Sans barguigner - dictionnaire des expressions françaises Expressio par Reverso - signification, origine, étymologie

Sans barguigner

Sans hésiter, sans mettre du temps à agir

Origine

'Barguigner'. Voilà un verbe ancien qui a été très utilisé du XIIe au XVIe siècle et qui n'a survécu dans notre langue moderne que dans cette expression qui date du début du XVe.

À l'origine, 'barguigner', dont l'étymologie reste discutée, signifiait 'marchander longuement'.
C'est par référence à la longueur du marchandage et au temps passé avant de prendre la décision d'acheter ou de renoncer, qu'il a également et rapidement pris le sens d'hésiter.

Exemple

« Caroline se lève en rejetant les couvertures : elle tient à vous montrer qu'elle peut se lever, sans barguigner. Elle va ouvrir les volets, elle introduit le soleil, l'air du matin, le bruit de la rue. »
Honoré de Balzac - Petites misères de la vie conjugale

« C'est un enfant qui a une grande idée de son devoir, pensait- elle ; mais tout de même, s'il n'avait pas le cœur un peu dur, il ne serait pas parti comme ça sans barguigner, sans tourner la tête et sans verser une pauvre larme. »
George Sand - La petite Fadette

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Sans barguigner » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
États-Unisen Right awayDroit de loin
États-Unisen Without a second thoughtSans une deuxième pensée
Espagnees En el actoSur le coup / Sur-le-champ / Immédiatement / Tout de suite
Espagnees Sin parpadear.Sans battre des paupières.
Équateures Sin pensarlo dos vecesSans penser deux fois
Espagnees Sin vacilar / titubearSans douter / hésiter
Espagnees Ipso factoImmédiatement / Automatiquement / Sans tarder (NB: En espagnol, le sens originel de cette expression latine a divergé)
Cubaes Sin pestañear.Sans cligner les yeux.
Hongriehu Tétovàzàs nélkülSans hésiter
Hongriehu Habozás nélkülSans hésiter
Pays-Basnl lik op stuk krijgen (intraduisible)avoir/obtenir une réaction immédiate, sans perdre une seconde
Pays-Basnl Zonder dralenSans traîner
Belgique (Flandre) / Pays-Basnl Zonder dralenSans retard
Pays-Basnl Zonder aarzelenSans hésiter
Brésilpt Sem pensar duas vezesSans penser deux fois
Brésilpt Sem pestanejarSans hésiter
Roumaniero Fără (multă) târguialăSans (beaucoup) de marchandage

Vos commentaires
Le lien paraît facile avec le mot anglais "bargain" (affaire, occasion): serait-ce un de ces mots anglais venus du français à l’époque (comme bougette qui a donné budget ou encore tarjette qui a donné target) ?

Allez, bonjour à toutéàtous,

Dr-Hobbes
Jamais entendu cette expression!Je suis de plus en plus contente de lire expressio même si je n’y écris que très peu...car j’y apprends donc plein de choses!Bonne journée les ami(e)s...
Allez, j’ose: nos amis barguignent à s’engager sur ce merveilleux site aujourd’hui. Bien l’bonjour à toutes et tous !
réponse à . Muscat le 16/02/2009 à 07h24 : Jamais entendu cette expression!Je suis de plus en plus contente de lire express...
Je t’invite à lire les "Fortune de France" de Robert Merle. Tu y découvriras, presque dans leur contexte historique puisqu’il s’agit d’une série de romans, l’usage de nombreuses expressions comme celle-ci qui donnent à ces ouvrages un ton particulier que j’apprécie personnellement beaucoup.
Deux pistes pour barguiner: 1 BARAGOUIN probablement basé sur le breton BARAL GWIN ( Pain et vin), utilisé par les soldats bretons pour commander un repas dans une auberge. Sans baragouin : de façon compréhensible pour des aubergistes non-bretons.
2 BARGOENS mot néerlandais équivalent à ARGOT: langue secrète des voleurs et autres malfaiteurs. Comprend pas mal de mots de Jiddish. Destinée à ne pas être comprise par les argousins.Peut-être arrivée en France lors des guerres de religion, lorsque les huguenots émigrèrent en masse aux Pays-Bas sur des navires hollandais.
Ce ne sont que des pistes.
Marcel,
quand je viens dans ton bar guigner quelque breuvage
évite de barguigner, de dire :" tu n’as pas l’âge"
Si je n’ai que 15 ans, trop jeune pour boire un verre,
c’est que nous, sur la Lune, nous comptons à l’envers...

ton client Sélénite.
réponse à . polopolo le 16/02/2009 à 09h16 : Deux pistes pour barguiner: 1 BARAGOUIN probablement basé sur le breton B...
Pistes intéressantes, que je ne connaissais pas.
Alain Rey donne comme étymologie le latin médiéval "barcaniare" = faire du commerce, emprunté au francique "borganjan", croisement de "borgen" prêter et de waidanjan" : gagner.
Cette hypothèse serait concurrencée par celle de "barwaniare" issue de "warbanjan" , tirée de "warb" : affaire;, métier.
Le verbe s’écrirait aussi "bargaignier", tiré alors de l’anglais bargain. Que les anglais auraient pris où ? l’histoire ne le dit pas... pourquoi pas aux bretons ? 
réponse à . chirstian le 16/02/2009 à 09h36 : Pistes intéressantes, que je ne connaissais pas. Alain Rey donne comme &e...
mon Larousse de l’ancien français cite aussi ces substantifs disparus depuis :
bargain , gne : 1) marché, accord, 2) contestation, chicane, 3) chance, accident, 4) mêlée, choc
barguinage , erie : marchandage

la phrase : en cas de contestation quant au marché il y avait mêlée et risque d’accident... se disait donc :
en cas de bargain quant au bargain, il y avait bargain et risque de bargain.
Il existe une version schtroumpf, plus ancienne, mais moins précise.
"ÉRASTE.- Il fait fort bien; un malade ne doit point vouloir guérir, que la Faculté n’y consente.

L’APOTHICAIRE.- Ce n’est pas parce que nous sommes grands amis, que j’en parle; mais il y a plaisir, il y a plaisir d’être son malade; et j’aimerais mieux mourir de ses remèdes, que de guérir de ceux d’un autre: car, quoi qui puisse arriver, on est assuré que les choses sont toujours dans l’ordre; et quand on meurt sous sa conduite, vos héritiers n’ont rien à vous reprocher.

