Faire ripaille - dictionnaire des expressions françaises Expressio par Reverso - signification, origine, étymologie

Faire ripaille

Bien manger et bien boire (à une table copieusement garnie)

Origine

Le mot 'ripaille' date du XVIe siècle et, de nos jours, il ne s'emploie plus que dans notre expression et vient de l'ancien français 'riper' qui voulait dire 'gratter'.

Faire ripaille s'utilisait alors pour les soldats qui allaient manger et s'approvisionner chez l'habitant, et l'image est probablement celle des repas où les plats étaient raclés (grattés) jusqu'à ne rien laisser du contenu.

Mais il existe une autre origine à cette expression, proposée par quelques sources, mais peut-être sujette à caution (comme disait Lemmy).

Nous sommes au XVe siècle. Le duc de Savoie, Amédée VIII qui a même été pape pendant un moment, vient de perdre son épouse, Marie de Bourgogne, et le pauvre homme, on le comprend, ne s'en remet pas. Il décide alors de se retirer en Haute-Savoie au bord du lac Léman (ou lac de Genève, pour nos amis Genevois), dans un prieuré d'où les femmes sont exclues et où il va mener une vie de méditation et de chasteté.
Mais, comme Amédée est accompagné de ses proches et qu'il n'a absolument pas fait voeu de frugalité (faut pas exagérer non plus !), l'endroit est le lieu de fréquents banquets copieux et bien arrosés.
Or, il se trouve que le prieuré était celui de Ripaille.
Ce serait donc le souvenir de ces banquets qui aurait donné naissance à l'expression qui a existé en latin sous la forme du proverbe "facere ripaliam hoc est indulgere ventri" (faire ripaille, c'est soigner son ventre).

Exemple

« Rodant sans bruit sous le ciel noir
Les loups obliques font ripaille »
Paul Verlaine - Jadis et naguère - Les loups - 1884

« Il faudrait un demi-volume pour décrire toutes ces fêtes, celles de la Moisson, de la Toussaint, de la Saint-Martin, de la Tonte des agneaux, surtout celle de Noël qui durait douze jours et parfois six semaines. Ils mangent et boivent, font ripaille, remuent leurs membres, embrassent les filles, sonnent les cloches, s'emplissent de bruit : rudes bacchanales où l'homme se débride, et qui sont la consécration de la vie naturelle : les puritains ne s'y sont pas trompés. »
Hippolyte Taine - Histoire de la littérature anglaise - 1866

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Faire ripaille » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
Allemagnede Sich den Wanst vollhauenRemplir sa bedaine
Angleterreen To wine and dineBoire du vin et dîner
Angleterreen To gorge oneselfSe gaver
Espagnees Ponerse ciegoDevenir aveugle (= Faire ripaille)
Espagnees Darse el loteSe donner le lot (= Faire ripaille)
Espagnees EntriparRemplir les tripes
Espagnees pegarse una comilonase coller une grande bouffe
Canada (Québec)fr Se bourrer la face
Italieit Fare bisbocciaFaire bombance
Belgique (Flandre)nl Zijn buikje vol etense remplir le ventre ('embonpoint')
Pays-Basnl schransenmanger très beaucoup
Pays-Basnl zich de pens volvreten (vulgaire)se bourrer la panse, s'en mettre plein la panse
Bretagneother morfalgoinfre
Brésilpt Encher a pançaRemplir la panse
Roumaniero a face un chiolhanfaire un gueuleton
Roumaniero A umple mațulRemplir le boyau

Vos commentaires
Du coin où il était, il flairait justement une ripaille, quelque soûlerie qui durait depuis le matin (Zola, la Terre).
La ripaille est la fête de l’affamé, comme l’évasion est la fête du prisonnier et l’insurrection la fête de l’opprimé (Robert Escarpit).
J’avais un ami qui a arrêté de fumer, de boire, de faire l’amour, de faire ripaille. Il s’est suicidé (cité de mémoire et sans doute approximativement, mais pas d’Epicure, ni le vrai ni celui qui ose emprunter son patronyme sans remords, et pourtant…).
J’étais certain de rencontrer notre expression à tous les coins de page chez Rabelais, et bien c’est raté ! Alain Rey ne l’atteste pour la première fois qu’en 1579, alors que Rabelais a quitté notre monde en 1563. Ca prouve combien ma méconnaissance de Rabelais est aussi profonde que regrettable, et là des remords, j’en ai. En fait, j’en connais surtout les illustrations signées Gustave Doré dans deux gros livres que j’ai peu fréquentés.
Ma fille, plus gourmette que gourmande, comme à chacun de ses rares passages en France, fait ripaille depuis hier… de fromages bien de chez nous avec du beurre d’Echiré, du pain de campagne et des vins de Loire.
En vis-à-vis de ripaille, dans le dictionnaire historique de la lanque française, je trouve rillettes, mon oeil s’allume: n.f.plu. est originaire de l’ouest de la France (Touraine) et est dérivé (1835, Balzac) du moyen français rille, bande de lard, (1480, du Cange), variante de l’ancien français reille, barre, (fin XIème) et latte (XIIIème). Reille est issu par évolution phonétique du latin regula, règle, barre, latte qui a donné règle par emprunt. Le moyen français avait rillé, employé par Rabelais (1546) au même sens que rillettes.
D’abord exclusivemlent réservé aux préparations de porc, rillettes a depuis les années 1960-1970 d’autres emplois, rillettes d’oie, de canard, de thon, de port, appelées aussi rillettes d’Amiral.
réponse à . <inconnu> le 28/10/2009 à 01h41 : Du coin où il était, il flairait justement une ripaille, quelque s...
Bonjour à la petite équipe de nuit, qui était sans doute en grève dans la soirée d’hier.

Eureka, comme dirait l’autre !
J’ai trouvé (je crois) ce qui t’empêcha (je crois) de dormir :

cette page

La deuxième citation est également excellente !
réponse à . <inconnu> le 28/10/2009 à 02h05 : En vis-à-vis de ripaille, dans le dictionnaire historique de la lanque fr...
J’aime manger de temps en temps des rillettes, même si je ne devrais pas.
Quand j’étais étudiant-fauché, manger un sandwich rillettes-cornichons, c’était faire ripaille. Ca et la francfort-frites.
Par contre j’ignorais l’histoire de ce mets.

cette page

Est-ce qu’il y a une espèce de compétition entre Indre-et-Loire et Sarthe pour la paternité des rillettes ?
Merci pour toute réponse, qui ne sera pas hors-sujet, bien au contraire.

Dans mon bien-aimé Sud-Ouest natal, on mange des fritons, avec un seul t alors que Wikipedia en met deux.
Souvenir de ripailles lors des vacances scolaires : Au petit déjeuner, des fritons avec du bon pain, avec un verre de piquette à 7-8° (autant que d’années), avant de partir trottiner dans les champs en "suivant" la charrue de mon oncle tirée par deux vaches de travail.
"Je vous parle d’un temps..."
réponse à . deLassus le 28/10/2009 à 04h43 : Bonjour à la petite équipe de nuit, qui était sans doute en...
Complément
Désolé pour la fausse manoeuvre, ceci est encore une réponse à 1. Epicure

Chouette, un site de ripaille dont la page d’accueil s’ouvre sur une citation d’Epicure :
"Hâtons-nous de succomber à la tentation avant qu’elle ne s’éloigne"

cette page

Le berceau de ma famille paternelle, c’était une petite ferme à quelques km de Caylus. Ferme aujourd’hui démolie...

Inutile de dire que durant mes vacances scolaires j’ai fait moultes ripailles dans ce doux pays où on sait faire des bonnes choses.
Mais on ne faisait vraiment ripaille que quand on invitait les voisins à participer à la manoeuvre : moissons, vendanges, dépiquage (voir TLFI : dépiquer 2).

Alors, dans ces grandes occasions, que de victuailles ! On passait à table vers 13 h, on mangeait jusquà 18 h, et les adultes enchaînaient avec l’apéro du diner, pour finir les restes.

Moi, avec quelques verres de vin dans le pif, et juché sur la table, je chantais d’une belle voix de soprano une chanson qui parlait d’un savoyard certes, mais qui était à la mode :

cette page

Depuis, je n’ai jamais arrêté de chanter. Mais ceci est une autre histoire.
réponse à . <inconnu> le 28/10/2009 à 01h41 : Du coin où il était, il flairait justement une ripaille, quelque s...
Voir aussi en 5
Si j’en crois ma radio favorite ce matin, il y en a qui ont bien fait ripaille lors du sommet méditerranéen : on parle en particulier d’un repas de 200 couverts dont le coût par convive fut de 5 362 €

Voir quelques autres exemples :

cette page


C’est sans doute à cause de ce genre de fantaisies que mon percepteur m’appelle au secours très régulièrement, façon ARC de Crozemarie.
réponse à . <inconnu> le 28/10/2009 à 02h05 : En vis-à-vis de ripaille, dans le dictionnaire historique de la lanque fr...
rillettes, ... dérivé (1835, Balzac) du moyen français rille, bande de lard, (1480, du Cange), variante de l’ancien français reille, barre, (fin XIème) et latte (XIIIème). Reille est issu par évolution phonétique du latin regula, règle, barre, latte qui a donné règle par emprunt.

