Le torchon brûle - dictionnaire des expressions françaises Expressio par Reverso - signification, origine, étymologie

Le torchon brûle

Il y a un profond désaccord.
L'atmosphère est à la dispute.

Origine

Si, dans une cuisine, le mari met par inadvertance le feu au torchon, il est inévitable qu'il va se faire tirer les oreilles par son épouse. Dans ce cas, on peut indubitablement dire que le torchon brûle.
De là, on peut facilement concevoir que le torchon qui brûle est un simple symbole de la dispute, même si aucun véritable torchon ne prend feu et si c'est simplement de la vaisselle ou des couteaux bien pointus et tranchants qui volent au travers de la pièce.

Mais c'est voir cette expression avec nos yeux modernes que d'imaginer cela. En effet, dans cette locution qui date de la fin du XVIIIe siècle, le torchon n'est pas celui du ménage.

Le Dictionnaire Historique de la Langue Française nous dit que le premier sens du mot, au XIIe siècle, correspondait à un coup que l'on donne. On peut donc déjà faire un rapprochement avec la bagarre qui s'annonce lorsque le torchon brûle.
Mais il rajoute ensuite que, dans notre expression, le mot est un dérivé de 'torche', ce machin qui, en brûlant, permet d'éclairer un endroit sombre. Hélas, cette affirmation n'est suivie d'aucune explication indiquant quel est le lien entre cette torche qui brûle et le désaccord ou la dispute qui s'annonce, ce qui est plutôt frustrant.

Claude Duneton, lui, nous propose autre chose, indirectement lié au tout premier sens de 'torchon' : l'expression serait un double jeu de mots.
D'abord, 'torchon' serait une plaisanterie basée sur 'torcher' ou 'se torcher' au sens de "se battre" (c'est l'histoire du 'coup' qui réapparaît). D'ailleurs, "un coup de torchon", c'est autant une bagarre que quelque chose qui a fait place nette, et une 'torchée', c'est une sévère correction.
Ensuite, vous vous rappelez certainement ce jeu où, gamin, vous deviez retrouver quelque chose ou quelqu'un caché et, lorsque vous vous approchiez très près de l'endroit, on vous disait "tu brûles". Dans ce cas, 'brûler' indiquait la proximité.
Le torchon brûle voudrait donc simplement dire "les coups sont très proches".

Exemple

« J'ignore tout : et si le torchon brûle entre Mollet et Lacoste, et si l'interview à l'Express le prouve (…) »
François Mauriac - Le nouveau bloc-notes 1958-1960

« Les jours où le torchon brûlait, elle criait qu'on ne le lui rapporterait donc jamais sur une civière . Elle attendait ça, ce serait son bonheur qu'on lui rapporterait. À quoi servait-il, ce soûlard ? à la faire pleurer, à lui manger tout, à la pousser au mal. »
Émile Zola - L'assommoir

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Le torchon brûle » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
Tunisiear Ennar chaalitLe feu a brûlé
Allemagnede Der Haussegen hängt schiefLa bénédiction du foyer est suspendue de travers
Angleterreen Things are hotting upLes choses se réchauffent
États-Unisen The battle lines are drawnLes lignes de combat se sont formées
Espagnees Se masca la tensiónOn mâche la tension
Espagnees Están de uñas ! / Estar de uñas con alguienIls en sont aux griffes ! / En être aux griffes avec quelqu'un
Argentinees El ambiente esta que ardeL'atmosphère est en feu
Espagnees Está la cosa que arde.La chose (l'affaire, la question) brûle.
Israëlhe Leossif êsh al amêdoura- להוסיף אש על המדורהAjouter du feu à l'incendie.
Italieit C'è marettail y a la houle
Italieit C'è disaccordo in famigliaIl y a désaccord en famille
Belgique (Flandre) / Pays-Basnl Er is stront aan de knikkerIl y a de la merde à la bille
Pays-Basnl Nu zijn de rapen gaarMaintenant les navets sont cuits
Pays-Basnl De vlam in de panLa flamme dans la casserole
Pays-Basnl een sfeer om te snijdenune ambiance à couper/trancher (dans le sens négatif)
Pays-Basnl Ruzie in de tent....Il y a une dispute dans la boîte (maison)
Brésilpt O pau vai quebrarLe bois (bâton) va casser
Brésilpt O pau vai cantarLe bout de bois va chanter
Brésilpt A cobra vai fumarLa couleuvre va fumer
Brésilpt O circo vai pegar fogoLe cirque va brûler
Brésilpt O pau vai comerLe bout de bois va manger
Roumaniero S-a incins atmosferaL'atmosphère chauffe

Vos commentaires
Bonjour!
Et pendant qu’on se laisse distraire par le torchon qui brûle, les coups d’pied au cul se perdent, malgré qu’on ait le 42-fillette qui démange... Moi j’vous l’dis: va y avoir du poil d’arraché, de la viande de collée aux murs !
Mais si aucun linge ancillaire ne se consume réellement dans l’histoire, d’où vient que ça sent le roussi ..?  
Serait-ce que le torchon brûle chez Expressio? Personne sur le pont? (soupirs!)
Le torchon brûle,
Serait-ce la canicule?
Un bouquet de campanules
M’ouvrira-t-il ton corpuscule?
Et si je t’enc*le
Serais-ce que l’on copule?
Il brûle, le torchon!
Mon God, que des cochons! 
Puisqu’on en est en dessous de le ceinture, bizarre que "se torcher le ...n’a pas été mentionné.
J’en suis très marri et, de ce fait, m’en vais me torcher (me soûler).
Cette dernière expression est peut être régionale ?
Un ch’ti!
Avec mon esprit de l’escalier, je suis séduite par la théorie de Duneton. D’ailleurs quand un torchon brûle dans la cuisine, c’est rarement le mari qui le fait brûler, que ferait-il dans la cuisine ? Ce salopiaud de chiffron s’enflamme vite et on se dépêche de l’éteindre, c’est tout. Non, je trouve décidément que Duneton justifie bien l’idée de durée que sous-tend l’expression. Tout aussi décidément, je vous souhaite une excellente journée et je pars faire la grand-mère de mes petits-enfants !
réponse à . <inconnu> le 20/06/2008 à 08h05 : Puisqu’on en est en dessous de le ceinture, bizarre que "se torcher le ......
Pas encore, Topaze, pas encore, mais ça va sûrement venir, surtout si tu commences comme ça ! 
Bonjour à vous, je vous souhaite une journée ensoleillée.

Il faudrait avant tout s’entendre sur le mot "torchon". En France et sans doute ailleurs, le torchon est ce linge qui sert à essuyer la vaisselle. Chez moi, dans ce beau pays où politiques flamands et francophones se crêpent le chignon, le "torchon" est ce linge qui sert à nettoyer les sols.
Notre torchon communautaire n’a pas fini de brûler et ceux qui nous dirigent n’en finissent pas de couper les cheveux en quatre.

Cela ne m’enpêchera pas de passer une journée que la grenouille (qui n’est pas de bénitier) nous annonce belle. Il faut po-si-ti-ver. 

