En toucher un mot / deux mots (à quelqu'un) - dictionnaire des expressions françaises Expressio par Reverso - signification, origine, étymologie

En toucher un mot / deux mots (à quelqu'un)

Parler brièvement de quelque chose (à quelqu'un)

Origine

Cette expression date du milieu du XVIe siècle. Son origine est plutôt facile à comprendre.

Quand vous parlez à quelqu'un, vous employez en général de nombreux mots. Si vous n'en utilisez qu'un ou deux, c'est que, mieux que Pépin, vous êtes très bref (Lien externe).
Bien sûr, il ne faut pas prendre 'un' ou 'deux' au mot. Il s'agit simplement d'une exagération classique servant à indiquer la brièveté de ce que vous avez à dire. D'ailleurs, pour confirmer la chose, on sait bien que dans Le Cid de Corneille[1], quand Rodrigue dit au Comte "À moi, comte, deux mots !", il n'a pas du tout l'intention de lui dire simplement deux mots.

Mais pourquoi 'toucher', me direz-vous ?
Eh bien ici on doit lui comprendre le sens peu usuel de "mentionner brièvement" ou de "signaler".

[1] Et non pas le Cidre de Cornouailles, comme je l'ai déjà entendu dire !

Exemple

« Saluer les trois dames, s'avancer vers elles, leur faire quelques compliments, juger à leur voix du degré d'indignation qui les tient, toucher un mot de la vive affection qu'on porte à la jeune demoiselle, témoigner des sentiments honnêtes et purs, reconduire les dames jusque chez elles, demander la faveur d'être reçu dans la maison... »
Champfleury - Souvenirs des funambules

« Tous les soirs, il s'empare de mon journal (...). Je t'avoue que ça me prive; et, si tu pouvais lui en toucher un mot... sans que cela ait l'air de venir de moi ! »
Eugène Labiche - Deux timides

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « En toucher un mot / deux mots (à quelqu'un) » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
Angleterreen To say a word or two (about something)Dire un mot ou deux (sur quelque chose)
États-Unisen To add one's two centsAjouter ses deux cents
Angleterreen To have a word (with someone)Avoir un mot (avec quelqu'un)
Espagnees Decir dos palabrasDire deux mots
Argentinees En dos palabrasEn deux mots
Équateures Anda al grano, por favor. Vaya al grano, por favorMarche au grain, s'il te plaît.- Venez -en au fait, s.v.p.
Canada (Québec)fr En souffler un motEn souffler un mot
Grècegr ψιθυριζω δυο φωνηενταChuchoter deux voyelles
Italieit Far parola di qualcosa a qualcunoFaire parole de quelque chose à quelqu'un
Belgique (Flandre) / Pays-Basnl Het met iemand hebben over (een onderwerp)L'avoir avec quelqu'un sur (un sujet)
Pays-Basnl Ergens een paar woorden aan vuil makenSalir un sujet avec quelques mots
Pays-Basnl Ook een woordje zeggenDire un mot
Pays-Basnl Iets aanstippenPointiller quelque chose
Catalogne (catalan)other Fer-ne cinc cèntimsEn faire cinq centimes
Polognepl W dwóch słowachEn deux mots
Polognepl Szepnąć słówko / dwa słówka (komuś)Chuchoter un mot / deux mots (à quelqu'un)
Brésilpt Dar dois dedos de proseDonner deux doigts de prose
Brésilpt Trocar duas palavras com alguémÉchanger deux mots avec quelqu'un
Brésilpt Dar um toque (em alguém) (sobre alguma coisa)Donner / faire un touche (à quelqu'un) (sur quelque chose)
Roumaniero A-i zice (cuiva) vreo douăDire (à quelqu'un) quelque deux

Vos commentaires
un Mo, 2 Mo = Momo ! :&rsquo)
c’est de toi qu’on cause, ma toute Belle !
mais comment s’exprimer brièvement dans ce cas ... it’s impossible !
Ah ben tiens, j’ai quelques mots en rouge, dont, dans le premier exemple cité par God : "porte", dont le lien mène tout droit à trois sites de vente de porte-jarretelles. Je vais en toucher deux mots à BB.
Ah bin l’est drôle, God... tout ce qu’il a trouvé pour illustrer "deux mots" c’est... "un mot". Y a du mou dans la corde à noeuds (expression issue de la marine), moi-je dis...
cette page
Aller de Charybde en Scylla
Ou de deux mots choisir le moindre..?
-Préférer l’Hôpital à la Charité.
réponse à . cotentine le 23/09/2008 à 00h29 : un Mo, 2 Mo = Momo ! :&rsquo) c’est de toi qu’on cause, ma...
Il y en a un qui n’a besoin de toucher guère plus de deux mots quand il touche Momo, tu le sais, Cotcot ! Tout son vocabulaire est dans la peau. Je vais faire revenir "langage du corps" dans le bandeau de droite, mais j’avoue que c’est, dans ce cas précis, celui que je préfère.
Un peu de culture locale détournée pour Syanne et Cotentine sa voisine : toucher Demeau peut être un but de balade du côté d’Avranches : voir cette page.
Chirac lui disait ça m’en touche une sans faire bouger l’autre, c’est pareil avec les mots ?
ça m’en touche un sans faire bouger l’autre. Une lettre en plus et... ça part en ....
En moucher un tôt.
réponse à . momolala le 23/09/2008 à 06h43 : Il y en a un qui n’a besoin de toucher guère plus de deux mots quan...
C’est du joli ! Au salon rose dès potron-minet ! Je lui en toucherai deux.
Si !
réponse à . momolala le 23/09/2008 à 06h56 : Un peu de culture locale détournée pour Syanne et Cotentine sa voi...
Et dans leur sud, les plaisanciers caboteurs en touchent Dumay.
"Toucher" = ici "effleurer" par opposition à "dire" (lui en dire deux mots) qui implique par contraste plus d’agressivité.
De deux mots il faut choisir le moindre, m’a-t-on toujours dit. Je cherche donc le moindre mot, mais entre nous l’entre-deux ne laisse guère de choix. Ce mot-ci ou ce mot-là ? Faut-il ronger son os ou bien ronger son frein ? Si je prends le frein, je n’avance guère, mais si c’est le mot « l’os », je vais me faire mordre le mot laid, c’est un risque à ne pas prendre par-dessus la jambe. Mieux vaut tourner les talons : je me prends au mot, d’ailleurs… et m’en vais changer la couche de culture de mes petits* élèves. Bonne journée.

