Avoir une faim de loup

Avoir très faim.

Origine

Le loup a une place très importante dans les contes, légendes et mythologies des pays européens. Souvent avec des aspects très négatifs (les démons vêtus de peaux de loup, le loup-garou, le grand méchant loup...) mais aussi, et plus récemment, plus positifs ou même tendres (mon p'tit loup, mon gros loup...).

L'origine de notre expression est facile à comprendre : la faim qui tenaille est 'dévorante', autant que le loup est réputé dévorer ses proies.

Cette expression, sous sa forme actuelle, n'est attestée que depuis le XIXe siècle.
Mais le symbole de voracité et méchanceté qu'est le loup depuis très longtemps avait fait naître des variantes bien avant puisqu'au XVIIe siècle, par exemple, on disait 'manger comme un loup'.

'de loup' a une valeur intensive qu'on retrouve aussi dans "un froid de loup", tout aussi glacial que celui "de canard" même si le volatile n'est pas connu pour agresser les brebis et les petits chaperons rouges.

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Avoir une faim de loup » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
Bulgariebg Гладен като вълкAffamé comme un loup
Allemagnede Einen Bärenhunger habenAvoir une faim d'ours
Angleterreen To be ravenousAvoir très faim
Angleterreen To be hungry as a hawkÊtre affamé comme un faucon
Angleterreen To be able to eat a horsePouvoir manger un cheval
Angleterreen To wolf it down.L'avaler comme un loup (rapidement).
Angleterreen To be hungry as a bearÊtre affamé comme un ours
Angleterreen To have a wolf's hunger / To be hungry as a wolfAvoir une faim de loup / Être affamé comme un loup
Angleterreen To be hungry as a hunterÊtre affamé comme un chasseur
Irlandeen To eat a horse between two matressesManger un cheval entre deux matelas
Angleterreen To be hungry as a horseÊtre affamé comme un cheval
Espagnees Tener hambre caninaAvoir une faim canine (dévorante)
Italieit Avere una fame da lupiAvoir une faim de loup
Latinla Rabidus fame, ceu canisÊtre affamé comme un chien
Pays-Basnl Honger als een paard hebbenAvoir une faim de cheval
Polognepl Być głodnym jak wilkAvoir une faim de loup
Roumaniero A-i fi o foame de lupAvoir une faim de loup
Serbiesr Biti gladan kao vukAvoir une faim de loup
Serbiesr Gladan sam kao vukJ ai une faim de loup
Belgique (Wallonie)wa I hagn'reut on clâ ès deuxIl mordrait un clou en deux

Vos commentaires
Froid de loup = grand froid pendant lequel les loups étaient obligés de sortir de leurs retraites pour trouver à manger.
le loup est un animal raisonnable qui ne mange que lorsqu’il a faim et surtout lorsqu’il a trouvé une proie capable d’assouvir sa fringale (sinon, il se contente de baies sauvages, d’insectes ou de poissons). Contrairement à ce que raconte Goupil sur Ysengrin, le loup est intelligent, capable d’émotions, à la fois craintif et "bavard" (diverses formes de langage : postures et regards, oreilles, etc.), très fidèle en couple, très social (avec une vraie hiérarchie), avec un sens aigu de sa famille et de ses responsabilités envers la meute et ses petits, s’il est le dominant ...
Le loup ne tue pas pour le plaisir, mais seulement pour survivre.Il est sportif et endurant ... Bref, en 2 mots, comme en 100, vous aurez compris que je suis passionnée par les loups et le mois dernier, j’ai eu le plaisir d’en approcher plusieurs lorsqu’un "Meneu’ de loups" est passé dans notre petite ville pour nous régaler de ses contes et légendes (bretonnes ou canadiennes)avec des loups, non pas apprivoisés, mais qui toléraient notre présence ... calme ! cette page   
On dit aussi que la faim fait sortir le loup du bois ...
réponse à . cotentine le 14/10/2007 à 03h21 : le loup est un animal raisonnable qui ne mange que lorsqu’il a faim et sur...
Le loup ne tue pas pour le plaisir, mais seulement pour survivre.
Il faudrait demander aux bergers du massif de Belledonne, dans l’isère, ce qu’ils en pensent (quand ils trouvent plusieurs brebis égorgées mais même pas entamées).
C’est comme les requins qui n’attaquent pas l’homme (sauf certains nageurs qui ont le malheur d’aller dans une zone où ils sont arrivés sans que les squales aient planté des panneaux d’avertissement).
On peut aimer et défendre les animaux, mais il ne faut pas non plus leur prêter des vertus qu’ils n’ont pas.
Froid de loup = grand froid pendant lequel les "retraités" étaient obligés de sortir de leurs retraites pour trouver à manger.
réponse à . God le 14/10/2007 à 07h40 : Le loup ne tue pas pour le plaisir, mais seulement pour survivre.Il faudrait dem...
Le loup est comme l’alligator.
Il est écrit partout que l’alligator, par opposition à son cousin le crocodile, n’attaque pas l’homme.
Le prblème, c’est que ni le loup ni l’alligator n’ont appris à lire!
Quant aux requins, j’en connais quelques uns qui savent lire et qui, malgré tout, attaquent l’homme...

