Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Valoir son pesant d'or

Etre d'une grande valeur, d'un grand intérêt, de grand mérite.

Origine

Pesant viendrait du verbe 'peser'.
L'or étant un métal de grande valeur, on imagine bien que le poids (le pesant) en or de quelque chose de pas trop léger réprésente une somme importante.
Cette expression se retrouve dès le XIIIe siècle où on comparait déjà un être cher à son poids en or.
Une hypothèse veut que l'origine vienne d'une déformation du 'besant', ancienne monnaie en or de Byzance (future Istanbul) dont le poids constant, chose assez rare pour les pièces de l'époque, était de 4,48 grammes ().
Certains la rejettent sous prétexte que le besant n'avait qu'une très faible valeur et qu'on n'aurait donc pas cherché à faire des comparaisons flatteuses basées sur cette pièce.
Mais si, pour obtenir un même poids en or, on met dans la balance 4 lingots d'un kilo ou 900 besants, la valeur finale en or reste la même.
La raison invoquée pour le rejet de cette hypothèse ne me paraît donc pas suffisante, ce qui fait que le mystère demeure.
Une chose est sûre, c'est qu'au XVIIe siècle, pour se moquer de quelqu'un ou indiquer qu'il avait de gros défauts, on disait qu'il valait son pesant de plomb.

Compléments

Valoir son pesant de cacahuètes est une des variantes ironiques désignant quelque chose de ridicule ou sans valeur.

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Valoir son pesant d'or » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Allemagne Allemand Goldwert sein Valoir de l'or
Angleterre Anglais To be worth one's weight in gold Valoir son poids en or
Espagne Espagnol Valer lo que pesa Valoir ce qu'il (elle) pèse
Espagne Espagnol Valer su peso en oro Valoir son pesant d'or
Espagne Espagnol Valer un potosi Valoir une mine d'or
France Français Valoir son pesant de cancoillotte
France Français Valoir son pesant de gratons
Israël Hébreu אין לו מחיר Sans prix
Israël Hébreu יקר המציאות Difficile à trouver (rare)
Israël Hébreu לא יסולא בפז Ne peux être compensé par de l'or pur
Italie Italien Èssiri fantàsticu Être fantastique
Italie Italien Valere tanto oro quanto pesa Valoir son propre poids en or
Latin Latin Hunc decet auro expendi Celui-là il convient en or de le peser
Belgique Néerlandais Zijn gewicht in goud waard zijn Valoir son pesant d'or
Pays-Bas Néerlandais Zijn gewicht in goud waard zijn Valoir son pesant d'or
Norvège Norvégien Veie noen opp med gull Peser quelqu'un avec de l'or
Brésil Portugais Valer seu (próprio) peso em ouro Valoir son (propre) poids en or
Portugal Portugais Valer quanto pesa Valoir combien on pèse
Roumanie Roumain A valora cât greutatea în aur Valoir son poids en or
Turquie Turc "Ağırlığınca altın" Son pesant d'or
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « Valoir son pesant d'or » Commentaires

