Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Prendre à la gorge / Tenir à la gorge

Contraindre par la violence, par de fortes pressions.
Réduire (quelqu'un) à un état où il ne peut plus opposer de résistance.

Origine

Si, autrefois, la gorge désignait aussi les seins d'une femme (il nous en reste le soutien-gorge), c'est bien de la partie antérieure ou latérale du cou qu'il est question ici.
Du cou(p), point n'est besoin d'être grand clerc pour comprendre l'image de cette expression qui nous vient du XVIe siècle.
Toute personne qui s'est déjà fait enserrer la gorge par deux mains robustes ou, quand c'est par derrière, par un avant-bras musclé, sait parfaitement que, proche de l'étouffement, elle peut alors aisément être contrainte à faire diverses choses auxquelles elle était a priori peu favorable, comme d'avouer où est caché le stock de fraises tagada, par exemple.
Par extension, cette expression s'emploie indifférement, que la contrainte soit physique, et pas uniquement à la gorge, mais aussi morale ou pécuniaire (un débiteur pris à la gorge par ses créanciers), la "prise à la gorge" symbolisant les pressions exercées quelle que soit leur forme.

Exemple

« Malgré la vue de toutes nos misères, qui nous touchent, qui nous tiennent à la gorge, nous avons un instinct que nous ne pouvons réprimer, qui nous élève. »
Pascal - Pensées

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Prendre à la gorge / Tenir à la gorge » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Tunisie Arabe Tchedou melied eli toujaâ Tenir par la mal qui lui fait mal
Allemagne Allemand Jemandem an die Gurgel gehen Prendre qn à la gorge
Allemagne Allemand Jemanden im Würgegriff halten Tenir quelqu'un dans une situation d'étranglement
Canada Anglais Have a stranglehold on someone / something Avoir une mainmise sur quelqu'un / quelque chose
Argentine Espagnol Tener a alguien por el cogote Tenr quelqu'un par le cou
Espagne Espagnol Coger a alguien por donde más le duele Prendre quelqu'un par ce qui lui fait le plus de mal
Espagne Espagnol Echarsele encima a alguien Se jeter sur quelqu'un
Espagne Espagnol Poner (a alguien) contra las cuerdas Mettre (quelqu'un) contre les cordes
Espagne Espagnol Tirar al cuello Jeter au cou
Canada Français Être pris dans un étau
Canada Français Tenir par les couilles Faire sentir à quelqu'un qu'il n'a pas le choix, il doit obéir, qu’il doit se conformer à
Israël Hébreu Lehakhzik misheou bagaron Tenir a la gorge
Italie Italien Pigghiàri pp'o còddu Prendre par le cou
Italie Italien Prendere per il collo Tenir par le cou
Belgique Néerlandais Bij de strot grijpen /gegrepen worden Saisir le / être saisi au gosier
Pays-Bas Néerlandais Iemand het mes op de keel zetten Poser le couteau sur la gorge de qqn
Pays-Bas Néerlandais Iemand in de houdgreep hebben Tenir quelqu'un fixé, immoble. (contre le sol) Expression des Arts Martiaux
Pays-Bas Néerlandais Iemand in de wurggreep houden Saisir quelqu'un dans une prise d'étranglement
Pologne Polonais Skoczyć komuś do gardła Sauter à la gorge
Brésil Portugais Trazer no cabresto Tenir au licou
Roumanie Roumain A sari la beregata Sauter à la gorge
Roumanie Roumain A strânge (degetele) cu u?a Serrer (les doigts) avec la porte
Roumanie Roumain A-i pune/?ine pistolul la tâmpl? Lui mettre/tenir le pistolet à la tempe
Roumanie Roumain A-l ?ine/strânge de coaie Le tenir par/Lui serrer les couilles (vulg.)
Serbie Serbe Uhvatiti za gusu Tenir à la gorge
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « Prendre à la gorge / Tenir à la gorge » Commentaires

