Faire son deuil (de quelqu'un ou quelque chose) - dictionnaire des expressions françaises Expressio par Reverso - signification, origine, étymologie

Faire son deuil (de quelqu'un ou quelque chose)

Se résigner à en être privé

Origine

Le mot 'deuil', qui dérive du latin 'dolus', déverbal de 'dolere' (souffrir), désigne, au Xe siècle, la douleur ou l'affliction que l'on éprouve lors de la mort d'un proche.
Au XVe il désigne aussi le décès, la perte d'un être cher. Il aura également plus tard divers sens plus ou moins figurés, tous liés à la mort ou à une grande tristesse.

C'est dans la première moitié du XIXe siècle qu'apparaît notre expression qui ne s'applique d'abord qu'à une chose -qui peut disparaître, mais ne meurt pas- avant, bien plus récemment, de s'utiliser aussi à propos d'une personne.
Elle marque bien la difficulté qu'il y a à accepter la perte d'une chose à laquelle on tenait beaucoup ou d'un proche et, pour ce dernier, à se faire à l'idée de ne plus jamais le voir et partager de bons moments, la résignation n'étant qu'un sentiment forcé, non naturel, une acceptation par obligation.

Exemple

« Le domaine spirituel était le seul auquel nous puissions prétendre. Il faut en faire notre deuil. »
Jean Cocteau - Maalesh - 1949

« Faire son deuil d'un marin est hypothétique. Il y manque les sacrements des habitudes et du social. Personne pour lui fermer les paupières. Pas de certificat de décès, juste le journal de bord de l'équipage. Pas de veillée funèbre sinon un bateau tourneboulé qui cercle dans la nuit à sa recherche. Pas de toilette du mort, que les poumons qui se changent en branchies, que les goémons qui tirent vers le fond. Pas de poignée de terre sur le cercueil, pas d'éparpillement des cendres. Aucune pierre tombale, aucun terreau de mémoire, que le vaste océan impossible à lotir en concessions à perpétuité. »
Libération - Article du 22 juin 1998

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Faire son deuil (de quelqu'un ou quelque chose) » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
Pays de Gallescy Canu'n iach â rhywbethChanter sainement à la suite de quelquechose
Allemagnede Jemanden / etwas endgültig abhaken (können)(pouvoir) faire définitivement une croix sur quelqu'un / quelque chose
Argentinees Hacer su dueloFaire son deuil
Hongriehu Keresztet vethet rà.Faire une croix dessus.
Italie (Sicile)it Lassàri pèrdiriLaisser tomber
Brésilpt Abrir mão (de alguma coisa)En ouvrir main (à quelque chose)
Roumaniero A pune cruce (la ceva, cuiva)Mettre croix (à quelque chose, à quelqu'un)
Roumaniero A pune cruce cuiva (sau la ceva)Mettre la croix ( à quelqu'un ou quelque chose)
Roumaniero A-și lua adio de la cevaPrendre ses adieux (de quelque chose)
Slovaquiesk Rozlúčiť sa (s niečim)Faire ses adieux à quelque chose

Voir aussi

Vos commentaires
Par le plus étrange des hasards, cette expression était programmée pour lundi prochain.
Le très triste évènement d’hier m’a fait l’avancer de quelques jours.

Peut-être l’Amiral nous aurait-il dit, comme Brel (cette page), en s’accompagnant de sa guitare :
J’ veux qu’on rit, j’ veux qu’on danse
J’ veux qu’on s’amus’ comme’ des fous
J’ veux qu’on rit, j’ veux qu’on danse
Quand c’est qu’on m’mettra dans l’trou

Mais, pour ceux qui l’ont connu ou simplement lu et apprécié, nous n’aurons pas le coeur à chanter, ni à danser et il nous faudra longtemps avant que nous fassions notre deuil de ce cher marin.
réponse à . God le 30/03/2010 à 23h00 : Par le plus étrange des hasards, cette expression était programm&e...
Ce sera pas facile de faire notre deuil, mais l’amitié qui nous lie nous aidera à vivre dans son souvenir .
réponse à . God le 30/03/2010 à 23h00 : Par le plus étrange des hasards, cette expression était programm&e...
Merci, cher God, pour cette délicate attention.
C’est vrai qu’il aurait pu chanter ’Adieu Terriens, j’vous aimais bien".

Je n’ai jamais su ce qu’il pensait vraiment de ma façon de m’exprimer sur notre site. Je ne suis qu’un tâcheron, soucieux, avec quelques liens ou copies, de partager avec (combien?) d’autres ce que j’apprends moi-même nuit après nuit et jour après jour. Elpépé, c’était l’humour en permanence, la légèreté, mais jamais la vulgarité.

Après une période de doute, pendant laquelle j’avais déserté expressio, j’avais décidé d’y revenir de plus belle, et le jour de son anniversaire je lui avais dit "Promis, je reviens bientôt". Même si ça me bouffe le sommeil.
Au moment où je tiens promesse, c’est lui qui nous fait faux bond... Ironie macabre, qui m’a fait chialer comme un môme tout l’après midi d’hier.
réponse à . deLassus le 31/03/2010 à 00h44 : Merci, cher God, pour cette délicate attention. C’est vrai qu&rsquo...
Heureux es-tu d’avoir pleuré !

Moi je voudrais,mais voilà rien ne veut sortir, tout est bloqué.

Bon dieu que ça fait mal  
Je n’ai pas eu à chercher bien loin : Google me tendait les bras, noirs de crèpes :

cette page

Ce livre de 2005 est en aperçu incomplet. J’ai tenu pendant l’introduction, et je me suis à nouveau effondré vers la vingtième page.
Je vais essayer de dormir...

Ma fille (40 ans), attend pour la première fois un heureux événement pour dans 2 ou 3 semaines. Commencer à faire son deuil, c’est aussi se dire que nous sommes tous mortels, et que la vie continuera sans nous.
Mais que télescopage est dur à vivre !
mon émotion un peu calmée, IN MEMORIAM ELPEPE cette page 
réponse à . deLassus le 31/03/2010 à 00h44 : Merci, cher God, pour cette délicate attention. C’est vrai qu&rsquo...
Je pleure tout comme vous… et pourtant je ne l’ai pas connu. Alors, j’imagine votre chagrin à vous, ses vrais amis.
Je suis arrivée ici attirée par les expressions décortiquées… j’ai poussé la porte… et je vous ai rencontrés, vous tous et Elpépé… Ses colères feintes, ses emballements, ses moqueries généreuses, ses souvenirs où transparaissait parfois un peu de nostalgie, ses pirouettes, ses leçons de vie, de choses, de grammaire, ses cours de marine, son humour ! L’écran s’éclairait quand il intervenait. Il est bien gris aujourd’hui et pour un moment encore...

Quant à l’expression du jour - pardon God - mais faire son deuil je n’ai jamais bien compris ce que cela voulait dire.
Une question se pose à moi depuis hier, et pire que d’habitude elle m’a empêché de dormir : Que faire, ensemble, pour montrer notre tristesse et notre solitude maintenant qu’un être exceptionnel nous manque, et n’a pas fini de nous manquer ?
Quand je dis nous, je pense à la cinquantaine (d’après God) d’intervenants réguliers sur ce forum, mais aussi aux centaines, aux milliers peut-être de lecteurs silencieux qui nous lisent sans intervenir, dont sans doute une bonne partie séduite par les réparties de l’Amiral depuis 4 ans.
J’ai bien pensé à une convention extraordinaire*, mais nous sommes très dispersés géographiquement, et beaucoup d’entre nous travaillent.
Alors pourquoi pas une demi-journée dédiée, où l’expression du jour serait choisie, comme celle d’aujourd’hui, ou bien aléatoire, mais oubliée pendant quelques heures, et où chacun et chacune, habituellement bavard ou au contraire silencieux, écrirait simplement "Au revoir et merci, Amiral, et bons vents !"
Choisisons un jour (dans ma campagne natale on appelait ça faire la neuvaine), martelons, God en tête, le message, et au jour J des centaines d’interventions identiques, ou des variantes, seront visibles.
Ca vaut ce que ça vaut, le serveur n’y résisterait peut-être pas longtemps, mais quel charivari ce serait !

En tout cas, pour moi il faut faire quelque chose de grand. Elpépé, grand Amiral de la flotte expressionaute, était tout sauf ordinaire. Nous lui devons bien ça.

