Une goutte d'eau dans l'océan (dans la mer)

Une chose insignifiante.
Une chose sans conséquence.

Origine

Quand, comme vous et moi, on a pour livre de chevet le Siracide (ou l'Ecclésiastique) écrit en 200 avant J.C. (Lien externe), on peut y lire quelque chose comme "une goutte d'eau dans la mer" à un endroit où est évoquée la durée de la vie d'une homme en comparaison avec l'éternité.

Mais selon Alain Rey, cette expression ne serait réellement utilisée que depuis la fin du XVIIe siècle, alors qu'au XVe on disait "une goutte d'huile dans le feu".

L'image est extrêmement facile à comprendre : qu'on parle d'un grain de sable dans un désert ou d'une goutte d'eau dans un océan, il ne s'agit que d'une chose infime par rapport au reste et, même si certaines théories disent le contraire[1], en enlever ou en rajouter un ou une n'a strictement aucun effet vérifiable.

[1] Du genre de celles qui affirment que le brassement des ailes d'un papillon en Amazonie peut, par réactions successives, provoquer une tempête au Tadjikistan, par exemple.

Compléments

Pour en revenir à ces théories des réactions en chaîne, remarquez que si, lors d'un séjour dans le Sahara, un grain de sable vient se nicher dans le col de votre chemise et, alors que vous êtes sur le tarmac, prêt à monter dans l'avion de retour, le vent emporte ce grain et le dépose à l'intérieur d'un des réacteurs, que ce réacteur tombe en panne en vol au-dessus de la vallée du Rhône et que, suite à une erreur de pilotage, l'avion s'écrase sur la centrale nucléaire du Tricastin, on pourra dire que ce fichu grain de sable ôté du Sahara aura eu un impact non négligeable en Europe. Non ?

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Une goutte d'eau dans l'océan (dans la mer) » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
Marocar Bilhaba kabbaD'une chose trés futile, on en fait une telle importance
Bulgariebg Капка вода в моретоUne goutte d'eau dans la mer
Allemagnede Ein Tropfen auf den heißen Stein.Une goutte sur la pierre chaude.
Allemagnede Ein Tropf Wasser auf einem heissen SteinUne goutte d'eau sur une pierre chaude
Angleterreen Dust in the windDe la poussière dans le vent
Angleterreen A drop in the bucketUne goutte dans le seau
Angleterreen A drop of water ine the sea / oceanUn goutte d'eau dans la mer / l'océan
Espagnees Una gota de agua en el marUne goutte d'eau dans la mer
Israëlhe Tipa bayamm (טיפה בים)Une goutte dans la mer
Hongriehu Csepp a tengerben.Une goutte dans la mer.
Italieit Une goccia di aqua nel mareUne goutte d'eau dans la mer
Italieit Un granello di sabbia nel desertoUn grain de sable dans le désert
Belgique (Flandre) / Pays-Basnl Een druppel water op een hete plaatUne goutte d'eau sur une plaque brûlante
Polognepl Kropla w morzuUne goutte d'eau dans la mer
Brésilpt Uma gota d'água no oceanoUne goutte d'eau dans l'océan
Portugalpt Uma gota de água no marUne goutte d'eau dans la mer
Serbiesr Kao kap u moruComme une goutte dans la mer
Turquietr Ummanda bir katreUne goutte d'eau dans l'océan
Belgique (Wallonie)wa C'est' ine gotte d'aiwe es MoûseC'est une goutte d'eau dans la Meuse

Vos commentaires
Bonjour. C’est aussi la goutte d’eau qui fait déborder le vase… de Saxe, de Sèvres, de Soissons ou d’ailleurs.
Et puis, je voulais souligner une chanteuse « disparue », Nicole Rieu qui chantait :
«  Une goutte d’eau ».

Vasistas ? (Was ist das ?) > Hallo ! Guaise guy seu pass isi ? Oune cholit gût do cébar hé dé sone raichiment ? Chai vai vous rhhha frégire la maim’moire zolie madmoizelle !