Ici, cependant, je dois donner raison à Cotentine: le loup - d’une facon génerale - ne tue pas pour le plaisir, mais bien pour survivre. Le lion itou. Cependant, il est clair que certains animaux, comme le tigre "mangeur d’homme" ont "viré leur cuti" et sont devenus des "buveurs de sang".
Là aussi, en général, c’est parce que ces animaux sont soit des extrémistes (oui, il y en a, même si notre Belle Gique a décidé que Leterme serait mis à ces assertions), soit des animaux traqués, non pas par les moutons, mais plutôt par les bergers...
Donc, nous ne prêtons pas aux animaux des vertus qu’ils n’ont pas, mais nous leur rendons justice, en quelque sorte...
Tu remarqueras, mon Godemichou adoré, que j’ai écrit d’une facon générale. Il est clair qu’il y a des exceptions (c’était clair hier dans les bois, ca l’est encore aujourd’hui...)
réponse à . God le 14/10/2007 à 07h40 : Le loup ne tue pas pour le plaisir, mais seulement pour survivre.Il faudrait dem...
il s’agissait peut-être de brebis galeuses, ou qui avaient la maladie de la langue bleue, ou la tremblante. Le loup prenant alors conseil auprès de son vétérinaire ne prend pas le risque de manger de la viande contaminée. L’homme, cet animal intelligent n’a-t-il pas fait pareil, surtout certains chasseurs, qui ne tuent que pour montrer leur trophée. Et je ne parlerai même pas du pêcheur ou du moins pas dans l’immédiat. 
réponse à . file_au_logis le 14/10/2007 à 08h38 : Le loup est comme l’alligator. Il est écrit partout que l’all...
Nous avons eu en Belgique un crocodile qui avait bouffé du lion. Deux fois premier ministre, ministre de la défense et j’en passe. J’ai cité VDB, Van den Boeynants. Paul de son prénom.
Une "fin" de loup à cette page
Grande-Bretagne
Proposé par tourtinet To can eat a horse Pouvoir manger un cheval

"to can" ? la forme m’étonne. Ne serait-ce pas plutôt "hungry enough to eat a horse" ?
Le petit chaperon rouge ? Une petite salope qui sortait seule la nuit , prête à crier au loup, mais qui apportait son petit pot de beurre ... juste au cas où !
Cette poésie est belle et poignante. Je pense que les loups ainsi que les ours que l’homme réintroduit dans les forêts sont des animaux qui ont perdu leur instinct primitif. C’est là danger, ils ne sont plus des bêtes sauvages et ne sont pas dressés donc ils attaquent tout ce qui bouge, comme un chien, même inoffensif, le fait pour s’amuser. Comme les chats qui attrappent les oiseaux et les souris et après s’en être amusé les délaisssent.
Je suis contre la réintroduction des animaux sauvages et leur prolifération. L’homme les a exterminés et maintenant tout ce qu’il pourrait faire c’est remettre dans la nature des animaux issus de croisement et qui par ce fait deviennent encore plus dangeureux, comme les chiens croisés.
réponse à . file_au_logis le 14/10/2007 à 08h38 : Le loup est comme l’alligator. Il est écrit partout que l’all...
le loup - d’une facon génerale - ne tue pas pour le plaisir, mais bien pour survivre
j’ai souhaité en avoir le coeur net, et me suis rendu au zoo:
- monsieur Loup , puis-je vous poser quelques questions indiscrètes ?
- appelez moi Paul-Loup, c’était mon nom d’écrivain.
- vous dites "c’était" , vous n’écrivez plus ?
- non : j’ai bouffé mon nègre !
- ah, justement : l’avez vous tué pour le plaisir, ou pour survivre ?
- je n’ai jamais tué que pour survivre. Mais je dois ajouter que j’y prenais beaucoup de plaisir. Mais tout ça c’est fini.
- C’est triste une fin de loup !
réponse à . <inconnu> le 14/10/2007 à 10h56 : Cette poésie est belle et poignante. Je pense que les loups ainsi que les...
Sur le loup, les avis sont partagés, même en littérature.

