Travailler au noir / Faire du marché noir - dictionnaire des expressions françaises Expressio par Reverso - signification, origine, étymologie

Travailler au noir / Faire du marché noir

Travailler clandestinement, sans être déclaré / Faire du commerce illégal en période de restrictions ou de pénurie.

Origine

Dans les deux expressions, qui correspondent à des activités hors-la-loi, la notion de dissimulation est évidemment présente, et le qualificatif 'noir' employé ici est lié au fait que, quand on veut dissimuler ce qu'on fait, il vaut mieux le faire dans l'obscurité d'une cave que dans la rue en plein jour.

Si le marché noir est généralement associé à la période d'occupation pendant la seconde guerre mondiale, il est certain, d'après Claude Duneton, bien renseigné par plusieurs personnes ayant directement constaté la chose sur place, que l'appellation est née avant, au moins à la fin de la guerre 14-18 en Allemagne, à une période où le pays subissait d'importantes pénuries ; le qualificatif 'schwarz' (noir) était déjà employé dans des termes comme 'Schwarzarbeit' (travail [au] noir), 'Schwarzmarkt' (marché noir), 'Schwarzschlachtung' (abattage clandestin) ou 'schwarzhören' (écouter la radio sans payer la taxe), pour ne citer que ceux-là.
C'est donc l'Allemagne qui serait à l'origine de nos expressions qui ne seraient que des traductions littérales.

Il existe toutefois une autre origine évoquée çà et là, nettement plus ancienne, puisqu'elle nous viendrait du Moyen-Âge, mais qui reste à confirmer.
Selon cette hypothèse, à cette époque, on ne devait travailler qu'à la lueur du jour ; mais bien entendu, certains maîtres, peu enclins à bien considérer leurs ouvriers ou serfs, n'hésitaient pas à les faire travailler illégalement une fois la nuit tombée, à la lueur de quelques bougies. Ce serait de ce travail de nuit dissimulé parce que non autorisé que l'appellation "travail noir" puis "travail au noir" serait née.

Exemple

« Entre 2003 et 2008, les infractions liées au travail au noir ont plus que doublé, tandis que celles liées à l'emploi d'une personne sans titre de travail a quadruplé. Des chiffres impressionnants livrés jeudi par l'Observatoire national de la délinquance, qui mesure la répression exercée par la police, la gendarmerie, les impôts ou les douanes dans ce domaine. »
Le Figaro - Article du 17/12/2009

« Ce que le marché noir lui avait rapporté lui permettait de passer vingt-quatre heures dans ces lieux. Il voulut en jouir, déjeunant et dînant dans son salon pour se convaincre de sa victoire, comme Napoléon lorsqu'il couchait sur le champ de bataille. D'ailleurs, il avait peur de se retrouver dans la rue et que le sort commun l'entraînât. »
Jacques Laurent - Les bêtises - 1971

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Travailler au noir / Faire du marché noir » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
Allemagnede Schwarz arbeitenTravailler noir
Angleterre / États-Unisen To moonlight(travailler) au clair de lune
Angleterreen To work the black marketTravailler / manipuler le marché noir
Espagnees Trabajar de estrangis.Travailler en "estrangis" (au noir).
Espagnees Hacer estraperloFaire du marché noir
Argentinees Trabajar en negroTravailler au noir
Espagnees Travajar / cobrar en negroTravailler/toucher au noir
Espagne (Catalogne)es Treballar en negreTravailler au noir
Espagnees Practicar mercado negro.Pratiquer du marché noir.
Canada (Québec)fr Travailler sous la table
Italieit Lavorare al neroTravailler au noir
Pays-Basnl Zwart werken / zwart handelenTravailler au noir / Faire du commerce noir
Polognepl Pracować na czarnoTravailler au noir
Polognepl Pracować na czarnoTravailler au noir
Brésilpt Operar / atuar no mercado negroFonctionner / agir dans le marché noir
Roumaniero A lucra la negruTravailler au noir
Roumaniero A munci la negru / Pe piața neagrăTravailler au noir / Sur le marché noir
Serbiesr Raditi na crnoTravailler au noir
Suèdesv Jobba svartTravailler noir
Chinezh 黑市 (hēi shì ) Marché noir

Vos commentaires
"Noir, c’est Noir,
il n’y a plus d’espoir...
puis ... il reste l’espoir ..." chantait Johnny en 1965 cette page
C’est donc l’Allemagne qui serait à l’origine de nos expressions qui ne seraient que des traductions littérales.
et maintenant, on emprunte ailleurs pour une autre traduction littérale ! J’en connais qui travaillent au black mais je ne citerai personne !
réponse à . cotentine le 04/01/2010 à 00h39 : C’est donc l’Allemagne qui serait à l’origine de nos ex...
J’en connais un qui travaille du chapeau, la nuit, à la lueur de quelque écran d’ordinateur !
Quand tu travailles au noir, c’est le fisc qui est chocolat.
réponse à . cotentine le 04/01/2010 à 00h39 : C’est donc l’Allemagne qui serait à l’origine de nos ex...
Des Jack ?
J’ai quelque chose à vous soumettre sur le travail de nuit

En 1909, le député Godard demanda une loi interdisant aux boulangers de travailler la nuit.
Le poète Raoul Ponchon, dont j’adore le site, s’en émut et fit un poème sur ceux qui travaillaient la nuit.
Ci dessous la sélection TRAVAIL de son oeuvre : on trouvera Travail de nuit en descendant, après La grève des postiers, Le conservatoire de Mimi Pinson, La grève des couturières et Spécialistes.

cette page

Deux mots vont peut-être vous surprendre :
- Geindre (ou gindre) = ouvrier boulanger
- Bernatier = Vidangeur = commerçant qui achetait l’engrais (humain) aux ménagères pour le revendre aux cultivateurs

Même si c’est la nuit, vous pouvez vous promener dans tout le site : la présentation et l’iconographie sont somptueuses. Les poèmes, c’est selon ...
évidemment ! mais je ne joue pas à ce genre de jeux, pas plus que je n’emploie mon jardinier "au noir", puisqu’il a la main verte ! 
réponse à . deLassus le 04/01/2010 à 01h46 : J’ai quelque chose à vous soumettre sur le travail de nuit En 190...
Pour BERNATIERS, j’ai trouvé une définition plus complète de ce métier d’autrefois.
Elle est en anglais : nobody is perfect !

cette page
Sans intérêt >>> censuré !
Sans intérêt >>> censuré !
Sans intérêt >>> censuré !
Et un garçon de café, d’origine africaine (ou antillaise) travaillant dans un café et servant des "petits" ou des "grands noirs" à longueur de journée ? Qu’en est-il pour lui ?
réponse à . deLassus le 04/01/2010 à 01h27 : J’en connais un qui travaille du chapeau, la nuit, à la lueur de qu...
J’en connais un qui travaille du chapeau, la nuit, à la lueur de quelque écran d’ordinateur !
Bienvenue au club !
réponse à . <inconnu> le 04/01/2010 à 06h10 : Et un garçon de café, d’origine africaine (ou antillaise) tr...
Merci pour le mot de bienvenue ! il faut dire que les nuits sont assez longues en ce moment de l’année.

