Filer un mauvais coton - dictionnaire des expressions françaises Expressio par Reverso - signification, origine, étymologie

Filer un mauvais coton

Dépérir, avoir la santé qui se dégrade.

Mais aussi :
Faire de mauvaises affaires.
Mener une vie déréglée, ne menant à rien.

Origine

A la fin du XVIIe siècle, pour signifier "se ruiner", on disait "jeter un vilain coton" par allusion aux étoffes qui, en s'usant, perdaient des boules de fil de coton jusqu'à leur détérioration complète ou la déchirure.

Au XIXe siècle, alors que la même expression signifie déjà "dépérir par la maladie", 'vilain' est progressivement remplacé par 'mauvais' et l'installation de nombreuses filatures où on 'file' le coton, provoque le remplacement de 'jeter' pour aboutir à l'expression actuelle.

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Filer un mauvais coton » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
Allemagnede Es geht mit dir bergabÊtre en train de descendre la montagne
Allemagnede Auf die schiefe Bahn geratenArriver sur la pente glissante
Angleterreen To be in a tight spotÊtre dans un endroit étroit
Canada / États-Unisen Wasting awayDépérir
Espagnees Ir de culoAller le cul en avant
Espagnees Ir por el mal caminoAller par le mauvais chemin
Canada (Québec)fr Chiquer la guenilleMâchouiller du vieux coton
Canada (Québec)fr Être tout croche
Italieit Passarsela maleSe la passer mal
Italieit Essere a mal partitoÊtre en mauvaise posture
Italieit Essere in cattive acqueÊtre dans de mauvaises eaux
Pays-Basnl Een scheve schaats rijdenGlisser sur un faux patin

Vos commentaires
Encore la prem’s. Quel honneur!!!Pendant que vous dormez tous du plus profond des sommeils, (enfin j’espère pour vous), les mains sur les couvertures, nous, nous filons un mauvais coton. Tempête (pas dans un verre d’eau) tropicale sur le secteur qui pourrait bien se transformer en cyclone. Alors on se prépare au pire et au meilleur. Verdict dans quelques heures. En attendant on range les voiles, les tauds et tout ce qui pourrait être emporté. Et que j’te renforce les amarres. Je ne file pas la laine, pas le temps.
Bonne fin de nuit à toutes et à tous.
Je sens que je vais encore écrire une connerie...
...
!
Il me souvient avoir lu où entendu, je ne sais où, que l’origine de l’expression
"filer un mauvais coton" provenait des filatures du nord.


Lorsque la machine à filer était déréglée voir usée, "elle filait un mauvais coton"....

Cela ne vous semble t’il pas plus judicieux comme explication?

(Il me semble me souvenir avoir lu cela dans un ouvrage sur l’argot et plus précisément l’argot de métier.)


PS (exemple d’explication)

Un mouton qui n’a plus la laine fraiche file un mauvais coton.
A Churchill sur son lit de mort à qui l’ on demandait "How do you feel?", on prête cette réponse:" I feel du mauvais coton"!
réponse à . <inconnu> le 30/01/2010 à 07h03 : Il me souvient avoir lu où entendu, je ne sais où, que l’ori...
Je ne te garantis rien pour ton exemple d’explication.
Pour le reste, tu as sans doute raison (cf l’explication de God), si les premières filatures ont été installées dans le Nord de la France. Mais on trouve cette expression dans toutes les anthologies de parlers provinciaux.

Mais en farfouillant un peu dans Google, j’ai trouvé cette nuit plus amusant : avant les filatures sans doute, ces dames du Nord parfois filaient un mauvais CORON :

cette page

Ce serait donc à l’origine des fameux corons du Nord, quartiers isolés avant les houillères.

