Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

(Ne pas) être aux pièces

(Ne pas) être pressé, (avoir) ne pas avoir tout son temps.

Origine

pièce est un mot qui a des quantités de sens, de la pièce d'un logement, la pièce de monnaie, le morceau (de tissu, de puzzle...) ou encore la pièce d'artillerie, celle de théâtre ou celle à conviction (cette liste est loin d'être exhaustive).
Autrefois, on désignait aussi la "dame de compagnie", celle qui faisait payer l'utilisation de ses charmes, par "la pièce de campagne"' ou, pour signifier "longtemps", on disait plutôt "bonne pièce".
Le tout, maintenant, est de savoir laquelle de ces pièces est à l'origine de notre expression.
Eh bien cela vient du XIXe siècle, à une époque où, dans certains métiers, les employés étaient payés non pas à l'heure ou au mois, mais à la pièce produite (pratique qui existe encore de nos jours, même si elle n'est pas très répandue).
Celui qui était aux pièces était celui qui pouvait travailler suffisamment vite pour produire beaucoup de pièces et, ainsi, s'assurer un salaire décent.
Par extension, hors du contexte d'emploi et de salaire, celui qui est aux pièces est celui qui est pressé.

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « (Ne pas) être aux pièces » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Tunisie Arabe (Mé yekhdemch) Yekhdem bel yatach (Il ne travaille pas) Il travaille à la tâche
Allemagne Allemand (Nicht) im Akkord arbeiten (Ne pas) travailler aux pièces
Allemagne Allemand Es (nicht) eilig haben (ne pas) être pressé
Angleterre Anglais There's no rush Il n'y a pas d'urgence
Espagne Espagnol No ir a destajo Ne pas travailler à la tâche
Suisse Français Il n'y a pas le feu au lac (prononcer lentement avec un accent traînant) Il n' y a pas le feu au lac
Italie Italien (Non) lavorare a cottimo (Ne pas) travailler à pièce
Pays-Bas Néerlandais Het is geen aangenomen werk Il n'est pas du travail accepté
Pays-Bas Néerlandais Op z'n elf-en-dertigst Sur ses onze-et-trentíème/lentement expr. venant du tissage
Roumanie Roumain A fi pe fuga Etre sur la fugue
Roumanie Roumain A se misca ca melcul Bouger comme l'escargot
Belgique Wallon Ne pas être à pièce
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « (Ne pas) être aux pièces » Commentaires

  • #1
    • jolivi
    • 06/05/2006 à 02:45
    La pratique la plus répandue de nos jours est" le travail à la chaîne "
    dans certaines usines notamment en belgique des feux tricolores sont installés sur les chaînes
    vert : c’est tout bon
    orange : faut pas s’endormir
    rouge : vous suivez pas la chaîne suivez la porte
  • #2
    • <inconnu>
    • 06/05/2006 à 10:00*
    Bonjour my God, bonjour la compagnie.
    On ne peut pas lire cette expression sans avoir une pensée émue pour Frederick Winslow TAYLOR, né en 1856 à Germantown.
    Cet Ingénieur de génie se pencha fortement sur l’O.S.T. (Organisation Scientifique du Travail) et inventa donc des méthodes de travail parcellaires, sans gestes inutiles et chronométrage impitoyable, avec des outils performants et des primes liées aux gains de productivité.
    Ne pas confondre O.S.T. et S.T.O. (Service du Travail Obligatoire, connu aussi sous le nom plaisant de "chantiers de jeunesse"). A mon avis, ce n’était pas plus marrant l’un que l’autre (sauf que dans le second cas on gagnait moins que des nèfles).
    Le taylorisme et son application zélée dite taylorisation ont participé à l’explosion capitaliste industrielle du 19ème siècle et à l’abêtissement des masses populaires.
    Dire qu’au Moyen Âge (réputé archaïque et retardataire), le tailleur de pierre savait qu’il construisait une abbaye romane ou une cathédrale gothique selon la juste proportion (merci Pythagore) !
    Faut dire que ce n’était pas des objets de consommation courante ...
    Bonne journée,
    bastet
  • #3
    • <inconnu>
    • 06/05/2006 à 12:05*
    Bonjour à tous et à TOUTES.
    C’est pour cela que Charlot se moqua de ce système et réalisa le film :
    "Les Temps Modernes" pour en souligner tous ces excès.