* Mais s’il se passe quelque chose au Mans, je confirme que j’y participerai.
réponse à . DiwanC le 31/03/2010 à 04h18 : Je pleure tout comme vous… et pourtant je ne l’ai pas connu. Alors, j&rs...
Il est bien gris aujourd’hui et pour un moment encore...
Tu as raison Germaine, demandons à God que le jour de son enterrement le fond d’écran d’expressio soit bleu comme la mer.
Il aurait aimé ce coup de colère :
Salauds de Google !
Depuis tout à l’heure, la pub à droite est "Quand allez-vous mourir ? Renseignez-vous dès maintenant !" ,le tout sur fond de pierres tombales.
réponse à . mickeylange le 31/03/2010 à 05h44 : Il est bien gris aujourd’hui et pour un moment encore...Tu as raison Germa...
Toi qui étais vraiment dans le premier cercle : c’est quand le jour de son enterrement ? Et où ? Et réservé à qui ? Et avec fleurs et couronnes ? Et, et, et ???
réponse à . <inconnu> le 31/03/2010 à 02h34 : mon émotion un peu calmée, IN MEMORIAM ELPEPE cette page ...
Je viens d’écouter.
Je suis avec vous dans votre chagrin.
On n’oublie rien de rien et on ne s’habitue pas non plus. L’oiseau rare qui s’est envolé laisse un vide aussi immense que son coeur d’Homme était grand. Quelle couennerie, la vie !
L’Amiral s’appelait Pierre.
C’était notre Pierre angulaire, dont le TLFi donne la définition suivante :

"Pierre, généralement de grandes dimensions, située aux angles d’un bâtiment et jouant un rôle primordial dans le soutènement de celui-ci."
réponse à . deLassus le 31/03/2010 à 05h24 : Une question se pose à moi depuis hier, et pire que d’habitude elle...
Je crois que notre chagrin à toutes et tous est immense. Il y a des personnes qui ne s’oublient pas, qui ne se remplacent pas non plus. Elpépé en fait et en fera toujours partie. Comme Borikito, d’ailleurs.
Je ne pense pas qu’il soit nécéssaire de se réserver une journée "spéciale". Je crois qu’Elpépé n’aurait pas aimé être mis en avant de la sorte. Et puis, que faisons-nous depuis hier?
Je proposerais plutôt que, je jour se son enterrement, à l’heure choisie pour cela (merci de bien vouloir nous la communiquer) nous fassions silence sur ce site pendant une heure et que - tous ensembles - nous pensions à nos disparus: Borikito et Elpépé. Nous sommes tellement dispersés, nous ne pourrons pas être tous présents. Puis-je demander à celles et ceux d’entre nous qui pourront y être d’être présent en notre nom à tous?

Ils ont tous deux marqué ce site de facon indélibile. Grâce leur en soit rendue.
A toi, BeeBee: nous pensons à toi. C’est vrai que ce sera dur, mais sache une chose: tu n’es pas seule! A côté de votre famille, il y a la famille d’Expressio.Nous aimons Elpépé, nous t’aimons de même! Même si c’#est un amour lointain et virtuel, il n’en est pas moins sincère.
C’est un vent de tempête qui souffle ce matin
qui soulève l’écume et pousse les nuages
une aube grise et des arbres qui dansent
à l’horizon la flèche vive d’un goéland
un bruit de vagues, un goût de sel
les contours flous de Jersey qui s’éveille
des pêcheurs patients au bord de l’orage
les marins savent bien que la mer les attend
la mer est ce matin plus vivante que jamais
et la mouette qui plane écarte les nuages


à Pierre
Père divorcé, le retour ! A mon bonheur passé... Avec par la même occasion un hommage à Mano Solo.

Ds-moi

Dis-moi que je crèverai seul comme un chien
En haut d’une montagne qui plonge dans la mer
La narine frémissante... Et tous les sens en éveil
Pour le dernier show... Le dernier show de la vie
Dis-moi qu’un oiseau viendra me rassurer de son indifférence
Tout va bien me dira-t-il, il est juste grand temps de pourrir
Dis-moi que les feuilles viendront roussir
Et qu’avec elles le vent m’emportera
Sans qu’aucun boulet de la vie pour une fois ne puisse me retenir

Alors il ne sera rien que je regrette
Sauf peut-être cette vie entière
Que nous n’avons pas vécue
Cette promesse non tenue

Mais qu’importe, que le vent m’emporte
Nourrir les vers et les cloportes
Ce sera bien là de toute une vie
Le seul contrat bien rempli

Je n’ai jamais vendu mon âme
Mais mille fois je l’ai offerte
En pure perte, en pur drame
En pâture aux femmes

Mais de tout ce vin ne reste que le tanin
Vinaigre de plaies par trop ouvertes,
Au fond d’un Graal, puits sans fin
Où se dilue l’hier sans lendemain
Mais dis-moi que ça ne fait rien
Ce sera juste la preuve que ce n’était que ça qu’être humain
Tout a une fin
Et putain une fin, c’est peut-être ça qui est bien
C’est peut-être ça qui est bien...
réponse à . file_au_logis le 31/03/2010 à 07h19 : Je crois que notre chagrin à toutes et tous est immense. Il y a des perso...
Très bonne idée que cette heure de recueillement. Je retire ma suggestion du petit matin.
Je crois qu’Elpépé habitait un village de la Sarthe. Si nous sommes plusieurs à nous rendre au Mans en TGV, on peut sans doute réserver des taxis. Ou louer des voitures à la gare.
Sauf indication contraire, genre stricte intimité, je tiens à m’y rendre. Ou bien les jours suivants, pour déposer quelques fleurs, et murmurer l’hymne d’Expressio qu’il m’avait envoyé par mail.
réponse à . file_au_logis le 31/03/2010 à 07h19 : Je crois que notre chagrin à toutes et tous est immense. Il y a des perso...
C’est une bonne idée de faire silence pendant une heure. merci d’y avoir pensé. Mais que c’est pénible de penser qu’Elpepe n’interviendra plus. Toute la journée d’hier j’ai lu et relu son intervention 69 du 29/03 et chaque fois c’est un pincement au coeur. C’était un au revoir, pas un adieu. Pourtant il était athée, mais qui sait ?
Durant cette heure de silence ayons également une pensée pour le papa de God, il l’aimais autant que nous.
Merci God, pour l’expression du jour.

Comme l’a si bien dit le très cher Elpépé, le carnet de colles est sur le comptoir. Je pense que le meilleur hommage qu’on puisse lui rendre, c’est de continuer son oeuvre.

Merci à Mickeylange et courage à nous tous, particulièrement BeeBee. Je vous embrasse.
C’est une journée bien triste sur ce site d’habitude si léger et enjoué. Je ne sais pas pourquoi, mais je n’ai pas envie de plaisanter aujourd’hui !!!
On dit que si un seul être cher vous manque, la terre entière parait déserte. Maintenant qu’Elpépé nous a quittés, Expressio est comme orphelin. Il était selon les cas : un ami, un conseillé, un éducateur, un grand poète, un père… Mais il était surtout un grand marin qui aimait transmettre ses connaissances. Des gens experts, ça ne manque pas, mais des experts suffisamment ouverts, patients et disponibles pour transmettre leurs connaissances sont plus rares, et il faisait partie de ces gens là.
Peut-être était-il athée, comme le dit Claudine, mais ce sont souvent les gens les plus humains. Je connais des gens "religieux" qui n’ont aucune valeur humaine, tellement absorbés qu’ils sont dans leur bigoterie.
Je pense aussi que l’hommage qui lui sera rendu ce jour (et sans doute aussi dans les jours qui viennent) est une preuve suffisante de notre affection pour lui.
Je suis bien sûr en pensée avec sa famille proche, et BB en particulier, étant très conscient du gouffre qu’il laisse derrière lui, comme le sillage d’un bateau. Mais là, la mer aura de la peine à se refermer...
Jusqu’à Anne de Bretagne c’était le blanc qui était la couleur du deuil. Elle prit le noir au décès de Charles VIII, changeant définitivement nos usages.
Au XIX siècle on fait son deuil d’une façon très codifiée : les "grand deuils" (parents, enfants, veufs et veuves) durent plus d’un an. Les deuils d’oncles et de tantes durent trois mois, ceux de cousins germains six semaines, de cousins issus de germains trois semaines, et ceux d’oncles à la mode de Bretagne onze jours. Voilà pourquoi -précise Beaucarnot- "du fait de l’importance numérique des familles d’autrefois, nos grand-mères prennent souvent le deuil à vingt ans pour ne plus jamais le quitter: entre ceux des oncles, des parents, des cousins ou des dizaines et dizaines d’arrières cousins. Parfois il leur faudrait presque un boulier pour ne pas se trouver en infraction. Aussi préfèrent-elles sans doute se résoudre à en faire leur perpétuelle tenue plutôt que de risquer de froisser quelque parent éloigné et d’être montrées du doigt dans la rue." (Comment vivaient nos ancêtres).
Pourtant le noir n’est pas une couleur triste ! Elpepe était pied-noir et plus gai que bien des pieds blancs. Et je suis sûr qu’il aurait aimé entendre Brassens aujourd’hui : (cette page ) .
Nous nous reverrons un jour ou l’autre... cette page
réponse à . DiwanC le 31/03/2010 à 04h18 : Je pleure tout comme vous… et pourtant je ne l’ai pas connu. Alors, j&rs...
je suis trop "jeune"ici que pour avoir connu et apprécié Elpépé, paix à son âme.
Pour répondre à votre interrogation, vous devez avoir traversé une épreuve douloureuse concernant un être cher.L’expression faire son deuil, je croie qu’elle se justifie lorsque on peux parler du défunt en toute sérénité.Le temps agit comme un médicament et aide à surmonter la douleur.
A VENDRE :

