu comme un trou.
Je me suis nettement calmé, mais les 15 kg de trop me sont restés sur l’estomac.
Le temps d’émerger, de lire vos 99 contributions de 2007 et de chercher un peu ici ou là (Google, es-tu là ?) et je suis à vous, avant de me rendormir comme un loir.

Ma chère Purdey, il se trouve que la robe de Mireille Darc, je m’en souviens aussi, mais elle ne me donnait pas spécialement l’envie de manger. De dévorer, peut-être...

06:50 : je viens de me rendre compte que j’ai instinctivement cité une pièce de Paul Scarron : Jodelet ou le Maître valet (1645). On y trouve en effet :

Don Juan :
Toi, mangeant comme un chancre et buvant comme un trou,
Paré de chaines d’or comme un roi du Pérou...

Pour les chaines, ce n’est pas vraiment ça, mais pour le reste...
Ousqu’il l’Ange d’Expressio ? dans le Gers. Faudrait pas qu’il mange comme un chancre, qu’après il serait malade.. Et qui c’est qui s’occuperait du phare et du ferriboite de ST Raphaël.
réponse à . deLassus le 11/04/2010 à 00h12 : Bonjour à toutes et à tous en ce beau dimanche de 2010. Pendant l...
Qi c’est qu’aurait pu oublier une robe aussi fabuleuuuuse ? Alors est-ce que dévorer pourrait, là, avoir le même sens que manger comme un chancre ? La question reste entière....
réponse à . BeeBee le 11/04/2010 à 00h30 : Qi c’est qu’aurait pu oublier une robe aussi fabuleuuuuse ? Alo...
Très rabelaisien, tout ça...
Petit changement de programme. J’ai bien tout lu (Ah, Monsieur Marcek, quel poète !), mais ensuite je me suis laissé plus qu’agréablement surprendre par un ouvrage qu’on peut appeler d’étymologie, récent, l’Amont des Mots :

cette page

Le passage sur cancer >>> cancre >>> chancre est en pp 18-19.
Mais tout ce qui est lisible sur Google est passionnant.

Du coup, il faut que je dorme, car demain lever aux aurores pour aller chanter comme un chantre (pas en cérémonie religieuse, mais en cours de technique vocale).
A demain après-midi ! Et bonne lecture.
réponse à . deLassus le 11/04/2010 à 01h53 : Petit changement de programme. J’ai bien tout lu (Ah, Monsieur Marcek, que...
J’ai bien tout lu (Ah, Monsieur Marcek, quel poète

Ben non, t’as pas bien tout lu mon ami.
Retourne voir les interventions #54 & #58. 

Salut, compagnon de la nuit;
Ce crabe-tambour, ce cancer dévorant, m’a trop pincé le coeur...
Il ne me fait plus peur ! La preuve :
Je chancre,
Je chancre soir et matin,
Je chancre sur les chemins !

cette page
réponse à . <inconnu> le 11/04/2010 à 02h22 : J’ai bien tout lu (Ah, Monsieur Marcek, quel poète Ben non, t&rsqu...
Mais si, j’ai bien tout lu : je ne faisais que reprendre, avec ironie, le propos de Dadou1311 en # 6 !
Sur Marcek, poétesse surdouée qui illumina les débuts d’expressio, voici un lien récent que j’aime bien :

cette page
God :
Mais il est possible ... déformation de l’ancienne comparaison "comme un chantre"

Peut-être en effet, mais quand on cherche sur Google "comme un chantre", on s’aperçoit surtout que le chantre BUVAIT beaucoup. Chanter, ça dessèche le gosier.
Alors qu’incontestablement le chancre MANGE, ou bouffe.

Avant d’aller chanter (et boire de l’eau et du café), je vais donc me concentrer sur le chanCre.
Si je trouve quelque chose, bien sûr je vous en ferai part.

Confirmation : pour "comme un chancre", on trouve à 50/50 Manger comme un chancre, et une sombre histoire de maladie vénérienne. Je ne pense pas qu’il y ait de rapport entre les deux.
Vous donner des dizaines de liens sur Manger comme un chancre, c’est à dire avec excès, serait vain.
Ma citation du livre récent (voir #105) fait le tour de la question.
réponse à . deLassus le 11/04/2010 à 06h24 : God :Mais il est possible ... déformation de l’ancienne compar...
Toi, t’as pas TOUT lu ! Me revoici, me revoilà, mais ma seule intervention passée... Allez, là-haut, en _4 ! Pris en flagra*t délit de paresse matutinale deLassus ! Chantre bien mon amionaute, pour nous deux que moi je ne peux plus et que j’aimais tant ça !
Manger comme un chancre dévorant ça ressemble pour moi à bouffer ce qu’on a dans son assiette en grignotant dans celles des voisins. Du genre qui se verse les restes de la table dans son assiette pour les finir, élégant, quoi. J’en connais un comme ça, de très près. Au début les yeux plus grands que le ventre ; pour finir le ventre si gros que ses yeux ne voient plus ... ses pieds.
réponse à . momolala le 11/04/2010 à 09h40 : Manger comme un chancre dévorant ça ressemble pour moi à bo...
C’est bide-au-nez ou bidonnant... voire les deux. 
Cela me remue de lire LPP, s’essayant à la contrepèterie, en m’appelant Peinard_best !

