Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

S'offrir / entretenir / avoir une danseuse

S'offrir / entretenir / avoir une maîtresse coûteuse
Consacrer par plaisir beaucoup d'argent à quelque chose ou quelqu'un

Origine

Au XVIIIe siècle, les alentours des salles de spectacles étaient des endroits très fréquentés par les prostituées. On disait d'ailleurs de l'Opéra qu'il était le "marché aux putains".
Mais si la prostitution avait cours à l'extérieur, au XIXe siècle, elle s'exerçait aussi à l'intérieur, les danseuses faisant commerce de leurs charmes (plus ou moins volontairement).
Il n'était d'ailleurs pas rare, au foyer des artistes de l'Opéra, derrière la scène, de trouver des mères venant 'vendre' leurs filles, danseuses plus ou moins ratées, aux messieurs les plus offrants.
Mais alors que beaucoup de danseuses se contentaient d'effectuer des passes, certaines des plus cotées devenaient des maîtresses attitrées de messieurs de la haute société qui, laissant leurs épouses à leur domicile, s'affichaient volontiers avec leur proie à laquelle ils offraient un logement et train de vie généralement plus que décent.
Et c'est de ces dépenses d'entretien de leur maîtresse danseuse que vient notre expression dont le sens, par extension, a évolué vers toutes les dépenses très, voire trop importantes consacrées à une passion.

Cela dit, l'Opéra n'avait pas du tout l'exclusivité des danseuses prostituées ou, dit plus élégamment au vu du beau monde qu'elles fréquentaient parfois et de la manière moins systématique avec laquelle elles faisaient commerce de leur corps, les courtisanes, la danse classique n'étant pas la seule touchée par ce phénomène 'artistique' qui concernait aussi bien les théâtres que les cabarets, les actrices que les chanteuses et danseuses. Il suffit de se rappeler de quelques noms célèbres comme Lola Montès, la belle Otero ou Liane de Pougy, pour ne citer qu'elles.

Exemple

« Je viens enfin de recevoir ta boîte merveilleuse de compas ! Tu es archi-fou, je t'assure que tu as besoin d'un conseil judiciaire. Je suis ta danseuse, ton écurie, ta collection, je te reviens à des prix fous. »
André Gide - Correspondance 1890-1942

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « S'offrir / entretenir / avoir une danseuse » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Autriche Allemand Ein lästiger Besitz Une possession encombrante / pesante
Angleterre Anglais To have a white elephant Avoir un éléphant blanc (= Avoir une chose coûteuse et inutile)
États-Unis Anglais To be a big spender Être un grand dépensier (d'argent)
Espagne Espagnol Tener un hijo tonto Avoir un enfant idiot
Italie Italien Darsi alla bella vita Se donner a la belle vie
Pays-Bas Néerlandais 'm flink uit de broek laten hangen Le bien faire sortir du pantalon (dépenser beaucoup d'argent)
Pays-Bas Néerlandais Een dure hobby hebben Avoir un hobby coûteux
Pays-Bas Néerlandais Een gat in zijn hand hebben Avoir un trou dans sa main
Pays-Bas Néerlandais Naar de walletjes gaan Aller aux petits remparts (fameux quartier 'rose') à Amsterdam
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « S'offrir / entretenir / avoir une danseuse » Commentaires