ÉRASTE.- C’est une grande consolation pour un défunt.

L’APOTHICAIRE.- Assurément; on est bien aise au moins d’être mort méthodiquement*. Au reste, il n’est pas de ces médecins qui marchandent* les maladies; c’est un homme expéditif, expéditif, qui aime à dépêcher ses malades; et quand on a à mourir, cela se fait avec lui le plus vite du monde.

ÉRASTE.- En effet, il n’est rien tel que de sortir promptement d’affaire.

L’APOTHICAIRE.- Cela est vrai, à quoi bon tant barguigner* et tant tourner autour du pot ? Il faut savoir vitement le court ou le long* d’une maladie.

ÉRASTE.- Vous avez raison.

L’APOTHICAIRE.- Voilà déjà trois de mes enfants dont il m’a fait l’honneur de conduire la maladie, qui sont morts en moins de quatre jours, et qui entre les mains d’un autre, auraient langui plus de trois mois.

ÉRASTE.- Il est bon d’avoir des amis comme cela."


Molière (dans la comédie de MONSIEUR DE POURCEAUGNAC)
réponse à . polopolo le 16/02/2009 à 09h16 : Deux pistes pour barguiner: 1 BARAGOUIN probablement basé sur le breton B...
Chez nous, on dit "baragouiner" lorsque l’on parle de manière peu compréhensible ou quand on ne connaît que quelques mots d’une langue étrangère. Tu parles espagnol? Oh, je baragouine quelques mots... 

PS: Je ne suis naturellement pas sûre de l’orthographe de ce mot, mais il est inutile de le décortiquer pour en faire trois 
réponse à . horizondelle le 16/02/2009 à 10h08 : Chez nous, on dit "baragouiner" lorsque l’on parle de manière peu c...
Chez moi aussi on parle de baragouin et de baragouiner, car les termes sont bien français, et leur sens ne prête pas à confusion.
Leur origine serait bien celle que cite polopolo. Mais par contre elle ne croiserait en rien notre barguigner.
Quoique, quoique... rien n’empêche de baragouiner son baragouin, sans barguigner, non ?
réponse à . Muscat le 16/02/2009 à 07h24 : Jamais entendu cette expression!Je suis de plus en plus contente de lire express...
idem ,ne connait pas l’expression,c’est sans nul doute pourquoi je suis les commentaires et les expressions elles meme.bonne journee a tous .sn-oo-ky
réponse à . sn_oo_ky le 16/02/2009 à 11h36 : idem ,ne connait pas l’expression,c’est sans nul doute pourquoi je s...
du Larousse 1948 (ghi-gnè)v.i(origine German)Hesiter à prendre un parti.ceci pour barguigner.pour barguignage hesitation;lenteur à ce dècider..voila pour m’a contrib.sn-oo-ky.
Barguigner : peut-être du german, borganjan, qui signifie emprunter. C’est ce que dit mon Larousse.
Mais Chirstian a comme définition : prêter. Or prêter et emprunter n’ont pas la même signification.
Larousse précise quand même que familièrement, barguigner c’est hésiter longuement et visiblement surtout en ce qui concerne les marchés.

@ sn_oo_ky : le temps de taper mon commentaire tu avais déjà répondu. Suis un peu plus lente, mon dictionnaire est de 1928. 
J’ai seulement " Payer sans discuter la note..."
Bonne journée! 
Bonjour bonjour, les gosses. Bon, nous noterons également l’emploi de cette expression par... le commissaire San-Antonio, évidemment. Dans le sens de "sans hésiter", voire "sans mégoter", "sans broncher". L’idée de "barguigner" tourne le plus souvent autour du marchandage ou de l’ergoterie (ou ergotage, argutie foireuse).
réponse à . cotentine le 16/02/2009 à 10h02 : "ÉRASTE.- Il fait fort bien; un malade ne doit point vouloir guéri...
Bien bon de retrouver Molière dans le texte...Je me barre sans barguigner sous d’autres cieux pas forcément plus cléments puisqu’il fait ici un temps somptueux, mais bien plus doux. .
Je ne connaissais pas, comme beaucoup d’entre vous peut-être, le verbe barguigner.

C’est bien de se cultiver, mais, ceci étant dit, il n’est pas très étonnant qu’il soit tombé en désuétude. Le verbe marchander est plus parlant, il décrit exactement ce que l’on est en train de faire.
Quand au verbe hésiter, il se prononce plus facilement et agréablement que barguigner qui a l’air de porter sa guigne sous sa barre.

Notez que comme toujours God ne propose pas ses expressions au hasard !

Ainsi Samedi il nous proposait d’avoir barre sur quelqu’un, Dimanche, jour du seigneur, on rangeait les affaires dans le sac et Lundi -->multiplication des barres : on a cent barres guignées* !

* Le verbe guigner est un synonyme de convoiter, n’est-ce pas God ? Mais quelles sont les barres que tu convoites ?

Cela pourrait-être les célèbres barres choco-noix de coco, noires à l’extérieur et blanches à l’intérieur ?
Les barres en argot désignent aussi les cigarettes (fumer une sèche c’est tirer une barre) ?
J’espère que ce n’est pas ces morceaux de shit de 3 grammes en forme de barres ?

Et pourquoi cent barres ? Barre en argot veut dire aussi bouche (allusion à la mâchoire du cheval) Qui sent Barre sent Bush ? 

L’explication la plus satisfaisante me semble être que God veut nous parler de la barre des tâches d’Expressio avec le nouvel hébergeur ! Une barre avec 100 fonctionnalités différentes : accès direct à Marcel, Bernard, au salon rose, au salon de coloriage...
Je vous laisse imaginer les autres mais je n’oublie pas l’éditeur de partoche.
Je sens que l’Amiral va chanter de joie ! :&rsquo) :&rsquo) :&rsquo)
réponse à . sn_oo_ky le 16/02/2009 à 11h36 : idem ,ne connait pas l’expression,c’est sans nul doute pourquoi je s...
pas étonnant que tu ne connaisses pas l’expression : le verbe "barguigner" fait partie des mots obsolètes et l’expression n’est pas très utilisée à l’époque actuelle ... c’est du vieux françois ! 
De la noix de coco nappée d’un garnissage brun tout le monde guigne dessus, même nôtre grand chef !