Giono disait en substance, dans Un Roi sans divertissement, je crois (je cite de mémoire, pardonnez mes approximations) : "Les loups sont des bêtes avec lesquelles on peut s’entendre, sinon avec des mots, du moins avec des coups de fusil".

Mais La Fontaine, dans Le Loup et le Renard s’interroge quant à lui :
« Hé ! qui peut dire
Que pour le métier de mouton
Jamais aucun loup ne soupire ? »
Et, dans Les compagnons d’Ulysse ( cette page )
« Ne vous êtes-vous pas l’un à l’autre des loups ?
Tout bien considéré, je te soutiens en somme
Que, scélérat pour scélérat,
Il vaut mieux être un loup qu’un homme. »

Voyez aussi cette page
Quand un loup, dans une prairie ou paissent les agneaux, prend rendez-vous (on dit aussi prendre langue" - quelle belle expression!) avec l’un d’eux pour le manger plus tard, il remplit son office de pré dateur quand même, non?
réponse à . chirstian le 14/10/2007 à 10h50 : Le petit chaperon rouge ? Une petite salope qui sortait seule la nuit , pr&...
N’est-ce pas ce que Perrault laisse entendre (en termes plus châtiés... ou plus hypocrites) dans la moralité du conte :

On voit ici que de jeunes enfants,
Surtout de jeunes filles
Belles, bien faites, et gentilles,
Font très mal d’écouter tout sorte de gens,
Et que ce n’est pas chose étrange,
S’il en est tant que le loup mange.
Je dis le loup, car tous les loups
Ne sont pas de la même sorte ;
Il en est d’une humeur accorte,
Sans bruit, sans fiel et sans courroux,
Qui privés, complaisants et doux,
Suivent les jeunes Demoiselles
Jusque dans les maisons, jusque dans les ruelles* ;
Mais hélas ! qui ne sait que ces Loups doucereux,
De tous les Loups sont les plus dangereux.


(édition de G. Rouger, Garnier 1967)

* ruelles des lits, bien sûr…
réponse à . <inconnu> le 14/10/2007 à 10h56 : Cette poésie est belle et poignante. Je pense que les loups ainsi que les...
remettre dans la nature des animaux issus de croisement et qui par ce fait deviennent encore plus dangeureux, comme les chiens croisés.
si tu croises un loup croisé, ne reste pas les bras croisés : croise les doigts et prie pour que sa croix lui inspire des sentiments chrétiens.
Si tu l’entends prier "Seigneur, bénissez la nourriture que je vais prendre" , c’est que Dieu t’a exaucé.Arrête de prier, et cours annuler ton abonnement à Green Peace.
réponse à . syanne le 14/10/2007 à 11h02 : Sur le loup, les avis sont partagés, même en littérature. ...
Merci, Syanne, pour tes bonnes références. Décidément, je me sens en bonne compagnie sur Expressio !

Je me demande comment l’amiral va s’y prendre pour démontrer que l’expression du jour provient de la marine. Quelque chose avec chaloupé peut-être??

