Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Franchir le Rubicon

Faire un pas décisif et irréversible.
Prendre une décision et en assumer toutes les conséquences.

Origine

Vous n'étiez peut-être pas sur place à l'époque, mais il y a quelque temps de cela, vers 49 avant J.C., César, alors qu'il venait de mater nos ancêtres les Gaulois, s'en retournait à Rome dirigée par Pompée[1] afin d'y trouver un repos bien mérité.
Las, Pompée avait ordonné que tout général d'armée devait impérativement se séparer de ses troupes avant de rentrer dans Rome.
C'est en arrivant au Rubicon, cours d'eau qui séparait la Gaule Cisalpine (que César gouvernait) et l'Empire romain, qu'il aurait dû dissoudre son armée et déposer ses armes.
Mais César n'avait pas bien envie d'obéir à un ordre qu'il considérait comme inepte, alors qu'il souhaitait que ses vaillants soldats puissent également jouir des plaisirs de la capitale mais, surtout, qu'il envisageait de prendre le pouvoir.
Du coup, selon l'historien Suétone, c'est tout en prononçant son fameux "Alea jacta est" (le sort en est jeté), qu'il fit franchir l'endroit à ses troupes avec lesquelles il marcha vers Rome alors que Pompée s'enfuyait.
En franchissant le Rubicon, César avait pris une décision irréversible qui risquait de déclencher une guerre civile mais il l'assumait parfaitement et il n'eut pas à la regretter puisqu'il prit ensuite les rênes du pouvoir après avoir mis la pâtée à Pompée à la bataille de Pharsale, en Thessalie.
[1] Qui n'était pas Shadok pour autant () !

Exemple

« Refuser de voter la confiance à Fillon serait un véritable cas de conscience pour un député UMP. D'autant qu'une mesure de rétorsion - être privé de l'investiture du parti aux prochaines législatives et se voir opposé un candidat UMP - n'est pas à exclure pour les rebelles. Rares sont donc les députés de la majorité qui songent à franchir le Rubicon. »
Le Figaro - Article du 18 février 2009

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Franchir le Rubicon » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Allemagne Allemand Den Rubikon überschreiten Franchir le Rubicon
Angleterre Anglais To cross / to pass the Rubicon Franchir le Rubicon
États-Unis Anglais To cross the Rubicon Traverser le Rubicon
Espagne Espagnol Cruzar el Rubicon Franchir le Rubicon
Espagne Espagnol Dar un paso al frente Faire un pas en avant
Espagne Espagnol Quemar las naves Brûler les bateaux (= Franchir le Rubicon / Faire un pas irréversible)
Canada Français Faire le grand saut
Canada Français Se jeter à l'eau Se jeter à l'eau
Italie Italien 'Bbiàrisi a màri ccu tùtti 'i rròbbi Se jeter à la mer tout à fait habillé
Italie Italien Attraversare il Rubicone Traverser le Rubicon
Belgique Néerlandais De Rubicon oversteken Franchir le Rubicon
Pays-Bas Néerlandais De knoop doorhakken Trancher le noeud
Pays-Bas Néerlandais De koe bij de horens vatten Saisir la vache par les cornes
Pays-Bas Néerlandais Het diepe ingaan/inspringen Faire un saut dans le profond
Pologne Polonais Przekroczyć Rubikon Franchir le Rubicon
Brésil Portugais Atravessar o Rubicão Franchir le Rubicon
Brésil Portugais Meter as caras Metter le visage
Roumanie Roumain A trece Rubiconul Franchir le Rubicon
Suède Suédois Tärningen är kastad Le dé est jeté
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « Franchir le Rubicon » Commentaires