D’ailleurs pour en avoir, sans barguigner, N. S. gageras Bruni !

Anna Page
réponse à . <inconnu> le 16/02/2009 à 11h57 : J’ai seulement " Payer sans discuter la note..." Bonne journée!&nbs...
parle pas de note, Elpépé va vouloir en remplir des portées et sans l’éditeur de partoche, tout le monde sera frustré ! : lui de ne pas être édité, ni entendu ... et nous de ne pas être transporté en écoutant son oeuvre ! :&rsquo)

à toi et aussi à SagesseFolie (18) je vais vous poser la colle : "Il a signé le contrat sans barguigner." Comment conjuguer ce verbe du 1er groupe ?
réponse sur le Bescherelle
réponse à . SagesseFolie le 16/02/2009 à 12h31 : De la noix de coco nappée d’un garnissage brun tout le monde guigne...
chapeau bas, sans barguigner hésiter, Monseigneur !
très forte Anna ! 
réponse à . cotentine le 16/02/2009 à 12h31 : parle pas de note, Elpépé va vouloir en remplir des portées...
Indicatif présent:
je signe
tu signes
il/elle signe
nous signons
vous signez
ils/elles signent
Imparfait: je signais
Passé simple: je signai
Futur simple: je signerai
Conditionnel présent: je signerais
Passé composé: j’ai signé
Passé antérieur: j’avais signé
Plus-que-parfait: j’eus signé
Futur antérieur: j’aurai signé
Conditionnel passé: j’aurais signé
Participe présent: signant
Participe passé: signé
Infinitif: signer
Subjonctif présent: que je signe
Subjonctif imparfait: que je signai
Subjonctif passé: que j’aie signé
Subjonctif plus que parfait: que j’eusse signé

Voilà. De mémoire d’écolier, je pense ne rien avoir oublié. Ai-je répondu à ta question?
Comment, il ne s’agissait pas du verbe "signer"? Ah bon... Pourtant, signer est bien un verbe du premier groupe! Donc, à question non clairement formuléee... Et désolé pour Béchamel... pqrdon; Bescherelle...   

Maintenant que j’ai signé, je saigne avant de singer les autres...
réponse à . file_au_logis le 16/02/2009 à 13h52 : Indicatif présent: je signe tu signes il/elle signe nous signons vous sig...
subj imparfait : que je signai : il eût mieux valu que tu barguignasses !
réponse à . SagesseFolie le 16/02/2009 à 12h15 : Je ne connaissais pas, comme beaucoup d’entre vous peut-être, le ver...
Allah a’c barres de mesures ! Par la barbe du pro-fêtes ! J’en fais une mine-arrêt : 
"Il eût fallu que je barguignasse, grogna la grognasse, en cassant le manche de sa brosse dans sa tignasse sans barguigner" : ça tanasse, non ?
réponse à . tytoalba le 16/02/2009 à 11h54 : Barguigner : peut-être du german, borganjan, qui signifie emprunter. ...
Mon dictionnaire étymologique outre celle de Larousse, cite une autre hypothèse : le mot français viendrait de barque (qui fait des va et vient).
Il ajoute que les deux origines sont discutables.
réponse à . Elpepe le 16/02/2009 à 14h57 : Allah a’c barres de mesures ! Par la barbe du pro-fêtes ! ...
Tu est à la masse l’Hamas toi ? 

C’est vrai que eux cela serait plutôt Allah a’c barres d’explosifs ! La mesure y connaissent pas trop.
Chacun sa manière de s’éclater spa ?

A ce propos tu sais comment ils appellent les électeurs Israéliens qui ne se sont pas déplacer pour voter dernièrement ? ----------------------- Les absents Sionistes !
En Israël, le parti religieux se nomme le parti Shass. Son nom complet est Shass, Prêche et Tradition !  
réponse à . polopolo le 16/02/2009 à 09h16 : Deux pistes pour barguiner: 1 BARAGOUIN probablement basé sur le breton B...
Le baragouin , les salamalecs et le galimatias ne prouvent qu’une chose : c’est forcément l’étranger qui a tort de ne pas être d’ici.
réponse à . tytoalba le 16/02/2009 à 11h54 : Barguigner : peut-être du german, borganjan, qui signifie emprunter. ...
Normal...De nos jours, on barguigne à prêter à quelqu’un qui veut emprunter...
réponse à . Elpepe le 16/02/2009 à 12h01 : Bonjour bonjour, les gosses. Bon, nous noterons également l’emploi ...
Mes parents me disaient ça quand, petite, je cherchais la p’tite bête: "Arrête d’ergoter"
réponse à . SagesseFolie le 16/02/2009 à 12h31 : De la noix de coco nappée d’un garnissage brun tout le monde guigne...
Bravo, ça c’est de l’Anna, pas barguignolante, c’est le moins que l’on puisse dire 
réponse à . SyntaxTerror le 16/02/2009 à 15h42 : Mon dictionnaire étymologique outre celle de Larousse, cite une autre hyp...
Indiscutablement, l’expression viendrait de la Marine, alors ?
Youpi !
réponse à . Elpepe le 16/02/2009 à 16h31 : Indiscutablement, l’expression viendrait de la Marine, alors ? Youpi&...
J’ai pas osé !
réponse à . horizondelle le 16/02/2009 à 16h06 : Mes parents me disaient ça quand, petite, je cherchais la p’tite b&...
Et je vois que tu ne les as jamais écoutés ! :&rsquo)
réponse à . horizondelle le 16/02/2009 à 16h04 : Normal...De nos jours, on barguigne à prêter à quelqu’...
qui cherche à emprunter prête à rire. C’est ce que m’a répondu mon banquier. Mais je voyais bien qu’il en était gêné. Je lui ai dit : je vous trouve un peu emprunté. Il m’a dit : oui, entre banques nous nous prêtons du personnel, histoire de ne pas perdre la main : de rester toujours près. J’ai pensé que s’il était près, le prêt n’était pas loin.C’est que j’en ai besoin pour acheter un pré qui borde ma maison. Il m’a dit : un prêt pour un pré, c’est du troc. On ne fait pas ça. J’ai insisté : je peux vous donner des garanties. Il m’a demandé : quoi ? J’ai proposé : mes champs. Il m’a dit : si j’étais méchant je ne vous écouterais même pas. Je lui ai dit : alors vous êtes près pour le prêt du pré. Il m’a dit sans barguigner : oui, mais le prêt du pré c’est pour après. Alors j’attends la fin de la crise.*

