Qui trop embrasse mal étreint - dictionnaire des expressions françaises Expressio par Reverso - signification, origine, étymologie

Qui trop embrasse mal étreint

Qui entreprend trop de choses à la fois court à l'échec.

Origine

Comme chacun sait, on ne peut être au four et au moulin. Alors à vouloir entamer une tâche par-ci, une autre par là et une troisième à côté, le tout en même temps, risque de conduire à un échec généralisé, sauf si on dispose d'un peu plus de bras que le commun des mortels, du don d'ubiquité et d'un cerveau multitâche.

Et comme ils n'étaient pas totalement idiots, cela, nos ancêtres du XVe siècle s'en étaient déjà rendu compte, puisqu'à la fin du XIVe, on écrivait déjà : "qui trop embrasse, peu étreint", le 'peu' ayant vite été remplacé par 'mal'.

On peut toutefois se demander pourquoi c'est l'image des embrassades qui a été retenue pour cette métaphore alors que bien d'autres formes de l'expression auraient pu faire l'affaire.

Une première raison assez claire est que le verbe 'embrasser' qui, au XIVe, voulait dire "serrer dans ses bras", a aussi un autre sens qui est : "vouloir entreprendre, s'engager dans, se lancer dans quelque chose" ("Il embrasse toutes les affaires qu'on lui propose") ; ce qui colle très bien à la signification de notre expression.

L'autre probable raison viendrait d'une allusion au jeune mâle en rut qui, parce qu'il se disperse en s'attaquant à plusieurs cibles féminines à la fois, finit par ne jamais rien accrocher à son tableau de chasse.

Montaigne, au XVIe siècle, formulait la chose différemment : "Nous embrassons tout, mais nous n'estreignons que du vent".

Exemple

« Je sais bien que j'ai tort, qu'il y a des limites à se donner. À cette condition, l'on crée. Mais il n'y a pas de limites pour aimer et que m'importe de mal étreindre si je peux tout embrasser. »
Albert Camus - L'Envers et l'endroit

Compléments

De cette expression, on trouve quelques variantes modernes comme "qui trop embrasse manque le train", souvent vérifiée, ou bien "qui trop embrase mal éteint", spécialement destinée aux pompiers pyromanes.

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Qui trop embrasse mal étreint » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
République tchèquecz Devatero remesel, desata zebrotaNeuf métiers et la mendicité comme dixième
États-Unisen To bite off more than one can chewMordre plus qu'on ne peut mâcher
Angleterreen Jack of all trades, master of none.Homme de tous les métiers, maître d'aucun.
Angleterreen He who grasps at too much loses everythingCelui qui saisit trop / s'accroche à trop perd tout
Angleterreen All covet, all loseTout convoiter, tout perdre
Angleterreen To bite off more than you can chewPrendre une bouchée trop grosse pour pouvoir la mâcher
Argentinees El que mucho abarca poco aprietaCelui qui beaucoup embrasse peu étreint
Espagnees Aprendiz de todo, maestro de nada.Apprenti de tout, maître de rien.
Espagnees Mil oficios, mil miseriasMille métiers, mille misères
Espagnees Quien mucho abarca, poco aprietaQui trop embrasse, peu étreint
Espagnees El que mucho abarca poco aprietaCelui qui embrasse beaucoup peu étreint
Espagnees La avaricia rompe el sacoL'avarice casse le sac
Espagnees El que todo lo quiere, todo lo pierdeCelui qui veut tout, perd tout
Argentine / Espagnees Quien mucho abarca poco aprietaQui trop embrasse mal étreint
France (Nord)fr Grand dijeux, p'tit faijeuxQui parle beaucoup agit peu
Israëlhe ???? ????? ?? ???? Tafasta Merubeh - Lo TafastaTu as beaucoup attrapé - riien obtenu
Italieit Chi troppo vuole nulla stringeQui trop veut rien ne serre
Italie (Sicile)it Cu' tròppu vòli, nènti strìngiCelui qui veut embrasser trop de choses n'arrive pas à les garder toutes dans ses mains
Belgique (Flandre)nl Te veel hooi op zijn vork nemenPrendre trop de haie sur la fourche
Pays-Basnl Wie veel begeert, veel ontbeertCelui qui désire beaucoup, se passe beaucoup
Pays-Basnl Teveel hooi op zijn vork nemenPrendre trop de foin sur sa fourche
Pays-Basnl twaalf ambachten, dertien ongelukkendouze métiers, treize malheurs (accidents)
Pays-Basnl Je moet niet te veel hooi op je vork nemenOn ne doit pas prendre trop de foin sur sa fourche
Brésilpt Quem muito quer nada temQui beaucoup veut n'a rien
Portugalpt Quem tudo quer, tudo perdeCelui qui veut tout, perd tout
Roumaniero Cine aleargă după doi iepuri, nu prinde niciunulQui court après deux lièvres, n'en attrape aucun
Roumaniero A mu?ca mai mult decât po?i mestecaMordre plus qu'on ne peut mâcher
Russieru за двумя зайцами погонишься-ни одного не пSi tu cours après deux lièvres tu n'en prendras aucun
Belgique (Wallonie)wa Qui trop abresse, mâ streindQui trop embrasse mal étreint

Vos commentaires
chez ma grand’mère, nous mangions le dessert (compote ou confitures "faites maison") dans de jolies assiettes (dont raffolent maintenant les collectionneurs) Elles n’étaient qu’en faïence, mais sur le fond de chacune, un rébus différent en 4 à 6 dessins et l’une d’elles racontait cette expression ...
QUI - hommefiliforme avec des bras trop longs - une malle en osier - une haie - un train

D’avoir lu cette expression m’a projetée dans mon enfance, mon insouciance, tout un monde un peu oublié dans lequel il faisait bon vivre ...
j’vais r’tomber en enfance, ça c’est sûr ! ... de la faute à God !
réponse à . cotentine le 22/01/2007 à 01h48 : chez ma grand’mère, nous mangions le dessert (compote ou confitures...
"j’vais r’tomber en enfance, ça c’est sûr !"

Meuh non, Meuh non ! Bon, maintenant ta sucette, ton doudou, un peu de talc et au dodo, ma puce.
qui trop embrasse, mal aux reins !
on peut aussi le prendre au sens intellectuel :
embrasser c’est (TLFI) : "Saisir par l’esprit, appréhender quelque chose, dans son ensemble et sous tous ses aspects, par la pensée, l’imagination, la mémoire... "
quelqu’un qui cherche à trop savoir, dont l’esprit se disperse trop, retiendra peu.
Finalement, au sens propre ou figuré, il y a l’idée que "trop (ou mieux) est l’ennemi du bien "...
L’évocation par God du jeune mâle en rut qui n’accroche finalement rien à son tableau de chasse serait à rapprocher de "courir plusieurs lièvres à la fois", ou plutôt plusieurs hases, à moins que cela ne se passe dans le Marais, ou qu’il s’agisse en fait d’une jeune femelle en chaleur ....
réponse à . <inconnu> le 22/01/2007 à 09h18 : L’évocation par God du jeune mâle en rut qui n’accroche...
mais si on s’interroge sur le sens de "embrasser" , il me semble que c’est celui "d’étreindre" qui est intéressant !
Ton jeune mâle qui n’accroche rien : c’est l’idée d’un échec, effectivement présente dans l’expression que tu cites.
Mais je verrais plutôt "étreindre" au sens de "retenir"  : l’amant volage capable de séduire mais pas de conserver. L’entrepreneur capable de créer mais pas de gêrer. Le touche à tout superficiel etc...
Qui trop N’embrasse est en mal d’entrain !

les trop embrassés, les trop étreintes bonjour
Qui trop em-brasse de l’air, en somme !
La première version "qui trop embrasse pou estraint" date du XIIIè siècle. Elle a été modifiée (mal a remplacé pou) pour rendre la sonorité plus judicieuse.