(Euh, avec l’accent de circonstance bien sûr)

Yannn
PS : Faites pas attention, j’ai en tête l’accent de Louis Velle dans le 16 à Kerbriant…
réponse à . <inconnu> le 28/05/2006 à 12h26 : Bonjour. C’est aussi la goutte d’eau qui fait déborder le vas...
Cher Yann, ôte moi d’un doute: c’est en breton ancien ou moderne ?
Quant à l’expression du jour, personnellement, je préfère "une goutte de picrate dans un foudre sans guerre", que je viens d’inventer pour la circonstance (du moins le crois-je...)
réponse à . <inconnu> le 28/05/2006 à 13h29 : Cher Yann, ôte moi d’un doute: c’est en breton ancien ou moder...
C’est du "j’fais et j’dis comme je peux..." crois-je aussi. 
réponse à . <inconnu> le 28/05/2006 à 14h02 : C’est du "j’fais et j’dis comme je peux..." crois-je aussi.&nb...
Nicole Rieu, c’était pas elle dans "Chantons sous la pluie" ?
Ah non, m..., j’ai trop lèché la goutte de picrate échappée du foudre ! (Non, je n’irai pas plus loin...)
Que vivent nos délires !
réponse à . <inconnu> le 28/05/2006 à 12h26 : Bonjour. C’est aussi la goutte d’eau qui fait déborder le vas...
Et le 16 à Kerbriant, éclaire-moi: c’est l’équivalent du 22 à Asnières, ou alors c’est-y que ma "culture" cinématographique serait-elle complètement incomplète ?
Ah ! Le coup du grain de sable ! C’est comme ça qu’on pourrait expliquer la chute des hélicoptères en Irak et en Afghanistan (dans ce dernier cas, qu’ils soient Russes ou Américains, d’ailleurs !), non ? Allez, je vais prendre mes gouttes et m’en aller faire la sieste...
"on pourra dire que ce fichu grain de sable ôté du Sahara aura eu un impact non négligeable en Europe. Non ?"
Encor faudra-t-il prouver qu’il ne s’agisse que de la faute d’un grain de sable ...
Quand je lis "le brassement des ailes d’un papillon en Amazonie peut, par réactions successives, provoquer une tempête au Tadjikistan" mon sang de Moujik ne fait qu’un tour. Il n’y a pas de tempête au Tadjikistan, pays où le climat est toujours serein et productif. Toute "information" (sic) tendant à dire le contraire n’est forcément que le résultat d’une propagande crypto-bourgeoise, liberticide et anti révolutionnaire.
Sachez que tous les sociaux traîtres qui participent à cette liste de diffusion sont maintenant dans le colimateur de la POLITITA (Police Politique du Tadjikistan)...
Vous rirez moins dans les mines de sel, mécréants....
moi, pour une fois, je suis tout à fait d’accord avec God, et je trouve son histoire de grain de sable géniale. Je la redis pour montrer que j’ai tout compris :

Si la centrale atomique de Tricastin explose, son nuage atomique peut obscursir le parebrise d’un avion, qui, privé de visibilité ira s’écraser au Sahara, détruisant au passage un grain de sable.
On pourra effectivement dire que cette fichue centrale aura eu un impact non négligeable en Afrique.

Quand on m’explique aussi simplement , moi je comprends tout.
réponse à . <inconnu> le 28/05/2006 à 14h13 : Nicole Rieu, c’était pas elle dans "Chantons sous la pluie" ? ...
Nicole Rieu, je ne sais pas si elle a chanté cette chanson… Elle a représenté la France à l’Eurovision dans les années, euh 70. Chanteuse sympathique et talentueuse. (En courant…)

Quant au « 16 à Kerbriant », c’était un feuilleton décrivant l’occupation dans une petite ville de Bretagne. (Morbihan).
Louis Velle campait un officier allemand humaniste, amoureux d’une jeune française plus ou moins acoquinée à la résistance. Et il parlait le français avec un accent disent les femmes, jeunes et moins jeunes, charmant, à craquer quoi.