Et puisque l’hébergeur de God me le propose, je vais de ce pas m’exprimer avec le corps, parler en public et en hébreu. Tout cela est du chinois ? Mais non, c’est la pub Goog qui permet à notre maître vénéré de vivre. On peut toujours rêver.
une belle expression, qui a l’intérêt de s’expliquer par plusieurs pistes croisées, entre le sens de torche-torchon et celui de brûler. J’aime !
Bonjour.

Une autre hypothèse est également proposée par les lexicologues : le brandon enflammé serait peut-être celui des soulèvements populaires du moyen-âge, au cours desquels les insurgés brandissaient piques, fourches et torches…

Mais cela relève davantage de l’imagerie et de la représentation collective (ces braves serfs qui s’en vont précipiter le bourgmestre dans la chaux) que de la réelle explication historique.
réponse à . <inconnu> le 20/06/2008 à 08h49 : Bonjour. Une autre hypothèse est également proposée par le...
cette explication nous ramènerait au torchon = petite torche. Ce sens a existé , mais il ne me semble pas synonyme de brandon , et j’aurais tendance à dire que lors des insurrections, les feux de la révolte dépassaient largement la taille d’une petite torche !

On pourrait aussi se référer au sens, attesté fin XIIie s. « torchon= bouchon de paille, de foin servant en particulier à s’essuyer le derrière » et en conclure que lorsque le torchon brûle, on a le feu au cul... ou encore, en conservant à brûler le sens de "être imminent" que la dispute n’est pas loin quand on nous fait trop chier !  
Mais je doute que ce soient là des explications sérieuses.
°
Torchon : non mas timinutif te torche - contre-sens unique - mais son augmentatif; càd. grosse torche, foire kolossale torche !
Exemple : le torchon olympien prûle entre les officiels fils tu Ciel et les tisciples et suppôts tu Talai Lama et te son comparse le fénérable Lama Te Long qui fient nous serfir à poire, enfin si Serge et Alain en sont t’accord !

°
Signalons aussi :
1 - Torchon = môffais canard, feuille te chou tégueulasse
2 - Torchon = texte mal torché, gribouillé, comme la plupart te nos commentaires sur expressio, ci-gît un peau cas, cas t’école

°
Ach ! Pelle Tchournée à fous toutes et tous !
°
Tchafale mon expresso - sans "i" svp - autchourt’hui 80% arapica tes Polovens et 20 % te ropusta te Medellin. Ach ! Que c’est pon le pon mélanche !
°
Tche retourne au poulot car la contchonture est entrain te se retourner.
La técroissance sera forte t’au moins te 2% et le poufoir t’achat, te pluss en pluss kaputt !
°
Ach ! Au poulot, sauffons ce que l’on peut, pour les plus témunis t’entre nous.
°
Rétuctions envisagées tes tépenses publiques, à commencer par celles tes ministres !
Pas plus te 9 cheffaux par personne ! PERCY tixit !
Pas pluss te tix gueuletons par semaine, limités à 70 euros par tête te pipe en moyenne, tout compris et TTC, TVA rempoursable par ...
PERCY picsou itou !
°
Ach !
L’accent naturel refient au galop, lorsque le torchon prûle entre la croissance et le prix tu parril, qui alimente le torchon qui prûle entre ... etc . !
Ach !
C’est le cercle ficieux !
°
réponse à . tytoalba le 20/06/2008 à 08h19 : Bonjour à vous, je vous souhaite une journée ensoleillée. ...
Il faudrait avant tout s’entendre sur le mot "torchon". En France et sans doute ailleurs, le torchon est ce linge qui sert à essuyer la vaisselle. Chez moi, dans ce beau pays où politiques flamands et francophones se crêpent le chignon, le "torchon" est ce linge qui sert à nettoyer les sols.
En France c’est une serpillère, mais en Belgique vous essuyez la vaiselle avec quoi?
Le torchon est aussi un mauvais journal comme.... non non trouvez vous même (je sais pas ou est le trait d’union sur ce clavier de PC)
Le tor est chon, mais il n’est pas que chon il est aussi; ador et oui le tor est ador, il est ique quand il sort de chez Marceeel, il est ron sur le bateau d’Elpp, il est pédo sur les routes, peur quand il est fatigué, pille dans la marine, et facteur chez ThanhBach, ticolis en chine, tue dans la fable, bon j’arrête de vous turer.
hum... ça ne fume pas que dans la cuisine... Je peine un peu avec le langage fleuri de mickeylange et même si, apparemment, je n’ai pas tort d’être conquise, en tant que nouvelle venue dans le Job-bar j’ai parfois du mal à suivre...
mais enfin on s’y fait ! Quel plaisir un forum où les gens savent parler (c’est rare de nos jours...)
par contre je ne comprends pas pourquoi ce ne serait pas la femme maladroite qui fait brûler les torchons d’un mari cuisinier ? C’est vrai quoi, où est-il écrit que c’est la femme qui fait la cuisine ? 
réponse à . <inconnu> le 20/06/2008 à 08h05 : Puisqu’on en est en dessous de le ceinture, bizarre que "se torcher le ......
Cette dernière expression est peut être régionale ?
C’est toi qui pose la question. Cette expression, Topaze, a été inventée par ton père... héé pagnol breton.

Ach que c’est moffais... collé samedi.
réponse à . <inconnu> le 20/06/2008 à 11h14 : hum... ça ne fume pas que dans la cuisine... Je peine un peu avec le lang...
pour toi seule le décodeur:
torchon, toréador, torique, toron, torpédo, torpeur, torpille, torréfacteur, torticolis, tortue, torture.
c’est tor ide non ? et un peu simplet je te l’accorde.
réponse à . <inconnu> le 20/06/2008 à 11h14 : hum... ça ne fume pas que dans la cuisine... Je peine un peu avec le lang...
où est-il écrit que c’est la femme qui fait la cuisine
c’était dans les 10 commandements , mais les premiers, ceux que Moise a cassés en constatant que les Juifs avaient adoré le Veau d’Or en son absence. En recolant les morceaux on a pu lire :
"- les petits plats prépareras, pour ton mari, amoureusement
- torchon jamais ne brûleras, ni la serviette, pareillement "
Moi je ne prends pas parti, mais si c’est la volonté de Dieu, il me semble dangereux d’aller contre, non ?
Bonjour bonjour, les gosses ! Et bienvenue à Penciblue et Topaze.
- Le Chnor trouble.
- L’on broche le rut.
- Brel tourne loch.
- B.R.O. rencule Loth.
- Lèche Toulon ? Brr !
- Le Che, Orlon® brut.
- Thor colle brune.
- Ruth borne le col.
- Le chort brun... Olé !