  • #1
    • OSCARELLI
    • 18/06/2007 à 07:08*
    bien le bonjour du jour!
    Pour une fois, je suis le premier! Mon God, quel honneur. Vite valider, avant de me faire souffler la première place!. Je reviens...
    Voilà, c’est fait. Et bien, chers amis et chères amies de l’ex à Gone, on peut dire aujourd’hui - au lendemain du second tour - que la droite a pris une pelle. Se faire remonter les bretelles comme cela!
    Vous verrez, on en parlera encore longtemps, dans vos livres d’Histoire, de la pelle du 18 Juin... Je sais bien que c’était hier, mais il a quand même fallu attendre les derniers résultats pour être sûr, non? Donc...
    Comment, vous ne voulez pas? Non? Ah, bon. Inutile cependant de me prendre à la gorge pour cela...
    Je reviens encore une fois pour proposer à LPP de brader encore une fois ses rillettes, après la victoire d’Audi aux 24 Heures d’hier... J’ose espérer qu’il a suffisament plu hier pour qu’on ait du beau temps la semaine prochaine, hein?
    LPP tu serais pas mon cousin germain, des fois? AH, Le Mans, dit-on toujours...
  • #2
    • chirstian
    • 18/06/2007 à 08:51
    la "prise à la gorge" symbolisant les pressions exercées quelle que soit leur forme.
    elle est reprise aussi dans d’autres expressions telles que : le couteau sous la gorge , faire rendre gorge, prendre à la gorge, faire rentrer les mots dans la gorge...
  • #3
    • chirstian
    • 18/06/2007 à 08:56
    la gorge désignait aussi les seins d’une femme
    érotomane cherche jolie personne sexe féminin ayant chat dans la gorge pour étudier perfectionnement de branlette espagnole.
  • #4
    • flexique
    • 18/06/2007 à 09:02
    Difficile pour moi en entendant cette expression de ne pas penser à des scènes de chasse animalières où le fauve attrape par la gorge la frêle gazelle.
    Outre le fait d’étouffer la proie, le fait de la saisir à cet endroit lui interdit de mordre à son tour.
    Sans remettre en cause l’érudition de God, j’aurai bien parier qu’une telle expression était plus ancienne. En jouant trop gros sur un tel pari, j’aurai sans doute été pris à la gorge.
  • #5
    • charlesattend
    • 18/06/2007 à 09:39
    Diana pris un gorgeon de roteuse et rit à gorge déployée.
    Elisabeth fut tenté de la prendre à la gorge...et se retint in extremis
    "Charles, vous qui payez demi-tarif sur les voiliers, pourquoi ne nourisseriez vous pas les mérous en emenant Lady Spencer dans le triangle des Bermudes ?"
    Extrait de Gala , nov 1997
    Si c’est pas marin, ct’histoire, je bouffe ma casquette !!
  • #6
    • chirstian
    • 18/06/2007 à 09:45*
    • En réponse à flexique #4 le 18/06/2007 à 09:02 :
    • « Difficile pour moi en entendant cette expression de ne pas penser à des scènes de chasse animalières où le fauve attrape par la gorge la frê... »
    j’aurai bien parier qu’une telle expression était plus ancienne.
    Alain Rey relève chez Philippe de Mèzières :" prendre par la gorge, tenir à, par la gorge" ... en 1382. (Robert, dico des Expressions). Comme God est infaillible, le XVI a du être particulièrement précoce.
  • #7
    • <inconnu>
    • 18/06/2007 à 09:46
    • En réponse à charlesattend #5 le 18/06/2007 à 09:39 :
    • « Diana pris un gorgeon de roteuse et rit à gorge déployée.
      Elisabeth fut tenté de la prendre à la gorge...et se retint in extremis
      "Charles,... »
    et tout ceci sous le portrait de Gorge V , I presume ?
  • #8
    • Elpepe
    • 18/06/2007 à 10:18
    • En réponse à chirstian #3 le 18/06/2007 à 08:56 :
    • « la gorge désignait aussi les seins d’une femme
      érotomane cherche jolie personne sexe féminin ayant chat dans la gorge pour étudier perfecti... »
    étudier perfectionnement de branlette espagnole

    Étude de l’Amirauté : cinépimastie, mammagymnophilie, mazophallation...
  • #9
    • Elpepe
    • 18/06/2007 à 10:21
    • En réponse à flexique #4 le 18/06/2007 à 09:02 :
    • « Difficile pour moi en entendant cette expression de ne pas penser à des scènes de chasse animalières où le fauve attrape par la gorge la frê... »
    le fait de la saisir à cet endroit lui interdit de mordre à son tour

    C’est vrai, quoi ! La lionne redoute particulièrement la terrible morsure de la frêle gazelle ! 😄
  • #10
    • Elpepe
    • 18/06/2007 à 10:30
    MESSAGE DE L’AMIRAUTÉ :
    Cette expression vient de la Marine : une poulie de tête de mât tient sa drisse à la gorge du réa. C’est une réalité.
    Ça m’a beaucoup fatigué, je vais me réaliter.
  • #11
    • syanne
    • 18/06/2007 à 10:35
    Pour les masos, un petit couplet supplémentaire à la chanson de Boris :
    Fais-moi mal, Johnny, Johnny, Johnny
    Je n’suis pas une mouche... zoum!
    Fais-moi mal, Johnny, Johnny, Johnny
    Moi j’aim’ l’amour qui fait boum!

