Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Porter (planter) des cornes

Être (faire) cocu.

Origine

A l'origine, il y a 'cornart' qui, au XIIIe siècle, veut dire 'imbécile' puis 'escorner' qui, au XVe siècle, veut dire 'ridiculiser'.
A cette époque et pendant encore longtemps, une manière très courue d'humilier, de ridiculiser quelqu'un était de le faire cocu et de le faire savoir (Edmond Rostand utilise le verbe "ridicoculiser").
La corne (qu'on entend dans les deux mots cités précédemment), c'était à la fois le sexe de l'homme et l'attribut qui désignait un homme ou une femme trompé.
Planter des cornes a une connotation sexuelle évidente.
Voltaire dit que les Grecs désignaient déjà par 'bouc' (donc porteur de cornes) le mari d'une femme très portée sur la chose, par comparaison avec les chèvres qui seraient très 'chaudes'.
Je n'ai pas vérifié pour les chèvres, mais à la réputation qu'on fait aux légionnaires, ceux-ci auraient donc des circonstances atténuantes, ne sachant pas résister aux appels langoureux de ces femelles constamment en rut.

Compléments

Le mot 'cocu', c'est une déformation de 'coucou' (), cet oiseau qui pond ses oeufs dans le nid d'autres volatiles pour que sa progéniture soit élevée par les parents adoptifs contraints.
Si on se réfère au comportement du coucou, on constate un transfert depuis l'amant (c'est lui qui devrait être nommé 'cocu' puisque c'est lui qui prend la place du mari) vers ce dernier.

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Porter (planter) des cornes » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Tunisie Arabe Aamel groune / Aamlinlou groune Il a fait des cornes / On lui a fait des cornes
Bulgarie Bulgare Да сложиш рога (някому) Planter des cornes (à quelqu'un)
Allemagne Allemand Jemandem Hörner aufsetzen Poser des cornes à quelqu'un
Angleterre Anglais To be cuckold Être cocu
Angleterre Anglais To go round Cape Horn Aller autour de Cap Horn (horn = corne)
Angleterre Anglais To send to Cornwall without a boat Envoyer à Cornouailles sans bateau
Argentine Espagnol Ser cornudo Être cornu/e
Espagne Espagnol Cornudo À corne
Espagne Espagnol Ponerle los cuernos a alquien Mettre des cornes à quelqu'un
Espagne Espagnol Ser cornudo Porter des cornes
Canada Français Lever la patte / la cuisse (tromper sa femme ou son mari)
Italie Italien Avere / fare le corna Avoir / faire les cornes
Italie Italien Essere cornuto Être cornu (= Être cocu)
Pays-Bas Néerlandais De hoorns op hebben Porter des cornes
Pologne Polonais Przyprawi? komu? rogi/ Nosi? rogi Planter sur quelqu'un des cornes/ Porter des cornes
Brésil Portugais Ter (levar) chifres Avoir (recevoir) des cornes
Roumanie Roumain 1 a pune coarne cuiva 2 Mettre de cornes a quelq'un
Roumanie Roumain A fi incornorat Etre cornu
Roumanie Roumain A pune coarne Mettre des cornes
Russie Russe Nastavit' roga Planter les cornes
Vietnam Vietnamien Câm sung Planter les cornes
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « Porter (planter) des cornes » Commentaires

