Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Les bras m'en tombent !

Je suis stupéfait !
Je suis accablé !

Origine

Ne vous est-il jamais arrivé, alors que vous étiez en train de faire quelque chose, d'être tellement surpris par un évènement quelconque que vous avez été temporairement dans l'incapacité de continuer ce que vous faisiez ?
C'est cette impuissance temporaire qui est symbolisée par les bras qui tombent[1] et rendent incapables de la moindre action.
La deuxième signification, moins habituelle, correspond à la personne qui est tellement atteinte par ce qui lui arrive ou ce qu'elle voit, qu'elle en perd toute volonté ou possibilité d'agir.
Cette expression est citée pour la première fois par la version de 1762 du Dictionnaire de l'Académie Française. On peut donc supposer qu'elle date de la fin du XVIIe siècle ou de la première moitié du XVIIIe.
[1] Le long du corps, seulement, pas par terre ! Sinon, comment pourriez-vous les ramasser ensuite et les remettre en place ?

Exemple

« À cette nouvelle [les bâtards déclarés princes du sang], les bras me tombèrent »
Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Les bras m'en tombent ! » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Algérie Arabe Halit fommi / حليت فمي Avoir bouche bée
République Tchèque Tchèque Nad tím mi zustává rozum stát Là-dessus mon entendement reste arrêté
Allemagne Allemand Ich bin erstaunt Je suis stupéfait
Grèce Grec έγινα στήλη άλατος Devenu une colonne de sel
Angleterre Anglais I can't believe it! Je ne peux pas y croire !
Angleterre Anglais I'm gobsmacked Je suis stupéfait (bouche ouverte en surpris, comme si après avoir être frappé à la figure)
Angleterre Anglais My mouth was agape Ma bouche pendait (j'étais stupéfait)
Angleterre Anglais One could have knocked me down with a feather ! On aurait pu m'assommer avec une plume !
Angleterre Anglais To be flabbergasted Terrifié (surpris) à en devenir mou
États-Unis Anglais I was dumbstruck Ça m'a rendu muet
États-Unis Anglais I'm speechless Je suis sans paroles (incapable de parler)
États-Unis Anglais You're kidding! / joking ! Tu plaisantes !
Argentine Espagnol Me quede boquiabierto Je suis resté la bouche ouverte
Espagne Espagnol ¡ Me quedo atónito ! J'en reste atone
Espagne Espagnol ¡ Me quedo de una pieza ! Je reste d'une pièce !
Espagne Espagnol ¡Me quedo con las patas colgando! Je reste avec les pattes pendues
Espagne Espagnol (Eso) me deja helado ! (Ça) me laisse gelé !
Espagne Espagnol Quedarse boquiabierto Rester bouche bée
Canada Français Être bouche bée Être incapable de réaction
Canada Français Être tombé en bas de sa chaise
Canada Français Tomber en bas de sa chaise Ëtre stupéfait
Écosse Gaélique écossais I'm completely gobsmacked Je suis complètement gueule pétée (bouche-bée et -cassée)
Italie Italien Mi cadono le braccia Les bras me tombent
Italie Italien Sentirsi cadere le braccia Pour la fatigue ou le découragement
Belgique Néerlandais Aan de grond genageld staan Être cloué au sol
Pays-Bas Néerlandais Daar zakt mijn broek van af De cela mon pantalon glisse (se baisse)
Pays-Bas Néerlandais Dat doet de deur dicht Ceci ferme la porte
Pays-Bas Néerlandais Ik ben stomverbaasd Je suis stupéfait (à en rester muet)
Pays-Bas Néerlandais Ik sta paf..... (expr. milieu 20e S. mais toujours utilisé ; voir p.ex. chanson Annie M G Schmidt) J'en ai le souffle coupé
Pays-Bas Néerlandais Nu breekt mijn klomp! Maintenant mon sabot casse !
Pays-Bas Néerlandais Wat heb ik nou weer aan mijn fiets hangen? Qu'est ce qui est accroché à mon vélo?
Pologne Polonais Ręce opadają ! Les bras tombent !
Brésil Portugais Estou beje ! Je suis beige !
Brésil Portugais Ficar de boca aberta Rester avec la bouche ouverte
Brésil Portugais Ficar de queixo caído Rester avec le menton tombé
Brésil Portugais Tô passado ! Je suis passé(e)
Russie Russe Опускаются руки Les bras se tombent
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « Les bras m'en tombent ! » Commentaires

  • #1
    • cotentine
    • 02/12/2008 à 00:20
    Je suis stupéfait(e) !

