Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Il y a (depuis) belle lurette

Il y a (depuis) bien longtemps.

Origine

Si on vous demande un jour ce que signifie 'lurette', n'hésitez surtout pas à répondre sans aucune crainte de paraître ridicule que vous ne savez pas.
En effet, personne ne le sait, puisque ce mot n'existe pas.
Et pourtant on l'utilise dans notre locution. Etonnant, non ?
L'expression telle que nous la connaissons aujourd'hui est attestée dès 1877.
Le pseudo-mot 'lurette' vient de la contraction de la fin de 'belle' avec le mot 'heurette' ou 'hurette', dans une expression qui est utilisée avec des petites variantes dans les dialectes de plusieurs régions : "il y a belle heurette".
Dans cette dernière, on trouve le diminutif '-ette' accolé à l'heure qui voudrait normalement dire "une petite heure"[1], sauf qu'elle est précédée de l'intensif "belle" qui donne au tout une échelle autrement plus vaste (comme dans "un sacré bout de temps", par exemple, où le "bout de temps" se trouve d'un coup sacrément démultiplié).
[1] Mais ce n'est pas pour autant que 'blanquette' () est une petite 'blanque' ou 'tartiflette' () une petite 'tartifle' ! Par contre, une andouillette n'est effectivement pas une grosse andouille...

Compléments

"Belle Lurette" est aussi la dulcinée de Gai Luron, un des premiers héros du dessinateur de bandes dessinées Gotlib (), auteur, entre autres, des inénarrables albums "les Dingodossiers" et "la Rubrique-à-Brac".

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Il y a (depuis) belle lurette » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Liban Arabe Men miyit sénné Depuis cent ans
Pays de Galles Gallois Ers oes y pys Depuis l'âge des pois
Allemagne Allemand Es ist schon eine Ewigkeit her Il y a déjà une éternité
Allemagne Allemand Es ist verdammt lang her Cela fait sacrément longtemps
Grèce Grec Χρόνια και ζαμάνια (Khrònia ke zamània) (Depuis) des années et des temps longs
Angleterre Anglais For donkey's years Depuis des années d'âne
Angleterre Anglais For yonks / It's been yonks Très longtemps
Angleterre Anglais It is ages / it's been ages Ca fait un siècle / un bail
Argentine Espagnol Del tiempo de la escarapela Du tempos du rosette
Espagne Espagnol Hace un siglo Ça fait un siècle
Espagne Espagnol Hace una eternidad Cela fait une éternité
Italie Italien Àvi 'na vìta Depuis toute une vie, une existence
Italie Italien È da un bel pezzo C'est depuis un beau morceau
Italie Italien È da un bel po' (di tempo) / Da un bel po' (di tempo) Ça fait un bout de temps / Depuis pas mal de temps
Pologne Polonais Od zarania dziejow Depuis le commencement (mot aussi étrange que "lurette en français) des temps
Roumanie Roumain De cand era bunica fata Depuis que ma grand-mère était jeune fille
Roumanie Roumain De pe vremea lui Adam si Eva Du temps d'Adam et Eve
Roumanie Roumain De pe vremea lui Pazvante (chiorul) Du temps de Pazvante (le borgne) (un personnage historique)
Belgique Wallon De timps de vî bon Diu Du temps du vieux bon Dieu
Belgique Wallon Dipeu les viès guerres Depuis les vieilles guerres
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « Il y a (depuis) belle lurette » Commentaires

