Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Le torchon brûle

Il y a un profond désaccord.
L'atmosphère est à la dispute.

Origine

Si, dans une cuisine, le mari met par inadvertance le feu au torchon, il est inévitable qu'il va se faire tirer les oreilles par son épouse. Dans ce cas, on peut indubitablement dire que le torchon brûle.
De là, on peut facilement concevoir que le torchon qui brûle est un simple symbole de la dispute, même si aucun véritable torchon ne prend feu et si c'est simplement de la vaisselle ou des couteaux bien pointus et tranchants qui volent au travers de la pièce.
Mais c'est voir cette expression avec nos yeux modernes que d'imaginer cela. En effet, dans cette locution qui date de la fin du XVIIIe siècle, le torchon n'est pas celui du ménage.
Le Dictionnaire Historique de la Langue Française nous dit que le premier sens du mot, au XIIe siècle, correspondait à un coup que l'on donne. On peut donc déjà faire un rapprochement avec la bagarre qui s'annonce lorsque le torchon brûle.
Mais il rajoute ensuite que, dans notre expression, le mot est un dérivé de 'torche', ce machin qui, en brûlant, permet d'éclairer un endroit sombre. Hélas, cette affirmation n'est suivie d'aucune explication indiquant quel est le lien entre cette torche qui brûle et le désaccord ou la dispute qui s'annonce, ce qui est plutôt frustrant.
Claude Duneton, lui, nous propose autre chose, indirectement lié au tout premier sens de 'torchon' : l'expression serait un double jeu de mots.
D'abord, 'torchon' serait une plaisanterie basée sur 'torcher' ou 'se torcher' au sens de "se battre" (c'est l'histoire du 'coup' qui réapparaît). D'ailleurs, "un coup de torchon", c'est autant une bagarre que quelque chose qui a fait place nette, et une 'torchée', c'est une sévère correction.
Ensuite, vous vous rappelez certainement ce jeu où, gamin, vous deviez retrouver quelque chose ou quelqu'un caché et, lorsque vous vous approchiez très près de l'endroit, on vous disait "tu brûles". Dans ce cas, 'brûler' indiquait la proximité.
Le torchon brûle voudrait donc simplement dire "les coups sont très proches".

Exemple

« J'ignore tout : et si le torchon brûle entre Mollet et Lacoste, et si l'interview à l'Express le prouve (…) »
François Mauriac - Le nouveau bloc-notes 1958-1960
« Les jours où le torchon brûlait, elle criait qu'on ne le lui rapporterait donc jamais sur une civière . Elle attendait ça, ce serait son bonheur qu'on lui rapporterait. À quoi servait-il, ce soûlard ? à la faire pleurer, à lui manger tout, à la pousser au mal. »
Émile Zola - L'assommoir

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Le torchon brûle » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Tunisie Arabe Ennar chaalit Le feu a brûlé
Allemagne Allemand Der Haussegen hängt schief La bénédiction du foyer est suspendue de travers
Angleterre Anglais Things are hotting up Les choses se réchauffent
États-Unis Anglais The battle lines are drawn Les lignes de combat se sont formées
Argentine Espagnol El ambiente esta que arde L'atmosphère est en feu
Espagne Espagnol Está la cosa que arde La chose (l'affaire, la question) brûle
Espagne Espagnol Están de uñas ! / Estar de uñas con alguien Ils en sont aux griffes ! / En être aux griffes avec quelqu'un
Espagne Espagnol Se masca la tensión On mâche la tension
Israël Hébreu Leossif êsh al amêdoura- להוסיף אש על המדורה Ajouter du feu à l'incendie
Italie Italien C'è disaccordo in famiglia Il y a désaccord en famille
Italie Italien C'è maretta Il y a la houle
Belgique Néerlandais Er is stront aan de knikker Il y a de la merde à la bille
Pays-Bas Néerlandais De vlam in de pan La flamme dans la casserole
Pays-Bas Néerlandais Een sfeer om te snijden Une ambiance à couper/trancher (dans le sens négatif)
Pays-Bas Néerlandais Nu zijn de rapen gaar Maintenant les navets sont cuits
Pays-Bas Néerlandais Ruzie in de tent Il y a une dispute dans la boîte (maison)
Brésil Portugais A cobra vai fumar La couleuvre va fumer
Brésil Portugais O circo vai pegar fogo Le cirque va brûler
Brésil Portugais O pau vai cantar Le bout de bois va chanter
Brésil Portugais O pau vai comer Le bout de bois va manger
Brésil Portugais O pau vai quebrar Le bois (bâton) va casser
Roumanie Roumain S-a incins atmosfera L'atmosphère chauffe
Ajouter une traduction