Donc, si je comprends bien, quand Elpépé a des rillettes, cela veut dire qu’il a ses règles? Cela expliquerait tout, pas vrai?   
Faire ripaille, fair les choux gras: la grande bouffe, la mal bouffe, tout cela est à l’heure de l’actualité d’Expressio.
Dans l’actualité, il y a aussi la fin du procès du Courant Clair, la fin du procès de l’église de scientologie (il m’est impossible d’y mettre des majuscules, cela doit être physique), le dérapage du marquis, et puis cette idée autant sotte que grenue d’un ministre hexagonal à propos de l’identité nationale.
Aaaahhhh, qu’il y a des livres qui devraient être lus par nos politiciens, nos meneurs religieux ou laiques, qu’ils soient francais, belges, autrichiens ou autres. Je pense à ce mêêêêêêrveilleux livre d’Amin Maalouf Les Identités Meurtrières qui se doit d’être non seulement dans toutes les bonnes bibliothèques, mais également lu, expliqué et compris dans toutes les écoles du monde entier, dans tous les sénats et autres assemblées, tant régionales que nationales.
réponse à . file_au_logis le 28/10/2009 à 07h29 : rillettes, ... dérivé (1835, Balzac) du moyen français rill...
Ah ! Un peu de compagnie.
Depuis quelque temps je me sentais un peu seul, et d’ailleurs je soliloquais.

Maintenant que l’équipe de jour se met en place, je m’en vais faire ripaille pour le petit déjeuner.
Riper dans le sens de glisser en raclant se dit toujours et même en termes de marine où certains bateaux ripent sur leur ancre. J’aime bien l’idée de finir son assiette en la raclant avec sa cuillère, pas forcément parce que son contenu était très bon mais peut-être simplement parce qu’on avait très faim. Maintenant qu’on a moins faim sous nos latitudes, on peut opter pour l’abondance et la qualité. La bonne "éducation" interdit d’ailleurs de faire riper ainsi sa cuillère comme de la torcher avec un morceau de pain.
réponse à . file_au_logis le 28/10/2009 à 07h36 : Faire ripaille, fair les choux gras: la grande bouffe, la mal bouffe, tout cela ...
Merci pour ce tuyau. Comme je suis très sensible à ces questions, et comme ce livre existe en format poche à 4 €, je crois que je vais passer à ma librairie.

Sur ce, ...ripaille !
Epicure, jouisseur et ripailleur ? Pas si sûr…

Les mets simples donnent un plaisir égal à celui d’un régime somptueux, une fois supprimée toute la douleur qui vient du besoin ; et du pain d’orge et de l’eau donnent le plaisir extrême, lorsqu’on les porte à sa bouche dans le besoin. L’habitude donc de régimes simples et non dispendieux est propre à parfaire la santé, rend l’homme actif dans les occupations nécessaires de la vie, nous met dans une meilleure disposition quand nous nous approchons, par intervalles, des nourritures coûteuses, et nous rend sans crainte devant la fortune.

Quand donc nous disons que le plaisir est la fin, nous ne parlons pas des gens dissolus et de ceux qui résident dans la jouissance, comme le croient certains qui ignorent la doctrine, ou ne lui donnent pas leur accord ou l’interprètent mal, mais du fait, pour le corps, de ne pas souffrir, pour l’âme, de n’être pas troublée. Car ni les beuveries et les festins continuels, ni la jouissance des garçons et des femmes, ni celle des poissons et de tous les autres mets que porte une table somptueuse, n’engendrent la vie heureuse, mais le raisonnement sobre cherchant les causes de tout choix et de tout refus, et chassant les opinions par lesquelles le trouble le plus grand s’empare des âmes.

Epicure, Lettre à Ménécée traduite par Marcel Conche

(Je trouve assez savoureuse, en ce qui me concerne, la phrase qui jette en vrac « la jouissance des garçons et des femmes », « celle des poissons et de tous les autres mets sur une table somptueuse »)
God :
(ou lac de Genève, pour nos amis Gen&eograve;vois)

A quand une informatique au service des idées à la place de ce genre d’horreur ?
C’est d’autant plus crispant qu’en fait l’adjectif genevois ne prend aucun accent !
réponse à . syanne le 28/10/2009 à 08h42 : Epicure, jouisseur et ripailleur ? Pas si sûr… Les mets simples do...
Epicure, jouisseur et ripaillard ?
Il ne manque pas d’humour, en tout cas : Si l’on supprime la vue, et les rencontres, et la vie ensemble, la passion amoureuse disparaît. (Sentences vaticanes, 18)
le mot ripaille a sa noblesse. Il sonne haut et m’évoque des personnages hors normes , à mille lieux des petits repas mesquins où l’on pèse les calories en pensant à son cholestérol. Je pense à la truculence de Jacques Brel, dans Mon Oncle Benjamin, ou à son "dernier repas" que je vous offre à cette page
N’est ce pas là un beau moyen de commencer la journée ? Et qu’allez-vous manger ? Non ! jetez moi tout ça : aujourd’hui offrez vous un pâté, du gibier, un fromage et des noix, un Chinon grenat pour faire passer : c’est God qui régale : tout Expressio va faire ripaille à sa santé et à ses frais ... 
réponse à . chirstian le 28/10/2009 à 09h24 : le mot ripaille a sa noblesse. Il sonne haut et m’évoque des person...
J’apporterai tripailles et graillons de chapon ou canards et sans bataille festoyerons !
Je pense au repas de réveillon...dans...la mule du pape ?
Aidez-moi, siou plait!
Texre fameux que l’on lit et relit au collège.
Je n’ai pas le courage de chercher...pourtant je n’ai pas fait ripaille hier soir! J’essaie plutôt le régime. 
réponse à . momolala le 28/10/2009 à 07h40 : Riper dans le sens de glisser en raclant se dit toujours et même en termes...
Précision de l’Amirauté : c’est l’ancre qui ripe, pas le bateau qui, lui, chasse sur son ancre (ou ses ancres empennelées ou affourchées), dans le gros temps. Et quand on en est là, il n’est pas l’heure de faire ripaille dans le carré : il faut rester à la barre, soulager au moteur, lever les ancres et remouiller sans cesse en espérant trouver enfin une accroche sur le fond. Ça m’est arrivé toute une nuit devant Porto Vecchio, après deux nuits de traversée au départ de Toulon, en encaissant 44 nœuds de vent (force 9 = fort coup de vent) au Cap Corse. Brrrrr !
réponse à . syanne le 28/10/2009 à 08h42 : Epicure, jouisseur et ripailleur ? Pas si sûr… Les mets simples do...
Savoureux... savoureux... Il ne mentionne, à sa table, aucune chèvre !
Le légionnaire d’astreinte de garde
la paille de riz ne permet pas de faire riz-paille. Si ? Oui, bon, mais pour en faire ses choux gras, il faut y ajouter pas mal de choses !
réponse à . syanne le 28/10/2009 à 08h42 : Epicure, jouisseur et ripailleur ? Pas si sûr… Les mets simples do...
Car ni les beuveries et les festins continuels, ni la jouissance des garçons et des femmes, ni celle des poissons et de tous les autres mets que porte une table somptueuse, n’engendrent la vie heureuse,
je suis d’accord avec Epi-Syanne : rien de tout cela n’engendre la vie heureuse, mais Morbleu, cela y aide un peu, non ?
réponse à . chirstian le 28/10/2009 à 10h40 : la paille de riz ne permet pas de faire riz-paille. Si ? Oui, bon, mais pou...
la paille de riz ne permet pas de faire riz-paille. Si ?