  • #1
    • HULOTTE
    • 05/03/2006 à 11:50
    Trouvé dans un Larousse des "locutions françaises", éditons du Reader’s Digest : L’expression "belle leurette", usitée surtout dans le Nord et dans l’Est, s’est corrompue en "belle lurette" (heure, dans ces régions, étant prononcé "hure"). La locution, sous cette forme altérée, remonte au XVIIè siècle et a été employée," il y a belle heure", au Canada français.
  • #2
    • <inconnu>
    • 06/03/2006 à 17:13
    Dans le grand dictionnaire universel du XIXè siècle,"lurette" est le nom vulgaire donné à l’ablette spirlin en Champagne
  • #3
    • God
    • 07/03/2006 à 08:08
    • En réponse à <inconnu> #2 le 06/03/2006 à 17:13 :
    • « Dans le grand dictionnaire universel du XIXè siècle,"lurette" est le nom vulgaire donné à l’ablette spirlin en Champagne »
    Intéressant ! Mais cela date et c’est très localisé.
    A ma connaissance, nos dictionnaires d’aujourd’hui ne citent ’lurette’ que dans le cas de l’expression.
  • #4
    • cotentine
    • 17/03/2007 à 00:35
    "y’a belle lurette" ! oui, mais combien de temps ???
    "Le temps, grand seigneur de la physique, est une grandeur toute subjective, pour ne pas dire relative." cela relève de la pifométrie" voir à cette page 😄
  • #5
    • <inconnu>
    • 17/03/2007 à 01:02*
    • En réponse à cotentine #4 le 17/03/2007 à 00:35 :
    • « "y’a belle lurette" ! oui, mais combien de temps ???
      "Le temps, grand seigneur de la physique, est une grandeur toute subjective, pour ne pa... »
    Hanter dro (un peu de gras, Marcek aime)
    cette page
    Quand j’étais chez mon père,
    Gai ma luron, lurette
    Gai ma luron, luré...
    (à la guitare LPP)
    se chante en Kan ha diskan (duo qui se complète en alternance)
    Noz vad d’an holl ! bonne nuit à tous
    Kenavo, war c’hoazhAu revoir, à demain
  • #6
    • Marcek
    • 17/03/2007 à 01:31
    • En réponse à <inconnu> #5 le 17/03/2007 à 01:02* :
    • « Hanter dro (un peu de gras, Marcek aime)
      cette page
      Quand j’étais chez mon père,
      Gai ma luron, lurette
      Gai ma luron, luré... (à la guitare L... »
    Du breton bretonnant?
    J’en avale ma luette !Heu...non, c’est de la belle lurette que l’on cause en ce salon!
    Faut que je chausse mes lunettes (tu vois, Syanne: d’où l’intérêt d’écrire en gras
    pour ne pas confondre, luette, lunette, lurette !
  • #7
    • Elpepe
    • 17/03/2007 à 01:57
    • En réponse à cotentine #4 le 17/03/2007 à 00:35 :
    • « "y’a belle lurette" ! oui, mais combien de temps ???
      "Le temps, grand seigneur de la physique, est une grandeur toute subjective, pour ne pa... »
    Ah que nenni, Cottentie ! Le temps, une grandeur subjective ? Si tel était le cas, il y a belle lurette qu’on aurait foutu nos GPS à la poubelle, ainsi que nos ancêtres le sextant et le chronomètre (sans lequel on ne peut calculer la longitude du lieu) : il serait impossible de connaître sa position spatiale sans connaître le temps (précision actuelle d’une seconde de dérive en cent millions d’années avec les horloges atomiques au sol et embarquées dans les satellites de positionnement (GPS, Galileo, GLONASS).
    Le temps, qu’il soit relatif à la Terre (ce qui nous intéresse au premier chef) ou à la mécanique céleste (ce qui intéresse les astronomes) est donc une grandeur parfaitement mesurable. La seule chose qu’on ne sache faire (ni ne puisse, pour des raisons entropiques pas faciles à percevoir dans notre quotidien), c’est le définir. Tout simplement. Autrement dit, on ne sait pas ce que c’est, mais qu’est-ce qu’on s’en sert ! Sur la Terre, nous percevons l’espace comme une longueur, une largeur et une hauteur, puisque ça nous suffit à mouvoir notre corps. Mais dès que nous sortons de la Terre, ou que nous voulons savoir où nous sommes, il nous faut inclure la quatrième "dimension" de l’espace-temps.
    C’était un message de l’Amirauté... 😄
  • #8
    • Marcek
    • 17/03/2007 à 02:38
    Depuis belle lurette
    Je vous ai attendu depuis belle lurette
    Vous m’aviez ordonné à midi d’être prête
    A subir vos assauts dès treize heures sonnées,
    Et pour vous, bel ami, je m’étais pomponnée,
    Prenant un bain très chaud avec du lait d’ânesse :
    (On ne peut offrir moins à ma peau de comtesse
    Qui se doit d’être lisse aux plus secrets endroits
    Et aux plus beaux aussi où vous mettez les doigts…)
    On avait arrangé mon ample chevelure
    Et, dans le grand miroir où j’avais fière allure
    Se reflétait l’azur de mes yeux amoureux
    Escomptant les plaisirs de vos soins chaleureux
    Treize heures ont sonné à toutes les pendules
    Et j’ai guetté vos pas qui toujours déambulent
    Sur ce rythme pressé qui fait battre mon cœur
    Et qui parle à mes sens de toutes vos ardeurs !
    Mais hélas, aucun bruit n’a troublé mon oreille
    Seul le bourdonnement incessant d’une abeille
    Butinant ardemment le pistil d’une fleur
    M’a fait songer à vous et verser quelques pleurs
    Et l’ombre envahissant peu à peu notre chambre
    Et le jour déclinant au grand ciel de septembre
    M’a fait craindre Monsieur de vous revoir jamais
    Et j’ai cru en mourir, moi qui tant vous aimais !
    Mais soudain un grand cri poussé par ma soubrette
    Me remua les sangs, me fit dresser, inquiète,
    Et vous avez surgi, ardent, impétueux
    Bousculant mes jupons, si peu respectueux !
    La porte refermée, finies les convenances
    J’en ai même oublié toutes mes remontrances