* J’en ai un de 2,07 m, cette année (en première, ce qui lui laisse encore le temps de grandir un peu)
réponse à . syanne le 23/09/2008 à 08h23 : De deux mots il faut choisir le moindre, m’a-t-on toujours dit. Je cherche...
N’oublie pas la sieste ! Bonne journée.
Il est des mots qui "touchent"
des mots qui font trembler
isolés
sans contexte
et qui tuent.

Et d’autres enrobés
caressants,
pleins d’amour
qui vous donnent la pêche
l’envie d’aller jusqu’au bout.

J’ai mis à mon cou
un bijou à sucer
un collier de grains de grenades
envie...
de vivre jusqu’au soir
de ma vie,
entourée
de mots doux.
réponse à . cotentine le 23/09/2008 à 00h29 : un Mo, 2 Mo = Momo ! :&rsquo) c’est de toi qu’on cause, ma...
°
« En toucher un mot / deux mots (à quelqu’un) »
°
mais comment s’exprimer brièvement dans ce cas ... it’s impossible !
°
It’s no so difficult ... indeed ! e.g.
°
"E, Mc2"
°
"Oh Mollah"
°
"Oh Calcutta"
°
"Dehli Katmandou"
°
"Homo zyg"
°
"Ah Lola"
°
"Giga Mo" (1000000000 x 1000000 octets !!!)
°
"Méga Go" (mn = nm  )
°
"Ozyva kessako ?"
°
"Sarco...pithèque, scrogneugneu !"
°
"Cotcot poulette"
°
"Bercy Madame"
°
"Hein biloutes !"
°
"Ta gueule !" (mea culpa littéraire)
°
"Poster rieur" (ex: Charlot patineur, Gaston Lagaffe, Bart Simpson, Marx Brothers, etc.)
°
"Merde alors !" (cf. mea ibid)
°
"Expressio notes"
°
"Carla brunit"
°
"Sarko grandit"
°
"Péril jaune"
°
"Blanc bec"
°
"Noir Désir"
°
"Bleu Klein"
°
"Pois chiche"
°
"Homo sapiens", "Homo erectus", "Erection présidentielle" ...
°
"Ach MOFFAISITUDE ... !"
°
"etc."
°
"Stop" :&rsquo)
°
Vite mon expresso - sans "i" ni sucre svp - 80% d’arabica des Bolovens, 20 % de robusta d’Angola, corsé juste ce qu’il faut comme pour un milieu de semaine !
On travaille dur pour ...
Anticiper et être prêt à accompagner un krach mondial, aux craquements sinistres (et nonobstant bien de ... droite) d’une économie à bout de souffle, à force d’être vidée de son âme, à force de connement penser que le moyen doit supplanter la fin, l’Humain ... Mais bon, ceci est un autre débat.
En un mot comme en cent ...
"Vale !"
°
Ponn tchournée à touss (hein tonton ?)
°
j’ai noté deux touches de mon piano pour lui en toucher deux notes . Ca l’a beaucoup touché. Il ne trouvait plus ses mots, preuve qu’il avait oublié ses maux. Alors je l’ai retouché. J’ai touché les blanches. Partout. Et les noires aussi, mais avec respect. J’ai retouché les rondes pour qu’elles se sentent bien dans leur pot. Mais, en un mot comme en deux : je n’ai pas touché au silence. Il était trop parfait. Ecoutez :


hein ?
 
réponse à . chirstian le 23/09/2008 à 08h45 : j’ai noté deux touches de mon piano pour lui en toucher deux notes ...
Y a pas un bémol dans ton histoire ?
réponse à . chirstian le 23/09/2008 à 08h45 : j’ai noté deux touches de mon piano pour lui en toucher deux notes ...
Arrête de diéser en canard ! Il beugue sévère, ton éditeur de partoche, là... J’en toucherai deux mots à God, qui finalise le sien. On l’aura à Noël au plus tard. Youpi !
réponse à . Elpepe le 23/09/2008 à 09h25 : Arrête de diéser en canard ! Il beugue sévère, t...
A ta place j’aurais des doutes, c’est peut-être une promesse de gascon.  
réponse à . <inconnu> le 23/09/2008 à 09h38 : A ta place j’aurais des doutes, c’est peut-être une promesse d...
Ah ? Il nous trimballe, tu crois ? Fait le kéké avec sa clé de 12 juste pour épater la galerie ? Nous jette de la poudre aux yeux en nous faisant avaler des couleuvres ? Du broumitche pour attraper les allatches ?
L’éditeur de partoche ne serait rien d’autre qu’une chasse au dahu, alors ?!?
C’est à l’hôpital qu’il est le plus facile de toucher un maux ou deux, qu’on avait pas en y entrant.
réponse à . mickeylange le 23/09/2008 à 10h01 : C’est à l’hôpital qu’il est le plus facile de tou...
C’est la vieille histoire de l’arroseur arrosé, ça... T’avais qu’à pas y aller ! Te contenter de fantasmer sur les infirmières, sans vouloir à tout prix leur en toucher deux maux. Que mainant, te v’là en fauteuil roulant... :&rsquo)