Et, spécialement pour Chirstian :

- Le chorbon trule.
- Le broncho-lutre.
- Le chotron brêlu. :&rsquo)

Anna Gramme
réponse à . Elpepe le 20/06/2008 à 11h40 : Bonjour bonjour, les gosses ! Et bienvenue à Penciblue et Topaze. - ...
le borchon trule
le turchon brole
au fait : pourquoi tant de n envers Ana ?
réponse à . chirstian le 20/06/2008 à 11h36 : où est-il écrit que c’est la femme qui fait la cuisine c&r...
Je reste quand même sceptique. La volonté de Dieu est assez discutable, il me semble ! Mais bon, si c’est dans les "Ecritures", je n’ai plus qu’à me taire, n’est-ce pas ? 
réponse à . chirstian le 20/06/2008 à 11h46 : le borchon trule le turchon brole au fait : pourquoi tant de n envers ...
Parce qu’Anna en a deux ! Enfin... tu m’as compris, hein ?
réponse à . <inconnu> le 20/06/2008 à 11h47 : Je reste quand même sceptique. La volonté de Dieu est assez discuta...
Je reste quand même sceptique
Oh, l’impie ! Qu’on l’envoie aux jeux du cirque ! 
Ici, il n’y a God que God !
réponse à . mickeylange le 20/06/2008 à 10h44 : Il faudrait avant tout s’entendre sur le mot "torchon". En France et sans ...
Pourquoi faire simple quand on peut compliquer. Un essuie-vaisselle, c’est pour la vaisselle. Il me semble que ce que nous appelons torchon, serpilière pour d’autres, s’appelle une wassingue dans le nord. A confirmer.

Bienvenue à Pencilblue et ElSeditio. Pour Topaze, je pense (n’en déplaise à notre LPP-19) que bien qu’intervenant peu, tu es là depuis quelques mois déjà. Mais bienvenue quand même.

Allez, je suis de bonne humeur, je souhaite à tous un heureux non-anniversaire. 
réponse à . Elpepe le 20/06/2008 à 11h40 : Bonjour bonjour, les gosses ! Et bienvenue à Penciblue et Topaze. - ...
- Lèche Toulon ? Brr !
Sur le quai de la gare le 31 juillet à 15h 32 ?
réponse à . tytoalba le 20/06/2008 à 11h59 : Pourquoi faire simple quand on peut compliquer. Un essuie-vaisselle, c’est...
Un vrai anniversaire!Ma fille et son mari ont 10 ans de mariage aujourd’hui et pas question que le torchon brûle...
réponse à . mickeylange le 20/06/2008 à 12h01 : - Lèche Toulon ? Brr !Sur le quai de la gare le 31 juillet &agr...
Affirmatif, moussaillon !
L’Amiral
Entre François Brûlon et Nicolas Sarcuisine, ça torchonne dur... 
Le jour de l’Apocalypse...
le jour ou God revient sur terre par Minou ?
et il va dire, tu es Pierre et sur cette pierre tu construira le phare etc. etc.
réponse à . <inconnu> le 20/06/2008 à 11h47 : Je reste quand même sceptique. La volonté de Dieu est assez discuta...
je n’ai plus qu’à me taire
c’est ça ! sauf si tu veux que le torchon brule entre nous ! Dieu et moi nous ne plaisantons pas avec le respect des commandements. Surtout moi : je trouve Dieu un peu laxiste sur ce sujet : l’âge probablement !
Je voudrais juste corriger une petite erreur historique, Chirstian : il s’agit des DOUZE commandements, ici, évidemment... Hein ?
Hein ?
réponse à . mickeylange le 20/06/2008 à 12h19 : Le jour de l’Apocalypse... le jour ou God revient sur terre par Minou&nbs...
Non, il va dire : Petrus, tu es Petrusquin, et super hanc petramway Eddy fit cabot Expressium meum, car il est polyGod.
réponse à . Elpepe le 20/06/2008 à 12h37 : Non, il va dire : Petrus, tu es Petrusquin, et super hanc petramway Eddy fi...
Sur un quai de gare c’est durail.
Il a pensé aux pélerins qui vont péleriner ? avec toutes les grèves et les trains qui arrivent pas à l’heure. Et transformer une gare en église, c’est ça la voie de God ? alors qu’il a un porte avions à coté, qui sert à rien. Pour redécoller après, ça aurait quand même une autre allure. Non franchement c’est mal organisé, et pis c’est pour la grande messe de 20H qu’il devrait arriver, pas à 15H 32. Non c’est pas pro comme organisation.
réponse à . mickeylange le 20/06/2008 à 12h56 : Sur un quai de gare c’est durail. Il a pensé aux pélerins qu...
Peut-être que notre porte-avions ne sert à rien, mais c’est le plus grand, le plus beau, le plus fort d’Europe, avec ses belles hélices américaires toutes neuves qui vont lui faire gagner deux nœuds de vitesse, à 27 nœuds (50 km/h tout rond). Du moins, quand il sera sur l’eau... Mais en ce moment, le torchon brûle, entre le chef suprême des armées et l’état-major de notre armée mexicaine, avec plus de 600 généraux (deux fois plus que Sa Gracieuse Majesté)...
En France, on n’a pas de pétrole, mais on a des généraux !
sans vouloir porter de jugement trop péremptoire :
-Entrer bol cul ? oh !
-lécher robot ? Nul !

Millie Gramme (la petite soeur d’Anna)
réponse à . mickeylange le 20/06/2008 à 10h44 : Il faudrait avant tout s’entendre sur le mot "torchon". En France et sans ...
... et dans le Nord (et en Belgique je crois) une "wassingue", non ..?
P.S.: Avais pas vu le 24 de Tyto, désolé...
réponse à . <inconnu> le 20/06/2008 à 08h05 : Puisqu’on en est en dessous de le ceinture, bizarre que "se torcher le ......
Puisqu’on en est en dessous de le ceinture

Effectivement... d’habitude ça prend un peu plus de temps avant d’en arriver là... disons le temps que l’inspiration tarisse et que le pipi-caca reprenne ses droits... Pas du genre bégueule (siii..?), je m’autorise à penser qu’à part dans les contrepéteries dont ils font souvent tout le sel, on pourrait se passer -ou ne pas abuser- de certains traits...
Ce serait dommage qu’Expressio devienne un torche-cul. Voilà, j’ai trouvé le trait d’union... ou de discorde...
Bonjour à toutes zet à toussent !
Bienvenue aux nouveaux zet nouvelles.
Veuillez s’il vous plaît décliner vos dates de naissances afin que nous puissions vous souhaiter un joyeux anniversaire au jour dit (sauf pour les irréductibles qui ne le souhaitent pas bien entendu  )
Pour info et sauf erreur de ma part, la prochaine sur la liste est la dame au scooter rose, le mois prochain.

Dans Le mariage de Mademoiselle Beulemans, on ne dit pas serpillière, on dit loque à reloqueter 
Le torchon brûle entre Pol et Mieke, bien que Ziza nie, il y a de la rhumba dans l’air, ça sent la distribution gratuite de chats teignes ...
lorsque vous vous approchiez très près de l’endroit, on vous disait "tu brûles"
Et comme dit Bossemans "si tu brûles, je brûle" 
Je brûle d’admiration pour vos torchons littrés, c’est vrai quoi, faut pas confondre les torchons et les serviettes, ça sert pillère pas de la même manière.
Vive les vacances!
Bonjour les gens. Bon voila, je me suis amusé à un petit jeu innocent et je brûle de vous présenter mon torchon. Dans le texte suivant se cachent 36 expressionautes... Sauras-tu les retrouver ? Bien entendu n’accordez aucune importance au texte, il n’est là que pour servir de meule de foin à mes (grosses) aiguilles... Alors si y en a que ça amuse...