    Pour avoir attendu depuis belle lurette
    Tous ces soins délicieux qui nous mirent en fête !
    Lettre de Juliette de Montaucieux au Comte de Bonaventure (15 septembre 1780)
    MARCEK
  • #9
    • <inconnu>
    • 17/03/2007 à 06:40
    "jeanneton prend sa faucille, la rirette, la rire-ette......"
    Alors rirette est une petite rire ? oui, mais c’est quoi UNE rire ?
  • #10
    • <inconnu>
    • 17/03/2007 à 08:11*
    Venez à moi, joyeux lurons et belles lurettes.
    Eh bien oui ! c’est tout bête... « lurette » est le féminin de « luron » gentes dames et damoiseaux comme l’a si bien pressenti Gotlib.
    Ci fait et comme d’aucun l’ignore, le luron, à l’origine « lureau » (bélier) est bien le mâle de la brebis à l’origine « lureaude ».
    Aujourd’hui il n’y a plus guère de berger, et pourtant l’expression tire son origine du patois ardéchois quand, pour faire en sorte que le bélier honore les brebis, le berger criait : « Vin don’ la lureaude, y’a le lureau qu’t attend ! »
    Et les bergers entre eux avaient pour habitude de dire pour signifier que leur bélier n’avait pas tiré depuis longtemps : « L’ Raymond c’est pas fait lurette ! »
    ( Raymond est – dans l’exemple – le nom du bélier et lurette bien sûr le diminutif qui désignait la lureaude. )
    Bernique pour l’affaire, donc !
    Et, au fil du temps, l’expression « y’a belle lurette » signifia : ne pas avoir copulé depuis un moment, puis on ne sait par quel détour savamment orchestré par les intégristes catholiques qui ne voulaient pas porter ombrage à Jésus le berger des brebis égarées... « il y a fort longtemps »*.
    • il y a belle lurette que les brebis sont égarées... et ne parlons pas des moutons devenus des gay lurons.
  • #11
    • <inconnu>
    • 17/03/2007 à 08:12
    Il y a belle lurette qu’on me chante cette chanson
    "Dadou, tourne ta langue sept fois dans ta bouche"
    (ou , pour être au goût du jour, tes doigts sous les touches)
    Quelle est donc cette vision qui m’a fait voir Marcek,
    Non pas comme fée du pc, mais plutôt comme un mec!
    Peut-être l’ai-je froissée, ce n’était l’intention...
    Grâce à toi Peinard best,me voici éclairée !
    Et par la dite Marcek, j’espère pardonnée!
    Bonne journée à tous!
  • #12
    • <inconnu>
    • 17/03/2007 à 08:38
    • En réponse à <inconnu> #11 le 17/03/2007 à 08:12 :
    • « Il y a belle lurette qu’on me chante cette chanson
      "Dadou, tourne ta langue sept fois dans ta bouche"
      (ou , pour être au goût du jour, tes d... »
    Ça l’a fait sourire !
    Il y a belle lurette que cette luronne ne se formalise plus de si peu et quand les pseudo ne sont pas marqué en genre (même pas en nombre, pour être si bonne elle est peut-être plusieurs....) l’erreur est possible !
    Marceeeel ! Un double Laproaig pour Dadou1311 ! Pour s’en s’remettre !
    De la part de Marcek
  • #13
    • <inconnu>
    • 17/03/2007 à 08:41
    • En réponse à Marcek #8 le 17/03/2007 à 02:38 :
    • « Depuis belle lurette
      Je vous ai attendu depuis belle lurette
      Vous m’aviez ordonné à midi d’être prête
      A subir vos assauts dès treize heures... »
    Oh ! La luronne que voilà !
    Je n’ai qu’un mot à Dire !
    Bravo !
    Vivement la suite des aventures de Montaucieux- Bonaventure &Cie.
  • #14
    • <inconnu>
    • 17/03/2007 à 08:45
    • En réponse à <inconnu> #10 le 17/03/2007 à 08:11* :
    • « Venez à moi, joyeux lurons et belles lurettes.
      Eh bien oui ! c’est tout bête... « lurette » est le féminin de « luron » gentes dames et damo... »
    Si je comprends bien, Raymond, c’est celui qui, heureux communiste, fut cestui-là qui conquit la toison et s’en est retourné (des brebis...) plein d’... usage et raison (qu’on dit)...
    Bref, un luron, et pas gai en plus (et si pagaie, attention !!! le concours trirème est commencé !)
  • #15
    • OSCARELLI
    • 17/03/2007 à 09:18*
    • En réponse à HULOTTE #1 le 05/03/2006 à 11:50 :
    • « Trouvé dans un Larousse des "locutions françaises", éditons du Reader’s Digest : L’expression "belle leurette", usitée surtout dans le Nord... »
    Bonjour, petite Hulotte, que je ne connais pas. Serais-tu écossaise? Ne manquerait-il pas le préfixe de l’appartenance à ce clan célèbre, devant tom nom?
    Cela nous éclairerait sur ce que les écossais portent sous leur kilt... 😮
    Bienvenue au club, ainsi que @2 Caramel. Vous fûtes apparemment des étoiles filantes. Dans l’espoir de vous relire...
    Je suis assez d’accord avec ce que notre Hulotte a écrit il y a belle lurette, ce qui ferait remonter l’expression bien avant les sources citées par notre Godemichou adoré, qui la situe bien plus tard... Mais peut-être qu’il ne s’était pas levé tôt, le jour où il travailla cette expression... 😄
  • #16
    • <inconnu>
    • 17/03/2007 à 09:28
    "Mammy, Monsieur Rhett est-il arrivé?
    - il y a belle lu’ette ma’ame Scalett
    - Mammy, vous vous prenez pour une ORL maintenant ? Allez, ouste, à la cuisine !
    - mais Ma’ame Scalett...."
    Et c’est ainsi que le pauvre Rhett, en ayant marre de poireauter, finit par se barrer, bref, vous connaissez la suite......
    Lurons, lurettes, bonjour !
  • #17
    • Elpepe
    • 17/03/2007 à 10:11*
    • En réponse à <inconnu> #10 le 17/03/2007 à 08:11* :
    • « Venez à moi, joyeux lurons et belles lurettes.
      Eh bien oui ! c’est tout bête... « lurette » est le féminin de « luron » gentes dames et damo... »
    Aujourd’hui il n’y a plus guère de berger