Si mais avec des sorcières cette page
réponse à . deLassus le 28/10/2009 à 08h57 : God : (ou lac de Genève, pour nos amis Gen&eograve;vois) A quand une...
Encore un mauvais paramétrage de l’affichage sur ta bécane, qui n’a manifestement pas fait ripaille depuis lulure ! Bon : tu ne surfes pas avec Google (ça, c’est ta page d’accueil), mais avec un navigateur internet, qui doit être Outlook selon tes dires d’hier. Peut-être devrais-tu télécharger gratos un navigateur de ton choix, genre Internet Explorer, Opera, Firefox..., et un logiciel de courriel associé ? Chez Microsoft, IE 8 est bien plus confortable qu’Outlook pour surfer, associé à Outlook Express 7 pour le courriel.
réponse à . syanne le 28/10/2009 à 09h11 : Il ne manque pas d’humour, en tout cas : Si l’on supprime la vu...
C’est même lui qui a inspiré Molière : "cachez ce sein que je ne saurais voir". Si !
réponse à . chirstian le 28/10/2009 à 10h40 : la paille de riz ne permet pas de faire riz-paille. Si ? Oui, bon, mais pou...
Hors-sujet : Je crois que tout baigne. Merci pour tout ! Et surtout pour me supporter !
réponse à . chirstian le 28/10/2009 à 09h24 : le mot ripaille a sa noblesse. Il sonne haut et m’évoque des person...
Et, pour ses vingt mille abonnés, vingt mille lieus ? Ça va relancer la pêche !
Jules
réponse à . chirstian le 28/10/2009 à 10h44 : Car ni les beuveries et les festins continuels, ni la jouissance des garç...
je suis d’accord avec Epi-Syanne
C’est Epi-sûr.
Le mât tel otage
Un descriptif de ripaille royale et à l’inverse de fringale campagnarde :

cette page

J’ai évoqué en 5 des ripailles paysannes lors des grandes occasions.
Dans la même ferme, hors ces jours de fête, on avait surtout de la soupe aux haricots (délicieuse, on avait faim !) et du pain.
Oui, pas sous Louis XIV, mais vers 1955, dans le Tarn-et-Garonne.

Mais après la soupe, on faisait chabrot, même les enfants. Et ça, c’était grand !
Alphonse Daudet - les trois messes basses - conte de Noël
LES TROIS MESSES BASSES
CONTE DE NOËL


« DEUX dindes truffées, Garrigou ?...

- Oui, mon révérend, deux dindes magnifiques bourrées de truffes. J’en sais quelque chose, puisque c’est moi qui ai aidé à les remplir. On aurait dit que leur peau allait craquer en rôtissant, tellement elle était tendue...

On salivait en lisant ce texte ...quand on savait qu’on allait manger à la cantine de l’internat...des croquettes faites avec des restes de daube de la veille...et une portion de vache qui rit!!!


Youpi! Je l’ai trouvé comme une grande ! Merci Google! 
réponse à . deLassus le 28/10/2009 à 11h22 : Un descriptif de ripaille royale et à l’inverse de fringale campagn...
C’est pour ça que j’ai, en pub, savoir maigrir, mon secret pour maigrir, maigrir vite... et Flunch ? Sacré Loulou !
Moi pour faire ripaille,
J’veux bien faire guindaille.
Et même des fiançailles
Voire des épousailles.
Mais pas de marmaille !

C’est de la racaille,
pire que la flicaille.
C’est de la tripaille
Qu’aime pas la mangeaille
Ni la charcutaille
Et autres cochonnailles.
Non, pas de bleusailles !

Mais quand la grisaille,
au temps des fauchailles,
deviendra duraille
Près des funérailles...

Je f’rais du tricot :
Y’a que maille qui m’aille.
réponse à . SagesseFolie le 28/10/2009 à 11h53 : Moi pour faire ripaille, J’veux bien faire guindaille. Et même des f...
Aïe aïe aïe ! T’es dans la boucaille, à matin ? 
Une étudiante âgée de 94 ans a été diplômée en droit par l’université d’Urbino, dans le centre de l’Italie, et prévoit de se réinscrire pour poursuivre ses études, a annoncé mardi à l’AFP le recteur de l’établissement. (AFP)
Qui c’est qui va être content d’apprendre qu’il peut ripailler pendant 70 ans ET obtenir sa licence de droit, à la fin ?
Allez donc faire un tour sur cette page et vous régaler avec Marcek dans la contrib @1 !
réponse à . syanne le 28/10/2009 à 08h42 : Epicure, jouisseur et ripailleur ? Pas si sûr… Les mets simples do...
L’habitude donc de régimes simples et non dispendieux est propre à parfaire la santé, rend l’homme actif dans les occupations nécessaires de la vie,
comme par exemple ... de faire ripaille en faisant fi des régimes simples et non dispendieux. Et pi quoi encore ? Euh, en cure. Epicure en quoi ? Et picrate en cure !
Non Obelix, tu as déjà mangé deux sangliers !
Revoir la grande bouffe : la plus poignante des détresses. Mais quel repas ! Quand le fin du fin rejoint la fin de la faim ! Est-ce qu’on sait encore tourner des films comme celui-ci sans que les financiers demandent qu’on y introduise des hamburgers pour être sponsorisés par McDo et qu’on réécrive la fin pour ne pas déplaire à Bernadette Chirac ?
réponse à . Elpepe le 28/10/2009 à 10h49 : Encore un mauvais paramétrage de l’affichage sur ta bécane, ...
[Autocensuré en 2018 : trop hors sujet]
... et mon amie aussi te donne raison .

C’est d’ailleurs elle qui a rédigé cette réponse
réponse à . deLassus le 28/10/2009 à 14h27 : [Autocensuré en 2018 : trop hors sujet] ... et mon amie aussi te don...
Elle est très bien, ton amie, tu sais ? :&rsquo)
Une étudiante âgée de 94 ans a été diplômée en droit
j’ai eu deux ans de suite une étudiante australienne de 92 puis 93 ans qui venait reprendre des études de français,abandonnées au lycée, parce que - trouvant ses poésies mal traduites- elle voulait les écrire directement en français. Élisabeth, si tu me lis ...

Il y a comme cela des rencontres qui font croire en l’homme, en Dieu, en l’infini (et plus, si infinité).
Il faut en faire ripaille en oubliant les autres, en faire ses choux gras, et en jouir à s’en faire péter le coeur et le cerveau.
amen.
Si tu veux faire ripaille, prends Ledeuil (Paris VIe).
des rencontres qui font croire en l’homme, en Dieu, en l’infini
En l’Homme, c’est déjà un sacré bel effort, non ?
Merci pour ta gentillesse, tres étonnée d’une réponse aussi vive qui me ravit , mon ami m’a informée que tu avais un bateau , j’espère que c’est le Belem....
réponse à . Elpepe le 28/10/2009 à 14h43 : des rencontres qui font croire en l’homme, en Dieu, en l’infiniEn l&...
bon, je rectifie : des rencontres qui font croire en l’homme, en God, en l’infinitif des verbes du 3° groupe qui font un complexe d’infériorité par rapport aux deux autres.
C’est mieux ?  
Ouï à l’écurie de Nothing Gulch, ce dialogue :

- Et ma ripaille de sainfoin ?
- Foin de ripaille ! En selle !
- Tu l’as dans le fion ! Je ris sur la paille !
- Alors là, ça va faire du foin, Jolly Jumper !
- C’est tout ce que je te demande, Lucky...
réponse à . chirstian le 28/10/2009 à 15h30 : bon, je rectifie : des rencontres qui font croire en l’homme, en God,...
Là, c’est très bien, moussaillon. Manque plus que Syanne et la rhétorique, et oualà de quoi faire ripaille de bons mots sur Expressio !
réponse à . deLassus le 28/10/2009 à 15h26 : Merci pour ta gentillesse, tres étonnée d’une réponse...
Je ne navigue que sur des sloops, de huit à douze-treize mètres, en plaisance. En Atlantique, Manche, Mer du Nord et Méditerranée occidentale pour l’instant. Ça repose le marin de l’Homme, quand il est au large !
réponse à . <inconnu> le 28/10/2009 à 11h27 : Alphonse Daudet - les trois messes basses - conte de Noël LES TROIS MESSES ...
Zut, je me suis levé trop tard !
Le rapport avec la mule du pape (qui a ruminé sa vengeance pendant des années) me semblait bizarre. Et quand une mule rumine ...
réponse à . Elpepe le 28/10/2009 à 10h49 : Encore un mauvais paramétrage de l’affichage sur ta bécane, ...
God a fait la correction depuis, mais avec IE7, j’obtenais aussi un affichage mal encodé.
réponse à . SyntaxTerror le 28/10/2009 à 15h51 : God a fait la correction depuis, mais avec IE7, j’obtenais aussi un affich...
Si j’ai bien tout compris, l’accent intempestif sur la deuxième syllabe de genevois avait entrainé une sorte de "refus" de mon ordinateur. D’après mon amie ce refus est plutôt un signe de bonne santé...