PS : t’exhume d’un scooter ?
Anna
Sans avoir l’air d’y toucher, elle a dit des mots qui m’ont touché. Elle a voulu jouer à touche-touche, puis à touche pipi, et j’ai cru que j’avais touché le gros lot, mais j’ai toucher le fond quand j’ai vu qu’elle regardait de près mon larfeuille. Et là c’est moi qui lui ai dit touche pas au grisbi salope !
Françis.
réponse à . Elpepe le 23/09/2008 à 10h06 : C’est la vieille histoire de l’arroseur arrosé, ça... ...
C’est pas un fauteuil roulant mon Isetta, c’est un sac à dos.
Suffit de pas enlever ta ceinture de sécurité quand tu en sors et tu pars avec. Plus de problème de parking !
Desproges disait quelque chose comme :

De deux mots il faut choisir le moindre, certes mais s’agissant de gros mots, vaut-il mieux choisir grosse truie ou vieille pute.
réponse à . <inconnu> le 23/09/2008 à 10h27 : Desproges disait quelque chose comme : De deux mots il faut choisir le moi...
grosse pute
vieille truie

Anna Gramme
réponse à . mickeylange le 23/09/2008 à 10h20 : C’est pas un fauteuil roulant mon Isetta, c’est un sac à dos....
Ah ben oui, c’est vrai, ça... La mienne n’a pas de touche "pliage" sur sa télécommande. J’en toucherai un mot/heure au constructeur.
Oh, eh : Anna G®amme, c’est celle de l’Amirauté, hein ! Toi, tu peux signer Anna Conda ou Anna Purna si tu veux. Ou Anna Na...
Bonjour à tous;
Bon eh bien puisque personne ne semble s’y coller,je vais donc vous toucher un mot de notre convention Made in Brussel;

Des retrouvailles chaleureuses,
Un repas bien Belge et copieusement arrosé,
Un retour un pneu crevé !!!! mais content 
Voici en un mot de quoi, j’espère, vous donner envie de vous joindre à nous la prochaine fois

Belle journée à tous.

J’ai enfourché mes lunettes pour mieux voir ce que je dis et corriger !!!!!!!!!!!!
réponse à . louisann le 23/09/2008 à 12h05 : Bonjour à tous; Bon eh bien puisque personne ne semble s’y coller,j...
Qu’ouis-je ? Filou n’a pas fait de compte-rendu ? Ni HoubaHOBBES ? Ah, les cuistres... toujours prêts à se morfaler les frites et la bibine, mais pour le reste, hein... Je t’en vais leur souffler deux mots dans les bronches : collés samedi !
réponse à . Elpepe le 23/09/2008 à 10h36 : Oh, eh : Anna G®amme, c’est celle de l’Amirauté, hei...
scuze j’savais pas.
Ana Bas ®
réponse à . Elpepe le 23/09/2008 à 12h12 : Qu’ouis-je ? Filou n’a pas fait de compte-rendu ? Ni Houba...
Les conventions Toulonnaises c’est quand même plus sérieux que les Bruxelloises. D’ailleurs God ne s’y est pas trompé.
Foulamerd.
Meuh non, je déconne... ici, y’a pas plus de modèle déposé que de beurre dans la culotte d’un zouave. En un mot commençant, en vérité je te le dis, Anna Gramme fait partie du patrimoine d’Expressio, kif-kif Marcel Lapompe (le père de Marcelle) et tout le saint-frusquin : le phare et ses aménagements avec l’Amirauté, la clé de 12 et l’éditeur de partoche, la déité godesque et sa sacro-sainte Taxe à la valeur enlevée, la réthorique syannesque et la Marine elpépéIenne, les Belges et leur guerre civile, la torture chirstianistique des mots, vos noirs dessins, l’art de la fugue et du contrepet réunis, les mélanges caféinés de Thanhbach... Et l’inventaire complet serait bien trop long...
D’autant qu’il ne faut pas étaler notre patrimoine en ce moment, que le fisc plane au dessus de nos têtes avec ses serres prêtes à tout saisir, même les bonbons dans la poche des enfants !
quand Rodrigue dit au Comte "À moi, comte, deux mots !"

