Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Se retrouver / être une main devant, une main derrière

Être complètement démuni
Avoir tout perdu

Origine

Voilà une expression qui date des années 1960 et qui est d'origine spécifiquement masculine car, comme on va le voir incessamment sous peu les deux mains d'une femme seraient en partie ailleurs.
Quand on y réfléchit un peu, on comprend vite la genèse de l'expression.
En effet, lorsque vous êtes si démuni de tout, que vous n'avez même pas les moyens de vous acheter ou vous fabriquer des vêtements, il ne vous reste plus qu'à errer nu comme un ver (auquel l'expression ne peut s'appliquer, bien sûr).
Or, un réflexe masculin habituel dans nos sociétés où la nudité dans la rue n'est pas vraiment la norme, est de placer ses mains de manière à cacher à la fois ses parties génitales et son arrière-train[1], donc de se trouver avec une main devant et une main derrière, là où une femme aura plutôt tendance à mettre sa deuxième main devant ses seins, soit deux mains devant.
[1] Et lorsque deux personnes se suivent ainsi, on peut affirmer, de conserve avec la SNCF, qu'un arrière-train peut en cacher un autre.

Exemple

« (...) arrivés en Métropole, les pieds-noirs, eux, conserveraient leur citoyenneté et les fonctionnaires dont, ironie du sort, je faisais partie, regagneraient leur poste d'affectation dans un département de l'Hexagone ; une minorité, disposant de moyens financiers suffisants, se réinstallerait sans problèmes ; enfin, si la plupart s'en allaient une main devant, une main derrière, n'emportant en tout et pour tout qu'une valise, tous seraient chez eux en France. »
Miguel Martínez López - Casbah d'oubli - 2005

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Se retrouver / être une main devant, une main derrière » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Arabe Arabe Yed wara yed godam Se retrouver une main derrière,une main devant
États-Unis Anglais To be wearing a barrel Être vêtu d'un tonneau
États-Unis Anglais To not even have a pot to piss in N'avoir même pas un pot de chambre pour y pisser
Argentine Espagnol Estar con una mano atrás y otra adelante Être avec une main derrière et l'autre devant
Équateur Espagnol Estar con una mano atrás y otra adelante Être avec une main derrière et l'autre devant
Espagne Espagnol Quedarse con / estar / tener una mano delante y otra detras Rester avec / être / avoir une main devant, une main derriere
Canada Français Être cassé comme un clou Ne plus avoir un rond
Canada Français Se retrouver tout nu dans la rue
Italie Italien Ritrovarsi con una mano davanti e l'altra dietro Se retrouver une main devant, une main derrière
Belgique Néerlandais Geen nagel meer hebben om in zijn gat te krabben Ne pas avoir un clou pour gratter son cul
Belgique Néerlandais In adamskostuum En costume d'Adam
Pays-Bas Néerlandais Geen cent te makken hebben (origine Yiddish) Être complètement demuni
Pays-Bas Néerlandais Geen rooie dui/cent meer hebben (19e siècle. Les centimes étaient en cuivre rouge) Ne plus avoir un centime (en poche ; donc être démuni)
Pays-Bas Néerlandais Helemaal uitgekleed zijn Être complètement déshabillé
Pays-Bas Néerlandais Op zwart zaad zitten Être assis sur semence noire
Brésil Portugais Estar com uma mão na frente e outra atrás Être une main devant, une main derrière
Portugal Portugais Com uma mão à frente e outra atrás Avec une main devant et l'autre derrière
Roumanie Roumain A ramane cu fundul gol Rester avec le derrière nu
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « Se retrouver / être une main devant, une main derrière » Commentaires

  • #1
    • <inconnu>
    • 01/07/2009 à 01:30
    et lorsque deux personnes se suivent ainsi, on peut affirmer, de conserve avec la SNCF, qu’un arrière-train peut en cacher un autre
    cette page.
    avec l’aide de grandpèrépicure qui tombe de sommeil et sur son ordi, demain, journée à Chenonceau.
    Isis, Kim.
  • #2
    • <inconnu>
    • 01/07/2009 à 03:01
    Ne pas confondre avec un nain devant, un nain derrière
    ou avec faire le train
  • #3
    • momolala
    • 01/07/2009 à 06:16*
    Ah, quand le passé vous revient avec sa lumière, ses odeurs et ses voix dont beaucoup se sont tues sur un accent plus vrai que nature, des larmes aussi, beaucoup, mais tant de bonne humeur et de vraies familles. La famille + celles des amis qu’on embarquait le dimanche dans l’Estafette-de-celui-qui-avait-une-voiture avec la remorque pour le canoun et les parasols, le charbon de bois et le pliant pour ma grand-mère ! Les voix tard dans la nuit et les coups de klaxon pour s’appeler d’en bas, le volley ball ... Ils sont arrivés un peu après nous, nous les premiers extra-terrestres venus du Maroc avec pas grand-chose, nombreux, si nombreux, une vague sur Nice la rébarbative, fermée comme une huître à qui n’était pas Nissarte. Et ils y ont révélé le soleil pour tout le monde, la joie de vivre dehors, le partage, les cris sur la place, la course dans les vagues de la mer, les disputes parfois. La main devant, la main derrière, elles étaient ouvertes sur l’extérieur, pour recevoir certes, mais pour donner aussi avec le coeur.
  • #4
    • <inconnu>
    • 01/07/2009 à 06:19
    ... ... ... ça ne me déplait pas du tout, moi, cette situation... ... ... :)
  • #5
    • OSCARELLI
    • 01/07/2009 à 07:04
    Alors, Elpépé, et les deux mains sur les couvertures, hein? Comment on va faire, maintenant?
  • #6
    • OSCARELLI
    • 01/07/2009 à 07:07
    Et lorsque deux personnes se suivent ainsi, on peut affirmer, de conserve avec la SNCF, qu’un arrière-train peut en cacher un autre.