Moi, dans l’histoire, je ne suis pas grand chose.
Amédée VIII ... décide alors de se retirer en Haute-Savoie

God, ou le dieu des anachronismes !
La Haute-Savoie est un département français, la Savoie et Nice étant redevenus français en 1860, les habitants francophones supportant mal d’être sous tutelle italienne.
Si c’est pour nous faire digresser sur un interprète français, chantre des cailloux, du papier-toilette et des dames de Haute-Savoie, c’est raté !
réponse à . deLassus le 28/10/2009 à 06h41 : Complément Désolé pour la fausse manoeuvre, ceci est encore...
Etoile des neiges ! Que de souvenirs… La chanson favorite de ma grand-mère, qui chantait fort bien et de ma grand-tante, sa sœur, qui chantait fort mal. Leur duo était irrésistible.
Il s’agit d’une chanson anglaise adaptée en français par Jacques Plante et interprétée principalement par Patrice et Mario (en 1947), puis André Claveau et la jeune Line Renaud ainsi que par l’orchestre de Jacques Hélian. Ne manque pas d’écouter cette page.
réponse à . syanne le 28/10/2009 à 08h42 : Epicure, jouisseur et ripailleur ? Pas si sûr… Les mets simples do...
Au contraire, ou presque : Dans la lignée de Socrate (connais-toi-même et tu connaîtras les dieux et les hommes) et bien avant Juvénal (une âme saine dans un corps sain), Epicure prône de connaître ses limites et ne pas les dépasser. Si son principe est bien le plaisir, il entend par ce mot l’absence de… maux du corps comme de l’esprit, et conseille d’éviter tout plaisir qui risquerait d’entraîner un déplaisir plus grand.
réponse à . <inconnu> le 28/10/2009 à 16h43 : Etoile des neiges ! Que de souvenirs… La chanson favorite de ma grand-m&e...
C’est rigolo : les Bavarois disent que c’est un chant traditionnel de l’Oktoberfest, les Suisses disent qu’elle est suissesse (Fliege mit mir in die Heimat) (Envole-toi au pays avec moi). Qui croire ?
réponse à . syanne le 28/10/2009 à 08h42 : Epicure, jouisseur et ripailleur ? Pas si sûr… Les mets simples do...
(Je trouve assez savoureuse, en ce qui me concerne, la phrase qui jette en vrac « la jouissance des garçons et des femmes », « celle des poissons et de tous les autres mets sur une table somptueuse »)

C’est sur que, si tout ça est sur la table, ce doit être un joyeux capharnaüm !
Ou les noces de Cana ?
réponse à . SyntaxTerror le 28/10/2009 à 17h28 : (Je trouve assez savoureuse, en ce qui me concerne, la phrase qui jette en vrac ...
Tu as raison, des garçons, des femmes et des poissons sur la même table, à moins d’être enrhumé ça donne pas envie d’être pêcheur ! 
réponse à . <inconnu> le 28/10/2009 à 10h24 : Je pense au repas de réveillon...dans...la mule du pape ? Aidez-moi,...
Le texte que tu cherches, c’est peut-être Les trois messes basses... promesse de ripaille qui met l’eau à la bouche, en tout cas, et pas seulement de Dom Balaguère !
cette page

Bon appétit... et bonne nostalgie !
réponse à . <inconnu> le 28/10/2009 à 11h27 : Alphonse Daudet - les trois messes basses - conte de Noël LES TROIS MESSES ...
Excuse-moi : je n’avais pas encore lu ce message, et fais redite et ripaille avec Daudet.
réponse à . chirstian le 28/10/2009 à 10h44 : Car ni les beuveries et les festins continuels, ni la jouissance des garç...
Ma foi (et mon foie aussi) tu as raison. Je me sens très épicurienne : au sens moderne, aimant bombance et jouissance, au sens puriste aussi, car c’est la modération ordinaire qui rend le plaisir de l’excès encore plus savoureux.
réponse à . SyntaxTerror le 28/10/2009 à 17h11 : C’est rigolo : les Bavarois disent que c’est un chant tradition...
J’arrête de chercher, ...
[Et en 2018 je coupe ce texte !]

Vous allez dire : et la ripaille dans tout ça ?
Je ne l’ai pas oubliée, et même je peux vous dire que son heure arrive ! Je chante à 20 h, et il faut que je mange avant de partir.
Il décide alors de se retirer en Haute-Savoie au bord du lac Léman (ou lac de Genève, pour nos amis Genevois)
avant l’expression, il y avait sur ce lac un ferry-boat. Maintenant il y a un faire-ri paille.
oui, bon, je sais, mais il est tard, hein !
réponse à . SyntaxTerror le 28/10/2009 à 17h11 : C’est rigolo : les Bavarois disent que c’est un chant tradition...
Je confirme que le parolier Jacques Plante a traduit une chanson anglaise intitulée « Forever and ever » dont l’auteur des paroles anglaises est une certaine Malia Rosa pour en faire « Etoile des neiges ». Mais le compositeur de la chanson, Franz Winkler étant bien allemand, ta remarque m’a interpelé : résultat sur cette page et surtout, clique au bas de l’article sur le lien extérieur.
A moindre échelle, cette histoire me rappelle celle de la chanson de Claude François « Comme d’habitude » devenue « My way ». Grâce au triomphe qu’en fit Franck Sinatra : Résultat plus de 300 versions à travers le monde, la quasi totalité des traductions faîtes à partir de « My Way » et une atomisation des droits d’auteurs (des paroles).
réponse à . <inconnu> le 28/10/2009 à 20h32 : Je confirme que le parolier Jacques Plante a traduit une chanson anglaise intitu...
Merci pour avoir trouvé en quelque sorte le chaînon manquant.
[La suite censurée en 2018]

A 02:13 le jeudi, je boucle par ces remerciements à un certain Epicure une boucle ouverte par un certain Epicure à 01:41 le mercredi.

>>>>>>>>>Sur expressio.fr, le soleil ne se couche jamais
réponse à . syanne le 28/10/2009 à 17h55 : Excuse-moi : je n’avais pas encore lu ce message, et fais redite et ...
Merci pour ton lien qui me donne le texte intégral.

"On entendait le tintement des tournebroches, le fracas des casseroles, le choc des cristaux et de l’argenterie remués dans les apprêts d’un repas ; par là-dessus, une vapeur tiède, qui sentait bon les chairs rôties et les herbes fortes des sauces compliquées, faisait dire aux métayers comme au chapelain, comme au bailli, comme à tout le monde :

— Quel bon réveillon nous allons faire après la messe !"

Merci! Gace à toi je me suis mis l’eau à la bouche...et revécu de bons souvenirs! 
Voudrais pas jouer les bas bleus (le lagon* me suffit ! et pis je n’ai pas les connaissances qui me le permettraient) mais je m’étonne que personne n’ait fait remarquer son erreur à Elpepe @26.
Eh non, notre Amiral tant aimé, Molière ne voulait pas « cacher » mais « couvrir »...
Couvrez ce sein que je ne saurais voir.
Par de pareils objets les âmes sont blessées,
Et cela fait venir de coupables pensées
.
Tartuffe, acte III, scène II.

- Détail, direz-vous. Certes. Mais rappelez-vous : Elpepe ne supportait pas l’imprécision ni la moindre faute ; il savait alors vous remonter les bretelles avec humour... ou humeur, car il avait la riposte prompte, joyeuse ou cinglante, parfois même un rien assassine. Mais c’est ce qui faisait son charme, s’pas !

Bon... cela ne nous empêchera pas – en pensant à lui - de faire ripaille de rillettes mancelles et de cochonnailles sarthoises.

*C’est Elpepe qui me fit boire ici mon premier et virtuel lagon bleu. Savais même pas qu’un tel breuvage existait ! Et lors de la Sudvention d’août 2010 @1, Lange m’accueillait sur le quai de la gare de Saint-Raphaël avec un lagon bleu bien réel... et frais à point !
Mêêêrveilleux site !  J’allais oublier : c’est aussi LPP qui me surpseudonomma Germaine !
La sensibilité de notre petit Godemichou adoré vis-à-vis de la chronologie en a pris un coup, là. Il fait ripaille APRES avoir eu un pet de travers...
Chaipa, là... vit-il sur la lune pour ainsi avoir la tête à l’envers...
Sa femme, qui aimait tous les plaisirs de la table, disait:
- J’irai où Rip aille.
se retirer...dans un prieuré...
Marcelle Lapompe devait adorer les couvents, car c’est souvent qu’elle
parlait de PRIX/HEURE.
se retirer en Haute-Savoie au bord du lac Léman
Le duc de Savoie, passionné de chasteté, et du lac, décida que contre l’émancipation, Léman, si passion.
Faire ripaille, c’est quand on abuse de la nourriture, mouais .... et quand on abuse de son plumard, c’est fer "lit-maille" alors ?

Steel-Hobbes
Une noble ripaille, très joliment évoquée.
- Duc, si vous échouez sur le lac, saurez-vous appeler à l’aide?
- Heu..Ah! mayday!
- Parfait! Et si on sauve votre âme d’une voie d’eau, nous pourrons dire:
âme aidée de sa voie...
Sans femme dans le prieuré, le duc de Savoie avait appris à coudre, si on en croit au témoignage de son proche:
- Amédée en vint à m’aider à mes dés...
réponse à . joseta le 08/12/2012 à 11h02 : Sans femme dans le prieuré, le duc de Savoie avait appris à coudre...
Mayday, mayday, mayday : ... _ _ _ ...
Moins de trois semaines à attendre....Et ensuite, à nous, mets divins et boissons olympiennes.... Par contre, les lendemains risquent fort d’ avoir un goût d’ eau de Vichy, d’ Alka Selzer et de bouillon de légumes.....
Ben... Médée, abandonnée par Jason, devint folle et assassina ses enfants. Drôle de façon de préparer le repas.....
Et voici une sélection de cinq anagrammes plus enthousiasmantes les unes que les autres : 

– Faire piailler
– Filière plaira
– Périrai faille
– Faille prairie
– Repaire filial
Trop dépenser à faire ripaille: les banquets que banque hait.
Pour bien faire ripaille, il faut prendre son temps ; se préparer la veille en faisant maigre, n’en donne que plus d’appétit le lendemain. Un lendemain qui doit être libre de tout rendez-vous : si vous devez consulter votre dentiste ou si votre contrôleur des impôts vous invite à décortiquer votre déclaration de revenus passés, vous risquez d’être un rien angoissé et vous ne profiterez pas des agapes promises.