    et quand c’est un évènement encore plus fort, moi, je suis sidérée !
    L’adjectif sidérant a beau sembler familier et fort commun, il n’en est pas moins récent. En 1889, au sens de "qui stupéfie, qui plonge dans la stupeur" (synonymes : époustouflant, stupéfiant), ce sont les frères Goncourt qui l’introduisent dans la langue française : "c’est vraiment un peu renversant, sidérant, dirait Léon Daudet, les femmes de la société en ce moment (...). On n’a pas idée des excentricités mal élevées de ces folles" (Journal, 1889). extrait du" Dictionnaire critique de la NLF"*
    Nic La Folle 😄
  • #2
    • AnimalDan
    • 02/12/2008 à 01:02
    J’évite de me coucher avant minuit. Si je dois me relever pour voir l’expression du jour, les draps m’en tombent ..!
  • #3
    • Elpepe
    • 02/12/2008 à 01:26
    Cette expression remonte à la fin du deuxième siècle avant votre ère.
    La Vénus de Milo
  • #4
    • hedgehog
    • 02/12/2008 à 07:15
    • En réponse à Elpepe #3 le 02/12/2008 à 01:26 :
    • « Cette expression remonte à la fin du deuxième siècle avant votre ère.
      La Vénus de Milo »
    Très Bon !!
    D’où la promotion au titre d’Amiral de la Trirème...des manchots ???😉
  • #5
    • momolala
    • 02/12/2008 à 07:34
    Sonnet à faire tomber à bras raccourcis ...
    Les bras de la charrette ne tombent jamais
    Car elle a, elle, elle a quatre roues et deux « r »
    Qui l’air de rien la gardent toujours allongée
    Ventre vide, ventre plein toujours les bras ouverts
    Les bras du chariot non plus ne tombent guère
    Car la gravité fait sur l’axe de son seul « r »
    Tomber plus ou moins vite, tomber son cul par terre
    Les dressant vers le ciel comme pour une prière
    A bien y réfléchir, à bien y regarder
    Sont-ce vraiment des bras ou bien une licence
    De langage prudent aux bourgeois destinée
    Empêcha qu’on y voie une toute autre licence
    Quand le cheval est pris entre eux par son arrière
    Et que frotte à son train la cheville ouvrière…
  • #6
    • momolala
    • 02/12/2008 à 07:35
    • En réponse à hedgehog #4 le 02/12/2008 à 07:15 :
    • « Très Bon !!
      D’où la promotion au titre d’Amiral de la Trirème...des manchots ???😉 »
    Hérisson du matin, va bien. Jolie journée expressionaute à tous !
  • #7
    • <inconnu>
    • 02/12/2008 à 08:14
    • En réponse à momolala #6 le 02/12/2008 à 07:35 :
    • « Hérisson du matin, va bien. Jolie journée expressionaute à tous ! »
    et pour le hériss(dém)on du midi, il faut voir l’expressio d’hier !
    au fait, que disent les lombrics et les serpents quand ils sont étonnés ?
  • #8
    • <inconnu>
    • 02/12/2008 à 08:31
    Bonjour,
    Cela me rappelle une petite histoire...
    " Vingt ans d’amour dans les bras d’un manchot ! "
    Les bras m’en tombent...
    Bonne journée.
  • #9
    • <inconnu>
    • 02/12/2008 à 08:55
    Dès mon arrivée à l’école , ce matin, la hiérarchie (et là, c’est moi qui ch...) nous complique encore l’existence; les bras m’en tombent, mais pas pour longtemps...
    je les relève et lui adresse un bras d’honneur (moral) ...
    Et à vous tous, je vous souhaite une bonne journée! na!
  • #10
    • <inconnu>
    • 02/12/2008 à 09:23
    J’ai découvert l’expression ce matin et je me suis exclamé : "Oh ! Comme c’est Moignon…"
  • #11
    • <inconnu>
    • 02/12/2008 à 09:24*
    • En réponse à <inconnu> #8 le 02/12/2008 à 08:31 :
    • « Bonjour,
      Cela me rappelle une petite histoire...
      " Vingt ans d’amour dans les bras d’un manchot ! "
      Les bras m’en tombent...
      Bonne journée.... »
    " Vingt ans d’amour dans les bras d’un manchot ! "
    Les bras m’en tombent...