    Moralité :
    L’homme sera toujours le grain de sable de tout système visant à se passer de lui... et de son irrépressible envie à créer par lui-même, donc à maîtriser les choses. " (Au moins un peu...)
    Taylorisme ou stakhanovisme = Lequel de ces systèmes a perduré ?
    "Faut pas nous prendre pour des Charlots" dit l’expression. (Cela vient-il de là ?)
    Généralement, ceux qui pensent pour nous organiser le travail ne pensent pas d’abord à l’humain.
    La preuve ? Rendements et profits passent souvent par la délocalisation.
    (Voir le film « le Couperet de Costa-Gavras)
    Les moutons ne seraient-ils plus à l’ouest ?
    Aujourd’hui, on ne bâtit plus ni de Cathédrales, ni d’Abbayes mais on « bâtit » des dossiers pour "l’aènepéeu" et les "As et dicks"... et 3H14 semble être devenu un délai d’attente aux guichets. (J’exagère !)
    Au peuple demandons sursaut, et c’est peut être ce qu’on a vu ces derniers temps dans certains slogans émanant de cortèges à majorité de « djeuns », où crier des envies d’idéal et de respect à la personne était de fait. Ils ont eu raison jusqu’à Caen, euh quand ?
    Qui vivra verra... la suite.
    Yannn
    (Billet d’humeur aujourd’hui car j’ai travaillé « à la chaîne », aux pièces donc. Frustration et ressentiments, quand tu nous tiens…)
  • #4
    • <inconnu>
    • 06/05/2006 à 14:31
    • En réponse à <inconnu> #3 le 06/05/2006 à 12:05* :
    • « Bonjour à tous et à TOUTES.
      C’est pour cela que Charlot se moqua de ce système et réalisa le film :
      "Les Temps Modernes" pour en souligner t... »
    Bonjour.
    Au Québec on dit ’’Travailler à la pièce’’ ou ’’Être payé à la pièce.’’
    Chez-nous ’’Être aux pièces’’ signifie être magasinier (en particulier dans un atelier d’automobiles (garage) ) Exemple: J’ai entré mon char au garage, le gars des pièces m’a dit...
    ’’L’aènepéu’’ et les ’’As et dicks’’ qu’est-ce que ça mange en hiver?
  • #5
    • lorangoutan
    • 06/05/2006 à 14:51*
    De nos jours, on peut parler des journalistes débutants, payés à la pige plutôt qu’à la pièce...
    Dira-t-on un jour "être aux piges" ?
    Ah, sinon, j’avais aussi vaguement envisagé l’hypothèse qu’autrefois, les parcmètres étaient à pièces.
    Ben, maintenant ils ont été remplacés par les horodateurs...
    Alors, ils ne sont plus aux pièces, forcément !
  • #6
    • <inconnu>
    • 06/05/2006 à 15:06
    Ca mange parfois les déroutés de la vie ! 🙁
    Sérieuement : l’Anpe chez nous c’est un organisme d’état qui t’aide à retrouver un emploi... (Enfin, c’est le but !) Eté comme hiver.
    Les Assedics sont un organisme d’état qui rémunèrent de manière dégressive ces mêmes demandeurs d’emploi (presque tous). Eté comme hiver.
    Par contre, les sans domiciles fixes chez nous nous demandent souvent un "petite pièce pour manger"... Eux sont aux pièces. C’est malheureux, mais c’est comme cela.
    Yannn
  • #7
    • <inconnu>
    • 06/05/2006 à 15:08
    Ca ne se dit pas déjà : "Etre à la pige ?"
    Yannn
  • #8
    • <inconnu>
    • 06/05/2006 à 15:34
    Mais que ce passe-t-il, est-ce l’émotion provoquée par l’expression du jour ?
    Je remarque des bégaiements à répétitions. God, fais nous peur !
    Mon cher cat321, dont j’apprécie les propos (comme ceux des autres d’ailleurs, on va pas faire de jaloux), juste deux petites remarques complémentaires :
    - L’Assedic n’est pas un organisme d’état mais un organisme paritaire employeurs-salariés (autrement dit Medef-Syndicats ouvriers).