Enfin, si quelqu’un se rappelle de ce feuilleton dans lequel Tsilla Chelton (Tatie Danielle) avait aussi un rôle, sachez que c’est sorti en DVD.
Et dans ce feuilleton, les acteurs buvaient souvent de la goutte locale, tout en parlant de faits de résistance…
Yannn
réponse à . chirstian le 28/05/2006 à 19h05 : moi, pour une fois, je suis tout à fait d’accord avec God, et je tr...
Tout compris, Chirstian, tout compris !
C’est lamentable... je suis lamentabilisé.
Allez, couchez !
réponse à . <inconnu> le 28/05/2006 à 20h19 : Nicole Rieu, je ne sais pas si elle a chanté cette chanson… Elle a repr...
Ah ben, que voilà une réponse ! Décidément, y’a des trous dans ma culture (?) TV.
La boisson locale, c’était pas du fil-en-six (ou en quatre, je me rappelle plus)... ?
Bisous à tous, à demain !
Vous nous parlez depuis un temps où Yannou semblait moins mystique, bien que l’expression pût porter à réfléchir sur la place réelle de chacun dans l’infini de la création (avec un c minuscule quand même : je frôle la cuve mais ne tombe pas dedans !).

Dans l’actualité, je pense que si pour les Présidentielles notre bulletin individuel a pu être une goutte d’eau dans l’océan national, celui d’aujourd’hui sera une goutte d’eau dans la mer de notre circonscription. Pas grand chose, mais indispensable quand même au fonctionnement de notre démocratie. Sur ce, je vais finir de me réveiller sous la douche avant d’actionner l’in-piratable et rustique urne transparente du bureau de vote n°1 de ma commune. Belle journée à tous !
qu’on parle d’un grain de sable dans un désert ou d’une goutte d’eau dans un océan, … en enlever ou en rajouter un ou une n’a strictement aucun effet vérifiable.

Oh ! My God, je suis affreusement désolée de te contredire … si tu bouges un seul grain de sable d’une dune, par contrecoup, tu peux déclencher une mini avalanche et c’est ce qu’on appelle le  »chant des dunes «  écoute à cette page
Le phénomène fut décrit parait-il par Marco Polo mais est étudié très sérieusement par les physiciens.
Ce grondement sourd qui s’apparente à un bruit de fond est causé par la chute des particules fines de sable.
“Les grains ont tous à peu près la même taille et tombent à des vitesses très voisines, assez faibles. Ils se séparent légèrement les uns des autres. L’air pénètre dans les interstices. Dans leur chute, les grains se rapprochent, s’écartent à nouveau, mais restent en formation serrée. Si la dune est assez haute _ une dizaine de mètres, la vibration de l’air, aspiré, refoulé, pompé comme par une respiration dans le mouvement des grains, produit ce son grave et puissant, d’une fréquence voisine de 100 Hertz et dont l’intensité est d’une centaine de décibels. L’onde sonore, à peine modulé, peut durer plusieurs minutes.” Na !!! 
C’était le bon temps "d’avant" , celui où ..... et Yannou ne s’étaient pas encore fâchés.
Aujourd’hui on a pu voter, même qu’il y avait une liste de l’extrême droite flamande pour laquelle on pouvait s’exprimer ! ’paraît que c’est pour le bien de la Wallonie: vrai, j’ai lu leur tract, n’en croyant pas mes oreilles !
Vivent les voteurs, vivent les papas et merci à Cotentine qui nous l’a souhaité !

Elect-Hobbes
réponse à . HoubaHOBBES le 10/06/2007 à 13h00 : C’était le bon temps "d’avant" , celui où ..... et Yan...
Ce serait donc la fête des pères en Belle Gique ? A quand l’Europe des mamans et des papas ? Bonne fête aux pères belges, réels, putatifs, supposés ! Nous remettrons ça avec les pères français dimanche prochain, promis.
" C’est l’histoire d’une goutte
Incitant d’autres gouttes
Doucement goutte à goutte à déborder" Nicole Rieu

En ce dimanche où nous votons, chaque voix compte. Unissons nos gouttes pour faire changer les choses. Pour le plat pays c’est terminé, sauf pour les votes électroniques, (beurk, beurk, beurk) qui ont jusqu’à 15 heures pour donner de la voix, si le système ne tombe pas en panne.

Bonne fête à tous les papas et bon dimanche à tous et toutes.
réponse à . HoubaHOBBES le 10/06/2007 à 13h00 : C’était le bon temps "d’avant" , celui où ..... et Yan...
Qui ? Quoi ? Fâché avec qui ? Je ne suis fâché avec personne sur cette terre et j’en profite d’ailleurs pour souligner qu’il est recommandé aux hommes ainsi qu’aux femmes de solder tous leurs différends avant de passer l’arme à gauche. Question d’équilibre. Ca paraît comme ça non indispensable mais au lieu de se déchirer les uns les autres sur cette terre d’innocence, construisons de belles voûtes amicales, lesquelles nous laisseront sur notre séant.  