Et le Monostyche Apollinarien évoqué par Momolala, qui vous apprend que la trompette marine est en fait un instrument à corde, finit de rendre hommage à l’amiral en ce 1er dimanche de vacnces pour la Zone A ! Farniente !
C’est assez étonnant que le crabe (qui désigne aussi en argot, le cancer) n’ait pas sa place dans les explications de God. Heureusement, Eurêka, de sa Tunisie natale, a relevé le fait.
réponse à . deLassus le 11/04/2010 à 01h53 : Petit changement de programme. J’ai bien tout lu (Ah, Monsieur Marcek, que...
Ah, Monsieur Marcek, quel poète !
les poèmes de Marcek avaient à mes yeux un double intérêt : illustrer ou prolonger l’expression, d’une part, mais aussi mettre sur le site des textes préparés avec une exigence de poète. En ce sens ils tranchaient nettement de notre production , puisque le seul talent que nous y cultivons consiste au contraire à improviser et à réagir en quelques minutes aux textes dont nous prenons connaissance.
réponse à . momolala le 11/04/2010 à 09h40 : Manger comme un chancre dévorant ça ressemble pour moi à bo...
Si cest que ses pieds qu’il peut plus voir ton "de très près ", ça peut encore aller ?
Ce soir à la Convention bavaroise et viennoise réunies, on va sûrement manger comme des chancres, hein Filo ?
réponse à . BeeBee le 11/04/2010 à 11h12 : Si cest que ses pieds qu’il peut plus voir ton "de très près...
La queue sèche de la poire, tu veux dire ? Il y a belle lurette et bien davantage que je ne sais plus à quoi elle ressemble : en plus de 20 ans de divorce annoncé, j’ai oublié ! Ne jugez pas sans savoir mes amionautes, chaque cas est cas d’espèce.
Chancre ? cela me fait immanquablement penser à une MST !
J’aurais plutôt écrit/dit: morfale ou morfalou...*
Qui est du même avis ? Avec qq explications à la clé, merci.
réponse à . chirstian le 11/04/2010 à 11h05 : Ah, Monsieur Marcek, quel poète ! les poèmes de Marcek avai...
Marcek n’a pas coupé le fil, d’ailleurs elle est toujours abonnée mais la vie ne lui laisse guère le temps de venir échanger ici. A peine peut-être celui de s’adonner à la poésie qu’elle aime. Si chaque âge a ses plaisirs, celui d’être des VIL s’accompagne de soucis que nous partageons ou avons partagé avec nos parents. C’est dans l’ordre des choses. Il paraît.

Sur ces bonnes paroles, il est temps d’aller déjeuner, raisonnablement, car ce qui est bon (c’est moi qui l’ai préparé, c’est tout dire) se savoure et ne se baffre pas !
réponse à . momolala le 11/04/2010 à 09h40 : Manger comme un chancre dévorant ça ressemble pour moi à bo...
ni ce qu’il y a un peu plus haut que les pieds...
réponse à . momolala le 11/04/2010 à 12h13 : Marcek n’a pas coupé le fil, d’ailleurs elle est toujours abo...
sauf si le plaisir de l’un est de se baffrer...
réponse à . momolala le 11/04/2010 à 12h13 : Marcek n’a pas coupé le fil, d’ailleurs elle est toujours abo...
chaque cas est un cas d’espèce, comme dit momolala
réponse à . momolala le 11/04/2010 à 12h08 : La queue sèche de la poire, tu veux dire ? Il y a belle lurette et b...
Bon, bin v’la que je deviens maladroite...Désolée, Momo, j’avais pas tout suivi de l’histoire de la "queue sèche de la poire ". Mainant, j’ai la remise à jour !!! 
réponse à . <inconnu> le 11/04/2010 à 12h12 : Chancre ? cela me fait immanquablement penser à une MST ! J&rsq...
J’aurais plutôt écrit

Ben voui ! Seulement l’expression à décortiquer est ce qu’elle est et on n’y peut rien changer. C’est comme ça et pis c’est tout !

Cela écrit, je suis comme toi : ce « chancre » me dégoûte un peu ! Il évoque « cette grosse plaie » dont parle God. S’il me faut partager un repas avec un glouton, je préfère un morfalou* qu’un chancre ! Pouah !

* et le verbe morfiailler qui ferait presque distingué dans un salon, surtout si l’on ajoute la bouche un peu serrée : comme disait déjà Rââbelaiais en 1534 ! ». cette page
réponse à . DiwanC le 11/04/2010 à 15h32 : J’aurais plutôt écrit Ben voui ! Seulement l’expre...
Ah de Rabelais je ne me lasse guère ! L’expression me fait penser à Dom Balaguère, à Daudet et à ses messes basses. C’est avec son bedeau et non un chantre qu’il commit naguère le péché de gourmandise, mais ce fut tout deux comme des chancres qu’ils réveillonnèrent.
Je vérifie, mais il me semble que l’horloge de ce merrrveilleux site, sensible peut-être aux nuages gris qui défilent par la fenêtre, s’est remise à l’heure d’hiver. 

Bon sang, mais c’est bien sûr ! Je ne lisais pas où il faut ! Que suis-je bête !
réponse à . momolala le 11/04/2010 à 16h33 : Je vérifie, mais il me semble que l’horloge de ce merrrveilleux sit...
Bonsoir de ce beau soir,
Je souhaite une supermégatop conventio bavaroise aux ceusses qui y participent.

@ Momo : avant l’heure, c’est pas l’heure, et tu as l’heur de ne pas être blette ! 

Bon, je me prépare à quelques jours de vacances à la ferme avec les kids et sans pc (il a été "emprunté", je vous écris de la bécane de ma Moman).