Comme je suis du Sud-Ouest, toutes ces expressions savoureuses me sont totalement inconnues, d’autant plus qu’elles varient d’une ville à une autre.
D’où ma vile question du jour : Un(e) Nordiste peut-il authentifier cet ouvrage par ailleurs fort intéressant ?
réponse à . wacokid le 30/01/2010 à 05h31 : Je sens que je vais encore écrire une connerie... ... !...
Comme tu as hésité également hier, le "encore" n’est pas de mise...
Lance-toi, tu as la chance d’être un lève-tôt, tu me feras de la concurrence et de la compagnie !
Moi qui suis légèrement insomniaque, j’écris souvent la nuit sur ce site ce que je peux ou ce que je trouve.
Je ne m’attends jamais à des foules de groupies, car ceux qui me connaissent zappent allègrement.
Ce sont les plus acharnés des écolos, car pour eux Allègre ment !
Certains jours de pèche miraculeuse, j’arrive, comme hier, à en intéresser une belle poignée, qui ont disserté toute la journée sur je ne sais déjà plus quelle "vile question".
QUEL BONHEUR ! C’est tout ce que je te souhaite.
Sache qu’au petit matin tu auras toujours au moins un lecteur attentif et très indulgent.
réponse à . deLassus le 30/01/2010 à 08h31 : Comme tu as hésité également hier, le "encore" n’est ...
tu cherches encore à nous égarer, à brouiller les pistes, à nous faire coller par LPP dans le cul de basse-fosse, tout cela pour que nous tenions compagnie à Houba et ses fameux crayons. Mais puisque, je n’ai pu résister à la tentation, je te livre un très beau coron, à quelques kilomètres de chez moi. Voir à cette page.

Bienvenue aux nouveaux et nouvelles, bon week-end à tous. La neige tombe sur le hainaut ce matin. C’était le point météo du jour. 

Un bonjour particulier à Dadiche en espérant pour toi que le cyclone passera au large.

Revenons à nos moutons. Heu non, là je m’égare encore il s’agit de coton et pas de laine.

Il vaut mieux filer le parfait amour que le mauvais coton.
réponse à . deLassus le 30/01/2010 à 08h31 : Comme tu as hésité également hier, le "encore" n’est ...
Toi, tu files le mauvais coton. En ce qui me concerne, c’est précisément pour ne pas avoir à les zapper que je t’ai demandé d’écourter tes copiés-collés en longs monologues. La forme me gênait dans ma lecture, plus que le fond. Avec le bon fil on tisse ici des voiles légères qui nous emportent pour la journée au gré du vent. Ou pas. C’est que les autres ont choisi un autre fil et c’est tout. Qu’ils sont là, ou pas. Le fuseau de God s’accommode fort bien de tous ces bouts de fil disparates dont aucun finalement n’est plus rouge que les autres dans cet écheveau d’échanges. Des fils des liens aussi quand on les fait siens. Des liens entre nous aussi souvent que faire se peut, et avec plaisir, quand on garde ensemble la voile tendue sans la tirer davantage à soi. Dénoue donc le fil de ta barque et laisse-toi porter par le courant. Nous avons un amiral, un phare lumineux, God veille sur nous. Tout va bien.
réponse à . tytoalba le 30/01/2010 à 08h54 : tu cherches encore à nous égarer, à brouiller les pistes, &...
je ne cherche rien du tout, sinon des angles d’attaque pour l’expression du jour sur Google.
Et cette nuit j’ai trouvé des extraits de cet ouvrage récent : cette page ,
et cet extrait que je vous ai donné. Je ne suis ni du Nord, ni cousin de l’auteur, ni actionnaire de cet éditeur