Ah ben j’ai toujours cru qu’il disait "A moi, comte de Meaux" ! Comme quoi je ne suis pas un aigle. Je ne suis pas non plus bossu, eh.
réponse à . mickeylange le 23/09/2008 à 12h25 : Les conventions Toulonnaises c’est quand même plus sérieux qu...
Ben oui, c’est toute la différence entre apôtres et mécréants, entre la Méditerranée et la mer du Nord, entre chien et loup, entre mets et toise, entre tiens et veau mieux que deux Motul auras, entre chat et vue... En deux mots :
bon appétit !
réponse à . Elpepe le 23/09/2008 à 13h02 : Meuh non, je déconne... ici, y’a pas plus de modèle dé...
Meuh j’l’avais pas pris autrement non plus !
réponse à . momolala le 23/09/2008 à 06h56 : Un peu de culture locale détournée pour Syanne et Cotentine sa voi...
sais-tu que j’ai "sévi" en classe maternelle à Poilley, pendant 5 ans à 20 m. de cette croix à la Ballue ! en deux mots : étonnant, non ? 
réponse à . <inconnu> le 23/09/2008 à 08h35 : Il est des mots qui "touchent" des mots qui font trembler isolés sans con...
tu as raison, les mots ont un pouvoir effrayant ou magique !
le mot qui tue, celui qui te déprime ou te casse et le bon qui te fait rire , mais le meilleur est celui qui te rend fière ou heureuse ! ;_) 
réponse à . <inconnu> le 23/09/2008 à 13h03 : quand Rodrigue dit au Comte "À moi, comte, deux mots !" Ah ben j&rsq...
laisse la bosse au malheureux Quasimodo défunt à cause d’un ou deux maux ! :&rsquo)
réponse à . <inconnu> le 23/09/2008 à 13h03 : quand Rodrigue dit au Comte "À moi, comte, deux mots !" Ah ben j&rsq...
Le vers original était : "passe-moi le Brie, Comte Robert". Mais il y avait trop de pieds, et, sans en faire tout un fromage, le corbeau, en fin renard, a pratiqué l’ellipse métaphorique et la catachrèse paradoxale réunies. Mais Syanne t’expliquera ça mieux que moi... 
réponse à . cotentine le 23/09/2008 à 13h55 : tu as raison, les mots ont un pouvoir effrayant ou magique ! le mot qui tu...
cette page
où Victor Hugo exprime parfaitement le pouvoir des mots.
réponse à . Elpepe le 23/09/2008 à 14h06 : Le vers original était : "passe-moi le Brie, Comte Robert". Mais il ...
Je ne vois pas le rapport entre le brie de Meaux et le cacatoès paradoxal, même avec une hélice.
réponse à . <inconnu> le 23/09/2008 à 15h04 : cette page où Victor Hugo exprime parfaitement le pouvoir des mots....
En quatre mots : Totor tartine au kilomètre.
réponse à . <inconnu> le 23/09/2008 à 15h13 : Je ne vois pas le rapport entre le brie de Meaux et le cacatoès paradoxal...
Moi non plus, pourquoi ?
réponse à . <inconnu> le 23/09/2008 à 15h04 : cette page où Victor Hugo exprime parfaitement le pouvoir des mots....
Pas tout à fait dans le même registre, il existe le "téléphone" de Péchin : Est-ce que je peux toucher votre fille ?
pour en toucher un mot correctement, il parait qu’il suffit de l’embrasser comme du bon pain !
Tiens voilà une expression non traitée par God !
réponse à . chirstian le 23/09/2008 à 08h45 : j’ai noté deux touches de mon piano pour lui en toucher deux notes ...
Moi, je rouve ton accord parfait, surtout le dernier.
Réflexion faite, je te trouve hardi de toucher à clavier.
réponse à . <inconnu> le 23/09/2008 à 15h04 : cette page où Victor Hugo exprime parfaitement le pouvoir des mots....
En un mot comme en deux, chut !
réponse à . <inconnu> le 23/09/2008 à 16h08 : pour en toucher un mot correctement, il parait qu’il suffit de l’emb...
Bonjour, nouveau ? Bon, pour proposer une nouvelle expression à God, tu vas dans "contact", tout là-haut à gauche, et en deux mots tu lui fourgues tes cinq. Et tu lui en serres autant, que tu lui colles du boulot en rab, qu’il faut qu’il fasse des recherches avec sa baguette de sourcier de 12, tu mords ?
Bien le caresser dans le sens du poil, que sinon il bâcle le blot en le traitant par dessus la jambe, genre "vous avez déjà embrassé du bon pain, vous ?" On le connaît...
Mais d’abord, tu vérifies dans "recherche" que l’expression qui te vient à l’esprit n’a pas déjà été traitée, sinon il te colle un pain, et samedi. L’est comme ça, God.
réponse à . cotentine le 23/09/2008 à 13h55 : tu as raison, les mots ont un pouvoir effrayant ou magique ! le mot qui tu...
Merci Cotentine!
Pour une bavarde comme moi c’est mission impossible. Pourtant, je fais quand même attention à ce que je dis. A la sortie de l’école tout à l’heure c’était pas chut!
Quel joyeux brouhaba, surtout quand on a pas à les supporter toute la journée.
Bon, les gosses : je pars toucher deux mots à BB de notre invitation en ville de tout à l’heure, que le temps qu’elle se prépare, se pare, se compare, se sépare de sa tenue pour un paréo et tout le bataclan, on finirait bien par être en retard !
Allez, au lit, etc...
Les mots peuvent parfois se résumer à des lettres comme ce petit poème qui date de l’occupation.

La nation ABC
La gloire FAC
Les provinces CD
Le peuple EBT
Les lois LUD
La justice AI
La liberté FMR
Les prix LV
La ruine HV
La honte VQ
Mais l’espoir RST
réponse à . Elpepe le 23/09/2008 à 18h06 : Bon, les gosses : je pars toucher deux mots à BB de notre invitation...
T’as toujours l’air d’avoir peur que le plafond tombe si tu le lâches. Mais va, va... On sait ce que c’est, nous aussi on a une vie..! :&rsquo)
réponse à . <inconnu> le 23/09/2008 à 15h04 : cette page où Victor Hugo exprime parfaitement le pouvoir des mots....
Ce mot que vous croyez que l’on n’a pas entendu,

Ce que je vois là, moi, en deux mots, c’est un vers boiteux.
Et ça m’étonnerait que le père Hugo ait laissé passer ça.
Même considérant le singulier (!) "en pantoufle"...

PS: J’ajoute que le "que vous croyez qu’on n’a pas entendu" lu ailleurs est si affreux, tant du point de vue de la syntaxe que de celui de la phonétique, que j’ai du mal à y croire.
"... que, croyez-vous, on n’a pas entendu..." par exemple, est une tournure qui ne saurait avoir échappé au Maître... Si..??!
Perplexe...
On en connait d’autres...
La différence, c’est juste le génie.
réponse à . <inconnu> le 23/09/2008 à 17h54 : Pour une bavarde comme moi c’est mission impossible. Pourtant, je fais qua...
Quel joyeux brouhaba

"Brouuuu..! A bas l’école.!!"..?? :&rsquo)
réponse à . AnimalDan le 23/09/2008 à 19h27 : Ce mot que vous croyez que l’on n’a pas entendu, Ce que je vois l&ag...
J’ajoute que le "que vous croyez qu’on n’a pas entendu" lu ailleurs est si affreux, tant du point de vue de la syntaxe que de celui de la phonétique, que j’ai du mal à y croire.