Et pis remettez à plus tard, votre conversation avec votre psy. : vous en aurez plus à raconter !

Prenez exemple sur un dont l’appétit a fait ses preuves, un nanti. Que voulez-vous ! les pauvres ne savent pas ripailler. Choisissez une valeur sûre : un Bourbonien par exemple et pourquoi pas le XIVe car il savait y faire le Loulou !

Il commençait par un petit potage de santé* : bisque de quelques pigeonneaux de volière. Puis venaient les entrées : perdrix en hachis ou poulets truffés. Ensuite il attaquait le rôt et quelque chapon gras. Il terminait par un petit dessert : fruits crus et confitures sèches.

De l’avis des nutritionnistes de l’époque, ce n’était pas très raisonnable : « Un jour, ça va lui jouer un mauvais tour : il ne mange pas cinq légumes et fruits par jour ! », se lamentaient-ils.

Si tout cela vous semble insensé, imitez Ninon de Lenclos* « qui se montrait ivre dès la soupe, ivre de ses saillies, du vin que buvait son voisin ! Oui, vraiment, le dîner est la terre d’élection de la causerie, n’en déplaise à ce forcené bavard qui grondait des convives trop éloquents : « Un peu de silence ! On n’entend pas ce qu’on mange ! »

*Source : Dîneurs et dîners – Victor DU BLED (1848-1927)
DEVINETTE
Quand il faisait ripaille, Pantagruel, ne reprenait jamais une deuxième platrée. Pourquoi?
RÉPONSE
- Il y trouvait le rabe laid.
DEVINETTE
Où fait-on les meilleures ripailles?
RÉPONSE
- À Gap.

(devinette inspirée par Germaine, 79)
réponse à . mitzi50 le 08/12/2012 à 11h15 : Moins de trois semaines à attendre....Et ensuite, à nous, mets div...
Moins de trois semaines à attendre
Parle pour toi. Ici, on a commencé à s’entraîner. On ne veut pas être surpris par une abondance brutale, un raz de marée, un tsunami de boustifaille...
Nous suivons l’adage "vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage".
Attention, on ne remet rien, on garde tout. Parfois, il faut serrer les dents, mais bon, il n’y a pas de petit effort qui ne soit nécéssaire...
Tiens, la semaine dernière, le Club des Cinq, qu’on était...
On a commencé avec un Jamon Serano (Joseta, si tu nous lit...) avec un peu d’humus (ça serait plutôt pour notre EUREKA d’amour, car elle nous lit encore). Nous avons fait suivre cela d’une terrine de chevreuil en croûte, avec compote d’airelles et compotes de figues à la moutarde. Cela, dans une cave à vins typiques de la région viennoise: une ouverture à flanc de coteau, on descend quelques marches et on se trouve dans la "salle de dégustation", chauffée, bien entendu, avant de descendre environ 15 m plus loin sous terre pour aller chercher le divin nectar.
Ensuite, de quoi s’occuper les doigts, des marrons frits.
--- PAUSE ---
Une soupe de cucurbitacés au jus de limette.
---PAUSE---
Un poulet au riz et curry à la taille landaise thaïlandaise et un hochepot d’agneau à la manière bulgare
---PAUSE---
Fromages
---PAUSE---
Fruits
---PAUSE---
Weihnachtsbäckerei (petits biscuits de Noël)

Et avec tout cela, quelques fantastiques bouteilles du jus de la treille. Je ne sais plus: 10 ou 11 bouteilles... Ben oui, quoi, de 14:00 à2:00, faut bien s’occuper, non?

s: Gargantruel
réponse à . file_au_logis le 08/12/2012 à 15h32 : Moins de trois semaines à attendreParle pour toi. Ici, on a commenc&eacut...
Pour un entraînement, voilà quelques mets qui semblent venir tout droit de l’école de cuisine, mais, je te demande: cet entraînement et l’école est-ce tes rôles? Pense-s’y.
Au fait, quand tu écris PAUSE, tu veux dire PAUSE ça sur la table?
P.S. Jamón serrano, c’est-à-dire, jambon de la sierra (chaîne de montagnes); excellent, mais si tu as l’occasion de goûter au ’jamón ibérico’, tu m’en diras des nouvelles!
réponse à . file_au_logis le 08/12/2012 à 15h32 : Moins de trois semaines à attendreParle pour toi. Ici, on a commenc&eacut...
11 bouteilles à 5… même étalé sur plusieurs heures, ce n’est pas bien raisonnable.
Vous risquez une inflammation du coude, façon tennis elbow ! 
réponse à . DiwanC le 08/12/2012 à 17h30 : 11 bouteilles à 5… même étalé sur plusieurs heures,...
Non, non, on n’a pas étalé les bouteilles... On les a bues! Et pis, ... on avait un p’tit en cas... 
réponse à . joseta le 08/12/2012 à 17h26 : Pour un entraînement, voilà quelques mets qui semblent venir tout d...
Au lieu de PAUSE, j’aurais pu écrire BREAK, mais tu m’aurais demandé (si, si, tu l’aurais fait, je te connais, va!) de quelle camionette il s’agit. Donc, non, pas possible.
J’aurais aussi pu écrire INTERRUPTION MOMENTANÉE, mais c’était trop long... On n’avait pas tant de temps, même s’il faut lui laisser le temps, au taon...
réponse à . DiwanC le 08/12/2012 à 17h30 : 11 bouteilles à 5… même étalé sur plusieurs heures,...
T’es Nice, et le Bowl?

T’es sûre?
réponse à . file_au_logis le 08/12/2012 à 15h32 : Moins de trois semaines à attendreParle pour toi. Ici, on a commenc&eacut...
On a commencé avec un Jamon Serano... avec un peu d’humus...

J’M bien le hummus...mais avec deux M !!  

hummus , hoummos, houmous
n a creamy dip originating in the Middle East, made from puréed chickpeas, tahina, etc.
(from Turkish humus)
Usage Avoid confusion with humus

Humus: couche supérieure du sol créée et entretenue par la décomposition de la matière organique, essentiellement par l’action combinée des animaux, des bactéries et des champignons du sol. L’humus est une matière souple et aérée, qui absorbe et retient bien l’eau, de pH variable selon que la matière organique est liée ou non à des minéraux, d’aspect foncé (brunâtre à noir), à odeur caractéristique, variant selon qu’il s’agit d’un humus forestier, de prairie, ou de sol cultivé.
réponse à . lalibellule1946 le 08/12/2012 à 18h48 : On a commencé avec un Jamon Serano... avec un peu d’humus... J&rsqu...
T’as raison, mais comme tu Ms... faut p’têt’ pas en rajouter... 
T’as tes humeurs, ou j’hume quelque chose d’autre?

(from Turkish humus)
T’es sûre? Moi, c’est dans un avion des Turkish Airlines que j’en ai reçu, et là, sur le mennu, il était écrit: humus... Mais c’était en turc,spa...