Pour "ton" garçon de café : si je me souviens de l’affaire des employés au noir d’un restaurant de l’Avenue de la Grande Armée, le gag est qu’ils payaient tout à fait comme toi et moi des impôts !
Enfin... comme moi, sûr. Peut-être échappes-tu à cette obligation ?
Hein? Même pas une petite taxe d’habitation ?
...l’appellation est née avant, au moins à la fin de la guerre 14-18 en Allemagne
Pourquoi s’en étonner?
C’est bien en Allemagne qu’il y a la Schwarzwald, la forêt noire, non?
réponse à . deLassus le 04/01/2010 à 07h00 : Merci pour le mot de bienvenue ! il faut dire que les nuits sont assez long...
Bof, ça peut aller. Sauf un rappel salé... Le tout suite à un divorce... et comme je suis retraité, ben, heureusement que je ne suis pas exigeant dans l’ensemble.
Il faut quand même savoir que cette expression est devenue raciste et donc, politiquement incorrecte. Il faut dire à présent: travail en couleur, marché coloré. Je vous prierais de bien vouloir respecter le politiquement correct, afin de ne pas m’obliger à porter plainte et faire fermer ce site... Je finirais par voir rouge et ne pourrais plus profiter de mon petit noir bien frappé, ce qui ne veut pas dire que je lui colle un oeil au beurre noir!
oooops, pardon! Ca y est, je suis découvert!
Bonjour,

En Belgique francophone, on utilise le plus souvent (et donc erronément) l’expression "travail(ler) en noir".
réponse à . cotentine le 04/01/2010 à 01h52 : évidemment ! mais je ne joue pas à ce genre de jeux, pas plus...
puisqu’il a la main verte !
Rassure-moi: ce n’est pas un alien au moins, un LGM ? 
LGM: Little Green Man
Le jour où (peut-être ?) il y aura “contact” on dira sûrement qu’ils «travaillent au noir» alors qu’il auront on ne sait trop quelle couleur... le vert (?) si l’oxgène est transportée par des globules dopés au cuivre...
réponse à . file_au_logis le 04/01/2010 à 07h05 : ...l’appellation est née avant, au moins à la fin de la guer...
Bonjour.
Toi qui es bilingue, tu peux sans doute faire une "recherche avancée" sur Google avec le mot (j’espère ne pas l’écorcher) SCHWARTZMARKT.
On verrait bien de quand datent ce mot et ce concept dans la littérature de langue germanique.

C’est juste une suggestion bien sûr, mais comme on dit, maintenant que tu es debout, tu peux te rendre utile !
réponse à . <inconnu> le 04/01/2010 à 07h14 : Bonjour, En Belgique francophone, on utilise le plus souvent (et donc erron&eac...
En France francophone, je participe avec mes chorales à quelques concerts par an.

Nous chantons EN NOIR, nous ne sommes payés qu’en liquide (participation aux frais), nos Présidentes ne payent aucun impôt à personne, nous ne payons pas la Sacem car nous chantons des oeuvres libres de droits...
Bref, nous travaillons au noir et en noir !
réponse à . file_au_logis le 04/01/2010 à 07h13 : Il faut quand même savoir que cette expression est devenue raciste et donc...
ha ? Dans bien des films, on fait pourtant dire à des ouvriers, noirs, justment: «moi je ne travaille pas au noir»
Et un noir qui serait“rond comme un coin” on ne pourrait plus dire qu’il est... noir. Mais alors, là on va se retrouver en pleine diptérophilie...  et à faire, a minima, de la tétra-capillosectomie...
réponse à . <inconnu> le 04/01/2010 à 07h25 : ha ? Dans bien des films, on fait pourtant dire à des ouvriers, noir...
A propos de "ton" autre noir qui serait rond comme un coin, j’ai lu hier dans le Dictionnaire des idées reçues de Flaubert cette définition

Terre
Dire les quatre coins de la terre, puisqu’elle est ronde.

Servez-vous largement dans cet ouvrage, c’est gratos pour le moment :

cette page
Clemenceau venant se recueillir sur la dépouille de son ami Monet arracha le linceul noir recouvrant le corps en s’écriant:"levez moi çà de là ! pas de noir pour Monet, le noir n’est pas une couleur !"
rien à voir avec l’expression du jour mais j’aime ces citations........
Bonne journée à tous...........
réponse à . <inconnu> le 04/01/2010 à 07h14 : Bonjour, En Belgique francophone, on utilise le plus souvent (et donc erron&eac...
A l’âge de- ans, ma fille cadette nous a annocé un jour qu’elle connaissait quelqu’un qui travaillait "en noir".
Etonnés, nous lui demandâmes : "ah oui, Emilie, et qui donc ?"
"Ben, Zorro hein !"

Sergent-Garcia-Hobbes
réponse à . HoubaHOBBES le 04/01/2010 à 07h54 : A l’âge de- ans, ma fille cadette nous a annocé un jour qu&rs...
Sans intérêt, et désagréable sans raison >>> censuré !
réponse à . BOUBA le 04/01/2010 à 07h39 : Clemenceau venant se recueillir sur la dépouille de son ami Monet arracha...
Ni le noir ni le blanc ne sont présents dans le spectre de la lumière blanche, père avec elle de toutes nos couleurs. D’ailleurs, quand on se mélange un peu les pinceaux et les couleurs, on trouve une infinie variation dans les noirs et les blancs, différents déjà en couleur "pure" selon le matériau naturel auquel ils se réfèrent : zinc, cobalt, titane... J’ai appris de mon professeur de peinture que les impressionnistes et autres expressionnistes n’ont pu s’épanouir et inventer que parce qu’on avait eu l’idée de mettre la peinture en tubes de plomb. Ceux-ci étaient roulés à leurs deux extrémités, le bouchon n’ayant été inventé que bien plus tard. Les artistes ont alors pu sortir des ateliers et aller peindre les paysages sur place. Et laisser place à leur imagination pour en restituer le mouvement et la lumière.
Travailler au noir peut rapporter beaucoup, comme sur cette page. Un jour de week-end et sur un tel sujet, notre ami Thanhbach ne devrait pas tarder à montrer le bout de son nez et nous faire découvrir un nouvel expresso sans i !
la lune brille au noir, et les poètes la payent aux vers.
réponse à . <inconnu> le 04/01/2010 à 06h10 : Et un garçon de café, d’origine africaine (ou antillaise) tr...
Moi, j’aime les grands noirs, tout nus (ce qui veut dire sans sucre ni lait )
réponse à . file_au_logis le 04/01/2010 à 07h13 : Il faut quand même savoir que cette expression est devenue raciste et donc...
Et bien je continuerai à dire des "têtes de nègre" bien que, pour cause de soit disant racisme le nom ait été changé (cette page) . On dit bien un" blanc battu" et ça ne choque personne, bien heureusement  
AVIS A TOUS LES EXPRESSIONNAUTES

Nous avons constaté des différences dans les dates d’anniversaires et des expressionnautes peut-être désabonnés. Merci de vérifier si c’est juste pour vous à cette page et de m’avertir des corrections, ajouts ou retraits à effectuer afin de garder une liste à jour.
Merci boucou 
Toujours à propos de grand noir... qui travaillerait dans un fitness ??
Un extrait de la chanson de Renaud:

En farfouillant de plus belle
Dans ton délicieux bordel
J’ai trouvé
Accroché avec un trombone
Une p’tite carte, un téléphone
Griffoné

J’ai failli app’ler pour voir
Si j’ tombais sur un grand noir
Culturiste

J’ai pas osé
J’ai eu peur de déranger ton coiffeur
Ton dentiste

L’entier en musique cette page
Cordial salut !