Le vrai vers est pourtant bien : Ce mot que vous croyez qu’on n’a pas entendu, ! (Toute la lyre, « Les sept cordes », III [La pensée], XXI, vers 12)


Ce n’est pas le seul vers cacophonique de Victor (méchamment parodié pour ses accumulations de sons chaotiques par l’un de ses contemporains dont – help, amis hugoliens ! – je ne parviens pas à me rappeler le nom). On pardonne à ce grand homme qui fut par ailleurs si magnifiquement prolixe.
réponse à . syanne le 23/09/2008 à 20h27 : J’ajoute que le "que vous croyez qu’on n’a pas entendu" lu ail...
je ne parviens pas à me rappeler le nom

Bonjour Syanne, je pense à Charles Baudelaire.
Les photos du phare, de la lentille de Fresnel sont magnifiques, comme je les aime...les escaliers vus de dessous, les gros plans.
Et le tout petit plan, dans les bras de son grand père (?)...aussi!
réponse à . subbuteo le 24/09/2008 à 06h31 : je ne parviens pas à me rappeler le nom Bonjour Syanne, je pense à...
Merci de ta réponse !
Mais ce n’est pas à Baudelaire que je pense : certes, comme nombre de ses contemporains – et encore beaucoup des nôtres – il trouvait au vers hugolien un peu de systématisme (Hugo est tellement « productif » que ses procédés d’écriture sont répétitifs et souvent trop visibles – il a par exemple la manie des antithèses - , et son style, c’est vrai, est quelquefois cacophonique sans que ce soit, semble-t-il, toujours délibéré), mais par ailleurs Baudelaire admirait Hugo, autant l’homme que le poète, et s’il s’est parfois irrité, lui si exigeant, d’une certaine facilité chez le « Maître », il ne l’a, à ma connaissance, jamais parodié.
Non, ce que j’ai lu était d’un plus obscur, et d’un vrai jaloux.
Si tu trouves, merci de m’éclairer !
réponse à . <inconnu> le 23/09/2008 à 15h04 : cette page où Victor Hugo exprime parfaitement le pouvoir des mots....
et à notre époque, pour ceux qui aiment Mylène Farmer, (si, si, ça existe, Mylène a des fans !!!) ... voici un de ses grands succès : cette page (et les paroles : cette page )
réponse à . <inconnu> le 23/09/2008 à 08h35 : Il est des mots qui "touchent" des mots qui font trembler isolés sans con...
Très joli...
réponse à . Elpepe le 23/09/2008 à 12h12 : Qu’ouis-je ? Filou n’a pas fait de compte-rendu ? Ni Houba...
Filou, lui, il rentre ce soir - oui, oui, d’un deuxième voyage - hé, rein tant! - avant de repartir mardi. S’il y arrive, y aura kèkchose à vent. Hobbes m’a déjà envoyé sa particule. Yapuka mettre en musique. Avec Lady Theur, ca irait puvit’, ben sûr!
réponse à . Elpepe le 23/09/2008 à 00h33 : Ah ben tiens, j’ai quelques mots en rouge, dont, dans le premier exemple c...
J’ai jamais vu de ces mots en rouge dont vous me rabattez les eaux reilles.
Ce que j’ai de rouge, c’est un bas rond, à force d’être assis dessus...
En un mot comme en sang...
Comme un petit bonheur, elle l’avait ramassé au bord du chemin.
Oh ce n’était pas grand-chose, juste un mot, un p’tit mot, un mot doux, un mot d’amour, un mot bleu qu’on dit avec les yeux ; elle l’avait glissé dans un mot-tiroir, le posant à côté des bons mots et de quelques mots d’usage, certaine qu’un jour elle l’écrirait à l’amie d’un Pierrot...

Lui ne comprit pas un traite mot de ce qu’elle lui contait à demi-mot, à mots couverts. Voulant avoir le dernier mot, il croisa les mots, les grands avec les gros. Il parlait, parlait sans peser ni mâcher ses mots. Il en dit tant que les mots vinrent à lui manquer... il cherchait ses mots.

C’est elle qui eut le mot de la fin :  Chut ! lui dit-elle, plus un mot.
Si je peux vous en toucher deux mots....

Il faut apprécier le brouhaha muet de ce site, ’spa? Oxymoriquement parlant.

"À moi, comte, deux mots" ou....À moi compte deux mots. Okay, un mot, deux mots.

Je suis bon élève, je me souviens de la phrase: Touche pas au grisbi, salope.
Mais je prévois peu d’occasions de la placer.
Il y eut l’Aigle de Meaulx (le Bossu, hé!). Il y a la moutarde de Meaulx.
De deux maux, il faut choisir le moindre
A L’occasion, e vous en toucherai deux mots. Quoique, je préférerais toucher le remboursement de mes impôts trop payés... Mais là, je ne reçois que des promesses. Des mots, toujours des mots... Dalida nous le disait déjà de long en large, sans son, même parfois...
²Et qui ne dit mot consent...C’est bref,clair et précis...
C’est beau la langue française,en ne disant rien on dit tout...
réponse à . DiwanC le 12/11/2011 à 01h45 : Comme un petit bonheur, elle l’avait ramassé au bord du chemin. Oh ...
En un mot: joli!
La meilleure illustration pour le sujet du jour: Cambronne.
réponse à . Muscat le 12/11/2011 à 08h28 : ²Et qui ne dit mot consent...C’est bref,clair et précis... C&rsquo...
Et si on parle des maux rachis, qui ne dit maux qu’ont sang?
Je trouve que quille et guibole sont des mots laids.
(même si ça ma fait une belle jambe!)
L’expressio du jour c’est bien : me moucher Aux Deux Magots? Non?



