Ne pas pouvoir être (à la fois) au four et au moulin - dictionnaire des expressions françaises Expressio par Reverso - signification, origine, étymologie

Ne pas pouvoir être (à la fois) au four et au moulin

Ne pas pouvoir être partout à la fois.
Ne pas pouvoir faire plusieurs choses en même temps.

Origine

Cette expression est attestée dès le XVIIe siècle.

Elle provient du droit féodal (Lien externe), lorsque les paysans ou vassaux étaient, pour moudre leur grain et cuire leur pain, tenus d'utiliser le moulin et le four communs fournis par le suzerain, moyennant redevance (tout comme ils devaient utiliser son pressoir pour obtenir leur vin).
Les deux tâches étant obligatoirement exécutées l'une après l'autre, il n'était pas possible d'être à la fois au moulin et au four ('Au moulin et au four, chacun va son tour').

Il est intéressant de noter que, comme la machine à café aujourd'hui, ou le lavoir, autrefois, ces deux endroits servaient à l'époque de lieux de rencontre et de discussions ('Au four et au moulin, on sait toutes les nouvelles').

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Ne pas pouvoir être (à la fois) au four et au moulin » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
Tunisiear Mé innajemch yahleb wa ichedd el mahlebIl ne peut pas traire et tenir le seau de lait
États-Unisen You can't have your cake and eat it tooOn ne peut pas garder son gâteau et aussi le manger
Angleterreen One can't be in two places at once.On ne peut être à deux endroits (places) à la fois
Irlandeen Ni féidir leis an gobadán an dhá thrá a fhreastalLe bécasseau ne peut pas être à la fois sur deux plages
Angleterreen Not to be able to have a finger in every pieNe pas pouvoir avoir un doigt dans chaque tarte
Angleterreen Not to have got two pairs of handsNe pas avoir deux paires de mains
Espagnees No se puede repicar y andar en la procesiónOn ne peut sonner les cloches et marcher dans la procession
Argentinees No se puede estar en misa et tocar la campanaOn ne peut pas être à la messe et sonner la cloche
Espagnees No se puede estar en misa y repicandoNe pas pouvoir (à la fois) entendre la messe et sonner les cloches
Espagnees No se puede estar en misa y repicandoOn ne peut être à la messe et faire sonner les cloches en même temps
Argentinees No se puede correr y saltar a la vezOn ne peut courir et sauter au même temps
Italieit Non potere tenere il piede in due staffeNe pas pouvoir tenir le pied aux deux étriers
Italieit Non si può cantare e portare la croceOn ne peut chanter et porter la croix
Pays-Basnl Wie de klok luidt, kan niet in de processie gaanQui sonne la cloche ne peut pas être dans la procession
Brésilpt Não poder assoviar e chupar cana (ao mesmo tempo)Ne pas pouvoir siffler et sucer la canne à sucre (à la fois)
Belgique (Wallonie)wa On n' sâreut triboler et esse (aller) à l' porcessionOn ne saurait carillonner et être (aller) à la procession
Belgique (Wallonie)wa On n' pout nin flûter et tabourerOn ne peut pas jouer de la flûte et battre le tambour

Déformée

Ne pas pouvoir être (à la fois) à Saint-Flour et à Rémoulins

Vos commentaires
Aha ! Nous y voilà que j’m’épanche (haut Villa) ! J’ai tous les dons, moi, moins un : l’ubiquité, ah si .. ah oui… mais si ma tante en avait … s’pas ? Je ne suis pas de concerto avec la 2è essplication de God pour la bonne raison qu’on peut faire plusieurs choses à la fois, et c’est pas les exemples qui font défaut, y a qu’à demander.
Par contre être à deux ou plusieurs endroits à la fois, ça je crois que c’est du jamais vu. Et puis dis-moi pourquoi cette ubiquité existe-t-elle dans le dico, hein ? C’est bien passque quelqu’un a dû ubiquiter un jour quéque part, y a eu des témoins, les journaux, la tévé, le guiness de l’époque, le copyright chais pas moi, non ? Autrement sinon je ne vois pas l’utilité de l’existence d’un mot pareil si on ne peut pas le mettre à exécution, le mettre en vente au public, où on veut, au supermarché, les épices rient, les distributeurs automatiques, internet, par correspondance des Trois Cuisses, que sais-je ? T’rends compte si tu pouvais être là et ailleurs ou à plusieurs ailleurs ? Tu peux barboter dans ton bain avec ton p’tit canard tout en achetant ton bistek chez l’boucher du coin, et même dans un ot’ bled où qu’la bidoche est réputée à peine enragée ; tu peux être dans ta baraque à siffler tranquilos une tequila on-ze-rocks avec inceste de citron et filer ton jules ou ta juliette des fois qu’y (elle) s’gourre de route pour rentrer … ailleurs ; t’es au toubib et tu t’coupes les tifs ou te manucures chez ton merlan latino ; tu dégustes un coco-fesse split aux Baléares, tu bronzes aux Maldives, tu danses la polka sirtaki à Corfu, tu bouffes du boa sauce chat ou rat en chine ; t’es au boulot, ah oui ce p... de taf qu’on te gonfle à mort, mais tu t’en bats les c… pisque une thaïlandaise, en Thaïlande bien sûr, te masse royalement la carrosserie, peau, viande et lard inclus et + si…tu insistes ou si t’en a pas encore soupé ! Mais si t’es vanné, tu vas te pieuter chez Morphée en Andalousie. Les possibilités sont infinies, les variantes sont incalculables, le choix est incommensurable etc. etc.