Silence radio durant une semaine.
Bises à tous !
réponse à . Jonayla le 11/04/2010 à 19h13 : Bonsoir de ce beau soir, Je souhaite une supermégatop conventio bavaroise...
Bonnes vacances à toi. Profites-bien de ton séjour à la ferme, mais ne manges pas comme un chancre.... Bises.
réponse à . Jonayla le 11/04/2010 à 19h13 : Bonsoir de ce beau soir, Je souhaite une supermégatop conventio bavaroise...
Bonnes vacances, je te souhaite d’avoir du soleil. Ne t’inquiète pas, à ton retour, nous serons encore là, nous veillons sur le site avec God.
Bon, ben voilà, ce fut une Convention peinarde. On en a tiré le best qu’on a pu, comme dirait Jean-Claude. "C’est du Vent, Dame!", aurait-il aussi pu dire, mais bon, ... il n’était point là. Heureusement pour nous.
Non, nous n’avons pas bâfré, mangé comme des chancres. Nous nous sommes bien tenus, comme d’habitude, d’ailleurs, et cochon qui s’en dédise!
réponse à . Jonayla le 11/04/2010 à 19h13 : Bonsoir de ce beau soir, Je souhaite une supermégatop conventio bavaroise...
Bonnes ouacances à ta progéniture et à toi aussi, et - la prochaine fois - ne laisse plus tout traîner bien en vue sur le siège de ta tire...
réponse à . chirstian le 11/04/2010 à 11h05 : Ah, Monsieur Marcek, quel poète ! les poèmes de Marcek avai...
...le seul talent que nous y cultivons consiste...à improviser et à réagir en quelques minutes ...

Tu parles pour toi. Et encore, crois-en un de tes plus attentifs lecteurs, tu as écrit sur ce site des textes, sutout les plus longs, qui ne sentaient pas l’improvisation en quelques minutes.
Ou alors tu es vraiment très doué, ce dont d’ailleurs je ne doute pas.

Et que dire de notre Lovendric, dont les merveilleuses narrations supposent à mon avis un long labeur. Je le soupçonne de s’inspirer de textes anciens, par exemple des Choniques de Froissart (mais où a-t-il déniché une édition de cette oeuvre non rééditée, bijou des bibliophiles et des historiens ?). Souvenons-nous de sa récente intervention sur les Croisés qui touchaient avant le combat un vrai morceau de la vraie croix.

Je terminerai bien modestement par moi. Mes interventions me prennent en général plusieurs heures, en plusieurs parties, et sont souvent modifiées, par remords, tout au long de la journée, comme en atteste la mention ’Modifié le ____ à ____. Quand la modification intervient quelques instants après l’écriture originale, c’est à cause de fautes de frappe que je ne vois qu’après validation. Mais d’autres importantes modifications interviennent parfois des heures après, si par exemple j’ai trouvé une nouvelle idée ou un nouveau texte. ce fut le cas hier pour la #101.
réponse à . deLassus le 12/04/2010 à 02h55 : ...le seul talent que nous y cultivons consiste...à improviser et &agrav...
Je ne répondrai pas pour Lovendric (au passage, les Chroniques de Froissart ont été rééditées en 2009 (cette page) ) mais je gagerai qu’il possède son sujet à fond et n’a pas besoin de relire ses sources avant d’intervenir.
En ce qui me concerne, je dispose maintenant de plus de temps, n’exerçant plus que des activités bénévoles, mais jusqu’alors il était tout à fait exclu que je passe du temps à préparer un texte. Et en fait, quand on joue avec les mots, un texte long demande plutôt moins de temps qu’un texte court , parce qu’on n’a pas la même exigence : on a l’impression que 3 jeu de mots médiocres vaudront autant qu’un seul réussi. C’est le problème des rediffusions : quand je relis 2 ou 3 ans après ce que j’ai écrit j’ai envie d’en supprimer les 3/4 (tu vois que je ne suis pas modeste : j’ai envie d’en conserver quand même 1/4 !!!)
réponse à . chirstian le 12/04/2010 à 16h49 : Je ne répondrai pas pour Lovendric (au passage, les Chroniques de Froissa...
Pareil avec les histoires d’Amuuuurr, vingt années plus tard, on a envie d’en supprimer (pas physiquement tout de même) la moitié… (Variabilité ici). Relooker son Curriculum Vitae sentimental, à la mode ou instinct de propreté développé ?
Pour le reste, écrire/agir sur Expressio, un site conçu et maintenu avec plaisir par Georges Planelles,  la question qui se pose est celle-ci : la spontanéité est-elle un vilain défaut ?

Con-texte, contexte, texte de con… Pffttt, nous ne sommes le jour que le produit de nos nuits, les rêves et/ou cauchemars en une épaisse bandoulière. Le bon comme le moins bon peut alors s’exprimer…
135 contrib. Si vous n’avez pas le temps de tout lire, dégustez au moins les beaux écrits rimés - facilement repérables - de M’sieur chirstian et de M’dameMarcek ; de syane également. Un régal !
Quelques baffreurs excessifs dans les textes du beau Georges (l’autre !). Ainsi :

Anticléricaux fanatiques
Gros mangeurs d’ecclésiastiques
Quand vous vous goinfrerez un plat
De cureton je vous exhorte
Camarades à faire en sorte
Que ce ne soit pas celui-là.


Et puis, la p’tite demoiselle, gloutonne comme pas deux, ripailleuse insatiable mais généreuse, véritable chancre de L’Amandier :

Les avait, bien entendu
Toutes mordues
Tout’s grignotées, mes amandes
Ma récolte était perdue
Mais sa jolie bouch’ gourmande
En baisers m’a tout rendu !


Tout est là !