Moi, je suis de bone hummeur...  :&rsquo)
@ Nos amies de Suisse.
Au bord du lac Léman, il y avait deux fillettes; je m’approchai.
- Quel est ton nom, demandai-je à la première.
- Ève
- Sans que je te berne, je t’appellerai jeune Ève
- Je ne vois pas de mal, ça se vaut...
- Et toi? dis-je à la deuxième
- Anne, comment vas-tu m’appeler?
- Je ne sais si je l’ose Anne, mais montre-moi tes mains, tu trembles...
- Jeune Ève, donne-lui tes gants, qu’elle vête ses mains...
J’avais un paquet de chips, que je leur offris..
- Non, merci...ce qui est frit bourre, souligna Ève
Sur ce, les deux petites filles s’apprêtaient à partir, et Anne se retourna pour me dire:
- Tu dois pas nous suivre, et si tu nous suis, cesse.
Elles s’éloignèrent.
réponse à . DiwanC le 08/12/2012 à 17h30 : 11 bouteilles à 5… même étalé sur plusieurs heures,...
11 bouteilles à 5… même étalé sur plusieurs heures, ce n’est pas bien raisonnable.
C’est pas comme à la convention de Toulon...
réponse à . mickeylange le 08/12/2012 à 22h40 : 11 bouteilles à 5… même étalé sur plusieurs heures,...
étalé de tout son long ... hé, hé, hé!  
Là, vous aviez plutôt fait riz-paille, non?
réponse à . file_au_logis le 08/12/2012 à 15h32 : Moins de trois semaines à attendreParle pour toi. Ici, on a commenc&eacut...
Je veux savoir : y a-t-il plus de trois ou quatre fromages "autochtones" ? Car les importés, eux, viennent d’ ailleurs... Du reste, en Autriche, je n’ ai mangé du fromage.... qu’ au petit déjeûner. Dois-je en conclure que les moeurs et habitudes changent ? Ce que c’ est que la mondialisation, quand même !
... lac de Genève, pour nos amis Genevois. Ne prononcez cette phrase que si vous êtes entourés de Genevois. Un seul Vaudois à vos côtés lors de cette saillie et on vous fera remarquer que le lac LEMAN est moitié français moitié suisse et qu il n'y a pas de raison de le donner aux Genevois!
On utilise le meme verbe dans" ripe tes galoches"
réponse à . <inconnu> le 08/12/2012 à 11h26 : Et voici une sélection de cinq anagrammes plus enthousiasmantes les unes ...
Eh bien, qu'est-ce qu'on est plus enthousiasmés les uns que les autres !
Faire ripaille..., autrement dit "manger copieusement" ne semblait pas être dans les habitudes du cher Georges.
Cuisiner le barbait... Ses copains savaient que s'il les invitait, il n'y aurait que pain, vin et cochonnailles sur la table. Aussi apportait-on ce qu'il fallait pour becqueter convenablement ! raconte Lino Ventura.

Donc point de "ripaille" dans ses textes. Quoique...
Anticlérical fanatique
Gros mangeur d'ecclésiastiques,


Oui... je sais... ça "décoiffe"...  On l'écoute quand même !

Si le couteau ripe... aïe !
une table copieusement garnie
Je ne sais pas si la table d'expressio est copieusement garnie, mais elle est bien fréquentée ce matin : un revenant de 10 ans, Enanogrande, et un nouveau, ptgbonnet.
Je leur souhaite la bien(re)venue !
en ce début d'avril, quand les trains, sur les rails
restent tous à l'arrêt, à l'appel de Sud-Rail,
ces pauvres voyageurs, d'où qu'ils viennent, où qu'ils aillent
n'ont qu'un pauvr' jambon beurre en guise de ripaille
et un peu de moutarde , Amora et non Maille.
Oui, je sais, c'est bien triste, et si, ici je raille,
et semble critiquer ces pontes du sérail
c'est pas pour me moquer : c'est pour les rimes en ail
et pour avoir à dire, autre chose que AIE AIE !
Et puis aussi un autre revenant, spa, qui fait ripaille encore de ses choux gras d'hier ...
réponse à . DiwanC le 05/04/2018 à 08h26 : Faire ripaille..., autrement dit "manger copieusement" ne semblait pas...
là, je te crois sur parole, mais je n'en reviens pas : pour moi ripaille évoque si bien des périodes et des situations si chères à Brassens ! C'est un oubli de sa part, et j'espère qu'il va bien vite le réparer ! 
réponse à . Enanogrande le 05/04/2018 à 04h35 : ... lac de Genève, pour nos amis Genevois. Ne prononcez cette phrase que ...
le lac LEMAN est moitié français moitié suisse et qu il n'y a pas de raison de le donner aux Genevois!
c'est vrai, mais ça remonte à l'époque où français et suisses ont renoncé à la construction du mur qui devait le partager en deux.
Or, sans mur, comment empêcher les eaux de se mêler ? Nos dirigeants, se réunirent pour faire ripaille et décidèrent finalement de le diviser dans le sens de la hauteur : le fond est français et la surface suisse.
De ce fait, il est vrai que ce qu'on voit, c'est plus la moitié suisse que la française.
Je crois que notre Président a prévu une réforme, mais pour 2019. 
réponse à . chirstian le 05/04/2018 à 09h39 : là, je te crois sur parole, mais je n'en reviens pas : pour moi...
Écoute ! Je n'ai que le son...
réponse à . chirstian le 05/04/2018 à 09h36 : en ce début d'avril, quand les trains, sur les rails restent tous &...
Clap clap !
Ça vaut presque le poème de Marcek donné en lien au # 36 par memphis.
Rassure-toi, moi j'ai le son et l'image.
Chapeau pour avoir trouvé ce document : je ne sais pas comment tu as pu faire.
LE JEU DES MOTS CACHÉS (jeu nº420) Synonymes
Aujourd'hui, je vous propose de trouver 12 SYNONYMES AUSSI BIEN DE MANGER QUE DE BOIRE . C'est un jeu menu... vous voulez y goûter ?

Alain gérait sa ferme comme il l’entendait, ça, brevet il n’en avait nullement besoin pour ça, la paix et l’ordre unis au travail lui suffisaient...restait-il autre chose ? Ce reste aurait pour lui, visiblement moins d’importance. Sa vie n’est peut-être pas exemplaire, mais comme il disait: “Je suis dans mon mas, chez moi et j’aime éviter toute complication, et mener une vie simple, rangée”. Il avait bonne réputation entre le fermes des alentours et des jeunets voisins lui prêtaient volontiers main forte quand le boulot le surpassait…
- Alain, ce terrain est trop grand pour vous tout seul, je vais vous aider à bêcher…
- Ah, valets je n’en veux point...ronds, j’ai mais pas pour payer un salaire ! Et puis j’ai un bout fait, Rome en s’est pas construit en un jour, que Diable !
- Mais Alain...il n’est pas question de salaire, on vous donne un coup de main parce qu’on vous aime bien, d’ailleurs Lucien devait venir aussi...ah, ce gars, vais lui dire deux mots quand je le verrai, tiens ! S’il ne veut pas bosser, ben, un con s’omet, et pis c'est tout !
- Excuse-moi mon garçon, je n’aimerais pas profiter de votre amabilité…
- Allez, Allez ! Donnez-moi les outils !
réponse à . deLassus le 05/04/2018 à 10h22 : Rassure-toi, moi j'ai le son et l'image. Chapeau pour avoir trouvé ce doc...
Je savais qu'il existait... Ça aide !
Quand on cherche une vidéo de Brassens, on trouve des enregistrements en "live" comme on dit aujourd'hui. Parfois, il n'y a que la chanson et parfois un bout de conversation. C'était le cas.
(Pour le retrouver, j'ai tapé "brassens-ventura". Et v'là !)
réponse à . DiwanC le 05/04/2018 à 11h18 : Je savais qu'il existait... Ça aide ! Quand on cherche une vid&eacut...
Pour le retrouver, j'ai tapé "brassens-ventura"
Pour une fois : bravo Google !
Le mot 'ripaille' date du XVIe siècle et, de nos jours, il ne s'emploie plus que dans notre expression et vient de l'ancien français 'riper' qui voulait dire 'gratter'.
"vient de l'ancien français" et de la marine car on dit que le marin gratte le fond de sa quille.
Ah... si seulement syanne était là... Elle nous servirait tant de bon Rabelais qu'on en saliverait de plaisir ! Seulement, elle n'est pas là..

J'ai bien quelques "miettes" de Grandgousier que je vous livre sur un coin de table... En voilà un qui savait faire ripaille !

Les tripes furent copieuses, comme entendez, et tant friandes étaient que chacun en léchait ses doigts. Mais la grande diablerie à quatre personnages était bien en ce que possible n'était longuement les réserver, car elles fussent pourries, ce qui semblait indécent. Dont fut conclu qu'ils les bâfreaient sans rien y perdre. A ce faire convièrent tous les citadins de Sinais, de Seillé, dela Roche-Clermaud, de Vaugaudray, sans laisser arrière le Coudray, Montpensier, le Gué de Vède, et autres voisins, tous bons buveurs, bons compagnons et beaux joueurs de quille là. Le bonhomme Grandgousier y prenait plaisir bien grand et commandait que tout allât par écuelles. Disait toutefois à sa femme qu'elle en mangeât le moins, vu qu'elle approchait de son terme et que cette tripaille n'était viande moult louable : « Celui, disait-il, a grande envie de mâcher merde, qui d'icelle le sac mange. » Nonobstant ces remontrances, elle en mangea seize muids, deux bussarts et six tupins». O belle matière fécale qui devait boursoufler en elle.