  • #1
    • Sophie
    • 17/01/2006 à 15:29
    J’avais lu que le mot "cocu" pouvait aussi venir d’une déformation de "Cernunos", divinité chtonique gauloise à tête et à ramure de cerf. identifiée au dieu grec Hadès.
    L’épouse de ce dernier, Perséphone, passait trois mois sous terre avec son mari, et les reste de l’année sur terre, avec sa mère Demeter, déesse de la terre cultivée.
  • #2
    • God
    • 17/01/2006 à 16:31
    • En réponse à Sophie #1 le 17/01/2006 à 15:29 :
    • « J’avais lu que le mot "cocu" pouvait aussi venir d’une déformation de "Cernunos", divinité chtonique gauloise à tête et à ramure de cerf. id... »
    Il y a peut-être du vrai dans l’hypothèse que vous proposez, mais quand c’est Alain Rey, coauteur du Grand Robert qui propose l’origine que j’indique, je préfère m’abstenir de douter.
  • #3
    • Elpepe
    • 26/04/2008 à 00:11
    • En réponse à God #2 le 17/01/2006 à 16:31 :
    • « Il y a peut-être du vrai dans l’hypothèse que vous proposez, mais quand c’est Alain Rey, coauteur du Grand Robert qui propose l’origine que... »
    Corne d’aurochs ! Sacré Georges...
  • #4
    • <inconnu>
    • 26/04/2008 à 02:58
    • En réponse à Sophie #1 le 17/01/2006 à 15:29 :
    • « J’avais lu que le mot "cocu" pouvait aussi venir d’une déformation de "Cernunos", divinité chtonique gauloise à tête et à ramure de cerf. id... »
    L’oncle-époux infernal sut-il que sa reine s’était éprise d’Apollon ?
    Toujours est-il qu’il fut bien mar(r)i quand son frère, et père de la donzelle, engrossa celle-ci de Zagréus.
    Nom de Zeus, encore un corps nu cornu !
    Veuillez zagréer, etc.
  • #5
    • <inconnu>
    • 26/04/2008 à 03:06
    • En réponse à God #2 le 17/01/2006 à 16:31 :
    • « Il y a peut-être du vrai dans l’hypothèse que vous proposez, mais quand c’est Alain Rey, coauteur du Grand Robert qui propose l’origine que... »
    les 2 explications ne s’opposent donc pas...
    Cernunos : Hadès écorniflé !
  • #6
    • AnimalDan
    • 26/04/2008 à 03:56
    Le jour où un toro à coups de corne au cul
    Ayant fait faire trois tours au torero vaincu
    Trois petits tours de piste en rampant dans le sable
    Histoire de nous montrer de quoi il est capable
    Lui rendra son chiffon en lui disant: "Cadeau..."
    Je serai aficionado
  • #7
    • AnimalDan
    • 26/04/2008 à 04:05
  • #8
    • AnimalDan
    • 26/04/2008 à 04:08
    " J’avais un copain y s’appelait Cocu. C’est agréable ! Il osait pas se marier. .... Sans ça, on y passait la nuit, mon pote ! "
    (Coluche)
  • #9
    • OSCARELLI
    • 26/04/2008 à 05:45
    Bien le bonjour...
    Tiens, c’est marrant ... si l’on veut...
    Cette expressio ne m’inspire pas.
    Quant aux noms de famille, je connais aussi bien des Cornu que des Cocu, Est-ce normal, docteur?
  • #10
    • momolala
    • 26/04/2008 à 06:22
    "Tout le monde sait bien que c’est dans la marine qu’il y a le plus de cocus."
    [ Marius (1931), III, premier tableau, 5, César ]
    Marcel Pagnol
    Voilà donc une nouvelle piste pour l’origine de cette expression... Non PP, pas sur la tête ! La trirème à vie a ses obligations. 😉
    Bonjour de ce beau jour !
  • #11
    • <inconnu>
    • 26/04/2008 à 06:27
    L’expression est mari-ne vous dira (pas) l’a-mira-l.
    La corne est la pièce de bois fixée au mât et qui porte la voile
    À noter: un très petit mat d’artimon (celui le plus à l’arrière du navire) est un tapecul.
    Faut bien les faire pousser ces bois là.
    Maraude et tape cul de la mie du mari miraud fait marri cornu, c’est bien con nu.
    Mira aide les mirauds
    lacrymal m’en vautre
  • #12
    • momolala
    • 26/04/2008 à 06:31
    Le "planter de corne" de licorne demandait plus d’adresse que le "’planter de bâton". Pas la peine de fantasmer sur cette corne unique : elle a perdu toute sa belle symbolique (voir cette page) aujourd’hui.
  • #13
    • momolala
    • 26/04/2008 à 06:45*
    Pierre Bayle, dans son Dictionnaire historique et critique (1820) donne un autre avis sur cette expression à propos de Jupiter, et de Junon.
  • #14
    • <inconnu>
    • 26/04/2008 à 06:46
    • En réponse à momolala #10 le 26/04/2008 à 06:22 :
    • « "Tout le monde sait bien que c’est dans la marine qu’il y a le plus de cocus."
      [ Marius (1931), III, premier tableau, 5, César ]
      Marcel Pagn... »
    En bon méridional, Pagnol plantait ou faisait planter les cornes
    pour parfumer sa cuisine
    Voir cette page
  • #15
    • momolala
    • 26/04/2008 à 06:59*
    • En réponse à <inconnu> #14 le 26/04/2008 à 06:46 :