Et à côté, sur la table, tout ce qu’il faut pour le p’tit déjeuner : le café, le thé et le tutti quati !
À tout bientôt ! 
réponse à . DiwanC le 17/06/2014 à 02h38 : Quelques baffreurs excessifs dans les textes du beau Georges (l’autre ...
Bon, ben t’as fait le tour de la question. Histoire de pas être venu pour rien je rajouterais bien volontiers celle ci pour laquelle j’ai toujours eu un faible........

Allez, zou on reprend la route........Allez Coyote au pied mon pépère.......C’est qu’ils font jamais grève les petits bonshommes bleus.........

Merci pour le thermos de café.......
Bonjour !

"Manger comme un chancre"... voilà bien une expression pimentée d’écoeurement.

Associée, depuis mon enfance, à un homme grossier qui mangeait incliné vers l’avant, voracement tout en ne quittant pas le plat des yeux.
Tout le monde l’imitait, lorsqu’il était question de lui, sans jamais citer son nom.

Beurk beurk beurk...

La lecture des 138 participations précédentes, d’une belle élégance, me rabiboche avec l’expression et rend mon souvenir quasi clownesque...
réponse à . platon07 le 17/06/2014 à 06h33 : Bonjour ! "Manger comme un chancre"... voilà bien une expression pi...
Un clone de mon ex... Ah, 4 ans tout juste aujourd’hui que j’ai tourné cette page de la poire et de sa queue sèche et qu’il en fait ce qu’il veut à 450 bornes de moi. Ouf ! Ouf ! Ouf ! Et je déguste la vie par petits bouts colorés, doux, ensoleillés, jolis quoi ! Je vous en laisse autant que vous voudrez à partager pour cette belle journée.
réponse à . momolala le 17/06/2014 à 07h33 : Un clone de mon ex... Ah, 4 ans tout juste aujourd’hui que j’ai tour...
Pardon ! -( je crois que ce mot est approprié )-

Je suis désolé de raviver des jours amers...mais ces quatre lignes sont tellement parfumées de jolies nuances ...

Vive la vie
DEVINETTE
Dans quelle cité de l’Alentejo portuguais mange-t-on comme un chancre ?
- Évora ; pour manger avec excés, Évora cité !
Walt Disney et un collègue goinfre, au resto
Le goinfre: - Mickey Mouse, Minnie, Jojo, Michou...
Disney: - pourquoi vous citez mes personnages ?
le goinfre: - pour manger avec vos rats cités !
Le cancer du sein (rediffusion)
- Bonjour, général.
- Bonjour, mme. l’intendante.
- Où asseyez-vous votre camp?
- Caen!
- Comment quand? ben, aujourd’hui...
- Je vous disais Caen, et comme c’est l’été, tout près des camphriers.
- Ah? et pourquoi?
- Pour avoir le camp frais!
- Mais, dites-moi, avec ces arbres, vous manquerez de lumière, non?
- Je ne crois pas, les camps abîment l’environnement, alors les camps délabrent...
- Général, savez-vous qu’on critique votre camp?
- Oui, on critique et le camp n’est l’honni...au fait, vous avez faim? je peux vous offrir du foie-gras.
- Il est bon? on n’a rien à craindre avec votre foie-gras?
- ’Le camp sert du sain’, ma brave dame!
- Diantre !...merci! un camp-ari suffira.
Et, sur ce, elle fout le camp.
L’expression bouffer comme un chancre me fait penser à " la grande bouffe " de Marco Ferreri (1973)
Wiki dit : Le film raconte l’histoire de quatre hommes, vers la fin de l’automne, qui fatigués de leurs vies ennuyeuses et de leurs désirs inassouvis, décident de s’enfermer dans une villa pour se livrer à un suicide collectif en mangeant jusqu’à ce que mort s’ensuive.
Beurk ! beurk !
Actuellement nos mots clés sont diététique, modération, calories, cinq fruits..., top chef, cuisine moléculaire (!) la gourmandise est un vilain péché, restos du cœur... bref, une autre époque !
Une petite image pour nous consoler, ... ça ne fait pas grossir les images
réponse à . <inconnu> le 13/04/2010 à 14h50 : Pareil avec les histoires d’Amuuuurr, vingt années plus tard, on a...
Pffttt, nous ne sommes le jour que le produit de nos nuits, les rêves et/ou cauchemars en une épaisse bandoulière.

Intéressante vision des choses, j’aurais pensé le contraire, dommage que l’auteur(re) inconnu(e) de cette phrase ait coupé le fil !
’Chancre’ est un mot qui vient du latin ’cancer’ et qui désigne un ulcère ou une tumeur.
Quand Henry servait, lors des repas de famille, il était tellement lent qu’on disait:
’Si Hull sert, tu meurs !
@ Boubacar

Ai répondu tardivement à tes deux réponses dhier, pour préciser ma pensée.
réponse à . saharaa le 17/06/2014 à 10h46 : L’expression bouffer comme un chancre me fait penser à " la grande...
Dans le film "SEVEN" le meurtre du gourmand est très bien mis en scène, encore que la modération que tu cites me paraît bien ennuyeuse 
réponse à . charmagnac le 17/06/2014 à 11h30 : Dans le film "SEVEN" le meurtre du gourmand est très bien mis en sc&egrav...
Etonnant et bien intéressant ! -( pour moi, of course )

A mon sens, il s’agit de deux films quand même exceptionnels.
Mais l’ambiance lourde et oppressante qui règne dans SEVEN est bien loin de celle de "La grande bouffe."
Soyons clairs: manger jusqu’à ce que mort s’en suive est plus qu’écoeurant, et plusieurs potes m’avaient dit être sorti de la salle avec l’impression de nausée. Ce qui est quand même un comble pour le 7ème art.