Merci beaucoup pour ton descriptif de l’écomusée. C’est bien de garder ainsi la mémoire riche de cette période d’exploitation minière où tant d’hommes, souvent fort jeunes, ont sué sang et eau pour que nous ayons chaud dans nos maisons et écoles.
Je ne sais pas s’il reste aujourd’hui du mauvais coton à filer. Je viens de découvrir sur cette page que la plus grande partie du coton qui pousse aujourd’hui sur notre Terre est transgénique. Je savais qu’on lui devait la disparition de la Mer d’Aral et je me demande qui porte tout ce coton, compte tenu de la multiplication des fibres synthétiques largement répandues dans les vêtements qui nous sont proposés.
réponse à . deLassus le 30/01/2010 à 09h22 : je ne cherche rien du tout, sinon des angles d’attaque pour l’expres...
Il est dommage qu’on ne puisse entendre l’accent particulier de cette région. Syntax Terror saurait, dans une convention picarde, nous donner l’écho de la langue des corons.
réponse à . <inconnu> le 30/01/2010 à 03h58 : Encore la prem’s. Quel honneur!!!Pendant que vous dormez tous du plus prof...
tu es effectivement la première, et ce qui est plus remarquable c’est que l’expression "filer un mauvais coton" faisait tapisserie depuis octobre 2005 !
réponse à . momolala le 30/01/2010 à 09h16 : Toi, tu files le mauvais coton. En ce qui me concerne, c’est précis...
Et toi belle tisserande de mots. tu files bien la métaphore, ce qui est parfois coton.
réponse à . momolala le 30/01/2010 à 09h25 : Je ne sais pas s’il reste aujourd’hui du mauvais coton à file...
C’est peut-être à cause de tous les cosmétiques, gels douches... à "la fleur de coton", s’il n’y a plus de fleur, il n’y aura bientôt plus de fil 
réponse à . chirstian le 30/01/2010 à 09h40 : tu es effectivement la première, et ce qui est plus remarquable c’e...
Ce qui nous a permis de faire la navette d’une année à l’autre et retrouver la trame d’expressio, qui enchaîne et vingt fois sur le métier remet sa belle ouvrage...
l’explication historique vous a échappé, et il m’appartient une fois de plus de relever le niveau de ce site.
L’expression se rattache au père Coton, confesseur du roi Henri IV. Quand le roi n’avait pas le temps de lui donner la liste de tous ses péchés il lui proposait : j’te file un mot, vé, Coton ! (Vé était une interjection du Béarn, comme vous le sa-Vé ). C’était comme qui dirait l’avis d’envoi d’un SMS, le père Coton ayant du reste été le premier -excusez le du peu, même si c’était hier! - à rendre possible la confession sur internet.
réponse à . chirstian le 30/01/2010 à 09h40 : tu es effectivement la première, et ce qui est plus remarquable c’e...
Ce qui est bien la preuve que les produits d’avant, n’est-ce-pas... c’était de la qualité. Une tapisserie de 2005, dis donc, hein, ca c’est de la belle ouvrage, comme les Gobelins d’antan. Pas filé avec du mauvais coton. Et pas filé à l’anglaise non plus, parce que là, c’eut été faux-filé, spa...
réponse à . chirstian le 30/01/2010 à 09h48 : l’explication historique vous a échappé, et il m’appar...
Vi, vi, vi, et vrai de vrai. D’ailleurs que tu l’as personnelleent bien connu, le Père Jimmy Coton, spa...
quand j’étais sur la Lune,
filant un mauvais lin,
rêvant d’enfiler l’une
mais pas assez malin,
trompais ma solitude
en prenant mes deux mains :
hier était bien rude,
j’aspirais à demain.
filer du mauvais coton, signifie en fait sortir des produits des chaînes de fabrication les lendemains de veille.
Tout le monde sait très bien qu’il ne faut pas acheter un véhicule sorti des chaînes un lundi matin, par exemple. De même, n’achetez jamais une pièce de tissu sorties de production ce même lundi matin. Vous en perdriez même le fil de vos idées, pour peu que vous en ayez (je parle du fil, bien entendu). Quelle bobine vous tireriez, alors!
réponse à . chirstian le 30/01/2010 à 09h54 : quand j’étais sur la Lune, filant un mauvais lin, rêvant d&r...
j’aspirais à demain.
Moi, c’est avec le nez ou la bouche, que j’aspire, puis expire, puis aspire, puis...
Puis, un jour que j’aurai encore une fois expiré, je n’aspirerai plus à rien....
Bof, cela ne m’inspire pas, tiens... Je crois que je file du mauvais coton... 
"J’aime pas le coton il est hydrophile."

Elpépé
Le coton est une fibre végétale qui entoure la tige des cotonniers. Le coton tige véritable est un arbuste de la famille des Malvacées. Le préfixe "mal" du nom de cette famille d’arbustes, explique bien que c’est coton de les cultiver.
La langue française est décidément d’une richesse confondante.
D’après Duneton, ’une étoffe vieillissante jette une bourre cotonneuse, ce qui est la marque de son usure".
Donc, si je suis "en pleine bourre" (ce qui est le cas, chère momomala, et dans tous les domaines), je file un mauvais coton ?
Hello!