  • #1
    • <inconnu>
    • 29/04/2007 à 00:05
    A cette expression, Bonobo lui préfère "valoir son pesant de cacahuètes".
  • #2
    • <inconnu>
    • 29/04/2007 à 01:48*
    Dans l’antiquité européenne, dans d’autres civilisations, et jusqu’à la fin de l’époque médiévale européenne, on monnayait les prisonniers de marque par des rançons. (Les pratiques actuelles en Moyen Orient ne sont guère nouvelles, seule l’échelle des valeurs a changé, un journaliste valant maintenant plus qu’un humanitaire.) Il est même arrivé qu’un roi ait été estimé à son poids en or. L’exemple de départ est Hector, et on peut ensuite citer Harold (roi des Anglais, vaincu par Guillaume de Normandie) et Afau Wallpa (dernier roi des Incas).
    On voit comment un tel épisode symbolique a pu impressionner tout un chacun, et donner lieu à la métaphore, courante déjà chez les Latins, par laquelle la valeur morale se mesure au poids en or.
    Le croisement avec "besant" se fait par la suite, et explique l’emploi bizarre du participe présent dans l’expression actuelle.
    L’expression "pesant de plomb" dérive probablement de l’autre, par ironie.
  • #3
    • <inconnu>
    • 29/04/2007 à 06:17
    Je suis la preuve vivante de la véracité de cette expression car j’ai choisi GOLD comme pseudo et ma balance affiche allègrement 105 kgs !
    Bon, çà ne se voit pas car ils sont répartis sur 1.87 m.
    Allez bon ouikinde.
  • #4
    • <inconnu>
    • 29/04/2007 à 08:08*
    • En réponse à <inconnu> #3 le 29/04/2007 à 06:17 :
    • « Je suis la preuve vivante de la véracité de cette expression car j’ai choisi GOLD comme pseudo et ma balance affiche allègrement 105 kgs !
      B... »
    Il fut une époque où j’ai frisé cela mais répartis sur 7 cm de moins ! Mais j’ai de gros os !
    Comment le besant d’or(et apparemment ce matin, il est pas le seul) a donné le sou à cette page
    Le besant est aussi un terme d’ornement architectural (ce qui explique sans doute pourquoi je suis beau...😉, confortable 😛, mais beau 😕 ) et d’héraldiquecette page.
  • #5
    • tytoalba
    • 29/04/2007 à 09:17*
    bonjour à tous. Selon mon Larousse de 1928, le besant d’or de bysance valait à l’époque 10 francs, celui de saint-Jean d’Acre = 8,50 francs et celui d’antioche 7 francs. Sachant cela, y-aurait-il quelqu’un qui pourrait convertir tout cela en €. Tant qu’à faire si je pouvais savoir la valeur en francs belge. 😉.
    Et pour ceux que les calculs intéresse, mon poids oscille entre 75 et 80 kg, sachant cela , je dois bien valoir mon pesant d’or.
    Une question encore, paie-ton les mannequins selon leur pesant d’or? PFFFFFFFFF, elle ne doivent pas valoir grand chose. Juste retour des choses quand on voit le nombre de magazines qui nous conseillent un régime. Vive les rondes.
  • #6
    • OSCARELLI
    • 29/04/2007 à 09:26*
    • En réponse à <inconnu> #2 le 29/04/2007 à 01:48* :
    • « Dans l’antiquité européenne, dans d’autres civilisations, et jusqu’à la fin de l’époque médiévale européenne, on monnayait les prisonniers d... »
    Afau Wallpa - père, bien sûr 😄 😄 😄
    (chanson bien connue du célèbre Jauni A l’Idée): "A faut oualle papère"
    à ne pas confondre avec un refrain vert: "A faut noualle mamère")
    Et c’est donc visiblement une expression qui vient de la marine:
    lorsque l’oeuf de Christophe fut complètement pourri, que la Santa Maria, la Pinta (de bon sang qui ne saurait mentir) et la Nina étaient déjà revenues à bon port depuis plus que très longtemps, lorsque les Espagnols de Cortes et de l’inquisition réunis (société échangiste très florissante à l’époque) en ramenèrent, des chefs Incas et des lingots d’or vers la très sainte et très catholique [keuf, keuf, keuf - excusez-moi, j’ai dû avaler quelque chose de travers] Espagne, c’est alors que plusieurs gallions coulèrent, surchargés qu’ils étaient. Ils valaient donc leur pesant d’or, sachant que parfois encore aujourd’hui, on investit des sommes faramineuses pour aller les repêcher, ces lingots, ces pièces et ces besants. Un certain Olivier, aujourd’hui, s’y attache encore, qui dit: "besants? c’est nous!" (prononcé avé l’asceng de son pateling, cela sonne comme: "besants? se nos")
    Alors, mais vraiment pour les ceusses qui n’auraient rien compris: Afau Wallpa-père:
    wallpaper....
  • #7
    • OSCARELLI
    • 29/04/2007 à 09:30*
    • En réponse à tytoalba #5 le 29/04/2007 à 09:17* :
    • « bonjour à tous. Selon mon Larousse de 1928, le besant d’or de bysance valait à l’époque 10 francs, celui de saint-Jean d’Acre = 8,50 francs... »
    Bonjour à toi aussi!