Voir aussi


Commentaires sur l'expression « Le torchon brûle » Commentaires

  • #1
    • AnimalDan
    • 20/06/2008 à 05:13*
    Bonjour!
    Et pendant qu’on se laisse distraire par le torchon qui brûle, les coups d’pied au cul se perdent, malgré qu’on ait le 42-fillette qui démange... Moi j’vous l’dis: va y avoir du poil d’arraché, de la viande de collée aux murs !
  • #2
    • AnimalDan
    • 20/06/2008 à 05:22
    Mais si aucun linge ancillaire ne se consume réellement dans l’histoire, d’où vient que ça sent le roussi ..? 😮
  • #3
    • OSCARELLI
    • 20/06/2008 à 07:04
    Serait-ce que le torchon brûle chez Expressio? Personne sur le pont? (soupirs!)
  • #4
    • OSCARELLI
    • 20/06/2008 à 07:11
    Le torchon brûle,
    Serait-ce la canicule?
    Un bouquet de campanules
    M’ouvrira-t-il ton corpuscule?
    Et si je t’enc*le
    Serais-ce que l’on copule?
    Il brûle, le torchon!
    Mon God, que des cochons! 😄
  • #5
    • <inconnu>
    • 20/06/2008 à 08:05
    Puisqu’on en est en dessous de le ceinture, bizarre que "se torcher le ...n’a pas été mentionné.
    J’en suis très marri et, de ce fait, m’en vais me torcher (me soûler).
    Cette dernière expression est peut être régionale ?
    Un ch’ti!
  • #6
    • momolala
    • 20/06/2008 à 08:11
    Avec mon esprit de l’escalier, je suis séduite par la théorie de Duneton. D’ailleurs quand un torchon brûle dans la cuisine, c’est rarement le mari qui le fait brûler, que ferait-il dans la cuisine ? Ce salopiaud de chiffron s’enflamme vite et on se dépêche de l’éteindre, c’est tout. Non, je trouve décidément que Duneton justifie bien l’idée de durée que sous-tend l’expression. Tout aussi décidément, je vous souhaite une excellente journée et je pars faire la grand-mère de mes petits-enfants !
  • #7
    • momolala
    • 20/06/2008 à 08:12
    • En réponse à <inconnu> #5 le 20/06/2008 à 08:05 :
    • « Puisqu’on en est en dessous de le ceinture, bizarre que "se torcher le ...n’a pas été mentionné.
      J’en suis très marri et, de ce fait, m’en v... »
    Pas encore, Topaze, pas encore, mais ça va sûrement venir, surtout si tu commences comme ça ! 😉
  • #8
    • tytoalba
    • 20/06/2008 à 08:19*
    Bonjour à vous, je vous souhaite une journée ensoleillée.
    Il faudrait avant tout s’entendre sur le mot "torchon". En France et sans doute ailleurs, le torchon est ce linge qui sert à essuyer la vaisselle. Chez moi, dans ce beau pays où politiques flamands et francophones se crêpent le chignon, le "torchon" est ce linge qui sert à nettoyer les sols.
    Notre torchon communautaire n’a pas fini de brûler et ceux qui nous dirigent n’en finissent pas de couper les cheveux en quatre.
    Cela ne m’enpêchera pas de passer une journée que la grenouille (qui n’est pas de bénitier) nous annonce belle. Il faut po-si-ti-ver. 🙂
    Et puisque l’hébergeur de God me le propose, je vais de ce pas m’exprimer avec le corps, parler en public et en hébreu. Tout cela est du chinois ? Mais non, c’est la pub Goog qui permet à notre maître vénéré de vivre. On peut toujours rêver.
  • #9
    • chirstian
    • 20/06/2008 à 08:47
    une belle expression, qui a l’intérêt de s’expliquer par plusieurs pistes croisées, entre le sens de torche-torchon et celui de brûler. J’aime !
  • #10
    • <inconnu>
    • 20/06/2008 à 08:49*
    Bonjour.
    Une autre hypothèse est également proposée par les lexicologues : le brandon enflammé serait peut-être celui des soulèvements populaires du moyen-âge, au cours desquels les insurgés brandissaient piques, fourches et torches…