Cette image de séduction faisait réellement référence à celles et ceux qui se lancaient dans plusieurs aventures amoureuses à la fois mais qui ne parvenaient pas à s’investir pleinement dans aucune d’elles. Par extension, elle a été retenue pour d’autres domaines, moins romantiques, mais tout aussi sensibles...

à trop embrasser les gar(c)es, on rate son train !!
réponse à . eureka le 22/01/2007 à 10h08 : La première version "qui trop embrasse pou estraint" date du XIIIè...
"à trop embrasser les gar(c)es, on rate son train !!"

Mais pas l’arrière... train en tous cas !


@ Pétula > je t’ai répondu hier soir à la question liée à ta sublime langue.
(Voir expression d’hier donc)
réponse à . chirstian le 22/01/2007 à 09h38 : mais si on s’interroge sur le sens de "embrasser" , il me semble que c&rsq...
"Ton jeune mâle qui n’accroche rien : c’est l’idée d’un échec,..."

Qui trop embrasse.....mâle éteint ?
réponse à . <inconnu> le 22/01/2007 à 09h18 : L’évocation par God du jeune mâle en rut qui n’accroche...
"...ou plutôt plusieurs hases..."


Je crois que "lapines" aurait été plus séant dans ce contexte...
@ God
à propos du DHLF, quelque chose de similaire en ligne. Peut-être trouverais-tu ton bonheur à cette page, enfin si tu connais pas...
L’expression souligne fortement la dispersion des sentiments et des devoirs liés à ceux-ci.

Lorsque cet état de fait survient, l’individu s’égare lui-même au point parfois de finir par se détester.
Beaucoup d’hommes fonctionnant ainsi, finissent leur vie : seul. Ca pour l’aspect sentimental.

L’esprit a besoin de coordination, de logique d’entreprise et d’humilité, sinon, il s’indiscipline et bâcle ses tâches.
Peut-on parler chez un tel individu de confusion mentale ? Je pose la question.

De loin et en périphérique, cela me fait penser à l’histoire de Citizen Kane. Il bâtit un empire mais termina son existence seul dans son palais Xanadu. La fin du film le vit revenir à des fondamentaux liés à la pureté et la cohérence des purs sentiments donc des actes : l’enfance, ce berceau confortable.
réponse à . <inconnu> le 22/01/2007 à 11h22 : L’expression souligne fortement la dispersion des sentiments et des devoir...
"Peut-on parler chez un tel individu de confusion mentale ? Je pose la question"

on peut parler de perdre les pédales.....à vouloir aller plus vite ou plus haut que son (arrière) train
réponse à . <inconnu> le 22/01/2007 à 09h18 : L’évocation par God du jeune mâle en rut qui n’accroche...
Oui, un peu macho parfois, notre God, dans sa façon d’interpréter. Faudrait qu’il consulte un peu sa Hera de temps en temps. Quoique, avec les coups qu’il lui fait ils se parlent peut-être plus.
réponse à . eureka le 22/01/2007 à 11h40 : "Peut-on parler chez un tel individu de confusion mentale ? Je pose la ques...
On peut toutefois se demander pourquoi c’est l’image des embrassades qui a été retenue pour cette métaphore alors que bien d’autres formes de l’expression auraient pu faire l’affaire.

Qui trop embrase, mal éteint (pompier anonyme) ? Qui trop embrasse, mal au train (contrôleur SNCF) ?

Bonjour bonjour, les gosses ! Ouf, Pépé rentre de ouiquinde, et a commencé par lire toutes vos insanités en son absence : c’est du joli !
Bon, que je vous dise, cette expression vient de la Marine, et plus exactement de la régate. Losqu’à la fin d’un bord de vent arrière, on s’apprête à virer la bouée, il convient d’affaler le spinaker fissa. Pour ce faire, on mollit sa drisse et on la retient, pour ne la donner qu’à la demande de celui qui, à l’avant, brasse (prend dans ses bras) la toile pour l’amener sur le pont, faute de quoi la voile se retrouve dans l’eau. Mais il ne faut pas vouloir aller plus vite que la musique, à vouloir avaler la toile dans ses petits bras musclés avant que l’équipier à la drisse la donne... Bref, vous l’aurez compris, tout ça réclame un minimum de coordination psycho-motrice entre les deux équipiers.
Par la suite, l’expression prit l’extension populaire qu’on lui connait, mais en conservant le même sens fondamental de coordination des mouvements entre les partenaires. Question de push-pull synchronisé, si vous mordez le tableau, là ?
Quand je pousse, tu pousses, et quand je tire, tu tires (contrairement aux scieurs de long, hein ?)...
réponse à . Elpepe le 22/01/2007 à 12h20 : On peut toutefois se demander pourquoi c’est l’image des embrassades...
tout à fait exact
Quand on a embrassé la marine, faut pas brasser trop vite pour pas étreindre mal... le foc
PENSÉE :

Ô, Niçois qui Mali panse... Neige d’octant vécu que bourre cette famille ?
De passage, pas trop dans le coup. Laisse à un autre ce qu’il fait mieux que moi :

"Stephan Eicher
Elle mal étreint

Elle ne dort pas la nuit
Elle garde toujours les yeux ouverts
Elle me met dans son lit
Quand il n’y a plus rien à faire
Elle s’amuse toutes les nuits
Et me prend comme un dernier verre
Elle fait Ça si bien si
Spontanément que je m’y perds
Mais elle ne m’apporte rien
Elle s’allume puis elle s’éteint
Non, elle ne m’apporte rien
J’en ai l’envie, pas le besoin
Elle se lève toutes les nuits
Et s’interroge sur l’univers
Elle a beaucoup d’esprit
Beaucoup d’amis, beaucoup d’éclairs
On m’envie, on me dit
Qu’on la suivrait jusqu’en enfer
Qu’à son bras, c’est la vie
V majuscule qu’on s’est offert
Mais elle ne m’apporte rien
Elle s’allume puis elle s’éteint
Non, elle me m’apporte rien
Ni la joie, ni le chagrin
Elle déteste aujourd’hui
Ce qu’elle avait aimé hier
Elle a tant d’appétit
Que rien ne peut la satisfaire
Elle n’a pas de répit
Je l’admire d’une certaine manière
Même si elle m’étourdit
Même si je suis loin derrière
Mais elle ne m’apporte rien
Elle s’allume puis elle s’éteint
Non, elle ne m’apporte rien
Glisse comme de l’eau sur la main
Trop vieux pour ces conneries
Trop frileux pour les courants d’air
Je cherche toutes les nuits
Où est l’endroit de l’envers
Elle est si pleine de vie
Je suis si lourd, elle si légère
Parfois elle m’éblouit
Et parfois elle me sidère
Mais elle ne m’apporte rien
Elle s’allume puis elle s’éteint
Non elle ne m’apporte rien
Elle trop embrasse, mal étreint".

C’est mon gros souci ça, de ne pas trop embrasser pour bien étreindre. La grande curiosité peut être un défaut.

Peut-être à plus tard, sans doute à demain !

@Pepe : ta pensée, avec l’accent d’outre-Mer ?
réponse à . <inconnu> le 22/01/2007 à 11h22 : L’expression souligne fortement la dispersion des sentiments et des devoir...
"Rosebud"

Bonjour les embrasées et les brasseurs !
J’ai vu que Hermes a proposé la version en anglais (d’où?) , mais je crois qu’en anglais des angliches on dirait plutôt  :

"He who grasps at too much loses everything", dont la traduction litérale est : Celui qui saisit / s’accroche à beaucoup perd tout (qui veut tout perd tout..)