Mais c’est vrai qu’on dit bien du mal des loups et plus rarement des louves et des louveteaux. Pourquoi ?
Bon dimanche ensoleillé à tous
Dans la littérature , le loup est soit symbole de bêtise gloutonne face au goupil , soit symbole de méchanceté et de ruse dans les Contes , soit symbole de dévouement et de courage chez le poète , ou encore d’esprit de liberté face à l’animal domestique chez le fabuliste ! Quant au poème cité par Syanne , il est resté dans l’expression populaire :
"Elle a vu le loup hou hou ! Elle a vu le loup !" Comme quoi le loup est trempé à toutes les sauces ! Une grande figure de notre inconscient collectif pour la méchanceté , la cruauté , le danger qui guette la "brebis égarée" ! "L’homme est un loup pour l’homme" , franchement ce serait trop beau !
réponse à . cegede le 14/10/2007 à 11h32 : Merci, Syanne, pour tes bonnes références. Décidémen...
Je me demande comment l’amiral va s’y prendre pour démontrer que l’expression du jour provient de la marine.

Oh ! un loup de mer comme lui devrait prendre la vague...
Et pour tous ceux qui, comme moi, ont à cette heure une faim de loup : cette page

Bon appétit !
réponse à . syanne le 14/10/2007 à 11h47 : Je me demande comment l’amiral va s’y prendre pour démontrer ...
ou te parler du bandit, du scélérat en un mot comme en deux, le loup-bar. Du poisson à la mer, il n’y a guère plus que de la coupe aux lèvres.
Tu y as pensé en même temps.
Bonjour God. je retrouve sur Google l’expression du 17 mai 2006. Répondant à mon intervention " 29 " tu me répondais, au sujet de mon grand père qui disait " avoir vu pêter le loup blanc ", elle doit être de son cru ou de sa région
voircette page.
Mon grand-père était en effet originaire de Suisse et installé en Bourgogne. Il faut aller à la lettre V. Bon,le loup n’est pas blanc, je sais pas pourquoi. J’ai tapé "voir péter le loup blanc" et j’ai trouvé mon intervention et la réponse de God. Comme quoi Google nous surveille 
cette page je me suis trompée c’est cette page qu’il faut voir.
réponse à . <inconnu> le 14/10/2007 à 12h27 : Bonjour God. je retrouve sur Google l’expression du 17 mai 2006. Ré...
ah la la, j’en bave. Tentatrice, le premier mot en v est le vacherin. Que ne donnerais-je pour une fondue au vacherin, goûtée chez un cousin de la famille habitant près de Lausanne. C’est un fromage qu’on ne trouve pas chez nous.  Je parle bien sûr du vacherin fribourgeois. D’autres fromages portent le nom de vacherin.
réponse à . <inconnu> le 14/10/2007 à 12h27 : Bonjour God. je retrouve sur Google l’expression du 17 mai 2006. Ré...
le loup n’est pas blanc
Si, si, il existe ! c’est peut-être un loup albinos ?
Ça fait bien longtemps que j’ai "vu le loup" !!! 
Je ne vais pas me "jeter dans la gueule du loup", au contraire, bien qu’étant "connue comme le loup blanc" dans mon village (et même ailleurs), je vais "marcher à pas de loup" pour quitter cette assemblée en emportant seulement une "tête de loup" pour terminer le ménage … car c’est en sept./oct. que les plus belles tégénaires se réfugient dans nos foyers 
Et je vais aller dévorer mon déjeuner car je « crève la dalle », autrement dit : j’ai une faim de loup par ce beau dimanche ensoleillé.
réponse à . syanne le 14/10/2007 à 11h12 : N’est-ce pas ce que Perrault laisse entendre (en termes plus châti&e...
J’ai une faim de loup, dit la nymphomane.*

* Ceci n’est pas une pensée autobiographique, nan nan.
réponse à . cotentine le 14/10/2007 à 13h35 : le loup n’est pas blanc Si, si, il existe ! c’est peut-êt...
Ça fait bien longtemps que j’ai "vu le loup
Moi qui te prennais pour une pure et blanche colombe. 
réponse à . God le 14/10/2007 à 07h40 : Le loup ne tue pas pour le plaisir, mais seulement pour survivre.Il faudrait dem...
J’ai lu il y a quelques temps le roman "Un loup est un loup" de Michel Falco. Je n’ai pas trouvé ce livre excellent sauf sur un point, celui de la description de l’intérieur, puisque le héros vit avec eux, de la vie des loups : hiérarchie de la meute, organisation de la chasse, ... En conclusion, un loup reste un loup : c’est un animal social dont les règles de vie sont différentes des nôtres, qui doit chasser pour vivre et élever ses jeunes. Le mouton, la brebis sont ce qu’ils sont, des moutons et des brebis à l’instinct grégaire très fort mais, il faut bien l’avouer, à part les meneuses que les bergers gardent au fil des ans pour mener le troupeau, bêtes comme leurs pieds, élevés pour finir à l’abattoir et dans notre assiette. C’est le constat ; ensuite on y met ce que l’on veut d’affectif ou d’anthropomorphisme, libre à chacun d’en juger comme il l’entend.

