Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Mi-figue, mi-raisin

D'un air à la fois satisfait et mécontent, ou à la fois sérieux et en plaisantant.

Origine

Voilà une expression qui remonte à loin et qui a subi de nombreuses variations de sens.
Au XIVe siècle, les figues et les raisins étaient les fruits secs préférés au moment du carême, ce qui explique leur apparition et leur rapprochement dans une locution.
Mais cela n'explique pas pourquoi les deux fruits y sont opposés.
Au XVe siècle, l'expression, avec 'moitié' au lieu de 'mi', voulait dire soit 'mêlé de bon et de mauvais', soit 'tant bien que mal'.
Au XVIe siècle, elle contenait aussi une notion de réciprocité, lors d'un partage de tâches pour arriver à une oeuvre commune, l'un s'occupant de la figue, l'autre du raisin.
C'est au XVIIe siècle qu'elle prend le sens utilisé encore aujourd'hui en y ajoutant aussi la signification 'moitié forcé, moitié consentant'.
L'apparition du 'mi' au lieu de 'moitié' est plus récente et daterait du XVIIIe siècle.
Pendant un moment, vers le XVIe siècle, il a pu aussi y avoir opposition entre le raisin savoureux et sucré et la figue, qui avait le sens de crotte ou fiente, comme l'atteste un proverbe de l'époque : "Figue de chat et marc d'argent serait tout un au jugement", ou 'figue de chat' est aussi remplacé par 'fiente de chien'.
Il existe une explication actuellement réfutée de l'origine de la locution (elle est sans preuves écrites et supposée imaginée a posteriori) :
Elle serait liée aux corinthiens qui, de temps en temps, lorsqu'ils livraient des raisins à Venise, y mélangaient 'par inadvertance' des figues, moins chères et plus lourdes, histoire de gruger un peu leurs clients.

Compléments

La variante 'ni figue, ni raisin' n'est qu'une altération populaire datant du XVIIIe. Elle est entre autres utilisée par Proust dans 'A la recherche du temps perdu'.

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Mi-figue, mi-raisin » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Liban Arabe Nos mazeh nos jad Mi-plaisantain, mi-sérieux
Allemagne Allemand Mit einem lachenden und einem weinenden Auge Avec un oeil qui rit et un qui pleure
Allemagne Allemand Süß-säuerlich sein Être doux-sûr
Allemagne Allemand Weder Fisch, noch Fleisch Ni poisson, ni viande
Angleterre Anglais Half in jest, half in earnest Moitié plaisanterie, moitié sérieux
Angleterre Anglais Neither fish nor fowl Ni poisson ni volaille
Argentine Espagnol Ni chicha, ni limonada Ni chicha (maïs fermenté) ni limonade
Espagne Espagnol Ni bueno ni malo, sino todo lo contrario !? Ni bon ni mauvais, mais tout à fait le contraire !?
Espagne Espagnol Ni chicha ni limoná Ni de la viande, ni de la limonade
Espagne Espagnol No es ni chicha, ni limonada Ce n'est ni de la viande, ni de la limonade
Israël Hébreu ספק רציני ספק היתולי Peut-être sérieusement, peut-être pour rire
Hongrie Hongrois Az egyik szeme sír, a másik meg nevet L'un de ses yeux pleure, l'autre rit
Italie Italien Né carne né pesce Ni viande ni poisson
Italie Italien Tra il serio e il faceto Entre le sérieux et le facétieux
Japon Japonais Abu hachi torazu Distinguer une guêpe d'une abeille
Belgique Néerlandais Mosselen noch vis Ni les moules, ni le poisson
Pays-Bas Néerlandais Jantje-lacht-en-jantje-huilt Jean qui pleure et jean qui rit (le mécontent et le plaisantant)
Pays-Bas Néerlandais Vlees noch vis Ni viande ni poisson
Brésil Portugais Meio pedra, meio tijolo Mi-pierre, mi-brique
Roumanie Roumain Un ochi plange, altul rade Un oeil pleure, un autre rit
Ajouter une traduction