En Espagne : Quien mucho abarca, poco aprieta

@God: pourquoi les expressions proposées ne figurent elles pas dans la rubriqne "Ailleurs" comme c’était le cas de "Spit and polish" (Huile de coude)
réponse à . eureka le 22/01/2007 à 14h07 : J’ai vu que Hermes a proposé la version en anglais (d’o&ugrav...
Yes,

ce que propose Hermès, c’est la version anglaise d’"avoir les yeux plus gros que le ventre".
.
Comme j’ai déjà des choses à étreindre, je vous abandonne pour le moment.
REMARQUE :

Qui trop abrase mal polit !
Qui trop encaisse mal en point !
Qui trop milite Malaparte !
Qui trop écrit mal adresse !
Qui trop tape dans la caisse mal verse à Sion !
Qui trop s’abstient mal thusien !
Qui trop écoute mal à barre (pour les marins, çui-là) !
Qui trop s’unit mal à shit (offert par l’ambassade US à Bagdad) !
Qui trop encrasse maladif !
Qui trop à gauche maladroit !

Bon, bon, j’arrête. Je vous en laisse un paquet, hein ? Mais dites quelque chose !

Kleddouz Fakohm
réponse à . Elpepe le 22/01/2007 à 15h40 : REMARQUE : Qui trop abrase mal polit ! Qui trop encaisse mal en point...
Qui trop poli éteint mal retient l’impolie embrasée...
à allumeuse... poli-sson et demi

"Tout savoir sur le Pompier - Guide en 10 tomes"

On peut pas dire qu’y a le feu la dedans hein !!
réponse à . eureka le 22/01/2007 à 16h43 : Qui trop poli éteint mal retient l’impolie embrasée... &agra...
Bon, ben... si qu’on irait faire un tour, nous deux, pendant qu’on est tout seuls ? Hmmm ?
Excusez-moi, c’est plus fort que moi :

Qui trop épeire maléfice...
Qui trop inonde mal en drain !
Qui trop révisa mal apprit !

Kleddouz Fakohm
réponse à . Elpepe le 22/01/2007 à 16h52 : Bon, ben... si qu’on irait faire un tour, nous deux, pendant qu’on e...
J’ai la nette impression qu’les camarades z’ont été étouffés par l’étreinte de l’expression qu’y z’ont pas embrassée du tout.
Seuls compagnons de corvée-te nous voilà !!
L’expression vient de la marine :

Qui trop fréquente les marins, malotru !

Klédfa
réponse à . eureka le 22/01/2007 à 17h12 : J’ai la nette impression qu’les camarades z’ont ét&eacu...
Et pourtant, hein ? C’est pas faute de leur tendre des perches !
Tiens, encore un peu ?

Qui trop d’schkoumoune mal chanceux...
Qui trop attaque mal en contre (pour les footeux) !
Qui trop emplâtre mal gâche !
Qui trop s’empifre mal à bile !
Qui trop étarque mal grée (pour les voileux) !
Qui trop violonne mal Ingres !
réponse à . eureka le 22/01/2007 à 14h07 : J’ai vu que Hermes a proposé la version en anglais (d’o&ugrav...
Parce que ne vont dans la rubrique ’Ailleurs’ que ce qui est proposé (en respectant les consignes) par le formulaire adapté (signe ’+’ à côté du titre ’Ailleurs’).
réponse à . SyntaxTerror le 22/01/2007 à 17h32 : L’expression vient de la marine : Qui trop fréquente les mari...
Tiens, v’là Kledfa qui s’réveille ! Bon, ben, tu prends la barre, un peu, là, que j’aille bourrer ma pipe ?
réponse à . Elpepe le 22/01/2007 à 17h37 : Tiens, v’là Kledfa qui s’réveille ! Bon, ben, tu ...
Oh la vache,
on dirait les dialogues de la regrettée série "l’homme du Picardie".
Presque aussi soporifique que "Derrick" !
réponse à . SyntaxTerror le 22/01/2007 à 17h41 : Oh la vache, on dirait les dialogues de la regrettée série "l&rsqu...
Qui trop moteur mal Eole... 
réponse à . SyntaxTerror le 22/01/2007 à 17h41 : Oh la vache, on dirait les dialogues de la regrettée série "l&rsqu...
Ah, l’Homme du Picardie !
Excellent feuilleton plein d’action et de rebondissements...
Qui regarderait ça encore aujourd’hui ?
réponse à . God le 22/01/2007 à 17h36 : Parce que ne vont dans la rubrique ’Ailleurs’ que ce qui est propos&...
Bien Chef !
Néanmoins, j’ai essayé une fois, oualou !!
Comme la bouche d’égout était ouverte, je suppose que ça a du y tomber... aussi
réponse à . SyntaxTerror le 22/01/2007 à 14h55 : Yes, ce que propose Hermès, c’est la version anglaise d’"avo...
"avoir les yeux plus gros que le ventre" et "qui trop embrasse mal étreint" ; les deux expressions ne me semblent pas éloignées .

dans la première c’est par la perception du regard que s’exprime un désir trop ambitieux. dans la seconde, ce sont les mains qui accrochent des lapines (ou des biches?) avec une présomption supérieure aux capacités réelles.

pour traduire "avoir les yeux plus gros que le ventre" en "qui trop embrasse mal étreint", ne suffit il pas de remplacer les yeux par les mains et l’estomac par, heu, disons pudiquement l’organe de l’étreinte, ou puérilement "les petits sacs à graines" ?
réponse à . eureka le 22/01/2007 à 17h58 : Bien Chef ! Néanmoins, j’ai essayé une fois, oualou&nb...
Cent fois sur le métier...
Y’en a plein pour qui ça marche, alors pourquoi pas pour toi ? Mmmh ?
Un fluide négatif ?
réponse à . Elpepe le 22/01/2007 à 17h37 : Tiens, v’là Kledfa qui s’réveille ! Bon, ben, tu ...
eh ppda, j’ai trouvé ça, zyeutes un peu l’image...sans son et dalila

"L’amour est une mer dont la femme est la rive" V. Hugo
c’est pas beau tout ça dis moi donc ?
Ca dit quéque chose au marin ???

V’là un mec qui lui, s’il a trop embrassé dans sa vie, n’a jamais mal étreint avec c’qu’il a dit....
réponse à . God le 22/01/2007 à 18h14 : Cent fois sur le métier... Y’en a plein pour qui ça marche, ...
Un fluide négatif ?

Alors c’en est un qui coulerait dans ma diretion, y a pas photo ! Demain j’appelle Merlin à la rescousse !
réponse à . <inconnu> le 22/01/2007 à 18h09 : "avoir les yeux plus gros que le ventre" et "qui trop embrasse mal étrein...
Objection Empereur Zhao

sauf qu’il faut pas oublier cette notion de "surestime de soi" dans la seconde, où
il est question de qualité, tandis que dans la première, c’est une question de quantité. Tu vois la nuance ?
réponse à . Elpepe le 22/01/2007 à 17h35 : Et pourtant, hein ? C’est pas faute de leur tendre des perches !...
Qui trop safrane, malabar !
Ça, cest pour le marin !

qui trop s’tait, fâne mal armé
c’est pour le poète 
réponse à . <inconnu> le 22/01/2007 à 18h09 : "avoir les yeux plus gros que le ventre" et "qui trop embrasse mal étrein...
"avoir les yeux plus gros que le ventre" et "qui trop embrasse mal étreint" ; les deux expressions ne me semblent pas éloignées .
pas éloignées parce qu’elles expriment toutes deux un résultat décevant - limite échec.
Mais chacune exprime une nuance bien différente  : dans le premier cas , l’impossibilité d’aller jusqu’au bout n’exclut pas un résultat positif : je pensais manger entièrement ce gateau, je cale à la moitié , mais j’en ai quand même mangé une bonne part !
Dans le second cas , à vouloir en manger cinq en même temps, j’en fais un mélange indigeste...
Bon, mais de toutes façons, j’aime pas les gateaux !
réponse à . <inconnu> le 22/01/2007 à 18h49 : Qui trop safrane, malabar ! Ça, cest pour le marin ! qui trop ...
Ah ben tu vois, quand tu veux... 