- 1 bateau mouche (visible à Saint Raphael)
- 1 Isetta
- 1 radiateur jaune
- 1 Bar (avec son bordel au premier étage)
- 1 stock de trirèmes (invendables ailleurs)
- 1 cul de basse fausse (beaucoup utilisé le samedi)

Nous avions souvent autant d’échanges sur le canal 12 que sur expressio, ou parfois on se lâchait un peu plus que sur le site sans choquer personne. Il y a trois semaines je vous livre un des quinze messages de la journée.
Vous imaginez aujourd’hui comme je regrette de ne pas être monté au Mans.

« Ah ben voui, là, tu montes au Mans aousqu’y fait 13° dehors et 10° au mieux ce soir, no problémo pour un couscous. Mais pas quand il fait 35° dans la cuisine avant d’avoir allumé le feu pour quelques heures, là je suis farouchement contre. T’as qu’à monter, et pis c’est tout ! Merde alors ! Tiens, avec la SNCF qui te fait préférer le train à l’Isetta, tu pars de Saint-Raphaël à 7h29 vendredi prochain par le TGV 6172, t’es Gare de Lyon à 12h10, t’as 50 minutes pour aller choper le 8621 Gare Montparnasse qui part à 13h00 et tu es au Mans à 13h59, sortie Gare Nord où la navette de l’Amirauté t’attend avec la catapulte chargée de rillettes bouillantes. Que le vendredi soir, rillettes fraîches sur pain de campagne grillé et Jasnières de derrière les fagots tartinées par BB avec amour et un couteau, samedi culturel dans le vieux Mans, le futur Grand stade de 25000 places "MMAreva" pour équipe de deuxième division prévue, le musée de l’automobile et baptème de l’air au-dessus du circuit des 24H, couscous de l’Amiral le samedi soir, et retour le dimanche (là, c’est le tout grand bordel, tu n’as d’autre choix que de passer une nuit dans un dur et sans couchette, apparemment) ou le lundi matin 7h03 du Mans et Saint-Raphaël à 14h29. Pour la modique somme de 259 €, qui ne couvre même pas le prix de mon assiette de couscous mouton-poulet-merguez de renommée inter-galactique... Enfin, c’est toi qui vois, hein !
Pour les invitations à la Convention, il me semble que l’annonce d’icelle, dans la première quinzaine de juillet sur le site, sera un délai raisonnable pour que les ceusses (dont Claudine) qui seront dans les parages aient le temps de se retourner. Voili voilou, bandit.
Et je pense à une semaine de Convention-croisière, en Manche (à cause des destinations îliennes perfides), s’il y a assez de partants pour une location de voilier, en 2011 par exemple.
Bon, allez, c’est l’heure, hein ! »
réponse à . deLassus le 31/03/2010 à 01h42 : Je n’ai pas eu à chercher bien loin : Google me tendait les br...
Je n’ai pas eu à chercher bien loin : Google me tendait les bras, noirs de crèpes :

merci pour cette découverte
L’Amiral est parti pour sa dernière croisière, sans moi, sans vous. Souhaitons lui bon vent ! Il sera incinéré, selon sa volonté, Vendredi 2 avril à 10h. Il vous embrasse tous par mon intérmédiaire. Bon vent Mon Amiral....
réponse à . BeeBee le 31/03/2010 à 09h53 : L’Amiral est parti pour sa dernière croisière, sans moi, san...
Pour toi cette page

... en attendant la résilience.

Bises
réponse à . deLassus le 31/03/2010 à 05h24 : Une question se pose à moi depuis hier, et pire que d’habitude elle...
Que faire, ensemble, pour montrer notre tristesse
à cette question vieille comme l’humanité, il y a eu bien des réponses.
A la ferme comme à l’atelier, on cessait le travail. A la campagne on" informait les mouches" , c’est à dire les abeilles (susceptibles et pointilleuses à cause de leur dard) en mettant un voile noir au sommet de la ruche. A la maison on arrêtait le balancier des pendules, et la disparition du tictac faisait qu’on "entendait" le silence et qu’on rendait étrangement palpable l’absence. Pour que l’âme ne puisse y voir son reflet, dans certaines maisons on couvrait les glaces, et ailleurs, on retirait une tuile du toit pour qu’elle puisse s’envoler vers le ciel. Chaque famille avait alors une branche de rameau et de l’eau bénite ramenée de l’église le samedi saint. On la plaçait près du lit du défunt, pour que tous les voisins puisse le bénir. Ils entraient en chuchotant, embrassaient les femmes, passaient la main dans les cheveux des enfants, pour leur faire comprendre qu’il y avait un passage de relais.
Dans mes souvenirs, cette occasion de rencontrer des cousins n’était pas un jour triste. On nous demandait de ne pas faire de bruit, et de ne pas rire, mais pas de pleurer. Et si la veillée commençait dans les prières, nous entendions bien qu’elle se prolongeait ensuite - sans nous- dans des souvenirs joyeux, largement arrosés toute la nuit.
réponse à . mickeylange le 31/03/2010 à 09h47 : A VENDRE : - 1 bateau mouche (visible à Saint Raphael) - 1 Isetta -...
C’est con ! y’aura plus personne pour te coller le samedi !
J’ai retrouvé cette page : c’est vraiment con !, il vient de la casser  
De la part d’un désabonné, mais toujours à l’affut :

Bonjour God. Bonjour à toutes et tous,

Je m’associe à la peine générale et présente plus particulièrement mes condoléances à la famille d’Elpp.
Je suis atterré... et forcément dans le chagrin. Si près du poisson d’avril, sûr, il aurait aimé en faire de joyeuses fariboles...

C’est le choc ! 

A bientôt,

Yannou
réponse à . BeeBee le 31/03/2010 à 09h53 : L’Amiral est parti pour sa dernière croisière, sans moi, san...
" Parti pèr Santo Repausolo ’ , notre Amiral , que je n ’avais pas rencontré mais qui faisait partie de ma vie quotidienne grâce à Expressio ; il nous manque déjà ; je suis de tout coeur avec vous .
réponse à . syanne le 31/03/2010 à 07h39 : C’est un vent de tempête qui souffle ce matin qui soulève l&r...
Merci syanne, c’est beau ce que vous lui avez écrit là.
réponse à . syanne le 31/03/2010 à 10h10 : Pour toi cette page ... en attendant la résilience. Bises...
Re merci. Je vais peut-être lire ce poème à la cérémonie.
réponse à . BeeBee le 31/03/2010 à 10h42 : Re merci. Je vais peut-être lire ce poème à la cér&ea...
Qu’il est difficile de croire certains jours !
Malgré le mal, croire que le bien est possible !
Malgré la souffrance, croire que le bonheur peut exister.
Malgré le conflit incessant, croire que la paix peut s’instaurer.
Malgré la faiblesse, croire que la force est au cœur de la vie.
Malgré la tentation du doute absolu, croire fermement et malgré tout que la vie a un sens et que l’amour est plus fort que la mort.
(Rosette Poletti)

Je suis heureuse de constater en lisant chaque commentaire, qu’il y a une force, une sincérité, une sensibilité palpable de la part de chacun. Le virtuel n’empêche pas les ondes de passer.
Avec toute mon affection
réponse à . BeeBee le 31/03/2010 à 10h42 : Re merci. Je vais peut-être lire ce poème à la cér&ea...
Toutes mes plus amicales et tristes pensées.