@ Momo > je déplore officiellement que dans le p’tit Robert, le mot Mystique suive d’un peu trop près le mot mystifier. Ca entremêle sincérité et duperie et ce sont là, des maux dans l’enseignement pour qui se veut véritable et authentique.
réponse à . HoubaHOBBES le 10/06/2007 à 13h00 : C’était le bon temps "d’avant" , celui où ..... et Yan...
Ah oui ! C’était Bluesundercover... Il doit dormir en paix depuis et c’est un Ami maintenant. J’avais fouetté un chat fils de la mère Michèle... 
La mystification, c’est : "ni vu ni connu, je t’embrouille".
La Mystique, c’est : "vu et connu, je suis assez grand pour m’embrouiller tout seul".
Mais cette vision des choses n’engage que moi, Yannou ! Ne prends pas le risque d’une longue explication (ça use l’encre de God), que tu vas encore te prendre les pinceaux dans du "sérieux" dont je n’ai cure ni curé : je suis incurable (de lapin)... 
Bonjour bonjour, les gosses.

1/ Une goutte d’eau dans l’océan :
- Douglas a une nénette à Codu.
- Tata ne cause du logo du néné.
- Ta nana nue suce le goût d’Edo.
- Anne, tu goûtes la cane dodue.
- Un âne secoue la dot du géant.
2/ Une goutte d’eau dans la mer :
- Ta langue au reste du Monde.
- L’eau de mer a un goût d’santé.
- N’as-tu l’âne au goût de merde ?
- L’étau d’anus mou te dérange.
- Le tondu agréa mansuétude.

Anna Gramme
réponse à . Elpepe le 10/06/2007 à 16h11 : La mystification, c’est : "ni vu ni connu, je t’embrouille". La...
"La mystification, c’est : "ni vu ni connu, je t’embrouille".

Ca, c’est l’apanage du Magicien. D’ailleurs, je recommande le Musée de la Magie à Blois. (Face au château). Puisque Houdin était de par là-bas...

Etre Mystique : faut-il se nier ? Non ! Ces choses là, c’est vrai, se vivent de l’intérieur et chacun a son parcours... Là, où tu as raison, c’est qu’il est important pour qui est spirituel ou qui se targue de l’être, de rester en bonne logique avec ses croyances. Le doute peut s’immiscer, la colère aussi, la renonciation, le découragement, le manque d’intelligence avec sa foi. Que sais-je encore ? « Quand on ne se reconnaît plus, on ne se voit plus… »
Donc là, comme tu le dis, l’esprit de quelqu’un qui se veut être spirituel peut effectivement s’embrouiller tout seul. Elle est bien inspirée ta remarque finalement… 

Il est, et je termine pour ne pas déranger, ardu de tenir sa place, de la conforter et même de la transporter avec soi. Le Mystère a ses circonvolutions et chacun de nous y fait face dans sa vie de tous les jours à son niveau et quelle que soit de la chose dont on parle.

Devant les tribunaux de France et de Navarre, combien de personnes disent qu’elles ne se seraient pas crues capables de faire telles choses ou dire telles choses. Donc, l’esprit qui se mystifie lui-même est un sort qui peut advenir à tout le monde. Jean Valjean n’a pas compris sur le moment le pourquoi de son vol vis-à-vis du petit ramoneur savoyard, tout comme le vol des chandeliers de l’évêque. Il faut du temps à notre esprit pour se discipliner et se tenir à cette discipline est affaire de vigilance quotidienne. En résumé, il faut surveiller les bas instincts qui sommeillent en nous. C’est le meilleur qui doit affleurer la surface et non l’indigeste.

Voilà, j’ai aimé vous parler et j’ai aimé votre tolérance.
Merci.