* j’ai de la version pour la crise en thème.
réponse à . chirstian le 16/02/2009 à 16h53 : qui cherche à emprunter prête à rire. C’est ce que m&r...
Et avec le pré tout près de mes champs, pignon sur rue, je pourrai les confier à l’attention de ton chien, mes champs ? Sans barguigner, pendant que j’irai au bar guigner mon malt ?
réponse à . chirstian le 16/02/2009 à 16h53 : qui cherche à emprunter prête à rire. C’est ce que m&r...
Excellent pré-texte, Chirstian. 
réponse à . Elpepe le 16/02/2009 à 17h03 : Et avec le pré tout près de mes champs, pignon sur rue, je pourrai...
si tu guignes malt à propos, je refuse de garder un chien de ta chienne.
réponse à . HoubaHOBBES le 16/02/2009 à 05h58 : Le lien paraît facile avec le mot anglais "bargain" (affaire, occasion): s...
Selon le Grand Larousse Universel (édition 1982), le mot "barguigner" pourrait avoir pour origine le mot francique "warbanjan", issu du mot "warb" signifiant affaire, métier. Plus probablement, il vient du latin médiéval "barcaniare" = faire du commerce. Il a deux significations : d’abord : marchander longuement, qui s’est, semble-t-il, avec le temps, transformé en : hésiter longtemps et visiblement avant de se décider.
Selon le Littré, qui fait toujours référence, le mot aurait été utilisé à partir du XIIIème siècle dans ce dernier sens et au XIVème dans celui de marchander.
Aujourd’hui, l’expression "sans barguiner" est encore utilisée, mais peu. Tel n’était pas le cas dans ma jeunesse (avant la 2ème guerre mondiale) où elle était encore d’usage courant, du moins dans l’orléannais.
Je recommande chaudement la lecture du Littré, très documenté sur l’usage de ce mot au cours des siècles. Mais je n’ai pas consulté Google, ni Yahoo, qui ont peut-être un avis autorisé sur ce mot.
JCH
P.S. J’ai lu tout à l’heure quelques âneries relatives à l’usage du pronom relatif "dont", qui, grammaticalement, équivaut à "de qui, de quoi, duquel, de laquelle, desquels, desquelles". L’auteur des "expressions" l’a très correctement utilisé, n’en déplaise aux partisans de "que" qui sont totalement dans l’erreur. Respectons notre langue et sa grammaire, SVP.
Au régistre des citations : "A quoi bon barguigner et tant tourner autour du pot", Molière
réponse à . SyntaxTerror le 16/02/2009 à 15h42 : Mon dictionnaire étymologique outre celle de Larousse, cite une autre hyp...
Si la barque est barrée par un As, devient elle alors une barque-As ?
réponse à . <inconnu> le 16/02/2009 à 17h28 : Selon le Grand Larousse Universel (édition 1982), le mot "barguigner" pou...
Bienvenue au phare, Jeannot le chat, la belette et le petit lapin. C’est dont au sujet de quoi qu’est-ce, ton truc ? Le Cosaque du dont ? 
Tu verras, ici, on rit de tout. Enfin, on essaie, en tout cas. Même si l’on est en mesure d’écrire un langage châtré châtié, on fait plein de petits à notre langue chérie, car elle est prédisposée à nos exercices de haute voltige (de 12). Y a que Chirstian pour ne pas accepter un petit de ma chienne sans barguigner, le cuistre ! 
réponse à . chirstian le 16/02/2009 à 17h19 : si tu guignes malt à propos, je refuse de garder un chien de ta chienne....
Ah, chiot alors ! Justement, j’en avais un cosmonaute, prêt à te suivre dans ton pré lunaire, en remuant la queue sans barguigner comme moyen de propulsion...
Le lieu où se voyaient jadis chez nous, peuple du royaume de Jérusalem, les plus rudes barguignages, c’était sans vous mentir Place du Change, à Jérusalem, avant que la Cité sainte ne fût prise par les Sarrazins, l’an maudit 1187. Là se pressaient en foule des gens issus de pays forains et de peuples sauvages. Sur les étals des changeurs et des orfèvres se pressaient des Allemands aux barbes teintes en rouge à la mode sarrazine, des Anglais, des Espagnols, des Danois géants au poil blond, des Arméniens en robe grise et chaperon de camelin noir, une croix d’argent ou d’ivoire pendue à leur col. Entre les estropiats à la jambe de bois qui quêtaient l’aumône erraient de riches marchands de Pise, de Gênes ou de Venise tout cousus de soie, se donnant le semblant de seigneurs bien qu’ils ne fussent que bourgeois, des Grecs habiles à rapiner par-ci par-là une chose ou l’autre, des Abyssins et des Maures, des Indous et des Nubiens, dont certains portaient le "halqah", l’anneau d’oreille des esclaves. Sur la Place du Change vous croisiez de pauvres pèlerins d’Occident, jadis peut-être hauts barons en leur contrée, qui brandissaient leur palme de Jéricho, preuve absolue qu’ils avaient accompli leur pèlerinage, et vous heurtiez à des Géorgiens gaillards, grands buveurs, grands joueurs et fameux défouleurs de femmes ! Des chevaliers du Temple, venus là changer diverses monnaies, vous frôlaient au passage, tandis que traversaient la place en braillant dix ou vingt chevaliers de l’Hôpital, qui charriaient les morts, et que devant vous bourgeoises et putains, affublées avec une magnificence de seigneuresses, barguignaient perles et joyaux..…
Tout un monde perdu aujourd’hui, en l’an 1204, et qui ne vit plus que dans nos mémoires.
Le guigner est l’arbre qui donne des guignes. Le bar guigner est un bistrot où on va se refaire la cerise, quand on a la guigne.
réponse à . Lovendric le 16/02/2009 à 18h45 : Le lieu où se voyaient jadis chez nous, peuple du royaume de Jérus...
des Grecs habiles à rapiner

RÉBUS


O
/ /
/ /
/ / O O O ___ oo / O
(_)_) / / / / / / ---(___\-°-- / /
===== / / / / / / / \ \ / /
__ / / / / / / ___ oo / / /
//| (_)_) (_)_) (_)_) ---(___\-°-- (_)_)
//|| / \ \
||
||
/__\
réponse à . mickeylange le 16/02/2009 à 18h45 : Le guigner est l’arbre qui donne des guignes. Le bar guigner est un bistro...
Avec un guignolet-kirsch.
1 soudard ne vit que de rapines !