Le rapport français Femme, j’écris ton nom est téléchargeable ici :
cette page

et les règles pour la Communauté française de Belgique ici :
cette page
réponse à . deLassus le 04/01/2010 à 07h36 : A propos de "ton" autre noir qui serait rond comme un coin, j’ai lu hier d...
Servez-vous largement dans cet ouvrage, c’est gratos pour le moment

Mais n’oubliez pas d’acheter, de temps en temps, un vrai livre en papier, carton et /ou cuir. Pour que les librairies où il fait si bon flâner ne disparaissent pas, pour que les libraires ne finissent pas au noir...

Pour Delassus : le Dictionnaire des idées reçues, écrit dans la même période que Bouvard et Pécuchet (inachevé et posthume), devait selon le projet de Flaubert constituer la suite de ce roman satirique très noir, rassemblant tous les clichés de l’époque, certains étant encore d’une étonnante actualité.

Une très bonne année à tous !
réponse à . chirstian le 04/01/2010 à 09h34 : la lune brille au noir, et les poètes la payent aux vers....
 : Bô à boucher du coin du silence.
A l’école d’autrefois, on travaillait au noir : " Vous aurez de l’encre noire, des tableaux noirs, des tabliers noirs. Le noir est, dans notre beau pays, la couleur de la jeunesse."
Jean Giraudoux.
réponse à . horizondelle le 04/01/2010 à 09h46 : Et bien je continuerai à dire des "têtes de nègre" bien que,...
Et c’est bon, banane y a ! Je te trouve très/trop explicite à propos de ton grand noir hmmm ?  Je n’ai jamais goûté les charmes de l’haltérophile que tu évoques mais je pense, pour en avoir eu un à demeure quelque temps, que c’est bien de la dynamite pour une mèche qui s’étiole au fur et à mesure que les vrais muscles gonflent avant de tourner en graisse.
réponse à . deLassus le 04/01/2010 à 07h20 : Bonjour. Toi qui es bilingue, tu peux sans doute faire une "recherche avanc&eacu...
je suis debout, si on veut, mais surtout, je suis au bureau, MOI!
réponse à . <inconnu> le 04/01/2010 à 07h19 : puisqu’il a la main verte ! Rassure-moi: ce n’est pas un alien ...
Rassure-moi: ce n’est pas un alien au moins, un LGM ?
non, non, c’est un charmant homme jeune qui marche au chèque-emploi et au "p’tit noir" (n’acceptent qu’un kawa de temps à autre)
... pas plus un alien que je ne suis Lady Chatterley 
Pour raisons géographiques et/ou historiques, l’Alsacien de base utilise à l’occasion l’expression "travailler au schwartz".
enfant, en Algérie, je prenais mon pied au noir, n’ayant pas encore réalisé que la femme peut remplacer de façon satisfaisante la masturbation, pour peu que l’on fasse preuve d’un minimum d’imagination. 
réponse à . momolala le 04/01/2010 à 08h32 : Ni le noir ni le blanc ne sont présents dans le spectre de la lumiè...
Ah que voilà un beau cours sur la peinture.............merci d’avoir apporté un peu de couleur à la noirceur de mes incompétences en peinture..........
réponse à . chirstian le 04/01/2010 à 11h30 : enfant, en Algérie, je prenais mon pied au noir, n’ayant pas encore...
develloppe ton esprit la dessus, je te trouve bien pretentieux sur ce point la....
réponse à . HoubaHOBBES le 04/01/2010 à 07h54 : A l’âge de- ans, ma fille cadette nous a annocé un jour qu&rs...
pas mal l’image de ta fille
réponse à . <inconnu> le 04/01/2010 à 07h13 : Bof, ça peut aller. Sauf un rappel salé... Le tout suite à ...
et comme je suis retraité,
on parle souvent du travail au noir : lorsque quelqu’un travaille en cachette, sans le déclarer. Mais le phénomène est beaucoup plus général. Il y a des étudiants au noir : ils sont là, affalés devant le prof : vous les croyez occupés sainement à chercher à passer discrètement un SMS à une copine, où plus simplement à dormir (parce qu’il faut bien récupérer à un moment quelconque , non ?) Et parce que l’humour de Molière, entre nous, hein !... Eh bien non : ils écoutent en cachette. Quand ils sont bien sûrs que vous ne pouvez pas les repérer, ils en profitent même pour penser à ce que vous avez dit ! Si, si ! Et des siècles d’efforts de l’Education Nationale, portés par les 211 ministres qui s’y sont collés en 207 ans (!) n’ont pas encore réussi à éradiquer totalement le phénomène.

Le retraité au noir : celui que l’on croit actif, ou demandeur d’emploi, et qui, en cachette, est devenu retraité, est un phénomène plus rare. Mais c’est seulement faute d’avoir essayé : allez trouver une Caisse pour lui proposer de verser en espèces une allocation, économisant ainsi toute cette foutue paperasserie. Je suis certain qu’elle accepterait, améliorant ainsi sa gestion, et ses statistiques !
réponse à . BOUBA le 04/01/2010 à 11h40 : Ah que voilà un beau cours sur la peinture.............merci d’avoi...
Je confirme tes dires! Merci à Boubacar !!!
Et là...il nous a refilé un cours...au noir ! 
A propos du tire ailleurs sénégalais de momo et horizondelle :

Bananez, bonne santé à toutes zé tous.
réponse à . kim_chee le 04/01/2010 à 11h48 : develloppe ton esprit la dessus, je te trouve bien pretentieux sur ce point la.....
développe ton esprit la dessus
bravo c’est une contrepèterie ! Mais ton professeur va-t-il apprécier ce conseil au noir ? 
réponse à . <inconnu> le 04/01/2010 à 01h29 : Quand tu travailles au noir, c’est le fisc qui est chocolat....
Quand tu travailles au noir, c’est le fisc qui est chocolat.
mais s’il t’attrape , tu es marron !
En anglais, on dit :" moonlighting".
C’était le titre d’une série américaine avec Sybil Shepherd et Bruce Willis. Son vrai métier (à elle), c’était mannequin, mais elle arrondissait les fins de mois en participant aux enquêtes de la boite de détectives privés qu’elle possédait.

Cilin d’oeil à de Lassus qui traque les contre-sens, le titre a, bien entendu, été traduit par "clair de lune".
réponse à . <inconnu> le 04/01/2010 à 11h54 : Je confirme tes dires! Merci à Boubacar !!! Et là...il nous a...
Il y a erreur cher ami, c’est à momolala que doivent aller les félicitations............boubacar c’est l’ignare !
réponse à . Condorcet le 04/01/2010 à 10h08 : Cordial salut ! Le rapport français Femme, j’écris ton...
Ca c’est vraiment sympa !
Merci infiniment, je vais me sentir moins bête.
J’ai corrigé auteure, et, galant, j’ai tout mis au féminin.
La fureur de l’agiotage
A métamorphosé les gens
Le cordonnier vend des rubans
Et la coiffeuse du fromage.