Tu évoques une cérémonie. Si celle-ci n’est pas "dans la plus stricte intimité", je désire vivement y être présent. Tout petit, dans un tout petit coin, mais présent.
Demande à God mon adresse mail pour me communiquer les lieux et heures par le canal 12.
Je compte sur toi, car n’ayant pas de voiture je dois prendre un billet de train demain au plus tard.
Si tu ne souhaites pas ma présence, sache que vendredi à 10 h je ne penserai qu’à ton chagrin.

Affectueusement,
Jean-Pierre
réponse à . deLassus le 31/03/2010 à 05h24 : Une question se pose à moi depuis hier, et pire que d’habitude elle...
Je ne connaissais pas Elpepe. J’avais juste plaisir à le lire.
Je suis choquée, là, ce matin, par son décès.
Oui, un vrai CHOC.
Je serai de cœur avec vous vendredi à 10 h.
J’interviens rarement, mais je lis tous les jours, bien sûr.
Je m’associe à votre peine à tous.
Simone
Absent de chez moi depuis plusieurs jours je découvre,il y a quelques minutes, en ouvrant mon courriel que deux expressionautes m’ont écrit pour m’apprendre l’horrible nouvelle.
Je viens de vous lire et j’écris ces quelques mots pour exprimer tristesse, peine et émotion.
réponse à . deLassus le 31/03/2010 à 11h33 : Toutes mes plus amicales et tristes pensées. Tu évoques une c&eac...
crématorium du Mans
128 rue Etienne Falconet
72100 LE MANS
à 10 heures
Tu seras le bienvenu comme tous ses amis d’expressio, BB m’a précisé que la cérémonie est ouverte à tous ses amis.
A vendredi.
réponse à . horizondelle le 31/03/2010 à 10h58 : Qu’il est difficile de croire certains jours ! Malgré le mal, ...
Le virtuel n’empêche pas les ondes de passer.
Et dire qu’il y en a qui pensent que dans les forums, les intervenants ne sont pas sincères, jouent un jeu ou se "créent" un personnage imaginaire ...

Je vois qu’on peut : dire plein de bêtises (et même des co....ies parfois), se marrer, se fendre la pêche, rigoler tout son saoul, mais toujours dans le respect d’autrui, en restant soi-même, et avoir des sentiments qui ne sont pas feints.
Ceci me rassure sur le genre humain !!!
Bon Pépé c’est l’heure !
Marceeeel
merde je viens de me réveiller, vas te faire foutre loufiat...
réponse à . BeeBee le 31/03/2010 à 09h53 : L’Amiral est parti pour sa dernière croisière, sans moi, san...
Un voilier passe

Je suis debout au bord de la plage.
Un voilier passe dans la brise du matin et part vers l’océan.
Il est beau, il est la vie.
Je le regarde jusqu’à ce qu’il disparaisse à l’horizon.

Quelqu’un à côté de moi dit : il est parti.
Parti où ?
Parti de mon regard, c’est tout.
Sa coque a toujours la force de porter sa charge humaine.
Sa disparition totale de ma vue est en moi, pas en lui.

Et juste au moment où quelqu’un près de moi dit : il est parti,
Il y en a d’autres qui, en le voyant poindre à l’horizon
Et venir vers eux, s’exclament avec joie :
Le voilà !!!




Maman a retrouvé ce poème et vous l’offre.
Amitiés, gros bisous, courage
Je ne vois pas quoi écrire... tous ceux qui écrivent le font beaucoup mieux que je ne saurais le faire.
La rédaction n’a jamais été mon point fort: mes notes étaient aux allentours de 7 ou 7... sur 20 ! Une fois: 13/20. Et encore j’avais, plutôt plus que moins, menti en faisant des réponses, disons bateau. Historie de ne pas montrer que le sujet ne m’inspirait d’aucune manière.
Là je comprends d’autant mieux que c’est ce qui est arrivé à mon père... Volilà, c’est.
réponse à . mickeylange le 31/03/2010 à 11h53 : crématorium du Mans 128 rue Etienne Falconet 72100 LE MANS à 10 he...
Merci infiniment.
Sauf incident ferroviaire grave, j’y serai.
Décidément, on dirait que google le fait exprès. Dans ma page de pub, j’ai ceci:
cette page  
réponse à . mickeylange le 31/03/2010 à 05h44 : Il est bien gris aujourd’hui et pour un moment encore...Tu as raison Germa...
En réponse à tes interventions 9 et 40

Nous serons tous là… les 50, les 500, les 5 000 visiteurs quotidiens pour lui dire « Jusqu’au revoir ! » car il paraît que, tous, nous nous reverrons un jour ou l’autre..

Pendant l’heure silencieuse (suggestion de file_au_logis) où l’écran sera bleu (ton idée) pourrait-il y avoir sa photo* ou mieux : sa photo avec BeeBee* ? Sur Picasa Album, il est soit de profil, soit dans les haubans, soit caché derrière des lunettes noires… Ça nous permettrait d’attendre les eaux vives car, pour de longs jours encore, le cœur est plutôt à marée basse...

* Bien sûr, si BeeBeee est d’accord et si technique c’est possible.
réponse à . arkanax le 31/03/2010 à 09h41 : je suis trop "jeune"ici que pour avoir connu et apprécié Elp&eacu...
Si Elpepe était là, il t’aurait appris avec sa verve généreuse qu’ici il est de bon ton de se tutoyer ; c’est comme ça et pis c’est tout. aurait-il ajouté.

Pour te répondre, bien sûr je connais l’expression « faire son deuil ». Théoriquement. Mais quand on est au fond du trou, écrasé(e) de chagrin, comment fait-on ? « Sérénité » est un sentiment à tout jamais banni. Quant au médicament qui calme cette douleur si tu le connais...

Pour certains, reste la prière… Dieu, Allah, Jéhovah ou Vishnou… Difficile de trouver le chemin qui mène à la chapelle, à la synagogue ou à la mosquée. Alors, on lèche ses plaies au fond de la niche.
réponse à . Jonayla le 31/03/2010 à 13h19 : Un voilier passe Je suis debout au bord de la plage. Un voilier passe dans la b...
Merveilleux message d’espoir !
réponse à . <inconnu> le 31/03/2010 à 02h34 : mon émotion un peu calmée, IN MEMORIAM ELPEPE cette page ...
Lorsque mon fils aîné puis mon mari nous ont quittés, j’avais en tête l’image d’une mouette volant très haut, très loin dans le ciel jusqu’à rejoindre les étoiles.Ce ne sont pas de ces étoiles qu’on a parfois dans les yeux mais de celles qu’on porte dans son coeur à jamais. Il y en a maintenant une de plus dans mon coeur.
réponse à . DiwanC le 31/03/2010 à 04h18 : Je pleure tout comme vous… et pourtant je ne l’ai pas connu. Alors, j&rs...
Alors Diwan tu sais comme moi que ce n’est pas ce qu’on va dire à Beebee qui est important, c’est ce qu’on va lui laisser dire et ce qu’on va faire pour qu’elle puisse le dire.
La présence et surtout l’écoute. Rien d’autre mais l’essentiel.
réponse à . DiwanC le 31/03/2010 à 13h54 : En réponse à tes interventions 9 et 40 Nous serons tous là...
sa photo, son image ??? bof ! ça ne rendrait pas LPP plus aimable, plus gracieux que la nature ne l’a fait ... son physique ne correspondait pas à l’image que chacun peut s’en faire : c’était un magicien, une "grande gueule" parfois, un ami comme on en rencontre peu, alliant la malice , l’humour à la modestie, la gentillesse et la finesse à la volontaire jobarderie ...
etc. (j’ai trop de contradictions à exprimer sur son caractère) ...
Pour l’avoir rencontré maintes fois en "conventions" avec BB et tant d’autres ... moi aussi, j’ai mal à imaginer qu’il ne nous a pas fait un mauvais "poisson d’avril" avant l’heure ... Il nous laisse au bord du chemin ... avec notre chagrin !
* Méfie-toi, Delassus ! le TGV qui entre en gare du Mans, si Lpp ne vient pas te prendre chercher sur le quai, tu es perdu !  
Ce poème de William BLAKE (1757-1827) a été lu par sa fille lors des obsèques de Pierre BEREGOVOY début mai 1993. Ma tante l’avait relevé ; je l’ai lu lors de ses obsèques le 2 janvier dernier.
réponse à . cotentine le 31/03/2010 à 15h04 : sa photo, son image ??? bof ! ça ne rendrait pas LPP plus aimab...
sa photo, son image ??? bof !