Tu crois qu’je rêve, hein c’est ça ? J’raconte nain porte quoi ? Je vais me faire enc…chez lez papous ? OK, OK, mais vas, je défie quiconque chacun qui n’a pas pensé un seul instant à ce qu’au moins un chose-truc de ce genre de fourbi arrive concrètement en vraiment vrai véritable.

Allez, finalement two plus two ça ne fait que four … et j’ai mon moule, hein, qu’est dans l’four !
réponse à . eureka le 25/04/2009 à 03h53 : Aha ! Nous y voilà que j’m’épanche (haut Villa)&n...
Ben voilà qu’elle a tout dit, not’Eureka...

Elle a cependant oublié que la bonne Lady Godiva, avant que d’inventer ses pralines avec ses copains Neuhaus, Léonidas et Daskalidès, tous Bruxellois de souche comme leurs noms l’indiquent, elle courait au moulin de son coeur rencontrer son jardinier. Ils s’y donnaient des petites représentations privées et ne faisaient surement pas un four.
’utiliser le moulin et le four communs fournis par le suzerain, moyennant redevance
nous voici donc aujourd’hui dans le monde des banalités !
Etait , en effet, "banal" tout ce qui était destiné à une utilisation en commun. Le seigneur en imposait l’usage par le droit de ban qu’il avait sur ses terres (et une lieue autour de la ville = banlieue)
Pourquoi banal a-t-il conservé deux pluriels différents : "événements banals" mais "fours banaux" ? Simplement pour le plaisir de dire : "fouchtra, voilà qui n’est pas banal !"

En théorie rien n’empêche qu’un four ait été construit au même endroit qu’un moulin, ce qui aurait fait mentir l’expression. Mais le seigneur avait tout intérêt à céder ses concessions à deux familles différentes, où se transmettait la charge de façon héréditaire.
Après le commentaire de Chirstian je peux écrire banalement que je ne pouvais être au four de Barcelone et au moulin d’Expressio : c’est vérifié. Je suis trop fatiguée pour mettre plus d’esprit dans mon propos. Je ferai une remise à niveau pendant le ouiquinde. Holà ! quelle belle ville, quel beau temps, qu’est-ce qu’on y marche ! J’y retournerai sans doute et plusieurs fois.
réponse à . eureka le 25/04/2009 à 03h53 : Aha ! Nous y voilà que j’m’épanche (haut Villa)&n...
Je suis très d’accord avec ton texte et pas seulement parce que les épices rient ! Tu aurais d’ailleurs très bien pu ajouter que les bouches rient aussi et que, pour celles qui font de le viande de cheval, même l’écurie !

Non, et pour une fois sérieusement, je trouve ton texte très féminin. Quand tu dis, par exemple, qu’il n’y a rien d’extraordinaire à faire plusieurs choses simultanément, cela me fait penser à la parole en société.

J’ai toujours été étonné et admiratif de la capacité de la plupart des femmes à suivre jusqu’à trois conversations différentes simultanément, par exemple dans une réunion entre amis ou de petits groupes de discussions se forment. Une femme, en face de vous, vous parle, vous regarde, vous écoute et est capable d’un coup, si elle pense que cela est nécessaire, d’intervenir dans la discussion du groupe à côté.