    • « En bon méridional, Pagnol plantait ou faisait planter les cornes
      pour parfumer sa cuisine
      Voir cette page »
    Bonjour à toi Bridge d’au delà du grand océan ! Je vis dans le sud du sud de la France, mais je ne connais pas cette plante sous ce nom, ni sous un autre d’ailleurs. On la trouve dans le mesclun, qui, comme son nom l’indique est un mélange d’herbes sauvages avec le pissenlit et la délicieuse roquette. Je me renseigne.
    Pour les Français qui s’éveillent, si nous avions su quel arbre notre François de Premier ministre avait fait planter dans le jardin de Matignon, nous aurions pu avec plus encore de certitude anticiper la citation connue de Jean Amadou :
    "Electeurs: heureux mortels qui sont à l’image de certaines femmes malchanceuses. On leur fait la cour pendant six mois et quand elles ont dit oui, on les cocufie pendant six ans."
    [ Journal d’un bouffon (2002) ]
    Jean Amadou
  • #16
    • <inconnu>
    • 26/04/2008 à 07:22
    • En réponse à momolala #15 le 26/04/2008 à 06:59* :
    • « Bonjour à toi Bridge d’au delà du grand océan ! Je vis dans le sud du sud de la France, mais je ne connais pas cette plante sous ce nom, ni... »
    Un dizaine de plantes différentes sont appelées corne de cerf, dont la sénebière ou cresson de rivière (autre nom commun Herba stella), et le plantain.
  • #17
    • <inconnu>
    • 26/04/2008 à 07:30
    Gare au débardeur qui planterait une corne de charge pour aller courir la geuse, ou la geuze ! il serait mal vu sur les quais, hein El Pepe ?
  • #18
    • Elpepe
    • 26/04/2008 à 08:17
    • En réponse à momolala #10 le 26/04/2008 à 06:22 :
    • « "Tout le monde sait bien que c’est dans la marine qu’il y a le plus de cocus."
      [ Marius (1931), III, premier tableau, 5, César ]
      Marcel Pagn... »
    Ouais, mais, tu sais, ces choses-là, ça va ça vient, un peu comme la marée, hein ? De toute façon, un bon marin, qui par définition adore les emmerdements dont sont faites 90% des navigations, ne recule devant aucune difficulté, et s’adonne même parfois à la bigamie, quand il s’ennuie à terre : deux femmes dans chaque port. Alors, hein ? Le principe des vases communicants se vérifie partout, même au niveau de l’amer !
  • #19
    • Elpepe
    • 26/04/2008 à 08:35
    • En réponse à <inconnu> #11 le 26/04/2008 à 06:27 :
    • « L’expression est mari-ne vous dira (pas) l’a-mira-l.
      La corne est la pièce de bois fixée au mât et qui porte la voile
      À noter: un très petit... »
    Ah là là, moussaillonne : collée samedi ! Si le mât, en arrière du grand-mât, est en avant de la verticale de l’axe du safran (pop. gouvernail), il s’appelle mât d’artimon, par définition. S’il se trouve en arrière de la verticale de l’axe du safran, il prend le nom de tapecul, toujours par définition. Quant à une voile à corne, elle est enverguée, dans son haut, sur un espar (la corne) pivotant par une fourche sur le mât. La voile triangulaire qu’on envoie au-dessus, entre la corne et le haut du mât, s’appelle la flèche, à ne pas confondre avec la voile d’étai, triangulaire, mais gréée entre le grand-mât et le mât de misaine, au-dessus de la voile de misaine, qui n’a alors pas de flèche (mais une corne également).
  • #20
    • ThanhBach
    • 26/04/2008 à 08:35*
    Le mot ’cocu’, c’est une déformation de ’coucou’ (), cet oiseau qui pond ses oeufs dans le nid d’autres volatiles pour que sa progéniture soit élevée par les parents adoptifs contraints.

    Que nenni !
    C’est une déformation de cocul, qui partage la partie susnommée. De même que pour copain, qui partage le pain et copine, qui partage la partie visée, ecco !
    Dico Libertaire An-antonomasique ma piu troppo o tropo e topo du XXIIè Siècle avenir, à venir

    Ceci étant, planter des cornes à un coucou, ce sera aussi facile que de les lui arracher, hein. Vaut mieux l’essayer aux gastéropodes ... hermaphro par-dessus le marché et leur marcher, ah ces traîneurs de savattes !
    Une cocufietude, à la manière country, à celle de l’Amérique - celle-là - que j’aime ...
    Pour en savoir plus, cette sale histoire de valseuses ... Signed with love ever true
    Pensée du jour : Jamais aussi peu de muscle, à peine une centaine de grammes, aura tant marqué l’espèce humaine ... Mais bon ce ne sont que des avatars d’homo erectus !
    😄
    Ach ! Que c’est te pluss en pluss môffais !
    Je parle du temps, si beau pour travailler, hein, Henry !
    Ouais, travaillez, prenez de la peine ... sinon, c’est la GROSSE paire de cornes assurée, ouais, tous cocufiés.
    °