  • #1
    • deLassus
    • 23/04/2010 à 00:07
    Bonjour à toutes et à tous.
    "Prendre une décision et en assumer toutes les conséquences"
    Alea jacta est ! Je décroche pour ce soir et vous dis à demain (ou à plus tard dans la nuit).
  • #2
    • DiwanC
    • 23/04/2010 à 00:11
    Et pour franchir le Rubicon...
    cette page
  • #3
    • BeeBee
    • 23/04/2010 à 00:45
    Bon ,alors Il Maestro Fellini, v’la qu’il s’est trompé au début du meeeerveilleux (pas autant que ce meeeeeeeerveilleux site, hein, God, qu’est ce que je gagne ? ) Fellini- Roma, en plaçant le Rubicon près de Rome. A qui peut-on se fier ? A God, bien sûr.... Quelle sotte je fais, mon côté Blonde Belge, sans doute.😄
  • #4
    • cotentine
    • 23/04/2010 à 01:51
    hé, bé ! dis-donc la géo a bien changé depuis l’an 49 avant J.C.
    Je ne savais pas que Rome était en Belgique !
    Ah, ces Romains ... ne sont pas bien Francs ! ...
    moi, j’ai toujours cru qu’il s’agissait de ce Rubicon, l’affluent de l’Amblève, rivière souterraine qui forme la grotte de Remouchamps en Belgique ! 😉 va falloir que je révise mes cartes ...
  • #5
    • cotentine
    • 23/04/2010 à 02:00
    1600 plus tard, Etienne Jodelle tente d’espliquer pourquoi César (Jules) a voulu passer le Rubicon ... poème inachevé qui l’a achevé ce pôv’ Jodelle cette page
  • #6
    • deLassus
    • 23/04/2010 à 04:12*
    Dysfonctionnement : voir plus bas.
  • #7
    • deLassus
    • 23/04/2010 à 04:13*
    Avant - propos : j’ai infiniment de mal à inventer et /ou à raconter les histoires drôles.
    La scène se passse à Marseille, entre un cambrioleur qui est spécialisé dans les bijouteries et son receleur (ou fourgue).
    Le receleur : "Et celui-là, tu me le passes ?"
    Le cambrioleur : "Lequel tu veux que je te passe ?"
    Le receleur : "Le rubis, con !"
    Si je vous empêche de dormir, dites-le !
  • #8
    • deLassus
    • 23/04/2010 à 04:38*
    D’après le dictionnaire latin-français Gaffiot, que je n’ai plus que sur mon ordinateur :
    - Alea = dé, jeu de dés, jeu de hasard
    - La vértable citation de Suetone est "jacta alea esto" : que le sort en soit jeté (Suet, Caes. 32)
    Extrait de wikipedia
    "Plusieurs articles modernes parus dans les années 1950 parviennent indépendamment aux mêmes conclusions : César cita dans la langue originale le proverbe grec bien connu « ἀνεῤῥίφθω κύϐος » que Suétone rendit mal par iacta alea est. En effet, le sens de l’expression grecque n’est pas « le dé est jeté », mais bien « le dé soit jeté ». Dès lors, il faudrait peut-être adopter la correction qui remonte à Érasme : jacta alea esto."
    Donc Gaffiot , mort en 1937, avait peut-être donné de son vivant Alea jacta est , et c’est l’édition en ligne qui aurait corrigé selon Erasme.
    Pour moi, que "le sort en est jeté" ou qu’il en "soit" jeté ne change pas ma vie.
    Mais si j’ai bien compris d’autres lectures, cette formule est à la base de discussions sur le libre-arbitre, qui feront peut-être le sel de nos échanges de ce jour sur ce meeeeeerveilleux site.
    Selon Appien, cité par Louis, César déclara : "Mes amis, si je ne passe pas ce fleuve, tous les malheurs viendont fondre sur moi, si je le passe, malheur au genre humain."
  • #9
    • deLassus
    • 23/04/2010 à 07:00
    A tous nos amis belges,
    J’entends depuis hier soir les informations. Je constate une fois de plus que les medias français ne parlent de votre Belle Gicque que lorsque quelque chose y va mal.
    Dommage...
  • #10
    • OSCARELLI
    • 23/04/2010 à 07:06*
    • En réponse à deLassus #7 le 23/04/2010 à 04:13* :
    • « Avant - propos : j’ai infiniment de mal à inventer et /ou à raconter les histoires drôles.
      La scène se passse à Marseille, entre un cambriol... »
    Tu m’as pris de vitesse, pour cette approche, quoique je pense que cela est forcément injuste. Tu as d’autres horaires de travail, d’abord...
    J’étais parti sur une piste plus... comment dire... directe.
    Lorsqu’un mâle force le passage d’une jeune vierge, avec ou sans son consentement, le pas qu’il franchit est bien sûr décisif et irréversible, lorsqu’il franchit le rubis con (un vrai petit bijou). Quant à dire pour cela qu’il en assume toutes les responsabilités, c’est une autre paire de manches...