Sorry- j’arrive pas a m’en dormir.
Deux mots en un seul: là, là à cette page
L’autre jour, dans la rue, j’ai vu le guide de Meaux, passant.
Mais pourquoi ’toucher’, me direz-vous ?
Eh bien ici on doit lui comprendre le sens peu usuel de "mentionner brièvement" ou de "signaler".
ce sens "peu usuel" est mentionné par Alain Rey, mais je ne le retrouve nulle part ailleurs. Par contre Littré donne le sens de "Parler d’une chose, et, quelquefois, en parler incidemment." (Toucher un mot, quelque chose d’un sujet, en dire quelques mots...), et déjà en 1694 le Dictionnaire de l’Académie de 1694 précise : On dit, Toucher une chose, une matiere, pour dire, En parler incidemment dans un discours.
C’est donc bien le sens tactile qui est évoqué ici : toucher un mot, c’est effleurer un sujet.
Le petit américain parcourait, avec son prof de physique, la Seine-et-Marne.
- On reste à Meaux, Bill?
- O.K. et on dîne à Meaux, maître?
- Et on y dormira; à un hameau de Meaux.
- Tiens, j’apprends le ’mot hameau’, et ici, apprendre, c’est comme un jeu; le jeu de Meaux...
Ils ne dirent plus un mot jusqu’au resto: les mots lassent.
on dit de celui qui en touche un mot, en sachant se dégager habilement du sujet qui l’embête, qu’il motte en touche.  
Comme elle était muette, on l’avait prénommée Maud.
Il y a longtemps que sur expressio nous avons notre Momo à sourcils bleus et même, il fut un temps à mèche rouge, quand elle faisait le pompier dans les bois des Adrets. Il fallait la voir astiquer son casque devant les touristes égarés (et effarés) et d’un mot (le mot de Momo) les bouter hors des forêts interdites. Après leur départ elle restait seule écoutant le vent qui l’admirait en sifflant dans les branches, et le bruit sourd des dahus affolés qui tombaient dans les massif de Thym sauvage, de serpolet, de farigoulette, de pèbre d’ail et de lavande.
Le cordonnier pieux boit du Saint-émilion parce qu’il aime bien le mot qu’a saint.
réponse à . lalibellule1946 le 12/11/2011 à 03h19 : Si je peux vous en toucher deux mots.... Il faut apprécier le brouhaha m...
"À moi, comte, deux mots" ou....À moi compte deux mots.
ou encore : "À moi, conte deux mots...", autrement dit : "Raconte-moi, une courte histoire..."
A. Rey dit également que « mot » apparaît à l’écrit vers 980. A cette même époque, on disait « ne soner mot » pour « ne rien dire » ; l’emploi négatif évolue et se retrouve dans « Mot ! » (1480) pour « Pas un mot ! », autrement dit « Taisez-vous ».
Imaginez la tête du Jean-Pierre si Marchais avait lancé en 1981 :  Ne sonez mot, Elkabbach ! 
réponse à . DiwanC le 12/11/2011 à 14h01 : A. Rey dit également que « mot » apparaît à l...
Cela ressemble aussi à: "parler" pour "ne rien dire". Il y a bien moyen de faire Marchais les Jean (Pierre ou autres) avec cela!
réponse à . ThanhBach le 23/09/2008 à 08h37 : ° « En toucher un mot / deux mots (à quelqu’un) ...
Clochette 

Ach! c’est mot fée!
réponse à . mickeylange le 12/11/2011 à 12h23 : Il y a longtemps que sur expressio nous avons notre Momo à sourcils bleu...
Comme il est agréable ce petit souffle de l’été venu de l’Estérel.
Un peu plus haut, là sur la gauche, si on continue la promenade, n’est-ce pas... La Motte qu’on aperçoit ?
réponse à . DiwanC le 12/11/2011 à 15h44 : Comme il est agréable ce petit souffle de l’été venu ...
" n’est-ce pas... La Motte qu’on aperçoit ?" de Momo ?
réponse à . mickeylange le 12/11/2011 à 15h48 : " n’est-ce pas... La Motte qu’on aperçoit ?" de Momo&nbs...
Si - par décision de l’Amirauté - tu n’y étais déjà condamné, tu mériterais de passer tes samedis dans le cul-de-basse-fosse ! Sacripant !
Nuance
Expression est un groupe de mots et Homer Simpson et ses collègues le groupe de Moe.
Paradoxe d’admiration
À Longwy l’émau, ça rend muet. 
le mot notone est triste
le mot nologue est d’un seul mot
le mot rose est socialiste
le mot dérateur chasse les rats (comme Houbba)

Ach! c’est mot fée!®
En un mot comme en cent: cette page 
Mais pourquoi ’toucher’, me direz-vous ?
J’dis rien... mais je voudrais une démo !
Parce que si j’en touche un - voire deux si affinités, s’pas - là où il ne vaudrait mieux pas, je n’ai pas envie de m’en prendre une !
réponse à . DiwanC le 12/11/2011 à 20h27 : Mais pourquoi ’toucher’, me direz-vous ?J’dis rien... mais je...
je n’ai pas envie de m’en prendre une !

Une quoi ? Une cuite ? t’as pas toujours dit ça !
L’image vaut mille mots. Quel oiseau exquis!
réponse à . mickeylange le 12/11/2011 à 20h50 : je n’ai pas envie de m’en prendre une ! Une quoi ? Une cu...
Une quoi ? Une cuite ? t’as pas toujours dit ça !

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,
Vous qui arrivez sur ce mêêêrveilleux site, qui allez en savourer toute l’élégance, en goûter tout le sel, qui allez vous délecter de la fine culture qui y règne, un conseil : ne vous éloignez jamais trop longtemps de votre écran !
Vous tournez le dos et paf ! Vous revenez pour y lire des déclarations mensongères vous concernant, parfaitement inventées, dénuées de tout sens commun, bref : calomnie pure.
Faites gaffe, moi j’dis ! 
Oh ! Tu es de retour et tu n’en n’avais touché un mot à personne? Ca fait plaisir de te retrouver
réponse à . horizondelle le 13/11/2011 à 08h40 : Oh ! Tu es de retour et tu n’en n’avais touché un mot &a...
Tout comme toi.