Qui trop écrit malle-poste !
Qui trop peu saynète maltraite des blanches (phonocapillotractée).
Qui peu embrasse bien étreint ?
Beuh ! trop c’est trop ; mais peu c’est peu !
Oh, hé, God ! Ça fait pas recette, aujourd’hui ! D’autant que j’ai toujours les mêmes pubs surannées, et les autres aussi. Donc, nib de kliks.
Bon, les Bushmen père et fils, eux, ils disent : qui trop émeu mal autruche ! Tu peux la rajouter dans ta rubrique à braque, si t’es pas trop chien...

Kleddouz Fakohm (c’est mon nouveau faux-nez, pas qu’on me reconnaisse...)
réponse à . Elpepe le 22/01/2007 à 20h29 : Oh, hé, God ! Ça fait pas recette, aujourd’hui ! D...
ton autographe est reconnu, même par gougole ! à cette page
tu vas trouver ton bonheur ! (même si c’est pas Facom !)
réponse à . cotentine le 22/01/2007 à 21h04 : ton autographe est reconnu, même par gougole ! à cette page tu...
Peut-être chez toi, mais chez moi, le bandeau est quasi-invariant, et Gogole semble se foutre du contenu textuel comme de sa première chaussette.
Est-ce bien normal ?
réponse à . eureka le 22/01/2007 à 14h07 : J’ai vu que Hermes a proposé la version en anglais (d’o&ugrav...
Tout à fait d’accord.

L’embrassade et l’étreinte ne figurent pas dans les métaphores familières des Anglais, alors que l’absorption bucale et le ventre, si.

Je n’ai pas vérifié, mais je ne serais pas étonné si Chirstian nous dévoilait une origine latine, et non insulaire, à l’expression d’hier.
réponse à . chirstian le 22/01/2007 à 18h59 : "avoir les yeux plus gros que le ventre" et "qui trop embrasse mal étrei...
bien noté sérénissime Eureka et grandissime Chirstian*

la nuance est subtile, mais perçue sans fard maintenant

*une faute de frappe qui vous colle à la peau ? 
AH ! 00:00:33, pas mal !
Ca y est, je crois que l’horloge de God a rejoint celle de Windows. Peut-être God omettait-il de payer la petite assurance contre tout ce qui peut arriver quand on ne paye pas l’assurance ?

Nouvelle expression, mais dans l’immédiat mon attention (purement ex-professionnelle bien sûr) a été terriblement attirée par une nouvelle publicité à droite :
"Comment parler aux femmes
Pour la première fois, les femmes expliquent aux hommes comment leur parler et les séduire
>>> www comment aborder les femmes info"

J’ai bien fait de tout noter, parce que maintenant cette pub a disparu, pour laisser la place à un fabricant de matelas (un rapport de cause à effet immédiat ?)
réponse à . deLassus le 03/01/2010 à 00h00 : AH ! 00:00:33, pas mal ! Ca y est, je crois que l’horloge de God...
Oh là là ! Mon pote Duneton, qui d’habitude m’aide bien au démarrage, case cette expression à des tas d’endroits dans son grand livre !

Je me demande si je ne vais pas remettre le tout à demain matin, car rien que pour les travaux d’approche j’en ai pour une heure ...
C’est ça de se laisser distraire par une pub pour dragueurs.
A mon âge !
réponse à . <inconnu> le 23/01/2007 à 02h26 : Tout à fait d’accord. L’embrassade et l’étreint...
Enlacer, c’est plus doux qu’étreindre …
Un lendemain de pleine lune … que faire ?
Evidemment, enlacer toutes les brunes © 
réponse à . cotentine le 03/01/2010 à 02h07 : Enlacer, c’est plus doux qu’étreindre … Un lendemain de pl...
Si j’ai bien compris ton ©
embrasser toutes les lunes :&rsquo)
C’est notre sélénite qui va être content.
Mais ça aurait marché aussi avec les blondes.
réponse à . <inconnu> le 03/01/2010 à 03h10 : Si j’ai bien compris ton © embrasser toutes les lunes :&rsquo) C...
mais non, ça ne pouvait pas marcher, car l’art du contrepet est de décaler les sons © ... et je ne suis pas le p’tit Titi qui remplace les ’r’ par des ’l’ ...
emblasser des londes ??? 
réponse à . cotentine le 03/01/2010 à 03h16 : mais non, ça ne pouvait pas marcher, car l’art du contrepet est de ...
Effectivement, je ne suis pas plus doué qu’avant pour déchiffrer les contrepets.
C’est comme les rébus, j’en trouve pas un sur dix.
Voici le texte d’une danse macabre du 15ème siècle.

cette page

Impossible de comprendre comment on trouve un point de repère dans ce texte ! On verra ça dans la journée.
Dans cette Danse Macabre, on trouve l’expression "Qui trop embrasse peu estraint", origine de l’expression du jour, à la fin de ce couplet : (colonne de droite, environ 1er tiers du texte total)

Par long temps : a pie : a cheval
Mais maintenant pers toute joye
De tout mon pouvoir acqueroye
Or ay je assez mort me contraint
Bon fait aler moyenne voye
Qui trop embrasse peu estraint
Qui trop s’embrase, mal s’éteint...........
réponse à . <inconnu> le 03/01/2010 à 03h26 : Effectivement, je ne suis pas plus doué qu’avant pour déchif...
On est au moins deux à l’avouer !
Voici des extraits d’une présentation de cette Danse macabre de Troyes (exemplaire unique à Grenoble), qui contient l’ancêtre de notre expression.
Je suis obligé de couper 99%, mais je vous donne la référence du site. Ca marche, et c’est une introduction très intéressante.

www.portail-rennes-le-chateau.com/danse_macabre.doc

LA DANSE MACABRE
&
LE DIT DES TROIS MORTS ET DES TROIS VIFS.

INTRODUCTION.

La Dance macabre de Guyot Marchant (1485) n’existe plus qu’en un seul exemplaire déposé à la bibliothèque de Grenoble.
Le Moyen Age, qui subit le pire des fléaux que fut la peste noire, va s’attacher plus encore à l’idée de la mort. Pour cela il va développer trois thèmes : le premier concerne la Vanité de la gloire terrestre qu’il puisera dans l’Antiquité ; le second insistera sur la vanité de la beauté humaine en s’étalant sur les horreurs de la décomposition des corps ; le troisième rappellera que la Mort nivelle toutes les conditions sociales et de ce fait introduira l’égalité des hommes. Ce dernier thème est celui qui nous intéresse aujourd’hui, il trouvera son expression dans le Triomphe de la Mort et dans la Dance Macabre ou Dance des Morts.
... .
On remarquera que chaque huitain se termine également par une maxime mémorable (apophtegme) qui est passée dans le langage sous forme de proverbe:

Qui trop embrasse peu estraint” dit le marchand.

“Petite pluie abat grand vent” dit l’amoureux

“A toute peine est deu salaire” disent le curé et le laboureur.

...
En conclusion:

“Si l’idée exprimée par la Dance Macabre n’eut pas répondu à un besoin de l’époque, à un sentiment naturel, comment expliquer l’immense vogue de cette composition, sa reproduction dans les pays voisins de la France, surtout sa vulgarisation par l’imprimerie qui en vomit des milliers d’exemplaires et permit de mettre entre les mains de tous, de l’enfant pour lequel il était un enseignement, du vieillard auquel il servait d’avertissement, de consolation à tous les hommes auxquels il disait d’espérer une vie meilleure.” ( La Dance Macabre. Valentin Dufour.)
Et voilà la cerise sur le gâteau l La version avec les illustrations en noir et blanc.
J’ai voulu commencer par ça, mais pendant une heure j’ai cherché en vain le couplet qui se termine par "Qui trop embrasse peu estraint". Si quelqu’un le repère, je suis preneur !