    Il nous en reste tout de même deux, José et François, même s’il y a belle lurette qu’ils n’ont pas vu de brebis, et que leur troupeau d’ovins est réduit comme peau de chagrin (caprin par définition)...
  • #18
    • <inconnu>
    • 17/03/2007 à 10:25
    • En réponse à <inconnu> #16 le 17/03/2007 à 09:28 :
    • « "Mammy, Monsieur Rhett est-il arrivé?
      - il y a belle lu’ette ma’ame Scalett
      - Mammy, vous vous prenez pour une ORL maintenant ? Allez, ouste... »
    Bijou’, Ma’am Scawlett !
  • #19
    • chirstian
    • 17/03/2007 à 10:50
    moi, sans vouloir me vanter, j’ai de belles burettes. Venez pas me les casser !
  • #20
    • Elpepe
    • 17/03/2007 à 10:59
    • En réponse à <inconnu> #16 le 17/03/2007 à 09:28 :
    • « "Mammy, Monsieur Rhett est-il arrivé?
      - il y a belle lu’ette ma’ame Scalett
      - Mammy, vous vous prenez pour une ORL maintenant ? Allez, ouste... »
    Ah, lu’ette, gentille Perrette, c’est l’heure de s’en prendre un, non ? Et tu ne nous refais pas le coup d’hier, à embarquer le loufiat pour tes besoins personnels, hein ? Non, Marcel, il est au service de tous (voire de toutes) ici, que les choses soient bien claires (car il travaillait chez un notaire, avant d’être embauché par God).
    Marceeeeeeeeeeeeel ! La boutanche de Lagavulin, qu’on n’a pas vue depuis lulure, c’est Petula qui rince !