Cette histoire n’a ni queue ni tête, vous vous en apercevrez rapidement. Au départ, John est là, il mâche un chewing-gum en se promenant dans Belleville. Il est Six heure et quart. Il ne fait pas grand-chose John, il est du genre qui brigue aux loteries les bons numéros, féru de grattages et d’ jeux aux gains substantiels. Ses potes quand ils parlent de lui ils disent : « - J’ai un ami qu’est lent, je te raconte pas ! » ? Mais lui il n’écoute pas leur avis. Quand il était plus jeune il faisait la bringue au détriment de ses études en sachant qu’il ne deviendrait jamais un grand de ce monde. Mais ça il s’en foutait, il se disait « celui qui va vomir l’oubliera ». Et puis ce monde il ne l’aime pas. Cette société qui proscrit grivoiseries et polissonneries, qui te prend le chou et te manie à tout bout de champ, qui taxe tout ce qu’elle peut taxer. Bientôt tu paieras un impot sur tes pets et tes rots ! C’est malsain ! Taxer rots revient à faire payer l’air que l’on respire.
Devenir un grand personnage, c’est pas qu’il voudrait pas mais ça ne se fait pas comme ça ! C’est pas son père qui tanne Bach pour qu’il écrive un concerto brandebourgeois, quand même ! Non faut trouver un truc qu’il aime, mais John, il aime rien. Footballeur tu peux devenir célèbre, mais ce jeu où les onze érodent les pelouses en tapant dans un ballon, ça le saoule. Sa grand-mère, une philosophe antillaise, lui disait souvent : « - Si t’es p’tit, t’au’a l’bas du dos p’ès du sol », il a jamais compris ce qu’elle voulait dire. Sa famille tiens, parlons-en. Il a trois sœurs, Jeanne, Mona et Annie, mal dans sa peau, qui se refuse à être sage. «  - Est-ce faux l’idée d’un enfer et d’un paradis ? » se demande t’elle. Elle a comme ça des crises de mysticisme rebelle qui lui font crier « - Aidez-moi et foutez moi la paix ! Help et paix ! ». Elle voudrait pas tomber dans le trou, mais que tu le veuilles ou non, ces crises t’y entrainent tout droit. Et puis il y a ses parents. Ah, ça défile au logis ! Son père qui le voit comme un fainéant, un chacal qu’a l’intention de vivre à leurs dépends toute sa vie, et sa mère qui pense que c’est le plus beau et le plus intelligent des enfants. On a l’impression que c’est pas le même fils ! Sa mère elle aime bien la chanson française. Elle pense qu’autant Tino, s’il fit de ses chansons un commerce, était quand même beau garçon, autant Brassens avait quand même une autre classe. Comme quoi tout n’est pas perdu. Il a parfois l’impression de vivre dans Jurassic park, ce film où l’on met dans un champ clos, dinosaures et autres bestioles bizarres.

Bon alors John il se promène dans Belleville, il a cette chanson de Mc Cartney qui trotte dans sa tête :
“Mull of Kintyre, oh mist rolling in from the sea
my desire is always to be here
Oh, Mull of Kintyre”
Pourquoi cette chanson ? C’est vrai que le mot “mull” à la particularité de lui faire penser à l’Ecosse et à la cornemuse qu’a le son celtique qu’il aime par-dessus tout.

Au coin d’une rue, il rencontre Louise, péripatéticienne de profession. Louise annonce la couleur tout de suite : « - c’est 100 balles mon mignon, j’ai tout ce qu’il faut là où il faut ! Où ? Bah, observe ! ». « Ok » dit John, « mais une réduc’ ça gaine le portefeuille. Si tu veux je t’enseigne de ton métier les p’tites ficelles. Tu serais le corps naturellement, et moi la tête ». Il n’avait pas sitôt prononcé ça qu’il se dit : « t’es con ! t’as rebourré ton crâne avec une nouvelle chanson, mainant ». Puis il continua « - Contre la mafia nous nous r’serreront les coudes, car dès que je te vis, tu me plus et me vint, neuf, le sentiment que c’était mon devoir de t’aider ». Elle l’abreuva alors de mercis à ne plus pouvoir s’arrêter.

Il furent heureux et eurent beaucoup d’enfants.
réponse à . <inconnu> le 20/06/2008 à 08h49 : Bonjour. Une autre hypothèse est également proposée par le...
le brandon enflammé
Serait-ce du Marlo que tu parles?
réponse à . tytoalba le 20/06/2008 à 08h19 : Bonjour à vous, je vous souhaite une journée ensoleillée. ...
Il faudrait avant tout s’entendre sur le mot "torchon". En France et sans doute ailleurs, le torchon est ce linge qui sert à essuyer la vaisselle. Chez moi, dans ce beau pays où politiques flamands et francophones se crêpent le chignon, le "torchon" est ce linge qui sert à nettoyer les sols
Et quand on a fini avec le torchon en Belle Gique, l’envoie-t-on en France continuer sa vie de torchon?
réponse à . file_au_logis le 20/06/2008 à 15h47 : Il faudrait avant tout s’entendre sur le mot "torchon". En France et sans ...
une vie de torchon ? Quand les serviettes évoquent une vie de débauché elles parlent de " brûler le torchon par les deux bouts ".
réponse à . <inconnu> le 20/06/2008 à 11h14 : hum... ça ne fume pas que dans la cuisine... Je peine un peu avec le lang...
C’est vrai. Souvent, c’est elle qui passe la loque à reloqueter....

Et - comme on dit chez nous - :
ich PATZEN, du PUTZEN
(je salope la cuisine, tu la nettoies)
réponse à . mickeylange le 20/06/2008 à 11h25 : pour toi seule le décodeur: torchon, toréador, torique, toron, tor...
Si c’est ide, je ne sais, car nous ne sommes plus en Mars depuis belle lurette (bonjour, madame Thierry). Mais, mais c’est du... 
réponse à . chirstian le 20/06/2008 à 15h50 : une vie de torchon ? Quand les serviettes évoquent une vie de d&eacu...
et le bout gît dans le champ d’elle...
réponse à . <inconnu> le 20/06/2008 à 15h11 : Bonjour les gens. Bon voila, je me suis amusé à un petit jeu innoc...
Wouaow ! Ah, le câlin !
Quel florilège !
Superbe de chez très bien ficelé !
En Picardie, qui est le Sud du Nord ... on dit aussi bien "wassingue" (origine sans doute flamande) que "loque à (re)loqueter" pour désigner la serpillière. donc, en gros je suis d’accord avec tous ceux qui sont intervenus sur le sujet.
Je ne sais pas avec quoi on essuie la vaisselle, on la met dans l’égouttoir et on attend que ça sèche !

En 1870, quand les parisiennes ont rejoint la Commune, le torchon avait cessé de brûler entre hommes et femmes, mais "le drapeau noir flottait sur la marmite" nous dit Vallès.