Plutôt d’accord avec toi, comme beaucoup ici, je l’ai apprécié non pas parce qu’il était grand ou petit, moche ou beau, mais par ses interventions.
Comme on dit dans ma religion : on juge l’arbre à ses fruits. Il peut être bancroche ou mal foutu (révérence gardée !), s’il donne beaucoup de fruits, c’est un bel arbre.

Je propose de ne jamais remplir la case 72 et si c’est techniquement possible d’y mettre automatiquement un message ou la photo d’un pot de rillettes.
réponse à . cotentine le 31/03/2010 à 15h04 : sa photo, son image ??? bof ! ça ne rendrait pas LPP plus aimab...
Toi, tu l’as vu... nous, non. Bien sûr, que - photo ou pas - ça ne changera rien... mais il fera partie des albums de nos vies. Et quand, en feuilletant l’un deux, un de nos petits-enfants pointera le doigt sur son visage en demandant C’est qui, lui ?, nous répondrons, en regardant la mer de nuages au-dessus de nos têtes : Un ami... Même si l’amitié, virtuelle ou pas, n’a pas besoin de preuve matérielle pour exister.
réponse à . cotentine le 31/03/2010 à 15h04 : sa photo, son image ??? bof ! ça ne rendrait pas LPP plus aimab...
C’est quoi, ce "Méfie-toi, deLassus"?
Je descends à la gare du Mans, je trouve un taxi et je vais à l’adresse que Mickey m’a donnée en # 40 et basta !
Tu crois qu’il n’y a pas de taxi au Mans, ou bien qu’ils n’ont pas le plan de la ville ?
Ou bien il y a un piège ?

Dis-le vite, car je vais acheter mes billets de train dans une heure.
Merci.
réponse à . cotentine le 31/03/2010 à 15h04 : sa photo, son image ??? bof ! ça ne rendrait pas LPP plus aimab...
Méfie-toi, Delassus ! le TGV qui entre en gare du Mans, si Lpp ne vient pas te chercher sur le quai, tu es perdu !

Pas ce jour là !
Tous ceux qui vont descendre du train, ce sera pour se rendre à la cérémonie d’adieu.
réponse à . SyntaxTerror le 31/03/2010 à 15h38 : sa photo, son image ??? bof ! Plutôt d’accord avec toi, co...
Je propose de ne jamais remplir la case 72 et si c’est techniquement possible d’y mettre automatiquement un message ou la photo d’un pot de rillettes.

Belle idée... Beau clin d’oeil qu’il aurait sans doute apprécié. Et merci parce qu’en lisant cela, nous serons plusieurs à avoir retrouvé le début d’un commencement de sourire... Voilà de longues heures que ça n’est pas arrivé.
réponse à . DiwanC le 31/03/2010 à 15h46 : Toi, tu l’as vu... nous, non. Bien sûr, que - photo ou pas - ç...
Mais tu peux le voir en cliquant sur le lien que donne Lebodan ubbleu en 31. Il est avec son dernier petit fils. Cherche avec les flèches de Picasa.
Que c’est triste aujpurd’hui ! Elle existe très fort cette amitié virtuelle dont tu parles.
réponse à . <inconnu> le 31/03/2010 à 16h11 : Mais tu peux le voir en cliquant sur le lien que donne Lebodan ubbleu en 31. Il ...
Exactement le passage de relais dont parle Chirstian en "30" ! Tristan était encore
si fragile et le grand-père tellement ému : magnifique photo !
réponse à . deLassus le 31/03/2010 à 15h54 : C’est quoi, ce "Méfie-toi, deLassus"? Je descends à la gare...
Il s’agit de l’interprétation donnée à une phrase dans un compte-rendu sur une convention mancelle en 2007 je crois où il était dit:"LPP a pris File-o-logis sur le quai de la gare".
Tu comprends le sens donné au mot "pris" et ça a fait longtemps les choux gras d’expressio et récemment encore. Donc quand quelqu’un annonce qu’il va au Mans, la réplique est inévitablement:"Méfie toi de LPP sur le quai de la gare. 
Oh mon God adoré, tu as créé un si bel outil : Expressio, dans lequel il y a plein de rouages. Par ta miséricorde divine, ce n’est pas qu’un grain de sable qui a enrayé cette mécanique, c’est carrément un rouage, et un gros, qui en est parti. Bien sûr, et heureusement, Expressio ne s’arrêtera pas pour autant, mais ça ne sera plus pareil !
Pour ma part, si vers 10/11h je n’avais pas vu d’intervention d’Elpépé, je me demandais (parfois je l’écrivais même !) : Ben, il est où Elpépé ?
Maintenant, je ne me poserai plus la question !!! Je sais où il est.

Je ne sais pas si tu existes vraiment, je ne suis pas si sûr que le paradis existe dans l’acceptation chrétienne du terme, mais s’il y a un lieu pour les justes, je sais qu’il y est. Car il était bon et disponible pour tout le monde.
réponse à . <inconnu> le 31/03/2010 à 16h33 : Il s’agit de l’interprétation donnée à une phra...
Merci pour cette explication.
Je vais donc prendre mes billets de train.
réponse à . <inconnu> le 31/03/2010 à 16h11 : Mais tu peux le voir en cliquant sur le lien que donne Lebodan ubbleu en 31. Il ...
Ce matin, j’y suis allée sur Picasa... j’ai navigué avec les flèches... (Je me suis attardée sur cette attendrissante photo du grand-père et du petit-fils). Mais il est de profil.
Bon, c’était une idée. C’est tout et c’est sans importance. Faites comme vous voulez !
Si vous saviez comme j’aimerais être collé 2 heures !....
réponse à . DiwanC le 31/03/2010 à 16h42 : Ce matin, j’y suis allée sur Picasa... j’ai navigué av...
J’étais assez d’accord avec toi.
J’aime contempler les visages de ceux et celles qui m’ont laissée en rade. Il y en a déjà beaucoup !
C’est curieux, je le ressentais aussi comme un Pépé, quelqu’un qui vous apprends un tas de choses, vous fait rire, mais vous garde à l’oeil, comme les vilains garnements que nous étions, un peu grâce à lui. Et pourtant, j’ai une grosse dizaine d’années de plus.
Elpépé, le maire d’Expressio, ou peu s’en faut, était avec nous, parmi ses pairs.
Il a empoigné sa paire de rame et repris la mer. Cela m’a fait tout drôle. J’ai voulu appeler BeeBee hier, sur son portable - à lui - et je l’ai entendu me dire: "Je suis em mer".
BeeBee, s’il-te-plaît, tant que tu ne décides pas de fermer cette ligne, laisse ce message, s’il-te-plaît.
réponse à . DiwanC le 31/03/2010 à 15h46 : Toi, tu l’as vu... nous, non. Bien sûr, que - photo ou pas - ç...
Il est sur cette page volée à notre Memphis. Je trouve bien de conserver l’image de son regard.
réponse à . momolala le 31/03/2010 à 17h10 : Il est sur cette page volée à notre Memphis. Je trouve bien de co...
Tun’as rien volé Momo, Memphis nous l’a offerte ce matin. On est tous bien malheureux aujourd’hui mais ce qui est beau c’est notre union dans le chagrin. Bee Bee doit être fière qu’il soit tant aimé. Je l’embrasse encore, je pense à elle tout le temps. J’ai pas le courage de faire son numéro de portable, pourtant je pensais que j’aimerais entendre encore sa voix.
réponse à . momolala le 31/03/2010 à 17h10 : Il est sur cette page volée à notre Memphis. Je trouve bien de co...
Merci. Tu as tout compris. Je n’en demandais pas plus.
réponse à . <inconnu> le 31/03/2010 à 16h48 : Si vous saviez comme j’aimerais être collé 2 heures !......
collé deux heures
réponse à . momolala le 31/03/2010 à 17h10 : Il est sur cette page volée à notre Memphis. Je trouve bien de co...
M E R C I Momolala. Le regard est bien celui que j’imaginais. Ca me fait chaud au coeur.
Je ne peux rien dire d’autre, Mickey