    A condition de ne pas faire comme les éléphants, à la queue leu leu, le nez dans les affaires des autres...
  • #7
    • PtiAmiralMeo
    • 01/07/2009 à 08:48
    • En réponse à momolala #3 le 01/07/2009 à 06:16* :
    • « Ah, quand le passé vous revient avec sa lumière, ses odeurs et ses voix dont beaucoup se sont tues sur un accent plus vrai que nature, des l... »
    Bonjour MoMo,
    Je n’ai jamais entendu quequ’un décrire le Maroc si merveilleusement. Certes, un coeur gros comme ça!
  • #8
    • chirstian
    • 01/07/2009 à 08:49
    Voilà une expression qui date des années 1960
    quand à mon chien, il arrivait en France deux pattes devant deux pattes derrière, mais ça ne le changeait pas tellement. C’était un doberman mais on appelait pattes-noires les chiens nés en Algérie, sans que l’origine du mot soit certaine. Par contre, si on évoquait souvent les rats pas triés, il était rare d’entendre parler des chiens pas triés, sans doute parce qu’ils étaient mieux répertoriés. Le mien avait d’ailleurs un pedigree long comme sa queue avant qu’on ne la lui coupe. Ce n’était pas mon cas : je n’étais ni noble, ni circoncis.
  • #9
    • mickeylange
    • 01/07/2009 à 08:51
    placer ses mains de manière à cacher à la fois ses parties génitales et son arrière-train[1],

    Avouez que pour cacher son arrière train avec les mains, faut vraiment avoir un tout petit cul. Quand à cacher ses parties génitales avec ses mains, faut vraiment avoir de grandes mains.
    Pas vous ?
    ah bon !
  • #10
    • mickeylange
    • 01/07/2009 à 09:35
    M. Jackson était noir il voulait devenir blanc.
    J. Séguéla est blanc il voudrait devenir noir
    Les Américains ont un président noir
    Nous on a mieux, on a un Pape noir, qui était président* !
    • de l’OM
    Le rapport avec l’expression du jour ?
    attendez je cherche.
  • #11
    • SagesseFolie
    • 01/07/2009 à 09:44*
    Voilà une expression . . . qui est d’origine spécifiquement masculine car, les mains d’une femme seraient en partie ailleurs.

    Pourquoi réduire ainsi l’intérêt de l’expression ? Pourquoi certains humains veulent-ils toujours commander les mains des autres ? Est-ce une forme de peur ?
    Combien de fois dans mon enfance ais-je entendu : «Mets ta main devant la bouche !» «Puni ! Les mains sur la tête !» «Au piquet ! Les mains derrière le dos !» et je ne vous parle pas du célèbre «Au lit ! Les mains sur la couverture !»
    A tous ces censeurs qui savent communiquer, je dis tranquillement «Uh ! Mains : les miennes je les mets ou je veux !». Je dis souvent ça parce que ça les fait marcher : un pied devant, un pied derrière !
    Cette expression, comme le disait Ségolène signifie simplement, pour moi, être devenue nue che vous le dit et ce, d’un coup : du jour Hollande main.
    Un qui a débuté comme ça dans la vie, nu matériellement car simple tailleur de pierres italien, c’est Antonio Canova (un jeunot par rapport à Mickeylange). Cet artiste a été anobli et a fini sa vie riche et célèbre. En 1816, il sculpte les trois grâces qui, elles aussi, sont libres de leurs mains :
    .$$$$$. .
    |/())))) $)’\\$==. %%%%%%\\%%\\
    / ((((==) ’) - $$$’===%%%%’.|
    |((((( *( \\-_/$$ )" _)%% )/|
    | ())))_/._\\._) //_.\\_ %% ( /
    | \\_) /.--._\\___/__.-.\\ (.’ /
    \\_ ( __._’_..’.__. ) .’
    \\ ) (_.(_)/( /
    \\\\ / \\ / \\ //
    ) \\ ). \\ / (
    / ’ \\ / \\| ’ \\
    ( | | / \\/ | )_)
    :-’-- /| / /| / \\
    _\\| / | / .-’ | / ’. \\
    _/ | / \\| ( ( \\ ’.\\
    ( ).’/ | | ) | | | \\
    /.’ (_ / | / ) ’| |._)
    .oO | / | \\/ \\| \\ |
    |( \\ ) )\\ )_\\
    _____(__’-.___)/____..’__)___’._’.__
  • #12
    • mickeylange
    • 01/07/2009 à 10:24
    • En réponse à SagesseFolie #11 le 01/07/2009 à 09:44* :
    • « Voilà une expression . . . qui est d’origine spécifiquement masculine car, les mains d’une femme seraient en partie ailleurs.
      Pourquoi rédu... »
    A tous ces censeurs qui savent communiquer, je dis tranquillement «Uh ! Mains : les miennes je les mets ou je veux !»