Les mots ! Not' Georges joue si bien avec eux que c'est un bonheur de le lire avant que de l'écouter ! Il les marie, il les unit, il les oppose pour mieux les rapprocher...
Trouve-t-il un chrysanthème ? Il en fait une marguerite qu'il offre aux morts... Des morts qui prennent le chemin le plus long pour gagner le cimetière... En somme, ils font la tombe buissonnière... Et voilà que l'on sourit !

S'il a quelque chose à transmettre, il n'y va pas par quatre chemins. Il en touche un mot, deux peut-être... et l'affaire est dite !

Rapidement instruite par
Mes bons offices
,

Écoutez !...  
8 heures passées... Pas un mot plus haut que l'autre... Personne...   On pourrait s'écrire des mots bleus...
Et glisser deux mots ? c'est pour les skieurs  ?
- Tu sais que le jardinier de Molière, ne pouvait pas le blairer ?
- comment tu le sais ?
- il parlait de plantes grimpantes, parce qu'il haïssait le mot lierre !
Redif
- Chérie, quelle lessive j'achète ?
- celle qui lave plus blanc...
- je te prends au mot...
- oui, prends-moi Omo...
Au Kenya, années 50...
- Je vais leur en toucher deux mots !
- à qui ?
- Mau-Mau !
- oui, oui, deux mots...mais à qui ?
Il cherchait ses mots... Lui d'habitude si volubile, lui qui avait toujours un mot gentil à dire, un bon mot à partager, il bredouillait...
- Mon ami, je ne comprends pas un traitre mot de votre histoire ! se moqua-t-elle.

Il en fut tout morose... Pour elle, il voulait des mots exquis*...
- Ah ! comment lui faire comprendre en un mot, en deux peut-être, à quel point elle m'est tendre et combien son sourire me touche...
Il chercha tout le jour. Quand vint la nuit, au clair de la lune, il prit sa plume et de mots, il couvrit toute une page au bas de laquelle il signa : Pierrot.

* et non pas des esquimaux ! 
Gouverner par ordonnance... bref des lettres de cachets !
- Tiens, le prêtre musulman là-bas...
- je n'aime pas ce mollah !
- lequel ? prêtre ou musulman ?
Voilà, voilààààààààààààà........Pfouuuuuuu !...'xusez moi mais ce matin j'ai pas touché terre.....

Figurez vous que je croise un pote qui m'appelle:
-"Tiens tu tombes bien toi, faut que je te touche deux mots pour notre affaire...."

Et puis en fait de deux mots c'était long comme un jour sans pain !!

Bon je crois que c'est un peu tard pour le Georges du jour et le café...
Deux mots dans le Var sont égaux à deux chapitres très longs ! Enfin je crois...
réponse à . le gone le 20/06/2017 à 14h15 : Deux mots dans le Var sont égaux à deux chapitres très long...
Pas tout à fait, nous on parle plutôt avec les mains....et deux mots avec les mains c'est loooooooooooooooooooooong !
réponse à . joseta le 20/06/2017 à 12h38 : - Tiens, le prêtre musulman là-bas... - je n'aime pas ce molla...
En un mot Paterne était brillant. Brillant peut-être, mais pas joyeux le Paterne austère.
Une anagramme d'un mot, c'est quand on forme un autre mot avec les mêmes lettres.
Un palindrome, c'est quand on peut lire un ou des mots dans les deux sens.
"Prénom laid" est une anagramme de "palindrome", mais "Ana" qui est un palindrome n'est pas un prénom laid.
réponse à . Mintaka le 20/06/2017 à 16h28 : Une anagramme d'un mot, c'est quand on forme un autre mot avec les m&e...
Ça va toi ?... ou tu veux qu'on en touche deux mots à ton psy ?