Hobbes-cédé
faire son deuil ... de quelque chose je connaissais mais faire son deuil de quelqu’un c’est plus difficile à concevoir car celui ou celle qui est mort quitte t’il un jour la mémoire de ceux qui l’on connu et apprécié
Veiller les défunts aide au processus de deuil mais de là à en faire notre deuil c’est une autre affaire
je ne connaissais pas l’Amiral dont vous parlez mais nous venons d’être touché par la mort d’un père et son fils alors , en vous lisant je me suis sentie en phase avec vos écrits

ps publier cette expression le lundi de Pâques alors que JC est à nouveau en vie selon les évangiles , étais ce le fait du hasard ou d’un esprit "mal" tourné  ?
perso , j’y aurai vu une sain(t)e moquerie du dogme
réponse à . cornelius le 31/03/2010 à 21h23 : faire son deuil ... de quelque chose je connaissais mais faire son deuil de ...
Bonjour Cornelius,

1. Je suis athée et, me préoccupant donc peu de la symbolique des jours comme le lundi de Pâques, je n’avais même pas fait le rapprochement. Inutile donc d’y voir une intention quelconque.
2. Je ne choisis pas les expressions que je vais publier. Elles me sont demandées par les internautes, je les ajoute à ma file d’attente au fur et à mesure des demandes dans leur ordre d’arrivée et celle-là, qui aurait dû tomber ce vendredi si je n’avais pas fait involontairement relâche lundi dernier aurait du coup été automatiquement décalée à lundi si un très fâcheux évènement n’était pas arrivé hier.

Quant à faire son deuil de quelqu’un, il n’avait été écrit, même pas entre les lignes, que ce quelqu’un serait oublié. Il s’agit simplement de se résigner à son absence définitive, de finir par l’accepter.

Au plaisir de te relire.
merci Mickey d’avoir réussi cette minute de silence (pendant 1 h.)
pas moyen d’ajouter un commentaire entre 19 et 20 h ... à cause de ta larme qui est venue rejoindre les nôtres ! ... Ben oui, j’ai pleuré comme une Madeleine et je continue ... j’ai bien du mal à trouver le bouton d’arrêt Mais Méééééééé ... pour faire plaisir à ceux et celles qui ne l’avaient jamais vu, le voici, déjà mi-ange, mi-démon ... Heu, déjà béatifié ... cette page et la meilleure : cette page 
permettez que je vérifie si ça marche ...
En fait c’est lui, le PP qui sera collé tous les samedis maintenant et tous les jours de la semaine, pour avoir tiré sa révérence sans nous demander notre avis. Souvenez-vous, lorsqu’un expressionaute revenait après un moment d’absence, il demandait toujours "t’étais où, avec qui, pour faire quoi ? ". Alors mainant PP t’es où, avec qui, pour faire quoi ?
Merci Mickey @72 et Cotentine @77.
réponse à . <inconnu> le 31/03/2010 à 15h07 : Ce poème de William BLAKE (1757-1827) a été lu par sa fille...
Merci de citer la source ... Je ne le savais pas.
C’est nous qui allons mordre... la poussière !
réponse à . cotentine le 31/03/2010 à 22h05 : merci Mickey d’avoir réussi cette minute de silence (pendant 1 h.) ...
Merci Cotentine, c’est très émouvant, et en même temps, ça fait du bien.

Ci-dessous, le paroles d’une chanson de Fugain :

Tout seul, au milieu de l’eau,
Seul sur son bateau,
On regarde loin, loin devant,
Loin, loin devant,

Le vent ne souffle pas un mot,
Mais on le sent qui pousse dans le dos.

Un jour en mer,
Un jour coupé de la terre,
Un jour à l’envers de tout
Un jour en mer,
Un jour enfin solitaire,
Un jour à l’envers, c’est tout.

Tout seul, seul sur l’océan,
On prend pas de gants,
On vit la vie tout, tout de go,
Tout, tout de go,

Et go, le skipper et l’eau
Jouent en duel et se battent en duo.

Un jour en mer,
Un jour coupé de la terre,
Un jour à l’envers de tout,
Un jour en mer,
Un jour enfin solitaire,
Un jour à l’envers, c’est tout.

Avec l’horizon pour seul point de mire,
Mettre les voiles et partir...

Un jour en mer,
Un jour coupé de la terre,
Un jour à l’envers de tout,
Un jour en mer,
Un jour enfin solitaire,
Un jour à l’envers, c’est tout.
réponse à . God le 31/03/2010 à 21h51 : Bonjour Cornelius, 1. Je suis athée et, me préoccupant donc peu d...
Il s’agit simplement de se résigner à son absence définitive, de finir par l’accepter.
Et c’est ça qui est difficile, irréalisable,inconcevable... Comment se résigner lorsque tout en l’être se révolte contre ce destin, cette fatalité qui fait qu’on se retrouve seul(e), abandonné(e) sur le bord du chemin alors qu’il restait quelques bonnes années de route à faire ensemble ? Comment se résigner lorsque chaque jour ou presque on souffre comme un(e) damné(e), le coeur en charpie  ?

Finir par accepter ? Dans cent ans peut-être...
réponse à . God le 31/03/2010 à 21h51 : Bonjour Cornelius, 1. Je suis athée et, me préoccupant donc peu d...
Pardon God... On est en train de "plomber" ce site (et je prends ma part de responsabilité)... c’est la mer de la désolation ici... Sois patient... quelques-uns, quelques-unes vont sans doute réussir à... faire leur deuil
réponse à . God le 30/03/2010 à 23h00 : Par le plus étrange des hasards, cette expression était programm&e...
Bonjour a toutes et tous,
je m’appelle Francois et suis le fils de Pierre/Elpepe/L’Amiral.
Nous sommes très touches par vos marques de sympathies et remercions tous ceux qui partagent notre douleur et notre tristesse.
Sans avoir cite plus particulièrement l’un d’entre vous, je sais que Papa trouvait ici un petit espace de liberté sur terre et qu’il prenait beaucoup de plaisir a échanger avec vous.
En réponse plus particulièrement a Jean-Pierre, ceux qui souhaitent venir lui rendre un dernier hommage au Mans demain matin sont les bienvenus. Mais le plus important n’est pas d’être présent, plutôt d’avoir une pensée particulière pour Pierre qui nous a quitte bien trop tôt.
Conformément a sa volonté il reposera paisiblement dans sa si chère Mediterranee natale ou il effectuera une dernière, longue et belle croisière.
Encore une fois merci a tous, vos participations nous apportent un peu de réconfort.

Bon vent, Papa, nous t’aimons très fort!
réponse à . DiwanC le 31/03/2010 à 14h43 : Si Elpepe était là, il t’aurait appris avec sa verve g&eacut...
je suppose que la douleur est récente, en matière de médicament, j’ai essaye l’alcool en son temps (93)Malgré le fait que ce soit un produit naturel !, je ne te le conseille pas.
Reste le temps comme j’ai dit, tu verras qu’a la longue tu pourras reparler sereinement du-de la disparu(e)

bon vent Pierre, bon voyage vers ta dernière demeure
réponse à . Le_Mousse le 01/04/2010 à 08h58 : Bonjour a toutes et tous, je m’appelle Francois et suis le fils de Pierre/...
Bonjour Le_Mousse, merci de ton intervention et sache que j’aurai cette pensée particulière pour toi, pour BB, et tous ceux qui vous entourent. Et cette force que donne les pensées de chacun a un pouvoir extraordinaire, puisse-t-elle vous porter le temps qu’il faudra.
réponse à . Le_Mousse le 01/04/2010 à 08h58 : Bonjour a toutes et tous, je m’appelle Francois et suis le fils de Pierre/...
Je peux t’assurer que les pensées ne lui manquent pas et encore moins demain. Mes chaleureuses pensées à toute sa famille.
réponse à . arkanax le 01/04/2010 à 09h14 : je suppose que la douleur est récente, en matière de médica...
.... Si tu le dis...
réponse à . Le_Mousse le 01/04/2010 à 08h58 : Bonjour a toutes et tous, je m’appelle Francois et suis le fils de Pierre/...
Que les sentiments très forts cachés derrière nos pauvres mots vous aident demain et tous les jours qui vont suivre...
réponse à . Le_Mousse le 01/04/2010 à 08h58 : Bonjour a toutes et tous, je m’appelle Francois et suis le fils de Pierre/...
Nous n’avons connu qu’une infinitésimale part de Pierre et sa mort nous atterre et nous laisse en larmes. Il est aisé d’imaginer votre détresse et votre peine. A l’aune de l’Humanité, Pierre était un très Grand. Vous pouvez être fier d’être de sa tribu, vous et tous les siens. Je suis très honorée et émue qu’il m’ait accordé sa bienveillante amitié.
réponse à . Le_Mousse le 01/04/2010 à 08h58 : Bonjour a toutes et tous, je m’appelle Francois et suis le fils de Pierre/...
Merci pour ton beau message, François, et à plus tard dans le phare quand on sanglottera moins ?