De nos jours, c’est le charcutier qui spécule en bourse, ça s’appelle un charcutier-trader.
réponse à . syanne le 04/01/2010 à 10h15 : Servez-vous largement dans cet ouvrage, c’est gratos pour le moment Mais n...
Tu as tout à fait raison, et j’ai sur ma maigre retraite encore un budget livres assez important.
Je fréquente aussi un libraire à l’ancienne, petite boutique où il faut tout commander, et je vais aussi assez souvent à la FNAC qui est à 15 minutes en autobus de mon domicile.
Mais après avoir quitté deux grandes maisons pour "finir" dans un studio rempli à ras bord de livres, j’ai maintenant un problème de place : chaque nouveau livre, comme chaque nouvel objet, doit prendre la place d’un ancien, et c’est toujours un déchirement de me séparer d’un livre.

Je ne te dis pas ça pour t’arracher des larmes, ni pour faire croire que je vois tout EN NOIR (on y vient enfin!), mais parce que je suis un peu contraint à une consultation sur écran de beaucoup de livres ou documents, alors que ça me fatigue les yeux. J’ai une imprimante, mais pour les mêmes raisons de place je n’imprime presque rien.
réponse à . chirstian le 04/01/2010 à 12h00 : développe ton esprit la dessus bravo c’est une contrepèter...
il prefere que ce soit au noir au moins cela ne lui coute pas trop cher (lol) et toute information est bonne a prendre tu ne pense pas et surtout au noir.....
réponse à . deLassus le 04/01/2010 à 01h27 : J’en connais un qui travaille du chapeau, la nuit, à la lueur de qu...
tu parle de toi et pour toi comme d’hab au black (lol)
réponse à . file_au_logis le 04/01/2010 à 10h52 : je suis debout, si on veut, mais surtout, je suis au bureau, MOI!...
A 7 h du matin ?

Désolé, je n’ai pas eu tant de malchance : quand je travaillais, je commençais à 9 h.
Sauf en cas de déplacement (là, c’était l’horreur, j’ai pris pendant des années un TGV à 7 h 2 ou 3 fois par semaine)
J’espère ne pas avoir remué un couteau dans une plaie...
Et un Express(i)o, ça ne serait pas un petit noir ?
réponse à . cotentine le 04/01/2010 à 00h35 : "Noir, c’est Noir, il n’y a plus d’espoir... puis ... il rest...
Tu devais être très jeune, le titre original par "Los Bravos" est sorti en 1966, et a été repris façon disco onze ou douze ans plus tard par cette dame : cette page
a vivre dans le noir on a les idées noires,les yeux noirs, par conséquent on voit noir dans tout ce qui est noir et pas seulement le soir; oh! desespoir quel ......... délire,mais ne sommes-nous pas là pour ça. Et l’humour,pas forcément noir,prète au rire et pas seulement dans le noir:mon Dieu,quelle histoire.Maintenant il faut que je me relise je ne me comprend plus.
Surtout qu’on a déjà Georges, enfin un clone... hé !
réponse à . chirstian le 04/01/2010 à 11h30 : enfant, en Algérie, je prenais mon pied au noir, n’ayant pas encore...
Bizarre, pour une fois tu ne cites pas la source de ton inspiration !
Il s’agit d’une citation de Karl Kraus (1874-1936), qui a écrit dans Aphorismes :

"De temps en temps une femme est un substitut convenable à la masturbation. Mais, bien sûr, il faut beaucoup d’imagination."

cette page

PS à propos de # 49 : Je ne vais pas encore raconter ma vie, mais il se trouve que kim-chee (dis-donc, tu lui fais de l’effet !) n’est pas mon élève chinoise, mais ma meilleure amie coréenne ; enfin, les jours où elle ne fait pas la tête !

Je corrige : elle est ma meilleure amie même les jours où elle fait la tête. Mais c’est juste un peu plus compliqué...
réponse à . deLassus le 04/01/2010 à 12h30 : A 7 h du matin ? Désolé, je n’ai pas eu tant de malcha...
Ma réponse est horodatée de 10:52. Si tu interprètes cela comme étant 7 heures du mat, tu as VRAIMENT des problèmes. Dûs aux fêtes au fait que tu te relèves trois fois dans la nuit? Et puis, Môssieu pinaille pour les deux minutes de l’horloge godienne? Allez, bon, ne broie pas du noir, tu ferais des taches sur la moquette... 
Et je viens de terminer ma pause midi (qui est aussi bien souvent une pause pipi)
réponse à . kim_chee le 04/01/2010 à 12h26 : tu parle de toi et pour toi comme d’hab au black (lol)...
Bonjour ! Et bonne journée, fraiche, mais ensoleillée et vivifiante !
Voir # 63
réponse à . deLassus le 04/01/2010 à 12h48 : Bizarre, pour une fois tu ne cites pas la source de ton inspiration ! Il s&...
Il a dit aussi:
«Les remords sont les plaisirs sadiques du chirstianisme.»

[ Karl Kraus ] - Extrait des Aphorismes
réponse à . SyntaxTerror le 04/01/2010 à 11h56 : A propos du tire ailleurs sénégalais de momo et horizondelle ...
Je parlais de café, je répondais simplement à Jacques en #12 (C’était pas clair ?  ) Et momo qui me parle d’haltérophilie, est-ce en rapport avec la chanson de Renaud? Ce qui est sûr c’est qu’elle ne me répond pas à mon commentaire 31 
[ Pas de compléments pour cette expression ]

Pourquoi pas ?

L’expression « travailler au noir » s’emploie au Québec, mais on dit très souvent aussi « travailler sous la table ».

JPR (Montréal)
Serait-ce de l’humour au noir? Dans le bandeau de droite, il est écrit ceci:
"Comment gagner plus d’argent de chez soi?....Dans l’attente que l’on m’accorde une augmentation de salaire, j’ai décidé de me créer un revenu supplémentaire chaque mois. Je le méritais !!"

Je vous le sers comment ? Déclaré, au noir ou blanchi ? Je vous l’emballe ou c’est pour manger dépenser tout de suite ?
réponse à . Janpier le 04/01/2010 à 13h57 : [ Pas de compléments pour cette expression ] Pourquoi pas ? L&rsqu...
On dirait donc au Québec que Monica Lewinsky a travaillé au noir même si Clinton est à l’évidence blond.
réponse à . horizondelle le 04/01/2010 à 14h01 : Serait-ce de l’humour au noir? Dans le bandeau de droite, il est éc...
Ne proteste plus, tu t’enfonces davantage ! 
Ce qui s’adresse évidemment à ton intervention ... 67 et non 69 quoiqu’elle eût mieux convenu ! !
un noir
entonnoir
servait d’éteignoir
dans un manoir
pendant qu’un pied-noir
en peignoir
sur le promenoir
avec son tamanoir
cherchait l’urinoir