Mais La GB réunissait: Noiret, Mastroianni, Tognazzi et Piccoli ainsi qu’Andréa Férreol dans un rôle de composition peu confortable.
Tognazzi, en chef cuisinier réputé, est plus vrai que nature -( Ah! son coffret de couteaux professionnels )- et les plats préparés sont superbes même bien sûr si toujours disproportionnée.

Cela est bien loin, mais je ne l’associe pas vraiment à "bouffer comme un chancre". Car l’esthétisme du film est élégante et l’humour bien présent.

Je confesse -( comme dirait GB )- avoir côtoyé depuis toujours des as du fourneau, avoir quelques ouvrages sur le sujet et donc n’être pas impartial.

Mais on se souvient des deux films...
Roger’s !

Je m’aperçois que "l’âge est là" comme on dit en Ardèche et en patois.

J’ai beau me relire, je laisse une fôte par mot.

Je sais combien c’est grinçant à la lecture...sorry
réponse à . charmagnac le 17/06/2014 à 11h30 : Dans le film "SEVEN" le meurtre du gourmand est très bien mis en sc&egrav...
Bien sûr, la modération ressemble à l’ennui, mais aussi, faut-il être capable de prévoir et d’assumer les conséquences de nos excès !
Si ce matin nous avons papoté, grignotant par-ci, dégustant par-là, cet après-midi, il n’y a pas grand-chose à se mettre sous la dent.

Où sont-elles donc passées les envies de tout boulotter, de se bâfrer, de s’empiffrer, de se faire "gros ventre", de grailler grave, de casser la croûte, de creuser dans les plats à "gueule que veux-tu", de bouffer du lion ou bien aut’ chose, de manger à s’en faire péter le péritoine comme on dit élégamment chez M’sieur le Baron qui, lui, voulait s’en fourrer jusque-là, bref ! de manger comme un chancre !
Yeeesss ! j’ l’ai eu ! 
réponse à . saharaa le 17/06/2014 à 10h46 : L’expression bouffer comme un chancre me fait penser à " la grande...
Il n’est nul besoin d’être grand clerc pour y voir une allégorie de notre société moderne.
Quarante ans après, il semblerait que la leçon n’ait pas porté.

Personnellement, ça m’évoque aussi un autre film.
Le début du passage est à cette page et la fin à cette page .
réponse à . DiwanC le 17/06/2014 à 18h55 : Si ce matin nous avons papoté, grignotant par-ci, dégustant par-l&...
Hey Di !

J’ai peut être quelque chose, de ces expressions de la campagne, aussi disjonctées que lucides.

Lorsque les chiens attendaient la pitance, ils ne demandaient pas la carte, en général. Ou alors il s’agissait du chien de la belle histoire de pianiste.

J’entends encore : " moungorions lo république s’ére cueite !"

Ils mangeraient la République si elle était cuite.

Et, sur les rives françaises du Léman, le domaine de Ripailles.
Joli écho aussi, renvoyé par ce "domaine de Ripailles"

Et puis, pour l’anecdote, le menu qu’Escoffier prépara pour célébrer la St Fortunat en 1913, à Londres. ( St Fortunat: patron des cuisiniers )

Crêpes au caviar
Huitres pimentées
Croûtes au pot à l’ancienne
Turban de filets de sole au gratin
Chapon fin à la Toulousaine
Cochon de lait St Fortunat
Pommes aigrelettes/Sauce groseille au raifort
Bécassines rosées
Salade Lorette
Pâté de foie gras
Biscuit glace Caprice
Mignardises

Un autre monde...

Que le sommeil vous soit léger mais réparateur
réponse à . saharaa le 17/06/2014 à 13h19 : Bien sûr, la modération ressemble à l’ennui, mais auss...
Mais si la commission des excès n’était pas aussi jouissive que les plaisirs qu’ils laissent entrevoir avant de les commettre, où serait le plaisir ? Et succomber à la tentation n’est-il pas le meilleur moyen de la supprimer ? tant pis pour les conséquences : il reste le souvenir, dût-on boite le calice jusqu’à la lie. 
réponse à . charmagnac le 18/06/2014 à 13h56 : Mais si la commission des excès n’était pas aussi jouissive ...
pfff pour une fois que j’essayais d’être un peu raisonnable .... et s’il faut boire je préfère nettement un bon petit blanc sec ! Marceeeeel ! c’est ma tournée !
réponse à . SyntaxTerror le 17/06/2014 à 22h00 : Il n’est nul besoin d’être grand clerc pour y voir une all&eac...
ça m’évoque aussi un autre film.
oups ! connaissais pas ce film des Monty Python !

Se goinfrer
Ratanak - et tous ceux qui aiment la lire - retrouve Marcek @2 et @27. 
Not' Georges ne dédaignait sans doute pas la bonne bouffe, mais on ne l'imagine guère manger comme un chancre*

Le menu que je préfère
C'est la chair de votre cou
Tout le restant m'indiffère
J'ai rendez-vous avec vous !


Écoutez...

* J' lai eu ! 

On va passer la journée à boulotter, je le sens !

- Avec le café de Bouba, on va engloutir des pyramides de tartines grillées, de biscottes confiturées, de croissants beurrés...

- Vers 10 heures, pour ne pas faiblir, on boulottera pain de campagne et rillettes mancelles, les seules admises sur Expressio !