@Claudine
Les loups qui vivent dans nos Alpes n’ont pas été réintroduits, contrairement à une légende tenace. Ils viennent des Apennins, en Italie où le loup n’avait jamais complètement disparu. Par contre, je crois savoir qu’il est question de les réintroduire dans les Pyrénées.
Avoir une faim de loup = avoir les crocs, disait Magnon.
réponse à . momolala le 14/10/2007 à 14h02 : J’ai lu il y a quelques temps le roman "Un loup est un loup" de Michel Fal...
Et voici un petit roman policier dont l’action démarre dans le massif du Mercantour, et qui se lit sans faim, entre chien et loup :cette page
réponse à . syanne le 14/10/2007 à 14h36 : Et voici un petit roman policier dont l’action démarre dans le mas...
Tu veux rire ma belle : Fred Vargas est tout entière sur une étagère de ma bibliothèque, y compris le tout premier roman aux éditions du Masque ! Pour ceux qui ne la connaîtraient pas, c’est l’occasion de la découvrir et de s’en régaler.

Momo-pédante va prendre une bonne douche, histoire de faire redescendre son stress et son cépon a des niveaux acceptables pour tous ! Bon après-midi à toutes et tous ! Pour les fans de rugueuby : la France a perdu une bataille, mais la France n’a pas perdu la guerre...
réponse à . momolala le 14/10/2007 à 14h46 : Tu veux rire ma belle : Fred Vargas est tout entière sur une é...
Ah, décidément, que d’affinités entre nous ! Mais moi qui croyais avoir tout lu de Vargas, j’en suis en fait restée à ses beaux livres noirs publiés chez Viviane Hamy, ou ses rééditions en poche. Ce "premier roman" aux éditions du Masque m’intrigue : s’agit-il des "Jeux de l’amour et de la mort", dont je viens de trouver trace sur un site ?
Avec tous les livres que je découvre sur Expressio, je vais devoir ajouter quelques étagères... mais où ? my God ! ma maison ressemblera bientôt à une échoppe de bouquiniste... je suis un"loup de bibliothèque" : je dévore !
fleurs carnivores , les gueules de loup bouffent les abeilles quand elles ont très faim.
quand l’agneau a une faim de loup, le mouron s’en fait.
réponse à . syanne le 14/10/2007 à 14h58 : Ah, décidément, que d’affinités entre nous ! Mai...
Exactement et le héros préfigure Adamsberg. Je l’ai trouvé par hasard tout seul dans une pile dans une librairie Raphaëloise délicieusement bordélique où je vais traîner de temps en temps, mais pas trop souvent car mon porte-monnaie prend une sacrée claque chaque fois !
Bon, allez cette fois il est temps d’aller se jeter dans le gueule de l’A-loup-is Alzheimer qui dévore la mémoire des pauvres mamans en y faisant des trous pleins d’incohérence. On s’étonne que je sois déjantée ! A tout à l’heure peut-être.
réponse à . momolala le 14/10/2007 à 14h02 : J’ai lu il y a quelques temps le roman "Un loup est un loup" de Michel Fal...
Les pauvres bêtes ont quand même été capturées, retirées de leur milieu naturel et implantées dans des forêts où la faune et la flore sont différentes, où la nourriture se fait rare. Il est normal qu’elles viennent se servir puisque l’homme leur offre les moutons sur un plateau (c’est le cas de le dire).
Le destin des moutons, même s’ils sont souvent considérés comme étant bêtes (ceci reste à prouver) n’est quand même pas de servir de repas aux loups.
Les animaux comme les hommes ont une intelligence plus ou moins développée selon le mode de vie qu’on leur impose.
Comme toujours l’homme veut jouer à l’apprenti sorcier et se plaint des conséquences que cela engendre.
réponse à . chirstian le 14/10/2007 à 15h16 : fleurs carnivores , les gueules de loup bouffent les abeilles quand elles ont tr...
Tu peux citer tes sources ? Je n’ai rien trouvé de tel. Par contre, si tu veux en offrir fais attention à ce qu’elles peuvent dire. cette page 
En Afrique subsaharienne, on dit plutôt avoir une faim de loup peint (Ars-hyène, de son prénom).