Jour béni, le message d’expressio de 4h15 a passé tous les barrages anti-spam et anti-viraux !
réponse à . Jonayla le 20/06/2008 à 14h10 : Bonjour à toutes zet à toussent ! Bienvenue aux nouveaux zet ...
on dit loque à reloqueter
Ah ben non, ce chiffon-là, c’est pour blinquer les cuivres, en Wallonie et à Bruxelles, une fois ! Enfin, c’est ce que m’a dit Marcel, qui est également interprète franco-belge, depuis le temps qu’on vient d’outre-Quiévrain pour s’arsouiller à son zinc...
réponse à . Jonayla le 20/06/2008 à 16h34 : Wouaow ! Ah, le câlin ! Quel florilège ! Superbe de...
Ben aimab’. Aurais-tu découvert les 36 pseudos ?
réponse à . <inconnu> le 20/06/2008 à 15h11 : Bonjour les gens. Bon voila, je me suis amusé à un petit jeu innoc...
ce jeu où les onze érodent
Là où les onze érodent, les onze y trônent. Non ?
houla, moi je suis loin du compte : faut que je révise mes classiques : j’avais les pseudos brodés sur un torchon , et tu devineras jamais ce qui lui est arrivé ? Ah bon, tu es déjà au courant ?
Ce serait du luxe, Guy.
Jusqu’à présent, j’en suis à 22. C’est gentil d’avoir commencé par moi 

Je l’imprime et je potasse ce week-end, que je souhaite par ailleurs fort agréable à tous.
réponse à . Elpepe le 20/06/2008 à 13h06 : Peut-être que notre porte-avions ne sert à rien, mais c’est l...
En France, on n’a pas de pétrole, mais on a des généraux !
en général on prend du gallon !
C’est parce que tu es la seule qui accepte de venir au salon rose avec moi.
A l’Opéra Garnier, et en voiture, Simone !
réponse à . chirstian le 20/06/2008 à 17h03 : En France, on n’a pas de pétrole, mais on a des géné...
en général on prend du gallon
Oui, mais ça pompe !
réponse à . <inconnu> le 20/06/2008 à 17h08 : C’est parce que tu es la seule qui accepte de venir au salon rose avec moi...
Avec toi aussi ! Ah, la... 
Le Dictionnaire Historique de la Langue Française nous dit que le premier sens du mot, au XIIe siècle, correspondait à un coup que l’on donne...
...et que le second sens du mot correspondait à un coup que l’on reçoit. Et mon Dictionnaire ajoute que parfois il pouvait s’agir du même. Et de nombreuses sources du XII citent des proverbes comme  : "La façon de donner un torchon vaut mieux que le torchon que l’on donne", ou encore : "un gnon, ça va, torchon : bonjour les dégâts !" sans oublier ce: "couchons bébé il chiera, torchons bébé il sourira" .
(ce dernier proverbe nous rappelle que durant des siècles ,c’est le même morceau de tissu qui permettait de se torcher le Q et d’essuyer la vaisselle. Mais dans un certain ordre. Que j’ai oublié. Et pourtant je crois me souvenir que cela avait de l’importance.)
...grande âme.

Mahatma glandu.
réponse à . chirstian le 20/06/2008 à 17h19 : Le Dictionnaire Historique de la Langue Française nous dit que le premie...
le premier sens du mot, au XIIe siècle, correspondait à un coup que l’on donne
Le deuxième sens du mot, au XIIIe siècle, correspondait à un deuxième coup que l’on donne.
Le troisième sens du mot, au XIVe siècle, correspondait à un troisième coup que l’on donne.

Et le combat cessa faute de combattants, au MMMDCCLXXVIIe siècle, quand il ne resta plus que des corneilles, qui ne peuvent donner que des coups d’ailes, dans leurs prises de bec.
Fahatma Glandue, quelle santé !
réponse à . <inconnu> le 20/06/2008 à 15h11 : Bonjour les gens. Bon voila, je me suis amusé à un petit jeu innoc...
j’en suis qu’à 22 et pourtant je rame
Bon, certains sont sans doute un peu plus traquilopactés que d’autres, mais rien d’insurmontable.
t’es meilleure que moi ! 
en 1ère lecture, je n’en ai trouvé que 16 !!! ... 20 manquent à la pelle !

D’ailleurs, "un coup de torchon", c’est autant une bagarre que quelque chose qui a fait place nette

pour les nostalgiques du cinéma de Bertrand Tavernier, ou ceux qui aimaient Noiret, Marielle, etc ... il suffit de cliquer sur l’affiche de : coup-de-torchon , pour y retrouver de bien belles images du film
réponse à . cotentine le 20/06/2008 à 17h58 : t’es meilleure que moi !  en 1ère lecture, je n’en...
Ah, Schmoll dans le rôle de Nono, un délice.
réponse à . <inconnu> le 20/06/2008 à 17h52 : Bon, certains sont sans doute un peu plus traquilopactés que d’autr...
30 je trouve pas momolala
réponse à . Elpepe le 20/06/2008 à 17h11 : en général on prend du gallonOui, mais ça pompe !...
en général on prend du gallon
Oui, mais ça pompe !
°
Mais bon, ce n’est pas ça, l’essence, Ciel !
°
Ca se prononce Maul.
je jette le torchon à 32 grace au @73 de help et paix
Bon, réponses lundi. Pour l’instant je vous laisse mariner là (j’ai fais un rêve merveilleux).

Bon WE à toutes et Athos.
réponse à . <inconnu> le 20/06/2008 à 15h11 : Bonjour les gens. Bon voila, je me suis amusé à un petit jeu innoc...
J’arrive un peu comme les carabiniers. Belle journée sur Expressio ! Compliments à Alcalin. J’en ai trouvé 26 mais il me semble que certains pseudos soient sortis de ma mémoire. Un jeu amusant à poursuivre pendant le match de ce soir sans doute. Bon ouiquinde (l’essayer, c’est l’adopter PP !) à tous ceux qui vont vaquer ailleurs, à demain sans doute pour les piliers de ce merrrveilleux site et douce nuit à tous !
Yessesœur, comme disait John le loufiat (Robert Dalban) dans Les Tontons Flingueurs. Toute une époque !
Ch’rais pas étonné qu’on ferme... :&rsquo)
Et au canal 12, hmmm ?
réponse à . Elpepe le 20/06/2008 à 16h45 : on dit loque à reloqueterAh ben non, ce chiffon-là, c’est po...
Ah ben non, ce chiffon-là, c’est pour blinquer les cuivres, en Wallonie et à Bruxelles
dis-tu en parlant de la loque à reloqueter. Hé ben si, dans ma région et du côté de Charleroi on le dit. Il suffit d’ailleurs d’écouter William Dunker et sa chanson "El Mambo del loke à rlokter". Je n’ai malheureusement pas de lien à proposer, les paroles sont protégées.