Courage Mousse et les p’tits Moussaillons, et à plus tard,

Sympathie-Hobbes
réponse à . Le_Mousse le 01/04/2010 à 08h58 : Bonjour a toutes et tous, je m’appelle Francois et suis le fils de Pierre/...
"Si présent et si loin déjà." un voilier sur la mer bleue que God a réussi à mettre en fond d’écran. Au revoir Pépé, veille bien sur tous ceux qui t’étaient chers, ta famille, ta tribu et donne leur le courage de continuer à avancer.
Impossible de trouver les mots capables d’exprimer mon émotion ; je me contenterai de citer ce mot (d’Alphonse Allais ?): "La mort est un manque de savoir vivre".
Et d’après tout ce que j’ai lu de ses contributions, LPP était sans aucun doute quelqu’un qui savait vivre.
Je relirai, le coeur serré, tous ses écrits qui ont contribué à nous donner un rayon de soleil même dans les plus grands moments de tristesse, comme ce jour d’hui.
Se résigner à en être privé
Un peu matinal aujourd’hui, je viens de relire non seulement les voisins-amis du dessus, mais pas mal de pages sur "notre" Amiral, ainsi que, au hasard, quelques-unes de ses interventions *.
La conclusion est claire : je ne me résigne pas !!!

* Je sais que je rase tout le monde avec ça, mais je rappelle que j’ai fait il y a deux ans une sorte d’anthologie des interventions d’Elpépé que je préfère, et que je la tiens à disposition de toutes et tous.
La mort est omniprésente dans l’œuvre de Brassens.
Lorsqu’il écrivit le testament il ne pensait surement que la camarde dont il fleurit les trous de nez à l’occasion d’un autre codicille viendrait le faucher si vite.

"Alors du ciel et de la terre
Il me faudra faire mon deuil,
Est il encor’ debout le chêne
ou le sapin de mon cercueil..."


Quand j’ai découvert l’expression du jour je me suis dit:
"C’est rapé, Diwan a déjà causé du testament aux copains, je peux faire mon deuil de la primeur"
Quelle ne fut pas ma surprise de constater que mon amie Paimpolaise n’avait point encore sévi céans.
Alors Bouba pouvoir étaler sa science, Bouba content, Bouba aller faire café.........
ANAGRAMME
Oui, Fred lésina
J’ai habité longtemps à Drap dans la vallée du Paillon au dessus de Nice.
La rue qui mène de la mairie au cimetière s’appelle "Rue des adieux"
J’ai toujours trouvé ce nom de rue original........

Sahaara, si tu m’entends, tu peux aller vérifier...........
réponse à . BOUBA le 22/06/2013 à 06h09 : La mort est omniprésente dans l’œuvre de Brassens. Lorsqu&rsq...
C’est râpé, ...
Eh bien, non... Je découvre seulement maintenant le tirage du jour... Il y en a deux ou trois de ce printemps 2010 que je n’aurais jamais voulu revoir ; celle-ci en fait partie. Elle réveille la tristesse que nous eûmes tous ce jour-là, le jour précédent, et ceux qui suivirent.

L’est jamais vraiment "parti" l’Amiral, si souvent évoqué. Lui seul savait nous border chaque soir en nous recommandant de dormir "les mains sur les couvertures, garnements !". Nous restent les rillettes, les tournées chez Marcel. Mais ses déferlantes - qui pouvaient s’abattre à tout moment, sur le dos de tout un chacun – me manquent.

......
tous ceux enfin dont la vie
un jour ou l’autre ravie,
emporte une part de nous
murmurent sous la pierre
"vous qui voyez la lumière
de nous vous souvenez-vous ?"


Oui.
Germaine

À cette page, ce texte de Lamartine que Georges (l’autre !) mit en musique.
réponse à . DiwanC le 22/06/2013 à 07h48 : C’est râpé, ...Eh bien, non... Je découvre seulement m...
À cette page, ce texte de Lamartine que Georges (l’autre !) mit en musique
Et au passage un peu "caviardé", mais je pense que c’était pour la bonne cause :cette page
S’ il s’ agit d’ un bien matériel, cela n’ a guère d’ importance... Mais se résigner à ne plus voir un être de chair et de sang, avec ses fous rires, ses coups de gueule, sa tendresse, c’ est impossible. On peut l’ évoquer de manière apaisée, on peut même être incapable de pleurer, mais accepter l’ absence est une chose inconcevable, pour moi du moins. Enfin, tout dépend des circonstances et de l’ âge de la personne. Ma grand-mère paternelle s’ est endormie pour ne pas se réveiller, durant sa sieste, alors qu’ elle allait avoir cent ans. Ce qui nous a fait le plus de peine est qu’ elle se faisait une joie de fêter son anniversaire, mais nous avons été "heureux" (ce n’ est pas vraiment le mot) qu’ elle parte sans souffrir et après avoir vécu pleinement, en ayant conservé toutes ses facultés. Mais comment accepter la mort d’ un conjoint, ou, pire encore, d’ un enfant ? Ce n’ est pas dans l’ ordre normal des choses. C’ est pourquoi je déteste cette expression. Désolée....
Hé ho les poteaux, c’est pas parce que l’expression du jour est bordée de noir qu’on va passer la journée à se la jouer chrysanthème en ce premier jour d’été, non ?
La vie continue, on en fait encore partie alors rions..........On a l’éternité pour chialer..........
(souffrir)
Comme vous le savez, j’habite l’Espagne, et aujourd’hui, la géographie aidant,
je dirai: sous France.
À demain
réponse à . BOUBA le 22/06/2013 à 08h56 : Hé ho les poteaux, c’est pas parce que l’expression du jour e...
Tu as raison... même si...
À propos d’été, et pour retrouver le sourire, je ne vois que "chat"
Et pis ça (vous avez trois heures pour traiter le sujet) pour rester dans l’expression du jour sinon Sa Divinité va tonner, vitupérer, voire nous "gourmander"  !
réponse à . BOUBA le 22/06/2013 à 08h56 : Hé ho les poteaux, c’est pas parce que l’expression du jour e...
"je me presse de rire de tout, de peur d’ être obligé d’ en pleurer"( Beaumarchais, le Barbier de Séville). Alors, rions.... Les larmes sont comme le ciel, elles peuvent attendre.....
réponse à . BOUBA le 22/06/2013 à 07h25 : J’ai habité longtemps à Drap dans la vallée du Paillo...
Dans beaucoup de villages où on a eu un peu de mal à trouver le nom d’un personnage pour baptiser toutes les voies de la commune, la rue qui mène au cimetière a été appelée rue de l’Egalité. Bien trouvé.
Faire de l’humour dans des circonstances difficiles est certes un manque de tact, mais j’ai eu l’occasion d’assister à la crémation du corps d’un pompier décédé. Tous ses collègues en uniforme étaient présents à la crémation. Le rapprochement était inévitable.