Je n’ai rien d’intéressant à partager ce matin avec vous, si ce n’est la joie de vous lire, m’étant levée tôt, comme à l’accoutumée, pour me chercher un nouveau carosse. Sur ce, je file........un mauvais coton. Excellente journée à tous. Ah! au fait! Le pseudo Syntax Terror me fait penser à la BD RanXerox...
réponse à . deLassus le 30/01/2010 à 10h39 : La langue française est décidément d’une richesse con...
Je dirais que cela dépend du Botox que l’on t’injecte contre l’usure du temps, voire du file d’or censé remodeler ton parfait ovale....
moi, je file tout court ... par le train d’abord ... et je m’envole demain pour aller constater de visu qu’Eurêka est bien en forme(s) et ne file pas un mauvais coton ... puisqu’elle ne vient plus mêler ses fils aux nôtres sur ce merveilleux site ...
Ce n’est pas forcément parce que le tisseur a utilisé un mauvais coton que le slip provoque des irritations, car comme le souligne le fameux proverbe breton :
"Caleçon qui gratte,
Morpions qui squattent"
réponse à . cotentine le 30/01/2010 à 11h12 : moi, je file tout court ... par le train d’abord ... et je m’envole ...
Non, non Eurêka va bien, puisqu’elle s’enfile avec délices les chocolats que je lui expédie sur "Fesse-Bouc"
réponse à . chirstian le 30/01/2010 à 09h48 : l’explication historique vous a échappé, et il m’appar...
et il m’appartient une fois de plus de relever le niveau de ce site.
Heureusement que tu es là pour veiller au grain et nous ramener dans le droit fil (de coton bien sûr), tant il est vrai que tu ne t’éloignes jamais de l’expression du jour. Tout à coup, j’en entendrais voler une mouche. Non, ne te précipite pas, ce sont juste mes oreilles qui bourdonnent. Quand je disais que je file un mauvais coton.
réponse à . deLassus le 30/01/2010 à 10h39 : La langue française est décidément d’une richesse con...
Te voilà donc avec des bouloches ? Il paraît que ça se soigne avec ça : cette page. Moi, ça m’épate : tu rases un tissu déjà usé pour lui rendre un aspect neuf ! La bourre-tte, c’est autre chose, puisque c’est déjà de la soie. Je te souhaite donc une journée pressée peut-être, mais douce aussi.
réponse à . Purdey le 30/01/2010 à 11h02 : Hello! Je n’ai rien d’intéressant à partager ce matin...
Je n’ai rien d’intéressant à partager ce matin avec vous,
Grande prétentieuse, va! Met tout sur la table et laisse-nous trier, on trouvera sûrement quelque chose. Ah, mais tu as dis "partager"? Oui, là, évidemment, cela sera coton, nous serions obligés de te laisser quelque chose... 
réponse à . tytoalba le 30/01/2010 à 11h49 : et il m’appartient une fois de plus de relever le niveau de ce site. Heur...
et il m’appartient une fois de plus de relever le niveau de ce site

Ceci est bien entendu une réponse à Chirstian (16)

Oui, mais pas de trop, s’il-te-plaît. Je ne suis pas très grand, et je ne verrais plus rien, si tu le mets trop haut..., à côté des pots de confitures, sur le faîte du buffet de la cuisine, par exemple...
“Filer un mauvais coton” ? Personnellement je pensais que cela venait de l’époque ou le filage (du coton, entre autres) se faisait encore à l’aide d’un rouet ? Ce qui, lorsque le fil de coton, “quittait” la quenouille faisait dire «Qu’il partait en quenouille». Ce qui par déformation à donné lieu à l’expression argotique: “se barrer en couille”
réponse à . file_au_logis le 30/01/2010 à 09h53 : Ce qui est bien la preuve que les produits d’avant, n’est-ce-pas... ...
été faux-filé, spa...
et même pas faux-filet ???
réponse à . cotentine le 30/01/2010 à 11h12 : moi, je file tout court ... par le train d’abord ... et je m’envole ...
Fais-lui donc la bise de notre part à toutesétoussent et dis-lui bien qu’elle nous manque. Et toi, ô Eurêka, toi qui nous lis encore secrètement, sans plus intervenir, sache que ce n’est pas bien de laisser ses potes en rade, même si Elpépé navigue au large. A force de rester en rade, ils feront d’abord des ronds dans l’eau, puis tes potes iront filer la quenouille et le guilledou ailleurs. Et toi, alors, tu resterais sur le carreau, attifée comme l’as de pique, avec ta bouche en coeur, à brouter du trèfle. Et il faudrait dérouler le fil d’Ariane pour te sortir de là. Fais gaffe, qu’on ne doive pour cela filer du mauvais coton, le fil pourrait se rompre. Tiens, en tant que premier de cordée, je te lance les amarres des amis. Amène-toi. Et vous, les potes, amnésie vos amis!
réponse à . <inconnu> le 30/01/2010 à 13h13 : été faux-filé, spa... et même pas faux-filet ???...
Yapasa chez les Péres Fides. Ils ne peuvent que se faufiler...
In extenso, pour cause de difficulté à trouver un lien direct, mais en lien direct avec l’expression du jour, un fil de poésie :