Cela m’étonne toujours car je m’en sais complètement incapable. Je ne peux suivre qu’une conversation à la fois et encore . . . si un problème ou une idée intéressante traverse mon esprit, celui-ci, inconsciemment, se déconnecte de la discussion en cours pour examiner l’idée sous ses différentes coutures.
Puis quand la connexion se rétablit, je me retrouve en train d’acquiescer bêtement à des propos dont je n’ai pas suivi le moindre mot.

N’allez pas, Mesdames parler de supériorité féminine. Il s’agit simplement de différences profondes entre l’homme et la femme. Il me semble improductif de hiérarchiser les différences. Il vaut mieux chercher à bien se compléter.

Pourquoi le penseur de Rodin est-il un homme ? Pourquoi aucune statue ou peinture ne représente une femme dans la même position ? Parce que c’est une attitude profondément masculine de tourner et retourner une idée pour chercher le meilleur point de pénétration. L’homme s’isole sur son roc, seul avec sa tête.

Une femme qui a un problème, va vite en parler avec ses copines, c’est en confrontant des points de vue différents, que, pour elle, la solution viendra.

Il y aurait beaucoup de choses encore à dire, mais j’ai déjà été trop long.

Pour l’ubiquité, tu as raison cela n’existe pas. Tout ce que l’on peut faire c’est envoyer certaines parties de nous, comme par exemple nos écrits, voir ailleurs de nouveaux paysages pendant que nous continuons notre vie normale.
Comme nous le faisons sur ce site. Malheureusement, ils ne reviennent jamais pour nous raconter ce qu’ils ont vu. 
réponse à . SagesseFolie le 25/04/2009 à 10h34 : Je suis très d’accord avec ton texte et pas seulement parce que les...
Pour l’ubiquité, tu as raison cela n’existe pas.
Je ne le crierais pas si fort, depuis qu’il y a déjà quelques années, un professeur d’université autrichien a réussi à faire remonter le temps (nous parlons en fractions de fractions de secondes) à une petite particule (un quantum). Donc, si l’on peut remonter le temps - et pas seulement les horloges mécaniques - eh bien, on doit pouvoir être ubique aussi...
réponse à . file_au_logis le 25/04/2009 à 12h05 : Pour l’ubiquité, tu as raison cela n’existe pas.Je ne le crie...
quand j’étais plus jeune, j’admirais la moto de mon tonton :
elle avait un sacré moulin cette 7.50 four.
c’était une autre époque, à laquelle on pouvait être au paradis sur une four au sacré moulin... ubiques nous étions vraiment à cette époque épique. La rousse aux p’tits roberts que tonton emmenait en tailleur avait d’ailleurs tatoué ce mot "ubiquité" sur ses pages en peau d’échappement...
"être au paradis sur une 7.50 four au sacré moulin" : tout est là ! définition de l’ubiquité, du bonheur, de la nostalgie... bref de la vie !!! mais peut-être êtes vous trop jeunes pour avoir vécu ça ? !!!.
Joe Bar junior
Pour nous les femmes, être au four et au moulin , on connait!
Peut-être est-ce pour cela qu’on est fourbues et moulinées en fin de journée ?
réponse à . chirstian le 25/04/2009 à 09h51 : ’utiliser le moulin et le four communs fournis par le suzerain, moyennant...
Au four était le ban qui couine et au moulin le Ban Ki Moon ?
Oui, c’est atrocement tiré par les chevreuils!
Bon, je sors!
réponse à . SagesseFolie le 25/04/2009 à 10h34 : Je suis très d’accord avec ton texte et pas seulement parce que les...
C’est bien connu, que nous, les femmes, pouvons accomplir plusieurs choses à la fois … sinon, comment pourrait-on s’en « sortir » pour tenir une maison s’occuper des enfants, se rappeler tous les rendez-vous (familiaux, médicaux, loisirs, etc.), avoir une vie active (métier) et être encore en forme pour une vie de couple ??? Bref, nous sommes polies... et polyvalentes 
Wonder women !!!
réponse à . cotentine le 25/04/2009 à 15h17 : C’est bien connu, que nous, les femmes, pouvons accomplir plusieurs choses...
la même chose pour tous ceux qui sont "chef" de "famille monoparentale",sans qu’importe son sexe,non?
(faites pas attention,les mecs dans cette situation nous sentons souvent un peu oubliés)
réponse à . file_au_logis le 25/04/2009 à 12h05 : Pour l’ubiquité, tu as raison cela n’existe pas.Je ne le crie...
chère Phillipique O’Logie,

est-il vrai,comme j’ai cru le lire voici quelques mois,que la vitesse de la lumière tend à ralentir de manière infime mais perceptible depuis quelques millions d’années)?et y-a-t-il une page sur l’ubiquité du quantum (c’est foutrement interessant)?
réponse à . cotentine le 25/04/2009 à 15h17 : C’est bien connu, que nous, les femmes, pouvons accomplir plusieurs choses...
MMaaaaiiiiss mais mais mais, je m’excuse de vous interrompre : les hommes aussi peuvent faire plusieurs choses en même temps : il se raconte que l’ancien président des USA, Gérald Ford, pouvait très bien traverser la rue en mâchant un chewing gum !