Et pour Tyto, voici ma source :
cette page
quand le loup rate une marche , on dit qu’il fait un loupé*. Quand il en rate deux , c’est un louping. Euh ? Le rapport avec la faim ? Ben, c’est ce que j’ai de plus faim à vous offrir aujourd’hui ...

*oui, comme le chat !
Deux étymologies pour les mots qui, d’une manière ou d’une autre, évoquent le loup :

- des mots de formation populaire qui viennent de l’étymon latin lupŭ : loup, louve, bien sûr, mais aussi la forme dialectale leu qu’on retrouve dans des toponymes comme Canteleu, ou l’expression « à la queue leu leu » (= « à la queue le loup » pour « à la queue du loup »).

- des mots savants créés à partir de l’étymon grec lykos (λύκος), tels que lycose, lycanthrope*, lycopode…

Ce qui est plus étonnant, c’est que ces deux étymons, le latin lupŭ et le grec lykos procèdent d’une même racine indoeuropéenne *wlkw (forme reconstituée par les linguistes), qui a également donné l’anglais "wolf" et l’allemand "Wolf".

Espéranto/indoeuropéen, même combat ?

* Avoir une faim de lycanthrope : vouloir croquer son prochain ? Et une faim de lycose (l’araignée-loup) : avoir envie de gober les mouches ?
réponse à . syanne le 14/10/2007 à 16h48 : En Afrique subsaharienne, on dit plutôt avoir une faim de loup peint (Ars-...
merci, ça fait toujours plaisir de s’instruire, je le connaissais sous le nom lycaon, mais pas sous l’autre appellation. 
réponse à . tytoalba le 14/10/2007 à 16h34 : Tu peux citer tes sources ? Je n’ai rien trouvé de tel. Par co...
Chirstian a dû regarder trop vite la fleur de muflier/gueule de loup et la confondre avec l’utricaire longifolia qui, elle, est vraiment carnivore !  voir cette page
réponse à . cotentine le 14/10/2007 à 18h16 : Chirstian a dû regarder trop vite la fleur de muflier/gueule de loup et la...
sans doute que oui. Je ne connais pas toutes les fleurs, ni leur spécificité mais il me semblait bien que la gueule de loup n’était pas carnivore. Encore une journée de culture et de distraction grâce à Expressio et à ceux et celles qui le fréquentent. Dommage qu’il y en ait qui ne se manifeste pas. Ils pourraient aussi nous faire partager leurs connaissances.
réponse à . tytoalba le 14/10/2007 à 18h51 : sans doute que oui. Je ne connais pas toutes les fleurs, ni leur spécifi...
il me semblait bien que la gueule de loup n’était pas carnivore

En ce qui me concerne, je n’ai pas pensé un instant que Chirstian ait fait une quelconque confusion botanique, mais seulement qu’il nous a offert un de ces jeux de mots dont il est accoutumé !
L’homme est un loup pour l’homme a dit Hobbes.
Nan nan pas Houbba mais Thomas l’autre philosophe, l’anglais 
Sur le vaste échiquier de not’ mond’ de misère
Un agnelet nature qui tétait l’onde claire
Se gourait pas un poil éclusant la lancequine
Qu’un loup l’cherchait partout pour en faire un Tajine.
- Viens ici p’tit loubard, qui t’a filé l’condé
De tremper ton gros blair dans mon sirop d’ablette ?
- Mais sire, je savais pas, j’en ai sifflé qu’un dé
Ce n’est pas pour si peu que vous m’faites la courette ?
Le loup à toute bubure enjambe le cresson
Poursuivant l’innocent qui a plus un poil de sec.
Le loup certes est plus fort, mais en guise de leçon
On verra qu’un teigneux peut tomber sur un bec.
Finalement comme chez nous, y a des moutons bêlants
Y a des faibles et des forts, y a des noirs et des blancs ...
Le roi, lui, il s’en tape, il est pas dans l’troupeau
Il compte en s’endormant ceux qui paient des impôts.