Solu-Hobbes
Bravo, moussaillon ! Je vois que, dans les Conventions.be, tu suis... Tiens, tu gagnes la trirème du jour ! 
réponse à . Elpepe le 16/02/2009 à 16h36 : Et je vois que tu ne les as jamais écoutés ! :&rsquo)...
Qui c’est que tu traitais de cuistre? :&rsquo)
réponse à . chirstian le 16/02/2009 à 16h53 : qui cherche à emprunter prête à rire. C’est ce que m&r...
J’adore quand tu nous racontes ce genre d’histoires.  
Oh là là... Toi tu la connaissais, spa? Car c’est un peu tiré par....heu non, j’ai rien dit
Tu ne vas pas me dire queue tu ne la connaissais pas ?
réponse à . PtiPat le 18/02/2009 à 15h19 : Tu ne vas pas me dire queue tu ne la connaissais pas ?...
Tu ne vas pas me dire queue tu ne la connaissais pas ?

Moi, si! -Je ne la con-naissait pas!

J*
réponse à . HoubaHOBBES le 16/02/2009 à 05h58 : Le lien paraît facile avec le mot anglais "bargain" (affaire, occasion): s...
Le lien paraît facile avec le mot anglais "bargain" (affaire, occasion): serait-ce un de ces mots anglais venus du français à l’époque (comme bougette qui a donné budget ou encore tarjette qui a donné target) ?

Ici au Kébek, on utilise "BARGUINER" dans le sens de marchander!
Je croyais que c’était un anglicisme de "bargain".

Alors, une même source commune?

J*
réponse à . horizondelle le 16/02/2009 à 16h06 : Mes parents me disaient ça quand, petite, je cherchais la p’tite b&...
Mes parents me disait ça quand, petite, je cherchais la p’tite bête: "Arrête d’ergoter"

Horizon d’ailes,

Je crois plutôt que vos parents vous disaient ça! 

J*
réponse à . jean1938 le 20/02/2009 à 01h21 : Mes parents me disait ça quand, petite, je cherchais la p’tite b&ec...
J’ai pas compris  Pourquoi tu me dis "vous" ?
réponse à . jean1938 le 20/02/2009 à 01h05 : Tu ne vas pas me dire queue tu ne la connaissais pas ? Moi, si! -Je ne la c...
Moi non plus je ne la connaissais pas, d’où mon commentaire en #54. 
J’ai pas compris Pourquoi tu me dis "vous" ?

Ben, j’ai tendance à voustoyer! (ou tuvoyer, c’est tout comme)!

Vos parents vous disait (sic) / disaiENT


J*toile
réponse à . jean1938 le 20/02/2009 à 21h35 : J’ai pas compris Pourquoi tu me dis "vous" ? Ben, j’ai tendanc...
Oh la honte, merci de m’avoir fait remarquer 
Voilà qui est réparé!
réponse à . horizondelle le 21/02/2009 à 11h15 : Oh la honte, merci de m’avoir fait remarquer  Voilà qui est r&...
J’ésitaient, je ne savais pas si ont peu José! 
Non, non, fô pas ézité,tu as bien fé 
Sans barguigner, j’ai lu tous les écrits des voisins du dessus : c’est le premier bonheur du jour.

Z’ont pris la suite de God et le « barguigner » a été décortiqué, épluché, disséqué. On n’a plus grand-chose à se mettre sous la dent.

Reste une miette : après le latin, l’allemand, l’anglais cités plus haut, A. Rey mentionne le danois hrav qu’il rapproche du verbe d’ancien haut allemand hwerban, exercer une profession plus près du producteur que de l’acheteur : celui qui marchande, qui hésite ou pas.
Boubacar :
Chez Georges (l’autre), n’ai pas trouvé plus de "barguignier" que d’épices chez le marchand quand on n’a pas d’argent !

Si l’on revient à l’hypothèse qu’il y aurait du "baragouiner" dans le "barguigner", on va trouver du pain et du vin. Et de cela, Georges n’est point avare ; à commencer par les quatre bouts de pain de l’Auvergnat et le vin du vieux Léon.
Mais tout cela est plus que tiré par les couettes, s’pas…  
réponse à . jean1938 le 20/02/2009 à 21h35 : J’ai pas compris Pourquoi tu me dis "vous" ? Ben, j’ai tendanc...
Voussoyer ? Où que vous soyez !
réponse à . chirstian le 16/02/2009 à 09h25 : Marcel, quand je viens dans ton bar guigner quelque breuvage évite de bar...
Si je n’ai que 15 ans, […] c’est que nous, sur la Lune, nous comptons à l’envers...
Il ne te reste donc plus que 11 ans à vivre ? Et au lieu des anniversaires, vous fêtez anticipativement votre date d’extinction ? Ce doit être marrant de se poser la question : qu’y avait-il avant la vie ?
réponse à . DiwanC le 21/01/2013 à 01h41 : Boubacar : Chez Georges (l’autre), n’ai pas trouvé plus ...
Diwan :
Barguigner...baragouiner....pain et vin....Auvergnat......
Les grands esprits se rencontrent !!
C’est exactement tout pareil le même identiquement ce à quoi j’ai pensé quand j’ai découvert l’expression du jour......
On pourrait certes aussi prétendre que l’expression vient de la marine car" l’homme de barre guignait la terre" et que Tonton Jojo l’avait évoqué dans "la marine" ou "les copains d’abord" mais alors là, là on atteindrait des sommets dans le grand n’importe quoi, chose que je me refuse à faire....
On n’est quand même pas des sauvages.......Toud’même !
Dans les années 80’, Raymond Barre épie les mouvements socialistes; d’où
Barre guigne!
réponse à . HoubaHOBBES le 16/02/2009 à 05h58 : Le lien paraît facile avec le mot anglais "bargain" (affaire, occasion): s...
bien vu j allai faire le meme commentaire
Voici ce qu’on trouve sur le Net, confirmant la chose :
bargain (v.) Look up bargain at Dictionary.com: late 14c., from Old French bargaignier (12c., Modern French barguigner)
réponse à . God le 21/01/2013 à 09h15 : Voici ce qu’on trouve sur le Net, confirmant la chose : bargain (v.) ...
Voilà qui jette un éclairage bienvenu sur l’expression, parce que je dois avouer que je n’avais pas très bien compris en français. 
Je constate également que les Anglais ont pris 2 bons siècles de retard sur nous dans cette ténébreuse histoire !
barguigner...signifiait marchander...
Pub lue dans cette commune: cette page
Si vous voulez un escalier pas cher, venez ici: ’Marches Andé’.
réponse à . joseta le 21/01/2013 à 09h42 : barguigner...signifiait marchander...Pub lue dans cette commune: cette page Si ...
Le moulin d’ Andé est un des décors naturels où fut tournée une des scènes de "Jules et Jim", de F. Truffaut (avec le vieux pont de Mantes, etc, etc...). Je ne sais si Truffaut dut marchander pour le droit à l’ image. A l’ époque, ce n’ était pas encore un lieu de séminaires, de conférences et de concerts aussi apprécié....
réponse à . SyntaxTerror le 16/02/2009 à 15h48 : Le baragouin , les salamalecs et le galimatias ne prouvent qu’une chose&nb...
Le baragouin
Laisse-moi préciser qu’il faut éviter d’employer ce mot au féminin pluriel, car il change complétement le sens, et ça devient: bar à gouines.
réponse à . joseta le 21/01/2013 à 11h45 : Le baragouin Laisse-moi préciser qu’il faut éviter d’...
bar à gouines
Lesbien raisonnable ?
Oui. Ça l’est. Pourquoi tu trouves sappho ça faux?
Quand on leur dit bonjour, c’est Hallogween.
Oui si God save the gouine..........
Lesbien raisonnable ?
Et si ça ne l’est pas, c’est pas grave, laisse boss...
réponse à . joseta le 21/01/2013 à 11h45 : Le baragouin Laisse-moi préciser qu’il faut éviter d’...
J’espère que Marcel ne va pas se sentir viser... :&rsquo)