    Prends-moi à la gorge
    Cherche-moi des poux
    Dans la tête
    Tap’-moi sur les nerfs
    Mets-moi un peu d’eau
    A la bouche
    Tiens-moi par la gueule
    Tape-moi dans l’œil
    Mets-m’en plein la vue
    N’y va pas d’main morte
    Casse-toi la nénette
    Et tu me mèn’ras
    Par le bout du nez
    Boum !
  • #12
    • Elpepe
    • 18/06/2007 à 11:05
    • En réponse à syanne #11 le 18/06/2007 à 10:35 :
    • « Pour les masos, un petit couplet supplémentaire à la chanson de Boris :
      Fais-moi mal, Johnny, Johnny, Johnny
      Je n’suis pas une mouche... zou... »
    Moi, c’est mon percepteur qui me tient par les couilles, pour me mener par le bout du nez. 🙁
  • #13
    • OSCARELLI
    • 18/06/2007 à 11:42
    • En réponse à Elpepe #12 le 18/06/2007 à 11:05 :
    • « Moi, c’est mon percepteur qui me tient par les couilles, pour me mener par le bout du nez. 🙁 »
    Si le Père Sept Heure s’appelle comme cela, c’est parcqu’il prend toujours les gens-z-honnêtes à la gorge au saut du lit.
    Ou aurais-je dû écrire au seau du lit (il y a quand même de quoi faire dans son froc, non) ?
  • #14
    • tytoalba
    • 18/06/2007 à 13:25
    - Prendre à la gorge - c’est aussi lorqu’une odeur forte affecte les voies respiratoires.
    En fauconnerie, la gorge est la partie supérieure de l’estomac d’un oiseau de proie. Et depuis le XII ème siècle, la gorge chaude désigne les animaux vivants (rats, souris ...) que l’on donne au faucon .
  • #15
    • Elpepe
    • 18/06/2007 à 13:38
    • En réponse à tytoalba #14 le 18/06/2007 à 13:25 :
    • « - Prendre à la gorge - c’est aussi lorqu’une odeur forte affecte les voies respiratoires.
      En fauconnerie, la gorge est la partie supérieure... »
    Message de la Prévention des risques domestiques :
    Et quand le goût d’une dame commence à vous prendre à la gorge, c’est qu’elle est enflammée. Vous pouvez alors passer à la phase II : déployer la grande échelle à l’assaut des étages, avé la lance de 75, pour venir à bout du sinistre.
    PIN PON PIN PON...
  • #16
    • lorangoutan
    • 18/06/2007 à 15:29*
    • En réponse à Elpepe #9 le 18/06/2007 à 10:21 :
    • « le fait de la saisir à cet endroit lui interdit de mordre à son tour
      C’est vrai, quoi ! La lionne redoute particulièrement la terrible mors... »
    La gazelle en question détient peut-être des armes de destruction massive!
    C’est sans doute ce que doit soupçonner la lionne, surtout si elle s’appelle Gorge Bouche... 😏
  • #17
    • Elpepe
    • 18/06/2007 à 16:18*
    Il y a trois ans, j’ai pris l’Ardèche à la gorge. Depuis, elle est dans la dèche.
    J’ai pris aussi l’Aveyron à la gorge. A l’aviron.
    Et puis le Tarn à la gorge. Et puis BB au soutien-gorge. Et puis... Mais qu’est-ce que je raconte, là ? C’est MES vacances, enfin...
  • #18
    • OSCARELLI
    • 18/06/2007 à 18:26*
    • En réponse à Elpepe #17 le 18/06/2007 à 16:18* :
    • « Il y a trois ans, j’ai pris l’Ardèche à la gorge. Depuis, elle est dans la dèche.
      J’ai pris aussi l’Aveyron à la gorge. A l’aviron.
      Et puis... »
    Et alors, là, on brode, on phantasme Al Gore?
    "Et puis le Tarn à la gorge"
    signé:
    Tarn-tarin de Tarn-ah-ce-con!
  • #19
    • Elpepe
    • 18/06/2007 à 20:06*
    - Le Pedro gagnera.
    - L’orage prendra Gé.
    - Rap n’ Reggae : drôle.
    - Pègre Nord : la rage !
    - Glaner der apéro...
    - Greg pondra le réa.
    - L’âpre God règnera.
    - Lonagre garde pré.
    - Renard gère galop.
    - Gland ? Gréer Opéra ?
    - Roger, Lang dérape !
    Anna Gramme
  • #20
    • OSCARELLI
    • 18/06/2007 à 20:10
    Eh bien, ca alors, qu’entends-je là donc? C’est la Bérésina:
    la Marine a sombré, la Royal se demâte, le haut Land s’écrase: ca vole dans le pays, bas!
    Et vive les élections, ma mère,
    Et vive les élections.
    On en fera encore les gorges chaudes, le soir, dans les chaumières.
    Le Sarkoland n’a pu faire rendre gorge au socialisme, même s’il l’a pris a la gorge.
    Déjà que, à l ’époque, la Guiller disait à Marchais: "Je serai ton soutien, Georges", ca l’a pas aidé, le pauvre.