    Mais cela relève davantage de l’imagerie et de la représentation collective (ces braves serfs qui s’en vont précipiter le bourgmestre dans la chaux) que de la réelle explication historique.
  • #11
    • chirstian
    • 20/06/2008 à 09:47
    • En réponse à <inconnu> #10 le 20/06/2008 à 08:49* :
    • « Bonjour.
      Une autre hypothèse est également proposée par les lexicologues : le brandon enflammé serait peut-être celui des soulèvements popu... »
    cette explication nous ramènerait au torchon = petite torche. Ce sens a existé , mais il ne me semble pas synonyme de brandon , et j’aurais tendance à dire que lors des insurrections, les feux de la révolte dépassaient largement la taille d’une petite torche !
    On pourrait aussi se référer au sens, attesté fin XIIie s. « torchon= bouchon de paille, de foin servant en particulier à s’essuyer le derrière » et en conclure que lorsque le torchon brûle, on a le feu au cul... ou encore, en conservant à brûler le sens de "être imminent" que la dispute n’est pas loin quand on nous fait trop chier ! 🙂
    Mais je doute que ce soient là des explications sérieuses.
  • #12
    • ThanhBach
    • 20/06/2008 à 10:33*
    °
    Torchon : non mas timinutif te torche - contre-sens unique - mais son augmentatif; càd. grosse torche, foire kolossale torche !
    Exemple : le torchon olympien prûle entre les officiels fils tu Ciel et les tisciples et suppôts tu Talai Lama et te son comparse le fénérable Lama Te Long qui fient nous serfir à poire, enfin si Serge et Alain en sont t’accord !
    😄
    °
    Signalons aussi :
    1 - Torchon = môffais canard, feuille te chou tégueulasse
    2 - Torchon = texte mal torché, gribouillé, comme la plupart te nos commentaires sur expressio, ci-gît un peau cas, cas t’école
    😄
    °
    Ach ! Pelle Tchournée à fous toutes et tous !
    °
    Tchafale mon expresso - sans "i" svp - autchourt’hui 80% arapica tes Polovens et 20 % te ropusta te Medellin. Ach ! Que c’est pon le pon mélanche !
    °
    Tche retourne au poulot car la contchonture est entrain te se retourner.
    La técroissance sera forte t’au moins te 2% et le poufoir t’achat, te pluss en pluss kaputt !
    °
    Ach ! Au poulot, sauffons ce que l’on peut, pour les plus témunis t’entre nous.
    °
    Rétuctions envisagées tes tépenses publiques, à commencer par celles tes ministres !
    Pas plus te 9 cheffaux par personne ! PERCY tixit !
    Pas pluss te tix gueuletons par semaine, limités à 70 euros par tête te pipe en moyenne, tout compris et TTC, TVA rempoursable par ...
    PERCY picsou itou !
    °
    Ach !
    L’accent naturel refient au galop, lorsque le torchon prûle entre la croissance et le prix tu parril, qui alimente le torchon qui prûle entre ... etc . !
    Ach !
    C’est le cercle ficieux !
    °
  • #13
    • mickeylange
    • 20/06/2008 à 10:44
    • En réponse à tytoalba #8 le 20/06/2008 à 08:19* :
    • « Bonjour à vous, je vous souhaite une journée ensoleillée.
      Il faudrait avant tout s’entendre sur le mot "torchon". En France et sans doute ai... »
    Il faudrait avant tout s’entendre sur le mot "torchon". En France et sans doute ailleurs, le torchon est ce linge qui sert à essuyer la vaisselle. Chez moi, dans ce beau pays où politiques flamands et francophones se crêpent le chignon, le "torchon" est ce linge qui sert à nettoyer les sols.