Les illustrations sont superbes. Le texte sans doute aussi, mais mon vieux français est maladroit.

cette page
réponse à . cotentine le 22/01/2007 à 01h48 : chez ma grand’mère, nous mangions le dessert (compote ou confitures...
Bonjour Cotentine,

Si tu as gardé cette assiette, et si (par hasard) c’est celle de ce site , PAGE 221 , tu disposes d’un trésor, et décoré par l’expression du jour
Toutes mes félicitations !

cette page
Quand on arrive à l’âge d’être sexagénaire
Avec quelque vernis d’études littéraires
On voit bien que les mots de notre belle langue
Gardent sous leur peau lisse comme la douce mangue

Bien des saveurs secrètes dans leur chair sensuelle.
Ainsi « baiser », « étreindre », «embrasser » se révèlent
A chacun d’entre nous avec le goût exquis
Des émois suscités, las, trivial pour autrui.

De leur sucre ou leur sel notre chair encore vibre
Verbes brûlant nos lèvres ou guidant nos mains ivres ;
Ces sens superlatifs sont si doux à nos sens.

Mais leur philologie, toute leur connaissance,
L’essence du noyau qui réjouit le cerveau
Nous sont livrées ici, par God et Expressio.
réponse à . deLassus le 03/01/2010 à 08h11 : Et voilà la cerise sur le gâteau l La version avec les illustration...
Il ne nous manque donc plus que les versions parlée et musicale, avant de l’avoir en cinémascope, puis, pour finir, en 3D.
Allez, au travail, tu as la journée pour les trouver!
Nous, nous te soutiendrons moralement, cent ans s’entend!
Bon. Aujourd’hui, pas d’anniversaire annoncé.
Nous allons donc pouvoir prendre notre temps pour bien embrasser tous les amionautes et expressionautes de ce divin site, et de bien les étreindre aussi.
Ne pas bâcler le travail, rien que pour puvoir vraiment en profiter.
Je commencerai donc par toutes ces gentes dames et demoiselles.
Non, s’il-vous-plaît, pas de bousculade. Vous y aurez toutes droit. Savourez, mesdames, savourez, le don de la patience vous ouvrira les portes du Nirvana...
Chères CotCot et Momo, venez donc, premières éveillées sur ce site.
réponse à . file_au_logis le 03/01/2010 à 09h05 : Il ne nous manque donc plus que les versions parlée et musicale, avant de...
Alors, on se moque de ceux qui travaillent le dimanche sans gagner un rond de plus ?
Social-traitre !

N’empêche que maintenant j’ai la version pour syanne : l’extrait du Glossaire des Oeuvres de Rabelais, avec l’expression d’origine en illustration du verbe ESTRAINDRE  :

cette page

Le début du Glossaire, valable à mon très humble avis pour toutes les oeuvres de Rabelais, se trouve en page 67.
réponse à . file_au_logis le 03/01/2010 à 09h05 : Il ne nous manque donc plus que les versions parlée et musicale, avant de...
Puisque tu as lourdement insisté, voici une version audio-visuelle

Ca vaut ce que ça vaut, mais ça fait une pause... tout le monde n’est pas philologue !
Moi aussi je fais une pause, je n’ai rien à manger !

cette page

Ca t’en bouche un coin, non ?
réponse à . deLassus le 03/01/2010 à 09h24 : Puisque tu as lourdement insisté, voici une version audio-visuelle Ca va...
D’abord, Môssieu, je n’ai pas lourdement insisté: ma contrib’ ne fait que 4 petites lignes!   
Ensuite, c’est vrai que ce que tu nous donnes en pâture, là, n’est pas brillant. Enfin, avant d’avoir un Pape qui porterait un nom pareil, l’Humanité aura déjà oublié celui-ci depuis belle lurette (la femelle du luron, si je ne m’abuse?)
Et si je suis File_au_logis, je ne suis pas file_aux-gogues! Pas besoin de déboucher le petit coin...   
réponse à . deLassus le 03/01/2010 à 08h11 : Et voilà la cerise sur le gâteau l La version avec les illustration...
ce couplet est dit par le "marchant" dernier vers, juste avant l’illustration N° 10 ! 
Certaine sexagénaire t’envie, belle et douce Momo
De rimailler et poéter aussi aisément sur Expressio.
J’imagine très bien tes émois de grande amoureuse
Je me souviens des beaux jours où j’étais heureuse ...
réponse à . cotentine le 03/01/2010 à 10h28 : ce couplet est dit par le "marchant" dernier vers, juste avant l’illustrat...
Merci infiniment !

Avant un certain nombre de tasses de café le matin, je ne suis pas bon à grand-chose...
Je devrais m’abstenir d’intervenir sur expressio, mais c’est exactement le contraire qui se produit !

Qu’on me pardonne.
réponse à . file_au_logis le 03/01/2010 à 09h11 : Bon. Aujourd’hui, pas d’anniversaire annoncé. Nous allons don...
Merci de ta crazy Hug, mon Filo ! même si tu étreins mal car trop embarassé à embrasser ... vu mon nana to mie ! 
réponse à . deLassus le 03/01/2010 à 06h36 : Voici le texte d’une danse macabre du 15ème siècle. cette p...
Impossible de comprendre comment on trouve un point de repère dans ce texte
sauf erreur, il ne s’agit pas d’un texte mais d’une image : dans ce cas la fonction "recherche" ne fonctionne naturellement pas car il n’y a pas de lettres : seulement des points qui s’assemblent pour former un dessin de lettre.
réponse à . cotentine le 03/01/2010 à 10h39 : Certaine sexagénaire t’envie, belle et douce Momo De rimailler et p...
Ma Cotcot préférée
Pour ainsi rimailler
Et parfois poéter
Il suffit d’écouter
Le bruit que font nos pieds...

Et souviens-toi de celui qui disait que la poésie c’est le plus joli surnom qu’on donne à la vie, l’ami Prévert :
"Même si le bonheur t’oublie un peu, ne l’oublie jamais tout à fait."
réponse à . cotentine le 03/01/2010 à 11h00 : Merci de ta crazy Hug, mon Filo ! même si tu étreins mal car t...
Idem pour moi : je ressemble davantage à Barbamaman qu’à Barbarella !
réponse à . deLassus le 03/01/2010 à 10h56 : Merci infiniment ! Avant un certain nombre de tasses de café le mat...
Je devrais m’abstenir d’intervenir sur expressio
mais non, tu peux intervenir, mais ce serait plus agréable si tu résumais un peu ! Tu illustres presque parfaitement l’expression de ce jour : tu en prends trop dans tes petits bras et tu nous en offres un bouquet, alors qu’une ou deux fleurs suffiraient pour qu’on étreigne bien ! 
qui se souvient d’Henri Tachan ?
Il avait pris ce thème pour l’une de ses chansons (voir à cette page)
Comment, vous ne le connaissez pas ? ... Il chante encore ... et "vend du vent" cette page
réponse à . cotentine le 03/01/2010 à 10h39 : Certaine sexagénaire t’envie, belle et douce Momo De rimailler et p...
Je me souviens des beaux jours où j’étais heureuse ...
si tu avais écrit : "des beaux jours où je fus heureuse" tu eus suggéré un bonheur furtif. Cet imparfait a donc le mérite de suggérer une longue période de bonheur. D’où vient, alors, que ta phrase sonne triste ?
C’est qu’en écrivant "des beaux jours" tu les désignes comme étant terminés. Donc une bouffée de nostalgie, voire de tristesse. Tandis que la phrase : "je me souviens de beaux jours où je fus heureuse" les aurait évoqués, sans pour autant cacher qu’il y en aura d’autres.
Car il y en aura d’autres , d’un bonheur différent, mais de même qualité. Si j’étais Terrien, sacrifiant à votre coutume, c’est le vœu que je t’adresserais en ce début d’année. Mais sur le Lune, nous préférons adresser à nos amis des convictions : cela sera ! Et pas de quartier (de Lune) pour ceux qui en doutent !
réponse à . cotentine le 03/01/2010 à 11h21 : Je devrais m’abstenir d’intervenir sur expressiomais non, tu peux in...
La seule chose sur laquelle je suis à 150% d’accord avec toi, c’est le fait que j’ai des petits bras !
Pour le reste... ton message est "tombé" alors que je vous préparais une de ces contributions-fleuves que j’affectionne.
Je vais la réduire, mais je n’y renonce pas, vu le temps qu’elle m’a pris et le plaisir que j’y ai pris.
Tu as bien lu : chacun a pris à l’autre, c’est ce que mon fils appelle un deal win-win !
réponse à . momolala le 03/01/2010 à 11h15 : Ma Cotcot préférée Pour ainsi rimailler Et parfois po&eacut...
L’ami Prévert écrivait aussi : "le tendre et dangereux visage de l’amour m’est apparu un soir / après un long jour" Ce soir-là, je ne l’embrasserai pas trop, afin de bien l’étreindre et le garder ! 
C’est parti !
Il y a 4 heures, avec ma contrib’ # 61, je vous faisais peut-être découvrir ce que j’avais découvert moi-même en cherchant l’expression du jour ou plutôt son ancêtre :
La danse macabre historiée.