- On aura peu à attendre pour déjeuner et s'emplir la brioche, s'empiffrer, gueuletonner, s'arrondir le bedon de boustifaille et s'emplir la bedaine jusqu'au-delà de satiété. Faut ce qui faut, s' pas !

- Car on devra tenir jusqu'au goûter... Là, raisonnables, on se contentera de grignoter petits pains chocolatés et madeleines proustiennes... juste de quoi garder un peu d'appétit pour le dîner.

- Un dîner propice à bombance ! Je les vois d'ici les pâtés à croûter, les viandes à grailler, à croquer, à becqueter, à déguster aussi – on n'est pas des sauvages !
On va se faire des bidons de notaires, de panses de crésus !

- Et si la soirée s'éternise un peu, il faudra songer à souper...

Comme tu dis : se goinfrer ! 


réponse à . DiwanC le 06/05/2016 à 03h16 : On va passer la journée à boulotter, je le sens ! - Avec l...
Beau programme ma foi. A condition de ranger la balance au placard et ne plus l'en sortir......

Ce n'est peut être pas l'excès du boire et du manger qui a tué l'ancêtre mais ça n'a pas dû l'arranger....

On avait apporté quelques litres aussi,
Car le bonhomme avait la fièvre de Bercy
Et les soirs de nouba, parol' de tavernier,
A rouler sous la table il était le dernier.


Bon alors si je reprends ton programme point par point, on commence par le café......

Au fait, cette envie de manger comme un chancre qui te taraude, tu devrais lui en parler....
Un morfal p morfalou, mange aussi avec avidité, un similitude, un synonyme ? !en quelque sorte...
Hier on s'est pris la vérole et aujourd'hui on se ramasse un chancre.

Logique, non ? 
réponse à . Ratanak le 06/05/2016 à 09h08 : Hier on s'est pris la vérole et aujourd'hui on se ramasse un ch...
.......Et tout ça finit en chansons

Bonne journée à toutes z'et tous
réponse à . Ratanak le 06/05/2016 à 09h08 : Hier on s'est pris la vérole et aujourd'hui on se ramasse un ch...
joseta nous avait dégoté le noma "chancre oral" qui n'a rien de vénérien mais quand même une belle cochonnerie.
réponse à . deLassus le 11/04/2010 à 00h12 : Bonjour à toutes et à tous en ce beau dimanche de 2010. Pendant l...
Don Juan :
Toi, mangeant comme un chancre et buvant comme un trou,
Paré de chaines d’or comme un roi du Pérou...
Comment avait fait Scarron pour rencontrer un "chanteur" de hip-hop ?
réponse à . charmagnac le 18/06/2014 à 13h56 : Mais si la commission des excès n’était pas aussi jouissive ...
Mais si la commission des excès n’était pas aussi jouissive que les plaisirs qu’ils laissent entrevoir avant de les commettre, où serait le plaisir ?
Ah bon ?
Quand je vais faire les commissions en vue d'un grand repas, je n'éprouve pas de plaisir particulier, de même quand vient le moment de la grosse commission.
LE JEU DES MOTS CACHÉS (202) SYNONYMES
J'ai planqué 20 Synonymes de 'manger' dans le texte suivant... en espèrant que vous trouviez ce jeu appétissant !  


Alain gérait comme il pouvait, et aidé par Ali, la société qui, cependant croîssait jour à jour...Alain était un homme obèse, affable et honnête, mais il avait ses limitations; ce gars, vétéran, se voyait dépassé par les évènements..Bien sûr, nul ne pensait que le gras pillait, mais le fric ôté par certains investisseurs l'obligea à prendre la décision de démissionner:
- J'ai été l'idole des jeunes et ils m'ont fait confiance en plaçant leur argent dans notre société, le chemin est encore long et le futur prometteur, et je suis satisfait du bout fait jusqu'à ce jour...pour ce qui est des ronds, j'ai fait de mon mieux. Nous avons des bénéfices, certes, mais au vu des circonstances, je me vois, ah, valet que j'ai été de cette société, contraint de céder mon poste...
- Quel bec, t'es l'meilleur ! Interrompit Ali
Ali mentait ? Non ! Il restait des bénéfices...après tout c'est lui qui avait tiré de la société vers le haut, ce reste aurait été négatif, on aurait compris, mais les bénéfices étaient tout de même importants...
À qui voulait l'entendre, Ali vaticinait: “C'est une erreur de croire que la société améliorera ses chiffres sans Alain, je la sens pis, frais même qu'on aura dans la compagnie !”
- Ne nous quitte pas ! T'es le meilleur des gus, té ! Claironna un méridional.
Cet appui ne le fit pas changer d'avis, le gras y est bien décidé à quitter la compagnie !
Une réunion des accionnaires s'imposait, car, le poste, que ça se susse, tentait !
Un des plus grands accionnaires, Dave aurait proposé un ami à lui:
- Cet appendice que j'ai au milieu du visage, dit nez, ne m'a jamais trompé, j'ai l'homme qu'il nous faut ! Il s'appelle Raymond, Ray pour les amis...son champ d'action serait Galles et Écosse, mais il viendrait enchanté, j'en suis sûr, si je lui demande ! Ses premiers gains l'ayant mis en goût, frais et riant, il est aussi honnête, bosseur et très efficace !
- Alors il travaillerait ici grâce à ce pif, Ray ? À ce pif que tu as et qui est une garantie de succés ? Pour ma part, je suis prêt à te faire confiance, mais on doit soumettre ça à votation, ajouta le président....
réponse à . SyntaxTerror le 06/05/2016 à 12h03 : Histoire de faire le lien avec l'expression d'hier, des chercheurs viennent de d...
N'oublie pas que c'était le quatrième jeu sur les maladies,et étant donné que je tiens à éviter les répétitions (il y avait une bonne quinzaine de maladies non employées dans les jeux précédents),je m'en suis tenu à ça !
(hier soir ma femme avait besoin de l'ordi...et ce matin, je n'ai plus pensé à répondre, sinon à re-pondre un nouveau jeu !)
Comme je n'ai pas – hélas...  – la plume pouétique (comme dit Ratanak !) de Marcek, suis allée chercher les rimes chez les autres.