Déformée

  • Mi-fugue, mi-raison
  • Ni figue, ni raisin

Commentaires sur l'expression « Mi-figue, mi-raisin » Commentaires

  • #1
    • cotentine
    • 02/12/2007 à 01:28*
    au XV ème siècle, l’expression apparait en 1487 dans la Lettre au roi sur la reddition de la ville de Courcy sous la forme « moitié figue, moitié raisin ». Elle désigne une personne perplexe et ambigüe, une action faite moitié de gré, moitié de force...
    Une origine communément admise de cette expression "mi-figue, mi-raisin" serait vénitienne (conditionnel ... donc à vérifier !) En effet, au XV ème siècle, les marchands grecs vendant le très estimé raisin de Corinthe auraient fraudé* : ils aurauent placé de petits morceaux de figues, peu coûteuses, dans les grains de raisins secs de grand prix !!!
    • pas avec autant d’audace que pour le "pâté d’alouette" (où il faut faire moitié/moitié = 1 cheval / 1 alouette) 😄
  • #2
    • cotentine
    • 02/12/2007 à 01:58
    en argot, la figue est le sexe féminin (c’était déjà le cas chez les Grecs et le Romains ... mais où est les raisins et ses grains ??? 😄
    Jean Richepin dans La Bombarde et ses contes à chanter en 1899 le rappelle dans un texte frénétique en décrivant la torture d’une jeune fille par un juge sadique :
    Le fer rouge dans vos appas
    Ira, cherchant plus bas repas,
    mordre la figue ...
    ...
    désolée, j’ai oublié la suite et malgré mes recherches nocturnes ...j’ai fait "chou blanc" ! 🙁
    en argot figue désigne aussi testicules ... 😉 n’est(ce pas Qusimodo ?
  • #3
    • <inconnu>
    • 02/12/2007 à 03:53*
    • En réponse à cotentine #2 le 02/12/2007 à 01:58 :
    • « en argot, la figue est le sexe féminin (c’était déjà le cas chez les Grecs et le Romains ... mais où est les raisins et ses grains ??? 😄
      Jea... »
    mais où est les raisins et ses grains ???

    S’cuse my coco, mais là j’en reste mi-figue, mi-raisin.
    Y a des moments ou y vaut mieux aller se coucher.
    BIZZZZZ😛
  • #4
    • hedgehog
    • 02/12/2007 à 08:03*
    • En réponse à cotentine #1 le 02/12/2007 à 01:28* :
    • « au XV ème siècle, l’expression apparait en 1487 dans la Lettre au roi sur la reddition de la ville de Courcy sous la forme « moitié figue,... »
    En langua Prouvénço la figue fait clairement allusion à"la pachole", la vulve, quant à la grappa!! inutile d’insister lourdement lorsque je demande à un relou d’avoir la grande amabilité de bien vouloir me lâcher la grappe, même entre les vendanges, tout petit hérisson que je sois 😉 Ce qui pourrait expliquer l’ambiguité, la notion de "ni fait, ni à faire",l’androgyne , hors l’alchimie, n’étant pas particulièrement une référence renvoyant dans notre univers palpable, si vous me permettez, à une notion courante, habituelle; quoique !! mais ceci est une autre histoire.....
    Rajout:
    En argot romain contemporain, la "figua" est le sexe de la fille.
  • #5
    • hedgehog
    • 02/12/2007 à 08:11
    • En réponse à hedgehog #4 le 02/12/2007 à 08:03* :
    • « En langua Prouvénço la figue fait clairement allusion à"la pachole", la vulve, quant à la grappa!! inutile d’insister lourdement lorsque je... »
    Qui se souvient du"Temps des vendanges", chanson d’un autre siècle, de Marie Laforêt ??
  • #6
    • OSCARELLI
    • 02/12/2007 à 08:22
    • En réponse à hedgehog #5 le 02/12/2007 à 08:11 :
    • « Qui se souvient du"Temps des vendanges", chanson d’un autre siècle, de Marie Laforêt ?? »
    Cher Hedgedog,
    pardon, hedgehog, bien sûr! 😉
    Ce n’est pas "Le Temps des Vendanges", mais plutôt "Les Vendanges de l’Amour" dont tu parles, cette chanson d’une dame du temps jadis...
  • #7
    • OSCARELLI
    • 02/12/2007 à 08:24
    Si les figues étaient de Barbarie, les raisins étaient-ils de Corinthe?
  • #8
    • hedgehog
    • 02/12/2007 à 08:31*
    • En réponse à hedgehog #5 le 02/12/2007 à 08:11 :
    • « Qui se souvient du"Temps des vendanges", chanson d’un autre siècle, de Marie Laforêt ?? »
    Des figues, du raisin.. serait-ce l’abbesse qui offre ses fruits 😛, à FILO?
    Bon ouikinde à tou(te)s.
  • #9
    • OSCARELLI
    • 02/12/2007 à 08:38
    Ayant chaussé mes mocassins,
    je m’en allai, mi-figue, mi-raisin,
    Jusqu’au village voisin,
    Pour lui caresser les seins
    Hélàs, trois fois hélà, un argousin,
    Me tomba sur le pâle - tôt! - tel un spadassin,
    Et me détroussa du beau petit marcassin
    Que je destinais à ma belle, mon poussin...
    Les cloches sonnèrent le tocsin!
    Mais quoi, j’en sortis indemne et sain,
    Non pas, comme d’une vigne, l’agassin,
    Mais vigoureux, hardi, j’allai ... Aux Brassins!