réponse à . DiwanC le 20/06/2017 à 16h41 : Ça va toi ?... ou tu veux qu'on en touche deux mots à to...
Mintaka fait ses jeux de mots de tête.
Mais je peux vous dire qu'il râle ferme suite au manque de réactions à son sublime #170.
réponse à . DiwanC le 20/06/2017 à 16h41 : Ça va toi ?... ou tu veux qu'on en touche deux mots à to...
Mon troisième psy n'a pas supporté le choc de ma thérapie, pas plus que les deux premiers, d'ailleurs. Il a fallu les interner. Ils m'attendent chaque jour derrière la grille de l'asile pour me demander : "Vous êtes nombreux là-dedans ?" Et je leur réponds invariablement : "Un monde fou !"
Vous faites vos additions à vue de nez, en un mot vous addition-nez.
Blanquette contrairement à ce que vous pensez n'est pas un prénom mais un patronyme. Pour les différencier on dit la Blanquette de Seguin ou la Blanquette de Limoux, car elle était pétillante. La particule, très utile chez les chèvres (vous diront les légionnaires) est là pour "introduire" la notion du terroir d'origine.
Limoux est occupée depuis le néolithique, et pas que par des chèvres. Le menhir de "la pierre droite" honteusement plagié par les Bretons atteste de cette occupation précoce. Son climat, comme celui de Nice attire les vieillards catarrheux depuis le XIIIe siècle. On appelle cette spécialité de gardiennage du troisième âge le catharisme.
Au XIVe siècle la rive droite de l'Aude est un quartier de tanneurs de peaux de chèvres appelé "Blanquerie" L'exode des chèvres date de cette époque.
Limoux est une sous-préfecture avec un sous-préfet aux champs qui comme Georges écrivait des chansons célèbres  :
Toute la nuit le moteur vrombira
Et nous verrons les tours de Carcasonne
Se profiler à l'horizon de Barbeira
La lendemain toutes ces randonnées
nous conduirons jusqu'au flanc du coteau
Je t"attendrai à la porte du garage..
Blanquette de Seguin m'a fait voir le texto que Blanquette de Limoux vient de lui adresser :
Ma chère de Seguin
Comme je t'envie de vivre à la montagne. Ici avec la canicule l'Aude est à sec. Marcel n'a plus d'eau pour le pastis ! Hydratez vous qu'ils disent. Je voudrai bien parce que la houppelande ça tient "vachement" chaud ! Comme il n'y a plus d'eau on boit de la rosé de Provence car le vin d'ici avec ses bulles il fait roter comme du lagon bleu. Je rêve de tes torrents de montagne, des neiges éternelles où les loups se gèlent les... pattes.
Ici, même le boulanger n'a plus d'eau pour faire son pain. Sa femme est partie avec un berger, certainement pour fuir la sécheresse.
Je vais prendre la patache sur la route de Narbonne pour aller te retrouver Mais avant faut que j'aille chez le coiffeur. Si tu vois la fille du puisatier demande lui un seau d'eau et viens m'attendre à la diligence de Beaucaire avec.
En attendant grosses bises pitchounette.
- T'es revenu ? Où tu étais en vacances ?
- tu connais le Mossoul ?
- bien sûr, c'est le féminin de 'saoul'...mais où tu les a passées tes vacances ?
Comment combiner jungle et lions ?... Il suffit que nous jonglions avec les mots !
réponse à . Mintaka le 20/06/2017 à 16h53 : Mon troisième psy n'a pas supporté le choc de ma thérapie, ...
Hélas, c'est ainsi sur ce mêêêrveilleux site... On sue sang et eau pour écrire des pages sublimes, des bouts de sagas qu'envient les primés de chez Goncourt ou de chez Renaudot...... on assèche des dizaines d'encriers tant on a noirci de feuillets qu'on froisse pour recommencer et parfaire l'ouvrage.

Le lecteur t'encense une fois, deux fois... trois peut-être ; puis il s'habitue au charme de ta plume et trouve "normal" tes plus belles envolées !

Pour lui, ça fait des mois qu'on capture des meutes de loups, qu'on empoigne les cornes zébrées de troupeaux de biquettes... mais il s'en fout ! Le lecteur est ingrat : il consomme et puis s'en va...

Et toi, tu restes là... dépité, jurant qu'on ne t'y reprendra plus... mais l'envie est si forte qu'à la première occasion, tu plonges dans le pré au risque d'effrayer M. Seguin !

Hélas, c'est ainsi sur ce mêêêrveilleux site... Pas un mot – ni même deux ! – sur ton écrit de dimanche dernier qui pourtant ne laissait pas indifférent... Il alliait le romantisme à peine entrevu au réalisme le plus cruel... Et le lecteur pantois, refermait les "Tribulations de Blanquette" sur cette phrase magnifique : Blanquette avait vraiment vaincu le signe indien...

Bon... ça va comme ça ou tu en veux encore ? 
réponse à . mickeylange le 20/06/2017 à 17h01 : Blanquette contrairement à ce que vous pensez n'est pas un pré...
Ah ! te voilà enfin ! Remarquable et prolifique auteur trop méconnu ! Toi qui te déplumes chaque jour – ou presque – que God crée pour faire vivre à Blanquette des aventures si folles que le monde des amionautes en reste bouche bée...

Et, lisant ... on boit de la rosé de Provence car le vin d'ici avec ses bulles fait roter comme du lagon bleu, l'Alphonse D. mortifié s'écrit : Mais comment n'y ai-je pas pensé ?


réponse à . DiwanC le 20/06/2017 à 18h05 : Hélas, c'est ainsi sur ce mêêêrveilleux site... On sue ...
Mintaka te remercie de lui réchauffer le cœur (sans napalm). Il essaie de dompter son Chrome récalcitrant.
réponse à . Alnitak le 20/06/2017 à 18h14 : Mintaka te remercie de lui réchauffer le cœur (sans napalm). Il ess...
Le mot nu ment.
C'est pas pour te vexer, mais c'est pas plus mal quand tu as des problèmes avec ton navigateur. 
réponse à . Mintaka le 20/06/2017 à 16h46 : Mintaka fait ses jeux de mots de tête. Mais je peux vous dire qu'il r...
Ajoute un troisième pseudo à Mintaka et Aniltak par exemple Alnilam ça te feras le début d'un fan club !! 
"J'aime les écrivains brefs: deux mots, pas cent"
Guy
réponse à . mickeylange le 20/06/2017 à 18h33 : Ajoute un troisième pseudo à Mintaka et Aniltak par exemple Alnila...
Alnilam est déjà pris par quelqu'un qui sévit à la rubrique "Ailleurs", langue espagnole. Sinon, tu penses bien, un navigateur et une adresse mail en plus, ça ne m'aurait pas fait peur ! 
réponse à . mickeylange le 20/06/2017 à 17h01 : Blanquette contrairement à ce que vous pensez n'est pas un pré...
réponse à . SyntaxTerror le 20/06/2017 à 21h03 : le vin d'ici avec ses bulles il fait roter comme du lagon bleuC'est po...
Comme le disait Georges à ElKabach c'est un scandale. Liliane fait les valises.

Si vous souhaitez savoir comment on dit « En toucher un mot / deux mots (à quelqu'un) » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

publicité
Expressio - le livre

Le contenu de ce site est si riche qu’un livre en a été tiré. Ce livre, devenu un best-seller est maintenant disponible en poche.

Ce commentaire ainsi que les réponses qui y sont liées, seront définitivement supprimés. Etes-vous sûr?