Et pour tous ceusssss qui font dans la dentelle, je rappelle qu’il y a une technique de dentelle aux fuseaux qui s’appelle la dentelle torchon. cette page .
réponse à . <inconnu> le 20/06/2008 à 15h11 : Bonjour les gens. Bon voila, je me suis amusé à un petit jeu innoc...
j’arrive tard,je me tords les méninges, je suis loin des 36 chandelles, ça me prend le chou, pas de torche pour m’éclairer, j’suis ronchon... Dis, mon chou, tu nous la donneras la solution ?
(amusant : il me semble bien qu’en arrivant sur Expressio je m’étais livrée à un petit jeu du même genre... mais où et quand ?)
réponse à . Elpepe le 20/06/2008 à 12h26 : Je voudrais juste corriger une petite erreur historique, Chirstian : il s&r...
C’est là la clé indispensable à la bonne compréhension de l’ensemble, n’est-ce pas ? 
Affirmatif, moussaillon ! Quand le torchon brûle, on va vers la raclée (de 12) !
aujourd’hui le torchon brule entre domenech et les medias
réponse à . <inconnu> le 20/06/2008 à 21h51 : aujourd’hui le torchon brule entre domenech et les medias...
Domenech, nech, nech, s’en ira tout simplement,
Routier, pauvre et chantant,
En tous chemins, en tous lieux, il ne parle que penalties,
Il aura des Royalties...
Sir Sou (rires)
réponse à . momolala le 20/06/2008 à 08h11 : Avec mon esprit de l’escalier, je suis séduite par la théori...
D’ailleurs quand un torchon brûle dans la cuisine, c’est rarement le mari qui le fait brûler, que ferait-il dans la cuisine ? Ce salopiaud de chiffon s’enflamme vite et on se dépêche de l’éteindre, c’est tout.

t’as tort et le tort tue ! les garçons savent cuisiner (au moins les 3 miens à qui j’ai donné l’envie et le goût !) mais ils peuvent être distraits et ne pas voir ou sentir le torchon qui brûle ! ... avec une contrepétarade ...
torchon, vis ta vie ! brûle si tu veux !
Le cuisinier galège en rissolant
et ........s’allège en rigolant
sur des feux pleins de braises,
grille des boeufs pleins de fraise,
des foies de boeufs
sur des feux de bois 
réponse à . tytoalba le 20/06/2008 à 11h59 : Pourquoi faire simple quand on peut compliquer. Un essuie-vaisselle, c’est...
une wassingue, je confirme 
un ch’ti, un vrai  
réponse à . <inconnu> le 20/06/2008 à 21h51 : aujourd’hui le torchon brule entre domenech et les medias...
il part plutot grrimper l’estelle reelll epour y touver son paradis
réponse à . Elpepe le 20/06/2008 à 22h09 : Domenech, nech, nech, s’en ira tout simplement, Routier, pauvre et chantan...
il part plutot grrimper l’estelle reelll epour y touver son paradis

[ Modifié le 21/06/2008 à 02:06:44 ]
réponse à . <inconnu> le 21/06/2008 à 02h08 : il part plutot grrimper l’estelle reelll epour y touver son paradis [ Mod...
Je ne m’appelle pas Raymond, mais j’approuve des deux mains et des deux pieds : c’est dans l’Estérel qu’est le paradis. Je n’ai qu’à regarder par la fenêtre ce matin encore pour en être sûre !
réponse à . <inconnu> le 20/06/2008 à 19h04 : Bon, réponses lundi. Pour l’instant je vous laisse mariner là...
Euuh... Marinella, c’est "Ah reste encooore dans mes braaaaas"... Le rêve merveilleux, c’est Ramonaaa... 
Nouvelle expression du jour : le torchon brûle et la caravane passe. Debout, là-dedans !
Bonjour à toutes et à tous!
Pour la confection de mes calembours, je choisis un mot du sujet proposé, et je développe. Dans le cas qui nous concerne, je prends par exemple "brûle" et je me questionne: qu’est-ce qui brûle? Je me réponds: un bonze. Alors, je cherche tout ce qui soit en rapport avec le thème et qui soit susceptible de susciter quelque intérêt. Ça peut donner:
Que fait un bonze excité et plein d’ardeur?
- Il s’enflamme.
Que fait un bonze au milieu de deux autres?
- Être entre deux feux.
Qu’arrive-t-il à un bonze nain?
- Il fait pas long feu.
On a arrêté un bonze au volant:
- Il avait brûlé un feu rouge.
Pourquoi un bonze est-il facile à tromper?
- Il ne voit que du feu.
Que fait un bonze qui en touche un autre?
- Mettre la main au feu.
Comment se promène un bonze sans chemise?
- ’Torche’ nu
Un bonze blessé, qui saignait la veille:
- ’un sang d’hier’
Comment dit-on d’ un bonze pâle?
- Éteint (aussi bizarre que celà paraîsse).
Le thème est ample et, comme y’a pas l’feu, vous pouvez lire aussi:
Pourquoi les bonzes se lisent des contes entre eux?
- Les bons contes font les bonzes amis.
Que fit le bonze fâché?
- Il bouda.
On essuie la vaisselle avec ...un essuie. Le torchon pour le sol est, dans certaines régions de Wallonie appelé aussi "loque à reloqueter". Redondance amusante, non ? C’est comme pour le tuyau: en France on dit "un tuyau", en Wallonie "un tuyau creux" et à Bruxelles "un tuyau creux à l’intérieur". Ceci n’est qu’un exemple illustrant la façon de s’exprimer...
réponse à . bengougnies le 30/07/2011 à 09h22 : On essuie la vaisselle avec ...un essuie. Le torchon pour le sol est, dans certa...
Ben, un "tuyau plein", pour moi, serait une barre cylindrique (d’ acier, de cuivre...) ou une "corde" de caoutchouc. Alors je me contente de parler de tuyau. Sachez cependant que dans mon coin de Cotentin on dit "passer la toile" pour nettoyer le sol, que les torchons servent d’ essuie-vaisselle, sauf ceux, très fins, en lin, qu’ on nomme "essuie-verres" (je pense que vous en devinerez l’ usage...). Mais, les serviettes, qu’ il ne faut pas mélanger avec les torchons, que deviennent-elles dans tout ça ? Seraient-elles ignifugées ?
Les hommes d’armes du Moyen-Âge attachaient leur bouclier au dos à l’aide d’un torchon, et c’est là qu’on disait: le 'torchon noue l’écu'.
... et si l’origine de cette expression se trouvait plus simplement dans le "torchon" (bouchon de foin et de paille) qu’au Moyen-âge on enflammait puis catapultait par-dessus les fortifications pour préparer (ou pendant) l’attaque ?
Sur leur terrain clôturé, quand le torchon brûle, il y a des ’querelles de clos chez’...les voisins.
Quand le torchon brûle jusqu’au bout ça devient un bout chon.
S’il faut appeler les pompier parce qu’il fait son cinéma c’est un cabot chon.
Pour l’éteindre il faut un cruchon.
Oui je sais, c’est pas folichon.
Avec une plaque à induction on ne brûle plus aucun torchon!Ça m’arrivait souvent avec le gaz...quand j’attrapais mes poignées de casseroles brûlantes.
réponse à . Fernande le 30/07/2011 à 15h47 : Avec une plaque à induction on ne brûle plus aucun torchon!Ç...
Avec une plaque à induction on ne brûle plus aucun torchon!Ça m’arrivait souvent avec le gaz...quand j’attrapais mes poignées de casseroles brûlantes.
Et moi, ça m’arrive encore souvent avec ma moitié... quand j’attrape ses poignées d’ange brûlantes.
Le Torchon est un lac de la commune de Hennezel, au sud de Clairefontaine.
C’est dans les Vosges, parce qu’en Suisse il n’y a pas le feu au lac !

Bon, je le concède, ce n’est qu’un étang, et pas des plus grands.