Outre les illustrations sublimes, vous avez remarqué que la première partie est construite de la façon suivante :
- groupes de 8 vers octosyllabiques
- dernier vers de chaque groupe en forme de maxime, proverbe, nous dirions ici expression

J’ai extrait un (petit, cotentine ?) florilège de ces derniers octosyllabes. Vous verrez, ils nous parlent tous et sont dans la grande tradition de la sagesse chrétienne.

Mort nespergne petit ne grant
Les filz adam fault tous mourir
Toute joye fine en tristesse
Folle esperance decoit lomme
Nest pas asseur qui trop hault monte
Tout ce passe fors le merite
Tous fault mourir on ne scet quant
Le plus gras est premier pourri
On ne scet pourquoi on amasse
A bien mourir doit chacun tendre
Qui trop embrasse peu estraint
Tel est huy qui demain nest pas
Vie dhomme est moult peu de chose
Chacun nest pas ioyeux qui dance
Beaute nest que ymage farde
Petite pluie abat gra*t vent
Dieu rendra tout a iuste prix
Maistre doit montrer sa science
A toute paine est deu salaire
Qui plus vit plus a a souffrir
Dieu punit tout quant bon lui semble
Qui na suffisance il na rien

Voilà. Il y en avait d’autres, mais je suis sous haute surveillance !
Pour la petite pluie qui abat le vent qui n’est pas petit, les initiés savent que je n’ai pas fait de faute de frappe. Je crois d’ailleurs que cette maxime est encore en usage dans la marine

Merci pour votre patience !
réponse à . deLassus le 03/01/2010 à 12h17 : C’est parti ! Il y a 4 heures, avec ma contrib’ # 61, je vous f...
Ouais, ça ne concerne que les filz adam. Cotentine, nous avons de beaux jours devant nous. Je joins mes voeux du coeur à ceux si joliment nimbés de Lune de Chirstian.
réponse à . cotentine le 03/01/2010 à 10h39 : Certaine sexagénaire t’envie, belle et douce Momo De rimailler et p...
De rimailler et poéter aussi aisément sur Expressio.

N’en faites quand même pas une histoire d’"o", vous deux!
réponse à . chirstian le 03/01/2010 à 11h29 : Je me souviens des beaux jours où j’étais heureuse ... si t...
Oh, Chirstian, que de regrets soujacents. Le premier, et le plus pénible, c’est que malheureusement, le texte que tu as écrit n’est pas de moi (comme a dit Johannes Brahms après avoir entendu l’ouverture du Beau Danube Bleu)

CotCot, qu’en voilà des pensées! Allons, belle dame,
Prenez ce mouchoir et séchez vos lames
De fond, vos larmes: Cueillez plutôt ces pensées,
Jolies petits fleurs que tous, nous avons ramassées
Pour vous, Momo et les autres, nos lectrices,
Nos amies, nos compagnes, salvatrices.
Chaque jour est un heureux jour, en vérité
Certains le sont moins que d’autres, des ratés,
Pourrait-on penser, de prime abord,
Mais, sacrebleu, sapajou et milles sabords,
Relevez la tête et foncez, tête baissée (oui, je sais!)
Elle ne fait que commencer, la nouvelle année!
Allez !!!!!!!!!!!!
Encore des conseils !!!!!!!!!!!!
D’abord mon pépé à moi c’était un entrepreneur qui entamait plein...plein...de travaux dans son pré, son verger, sa rivière, ses jardins potagers, ses prises d’eau, ses plantations, ses récoltes de prune, et ...disait aux autres de les terminer!!!!!!!!!
C’est ça la grande classe !!!!!!!!!!!!!
réponse à . deLassus le 03/01/2010 à 12h17 : C’est parti ! Il y a 4 heures, avec ma contrib’ # 61, je vous f...
Je t’ai pas lu car j’ai un couscous qui me réclame!
Mais j’ai flashé en balayant ton texte du regard, rapido-presto, sur le mot tan bonito de " FLORILÈGE " Enfin quelqu’un qui emploie ce mot!
Promis je viendrai te lire ! 
réponse à . deLassus le 03/01/2010 à 08h11 : Et voilà la cerise sur le gâteau l La version avec les illustration...
Bonjour... C’est le couplet du marchant qui se termine par Qui trop embrasse peu estraint
Et non, je n’ai pas fait de fote à marchant...
réponse à . melilou le 03/01/2010 à 14h31 : Bonjour... C’est le couplet du marchant qui se termine par Qui trop embras...
Merci beaucoup !
En fait cotentine avait dégainé avant toi en # 69 !

Moi, ce matin, j’avais les yeux tellement émerveillés par les gravures que je n’arrivais plus à lire les textes... surtout en vieux françois.
réponse à . deLassus le 03/01/2010 à 15h41 : Merci beaucoup ! En fait cotentine avait dégainé avant toi en...
En fait cotentine avait dégainé avant toi en # 69
quoi ? Cotentine avait ôté sa gaine pour se mettre en 69 ? Et maintenant c’est le tour de Melilou ? Eh bien... il s’en passe des choses sur ce site de vieillards libidineux, en ce début damné 2010 !
Je crois qu’il y a quelque chose qui m’échappe:
qui trop empâfre mal étron, c’est quand même normal, non, en ces lendemains de grosse bouffe. Je crois que notre [slurp]petit Godemichou adoré sait très bien ce qu’il fait dans la suite allée à Thoirs des expressio.fr de ces derniers jours[/slurp].
réponse à . chirstian le 03/01/2010 à 17h00 : En fait cotentine avait dégainé avant toi en # 69 quoi ? Co...
Je n’avais même pas fait le rapprochement entre le "dégainement" et le numéro d’ordre !

S’il te plait, modifie ton commentaire, il se peut que notre spécialiste de Voltaire-
spécialiste de Voltaire ait pris la résolution pour la nouvelle année de nous revenir !
En Auvergne on dit "qui trop giscard mal estaing" va savoir pourquoi.