    En France c’est une serpillère, mais en Belgique vous essuyez la vaiselle avec quoi?
    Le torchon est aussi un mauvais journal comme.... non non trouvez vous même (je sais pas ou est le trait d’union sur ce clavier de PC)
  • #14
    • mickeylange
    • 20/06/2008 à 11:01*
    Le tor est chon, mais il n’est pas que chon il est aussi; ador et oui le tor est ador, il est ique quand il sort de chez Marceeel, il est ron sur le bateau d’Elpp, il est pédo sur les routes, peur quand il est fatigué, pille dans la marine, et facteur chez ThanhBach, ticolis en chine, tue dans la fable, bon j’arrête de vous turer.
  • #15
    • <inconnu>
    • 20/06/2008 à 11:14
    hum... ça ne fume pas que dans la cuisine... Je peine un peu avec le langage fleuri de mickeylange et même si, apparemment, je n’ai pas tort d’être conquise, en tant que nouvelle venue dans le Job-bar j’ai parfois du mal à suivre...
    mais enfin on s’y fait ! Quel plaisir un forum où les gens savent parler (c’est rare de nos jours...)
    par contre je ne comprends pas pourquoi ce ne serait pas la femme maladroite qui fait brûler les torchons d’un mari cuisinier ? C’est vrai quoi, où est-il écrit que c’est la femme qui fait la cuisine ? 😉
  • #16
    • mickeylange
    • 20/06/2008 à 11:19
    • En réponse à <inconnu> #5 le 20/06/2008 à 08:05 :
    • « Puisqu’on en est en dessous de le ceinture, bizarre que "se torcher le ...n’a pas été mentionné.
      J’en suis très marri et, de ce fait, m’en v... »
    Cette dernière expression est peut être régionale ?

    C’est toi qui pose la question. Cette expression, Topaze, a été inventée par ton père... héé pagnol breton.
    Ach que c’est moffais... collé samedi.
  • #17
    • mickeylange
    • 20/06/2008 à 11:25
    • En réponse à <inconnu> #15 le 20/06/2008 à 11:14 :
    • « hum... ça ne fume pas que dans la cuisine... Je peine un peu avec le langage fleuri de mickeylange et même si, apparemment, je n’ai pas tort... »
    pour toi seule le décodeur:
    torchon, toréador, torique, toron, torpédo, torpeur, torpille, torréfacteur, torticolis, tortue, torture.
    c’est tor ide non ? et un peu simplet je te l’accorde.
  • #18
    • chirstian
    • 20/06/2008 à 11:36*
    • En réponse à <inconnu> #15 le 20/06/2008 à 11:14 :
    • « hum... ça ne fume pas que dans la cuisine... Je peine un peu avec le langage fleuri de mickeylange et même si, apparemment, je n’ai pas tort... »
    où est-il écrit que c’est la femme qui fait la cuisine
    c’était dans les 10 commandements , mais les premiers, ceux que Moise a cassés en constatant que les Juifs avaient adoré le Veau d’Or en son absence. En recolant les morceaux on a pu lire :
    "- les petits plats prépareras, pour ton mari, amoureusement
    - torchon jamais ne brûleras, ni la serviette, pareillement "
    Moi je ne prends pas parti, mais si c’est la volonté de Dieu, il me semble dangereux d’aller contre, non ?
  • #19
    • Elpepe
    • 20/06/2008 à 11:40*
    Bonjour bonjour, les gosses ! Et bienvenue à Penciblue et Topaze.
    - Le Chnor trouble.
    - L’on broche le rut.
    - Brel tourne loch.
    - B.R.O. rencule Loth.
    - Lèche Toulon ? Brr !
    - Le Che, Orlon® brut.
    - Thor colle brune.
    - Ruth borne le col.
    - Le chort brun... Olé !
    Et, spécialement pour Chirstian :
    - Le chorbon trule.
    - Le broncho-lutre.
    - Le chotron brêlu. :’-))
    Anna Gramme
  • #20
    • chirstian
    • 20/06/2008 à 11:46
    • En réponse à Elpepe #19 le 20/06/2008 à 11:40* :
    • « Bonjour bonjour, les gosses ! Et bienvenue à Penciblue et Topaze.
      - Le Chnor trouble.
      - L’on broche le rut.
      - Brel tourne loch.
      - B.R.O. ren... »
    le borchon trule
    le turchon brole
    au fait : pourquoi tant de n envers Ana ?