Michel Blanc
réponse à . <inconnu> le 04/01/2010 à 07h14 : Bonjour, En Belgique francophone, on utilise le plus souvent (et donc erron&eac...
Eronnément ? En effet, travailler en noir, concerne plutôt les croque-morts...
réponse à . file_au_logis le 04/01/2010 à 10h52 : je suis debout, si on veut, mais surtout, je suis au bureau, MOI!...
Il y a des annexes qui s’apellent “au bureau” 
réponse à . Janpier le 04/01/2010 à 13h57 : [ Pas de compléments pour cette expression ] Pourquoi pas ? L&rsqu...
« travailler sous la table ».
à ne pas confondre avec passer sous le bureau 
ou alors ce peut-être synonyme de dessous de table, donc de bakchich, pot-de-vin, enveloppe, etc.
réponse à . chirstian le 04/01/2010 à 11h30 : enfant, en Algérie, je prenais mon pied au noir, n’ayant pas encore...
Et comment font les légionnaires, humm... 
Je constate que notre amiral, qui dans un assaut d’optimisme c’était dévoué pour être capitaine de soirée pour le réveillon et ne boire que de l’eau, n’a pas quatre jours après réussi à s’en remettre. L’eau ferrugineuse oui, mais pas pour les marins !
réponse à . momolala le 04/01/2010 à 14h08 : Ne proteste plus, tu t’enfonces davantage !  Ce qui s’adre...
Tu as raison, je me tais ! :&rsquo) :&rsquo)
réponse à . SyntaxTerror le 04/01/2010 à 11h56 : A propos du tire ailleurs sénégalais de momo et horizondelle ...
tire ailleurs sénégalais
parce que c’est plus bath ailleur 
réponse à . deLassus le 04/01/2010 à 12h48 : Bizarre, pour une fois tu ne cites pas la source de ton inspiration ! Il s&...
Bizarre, pour une fois tu ne cites pas la source de ton inspiration !
pas bizarre : simplement je n’en avais pas la moindre idée. Il y a ainsi des histoires drôles, des saillies (le terme est-il bien choisi ?) qui viennent à l’esprit sans que l’on sache d’où. Et j’aurais d’autant moins pensé à Karl Kraus que je ne le connais pas. A tout-z-hasard j’avais tapé sur Google un résumé du bon mot ... mais queue d’ail ! Bravo donc et merci pour ton érudition.
réponse à . Janpier le 04/01/2010 à 13h57 : [ Pas de compléments pour cette expression ] Pourquoi pas ? L&rsqu...
au Québec, mais on dit très souvent aussi « travailler sous la table ».
c’est toute la différence entre nos deux pays : vous "travaillez sous la table" , tandis que nous, après suffisamment de verres, nous "roulons sous la table". Mais ne va pas croire que cela soit facile : c’est un vrai travail aussi. Pas d’y rouler, mais de s’en relever ensuite !
AVISSSS A LA POPULATION
Etant donné ma présence en cette magnifique ville de Bruxelles, nous organiserons donc une Convention Anathème le samedi 16 janvier prochain, en fin d’aprem, début de soirée. Je compte tout spécialement sur Jon’ pour nous dégotter un p’tit coin sympa. Prière donc de s’inscrire rapidos, copie à not’amie, pour qu’elle puisse nous concocter cela. Si vous n’avez rien de plus urgent à faire ce jour-là, profitez-en pour vous joindre à nous et souhaiter - avec 48 heures de retard, mais bon! - un bon anniv à HoubaHobbes. Il aura déjà attendu toute une année pour cela, il n’en sera donc pas à deux jours près.
deLassus, Kim Chee et tous/toutes les autres: venez nombreux! Si Paris vaut bien une messe et s’il est prêt à donner son royaume pour un cheval, que dire de Bruxelles?
réponse à . mickeylange le 04/01/2010 à 15h43 : Je constate que notre amiral, qui dans un assaut d’optimisme c’&eacu...
Dans la nuit de l’hiver galope un amiral noir...
petite anecdote : je rachète un jour une entreprise, 9 salariés, avec l’obligation de déménager, les anciens bureaux étant conservés par le vendeur qui les reloue aussitôt. A cette occasion je préfère remplacer la personne chargée de l’entretien -de nuit - par une entreprise spécialisée. Licenciement à l’aimable, dans les règles, sans litige. 3 mois après je suis assigné aux Prud’hommes par une personne dont je n’avais jamais entendu parler. Elle explique au tribunal que mon ex-salarié lui "sous-traitait" depuis des années son travail. Depuis notre déménagement -dont elle n’avait pas été prévenue- elle continuait à aller chaque nuit nettoyer les anciens locaux (occupés par une nouvelle société !) et je lui devais donc 3 mois de salaire. L’inspection du Travail s’associe à la procédure en me reprochant de l’avoir employée 3 mois au noir ! Amusant, non ? L’audience, où elle était assistée d’un avocat qui n’avait rien compris à ses explications, a été un moment de pur bonheur !
réponse à . chirstian le 04/01/2010 à 18h04 : petite anecdote : je rachète un jour une entreprise, 9 salarié...
J’imagine, mais...
Après l’audience, fut-ce encore toujours un moment de pur bonheur pour toi, avec les Prudhommes et l’Inspec sur les bras?
réponse à . chirstian le 04/01/2010 à 17h36 : au Québec, mais on dit très souvent aussi « travailler...
Pas d’y rouler, mais de s’en relever ensuite !
et avec un palan, comme dans la marine , 
réponse à . mickeylange le 04/01/2010 à 15h43 : Je constate que notre amiral, qui dans un assaut d’optimisme c’&eacu...
Je te manquais, ma biche ? Bon, c’est bien : tu gagnes la trirème du jour, la première de l’année, que je souhaite bonne à tous. Pfffff... Les fêtes sont passées, Michel Noir est blanc comme neige bien qu’on lui en ait fait voir de toutes les couleurs, Botton en touche.
Le même m’inspira le rouge et le noir.
Marie-Henri Beyle
réponse à . Elpepe le 04/01/2010 à 19h05 : Je te manquais, ma biche ? Bon, c’est bien : tu gagnes la trir&e...
Ah, tu as vu de la lumière et tu es entré sans frapper ? Ou bien déjà as-tu disparu, ne laissant que ta pipe au milieu d’une flaque d’eau...
réponse à . momolala le 04/01/2010 à 19h20 : Ah, tu as vu de la lumière et tu es entré sans frapper ? Ou b...
Non, non, je suis là toute la soirée, rien que pour moi vous ! Chance, hein ?
réponse à . Elpepe le 04/01/2010 à 19h05 : Je te manquais, ma biche ? Bon, c’est bien : tu gagnes la trir&e...
Bon ça y est t’as compris, tu joueras plus au capitaine qui aime l’eau ?
T’es pas crédible dans ce rôle ! :&rsquo)
réponse à . mickeylange le 04/01/2010 à 19h45 : Bon ça y est t’as compris, tu joueras plus au capitaine qui aime l&...
J’ai compris ma douleur ! Mais bon, l’en faut un compte, hein ! Moi, j’ai donné pour les quelques années qui viennent. Et d’ailleurs, je compte réveillonner à bord cette année, seul avec BB (si elle veut, sinon j’irai tout seul) : tranquille, pas emmerdé. Le capot de descente bien fermé, chauffage à fond, vaisselle jetable, bercé par le claquement des drisses dans la piaule, bien au chaud dans le duvet de canard pour hisser les couleurs au douzième coup, et puis le reste de la nuit pour assurer le quart comme j’aime : en pionçant. On ne dort jamais aussi bien qu’en bateau, je prétends.
réponse à . Elpepe le 04/01/2010 à 19h57 : J’ai compris ma douleur ! Mais bon, l’en faut un compte, hein&n...
seul avec BB (si elle veut, sinon j’irai tout seul)... et puis le reste de la nuit pour assurer le quart comme j’aime : en pionçant.