Chanson de la pluie

A dos de mule
A dos d’oiseau
A dos de libellule hulot
A dos de rat-mulot
A pas de campanule
A bras de mélilot
S’en va la pluie à bulles
S’en va la pluie sur l’eau

Une pluie fil à fil
Qu’habille l’horizon
Et de fil en aiguille
Va jusqu’à la maison,
"Va jusqu’à la maison
Tu trouveras ma mère
Qu’est assise au tison
Qui recoud des linceuls
Ou qui tire au rouet
Toute sa vie amère,
Demande-lui z’à boire
Z’à boire et à manger..."
Mais la pluie perd la mémoire
A force de voyager,

A force de voyager
Sur ses pattes de gouttes rondes
Faire le tour du monde.
A dos de mule
A dos d’oiseau
A dos de libellule hulot
A dos de rat-mulot
A pas de campanule
A bras de mélilot
S’en va la pluie à bulles
S’en va la pluie sur l’eau !

Maurice Fombeure
réponse à . deLassus le 30/01/2010 à 08h31 : Comme tu as hésité également hier, le "encore" n’est ...
indulgent ? indulgent !
Respectueux de ton savoir du veux dire.
Sincèrement
Signé :
le cul terreux de service, au ras des pâquerettes mais à l’esprit qu’il croit être à peu près clair...
réponse à . momolala le 30/01/2010 à 13h55 : In extenso, pour cause de difficulté à trouver un lien direct, mai...
Ne le prends pas mal, mais je trouve cette poésie :
"Cul cul la praline"
Enfin, avec une bonne musique, .... ?
réponse à . <inconnu> le 30/01/2010 à 15h18 : Ne le prends pas mal, mais je trouve cette poésie : "Cul cul la pral...
C’est du Maurice, pas du Paul ni du Guillaume, ni du François et encore moins du Charles ou du Marcel, que veux-tu... Evidemment, si on avait un éditeur de partoche... Mais quand même il devrait faire vibrer ta corde cul-terreuse, non ! Entre grands enfants comme nous, que pourrais-je prendre mal, surtout de la vérité ?
réponse à . tytoalba le 30/01/2010 à 08h54 : tu cherches encore à nous égarer, à brouiller les pistes, &...
quand il est question de CORON je vibre.
Il y a là bas beaucoup de Pologne, de joie et hélas, beaucoup de mineurs qui filaient un mauvais coton...
C’était un coton noir, qui salissait les poumons jusqu’à les cimenter avec un diagnostic fatal, la silicose.
Grand respect pour ces travailleurs immigrés.
Quand je pense que certains se masturbent les neurones sur l’identité nationale, je leurs conseille une petite visite à Lewarde par exemple....
réponse à . <inconnu> le 30/01/2010 à 03h58 : Encore la prem’s. Quel honneur!!!Pendant que vous dormez tous du plus prof...
Non mais dis voir, là, Dadiche, t’en as dit trop, ou pas assez ! Si je prends tout au pied de la lettre, tu es à bord d’un voilier, dans l’hémisphère Sud, en train de subir la tempête tropicale Nisha par 18.5° S et 162.2° W dans le Pacifique SW, ou bien la dépression tropicale Eleven par 28.9° S et 61.7° E, dans l’Indien Sud (toutes deux dissipées à cette heure), ou encore la tempête tropicale Olga, par 18.4° S et 141.1° E, dans le Pacifique SW, en cours, mollissant en se décalant vers le SE. Ce sont les seules perturbations tropicales du jour (source Tropical Storm Risk).
Alors ? Raconte ! Qu’on détermine avec précision l’origine maritime de l’expression, nom d’un coup de chien !
Et c’est tout ce que tu trouves à dire, pendant ta colle ? Papy Gaby ne va pas être fier de sa descendance, et ta place à la droite de God bat de l’aile file un mauvais coton...
réponse à . momolala le 30/01/2010 à 16h51 : C’est du Maurice, pas du Paul ni du Guillaume, ni du François et en...
Ah je m’en veux un peu.Sory Maurice
Mon père me disait :
"tourne ta langue 7 fois dans ta bouche avant de parler"
J’ai eu l’impression que ce poême montrait une course à la rime trop visible
Mais il est possible que je me trompe et dans ce cas c’est pas grave.
Amicalement
réponse à . <inconnu> le 30/01/2010 à 07h03 : Il me souvient avoir lu où entendu, je ne sais où, que l’ori...
et plus précisément l’argot de métier
De métier à tisser, pour être précis !
réponse à . deLassus le 30/01/2010 à 07h56 : Je ne te garantis rien pour ton exemple d’explication. Pour le reste, tu a...
J’étais classé prem’s pour les filatures du Nord, bien avant les corons !
Eugène-François Vidocq
réponse à . deLassus le 30/01/2010 à 08h31 : Comme tu as hésité également hier, le "encore" n’est ...
Allez, ne sois pas traumatisé par ma qualification de "vile" question : elle a ouvert la porte à la petite Marie, en ’live"... 
réponse à . Elpepe le 30/01/2010 à 17h10 : Et c’est tout ce que tu trouves à dire, pendant ta colle ? Pap...
Un peu de précision siouplait: c’est papy Gaby pas pépé. Le pépé c’est toi et t’es pas un Lange, un Nange ? un Zange ? un Tange ?
et merde...
réponse à . syanne le 30/01/2010 à 09h43 : Et toi belle tisserande de mots. tu files bien la métaphore, ce qui est p...
Oui, hein ? Surtout quand Momo dit "Nous avons un amiral, un phare lumineux...", où l’on voit bien que la Marine, ici, n’est pas plus près de filer un mauvais coton à voile que la rhétorique, son hâvre salvateur, de nous filer un mauvais Platon.
Ne manque plus que l’edp pour que tout soit parfait.
réponse à . mickeylange le 30/01/2010 à 17h44 : Un peu de précision siouplait: c’est papy Gaby pas pép&eacut...
Ah, où avais-je la tête ! Pardon... j’ai rectifié.
réponse à . Elpepe le 30/01/2010 à 17h30 : Allez, ne sois pas traumatisé par ma qualification de "vile" question&nbs...
Allez, ne sois pas traumatisé par ma qualification de "vile" question