Torchon est aussi une localité de la région Haïtienne de Grand’Anse. Là,il y a effectivement risque que ça brûle !
quand la queue de la poêle est chaude - il s’agit évidemment des anciennes poêles en tôle noire qui allaient dans la cheminée et qui finissaient leur vie avec des trous au fond pour griller les châtaignes- on prend un torchon pour ne pas se bruler les mains.
Quand la queue de la poêle est chaude signifie qu’elle est trop allée au feu des discussions des conflits larvés.
quand le torchon brule , c’est que vraiment la queue est très chaude donc le coup du torchon serait une façon de dire que la queue de la poêle a dépasse les limites du supportable ... une sorte de périphrase
tout cela n’étant que pur raisonnement et imagination
Je ne résiste pas à vous traduire une p'tite blague trouvée dans mes mots croisés.
Comme il s'agit d'un croquis vite fait avec une petite légende, faut que je vous plante le décor (vite fait aussi, c'est promis) !
Dessin :
Papa est dans son fauteuil, à lire paisiblement son journal.
Entre le fiston, les mains dans les poches, l'allure décontractée.
Légende :
- P'pa, j'ai nettoyé ta caisse. M'a fallu six feuilles de papier de verre.
Et depuis, le torchon brûle entre le père et le fils...  
Bonne journée à toutes et à tous !
réponse à . ralalaaaa931 le 07/04/2017 à 01h40 : Je ne résiste pas à vous traduire une p'tite blague trouvée...
Belle journée à toi aussi !  
Aux disputes, chamailleries et bagarres verbales autant qu'incendiaires, le cher Georges préférait la solitude partagée avec ses chats, ses livres et sa guitare…
On le disait ours ; peut-être n'était-il que sage…

Dans ses chansons, une seule "querelle"... qui n'est que d' "Allemands" *!

Maintenant que vos controverses se sont tu's,
Qu'on s'est bien partagé les cordes des pendus,
Maintenant que John Bull nous boude, maintenant,
Que c'en est fini des querelles d'Allemands


Voici l'histoire… et voici les notes : écoutez...

* Voir cette page 

ANAGRAMME
Colle héron brut

Et pour Syntax qui est très intéressé : Héron, héron, petit patapon.
réponse à . Mintaka le 07/04/2017 à 03h05 : ANAGRAMME Colle héron brut Et pour Syntax qui est très inté...
Le torchon brûle voudrait donc simplement dire "les coups sont très proches".
ANAGRAMME de "les coups sont très proches"
Colportes hérons suspects

Héron, héron, encore plus petit patapon !
réponse à . ralalaaaa931 le 07/04/2017 à 01h40 : Je ne résiste pas à vous traduire une p'tite blague trouvée...
C'est arrivé à un copain.
En rentrant de vacances, après dix heures d'autoroute, l'avant de la voiture était constellé d'insectes venus bêtement se vautrer sur la carrosserie...
Son fils d'une douzaine d'années obtient la permission de laver la voiture et se met à la tache.
Et vas y que je te savonne et vas y que je te frotte, mais c'est que c'est coriace à enlever des bestioles écrasées.
Soudain, l'idée de génie !
Le gamin va à la cuisine piquer la gratounette de Spontex sur l'évier......
Vous devinez la suite......

Sur le coup mon copain était très colère mais le torchon n'a pas brûlé bien longtemps..

Le gamin a voulu bien faire....

Bon, je vais utiliser la même fenêtre de tir pour vous parler des mégères de Brive la Gaillarde entre qui le torchon brûlait et qui se sont retournés contre ces braves pandores....

Mais vous connaissez sûrement l'histoire, c'est l'une des plus connues de ce bon Tonton Georges...

Au marché de Briv'-la-Gaillarde
A propos de bottes d'oignons,
Quelques douzaines de gaillardes
Se crêpaient un jour le chignon


Et maintenant le café.......

réponse à . Mintaka le 07/04/2017 à 04h59 : Le torchon brûle voudrait donc simplement dire "les coups sont tr&egr...
-" Oh papa regarde un tapon qui s'envole !"
-" Ça s'appelle un héron petit, pas tapon "
Sur le marché
- Tiens, ta bru achète du gibier...qu'est-ce qu'elle aime bien ?
- oh, elle, ma bru, laie...
- elle t'a brûlé avec quoi ?
réponse à . joseta le 07/04/2017 à 08h10 : Sur le marché - Tiens, ta bru achète du gibier...qu'est-ce qu'elle...
du gibier
Merci beaucoup !!!
Dialogue que, étrangement, n'a été recueilli par aucun historien...
Cauchon: - Devine par quelle méthode tu vas être exécutée...
Jeanne d'Arc: - empoisonnée ?
- froid...
- pendue ?
- tiède...
- sur le bûcher ?
- là tu brûles !
réponse à . joseta le 07/04/2017 à 09h06 : Dialogue que, étrangement, n'a été recueilli par aucun hist...
Ça n'en a pas l'air, mais le jeu de mots sur Jeanne d'Arc, je l'ai bûché !
- Zut ! une tache...vite le torchon Brühl !
- quel torchon qui brûle ?
réponse à . joseta le 07/04/2017 à 09h13 : Ça n'en a pas l'air, mais le jeu de mots sur Jeanne d'Arc,...
Jeanne (sur le bûcher): - Je veux descendre !
Cauchon:- là-dessus on est d'accord: moi aussi je veux des cendres !
réponse à . joseta le 07/04/2017 à 09h06 : Dialogue que, étrangement, n'a été recueilli par aucun hist...
-"Je vois que vous ne m'avez pas crue... "
-" Hé non, t'es cuite....."
réponse à . BOUBA le 07/04/2017 à 10h33 : -"Je vois que vous ne m'avez pas crue... " -" Hé non,...
Je connaissais la variante :
- "Vous ne m'avez pas crue, vous m'aurez cuite !"
Le torchon était au XII siècle la poignée de paille ou de foin dont on se servait pour se torcher après avoir évacué le résidu ultime de fin de digestion.*
(On était loin du Lotus Moltonel Confort double épaisseur...)
Par analogie il est devenu le bout de tissu qui n'a pas d'usage bien précis et dont on se sert pour tout et n'importe quoi..

*Merde, fallait la trouver cette tirade pour ne pas dire s'essuyer la m....
Gal Cambronne.
réponse à . deLassus le 07/04/2017 à 11h10 : Je connaissais la variante : - "Vous ne m'avez pas crue, vous m&...
C'est une autre façon de la décliner.....
Entre Germaine (la Bretonne) et Tipiak le torchon brûle !

PIRATE !!!!
réponse à . joseta le 07/04/2017 à 09h52 : Jeanne (sur le bûcher): - Je veux descendre ! Cauchon:- là-des...
Tiens une question.