Siiii, c’est vraaaaaii !

Historic Hobbes
réponse à . momolala le 25/04/2009 à 10h31 : Après le commentaire de Chirstian je peux écrire banalement que je...
tu es allée au "barrio gótico"?tu as vu le parque guell?et les maisons dessinée par Gaudi?
mon premier voyage dans la ville condale,c’était un an avant les jeux olympiques,avec le cirque Archaos,et le quarter populaire de "Barceloneta" existait encore partiellement...depuis,c’est devenu un quartier chic et de vie nocturne....
ne pas se perdre le marché qui est dans la partie haute du barrio gótico,ni les bars du coin.....de l’autre coté des Ramblas,roder le soir,ou au petit matin,dans le coin de la plaza de las pastillas,ou de los tripis.(demander à n’importe quel punki qui passe) :faune originale et bar de Manuel Chao dans le voisinage (mais bien des petits bistrots sympas aussi par là).

pour en revenir à la "douce France",Pierre Desproges mettait dans la bouche de Himmler,visitant la Hollande,cette expression d’aujourd’hui.
réponse à . jotape le 25/04/2009 à 16h13 : tu es allée au "barrio gótico"?tu as vu le parque guell?et les maisons d...
Et pourquoi crois-tu que je sois si fatiguée ? Nous n’avons pas rôdé au petit matin, les jeunes n’en ont pas encore l’âge, mais très très tard le soir, oui, et même dans les tribunes extraordinaires du Barça !

Dans mon village il n’y a jamais eu de moulin mais au moins deux fours banaux. On y compte plusieurs pateqs, ces inextricables multipropriétés qui posent tant de problèmes maintenant qu’on n’y étale plus le blé sur l’aire pour séparer le bon grain de l’ivraie avec de lourds cylindres de bois munis de pointes d’abord ; puis, l’aire nettoyée, y écraser le grain sur des toiles avec d’autres cylindres lisses ceux-là. Parfois, quand la taille de l’aire le permettait, ils étaient tirés par un cheval ; sinon c’était à bras d’hommes. Enfin, c’est ce qu’on m’a expliqué car je vous parle d’un temps que les moins de 3 x 20 ans ne peuvent pas connaître. Toujours est-il qu’ici on n’a pas l’habitude d’être au four et au moulin et ça ne vous étonnera pas.
Les deux tâches étant obligatoirement exécutées l’une après l’autre
difficile effectivement de faire cuire un pain avant que la farine n’ait été tirée du blé. Mais l’expression contient peut être en plus l’idée que la première tâche doit être terminée, et réalisée dans les meilleures conditions, avant d’entreprendre la seconde. Elle signifierait donc : "on ne peut pas être déjà au four, si on en est encore à l’étape du moulin. C’est à dire, ne pas brûler les étapes, de ne pas vouloir aller trop vite. Il ne s’agirait donc pas d’une impossibilité physique de faire deux choses à la fois, mais de l’impossibilité de les faire bien toutes deux. Eloge de celui qui sait prendre son temps et attend de se savoir prêt.
réponse à . jotape le 25/04/2009 à 16h00 : chère Phillipique O’Logie, est-il vrai,comme j’ai cru le lir...
il y a surement, mais il faut que je cherche. Si je trouve, je mets en lien...

Je me souviens que c’est un prof. de l’Université Karl Franzens, de Graz. Tu pourrais déjà aller voir à cette page
Une belle histoire du pain, de l’antiquité à aujourd’hui, avec quelques infos sur les fours et moulins banaux au chapitre moyen-âge à cette page.
Desproges prêtait aussi cette expression à Himmler, alors qu’il visitait la Hollande...

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Ne pas pouvoir être (à la fois) au four et au moulin » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

publicité
Expressio - le livre

Le contenu de ce site est si riche qu’un livre en a été tiré. Ce livre, devenu un best-seller est maintenant disponible en poche.

Ce commentaire ainsi que les réponses qui y sont liées, seront définitivement supprimés. Etes-vous sûr?