Pendant que la daube du dîner mitonne et fristouille doucement dans la marmite, gavez-vous de ce "retour du marché" plein de couleurs et de senteurs :

Dans la cuisine où flotte une senteur de thym,
Au retour du marché, comme un soir de butin,
S’entassent pêle-mêle avec les lourdes viandes
Les poireaux, les radis, les oignons en guirlandes,
Les grands choux violets, le rouge potiron,
La tomate vernie et le pâle citron.
Comme un grand cerf-volant la raie énorme et plate
Gît fouillée au couteau, d’une plaie écarlate.
Un lièvre au poil rougi traîne sur les pavés
Avec des yeux pareils à des raisins crevés.
D’un tas d’huîtres vidé d’un panier couvert d’algues
Monte l’odeur du large et la fraîcheur des vagues.
Les cailles, les perdreaux au doux ventre ardoisé
Laissent, du sang au bec, pendre leur cou brisé ;
C’est un étal vibrant de fruits verts, de légumes,
De nacre, d’argent clair, d’écailles et de plumes.
Un tronçon de saumon saigne et, vivant encor,
Un grand homard de bronze, acheté sur le port,
Parmi la victuaille au hasard entassée,
Agite, agonisant, une antenne cassée.

La cuisine –
Albert Samain

Petit coup d’œil sur un coin de sa table...

Épitaphe choisie par Siné qui s'en est allé rejoindre ses copains de "Charlie" le jour de l'Ascension... dernier pied-de-nez à la société...

Désormais, plus de grosses bouffes à son menu mais une nourriture diététique pour l'éternité...
réponse à . BOUBA le 06/05/2016 à 04h57 : Beau programme ma foi. A condition de ranger la balance au placard et ne plus l'...
Au fait, cette envie de manger comme un chancre qui te taraude, tu devrais lui en parler...
Rassure-toi ! Aucune névrose... sinon le plaisir (le mien en tous les cas) de jouer avec les mots.
Allez ! faut que je vaque ! 

réponse à . DiwanC le 06/05/2016 à 02h17 : Ratanak - et tous ceux qui aiment la lire - retrouve Marcek @2 et @27.  ...
Merci ! 
réponse à . joseta le 06/05/2016 à 11h30 : LE JEU DES MOTS CACHÉS (202) SYNONYMES J'ai planqué 20 Sy...
Pour moi, 19. On dirait que le 20 ème va rester au frigo.
réponse à . DiwanC le 06/05/2016 à 03h16 : On va passer la journée à boulotter, je le sens ! - Avec l...
16h05... Ça serait-y pas l'heure du thé, bientôt ? 
réponse à . joseta le 06/05/2016 à 11h30 : LE JEU DES MOTS CACHÉS (202) SYNONYMES J'ai planqué 20 Sy...
Au premier service, j'ai mangé 17 fois. Je suis revenu à table, j'ai encore mangé trois fois, pour te satisfaire. Ô bonne Mère !* Quelle galimafrée ! 

* Ma doué ! pour les ceusses qui sont à l'ouest... 
réponse à . ipels le 06/05/2016 à 15h59 : Pour moi, 19. On dirait que le 20 ème va rester au frigo....
Ce qui te fait 95%. Tu vas avoir une nouvelle étoile ! 
réponse à . ipels le 06/05/2016 à 15h59 : Pour moi, 19. On dirait que le 20 ème va rester au frigo....
Puisque te voilà quasi 1er de la classe, tu me laisses ta place près du radiateur ? En cas de petite gelée sournoise... on ne sait jamais...
réponse à . Ratanak le 06/05/2016 à 16h15 : Au premier service, j'ai mangé 17 fois. Je suis revenu à table, j'...
Est-ce qu'il vaut mieux être à l'ouest avec le noroît qui souffle dans la cabeza* ou être au sud ouceque le soleil te cuit tous les neurones ?

Est-ce qu'il vaut mieux être au nord, là où les gens ont dans les yeux le bleu qu'ils n'ont pas dehors ou à l'est où, désespérément, il n'y a rien de nouveau à part les cigognes ?

Comme disait Elpepe : Vous avez deux heures !

*Joseta ! tu n'es pas visé ! 

Reste du thé ?

On peut dire aussi "manger à s'en faire péter la sous-ventrière". Un peu chevalin? Mais il est d'autres zanimos qui se goinfrent, voir "La gourmandise du tapir" de Vincent de Gaulejac... et le résultat n'est pas très rigolo!
Au restaurant
- Tiens quelle jolie musique...
- le menuet, excellent !
- le menu est excellent ? on va manger ça,alors...