Moralité: Tuer un p’tit agneau sans défense ? ... C’est bien laid ...
Mais c’est pas dégueulasse avec des flageolets !

Pierre Perret
réponse à . cegede le 14/10/2007 à 11h32 : Merci, Syanne, pour tes bonnes références. Décidémen...
Bon, j’allais espliquer l’origine maritime, mais je constate que Syanne m’a devancé en 19. Ceci dit, et les marins au long cours ne me contrediront pas, on mange en général très bien et copieusement à bord, question de conserver le moral de l’équipage au zénith. Donc, il s’agit bien de la faim des loups de mer...
Ca fait du bien de se retrouver parmi vous. Une bonne petite goulée d’Expressio, ça requinque, peut-être pas autant qu’un Lagavulin, mais on a les orgies qu’on peut.  Bonne soirée et jolie nuit à tous !
le loup prend son pied dans un loupanard.
je reviens vers vous avec un loup blanc ... Il y est ... dans le film qui vient de sortir en salle : "un jour sur terre" cette page
(Cliquer sur « casting » puis sur la 4ème image de la 1ére rangée)
réponse à . syanne le 14/10/2007 à 10h38 : Grande-Bretagne Proposé par tourtinet To can eat a horse Pouvoir manger ...
Ouais en effet, ça coupe l’appétit. Si God pouvait soit l’enlever car nous avons le "to be able to eat a horse" qu’est correc’ ou le remplacer par "one, I, he, she, etc.. can, could eat a horse... as a result of the wolf’s hunger"

To be hungry as a horse
To have a wolf’s hunger = to be hungry as a wolf, etc..

les "etc"..seront dans les ailleurs
réponse à . cotentine le 15/10/2007 à 00h00 : je reviens vers vous avec un loup blanc ... Il y est ... dans le film qui vient...
Et pour compléter ton article cette page
Pour information, voici un merle blanc cette page
J’ai personnellement un jour aperçu une hirondelle blanche. Non, je n’avais consommé ni Chouffe, Leffe, Moinette ou autre breuvage qui pourrait laisser suspecter une hallucination.
Mais le loup blanc n’est pas un albinos mais une race particulière, comme il existe un renard blanc, un ours blanc, ... C’est la minute du blanc. 
réponse à . momolala le 14/10/2007 à 14h02 : J’ai lu il y a quelques temps le roman "Un loup est un loup" de Michel Fal...
libre à chacun d’en juger comme il l’entend
D’ailleurs, HoubaHOBBES, entre deux coloriages, n’a-t-il pas répondu de manière définitive à cette question ? (cette page)

PS : lu_45 après_27...
Avoir une faim de loup et boire comme un bar ! 2 noms de poissons qui ne sont en fait qu’un ! Le Loup - Bar !
Ce poisson bouffe tout ce qui passe à sa porté et se déguste accompagné de fenouil ! Un régal...
Il a peur des moutons, qui annoncent une grosse tempête et trouve parfois son chalut d’où l’expression c’est le début de la fin du loup ! L’amiral n’en n’ai pas revenu... Désolé
... Et au matin, le loup l’a mangée,
la chèvre de Monsieur Seguin.
Il l’a toute dévorée,
Sans une once de pitié, le gredin.
Bon, il avait une faim de loup
Faut le comprendre aussi un peu
Et après la chèvre et le chou,
Il a fini par un peu d’ bleu.
Même s’il avait très faim, Akéla n’a quand même pas mangé Mowgli ... Heureusement pour Cotentine !   

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Avoir une faim de loup » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

publicité
Expressio - le livre

Le contenu de ce site est si riche qu’un livre en a été tiré. Ce livre, devenu un best-seller est maintenant disponible en poche.

Ce commentaire ainsi que les réponses qui y sont liées, seront définitivement supprimés. Etes-vous sûr?