    Sachant qu’à l’époque de ton Larousse le franc francais devait valoir 3 nois et deux cacahuètes de plus que le franc belge, c’est assez facile à compter. Comme en plus, à l’époque, l’ € n’existait pas encore, là, nous nous retrouvons devant le même problème que celui que je t’expose ci-dessous:
    dans l’Antiquité romaine, le port de Rome était la ville d’Ostie (les cathos en ont d’ailleurs gardé des Thraces).
    Et l’on dit dans tous les livres d’Histoire, qu’Ostie se trouvait à environ 40 km de Rome. Comment peuvent-ils le savoir, puisqu’à l’époque, le système métrique n’existait pas encore?
    Un con patriote qui te veut du bien...
  • #8
    • cotentine
    • 29/04/2007 à 10:17
    Figaro-ci, Figaro-là ... sans musique ou éditeur de partoches, ça me rend pas aussi bien ! mais en écoutant l’air final du Mariage de Figaro ...
    Figaro :
    Ce secret met en lumière
    Comment le fils d’un butor
    Vaut souvent son pesant d’or. (Bis)
    Par le sort de la naissance
    L’un est roi, l’autre berger :
    Le hasard fit leur distance ;
    L’esprit seul peut tout changer.
    De vingt rois que l’on encense,
    Le trépas brise l’autel ;
    Et Voltaire est immortel. (Bis)
  • #9
    • <inconnu>
    • 29/04/2007 à 10:36
    • En réponse à tytoalba #5 le 29/04/2007 à 09:17* :
    • « bonjour à tous. Selon mon Larousse de 1928, le besant d’or de bysance valait à l’époque 10 francs, celui de saint-Jean d’Acre = 8,50 francs... »
    Il semble que la valeur des mannequins soit inversement proportionnel à leur poids (n’est-ce-pas Quette Moche). Dans le monde de la mode, l’expression du jour est un parfait non-sens.....
    Pesants, pesantes, bonjour !
  • #10
    • tytoalba
    • 29/04/2007 à 10:36
    • En réponse à OSCARELLI #7 le 29/04/2007 à 09:30* :
    • « Bonjour à toi aussi!
      Sachant qu’à l’époque de ton Larousse le franc francais devait valoir 3 nois et deux cacahuètes de plus que le franc be... »
    il fut une époque où j’aurais pu placer ces noix et cacahuètes chez l’écureuil. Mais par ce beau temps, je penserais plutôt les présenter avec un p’tit apéro.
    A votre santé.
  • #11
    • OSCARELLI
    • 29/04/2007 à 10:38
    • En réponse à <inconnu> #9 le 29/04/2007 à 10:36 :
    • « Il semble que la valeur des mannequins soit inversement proportionnel à leur poids (n’est-ce-pas Quette Moche). Dans le monde de la mode, l’... »
    Bonjour de bon sang de bonsoir, mais où donc que t’étais passée? On se faisait un sang d’encre, là, Momo et moi, et pis les autres aussi!
    Maaarceeeeeeeeeelllllll, la Perrot est de retour! Un tournée sur le compte du patron! Ouaaaaaaahhhhh, ca fé du bien de nous savoir à nouveau au complet!
  • #12
    • cotentine
    • 29/04/2007 à 10:58*
    Étymologiquement, vient du latin aurum or », « objet fait en or », « monnaie d’or », « richesse », « couleur de l’or »). Anciennement, ce mot signifiait « jaune ». De plus, on le retrouve dans le sanskrit hari qui lui aussi veut dire « jaune ».
    Son symbole Au et son numéro atomique 79 (en chimie) ne lui confèrent guère plus de valeur qu’un autre métal, certes précieux, mais il est ductile et malléable comme un carambar ou un chewing-gum ! rien à voir entre le caram-bar et l’or en barre !!!
    Chacun croit que l’or est jaune brillant, mais c’est sans compter :
    • or blanc (qui désigne la neige)
    • or bleu (qui désigne l’eau douce)
      or noir (qui désigne le pétrole)
      or vert (qui désigne les espaces naturels)
      et les parachutes en or dont la presse et la radio ont beaucoup parlé ces dernières semaines et qui auraient (ou pourraient) faire des couilles en or aux bénéficiaires !
    Je n’en dirais pas + car le silence est d’or mais, pour ma part je préfère avoir (en toute modestie) un cœur d’or 😉 … quoique, avec mes quelques kg. superflus, je me demande si ça ne vaudrait pas le coup de gagner mon pesant d’or … ce serait, pour moi, une affaire en or car au Cours de l’or au 29/04/2007 le lingot vaut la modique somme de 15760,00 € 😄 😄 😄
    @ super ! Pétula, te revoilà ! bon dimanche ! ... et autres jours z’aussi !
  • #13
    • <inconnu>
    • 29/04/2007 à 11:01
    • En réponse à OSCARELLI #11 le 29/04/2007 à 10:38 :
    • « Bonjour de bon sang de bonsoir, mais où donc que t’étais passée? On se faisait un sang d’encre, là, Momo et moi, et pis les autres aussi!
      Ma... »
    ha ben mon, filo, ça fait plaisir (t’as pas eu mon mail ?)
    Mais dis moi, c’était quoi le plus dur: l’absence de la Perrot ou l’abstinence d’apéro ? 😉
  • #14
    • momolala
    • 29/04/2007 à 11:03
    • En réponse à <inconnu> #9 le 29/04/2007 à 10:36 :