    Ben, en tous cas, ce qui est certain, c’est que ce n’était pas la veuve poignet l’héroïne…
  • #12
    • momolala
    • 02/12/2008 à 09:26
    • En réponse à <inconnu> #7 le 02/12/2008 à 08:14 :
    • « et pour le hériss(dém)on du midi, il faut voir l’expressio d’hier !
      au fait, que disent les lombrics et les serpents quand ils sont étonnés... »
    Ils font 😮 te dira God !
  • #13
    • <inconnu>
    • 02/12/2008 à 09:33
    Vous imaginez l’expression à la mesure d’une dépression ou d’une grande déception chez Shiva ???
    Et pour les curieux qui souhaiteraient avoir réponse à la question "Combien Shiva a-t-il de bras", sachez que cela dépend de ses représentations. Quatre lorsqu’il est représenté sous la forme du danseur cosmique (Nataraja). Alors, sa tête est encadrée par les flots du Gange.
    10 dans le meilleur des cas, mais alors c’est un monstrueux Shiva à 5 têtes… (Source Paris-India)
  • #14
    • <inconnu>
    • 02/12/2008 à 09:39
    • En réponse à cotentine #1 le 02/12/2008 à 00:20 :
    • « Je suis stupéfait(e) !
      et quand c’est un évènement encore plus fort, moi, je suis sidérée !
      L’adjectif sidérant a beau sembler familier et... »
    c’est vraiment un peu renversant, sidérant, dirait Léon Daudet, les femmes de la société en ce moment (...). On n’a pas idée des excentricités mal élevées de ces folles" (Journal, 1889).

    Ouais, parfois, c’est sidéral...
  • #15
    • chirstian
    • 02/12/2008 à 09:41
    en ce moment sublime, près du con de ma belle,
    ce ne sont pas les bras auquel si fort je tiens
    mais bien a autre chose, et s’il fait le rebelle :
    s’il s’avise de tomber, je l’abats comme un chien !
  • #16
    • mickeylange
    • 02/12/2008 à 09:50
    • En réponse à chirstian #15 le 02/12/2008 à 09:41 :
    • « en ce moment sublime, près du con de ma belle,
      ce ne sont pas les bras auquel si fort je tiens
      mais bien a autre chose, et s’il fait le reb... »
    Si la dame te fait jouer à Tombe raideur c’est qu’elle ne te méritait pas .
  • #17
    • chirstian
    • 02/12/2008 à 09:55
    l’origine est sylvestre et non marine : elle évoque le brame du cerf qui cerf à attirer la biche pour la tomber. On dit alors que les bramants tombent .
    Pour celles qui n’auraient jamais assisté au brame du cerf je peux assurer que c’est un moment réellement impressionnant : aucune comparaison avec la timide proposition de votre mari le soir au fond du lit. D’ailleurs -et ceci explique probablement en partie cela* - je n’ai jamais entendu une biche lui répondre : pas ce soir, chéri, j’ai la migraine.
    *oui je sais, mais j’ai dit "en partie" : je ne suis pas de ceux qui affirment péremptoirement quand il y a un doute. 😐
  • #18
    • <inconnu>
    • 02/12/2008 à 09:57
    Plus sérieusement, l’expression pourrait (pourrait God) aussi faire allusion au fait qu’un soldat du XVII ème, voire plus, en arme, donc en position d’attaquer ou de défendre avec épées et autres mousquetons menaçants, serait tellement estomaqué d’une chose, d’une nouvelle, d’un événement, d’une fille à poil, là sous son nez, que sais-je, que ses bras alors en un signe de soumission ou de renoncement tomberaient (se dirigeraient plutôt) vers le sol et ce, pour marquer le fait que lui, professionnel de l’arme, ne s’avèrerait plus alors menaçant...
    Evidemment, la surprise est toujours l’alliée de ceux qui veulent étonner…
    Baisser les bras, baisser la garde, n’est-ce pas se rendre compte que c’est le moment de ne rien faire et de réfléchir de la… "fuite" à donner ?
  • #19
    • mickeylange
    • 02/12/2008 à 10:01
    Les bras m’en " tombe" disait le fossoyeur, (qui jouait petit bras) à son patron qui lui avait le bras long.
  • #20
    • chirstian
    • 02/12/2008 à 10:04
    Louis XVI était féru de serrurerie. Quant il lui fut enfin donné d’admirer l’ingénieux mécanisme de la guillotine*, par dessous, il s’exclama : les bras m’en tombent.
    Ce n’était heureusement qu’une impression, car Samson les lui avait solidement attachés.
    Mais pas la tête.
    *dont on prétend qu’il aurait lui même suggéré la forme de la lame.