C’est vrai ça vile pin il est pas traumatisé par son vile, mais il est lui aussi traumatisé par le Marin. :&rsquo)
réponse à . syanne le 30/01/2010 à 09h45 : Ce qui nous a permis de faire la navette d’une année à l&rsq...
Ça, c’est de la haute lisse voltige !
réponse à . mickeylange le 30/01/2010 à 17h55 : Allez, ne sois pas traumatisé par ma qualification de "vile" question C&r...
Gaffe à respecter la présomption d’innocence, même chez les coupables putatifs, hein ! Que sinon, ça sent le croc de boucher...
Benito
réponse à . chirstian le 30/01/2010 à 09h48 : l’explication historique vous a échappé, et il m’appar...
il m’appartient une fois de plus de relever le niveau de ce site
Bouge pas, je te grée un palan à douze brins, tu fatigueras moins.
L’Amiral
réponse à . cotentine le 30/01/2010 à 11h12 : moi, je file tout court ... par le train d’abord ... et je m’envole ...
La bise à mon Eureka d’amour ! Et qu’elle file... de ses nouvelles.
réponse à . file_au_logis le 30/01/2010 à 13h21 : Yapasa chez les Péres Fides. Ils ne peuvent que se faufiler......
Yapa non plus les faux-filo, je pense... Uniquement le vrai ? 
réponse à . Elpepe le 30/01/2010 à 17h05 : Non mais dis voir, là, Dadiche, t’en as dit trop, ou pas assez ...
Encore un qui suit pas.
Il a pourtant été déjà dit que Dadiche vit à Tahiti à bord d’un bateau, nom d’un petit bonhomme en mousse !
réponse à . horizondelle le 30/01/2010 à 18h27 : Yapa non plus les faux-filo, je pense... Uniquement le vrai ? ...
tu penses, donc t’essuies, c’est ca?
Un faux-filo n’existe pas, n’a jamais existé et ne saurait jamais exister.
Par précaution, quand même, demander le Label de Garantie
réponse à . God le 30/01/2010 à 18h43 : Encore un qui suit pas. Il a pourtant été déjà dit q...
Moi je dis que quand un amiral n’est plus capable de reconnaître un marin, il est temps (au minimum ) qu’on lui donne ses petites pilules.