    • « Il semble que la valeur des mannequins soit inversement proportionnel à leur poids (n’est-ce-pas Quette Moche). Dans le monde de la mode, l’... »
    Bonjour, d’un coeur léger !
    Et si le besant n’était que le besant, au départ, mais le besant héraldique ? Je m’explique : lorsque les Croisés s’exportèrent en Palestine, ils portaient certes la croix sur leur tunique, mais ils portaient leurs propres armes, et la hiérarchie entre eux, pour les autochtnones a pu se faire à partir de leurs écus, selon qu’ils étaient réhaussés de besants d’or, d’argent ou d’un simple tourteau. La valeur intrinsèque du porteur dudit écu a pu être étendue à la valeur de sa rançon, mais ça, seul Richard Coeur de Lion pourrait nous le confirmer ... Je situe les choses en Palestine, mais dans notre vieille Europe, ce devait être la même chose, comme code de reconnaissance dans la hiérarchie de la noblesse.
    C’était ma fantaisie du jour. Belle journée à tous, somptueusement douce et fleurie, comme l’Estérel ce matin !
  • #15
    • <inconnu>
    • 29/04/2007 à 11:12
    • En réponse à cotentine #12 le 29/04/2007 à 10:58* :
    • « Étymologiquement, vient du latin aurum (« or », « objet fait en or », « monnaie d’or », « richesse », « couleur de l’or »). Anciennement, ce... »
    rien à voir entre le caram-bar et l’or en barre !!!
    mais la Karembeu, c’est de l’or en barre ! (et j’en finirai là avec les portemanteaux pour aujourd’hui !)
  • #16
    • <inconnu>
    • 29/04/2007 à 11:39
    • En réponse à <inconnu> #4 le 29/04/2007 à 08:08* :
    • « Il fut une époque où j’ai frisé cela mais répartis sur 7 cm de moins ! Mais j’ai de gros os !
      Comment le besant d’or(et apparemment ce matin... »
    Moi j’ai surtout un gros cerveau, dommage qu’il est vide. Mais çà n’enlève rien à mon charme Méditerannéen.
    Bon, allez on a bien le droit de s’envoyer quelques fleurs, çà fait de mal à personne.
  • #17
    • OSCARELLI
    • 29/04/2007 à 11:58
    • En réponse à <inconnu> #13 le 29/04/2007 à 11:01 :
    • « ha ben mon, filo, ça fait plaisir (t’as pas eu mon mail ?)
      Mais dis moi, c’était quoi le plus dur: l’absence de la Perrot ou l’abstinence d’... »
    le plus dur? L’absinthe rance de Perault....
    L’abstinance due l’absence de Perrot?
    L’absence de Perrot aui provoqua l’abstinence?
    Quand on aime, on choisit pas. TOUT fut dur!!!!
    Même la Convention.24H!
    Ben non, j’ai pas eu ton mail... Y disait quoi?
  • #18
    • <inconnu>
    • 29/04/2007 à 12:35
    • En réponse à OSCARELLI #17 le 29/04/2007 à 11:58 :
    • « le plus dur? L’absinthe rance de Perault....
      L’abstinance due l’absence de Perrot?
      L’absence de Perrot aui provoqua l’abstinence?
      Quand on a... »
    J’avais répondu au mail de Momo, et à vous tous par la même occas’, et en gros ça disait que j’étais partie en vacances sur ma terre natale et que les congés scolaires ne me permettaient pas d’avoir souvent accès à l’ordi ! Sans parler du temps magnifique qui nous éloigne de la maison ...Mais je me vengerai dès jeudi !
  • #19
    • OSCARELLI
    • 29/04/2007 à 12:43
    • En réponse à <inconnu> #18 le 29/04/2007 à 12:35 :
    • « J’avais répondu au mail de Momo, et à vous tous par la même occas’, et en gros ça disait que j’étais partie en vacances sur ma terre natale... »
    L’important, c’est que:
    - tu aies pu partir,
    - que tu aies eu un temps magnifique,
    - que tu aies eu du bon temps,
    - tu en aies VRAIMENT profité,
    - que tu nous sois revenue en pleine forme et gonflée à bloc,
    - que tu te vengeras dès jeudi,
    - mais surtout:
    - que tu arrêtes de nous faire peur ainsi et
    - que tu ne nous fasses plus jamais jamais un coup pareil! 😄
    (c’est pour te faire bisquer, que je dis ca, ne me crois pas - enfin, je parle de la deuxième partie du message!)
  • #20
    • tytoalba
    • 29/04/2007 à 13:49
    • En réponse à momolala #14 le 29/04/2007 à 11:03 :
    • « Bonjour, d’un coeur léger !
      Et si le besant n’était que le besant, au départ, mais le besant héraldique ? Je m’explique : lorsque les Croisé... »
    le besant-tourteau est moitié métal, moitié émail, coupé horizontalement ou verticalement, à la condition que la moitié de dextre, si c’est un parti (vertical) ou la moitié en chef si c’est un coupé (horizontal) soit de métal. Dans le cas contraire, on parlera de tourteau-besant. Comme quoi tout est affaire de position.
    Tant qu’à faire, le tourteau je préfère le manger, s’il s’agit bien du crabe.
    J’avais déjà mon apéro et mes cacahuètes (cf. 7-10), maintenant mon tourteau.
    Je n’ai plus qu’à aller faire une petite sieste pour reposer mon neurone.