Si vous avez envie de continuer, tout est , en pdf et en 227 pages.
réponse à . mickeylange le 05/04/2018 à 11h23 : Le mot 'ripaille' date du XVIe siècle et, de nos jours, il ne s...
le marin gratte le fond de sa quille.
le flic qui veut arrondir ses fins de mois fait de la gratte ("Menu profit souvent illicite, obtenu en grappillant"). C'est donc un flic "pourri", ce qui donne le verlan ripoux . Donc le ripoux peut riper et faire ripaille, sans aucun lien étymologique entre ces mots.
Mais ce n'est pas la première fois que je constate qu'un mot d'argot, de verlan, ou un mot nouveau s'impose plus facilement quand il en rappelle -même par hasard- un autre, de sens voisin.
Je gomme : les citations que je citais ont déjà été mentionnées en 1 ! Je suis nulle ! 
réponse à . meditrina le 05/04/2018 à 12h09 : Je gomme : les citations que je citais ont déjà ét&eac...
J.Carson
Ça me rappelle vaguement ce que citait un certain deLassus au # 3...
réponse à . mickeylange le 05/04/2018 à 11h23 : Le mot 'ripaille' date du XVIe siècle et, de nos jours, il ne s...
Tu n'aurais pas ajouté ton petit visage tout rosissant de tant d'audace, je n'aurais rien vu de la contrepèterie.
Garnement ! 

Puisqu'on est dans la culture, restons-y !
Souvenir... le curé de M'sieur Daudet*, disant ses messes basses en pensant aux ripailles qui l'attendent :

...et dans cette buée deux dindes magnifiques, bourrées, tendues, marbrées de truffes... Ou bien encore il voit passer des files de pages portant des plats enveloppés de vapeurs tentantes, et avec eux il entre dans la grande salle déjà prête pour le festin. Ô délices ! voilà l’immense table toute chargée et flamboyante, les paons habillés de leurs plumes, les faisans écartant leurs ailes mordorées, les flacons couleur de rubis, les pyramides de fruits éclatants parmi les branches vertes, et ces merveilleux poissons [...] étalés sur un lit de fenouil, l’écaille nacrée comme s’ils sortaient de l’eau, avec un bouquet d’herbes odorantes dans leurs narines de monstres.


Pristi ! ça donne faim !  

*Oups... un voisin du dessus en parle tout là-haut... [@31]
Si deLassus s'en aperçoit, suis bonne pour la colle du samedi, le cul-de-basse-fosse, le cruchon d'eau et le quignon de pain noir rassis... Foin des ripailles... 

réponse à . DiwanC le 05/04/2018 à 12h00 : Ah... si seulement syanne était là... Elle nous servirait tant de...
Ah... si seulement syanne était là... Elle nous servirait tant de bon Rabelais qu'on en saliverait de plaisir
un des plaisirs que nous avons à lire Syanne, vient justement que sans renier ses passions, elle n'est jamais là où on l'attend !
En l’occurrence, nous aurions effectivement attendu Rabelais... mais elle nous a offert Epicure.
Syanne : je t'aime ! 
réponse à . <inconnu> le 28/10/2009 à 02h05 : En vis-à-vis de ripaille, dans le dictionnaire historique de la lanque fr...
Le moyen français avait rillé, employé par Rabelais (1546) au même sens que rillettes
Rabelais, qui n'avait pas connaissance - et pour cause - du terme rillettes, utilisait l'expression 'la brune confiture de cochon".
J"en déduis que si, à l'entrée du cochon, vous enfournez de la confiture, vous devriez avoir, à la sortie, des rillettes.
- Hier soir, j'ai assisté à un concert exceptionnel de Jean-Michel Rey et France Gall...un régal !
- Rey-Gall, naturellement !
Hier soir ?
Serais-tu en contact avec l'au-delà ?
J'ai l'impression que tu n'as pas une bonne mémoire d'outre-tombe !
réponse à . syanne le 28/10/2009 à 08h42 : Epicure, jouisseur et ripailleur ? Pas si sûr… Les mets simples do...
Le plaisir offert par la consommation d'une bonne bière bien fraîche un après-midi d'été une fois le travail de jardinage terminé n'est pas à être sousestimé. La deuxième bière déçoit, ski ne doit pas forcément vous empêcher de l'essayer...on ne sait jamais.  
En 2009 avec seize interventions notre ami de Lassus à fait ripaille.
Il a ouvert un large bec et laissé tomber sa proie pour montrer sa belle voix.
Il était la chorale à lui tout seul.  
réponse à . lalibellule1946 le 05/04/2018 à 15h04 : Le plaisir offert par la consommation d'une bonne bière bien fraîch...
La première gorgée de bière

C'est la seule qui compte. Les autres, de plus en plus longues, de plus en plus anodines, ne donnent qu'un empâtement tiédasse, une abondance gâcheuse. La dernière, peut-être, retrouve avec la désillusion de finir un semblant de pouvoir... Mais la première gorgée! Gorgée ? Ça commence bien avant la gorge. Sur les lèvres déjà cet or mousseux, fraîcheur amplifiée par l'écume, puis lentement sur le palais bonheur tamisé d'amertume. Comme elle semble longue, la première gorgée! On la boit tout de suite, avec une avidité faussement instinctive. En fait, tout est écrit . la quantité, ce ni trop ni trop peu qui fait l'amorce idéale ; le bien-être immédiat ponctué par un soupir, un claquement de langue, ou un silence qui les vaut; la sensation trompeuse d'un plaisir qui s'ouvre à l'infini... En même temps, on sait déjà. Tout le meilleur est pris. On repose son verre, et on l'éloigne même un peu sur le petit carré buvardeux. On savoure la couleur, faux miel, soleil froid. Par tout un rituel de sagesse et d'attente, on voudrait maîtriser le miracle qui vient à la fois de se produire et de s'échapper. On lit avec satisfaction sur la paroi du verre le nom précis de la bière que l'on avait commandée. Mais contenant et contenu peuvent s'interroger, se répondre en abîme, rien ne se multipliera plus. On aimerait garder le secret de l'or pur, et l'enfermer dans des formules. Mais devant sa petite table blanche éclaboussée de soleil, l'alchimiste déçu ne sauve que les apparences, et boit de plus en plus de bière avec de moins en moins de joie. C'est un bonheur amer : on boit pour oublier la première gorgée.

La Première Gorgée de Bière et Autres Plaisirs minuscules

Philippe Delerm

A la tienne
Lange 
réponse à . chirstian le 05/04/2018 à 12h01 : le marin gratte le fond de sa quille. le flic qui veut arrondir ses fins de moi...
Et si le pou rit...la vache !
Savoureux ! Que dire d'autres ? 
réponse à . mickeylange le 05/04/2018 à 15h49 : La première gorgée de bière C'est la seule qui compte. Les...
Merci bien Lange ! Je ne connaissais pas du tout ce bouquin qui a fait grand succès en France d'apres ce que je lis. Malheureusement, Delerm a raison, même la deuxième gorgée déçoit un peu, elle semble un tout petit peu moins fraîche que la première, la langue ayant été peut-être trop stimulée par la fraîcheur de la première (et anesthésiée déjà un tout petit peu par l'alcool) pour pouvoir apprécier à plein la deuxième gorgée...c'est un peu comme à la recherche de la gorgée perdue...même si j'attends une heure ou deux avant de boire une autre bière, je ne ratrappe pas le plaisir de la première gorgée de la journée !!
réponse à . joseta le 05/04/2018 à 10h41 : LE JEU DES MOTS CACHÉS (jeu nº420) Synonymes Aujourd'hui, je vous ...
11 en première lecture, repu et saoulé de mots.
Moi j'en ai 26 en première lecture. Tu crois que ça se soigne ?  
Pourquoi pas, il a l'air de bien fonctionner mais est fort centré sur le gone l'Hexagone.
réponse à . lalibellule1946 le 05/04/2018 à 16h26 : Merci bien Lange ! Je ne connaissais pas du tout ce bouquin qui a fait gra...
T'as qu'à boire autre chose que ces bibines de Kronenbourg ou de Budweiser ! 
« Si j'avais un fils à marier, je lui dirais : "Méfie-toi de la jeune fille qui n'aime ni le vin, ni la truffe, ni le fromage, ni la musique." »
ça, c'est Colette qui le dit (dans Paysages et portraits). D'ailleurs, dans l'oeuvre de cette gourmande, il ya de quoi faire bombance et ripaille, avec les mets les plus fins comme les plus simples... Je vous recommande, si vous pouvez le trouver, le très beau livre de Marie-Christine te Didier Clément, Colette gourmande (beaucoup mieux que "Les Carnets de cuisine de Colette" de Muriel lacroix, pâle remake !). A lire aussi, aux éditions de L'Herne : J'aime être gourmande...
(moi aussi !)
réponse à . chirstian le 05/04/2018 à 09h36 : en ce début d'avril, quand les trains, sur les rails restent tous &...
Cher poèt’ sélénite, ta plume ne se rouille
Car tes rimes en –ail ont une bien belle bouille !
Et pour ne point passer céans pour une nouille,
Je cherche, fouine, furète –z-et farfouille
Pour en trouver autant qui finissent en –ouille.
Mais l’expressio du jour n’est pas "faire ripouille" !