  • #1
    • <inconnu>
    • 23/02/2010 à 01:52
    Moui... j’ai bien connu un maître chanteur qui s’était offert une danseuse. Il a fini au violon.
  • #2
    • <inconnu>
    • 23/02/2010 à 03:44
    Celui qui se paie une danseuse est souvent un protecteur qui baise sans protection
    Quand la "protégée" a l’âge d’être sa fille c’est un "sugar-daddy"
    Certains semblent inspirant voircette page
  • #3
    • <inconnu>
    • 23/02/2010 à 04:30
    • En réponse à <inconnu> #1 le 23/02/2010 à 01:52 :
    • « Moui... j’ai bien connu un maître chanteur qui s’était offert une danseuse. Il a fini au violon. »
    Parce qu’il jouait du pipeau?
  • #4
    • <inconnu>
    • 23/02/2010 à 07:36
    Et pourquoi pas avec un danseur ? Hein !
  • #5
    • poupoule
    • 23/02/2010 à 07:42
    Je ne connaissais que l’expression plus spécifique encore "c’est sa danseuse espagnole". J’apprends à présent qu’une danseuse batave peut aussi postuler... allons bon...
  • #6
    • OSCARELLI
    • 23/02/2010 à 07:51
    Faut-il obligatoirement avoir des valseuses pour s’offrir une danseuse?
  • #7
    • Emeu29
    • 23/02/2010 à 07:54
    Il y a aussi ceux qui montent les cols (de fourrure) en danseuse et qui sont au régime sans selle à cause de leur hypertension. Ces passionnés ont bien souvent des vélos qui leur coûtent la peau du c... 🙂
  • #8
    • chirstian
    • 23/02/2010 à 09:06
    danseuses plus ou moins ratées
    peut-on dire d’un petit rat qu’elle est ratée ?
  • #9
    • chirstian
    • 23/02/2010 à 09:13*
    les vieillards libidineux adoraient faire pan-pan tutu. On voyait beaucoup de filles, dans les coulisses, mais il y avait aussi beaucoup Degas.
  • #10
    • horizondelle
    • 23/02/2010 à 09:19
    Un très bel anniversaire à Dadiche ! Personne ne se payera ta tête, tu peux danser toute la journée. 🙂
  • #11
    • momolala
    • 23/02/2010 à 09:26
    • En réponse à horizondelle #10 le 23/02/2010 à 09:19 :
    • « Un très bel anniversaire à Dadiche ! Personne ne se payera ta tête, tu peux danser toute la journée. 🙂 »
    Je joins tous mes voeux aux tiens, mais je note qu’à part une référence de God à un joke privé, nous n’avons plus de nouvelles de Tahiti depuis la fin de l’ouragan. Entre temps un message nous a rassurés, puis silence radio. Dadiche, viens souffler tes bougies au bar ! Marcel et Bernard t’y attendent, avec nous !
  • #12
    • momolala
    • 23/02/2010 à 09:30
    • En réponse à <inconnu> #4 le 23/02/2010 à 07:36 :
    • « Et pourquoi pas avec un danseur ? Hein ! »
    Créneau étroit 😕 mon bon ! Les danseurs n’ont pas la réputation d’être entretenus par des dames auxquelles ils n’auraient pas grand chose à garantir. Je pense nez en moins qu’ils savaient se faire entretenir itou par des messieurs en ayant le goût, mais qu’on devait aussi les désigner comme des danseuses.
    Quant aux danseuses, je n’en ai ni le goût, ni les moyens !
  • #13
    • OSCARELLI
    • 23/02/2010 à 10:07
    Dadiche, Dadiche, bon anniversaire! Je me remets à peine du mien, mais, pour toi, je ferais bien venir des vahinés comme danseuses pour agrémenter ta fête. Déjà que Marcel et Bernard, convoqués par Momo sont à pied d’oeuvre, les bouteilles et viennoiseries prêtes à tout pour te satisfaire...
    Si tu veux aujourd’hui jouer les Dadiches tourneurs, viens donc faire un petit tour par Minou!
  • #14
    • chirstian
    • 23/02/2010 à 10:11
    on triait les petits rats, distinguant ceux qui couchaient et ceux qui ne couchaient pas.
    Et puis il restait les rats pas triés, qui faisaient des pointes, une main devant , une main derrière. Leurs chaussons étaient noirs. 😐
  • #15
    • momolala
    • 23/02/2010 à 10:24
    • En réponse à chirstian #14 le 23/02/2010 à 10:11 :
    • « on triait les petits rats, distinguant ceux qui couchaient et ceux qui ne couchaient pas.
      Et puis il restait les rats pas triés, qui faisaie... »
    Ceux qui restaient arrivaient d’au delà de l’amer.
  • #16
    • <inconnu>
    • 23/02/2010 à 10:35*
    Donc, si j’ai bien compris, dans ce contexte: danseuses = michetonneuses.
    Du moins si l’on est poli, hors je ne le suite pas, donc: pute à domicile ou pute personnelle...
    Il y a aussi le film «Monsieur le Président» avec Jean Gabin ou il fait allusion à l’Opéra et au théâtre subventionné lorsqu’il répond à sa secrétaire qui lui transmet les question d’un journal féminin:
    «Durant toutes ces années, je n’ai eu qu’une seuil maître: la France. Pour le reste je me suis débrouillé avec l’Opéra et le théâtre subentionné»
    La secrétaire: «Oh !» une anglaise se serait exclamée: «Oh, shoking !
  • #17
    • tytoalba
    • 23/02/2010 à 10:37
    Bon anniversaire à Dadiche, donne-nous de tes nouvelles. Je t’offre cette page.
  • #18
    • <inconnu>
    • 23/02/2010 à 10:39
    • En réponse à horizondelle #10 le 23/02/2010 à 09:19 :
    • « Un très bel anniversaire à Dadiche ! Personne ne se payera ta tête, tu peux danser toute la journée. 🙂 »
    bon anniversaire Dadiche.
    Un petit grain de sel ? Il est, peut-être possibld de changer “Dadiche ron-fon”. bof, pas terrible. Mande d’inspiration, quoi.
  • #19
    • <inconnu>
    • 23/02/2010 à 10:42
    • En réponse à <inconnu> #4 le 23/02/2010 à 07:36 :
    • « Et pourquoi pas avec un danseur ? Hein ! »
    Il faut voire cela avec un certain couturier, suivez mon regard... ou avec certains maires de grandes villes en Europe, pas vrai ?
    Pas de nom, parce qu’il pourrait y avoir un retour de bâton... Mais tous ici auront compris mon allusion, sans doute pas très fine, mais tant pis !
  • #20
    • <inconnu>
    • 23/02/2010 à 10:43
    • En réponse à chirstian #14 le 23/02/2010 à 10:11 :
    • « on triait les petits rats, distinguant ceux qui couchaient et ceux qui ne couchaient pas.
      Et puis il restait les rats pas triés, qui faisaie... »
    Hola, dans bien des cas cela devait être pile-poil pédophilie, si je comprend bien ?