Tu as raison n’emmène pas BB, elle ronfle elle t’empêchera de dormir.
réponse à . chirstian le 04/01/2010 à 17h30 : Bizarre, pour une fois tu ne cites pas la source de ton inspiration ! pas...
ça arrive tous les jours d’écrire des choses identiques à celles d’un autre auteur, sans le savoir ... sans même les avoir forcément lues ailleurs ! Le ressenti peut être semblable, les mots pour le dire forment la même phrase sans que ce soit copie ou plagiat !
C’est comme pour la musique, les diverses combinaisons entre les 7 notes et les différents octaves (ou clé, pas de 12) semblent infinies, mais non ... par séquences, il y a souvent une ressemblance ou une coïncidence cette page
et même par delà les siècles, sans notion de temps, des idées germent dans les esprits ... qui s’expriment de façon identique ... voyage dans le noir, dans le temps 
Avec un loden vert ?
réponse à . cotentine le 04/01/2010 à 20h18 : ça arrive tous les jours d’écrire des choses identiques &agr...
Concernant la musique, la réduire à sept notes, quand il y en a treize dans la gamme (chromatique), combinée à deux modes, majeur et mineur en occident, dans vingt-et-une tonalités, les altérations accidentelles, le rythme des mesures simples à deux, trois ou quatre temps (voire cinq -cette page-, sept...) et celui des composées pareillement, le tout écrit dans les huit clés pour une chiée d’instruments au timbre si différencié... On n’a absolument aucune chance d’écrire plus de quelques notes à suivre qui soient communes à deux phrases musicales ! Tu es donc invitée à réviser ta théorie musicale de Danhauser samedi au phare ! :&rsquo)
réponse à . cotentine le 04/01/2010 à 20h18 : ça arrive tous les jours d’écrire des choses identiques &agr...
Tu as oublié de dire qu’une noire vaut deux blanches.

La contrib 96 c’est du travail au noir dit simulé ?
réponse à . mickeylange le 04/01/2010 à 21h05 : Tu as oublié de dire qu’une noire vaut deux blanches. La contrib 9...
Collé samedi avec Cocotte, même punition kif-kif pareil.
L’Amiral Terration
réponse à . Elpepe le 04/01/2010 à 21h23 : Collé samedi avec Cocotte, même punition kif-kif pareil. L’Am...
Ben pourquoi ?
Une ronde vaut deux blanches, qui vaut deux noires, qui vaut deux croches, qui vaut deux double-croches, qui vaut deux triple-croches, qui vaut deux quadruple-croches dans les mesures simples. Elles sont toutes pointées dans les mesures composées, et valent alors trois de leurs inférieures non pointées... et y a les appoggiatures, aussi... Z’êtes pas sortis de l’auberge, mes gueux ! Dès que j’aurai l’éditeur de partoche, je donnerai des cours. Douze zlotys les cinq minutes (douzième de l’heure, remarque bien).
réponse à . Elpepe le 04/01/2010 à 21h39 : Une ronde vaut deux blanches, qui vaut deux noires, qui vaut deux croches, qui v...
blanches, qui vaut deux noires,

En gospel et au lit sûrement pas :&rsquo)
et dans le domaine harmonique de la musique tonale occidentale : une note étrangère non préparée, se substituant passagèrement à l’une des notes d’un accord. Dans ce sens-là, on peut dire aussi : « appoggiature harmonique ».
Si une appoggiature mélodique produit toujours une appoggiature harmonique, en revanche, une appoggiature harmonique n’est pas toujours notée au moyen d’une appoggiature mélodique.
ET TOC !
réponse à . mickeylange le 04/01/2010 à 21h43 : blanches, qui vaut deux noires, En gospel et au lit sûrement pas :&rs...
Pompé direct dans Wiki, tricheur ! Et si on devait appliquer le "politiquement correct" à la théorie musicale occidentale, on devrait brûler les partoches de Mozart, Beethoven et Lulli, Dvorjak et Tchaïkovsky, Ravel et Béla Bartók, Johnny Halliday, Mireille Mathieu ou Carla Bruni-Sarkozy...
Tu mords d’ici la perte ? Pour les derniers cités, déjà, hein !
réponse à . Elpepe le 04/01/2010 à 21h39 : Une ronde vaut deux blanches, qui vaut deux noires, qui vaut deux croches, qui v...
@ Elpepe et mickeylange, qui ont un échange passionné et passionnant,

Je ne veux certes pas ramener ma fraise, car on risquerait de louper le rdv de 00.00.01, mais le hasard fait que là vous êtes un peu sur mes terres (en gros 55 ans de pratique du piano et du chant choral)
Tout ce que vous dites est juste, mais théorique. Il en faut, des théoriciens, mais heureusement la musique s’échappe de la matière première.
C’est un peu, et même beaucoup, comme si un distingué linguiste se lançait dans l’écriture d’un recueil de poèmes, ou, autre exemple, d’une nouvelle aventure de San-A. Il lui manquerait forcément quelque chose qu’on appelle, sinon le génie, du moins l’inspiration créatrice.
Pour prendre un exemple complètement au hasard : le flamand de Lassus, avec une matière première d’une grande sobriété, a composé des oeuvres qui sont aussi compliquées que des grandes parties d’échecs. Idem, en encore plus incroyable, pour Monteverdi.
réponse à . deLassus le 04/01/2010 à 22h24 : @ Elpepe et mickeylange, qui ont un échange passionné et passionna...
Ouais, bon, là, tu ramènes ta fraise, effectivement. Tu ne connais donc pas l’hymne d’Expressio, composition originale de l’Amiral sur son éditeur de partoche individuel et portatif, texte de Momolala et moi-même personnellement, ça se voit ! Je t’envoie le blot par le canal 12.
L’auteur-compositeur-interprète d’Expressio de service, par contumace,
L’Amiral Codat
réponse à . Elpepe le 04/01/2010 à 20h40 : Concernant la musique, la réduire à sept notes, quand il y en a tr...
ben forcément, si tu introduis les dièses, les bémols et les bécarres, et comme avec le violon, la notion de 1 gamma d’écart entre le do dièse et le ré bémol ... tu modifies la donne !
Psssiittt ! moi aussi, j’ai téléchargé en douce cet hymne d’Expressio ! mais le Pépé, il n’a jamais montré sa partoche, tellement jaloux de ses notes ... noires, blanches z’ou croches ! 
réponse à . cotentine le 04/01/2010 à 22h43 : ben forcément, si tu introduis les dièses, les bémols et le...
Il ne s’agit nullement de "gamma" (tu confonds avec la lessive, là...), mais de "comma". Un demi-ton diatonique a quatre commas, quand un demi-ton chromatique en a cinq. Le comma est la plus petite variation de la hauteur d’un son perceptible par l’oreille humaine. A ne pas confondre avec le coma de Johnny, qui n’a rien de physiologique. La colle est donc maintenue.
réponse à . Elpepe le 04/01/2010 à 22h55 : Il ne s’agit nullement de "gamma" (tu confonds avec la lessive, là....
il y a parfois deux m à comma.
Pour se rendre compte à quel point certains dingues compliquent ce qui n’est déjà pas simple, cet article :