Et un défunt est bien désigné par "feu N..."
réponse à . joseta le 22/06/2013 à 09h10 : (souffrir) Comme vous le savez, j’habite l’Espagne, et aujourd&rsqu...
Gardez nous une place au banquet de la banqueroute amis espagnols.........On arrive !!...........
réponse à . mitzi50 le 22/06/2013 à 09h44 : "je me presse de rire de tout, de peur d’ être obligé d&rsquo...
Ca me fait penser à un pote à qui l’entrepreneur qui avait construit sa maison avait fait cadeau de l’alarme.
Je lui avais alors dit:
"En somme t’as eu l’alarme à l’œil !".............
réponse à . charmagnac le 22/06/2013 à 10h56 : Dans beaucoup de villages où on a eu un peu de mal à trouver le no...
C’est la seule justice qui reste en ce bas monde .........
J’étais allé à l’enterrement d’un voisin, parce que les copains à mon âge, sauf sur expressio et encore même là...
Ca a mal commencé tout de suite.
Le corbillard c’est fait contrôler à 60 km/h en ville au lieu de 50.
Les cognes furieux que leur client soit mort, ont aligné toutes les voitures qui suivaient en prétextant que forcément elles roulaient à la même vitesse puisqu’elles suivaient. Je vous raconte pas la tronche de Boubacar !
Moi je me marrais bien , j’étais venu d’un coup d’aile donc pas de radar pour moi. Sauf qu’en me posant le vent de mes ailes à emporté les képis de ses messieurs. Je vous dis pas la rigolade des fous du volant et la tronche que je faisait quand ils ont voulu me mettre au trou. Ca m’a rappelé quelqu’un qui disait souvent, Mickey collé samedi dans le cul de basse fosse.
Or, sous tous les cieux sans vergogne, 

C’est un usag’ bien établi, 

Dès qu’il s’agit d’rosser les cognes 

Tout le monde se réconcilie.
Boubacar et Germaine perdant toute mesure 

Se ruèrent sur les guignols, 

Et donnèrent je vous l’assure 

Un spectacle assez croquignol.
Frénétique Germaine attache 
Le vieux maréchal des logis 

Et lui fait crier : "Mort aux vaches,
Mort aux lois, vive l’anarchie !"

Ils tombent, tombent, tombent, tombent, 

Et s’lon les avis compétents 

Il paraît que cette hécatombe
Fut la plus belle de tous les temps.

Jugeant enfin que leurs victimes
Avaient eu leur content de gnons, 

Ces furies comme outrage ultime 

En retournant à leurs bagnoles, 

Ces furies – à peine si j’ose 

Le dire tellement c’est bas
Leur auraient même coupé les choses, 

Par bonheur ils n’en avaient pas.

Les lèvres desséchées par la poussière
On s’est arrêté pour boire dans la montée
chez Marceel, Cornélius nous y attendait
Son saxophone brillait tout près de lui
Et le pasteur alors nous a fait taire
En chantant les copains d’abord
au lieu de son De profundis

Il y a des jours comme ça où tout va de travers !
réponse à . charmagnac le 22/06/2013 à 11h03 : Faire de l’humour dans des circonstances difficiles est certes un manque d...
Mais bien sur qu’on peut faire de l’humour en toute circonstance.
je me souviens d’obsèques d’un gars du patelin qui avait perdu un bras dans un accident de la route quelques années auparavant.
Ce jour là, il s’est passé un fait rarissime, au moment de descendre le cercueil dans le trou, une poignée casse.......Il a fallu que ça arrive juste à lui....
L’un de ses amis présents a eu ce mot:
"Il lui manquait déjà un bras, maintenant c’est le poignet"
Difficile de garder son sérieux !
Encore bravo.......faudra que je m’essaye à ce genre d’exercice un de ces jours.....
je ne garantis pas le même résultat mais bon, peut toujours essayer.......
réponse à . BOUBA le 22/06/2013 à 07h25 : J’ai habité longtemps à Drap dans la vallée du Paillo...
Bien sûr !
Tiens, un petite promenade dans les environs, que tu connais sûrement, pour réveiller quelques souvenirs -heureux ceux-là- en ce jour de tristesse.
Pour ceux qui ne connaissent pas on prononce le P de Drap
réponse à . saharaa le 22/06/2013 à 11h40 : Bien sûr ! Tiens, un petite promenade dans les environs, que tu conna...
Le canal de Ste Thècle ! Combien de fois je l’ai parcouru. J’habitais juste au dessous au niveau du pont de Peille.
Le matin je partais, j’allais boire un café à Drap et je revenais tranquille.......par la rue des Adieux
Merci d’avoir réveillé ces souvenirs que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître ............
Voilà un endroit où il est facile de faire son deuil
Je n’en avais ni le coeur, ni l’intention...vous m’avez convaincu.
DEVINETTE
Comment dire adieu à l’ami Elpépé ?
- en lui faisant un clin deuil.
Métier dangereux
On devient pilote d’essai avant de devenir pilote décès.
une grande tristesse.
Nastassja Kinski: grande, triste, Tess.
réponse à . joseta le 22/06/2013 à 12h14 : Je n’en avais ni le coeur, ni l’intention...vous m’avez convai...
Il eût surement apprécié le trait d’esprit..........
Me souviens… Pauv’ vieux Léon… Y a tout à l’heure quinze ans de malheur qu’il est parti au paradis de l’accordéon, boire un petit bleu au sein des vignes de God. Nous, on suivait le sapin en rigolant pour faire semblant de n’ pas pleurer…

Me souviens… C’est vrai que - ce jour-là - on roulait un peu vite en traversant le marché même que le corbillard avait failli faire des petits, quelques macchabées ronds et prospères… Mais bon… on n’roulait pas à tombeau grand ouvert non plus.

Me souviens… Il y avait Fernande, et encore Léonore, et Lucie aussi… Mais je ne pense pas qu’il y eut Lulu… Que veux-tu, la compassion ça n’ se commande pas.

Me souviens… Chez Marcel, on avait tous pris une p’tite bière… Au fossoyeur, au croque-mort, au curé, on avait payé un verre.

En revanche, ne me souviens plus, mais plus du tout du maréchal des logis. Peut-être parce que personne n’aimait son épouse. Comme femme de flic, c’était quelque chose la Cécile… et nombriliste avec çà !
Merci Georges… Pas trop abattu Bouba ?  :&rsquo)
DEVINETTE
Pourquoi un appât de pêche imitant un insecte, mais agréable au toucher, nous fait penser au sentiment que nous ressentons envers Elpépé ?
- parce que: doux leurre.
réponse à . DiwanC le 22/06/2013 à 13h27 : Me souviens… Pauv’ vieux Léon… Y a tout à l’heure ...
Que nenni ! je me régale de lire votre prose inspirée de l’œuvre de Tonton.........
C’est un plaisir que de converser avec des gens talentueux.......
Un jour je vous concocterai kèke chôse de mon cru et vous en serez tout esbaudis !..........moi j’vous l’dis..........
réponse à . joseta le 22/06/2013 à 13h46 : DEVINETTE Pourquoi un appât de pêche imitant un insecte, mais agr&ea...
En matière halieutique il faut toujours se méfier des appâts rances.......
DEVINETTE
Pourquoi ne voir qu’une dizaine de faînes par arbre nous fait penser à Elpépé ?
- on regrette de les voir, dix par hêtre...
DEVINETTE
Pourquoi la capitale de l’Australie-Occidentale à un point commun avec Elpépé ?
- c’est la grande Perth.
réponse à . DiwanC le 22/06/2013 à 13h27 : Me souviens… Pauv’ vieux Léon… Y a tout à l’heure ...
Pas trop abattu Bouba ?
Non pas Bouba mais Boubacar. Bouba ça veut rien dire.
Boubacar c’est du Malisien.
"car" comme en perfide veut dire voiture.
"Bou" en Malisien du nord qui a des racines communes avec le Français veut dire " fou" il n’y a que la première lettre qui diffère, et "ba" c’est simplement "de"
Donc Boubacar c’est "fou de voiture" alors que bouba c’est" fou de..." si tu précises pas de quoi, on peut pas deviner.
Boubagod c’est fou de Dieu, mais ça c’est un autre sujet... qui fâche!
Les brassensologues l’ont-ils manquée ?

cette page

Ah les repas qui suivaient les enterrements : ils commençaient dans les larmes et finissaient dans la franche rigolade parfois.
réponse à . mickeylange le 22/06/2013 à 17h59 : Pas trop abattu Bouba ? Non pas Bouba mais Boubacar. Bouba ça veut rien ...
Mickeylange ou les prénoms expliqués par décortication.........
réponse à . charmagnac le 22/06/2013 à 18h36 : Les brassensologues l’ont-ils manquée ? cette page Ah les r...
Que nenni ! Mais les deuils, enterrements et corbillards sont omniprésents chez Tonton Jojo.
Si on les avait tous ressortis on aurait consacré la journée à ça.........
douleur
Ma montre me serre au poignet et me fait mal: d’où l’heure.

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Faire son deuil (de quelqu'un ou quelque chose) » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

publicité
Expressio - le livre

Le contenu de ce site est si riche qu’un livre en a été tiré. Ce livre, devenu un best-seller est maintenant disponible en poche.

Ce commentaire ainsi que les réponses qui y sont liées, seront définitivement supprimés. Etes-vous sûr?