1) INGÉRER (Alain gérait)
2) SE GAVER (ce gars vétéran)
3) GRAPPILLER (gras pillait)
4) FRICOTER (fric ôté)
5) DÉJEUNER (des jeunes et...)
6) BOUFFER (bout fait)
7) RONGER (ronds, j'ai)
8) AVALER (ah, valet)
9) BECQUETER (bec, t'es...)
10) ALIMENTER (Ali mentait)
11) SE RESTAURER (ce reste aurait...)
12) S'EMPIFFRER (sens, pis, frais...)
13) DÉGUSTER (des gus, té !)
14) GRAILLER (gras y est)
15) SE SUSTENTER (se susse, tentait)
16) DÉVORER (Dave aurait)
17) DÎNER (dit nez)
18) SE RÉGALER (serait Galles et...)
19) ENGOUFFRER (en goût, frais...)
20) SE PIFFRER (ce pif, Ray)
Voilà !
Vous voulez un petit coup de Rabelais avant d'aller chez Marcel ?

Les tripes furent copieuses, comme entendez, et tant friandes étaient que chacun en léchait ses doigts. Mais la grande diablerie à quatre personnage était bien en ce que possible n'était longuement les réserver, car elles fussent pourries, ce qui semblait indécent. Dont fut conclu qu'ils les bâfreraient sans rien y perdre. À ce faire convièrent tous les citadins de Sinais, de Seillé, de la Roche-Clermaud, de Vaugaudray, (...).

Rabelais... en voilà qui - avec son Gargantua et son Grangousier - savait ce que signifie "manger comme un chancre.
réponse à . joseta le 06/05/2016 à 18h21 : Au restaurant - Tiens quelle jolie musique... - le menuet, excellent ! - le...
"Ronds, j'ai"... Aïe ! celui-là m'a échappé et je m'en mords les doigts !

Quoi qu'il en soit, merci toi !  

réponse à . DiwanC le 06/05/2016 à 17h07 : Puisque te voilà quasi 1er de la classe, tu me laisses ta place prè...
Bien sûr que je te cède la place au chaud Diwan !
Mais je garde le bonnet d'âne, c'est comme mon bonnet breton !
Et aussi, faudrait repeindre ce radiateur en bleu ciel, pour aller avec tes yeux.
Moi c'est 'piffrer' que j'ai raté. On le dira pas fort, mais ça sent l'électro-ménager.
(c'est du nanan Rabelais !)
réponse à . Ratanak le 06/05/2016 à 16h31 : Ce qui te fait 95%. Tu vas avoir une nouvelle étoile ! ...
Une étoile c'est très bien !
Mais c'est pâle devant celles qui rayonnent de certaines 'precious gems' !
réponse à . joseta le 06/05/2016 à 18h21 : Au restaurant - Tiens quelle jolie musique... - le menuet, excellent ! - le...
J'ai tout bien trouvé ! Et j'ai même boulotté le pâté (quitte pas ! T'es) au passage ! 

Merci Joseta pour ce succulent, comme à l'accoutumée, divertissement. 
réponse à . ipels le 06/05/2016 à 18h38 : Bien sûr que je te cède la place au chaud Diwan ! Mais je gard...
Moi c'est 'piffrer' que j'ai raté. On le dira pas fort, mais ça sent l'électro-ménager.
Ah ben non, pas d'électro-ménager aujourd'hui, même s'il en faudrait pour préparer toute la boustifaille. "Se piffrer" est bien un des synonymes recherchés - même si on entend plus couramment je crois "s'empiffrer" - que même j'ai du vérifier qu'il existait. 
Quand on cherche on se ronge les ongles et si on ne trouve pas, on s'en mord les doigts...
réponse à . DiwanC le 06/05/2016 à 17h19 : Est-ce qu'il vaut mieux être à l'ouest avec le noroît qui sou...
... l'est où, désespérément, il n'y a rien de nouveau à part les cigognes
... et les madeleines et le kougelhopf*... Chest bon, cha ! (les chigognes cha che mange pas**) Je t'en mets de côté pour ton p'tit-déj' demain matin ? 

* ou kouglof
** en Europe, parce qu'en Afrique, quand il en passe, pan ! pan ! et après... miam-miam !
Pâté ? tu veux m'é-pater ? Parce que moi, je ne veux pas tes pâtés...pas te-rrible,je sais...
Je tiens à féliciter, chaudement, (puisque sa place n'est plus près du radiateur) Slepi pour sa performance !
Le Directeur
réponse à . joseta le 06/05/2016 à 19h46 : Je tiens à féliciter, chaudement, (puisque sa place n'est plus pr...
Pas d'inquiétude, Slepi ne prendra plus froid maintenant, les températures commencent à remonter partout dans l'hémisphère nord, même qu'à Fort McMurray, il fait vraiment très chaud...
réponse à . joseta le 06/05/2016 à 19h36 : Pâté ? tu veux m'é-pater ? Parce que moi, je ne ve...
réponse à . joseta le 06/05/2016 à 19h46 : Je tiens à féliciter, chaudement, (puisque sa place n'est plus pr...
Je suis très honoré de ton bon mot monsieur le Directeur.
Moi, si j'osais ta façon, j'en resterais gros-jean comme devant !
réponse à . ipels le 06/05/2016 à 18h38 : Bien sûr que je te cède la place au chaud Diwan ! Mais je gard...
Et aussi, faudrait repeindre ce radiateur en bleu ciel, pour aller avec tes yeux.
C'est gentil... ça ira avec la couleur du ciel parce que je n'ai pas les yeux bleus ... ni jaunes ! 

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Manger (bouffer) comme un chancre » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

publicité
Expressio - le livre

Le contenu de ce site est si riche qu’un livre en a été tiré. Ce livre, devenu un best-seller est maintenant disponible en poche.

Ce commentaire ainsi que les réponses qui y sont liées, seront définitivement supprimés. Etes-vous sûr?