    - les SDF (pour un qui a fait ce choix pour se mettre les côtes en long il y en a pléthore qui crèvent dans l’indifférence). Et crever peut-être aussi bien dans sa dignité, dans sa pensée, dans son coeur. Crever physiquement est presque une délivrance. Je n’en dirais pas plus, car ce forum n’est pas le lieu. Mais j’en ai gros sur la patate.
    bastet
  • #9
    • <inconnu>
    • 06/05/2006 à 15:46
    • En réponse à <inconnu> #6 le 06/05/2006 à 15:06 :
    • « Ca mange parfois les déroutés de la vie ! 🙁
      Sérieuement : l’Anpe chez nous c’est un organisme d’état qui t’aide à retrouver un emploi... (En... »
    Merci beaucoup Yannn.
  • #10
    • <inconnu>
    • 06/05/2006 à 15:57
    • En réponse à <inconnu> #8 le 06/05/2006 à 15:34 :
    • « Mais que ce passe-t-il, est-ce l’émotion provoquée par l’expression du jour ?
      Je remarque des bégaiements à répétitions. God, fais nous peur... »
    Nous avons’’ L’assurance chaumage’’ pour les travailleurs sans emploi. Et le’’ BS’’ (BES)* pour ceux qui, pour une raison quelconque, ne peuvent (ou ne veulent pas) travailler. Le BS est à long terme, parfois à vie.
    • Bien Être Social
    Le SDF s’apparente au premier ou au deuxième?
  • #11
    • <inconnu>
    • 06/05/2006 à 16:23
    • En réponse à <inconnu> #10 le 06/05/2006 à 15:57 :
    • « Nous avons’’ L’assurance chaumage’’ pour les travailleurs sans emploi. Et le’’ BS’’ (BES)* pour ceux qui, pour une raison quelconque, ne peu... »
    Salut cousin, de ma lointaine province.
    J’ai bien peur, qu’en te répondant comme j’aimerais répondre, on déborde du cadre thématique de ce forum.
    Je vais donc faire bref, sans me laisser aller à l’émotion.
    - Pour l’assurance chômage, c’est pareil (c’est l’Assedic qui s’en occupe).
    - Pour le B.E.S. (j’apprends le terme canadien), l’équivalent est le R.M.I. (Revenu Minimum d’Insertion). Qui ne doit qu’être temporaire.
  • #12
    • <inconnu>
    • 06/05/2006 à 17:01
    Chère Bastet. Concernant les Assedics, oui c’est un organisme paritaire mais chapeauté par l’Etat non ? Enfin, ça revient au même...
    Concernant les Sdf, n’y voit pas de mauvais esprit de ma part. J’ai été au RMi dans ma vie et il ne me viendrait jamais à l’idée de me moquer. D’ailleurs, depuis que j’ai "refait" ma vie, je n’oublie pas chaque année d’aider (comme je peux) des organismes qui essaient de s’occuper d’eux. Je le dis, je l’écris et je le fais.
    Une goutte d’eau est une goutte d’espoir, alors à plusieurs, on pourra toujours faire plus... même si plus, ce n’est jamais assez.
    Concernant notre époque qui n’est pas forcément formidable, que penser de ce que la société propose ? C’ est à dire une existence stabilisée par l’emploi, l’argent et pour d’autres, une existence d’errance, de privations et de voies sans issues ?
    C’est que l’expression du jour souligne cette précarisation existante. Voire suspendue telle l’épée de Damoclès au-dessus de certains qui sans couverture maladie (exemple) peuvent vite y tomber. Nous peut-être y sommes dessous...
    Yannn
  • #13
    • <inconnu>
    • 06/05/2006 à 18:02
    • En réponse à <inconnu> #12 le 06/05/2006 à 17:01 :
    • « Chère Bastet. Concernant les Assedics, oui c’est un organisme paritaire mais chapeauté par l’Etat non ? Enfin, ça revient au même...
      Concern... »
    Cher cat321,
    Pour les Assedic on pourra en parler ailleurs (sais pas où), entre désengagement de l’Etat (qui n’est plus l’Etat providence des Droits de l’Homme) et passation du relais au Medef qui gère l’Etat.
    Pour les SDF (j’y mets les majuscules car ils ont le droit d’être reconnus, contrairment aux vip où je mets des minuscules), je n’y ai vu aucun mauvais esprit de ta part.
    Tu as mis, de façon humoristique, le doigt où ça fait mal, en toute conscience, pour éveiller les consciences.