Grâce à la vigilance de joseta @89, vous lirez « visé » bien sûr !
réponse à . BOUBA le 21/01/2013 à 04h53 : Diwan : Barguigner...baragouiner....pain et vin....Auvergnat...... Les gran...
…on atteindrait des sommets dans le grand n’importe quoi, chose que je me refuse à faire...
Eh bien, vois-tu, je me demande si on n’a pas tort de ne pas se laisser aller…
Imagine un forum où sages et fous se rencontreraient, où on pourrait jouer avec les mots, genre : on te donne « barguigner », tu passes par « baragouiner » et tu en fais « bar à gouines »*…

Où l’un se dirait Sélénite parmi les Terriens et chasseur de mouches… Où l’autre affirmerait être âgé de 537 ans [à propos de Lapin, on ne lit plus guère chirstian par ces nuits sans lune…]… Où certain n’hésiterait pas à signer God  !!!!!
Imagine que l’on trace quelques notes et qu’elles deviennent musique ♫♪♪♪♫♫♪

Eh bien, vois-tu, si je rencontre un tel site, je ne barguigne pas : je m’abonne, dame !
*j’y ai pensé mais j’ai pas osé
Furetière alerte notre vigilance dans le dernier numéro de Marie-Claire :

En breton, ’pain et vin’ se dit ’baral gwin’ qui à demi-francisé donne ’pain gwin’ qui à son tour donne ’pingouin’ au masculin.
Pingouins dans les champs,
Hiver très méchant.
Je trouve les commentaires qui précèdent bien gais (!) mais ce qui me paraît intéressant c’est ceci
c’est que nous, sur la Lune, nous comptons à l’envers...

Vous êtes-vous rendu compte, chers amis Expressionautes, de la signification profonde ce cet alexandrin ?

Cela veut dire que sur la Lune, on naît vieux âgé, puis les années passant, on rajeunit. A chaque anniversaire un cadeau. De la retraite on passe à l’embauche, puis c’est l’âge des conquêtes, de la drague. A la première communion, une montre en cadeau (comme au départ en retraite) et finalement la vie finit dans un orgasme.

Quelle belle vie que celle de Sélénite !
réponse à . charmagnac le 21/01/2013 à 13h50 : Je trouve les commentaires qui précèdent bien gais (!) mais ce qui...
Pour information
cette page
réponse à . DiwanC le 21/01/2013 à 13h28 : …on atteindrait des sommets dans le grand n’importe quoi, chose que je m...
on ne lit plus guère chirstian par ces nuits sans lune…

Par une nuit sans lune trouver sa ration de mouches lui prend tout son temps.
C’est comme si on te lâchait sur ce site cette page tu n’aurais plus le temps de venir sur expressio.
réponse à . DiwanC le 21/01/2013 à 13h14 : J’espère que Marcel ne va pas se sentir viser... :&rsquo) Gr&...
J’espère que Marcel ne va pas se sentir visé
Avec les clientes de ce site, aucun danger! (je crois).
Mince, alors.
J’ai lu "les carnets du Bon Dieu" de Daninos sans savoir que Fitzgerald avait déjà écrit une nouvelle sur le même thème.
réponse à . joseta le 21/01/2013 à 14h12 : J’espère que Marcel ne va pas se sentir visé Avec les clien...
Merci ! L’émotion possible de Marcel m’a troublé l’esprit ! 
réponse à . mickeylange le 21/01/2013 à 14h07 : on ne lit plus guère chirstian par ces nuits sans lune… Par une nuit sa...
C’est comme si on te lâchait sur ce site...
Que de merveilles ! Des légers, des doubles, des à fleurs, des thermiques, des à couettes à nouettes, des à l’ancienne, des bicolores dits Colombine, Picasso ou Nymphéa ! Z’êtes pas près de me revoir !
réponse à . DiwanC le 21/01/2013 à 13h14 : J’espère que Marcel ne va pas se sentir viser... :&rsquo) Gr&...
Il convient que Marcel soit visé.
Il ne faudrait pas que l’on passe devant chez lui sans bar guigner, c’est-à-dire sans y jeter ne serait-ce qu’un clin d’oeil.
réponse à . <inconnu> le 21/01/2013 à 13h40 : Furetière alerte notre vigilance dans le dernier numéro de Marie-C...
Furetière alerte notre vigilance dans le dernier numéro de Marie-Claire