  • #11
    • deLassus
    • 23/04/2010 à 07:10
    • En réponse à OSCARELLI #10 le 23/04/2010 à 07:06* :
    • « Tu m’as pris de vitesse, pour cette approche, quoique je pense que cela est forcément injuste. Tu as d’autres horaires de travail, d’abord..... »
    Ah ? Au petit matin, ce qui te vient à l’esprit est de "forcer le passage d’une jeune vierge" ? Belle jeunesse !
  • #12
    • OSCARELLI
    • 23/04/2010 à 07:12
    • En réponse à deLassus #9 le 23/04/2010 à 07:00 :
    • « A tous nos amis belges,
      J’entends depuis hier soir les informations. Je constate une fois de plus que les medias français ne parlent de votr... »
    Merci de ton support moral. Mais je m’inquiète, là. Les m´dias français n’ont-ils vraiment rien d’autre à faire que de parler sans interruption de notre plat pays, mis systématiquement à plat par des personnages politiciens. Car ce n’est plus de la politique, ici. C’est du racisme et de l’extrémisme. Et en plus, on se permet de voter une loi (c’est fait) contre le port de la burka dans les lieux publics, alors que de l’autre coté, les bourgemestres flamands des localités de la ceinture bruxelloise interdisent (oui, vous avez bien lu) de vendre des objets immobiliers à des personnes ne parlant pas le flamand! Ils se sont donc mis eux-mêmes à porter une burka morale... Je croyais que l’Europe garantissait à ses citoyens les libertés ondamentales... Mais peut-être que la ceinture bruxelloise ne fait pas partie de l’Europe?
  • #13
    • rip357
    • 23/04/2010 à 08:16
    A tous les pistards de Nantes, de Rennes et autres Port-Navalo, qui franchissent régulièrement le Cubic ronds, in vinasse very tôt. Hier, mate
  • #14
    • <inconnu>
    • 23/04/2010 à 08:28*
    Et que dit-on de César lorsqu’il libère un prisonnier, barbare et rouquin ? Qu’il affranchit le rubicon !
    Une grave question, également: est-ce que ça existe un…rubis con ?
  • #15
    • momolala
    • 23/04/2010 à 08:29
    Petite remarque à God, auquel je souhaite une bonne fête à Georges : le Rubicon ne pouvait pas séparer la Gaule cisalpine de l’Italie, vois-tu. C’est ce qu’on appellerait un anachronisme, tu as dû voir trop de peplums, mon bon !
    Je sais que plusieurs sources indiquent que César ait pu prononcer «Anerrifthô Kubos» (Que soit jeté le dé !)... mais après avoir traduit avec plaisir des quantités de versions si bien sous-titrées par Gaffiot je refuse l’idée qu’il se soit exprimé en grec, même si c’était la langue de l’élite de l’époque, alors qu’il écrivait un latin si compréhensible !
  • #16
    • <inconnu>
    • 23/04/2010 à 08:36*
    • En réponse à rip357 #13 le 23/04/2010 à 08:16 :
    • « A tous les pistards de Nantes, de Rennes et autres Port-Navalo, qui franchissent régulièrement le Cubic ronds, in vinasse very tôt. Hier, ma... »
    et de Nantes à Montaigu ? cette page
  • #17
    • charlesattend
    • 23/04/2010 à 08:36
    Clairement, César voulait se faire Pompée
  • #18
    • rip357
    • 23/04/2010 à 08:39
    • En réponse à <inconnu> #16 le 23/04/2010 à 08:36* :
    • « et de Nantes à Montaigu ? cette page »
    des fillettes
  • #19
    • rip357
    • 23/04/2010 à 08:41
    • En réponse à OSCARELLI #12 le 23/04/2010 à 07:12 :
    • « Merci de ton support moral. Mais je m’inquiète, là. Les m´dias français n’ont-ils vraiment rien d’autre à faire que de parler sans interrupt... »
    Tous les Flamands ne sont pas roses
  • #20
    • God
    • 23/04/2010 à 08:41
    • En réponse à momolala #15 le 23/04/2010 à 08:29 :
    • « Petite remarque à God, auquel je souhaite une bonne fête à Georges : le Rubicon ne pouvait pas séparer la Gaule cisalpine de l’Italie, vois-... »
    N’étant pas un grand spécialiste de l’époque ’césarienne’, ni de la position du Rubicon, je veux bien que tu aies raison, Momo, mais quand je lis ici "créée sous la République en -81, la Gaule cisalpine était administrée par un propréteur" et là (à propos de César) "(...) il devient gouverneur de la Gaule cisalpine et transalpine ( actuellement l’Italie du nord, la Provence et le Narbonnais )", je ne vois pas ce qui s’oppose à ce que j’ai écrit.
    Mais j’attends volontiers des explications de ton affirmation.