BB ya une urgence !
réponse à . <inconnu> le 30/01/2010 à 03h58 : Encore la prem’s. Quel honneur!!!Pendant que vous dormez tous du plus prof...
qui qui se passe ?
T’as des pb, un bon somnifère et demain tout ira mieux.
Ici, on est là pour se marer...
Je me sens bien sur expressio,
Si je me loupe, une âme charitable me le fait remarquer => je réfléchis à la critique et j’en tire les conséquences.
Si pas content => je râle
Si c’était vrai => je remercie.
Tout cela avec un énorme plaisir.
réponse à . horizondelle le 30/01/2010 à 18h27 : Yapa non plus les faux-filo, je pense... Uniquement le vrai ? ...
Peut-il y avoir des “faux fils laids” ? 
réponse à . chirstian le 30/01/2010 à 09h48 : l’explication historique vous a échappé, et il m’appar...
C’était comme qui dirait l’avis d’envoi d’un SMS, le père Coton ayant du reste été le premier -excusez le du peu, même si c’était hier! - à rendre possible la confession sur internet.
Ah, ça, c’est fort de café!
Même si c’est théière...
réponse à . <inconnu> le 30/01/2010 à 17h02 : quand il est question de CORON je vibre. Il y a là bas beaucoup de Pologn...
Grand respect pour ces travailleurs immigrés
Et aux autres aussi, mon père et mon grand-père étaient Belges et pourtant mineurs. Mais il est vrai que 50 % de la main d’oeuvre était soit italienne, soit polonaise.
Je referme cette parenthèse, avant que quelqu’un me dise que je file un mauvais coton.
réponse à . file_au_logis le 30/01/2010 à 19h02 : tu penses, donc t’essuies, c’est ca? Un faux-filo n’existe pas...
Je pense donc tu suis, c’est ça ? tu n’es pas un faux-frère, donc Houba n’a pas de souci à se faire et pas de mauvais coton à filer.
les noces de coton se fêtent après un an de mariage (si les conjoints filent doux et ne pensent pas encore à filer des coups de canif dans le contrat).
réponse à . chirstian le 30/01/2010 à 09h48 : l’explication historique vous a échappé, et il m’appar...
Voir la contrib 18 de l’expressio "bon sang/palsambleu!" d’un meeeerveilleux site. J’ai essayé d’importer le sketch, mais "ça pas marche" ...
Je viens de voir le titre d’un article de Planète-info : le commerce équitable file-t-il un bon coton au Burkina Faso ? où il est question de production de coton sans OGM; ce n’est pas gagné !
réponse à . tytoalba le 30/01/2010 à 20h50 : Grand respect pour ces travailleurs immigrés Et aux autres aussi, mon p&e...
Mine de rien j’ai quitté une mine (épuisée) pour une faille, celle de Cadillac (sans voiture...). J’y ai trouvé des valent-de-rien Valdoriens qui ont mauvaise mine, voir cette page.
Les immigrés qui pensent qu’un bon coton-ouaté fera l’affaire par icitte en hiver vont être déçus. À -30 C, ils vont le refiler vite fait au centre familial du coin (friperie pour nécessiteux).
réponse à . <inconnu> le 30/01/2010 à 23h55 : Mine de rien j’ai quitté une mine (épuisée) pour une ...
Ce ne sont hélas pas toujours les pollueurs, les payeurs.
réponse à . tytoalba le 31/01/2010 à 08h28 : Ce ne sont hélas pas toujours les pollueurs, les payeurs....
Bien tardivement hélas cette question :
Que peut-on penser d’un porte-coton vêtu de nylon ?

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Filer un mauvais coton » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

publicité
Expressio - le livre

Le contenu de ce site est si riche qu’un livre en a été tiré. Ce livre, devenu un best-seller est maintenant disponible en poche.

Ce commentaire ainsi que les réponses qui y sont liées, seront définitivement supprimés. Etes-vous sûr?