Valéry Kafaillislafaire
réponse à . Elpepe le 22/01/2007 à 12h20 : On peut toutefois se demander pourquoi c’est l’image des embrassades...
Bon, que je vous dise, cette expression vient de la Marine, et plus exactement de la régate.
Mon tout petit, mon disciple avec trois ans de retard à toi la trirème du jour, la première de l’année ! et la première pour toi qui pourtant la mérite tous les jours [/slurp]
réponse à . deLassus le 03/01/2010 à 15h41 : Merci beaucoup ! En fait cotentine avait dégainé avant toi en...
M’apprendra à ne pas tout lire avant de répondre...
réponse à . chirstian le 03/01/2010 à 17h00 : En fait cotentine avait dégainé avant toi en # 69 quoi ? Co...
Cotentine, tu portes une gaine, toi ???
Et pourquoi pas un corset...?
Chirstian, tu n’as pas osé penser à guêpière...???
vieillards libidineux
Parle pour toi...!!!
A trop discuter on raconte des salades.Et pour assaisonner le tout j’ ai plus de vinaigre.Qui bien discute ne sort pas d’ineptie.Donc bien embrasser,puis de s’embraser,puis s’etreindre et essayer de ne pas trop vite s’éteindre!Quel beau programme;mais aujourd’hui j’ai la flemme,je remet ça à demain.

bons baisers à tous,comprenne qui voudra,moi il faut que je relise
je ne me rappelle plus ce que j’ai dit
réponse à . chirstian le 22/01/2007 à 18h59 : "avoir les yeux plus gros que le ventre" et "qui trop embrasse mal étrei...
bonsoir,
juste pour te dire que j’apprécie ce que tu écris , tu écris avec netteté , simple, et qu’on comprend facilement, je te dis chapeau , pour une personne que la langue maternelle est autre que le français , c’est agréable de comprendre les citations, les expressions dans son ensemble , des fois les jeux de mots je n’arrive pas trop à comprendre mais toi quand je te lis , je comprend aisément et ca c’est super , merci et continue
Comme dirait Virginie Hocq, "c’est tout moi" !
Je commence une chose, j’en continue une deuxième et je n’arrive pas à terminer la troisième ... 
qui trope embarrasse malles étreint cette page
réponse à . cotentine le 03/01/2010 à 02h07 : Enlacer, c’est plus doux qu’étreindre … Un lendemain de pl...
enlacer toutes les brunes © de décaler les sons ©

Bon comme personne n’a trouvé, tu pourrais peut-être nous donner la solution.

C’est que j’ai soif d’apprendre moi. Tiens j’ouvre une petite Jupiler en t’attendant 
réponse à . <inconnu> le 03/01/2010 à 23h09 : enlacer toutes les brunes © de décaler les sons © Bon comme per...
enlacer toutes les brunes ©
l’art de décaler les sons ©
inverse les lettres de même couleur, tout simplement  
réponse à . cotentine le 03/01/2010 à 23h43 : enlacer toutes les brunes © l’art de décaler les sons © ...
J’avais tort pour les blondes, mais j’avais quand même trouvé alors! 
réponse à . cotentine le 03/01/2010 à 23h43 : enlacer toutes les brunes © l’art de décaler les sons © ...
de décaler les sons ©

Mais bon sang, mais c’est bien sûr, voir:

cette page  
réponse à . cotentine le 03/01/2010 à 23h43 : enlacer toutes les brunes © l’art de décaler les sons © ...
Bonsoir... Bonjour... je ne sais plus ! J’arrive un peu tard. L’avantage, c’est qu’on n’a plus rien ajouter ; on n’a plus qu’à lire : tout est savoureusement écrit, les belles pages, les souriantes approximations, les délires... On se pourlèche les babines à défaut d’embrasser l’estreint.

A propos d’estreint, un mien tonton prétendait que Qui trop embrasse manque le train. Bon... ça vaut ce que ça vaut ! Il se rattraperait peut-être près de toi avec cette contrepétrie L’aspirant habite Javel... ce ne sont pas les lettres qu’on inverse mais les syllabes. Est-ce bien académique ?
réponse à . DiwanC le 04/01/2010 à 01h56 : Bonsoir... Bonjour... je ne sais plus ! J’arrive un peu tard. L&rsquo...
L’aspirant habite Javel... ce ne sont pas les lettres qu’on inverse mais les syllabes.
Non seulement on inverse les syllabes, mais en plus on pratique le verlan. Pour ceux qui adorent, comme moi, les contrepetries et ont du mal,comme moi, à les trouver, je recommande cette page...
Une mine de plus... Mais bien sûr vous connaissiez déjà !!! ???
réponse à . melilou le 04/01/2010 à 09h19 : L’aspirant habite Javel... ce ne sont pas les lettres qu’on inverse ...
Merci ! Je ne connaissais pas... Comme toi, j’ai du mal à traduire !
Vais pas chercher midi à 03:13...
Quel est le titre de cette chanson ? C'est "Embrasse-les tous !"
Direct... simple...droit au but...
♫♪♫De Pierre à Paul, en passant par Jules et Félicien,
Embrasse les tous, embrasse les tous, Dieu reconnaîtra le sien !
♪♫♪♪

Si elle les embrasse tous, elle en embrasse un peu trop. Et pis c'est tout !
Quoi ce n'est pas l'esprit de l'expression ?
Pffff... si faut s'arrêter à des p'tits détails pareils...


réponse à . DiwanC le 29/01/2015 à 03h13 : Vais pas chercher midi à 03:13... Quel est le titre de cette chanson&nbs...
Tout à fait.........allusion au célèbre Tuez les tous Dieu reconnaîtra les siens proféré par un certain Arnaud Amaury au siège de Béziers.

Parole passée à la postérité mais controversée.......

Enfin, toujours est il que le massacre eût lieu, le drame Cathare fait partie des exactions de l'Histoire.

Ces intégristes là étaient bien de chez nous mais n'en étaient pas moins sauvages que ceux de notre époque qui obéissent à un autre Dieu..........On a les fanatiques qu'on peut.

On en discute autour d'un café et ensuite faut que j'y aille......En ce moment j'arrête pas.......

réponse à . DiwanC le 04/01/2010 à 01h56 : Bonsoir... Bonjour... je ne sais plus ! J’arrive un peu tard. L&rsquo...
Wahou!!
Germaine prise en flag :
un mien tonton prétendait que Qui trop embrasse manque le train.
Elle boubalise de bon matin.La lecture c'est plus de la diagonale c'est du pointillé (je sais c'est moi qui suis pointilleux).
Hé oui, «on ne courir deux lièvre à la fois», au risque de «se retrouver gros jean comme devant»
Autrefois
elle: - Moi, je mesurerais ce jardin en pieds...et toi ?
lui: - en brasses, moi...
Et elle l'embrassa.  
réponse à . gerard5253 le 29/01/2015 à 07h08 : Wahou!! Germaine prise en flag : un mien tonton prétendait que Qui ...
C'est assez connu mais assez peu usité, néanmoins (ou en lus... si s'appelle Cyrano) elle est bonne quand même ce genre de version.
Bravo !
Le bijoutier: - Tu vas voir les nièces ? Embrasse-les pour moi, tu veux ?
Je te paierai ça... 'en bracelets'...
sa femme: - Et avec quoi tu vas me payer ?
le bijoutier: - ? 
Réunion familiale chez le marquis
Sade: - Et comment tu as apporté le petit, qui a un peu de fièvre ?
la tante (et à haute voix) - en bras Sade !
Et tout le monde se fit la bise.
réponse à . melilou le 04/01/2010 à 09h19 : L’aspirant habite Javel... ce ne sont pas les lettres qu’on inverse ...
Je ne comprends rien !
1) "L’aspirant habite Javel", ça donne quoi ?
2) Comment se servir de ton site ? J'ai beau cliquer sur l'expression, il ne se passe rien.
réponse à . Mintaka le 29/01/2015 à 10h01 : Je ne comprends rien ! 1) "L’aspirant habite Javel", &ccedi...
Ça va, j'ai trouvé : "J'avais la bite en spirale".
Encore une histoire cochonne puisqu'il est vrai que les porcs ont le sexe en tire-bouchon : klikici.
Je pense aussi que : "qui trop étreint trop embrassé " par contre je n'ai aucune idée sur la qualité des bisous.
réponse à . gerard5253 le 29/01/2015 à 07h08 : Wahou!! Germaine prise en flag : un mien tonton prétendait que Qui ...
Pffff... C'était le 4 janvier 2010... Cela faisait à peine huit jours que j'avais poussé la porte d'Expressio. Je n'avais pas encore les bons réflexes...

Bouba était alors "Boubacar".
Fenche s'appelait Agronome... si je me souviens bien.
Je ne me surpseudonymais pas encore Germaine et n'avais jamais bu de Lagon bleu, deux cadeaux d'Elpepe...
Les tempêtes étaient à venir...