    Non, tu ne les mets pas toujours où tu veux, un exemple, autre jour à la GayPride je peux te dire que j’avais les deux mains derrière, comme Filo sur la quai de la gare du Mans.
  • #13
    • chirstian
    • 01/07/2009 à 10:51
    • En réponse à mickeylange #9 le 01/07/2009 à 08:51 :
    • « placer ses mains de manière à cacher à la fois ses parties génitales et son arrière-train[1],
      Avouez que pour cacher son arrière train avec... »
    Dieu a inventé la feuille pour que la vigne puisse se cacher la grappe.
  • #14
    • mickeylange
    • 01/07/2009 à 11:18
    La devise des vignerons:
    La main entre les caisses, le doigt dans le trou du fut. Honni soit qui mal y pense.
  • #15
    • chirstian
    • 01/07/2009 à 11:22
    je ne sais pas si l’origine est marine, mais elle doit être égyptienne , car sur les hiéroglyphes les personnages sont toujours de profil , avec une main devant et une main derrière. Mais elles ne cachent rien : les pyramides , toutes des salopes !
  • #16
    • mickeylange
    • 01/07/2009 à 11:30
    Une main derrière c’est jamais qu’une main aux fesses, mais après, une main devant ça peut être une baffe.
  • #17
    • chirstian
    • 01/07/2009 à 11:35
    la première fois que ma sœur a rencontré ce zouave ils ont tout de suite sympathisé. Après deux doigts de conversation elle s’est retrouvé une main devant une main derrière. Puis les deux mains devant. Et les lèvres, et les lèvres... Et la bouche et la bouche... à luette, à luette, ahhhhhhhh !
  • #18
    • mickeylange
    • 01/07/2009 à 11:48
    • En réponse à chirstian #15 le 01/07/2009 à 11:22 :
    • « je ne sais pas si l’origine est marine, mais elle doit être égyptienne , car sur les hiéroglyphes les personnages sont toujours de profil ,... »
    Sur un bateau on dit, une main pour le bateau, une main pour le marin.
    Elpépé doit donc choisir. ce qu’il fait avec la main qu’il lui reste.
    Il dit aussi qu’il navigue avec sa batte (Hi Hi !) et son couteau.
    Supposons que sa batte tienne toute seule (simple hypothèse, coincée dans un hauban par exemple) il a donc forcément son couteau dans l’autre. Imaginez la scène: la batte coincée dans la hauban, et le couteau dans l’autre, ça doit faire peur dans les ports.
  • #19
    • Bigmammy
    • 01/07/2009 à 12:15
    • En réponse à <inconnu> #1 le 01/07/2009 à 01:30 :
    • « et lorsque deux personnes se suivent ainsi, on peut affirmer, de conserve avec la SNCF, qu’un arrière-train peut en cacher un autre
      cette p... »
    Pourquoi dire que cette expression date des années 1960 ? J’ai toujours entendue ma mère la prononcer - et elle était née en 1913....Cela signifiait pour elle bien souvent l’arrivée en France d’immigrés avec leur seule force de travail pour tout bagage, et une envie de s’en sortir grosse comme ça. Sa famille était venue du Piémont à pied, et s’était installée sur la Côte d’Azur. A l’époque, la situation faite aux arrivants n’était pas meilleure qu’aujourd’hui pour ceux qui viennent - au prix de quels périls - d’outre-Méditerranée.....Mais ils se sont "assimilés", grâce à la prospérité économique...;et à la guerre de 40, car par chance, mon père, forte tête, avait choisi le bon camp !
  • #20
    • comte_arebours
    • 01/07/2009 à 12:26
    Au conseil de révision, nous étions tous avec une main devant et l’autre derrière, et l’on entendait une petite voix qui murmurait : "poussez pas", et une autre qui clamait : "au suivant !, au suivant !".