Ah ? Je croyais que Marie-Claire avait continué à paraître après le décès de Furetière.
Merci pour l’info. Sans barguigner, je me sens confus d’avoir écrit un commentaire aussi peu digne d’être comparé à cette belle histoire.
réponse à . DiwanC le 21/01/2013 à 13h28 : …on atteindrait des sommets dans le grand n’importe quoi, chose que je m...
Alors là, si le site est dédié aux délires dont tu parles, j’adhère sans réserve aucune et crois moi je ne serais pas le dernier.
Mais là en l’occurrence le but du jeu c’est quand même de délirer autour d’un thème bien précis qui est l’expression du jour et on est quand même obligés de s’y tenir quelque peu......s’pas ?.....
réponse à . charmagnac le 21/01/2013 à 13h50 : Je trouve les commentaires qui précèdent bien gais (!) mais ce qui...
Si la fin de vie est souvent une retombée en enfance, il est rare que son début soit une résurrection. En somme on commencerait par la mort pour terminer par l’ inexistence ? A quoi bon vivre, si c’ est de plus pour régresser ?
réponse à . mitzi50 le 21/01/2013 à 17h48 : Si la fin de vie est souvent une retombée en enfance, il est rare que son...
Comme disait Alphonse Allais "Dieu a sagement agi en plaçant la naissance avant la mort: sans cela, que saurait-on de la vie ?"
Pour informations complémentaires; le verbe barguigner est encore usité au Canada où on le prononce ’barguiNer’ (sans doute sous l’influence de bargain). Il conserve le sens qu’on lui donne en 41 (merci Houba!), soit;
... il vient du latin médiéval "barcaniare" = faire du commerce. Il a deux significations : d’abord : marchander longuement...

Et pour le sens que vous lui prêtez ici (sans tergiverse ) nous disons; sans zigonner ou sans tataouiner (Saguenay).

Bon courage aux achéo-linguistes pour trouver l’origine de celles-là...
réponse à . mitzi50 le 21/01/2013 à 17h48 : Si la fin de vie est souvent une retombée en enfance, il est rare que son...
’O rage, o désespoir, o sénescence aliénante! N’ait-je donc tant existé que pour retourner au point zéro de l’investiture?’

(Avec mes excuses à Corneille)
Non, non on barguigne pas ! tu veux tu prend au prix fixé. On va pas brader aussi non ? Déjà qu’on vend pas cher ! Et apres quand on achète on va encore barguigner ? On passe son temps à barguigner quoi. Non, on barguigne pas.
Au Québec, on entend parfois «barguiner» pour marchander!
réponse à . BOUBA le 21/01/2013 à 18h05 : Comme disait Alphonse Allais "Dieu a sagement agi en plaçant la naissance...
A quoi bon vivre, si c’est de plus pour régresser ?
Alors, sûr, il ne faut pas naître.
Parce que la régression est inéluctable : sournoisement s’approchent la ride véloce, le muscle avachi… curieusement, au fil des ans, l’escalier de la maison est plus raide, les caractères d’imprimerie s’amenuisent et s’éloignent.

Y a-t-il une solution ? On peut tel Faust, vendre son âme au diable contre l’éternelle jeunesse… Prendre un bain chez Jouvence… Frapper à la porte de Monsieur Bogomoletz…
Et pis, faire plusieurs haltes quotidiennes sur Expressio (ça n’éloigne pas l’arthrose mais ça titille les neurones !).

Un beau soir l’avenir s’appelle le passé. C’est alors qu’on se tourne et qu’on voit sa jeunesse dit Aragon tandis que Pierre Dac ajoute : Vraisemblablement, votre décès ne se produira pas avant la fin de vos jours et la date de votre inhumation concordera probablement avec celle de vos obsèques.
réponse à . DiwanC le 21/01/2013 à 20h42 : A quoi bon vivre, si c’est de plus pour régresser ?Alors, s&u...
Hé oui les escaliers deviennent raides......heureux escaliers !.......
Et si un beau soir l’avenir s’appelle le passé n’oublions pas que, toujours selon Pierre Dac, l’avenir n’est que du passé en préparation.....
Alors, sûr, il ne faut pas naître
Et enfin pour en terminer avec cette broyance noire, Ambrose Bierce définissait dans son dictionnaire du diable la naissance comme la première et la pire des catastrophes
Bon allez vais me pieuter moi........demain sera un autre jour
Arrrrrrrrg !!!!!!!!!! 
réponse à . BOUBA le 21/01/2013 à 21h44 : Hé oui les escaliers deviennent raides......heureux escaliers !........
Et enfin pour en terminer avec cette broyance noire…

Pfffff… je ne broyais pas du noir, je répondais , exprès, par l’excès.
Sans barguigner* je dis: Diwan, merci pour ton #169 d'hier....c'est à ça qu'on reconnaît les amis....En tout cas mon rat vous a bien occupés.
Pour étoffer le bestiaire d'Expressio, demain je monte à San Antonio de los Cobres à 3800 m d'altitude et j'espère bien voir des condors.
D'ailleurs j'y suis déjà puisque je suis au lit et que c'est là qu'on dort....ahaaaaaa.
* Yesssssss.....
En 2013, on avait fouillé sur toutes les étagères, vidé tous les tiroirs, ouvert tous les cartons du grenier : rien, nada, quetchi ! Pas le moindre petit morceau de "barguigner" à mettre sur les platines.

Allons-nous rester sans notre habituelle ritournelle matinale ? Que nenni ! Pour vous, j'ai étiré quelques couettes et tiré un peu de vin d'octobre !

J'suis issu de gens
Qui étaient pas du gen-
-re sobre...
On conte que j'eus
La tétée au jus
D'octobre...
chante not' Georges ! 

Écoutez...