Ça fait combien de temps que tu es là mon grand ? Mmmmh ?  
DEVINETTE
Une fille légère envoya plusieurs lettres à sa copine...mais, dans quelle lettre elle lui disait qu'elle embrassait beaucoup et aussi beaucoup d'hommes ?
Dans une lettre de dénonciation ?
Réponse
- dans la première; qui trop embrasse mâles, lettre 1
réponse à . joseta le 29/01/2015 à 11h45 : Réponse - dans la première; qui trop embrasse mâles, lettre ...
J'aurais dû m'en douter !
Dans le monde arabe
Une épouse du cheikh: - J'entreprends beaucoup trop de choses pour mon vieux mari...et en plus comme il veut que je sois toujours à ses côtés, il n'arrête pas de m'appeler...
- alors tu cours vers laid cheikh...
- oui, je cours vers l'échec....
réponse à . joseta le 29/01/2015 à 11h16 : DEVINETTE Une fille légère envoya plusieurs lettres à sa co...
Alors là, grande embrasse !
J'ai bien une lettre qu'elle envoyait à Élise... trop romantique pour faire l'affaire...
Il y a bien sûr toutes les lettres de son moulin... et celle de la semaine dernière postée à la gare, juste avant de prendre le trein.
Il vaut mieux que j'attende ta réponse !

C'est bien ce que je pensais : il valait mieux attendre ta réponse !  
réponse à . DiwanC le 29/01/2015 à 10h40 : Pffff... C'était le 4 janvier 2010... Cela faisait à peine huit jo...
Scuse-moi,j'avions point fait attention à la date c'était une erreur de jeunesse tu es donc excusée.
réponse à . DiwanC le 29/01/2015 à 11h53 : Alors là, grande embrasse ! J'ai bien une lettre qu'elle envoyait &a...
Oh, les lettres de son moulin, c'est du vent !
Qui trop embrasse, mal étreint
L'homme- tronc
Les rideaux ont des embrasses... Au début.
Mais très vite on les grimpe.
A.Nonnime
Qui trop embrasse mal étreint...mais l'idée de 'à la fois' n'est pas forcément entendue dans cette expression...il a existé (en existe-il de nos jours ?) des RENAISSANCE MEN, des hommes de la Renaissance, aux talents multiples, humanistes et hommes de science à la fois...bien sûr da Vinci, Montaigne aussi, l'américain George Plimpton, Ben Franklin peut-être, Thomas Jefferson aussi...et des femmes ?...personne ne vient à l'esprit mais elles ont existé sans aucun doute...Héloïse peut-être...
réponse à . lalibellule1946 le 29/01/2015 à 17h40 : Qui trop embrasse mal étreint...mais l'idée de 'à la fois' ...
La notion de "à la fois" est sous-entendue, sinon l'expression prend un sens différent comme dans l'expression tchèque et l'espagnole : celui qui vit de "petits boulots" ne se forme à rien et on dit alors "douze métiers, treize misères".
réponse à . SyntaxTerror le 29/01/2015 à 17h56 : La notion de "à la fois" est sous-entendue, sinon l'expres...
Et en anglais JACK OF ALL TRADES MASTER OF NONE.


Une p'tite visite chez M'sieur Rey... là, comme ça... juste avant l'apéro... ça vous dit ? Alors on y va !

Embrasser : stupéfaction ! M'sieur Rey n'embrasse pas ! Il vous baise les mains, vous bise la joue, mais il n'embrasse pas...

Pour trouver le verbe, il faut aller à bras.
Après en avoir écrit looong - comme le bras ! - sur le bras, il daigne enfin aborder embrasser pour dire d'ailleurs ce qu'écrit God → entourer quelqu'un de ses bras en le serrant. Il précise que le verbe qui apparaît à l'écrit vers 1360 est issu de embracier (1080).

Allons à étreindre. Vers 1135, il s'écrit estreindre et il est issu du latin stringere → serrer, resserrer.
Pas de surprise donc... sauf que , il est d'abord attesté avec le sens "ligoter quelqu'un". Vers 1174, s'étreindre, c'est aussi "se ceindre". Mais pour faire court, disons que le sens d'aujourd'hui est relevé vers 1170.

Et maintenant, passons aux choses sérieuses : Marceeeel ! un Lagon bleu, s' te plaît !
Vous prenez quoi, vous ?

... grosse bière frette pour moi...
M'sieur Rey n'embrasse pas !
Emmanuelle Béart non plus...
@ Germaine, bien sûr...
Could oui have ze translaicheune ?
... et on parlera encore et encore. 
Joseta, une cerveza ?
réponse à . DiwanC le 29/01/2015 à 21h34 : ... et on parlera encore et encore.  Joseta, une cerveza ? ...
Ah ben, c'est pas de refus. Un demi.
Apprécions la bière à pression...
JACK OF ALL TRADES...un passe-partout, un bon à tout faire, un touche à tout

Voilà Mintaka...j'aime bien linguee.fr à cause des exemples...

le 11e exemple cite notre expression du jour

JACK...un autre terme pour un homme tout simplement
OF ALL TRADES...de tous les métiers...TRADES, c'est plutôt les métiers de travail manuel, menusier, plombier, etc.
MASTER...maître
OF NONE...d'aucun (métier)

En somme, Jack est un généraliste, pas un spécialiste (de Voltaire).

L'expression peut servir de compliment mais elle peut également être le contraire. Ça dépend des cas.
Ça sent la bière ici aussi à St. Louis, cette boisson dorée servie aussi froide que possible sans être gelée qui rafraîchit la bouche et l'esprit, 'spa ? Bien sûr que la vie est belle !
Courir plusieurs lièvres à la fois...pourquoi pas, mais à condition d'avoir plusieurs cordes à son arc...
réponse à . lalibellule1946 le 29/01/2015 à 22h07 : JACK OF ALL TRADES...un passe-partout, un bon à tout faire, un touche &ag...
Voilà,
à faire tous les métiers, on n'en maîtrise aucun.
Au fait, l'expression et sa traduction figurent dans la rubrique "Ailleurs" !
réponse à . lalibellule1946 le 29/01/2015 à 22h15 : Ça sent la bière ici aussi à St. Louis, cette boisson dor&e...
... précaution tout de même... car qui trop en brasserie, malt et traîne son verre...
réponse à . Slepi le 29/01/2015 à 22h44 : ... précaution tout de même... car qui trop en brasserie, malt et t...
Tu es maître des jeux de mots disloqués...et moi j'embrasse...la vie, what else ?  
réponse à . SyntaxTerror le 29/01/2015 à 22h44 : Voilà, à faire tous les métiers, on n'en maîtrise auc...
Pour une fois que ça tombe pile poil dans l'Ailleurs, j'y avais même pas jeté l'oeil.   Merci la loi de Murphy.  
Pour moi, ce sera plutôt un grand café brûlant.
Après la projection de documentaires sur des clandestins escroqués par un marchand de sommeil, on a eu droit au tonnerre et la neige s'est mise à tomber. De là à penser que Dieu est complice ...
Petite anecdote...c'est dû à l'expression au four et au moulin que j'ai découvert Expressio il y a 4 ans déjà je crois...David Pujadas avait prononcé cette expression sur TV5 Monde et moi en bon élève j'ai couru à l'ordi chercher une explication pasque quel lien pourrait exister entre un four et un moulin à la Don Quichotte, c'était pas donné, et voilà que je suis tombée sur une page d'Expressio qui m'a tout éclairé...

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Qui trop embrasse mal étreint » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

publicité
Expressio - le livre

Le contenu de ce site est si riche qu’un livre en a été tiré. Ce livre, devenu un best-seller est maintenant disponible en poche.

Ce commentaire ainsi que les réponses qui y sont liées, seront définitivement supprimés. Etes-vous sûr?