cette page

Fort heureusement, je n’ai jamais eu de prof ou chef de choeur qui s’intéresse à ces choses que l’oreille d’un être humain normal n’entend pas ! C’est ça le gag !
réponse à . deLassus le 04/01/2010 à 23h00 : il y a parfois deux m à comma. Pour se rendre compte à quel point...
Bien vu : je n’ai pas souvenir d’avoir jamais écrit ce mot avec deux m, ni même avec un seul : je l’ai seulement étudié en théorie musicale, il y a un peu plus d’un demi-siècle... Je corrige donc cette faute orthographique sur le champ.
Pour le reste, il y a bien une différence entre l’oreille d’un "être humain normal" et celle d’un musicien. Et c’est heureux !
Plus léger dans l’expression (parce que c’est un roman) que le livre/document d’Amouroux mais tout aussi grave sur le fond : Au bon beurre de Jean Dutourd. Aujourd’hui, c’est une "photographie" de ce temps de misère (noire !) ; à l’époque, Dutourd fut accusé d’idées pro-nazies ! Voici ce qu’en pensait Mauriac :

" Certains critiques m’avaient détourné de lire "Au bon beurre", laissant entendre qu’il existait, entre Jean Dutourd et le couple immonde qu’il a peint, une obscure connivence.
Or, à mesure que, ces jours-ci j’avançais dans le livre, j’éprouvais un sentiment de délivrance : Enfin me disais-je, tout de même, cela aura été dit.
Ce couple à qui, plus ou moins, nous aurons eu tous affaire, pendant quatre ans, le voilà dénoncé, exposé sur un pilori qui désormais dominera l’histoire de ces noires années.
Que l’auteur de ce beau livre soit un homme courageux, il faudrait pour le nier ne rien connaître de la lâcheté qui, aujourd’hui, incite tant de paupières à se baisser opportunément, scelle tant de lèvres ".


On peut ne pas être d’accord !
réponse à . deLassus le 04/01/2010 à 12h22 : Tu as tout à fait raison, et j’ai sur ma maigre retraite encore un ...
Même problème... les livres coûtent chers et chez moi aussi, ils prennent beaucoup de la place ; j’en ai partout, dans toutes les pièces et même au petit cabinet (noir !).

Une de mes amies empuntait des livres à la bibliothèque et - après les avoir lus - s’ils lui plaisaient, elle les achetait.

Horreur ! Je n’ai jamais compris ça ! Si c’est le même texte, ce n’est pas le même livre... Ce n’est pas avec lui que j’ai ri, pleuré, réfléchi, que je me suis indignée ou endormie, ennuyée, fâchée, révoltée... Il n’a pas la même odeur, la même fatigue... Ce n’est pas "mon" livre !

Ami(e)s lecteurs, (non pas de mes fadaises) mais des vrais bouquins, bonsoir !
réponse à . DiwanC le 04/01/2010 à 23h17 : Plus léger dans l’expression (parce que c’est un roman) que l...
Merci pour cet éclairage. J’ai lu une fois que Amouroux aussi est suspecté de pro Vichy, parce qu’il pense que les résistants n’étaient qu’une goutte d’eau dans un océan de pétainistes...
Ces débats sont un peu dépassés maintenant, car les plaies, même celles -là, se sont un peu refermées.
Moi, je me suis beaucoup intéressé à une époque à cettte histoire de la collaboration et de la résistance, et il se trouve que en ce moment je me documente sur ce qui s’est passé en France il y 100 ans !
Mais je suis né juste après 45, et je n’ai pas trop vécu de près cette noire période. Mes parents n’en ont jamais vraiment parlé.
réponse à . file_au_logis le 04/01/2010 à 17h41 : AVISSSS A LA POPULATION Etant donné ma présence en cette magnifiqu...
Je note, je note.
A partir du moment où j’aurai une idée du nombre de personnes, je penserai à un endroit.
Ce doit-il être typiquement belge ou em’ beke van alles  ?
réponse à . Elpepe le 04/01/2010 à 22h55 : Il ne s’agit nullement de "gamma" (tu confonds avec la lessive, là....
pas désolée du tout, mes doigts ont écrit ce que ma tête ordonnait ... je connais les commas depuis mes 5 ans, mon prof de violon me le répétait assez si l’un de mes doigts déviait d’à peine un mm ... mais ce soir, traquenard, un apéro et le gamma passe mieux que le coma ... pas beurrée, ni noire, mais j’nai pas relu tout bêtement !
réponse à . cotentine le 05/01/2010 à 00h33 : pas désolée du tout, mes doigts ont écrit ce que ma tê...
Et t’as le comma éthylique, mainant... C’est malin, hein ! Allez, va faire tes gammes, à en tirer des positions !
Arielle
réponse à . deLassus le 04/01/2010 à 23h39 : Merci pour cet éclairage. J’ai lu une fois que Amouroux aussi est s...
Ces débats sont un peu dépassés maintenant, car les plaies, même celles -là, se sont un peu refermées.

Hélas, j’en doute... C’est comme le feu sous la cendre : au moindre souffle, au plus léger bruissement, ça peut repartir. Des anciens nostalgiques ont généré de jeunes admirateurs d’Adolf. Lamentables inconscients… Quant à Amouroux, il a dit tout haut ce qu’il ne fallait pas penser tout bas. Ce n’est pas nier le courage des résistants, ce n’est faire injure à leurs engagements, à leurs actions si lourdement payées par des vies, des déportations, des tortures, que de dire que ce qu’ils accomplirent (sabotages, renseignements, etc.) fut cependant infime par rapport à la force des armées alliées.

Nos parents en parlaient peu préférant « oublier » (ou faire semblant) cette funeste période où les murs avaient des oreilles. En ces temps de vœux, souhaitons que la « dernière » reste la dernière !

Allez, camarade, j’arrête avant qu’un « ras le bol » général, un tollé d’indignation (Houou ! Houou !Z’êtes pas drôles) n’envahissent l’écran ! Est-ce la couleur de l’expression du jour qui nous a amenés à ces sombres réflexions ?

Bon courage pour les recherches ! Avec le temps qui passe, des archives s’ouvrent… Y’aura p’têt bien des surprises...
réponse à . chirstian le 04/01/2010 à 17h30 : Bizarre, pour une fois tu ne cites pas la source de ton inspiration ! pas...
Je n’ai pas d’érudition particulière!
Il se trouve que j’avais découvert cette citation et ce penseur à l’occasion d’une autre expression. je l’avais indiquée, et laissé un lien pour la fiche biographique wikipedia, meiux faite que celle -ci. Voir ci-dessous.