De changer de sujet, alors faut que j' me grouille :
J’ai pitié moi aussi des pauvres – ouille ouille ouille-
Voyageurs qui today en bavent et dérouillent
Et peuv’ trouver la vie du rail un peu casse-pieds *


* (J'ai beau chercher, je ne trouve pas la dernière)
réponse à . mickeylange le 05/04/2018 à 15h49 : La première gorgée de bière C'est la seule qui compte. Les...

Quelle merveille ce petit bouquin !

Ph. Delerm "récidive" avec Et vous avez eu beau temps ? sous-titré La perfidie ordinaire des petites phrases
Un belle soixantaine de petites phrases qu'on dit tous, qu'on connaît tous :

- Fait-on tomber un objet, une pelote de laine par exemple ? Et voici : Oh ! ça n'ira pas plus bas !

- C'est par pour dire mais... Et on sait que non seulement ça va dire mais aussi ça va médire !

- Là, on est davantage sur... La phrase du spécialiste qui va vous apprendre tout par le menu, béotiens que nous sommes ! Lui, il sait, il connaît les nuances... Tel le marchand de vin : Là, on est sur... [...] un vin plus tannique, une robe plus noire, un corps plus robuste, peut-être plus agressif, avec quand même des notes de fruits rouges - ah ! les fruits rouges ! Mais ce qui est merveilleux, ...

Et celles-ci :
- C'est y vot' temps ?
- Tiens ! rends-toi utile...
- Ne prends pas froid... [...] des mots comme une écharpe ; la fin de la phrase a cette douceur de laine au bord des lèvres, je tiens à toi, surtout ne prends pas froid.


Du Delerm à consommer sans modération !

réponse à . Mintaka le 05/04/2018 à 16h46 : T'as qu'à boire autre chose que ces bibines de Kronenbourg ou de Budweise...
Les bières d’Anheuser Busch me fouent un mal de tête mais j’aime la Stella Artois. Heineken aussi. Et quelques bières de Costa Rica qui ne sont pas trouvables au Midwest là où je suis.
réponse à . syanne le 05/04/2018 à 17h15 : Cher poèt’ sélénite, ta plume ne se rouille Car tes ...
Enfin te voilà...

- Tiens, regarde, c'est la pleine lune !
- Oui. Je me souviens encore de Neil Armstrong: l'heureux pas sur la lune...
- Et c'était quoi, son repas ?

1) INGÉRER (Alain gérait)
2) S’ABREUVER (ça, brevet)
3) LAPER (la paix)
4) SE RESTAURER (Ce reste aurait)
5) S’AVINER (Sa vie n’est)
6) MÂCHER (mas, chez…)
7) DÉJEUNER (des jeunets)
8) AVALER (Ah, valets)
9) RONGER (ronds,j’ai)
10) BOUFFER (bout fait)
11) SE GAVER (ce gars, vais…)
12) CONSOMMER (con s’omet)
Voilà !
réponse à . joseta le 05/04/2018 à 17h30 : - Tiens, regarde, c'est la pleine lune ! - Oui. Je me souviens encore ...
Tout bon dès la première lecture ! Me voici rassasiée et désaltérée ! 
réponse à . lalibellule1946 le 05/04/2018 à 17h17 : Les bières d’Anheuser Busch me fouent un mal de tête mais j&r...
Tu ne parles-là que de pils et de lagers, des bières blondes à fermentation basse titrant aux alentours de 5% d'alcool en volume.

Voici un échantillon de bières belges.
réponse à . DiwanC le 05/04/2018 à 17h16 : Quelle merveille ce petit bouquin ! Ph. Delerm "récidive&quo...
Ph. Delerm "récidive" avec Et vous avez eu beau temps ?
Google, pour une fois donne de nombreux et savoureux extraits.
réponse à . joseta le 05/04/2018 à 17h30 : - Tiens, regarde, c'est la pleine lune ! - Oui. Je me souviens encore ...
J'ai loupé "s'aviner". Comme je parle de bières, c'est pas trop grave, docteur !

Mais si s'aviner signifie "boire de façon immodérée", peut-on s'aviner à la bière ?
réponse à . deLassus le 05/04/2018 à 17h35 : Ph. Delerm "récidive" avec Et vous avez eu beau temps ?Goo...
"De nombreux extraits" ? Je n'ai vu que la table des matières et les trois premières pages. À moins que j'aie raté quelque chose... Mais... J' dis ça, j' dis rien....
Ça c'est page 143 ! 

réponse à . DiwanC le 05/04/2018 à 17h45 : "De nombreux extraits" ? Je n'ai vu que la table des matiè...
Essaie cette page.
Oups ! Tu as raison, il y a quelque chose qui cloche avec mon lien...

Deuxième tentative.
réponse à . deLassus le 05/04/2018 à 17h48 : Essaie cette page. Oups ! Tu as raison, il y a quelque chose qui cloche ave...
Pour moi, c'est tout pareil : table des matières et 3 pages...
réponse à . deLassus le 05/04/2018 à 17h48 : Essaie cette page. Oups ! Tu as raison, il y a quelque chose qui cloche ave...
Deuxième tentative
Itou le même ! Table des matières et première petite phrase ordinaire et perfide.
Google peut-il en donner beaucoup plus ? En a-t-il le droit ? Le bouquin vient de sortir ou presque : janvier 2018.

réponse à . DiwanC le 05/04/2018 à 17h54 : Deuxième tentativeItou le même ! Table des matières et ...
Moi, j'ai deux chapitres entiers.
Comme on disait il y a quelques jours, mystère et boule de gomme !
Je renonce !
Si je savais encore comment inclure une emoticône, j'en mettrais une aux joues rosissantes, yeux baissés, bouche en coeur. Et si je savais encore comment inclure une citation, je te donnerais le menu des dernières noces de Colette (celles avec avec Maurice, dit le crocodile ou encore Goodquéquette), en cadeau pour ce jour de ripaille... Mais je ne sais plus faire tout ça...
réponse à . syanne le 05/04/2018 à 18h10 : Si je savais encore comment inclure une emoticône, j'en mettrais une ...
je ne sais plus faire tout ça...
Il n'est jamais trop tard pour se remettre à niveau.
Consulte cette page, # 131.
réponse à . syanne le 05/04/2018 à 18h10 : Si je savais encore comment inclure une emoticône, j'en mettrais une ...
Quelques-uns s'en sont allés... d'autres sont arrivés mais rien n'a vraiment beaucoup changer ici... On a refait les peintures, moderniser l'ascenseur ; heureusement chacun a toujours un fauteuil... le tien est resté vide trop longtemps... On peut toujours écrire à l'encre bleue, le bleu qu'aurait aimé Colette...

Et sur l'étagère du haut, il y a toujours le Mode d'emploi qu'avait rédigé God.
Seule est modifiée la manière d'inclure les citations. C'est simple, il suffit de...

Ah ! mais je vois que deLassus t'a déjà tout dit ! 

réponse à . Mintaka le 05/04/2018 à 17h34 : Tu ne parles-là que de pils et de lagers, des bières blondes &agra...
Alors là il faudrait commencer tout de suite à boire pour en arriver à la fin et c’est sûr qu’une fois y arrivé les belges auront fait encore d’autres blondes, brunes, rousses et encore.
Ici à St. Louis il existe une pléthore de bières artisanales (craft beers).
réponse à . mickeylange le 05/04/2018 à 15h49 : La première gorgée de bière C'est la seule qui compte. Les...
Belle déclaration d'amour  
Les plaisirs minuscules sont si délicieux....
réponse à . deLassus le 05/04/2018 à 17h48 : Essaie cette page. Oups ! Tu as raison, il y a quelque chose qui cloche ave...
Bienvenu au club  Même si je sais....J'ai quelques longueurs d'avance !
réponse à . syanne le 05/04/2018 à 18h10 : Si je savais encore comment inclure une emoticône, j'en mettrais une ...
T'inquiète, moi j'ai jamais su....et j'apprend au fil des jours  Mais c'est pas gagné, tu sais, pas gagné du tout !!!!
réponse à . Kyrikou le 05/04/2018 à 20h33 : Bienvenu au club  Même si je sais....J'ai quelques longueurs d&#...
Tu vas bientôt nous exposer ton tutoriel Progressivité dans l'allégresse des liens d'Expressio ? 
Ola, comme tu y vas !!!!
La digestion, p't'être ?   
réponse à . syanne le 05/04/2018 à 17h15 : Cher poèt’ sélénite, ta plume ne se rouille Car tes ...
Si je peux rajouter "un peu casse couille"
Mais tout le monde avait compris!!!!
Les syndicalistes quand ils font grève sont jamais les bienvenus, ils le sont au prudhomme et dans les licenciements abusifs ou détournés....
Avec une immense joie de te relire 

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Faire ripaille » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

publicité
Expressio - le livre

Le contenu de ce site est si riche qu’un livre en a été tiré. Ce livre, devenu un best-seller est maintenant disponible en poche.

Ce commentaire ainsi que les réponses qui y sont liées, seront définitivement supprimés. Etes-vous sûr?