Pourquoi appelle t on ce charmant barbeuq un "bûcher" alors qu'on utilisait des fagots puisqu'on disait d'un incroyant qu'il sentait le fagot

Les nains croyants n'étaient pas brûlés, eux...
- Tu sais, mon voisin, celui qui a la salle de spectacles, ben sa maison a pris feu...
- ton voisin qu'a l' ciné ?
- calciné ? non, non, il a pu s'enfuir à temps...
- Ma grand-mère l'a échappée belle ! Pendant qu'elle tricotait avec son amie de la grange voisine, son mas a pris feu !
- le mas cramait ?
- macramé ? ben, je ne sais pas ce qu'elle tricotait....
réponse à . BOUBA le 07/04/2017 à 11h21 : Tiens une question. Pourquoi appelle t on ce charmant barbeuq un "bû...
Le bûcher, c'est le but chez... les fagots...
réponse à . Mintaka le 07/04/2017 à 04h59 : Le torchon brûle voudrait donc simplement dire "les coups sont tr&egr...
Il paraît que Neil Amstrong avait de très lointaines racines françaises, racines dont il était très fier.

1810… À 25 ans, un grand oncle de son arrière grand-père - refusant son enrôlement forcé dans les armées napoléoniennes - embarqua à Brest sur le premier rafiot en partance pour les Amériques. Là-bas, il connut mille métiers, mille misères, mais aussi le bel amour de Lisbeth.

Trente ans et cinq enfants plus tard, l'oncle Émilien Tapon rendait l'âme dans l'Ohio.

Il paraît qu'en souvenir de cet oncle, pionnier à sa manière, Amstrong - premier homme à marcher sur la Lune - avait ainsi rédigé son message qu'il signa du nom de l'ancêtre français : À toi, Tonton courageux, je dédie ce petit pas. Tapon.

Il paraît qu'en lisant cela, le patron de la Nasa faillit s'étrangler et, entrant dans une rage folle, il ordonna qu'on réécrivît le message qui devint, chacun le sait : Un petit pas pour l'homme, un grand pas pour l'humanité.

C'est dommage, moi j' dis…

Loque à reloquer, wastringue, dans le Noooord le chiffon à nombreux noms.
Mais dans le sud, le torchon c'est quoi ?

Un torchoncon et pis c'est tout  !
réponse à . mickeylange le 07/04/2017 à 11h19 : Entre Germaine (la Bretonne) et Tipiak le torchon brûle ! PIRATE&nbs...

Faut dire qu'elle en avait ras le bonnet phrygien la Germaine !

Après chaque lessive ou presque, elle devait ravauder les larges blouses que son patron Maximilien Piak, aubergiste brestois, enflammait souvent devant l'âtre en touillant dans les marmites où mijotaient ragoûts de lièvre ou de mouton .
Petit de taille, l'homme était rude au travail, rude en paroles… Il en fallait plus pour impressionner la Germaine :

P'tit Piak ! Nouez donc un tablier sur votre ventre… ou au moins un vaste torchon ! Ça protègera vos blouses !

Mais un jour de grande affluence, Maximilien Piak s'activa plus vivement que d'habitude devant ses casseroles et ce qui devait arriver, arriva…

P'tit Piak ! Le torchon brûle !* s'écria un marin-pirate de passage.

S'en était trop pour Germaine. Elle quitta définitivement la restauration et proposa son dé, ses aiguilles et son savoir-faire à Jeanne Diwan qui venait d'ouvrir une boutique de rideaux sur la côte morbihannaise.

*Yeeeess ! J' l'ai eu ! 

réponse à . mickeylange le 07/04/2017 à 13h56 : Loque à reloquer, wastringue, dans le Noooord le chiffon à nombre...
Wassingue : tissu qu'est issu du flamand wassen, laver.
Ne pas confondre avec bastringue !
réponse à . mickeylange le 07/04/2017 à 13h56 : Loque à reloquer, wastringue, dans le Noooord le chiffon à nombre...
En général les genses du Nôôôôôrd qui imitent l'accent Provençal mettent ( allez savoir pourquoi ) un g à la fin des mots
Donc, c'est un torchoncong...

Mais au fait dans le Nôôôôôrd on dit aussi une loque...la wassingue c'est ce que l'on passe par terre pour laver le sol.
En Provence on dit : "Passer la pièce"
C'est aussi beau que les histoires de la chèvre de M. Seguin......

Les gens du Sud, eux, cachent dans les calanques, des monceaux de "e" capturés aux gens du Nôôôrd...
Aussi, ils les écoulent en en mettant partout ! Ça donne "les calanqueees"... "une casseeeroleee" - alors que pour les Nordistes, une cassrole suffit -... "un peneu"...
Un de Marseille raconte ça bien mieux que moi → cette page.

Alors, pour ne pas vous froisser en vous faisant remarquer cette "étonnante" habitude, ceux du "Septentrion" ajoutent des "g" un peu partout pour rendre plus joli encore votre accent tout plein de soleil !

Ça te va comme ça ?! 
Si tu en veux encoreee, ce sera pour plus tard parce que là, il faut que j'y aille sinon j' vais être en retard chez les Desgrands-Lacour.

L'Océanide Doris à son mari Nérée
- Je n'aimerais mourir autrement que dans l'eau...et toi, tu aimerais mourir ainsi Nérée ?
- incinéré, moi ? quelle idée...
'Soir tout le monde ! Avant de me remettre au boulot, je vous livre une devinette que mon beau-père adorait nous raconter.
3 enfants rentrent chez eux. L'un porte une baguette, le deuxième un radio-cassettes et le dernier coltine un lecteur vidéo.
Ils ont des surnoms : Jeanne d'Arc, Slip et Agenda. Vous autres Expressionautes (joli néologisme) trouverez en un tournemain quel surnom va avec quel enfant ! Non ?
On riait par politesse, mais le torchon n'a pas brûlé entre nous...
réponse à . ralalaaaa931 le 07/04/2017 à 22h38 : 'Soir tout le monde ! Avant de me remettre au boulot, je vous livre un...
Mon essai :
Jeanne portait la baguette,
Slip portait le lecteur vidéo (clip),
et Agenda, ben, euh... le radio.
Peux pas faire mieux !
Si je me souviens bien :
"Jeanne d'Arc" parce que c'est elle/lui qu'a le ciné
"Slip" parce que c'est elle/lui qu'a le son
"Agenda" parce que c'est elle/lui qu'a le pain...
J'ai pas dit que c'était intellectuel, hein ! 
À propos d'agenda...

J'adorais - et je crois que j'adore toujours... - la réflexion d'un "vieux" monsieur (pour moi) vaguement ami de la famille, toujours sérieux, un brin guindé, et qui de temps en temps se laissait aller à une blague à trois sous, tellement inattendue chez lui que j'éclatais de rire !

Ainsi, quand il voyait le plus jeune de la famille revenir de chez le boulanger, il s'écriait  :
- Tiens ! v'là le p'tit qu'a le pain ! (calepin)

Je n'ai pas dit que c'était intellectuel ! 
réponse à . ralalaaaa931 le 07/04/2017 à 23h41 : Si je me souviens bien : "Jeanne d'Arc" parce que c'est...
7° essai.
Ça alors, j'aurais jamais deviné ! T'es la bru de Joseta !

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Le torchon brûle » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

publicité
Expressio - le livre

Le contenu de ce site est si riche qu’un livre en a été tiré. Ce livre, devenu un best-seller est maintenant disponible en poche.

Ce commentaire ainsi que les réponses qui y sont liées, seront définitivement supprimés. Etes-vous sûr?