Trouvant que la ta phrase avait comme un goût de déjà vu, j’ai tapé "masturbation " dans EVENE, et cette citation est apparue en deuxième rang.
Avant expressio, je n’avais fichtre jamais entendu parler de ce monsieur.

cette page
réponse à . BOUBA le 04/01/2010 à 12h10 : Il y a erreur cher ami, c’est à momolala que doivent aller les f&ea...
Hihihi!!!
Je m’ai encore trompé !!! 
réponse à . chirstian le 04/01/2010 à 17h36 : au Québec, mais on dit très souvent aussi « travailler...
81. Le 04/01/2010 à 17:36:13 par chirstian - 1 réponse (86)
(réponse à 68. Janpier du 04/01/2010 à 13:57:28)

JPR (...) au Québec, mais on dit très souvent aussi « travailler sous la table ».

chirstian (ou serait-ce Christian qui a pris un verre de trop ?) :
« c’est toute la différence entre nos deux pays : vous "travaillez sous la table" , tandis que nous, après suffisamment de verres, nous "roulons sous la table". Mais ne va pas croire que cela soit facile : c’est un vrai travail aussi. Pas d’y rouler, mais de s’en relever ensuite ! »

JPR : Mais nous y roulons nous aussi 
Point de travail au noir chez Georges (l’autre !). Tout est clair, net... et même joli.

Il paraît que, levant au ciel un œil complice,
Ell’ dit : "Bravo, Seigneur, c’est du joli travail !".


La Religieuse. Et les enfants de chœur font tinter leur sonnette...
ANAGRAMMES
Faire du marché noir –> Enhardirai ce forum
Travailler au noir –> Lira oral à trivune
Les nègres (auteurs anonymes) travaillent-ils au noir, en noir ou décla i rés ?
réponse à . <inconnu> le 25/03/2013 à 08h08 : Les nègres (auteurs anonymes) travaillent-ils au noir, en noir ou d&eacut...
Aimé Césaire et Léopold Sedar Senghor se réclamaient de leur négritude, le premier étant descendant d’ esclaves, qui n’ étaient bien sûr pas payés. Etaient-ils même déclarés (je veux dire : à l’ état-civil, en tant qu’ individus...), je l’ ignore. Mais que l’ on déclare politiquement incorrect les termes qui s’ en rapprochent, ça me dépasse. Si deux très grands poètes les trouvaient bons pour eux, il n’ y a pas de raison de les déclarer injurieux. A la limite, ceux qui parlent dédaigneusement des personnes qu’ ils traitent de "bronzés...." me paraissent largement plus racistes et hypocrites. J’ aime autant appeler un chat un chat. Et un être humain est seulement un être humain, quelle que soit sa couleur ou son ethnie. Même si son employeur ne le déclare pas, ce qui est blâmable ! Bon, en ce qui concerne les auteurs, ils peuvent terminer dans un fauteuil d’ académicien, comme Erik Orsenna (celui qui écrivait les discours de Mitterrand). Quant aux "autobiographies" de "people" je pense que les souvenirs appartenant aux uns et la prose étant le travail des autres, elles devraient être co-signées.
Zut, il me vient un scrupule : devons-nous déclarer notre prose sur ce site ? En tant que bénévoles, bien sûr... Je n’ ai pas trop envie de payer des impôts sur un argent qu’ il n’ y a aucune raison que je perçoive, mais il me vient comme un doute !
Je n’ai jamais peint au noir.
Renoir
réponse à . mitzi50 le 25/03/2013 à 08h34 : Aimé Césaire et Léopold Sedar Senghor se réclamaient...
Je découvre, avec beaucoup de retard et de tristesse, tes messages d’hier soir.
Reçois l’expression de mon amicale émotion.
Marché clandestin ?
Au moins à une période, en France, jamais on n’aurait pu imaginer:
Marchais clan d’Estaing...
Vu dans un livre d’Histoire: MOC (*)

(*) Marché Officiel Clandestin...
En Espagne, il est coutume d’élaborer un type de paella avec de l’encre de seiche, qu’on appelle "riz noir"; cependant, que l’encre soit diurétique, c’est un problème ’du riz noir’.
réponse à . cotentine le 04/01/2010 à 11h00 : Rassure-moi: ce n’est pas un alien au moins, un LGM ? non, non, c&rsq...
... que je ne suis Lady Chatterley

Et son amant, qu tenait beaucoup à elle, s’appelait le jardinier Chatterton... et il s’écriait, en la montant cavalièrement: "Go, Diva!"
Tandis que pour Pierre Soulages le "travail" ne peut qu’être au noir...

Quant à Yourcenar, elle annonce tout de suite la couleur : "L’œuvre ? au noir !"
S’cusez-moi , M’dame Marguerite...
réponse à . joseta le 25/03/2013 à 09h12 : Marché clandestin ? Au moins à une période, en France,...
Je te remercie de tout coeur. Cela fait du bien de sentir la sympathie, même venant de personnes que l’ on n’ a jamais rencontrées.
Cet objet cette page n’est pas en ton noir.
réponse à . mitzi50 le 25/03/2013 à 13h15 : Je te remercie de tout coeur. Cela fait du bien de sentir la sympathie, mê...
Je ressens la même tristesse que deLassus, mais je suppose que c’est à lui que tu t’adressais.
Mitzi, je n’ai pas ouvert mon ordi hier soir, je ne savais pas.
Sache que je suis de tout coeur avec toi et je comprends ton immense chagrin. Je t’embrasse chère Mitzi, très très fort.
réponse à . file_au_logis le 25/03/2013 à 11h59 : ... que je ne suis Lady Chatterley Et son amant, qu tenait beaucoup à ell...
Bizarrement, je ne trouve aucune trace sur le Net d’une bluette que chantait ma grand’mère : C’était une femme collante, Lady Chatterton.
réponse à . SyntaxTerror le 25/03/2013 à 15h20 : Bizarrement, je ne trouve aucune trace sur le Net d’une bluette que chanta...
C’était une femme collante, Lady Chatterton.
Ce ne sont pas les traces qui manquent (cette page), mais tous les sites qui donnent la chanson entière sont payants.
En passant un peu de temps à zapper de l’un à l’autre, on peut avoir une idée de cette chanson.
Arrêtée par des policiers noirs en Egypte, qui lui demandaient la date de son permis de conduire, elle dut montrer ’à noirs, elle, sa date’.
Son mari disait: quand elle boit, c’est Mabeth noire.
réponse à . deLassus le 25/03/2013 à 09h11 : Je découvre, avec beaucoup de retard et de tristesse, tes messages d&rsqu...
Merci. j’ y suis très sensible. C’ est réconfortant de sentir que l’ on pense à vous.
réponse à . joseta le 25/03/2013 à 13h21 : Je ressens la même tristesse que deLassus, mais je suppose que c’est...
En effet. Je suis un peu à côté de mes pompes. Merci à toi.
réponse à . claudine le 25/03/2013 à 14h12 : Mitzi, je n’ai pas ouvert mon ordi hier soir, je ne savais pas. Sache que ...
Merci Claudine. Je n’ ai pas de chagrin, enfin pas encore, pour le moment c’ est de la révolte. Le chagrin sera pour plus tard, quand je penserai à lui avec un peu plus de sérénité. J’ ai l’ impression d’ être figée, pour l’ instant. Mais les mots de réconfort me font du bien...

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Travailler au noir / Faire du marché noir » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

publicité
Expressio - le livre

Le contenu de ce site est si riche qu’un livre en a été tiré. Ce livre, devenu un best-seller est maintenant disponible en poche.

Ce commentaire ainsi que les réponses qui y sont liées, seront définitivement supprimés. Etes-vous sûr?