Ps : Les pinceaux des peintres virevoltent, ce sont eux qui prennent le plus de risques finalement…
réponse à . <inconnu> le 10/06/2007 à 17h02 : "La mystification, c’est : "ni vu ni connu, je t’embrouille". ...
Y’a plus d’encre : c’est malin ! 
QU’est-ce qu’une goutte d’eau?
C’est une entité entière, complète et totale. C’est un monde à elle seule. Petite? Sans doute. Minuscule? Peut-être, mais la Vie entìère s’y retrouve.
Alors, s’il-vous-plaît, ne l’enlevez ni de la mer ni de l’océan sans raison. Vous risqueriez de détruire un équilibre parfois précaire...
Toutes ces gouttes qui se sont unies pour le mouilleur ou pour le pire...
Toutes ces gouttes qui, toutes ensembles, portent tous ces navires qui nous emmènent au bout du monde...
Enlever une goutte, c’est déséquilibrer l’esquif (kif-kif) qui se trouve dessus... Enfin, qui se trouvait dessus l’instant d’avant. Cette coquille désequilibrée entre donc en roulis, ce qui provoque des vaguelettes concentriques, allant s’amplifiant sans cesse, ce qui - comme de bien entendu - provoquera une tempête, des vagues de plus en plus hautes, jusqu’à envoyer les vagues déferlantes sous les quarantièmes rugissants et les cinquantièmes hurlants, envoyant par le fond tous les jolis navires qui avaient déjà - pour cetrains - bourlingés jusqu’à plus soif...
Et puis, la trirème du pépé suivrait le mouvement, elle aussi...
Honte à nous, ne soyons pas ceux ou celles par lesquel(le)s le nouveau déluge surviendra...
Haut les coeurs!
Non, les buveurs de goutte d’eau ne passeront pas! Faisons front commun! Saint Dikall, notre Grand Patron nous soutiendra!

Maaaaaaaaaaarrrrcccceeeeeeeeeeeeeeeeeellllllllllllll !!! Soif! Mais du bon, siouplé!
réponse à . file_au_logis le 10/06/2007 à 18h08 : QU’est-ce qu’une goutte d’eau? C’est une entité e...
Et hop là ! Quelle vision du large ! Quel sens marin ! Bravo Filou, je te reconnais bien là, ô fils d’Expressio et de Neptune réunis ! La trirème dominicale te revient donc.
Bon, les gosses : BB se languit de moi, je file la retrouver.
Au lit, les mains sur les couvertures.
C’est l’histoire d’un petit colibri…
Sa forêt, sa belle forêt est en feu. Le vent souffle, l’incendie se propage, gagne les broussailles, les taillis, la futaie. Tous les oiseaux, gros ou petits, s’enfuient à tire d’aile, s’éloignent autant qu’il le faut pour ne pas roussir leurs plumes, et, du haut des toits, clochers, arbres hospitaliers où ils se sont perchés, contemplent le désastre, fatalistes, tandis que les flammes dévorent leur couvert.
Seul, le petit colibri s’agite. Battant de toutes ses ailes, il file vers l’étang voisin, y puise une goutte, retourne à la fournaise, et du plus haut qu’il peut lâche sa larme d’eau. Puis repart, et revient, de la forêt à l’étang, de l’eau au feu, en allers-retours incessants, petit pompier inlassable jetant goutte après goutte sur l’incendie vorace.

Les volatiles spectateurs le regardent faire en se tenant les côtes.
- Eh ! qu’est-ce que t’espères donc, lui dit l’un, un peu ironique (et tous les autres acquiescent), alors que, noirci de fumée, il file vers l’étang, tu t’imagines, peut-être, que tes gouttelettes vont éteindre l’incendie ?
Alors le petit colibri, en plein vol, lui répond :
- Moi ? Je n’espère rien, je n’imagine rien. Je fais ma part.
réponse à . syanne le 10/06/2007 à 19h05 : C’est l’histoire d’un petit colibri… Sa forêt, sa bell...
Quelle belle fable qui nous ramène aux maîtres-mots : partage, responsabilité individuelle, humilité. Merci Syanne.

Bonsoir de ce soir, douce nuit et tendre soirée à chacun, chacune et aux autres aussi ! A demain peut-être !
réponse à . syanne le 10/06/2007 à 19h05 : C’est l’histoire d’un petit colibri… Sa forêt, sa bell...
Fabuleux, Syanne ! Vous pompiez sur Ecope Esope ?

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Une goutte d'eau dans l'océan (dans la mer) » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

publicité
Expressio - le livre

Le contenu de ce site est si riche qu’un livre en a été tiré. Ce livre, devenu un best-seller est maintenant disponible en poche.

Ce commentaire ainsi que les réponses qui y sont liées, seront définitivement supprimés. Etes-vous sûr?