    Mais comme je suis une sensible, j’ai rebondi sur ce que tu ne disais .
    Autrement je n’aurais pas osé le dire pour ne pas ennuyer ce forum et recevoir les foudres de God.
    J’ai eu ma dose d’émotions. Fallait pas me filer cette expression du jour !
    Je continuerai le combat comme d’habitude, car nous n’avons pas le droit de nous abandonner les uns les autres.
    Et que les nantis pensent un peu comment ils ont gagné leurs richesses temporelles !
    Vaï (expression provençale), je vais me ressourcer à d’autres richesses beaucoup plus intéressantes, et demain je savourerai l’expressio du matin.
    bastet
  • #14
    • framboise
    • 07/05/2006 à 00:36
    Bonsoir, je ne vais pas poursuivre ces graves considérations (auxquelles je souscris d’ailleurs) sur les SDF, les Assédics, l’ANPE et autre RMI. je veux rappeler l’expression de départ, plus exactement les divers sens du mot "pièce".
    Lorsque j’étais enfant, avant la guerre de 40-45 (comme on dit chez nous en Belgique), j’avais un disque humoristique: un anglais devenait dingue à force d’entendre parler de pièce d’habitation, de pièce de théâtre, de pièce de vin...
    Est-ce que l’un ou l’autre lecteur assidu de expressio connaîtrait ce sketch et son auteur/interprète?
  • #15
    • <inconnu>
    • 07/05/2006 à 02:44*
    • En réponse à framboise #14 le 07/05/2006 à 00:36 :
    • « Bonsoir, je ne vais pas poursuivre ces graves considérations (auxquelles je souscris d’ailleurs) sur les SDF, les Assédics, l’ANPE et autre... »
    Pas de commentaires !
  • #16
    • borikito
    • 07/05/2006 à 08:09
    Ce forum, consacré à l’origine à l’expression qui le précède devrait, à mon sens, s’exprimer avec humour. C’est ce que je constatais jusqu’à présent à mon grand régal.
    Je regrette qu’il devienne une tribune politicarde qui risquerait de nuire au renom de ce site très apprécié à ce jour.
    Messieurs, de grâce, halte à cette dérive, je vous en saurais infiniment gré.
  • #17
    • God
    • 07/05/2006 à 08:41
    • En réponse à <inconnu> #15 le 07/05/2006 à 02:44* :
    • « Pas de commentaires ! »
    C’est vrai qu’on commence à constater une certaine dérive.
    Je n’efface pas, mais pourquoi un tel jugement à l’emporte-pièce ?
    Framboise intervient juste pour poser une question, ses opinions n’ont jamais transpiré ailleurs et elle est accueillie à coups d’escopette parce qu’elle a osé mettre en introduction une phrase qui a été interprétée d’une des quelques manières possible.
    Est-ce bien raisonnable ?
  • #18
    • <inconnu>
    • 07/05/2006 à 09:42*
    • En réponse à God #17 le 07/05/2006 à 08:41 :
    • « C’est vrai qu’on commence à constater une certaine dérive.
      Je n’efface pas, mais pourquoi un tel jugement à l’emporte-pièce ?
      Framboise inte... »
    Pas de commentaires !
    Mais je note certaine dérive par rapport à la vraie misère. Le "autre RMI", je retiens.
    borikito sois satisfait : pas besoin que God me vire - je sais me virer toute seule, j’ai l’habitude.
  • #19
    • <inconnu>
    • 07/05/2006 à 14:39
    • En réponse à <inconnu> #18 le 07/05/2006 à 09:42* :
    • « Pas de commentaires !
      Mais je note certaine dérive par rapport à la vraie misère. Le "autre RMI", je retiens.
      borikito sois satisfait : pas... »
    Hé, Bastet!
    Ne sois pas si soupe au lait! Ne part pas please, please, pretty please. Moi qui croyait m’avoir trouvé une petite copine!
  • #20
    • God
    • 07/05/2006 à 20:03
    • En réponse à <inconnu> #19 le 07/05/2006 à 14:39 :
    • « Hé, Bastet!
      Ne sois pas si soupe au lait! Ne part pas please, please, pretty please. Moi qui croyait m’avoir trouvé une petite copine! »
    Désolé Asimov, mais Bastet est bel et bien partie !
    Mais il n’est pas dit qu’elle ne revienne pas un jour...