    Avisssss à la peau pue lasse ion:
    la Convention du vendredi 14 décembre aux Brassins à Bruxelles reste d’actualité!
  • #10
    • Muscat
    • 02/12/2007 à 09:49
    • En réponse à OSCARELLI #6 le 02/12/2007 à 08:22 :
    • « Cher Hedgedog,
      pardon, hedgehog, bien sûr! 😉
      Ce n’est pas "Le Temps des Vendanges", mais plutôt "Les Vendanges de l’Amour" dont tu parles, c... »
    Les vendanges de l’Amour...On en est loin dans notre petit pays écartelé par des extrémistes flamands...Ce n’est même plus mi-figue mi raisin c’est bien pire...Bonne journée quand même...
  • #11
    • hedgehog
    • 02/12/2007 à 09:50*
    Il serait intéressant qu’un connaisseur de la symbolique,Chevalier-Gheerbrant, nous parle du figuier,arbre de la parousie , et de la vigne...en ce jour du Saigneur et oui, j’ai bien écrit : sAigneur, en ce beau dimanche ensoleillé.
  • #12
    • chirstian
    • 02/12/2007 à 09:52
    d’un ado qui hésite entre fuguer et rester sagement chez lui, on dit qu’il est "mi fugue mi raison"
  • #13
    • OSCARELLI
    • 02/12/2007 à 09:52
    • En réponse à Muscat #10 le 02/12/2007 à 09:49 :
    • « Les vendanges de l’Amour...On en est loin dans notre petit pays écartelé par des extrémistes flamands...Ce n’est même plus mi-figue mi raisi... »
    Muscat répondant aux vendanges de l’amour, n’est-ce pas touchant?
    Bien le bonjour du Belgo Autrichien... Viendras-tu à notre belle Convention du 14 décembre prochain? A Bruxelles aux Brassins? Ce serait chouette, à côté d’autres piliers de bars d’Expressio? Et puis quand même, soyons honnêtes, de bars aussi, d’ailleurs, et pas toujours parallèles!
  • #14
    • hedgehog
    • 02/12/2007 à 09:56*
    • En réponse à chirstian #12 le 02/12/2007 à 09:52 :
    • « d’un ado qui hésite entre fuguer et rester sagement chez lui, on dit qu’il est "mi fugue mi raison" »
    Comme tu me l’as appris hier soir, je te réponds blanc sur blanc:
    et voilà, c’était peut-être un peu long, mais est-ce plus clair maintenant??😄
  • #15
    • chirstian
    • 02/12/2007 à 10:01
    sur le mot figue, l’histoire est bien connue, mais c’est dimanche, alors vous me permettrez cette redite : les grecs et les romains adoraient le foie gras. Et le meilleur était celui qu’ils obtenaient en nourrissant les oies avec des figues. Au point que le mot "foie" , du bas latin "ficatum" est une déformation du mot "figue" et non du mot "foie" (συκωτόν « foie gras (d’animal nourri de figues) » dér. de συκω̃ « nourrir de figues », de συ̃κον « figue »).
    Je vous en souhaite une belle tartine. (je ne m’adresse qu’aux français, puisqu’ils savent depuis quelques jours comment gagner plus !) 🙂
  • #16
    • chirstian
    • 02/12/2007 à 10:04
    • En réponse à hedgehog #14 le 02/12/2007 à 09:56* :
    • « Comme tu me l’as appris hier soir, je te réponds blanc sur blanc:
      et voilà, c’était peut-être un peu long, mais est-ce plus clair maintenant... »
    c’est clair, mais discutable : quand tu dis :
    et que tu ajoutes plus loin :
    quelles sont tes sources ?
  • #17
    • hedgehog
    • 02/12/2007 à 10:09*
    • En réponse à chirstian #16 le 02/12/2007 à 10:04 :
    • « c’est clair, mais discutable : quand tu dis :
      et que tu ajoutes plus loin :
      quelles sont tes sources ? »
    Pourquoi fais tu l’innocent? Tu sais parfaitement que se sont
    et
    ainsi que
    quoiqu’il paraît également que
    traite ce sujet, ainsi que
    dans une approche phénoménologique intéressante , Es tu d’accord?
    Bien à

    .😏
  • #18
    • chirstian
    • 02/12/2007 à 10:11
    L’apparition du ’mi’ au lieu de ’moitié’ est plus récente et daterait du XVIIIe siècle.
    oui, exactement de 1731, quand Jean Sebastien Bach rebaptise son "Prélude et figue en moitié mineure" : "Prélude et fugue en mi mineur" !
  • #19
    • hedgehog
    • 02/12/2007 à 10:15*
    • En réponse à chirstian #18 le 02/12/2007 à 10:11 :
    • « L’apparition du ’mi’ au lieu de ’moitié’ est plus récente et daterait du XVIIIe siècle.
      oui, exactement de 1731, quand Jean Sebastien Bach... »
    Mais non, pas prélude et figue en moitié mineure....mais Prélide et figue en demi (hic!!) mineur...m’enfin, et tes sources !!
    Cette rectifikassion indispensable étant, je m’en vais faire pipus dans les cacti pour humecter mes fugues de Barbarie,( Tout le charme de la musique arabo-andalouse !)
  • #20
    • chirstian
    • 02/12/2007 à 10:20
    soyons précis : je ne connais que deux mots qui soient mi-figue mi raisin :
    le premier est fisain et le second raigue.
    #17 : tu m’as
    et même au delà !