Au Québec, on barguine pour avoir un meilleur prix ou une meilleur occasion. Sans doute un petit coup de barre vers l'anglais "bargain": bonne affaire. pas trop souvent moussaillon !
Leur fête n'est-elle pas Hallogween ?
réponse à . BOUBA le 05/10/2017 à 02h24 : Sans barguigner* je dis: Diwan, merci pour ton #169 d'hier....c'est à &cc...
Faut-il aller jusqu'en Amérique du Sud pour voir voler des condors ?
réponse à . El_Tilcareño le 05/10/2017 à 07h23 : Faut-il aller jusqu'en Amérique du Sud pour voir voler des condors&n...
Oups ! J'ai cafouillé dans mes pseudos. 
réponse à . El_Tilcareño le 05/10/2017 à 07h23 : Faut-il aller jusqu'en Amérique du Sud pour voir voler des condors&n...
Il y a même des condors qui ont fait la Seconde Guerre mondiale.
réponse à . BOUBA le 05/10/2017 à 02h24 : Sans barguigner* je dis: Diwan, merci pour ton #169 d'hier....c'est à &cc...
Ah ! Aujourd'hui condors ? Ça c'est aut' chose quand même que, (au four),les rats qu'on dore...
réponse à . joseta le 05/10/2017 à 08h02 : Ah ! Aujourd'hui condors ? Ça c'est aut' chose quand même...
Les rats qu'on dore au four et à mesoure.
C'est ainsi qu'on rate les condors.
Déformée
Au bar sans guigner.
réponse à . joseta le 05/10/2017 à 08h02 : Ah ! Aujourd'hui condors ? Ça c'est aut' chose quand même...
Ah ! Aujourd'hui condors ?
Por favor, surtout ne pas réveiller le con qui dort !
réponse à . mickeylange le 05/10/2017 à 11h01 : Ah ! Aujourd'hui condors ?Por favor, surtout ne pas réveil...
Je te le dis sans barguigner : voilà sage parole !

Disparu de notre langue ? Pas au Québec ! Chez nous, le verbe «barguiner» dans sa nouvelle graphie existe bel et bien et a gardé sa signification d'origine. Marchandage, discussion...

Il existe aussi toute une famille dérivée:

Un bon bargain ( de l'anglais cette fois)
Barguinage (L'action de marchander)
Barguineux (personne qui barguine; personne pingre)
réponse à . mickeylange le 05/10/2017 à 11h01 : Ah ! Aujourd'hui condors ?Por favor, surtout ne pas réveil...
Redif
Dans Les Andes
- Tu sais, ma femme, elle a un condor...
- un con d'or ? elle doit te rendre heureux dans le lit, hein ?
réponse à . joseta le 05/10/2017 à 12h56 : Redif Dans Les Andes - Tu sais, ma femme, elle a un condor... - un con d'or ...
ma femme, elle a un condor
Et toi, tu mets un condom ? 
réponse à . Mintaka le 05/10/2017 à 14h30 : ma femme, elle a un condorEt toi, tu mets un condom ? ...
Oh, non, je perds sensibilité...que Dieu m'en 'préserve, hâtif'; je ne conseille ça 'qu'à potes' qui visitent les maisons closes !
.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.
Cadeau
Le mari de Glenn
- Tu es tout seul ? Où elle est ta femme ?
- elle est à la maison Close...
- quoi ???
réponse à . Nathacha le 05/10/2017 à 05h12 : Au Québec, on barguine pour avoir un meilleur prix ou une meilleur occasi...
Et @ Altamirador #120

Vérification faite (qui confirme ce que je pensais déjà), le bargain anglais vient du français ! "Retour aux sources" canadien, comme souvent.
réponse à . Ratanak le 05/10/2017 à 17h39 : Et @ Altamirador #120 Vérification faite (qui confirme ce que je pensais...
Les Canadiens utilisent plein de mots issus du Français. Avec aussi des expressions sympathiques. Par exemple l'épicerie du coin est un dépanneur. Et en ce moment je lis un bouquin de Louise Penny qui est donc canadienne et dont les intrigues me font un peu mieux découvrir plein de choses sur ce beau pays.
réponse à . file_au_logis le 16/02/2009 à 13h52 : Indicatif présent: je signe tu signes il/elle signe nous signons vous sig...
Permets-moi de te signaler que tu as oublié l'impératif, signe, signons, signez.
réponse à . mickeylange le 05/10/2017 à 11h01 : Ah ! Aujourd'hui condors ?Por favor, surtout ne pas réveil...
Por favor, surtout ne pas réveiller le con qui dort !

Judicieuse recommandation ! Car ainsi on évite toute surprise désagréable.

Supposons que le bel endormi soit de nature sévère, comme qui dirait un con cassant, un con fessant (et peut-être fessé !) à la moindre occasion, un con cédant à sa mauvaise humeur, un con centré sur son unique petite personne... Ce serait consternant...

Pourtant, il faut bien reconnaître que ce genre d'individu ne laisse pas indifférent... On consacre bien du temps à l'observer... On le croit confraternel et l'on est confus de le voir si peu soucieux du sort de ses compatriotes...

Et voilà qu'on discerne en lui le con gelé vis-à-vis de l'humanité, le con tourné vers le frivole, le con tenu à ne voir que la petitesse des choses... Le p'tit con quoi ! Impossible de converser avec lui, impossible de le conspuer... Il faut donc se résoudre à le contourner.

Tout cela pour acquiescer et se conformer, sans barguigner, à ton conseil : ne jamais réveiller le con qui dort.

réponse à . jurass le 16/02/2009 à 14h36 : subj imparfait : que je signai : il eût mieux valu que tu bargui...
Et qui dit "il faudrait que nous barguignions" ?
Le bœuf , parce que le bœuf barguignions.
réponse à . Mintaka le 05/10/2017 à 19h53 : Et qui dit "il faudrait que nous barguignions" ? Le bœuf ,...
C'est quand même plus ragoûtant que du rat !
réponse à . DiwanC le 05/10/2017 à 18h50 : Por favor, surtout ne pas réveiller le con qui dort ! Judicieuse r...
Sans oublier le Concarneau breton que la pluie ne mouille pas, ni le plus condamnable le conchieur, ni le condilure, voir le condilure étoilé.
C'est quand même plus ragoûtant que du rat, Marguerite !
Un fin stratège du IIIe Reich ne s'appelait-il pas Herr Gwin Rommel ?

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Sans barguigner » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

publicité
Expressio - le livre

Le contenu de ce site est si riche qu’un livre en a été tiré. Ce livre, devenu un best-seller est maintenant disponible en poche.

Ce commentaire ainsi que les réponses qui y sont liées, seront définitivement supprimés. Etes-vous sûr?