(Ne pas) être aux pièces - dictionnaire des expressions françaises Expressio par Reverso - signification, origine, étymologie

(Ne pas) être aux pièces

(Ne pas) être pressé, (avoir) ne pas avoir tout son temps.

Origine

pièce est un mot qui a des quantités de sens, de la pièce d'un logement, la pièce de monnaie, le morceau (de tissu, de puzzle...) ou encore la pièce d'artillerie, celle de théâtre ou celle à conviction (cette liste est loin d'être exhaustive).
Autrefois, on désignait aussi la "dame de compagnie", celle qui faisait payer l'utilisation de ses charmes, par "la pièce de campagne"' ou, pour signifier "longtemps", on disait plutôt "bonne pièce".

Le tout, maintenant, est de savoir laquelle de ces pièces est à l'origine de notre expression.

Eh bien cela vient du XIXe siècle, à une époque où, dans certains métiers, les employés étaient payés non pas à l'heure ou au mois, mais à la pièce produite (pratique qui existe encore de nos jours, même si elle n'est pas très répandue).
Celui qui était aux pièces était celui qui pouvait travailler suffisamment vite pour produire beaucoup de pièces et, ainsi, s'assurer un salaire décent.

Par extension, hors du contexte d'emploi et de salaire, celui qui est aux pièces est celui qui est pressé.

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « (Ne pas) être aux pièces » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
Tunisiear (Mé yekhdemch) Yekhdem bel yatach(Il ne travaille pas) Il travaille à la tâche
Allemagne (Bavière)de (Nicht) im Akkord arbeiten(Ne pas) travailler aux pièces
Allemagnede es (nicht) eilig haben(ne pas) être pressé
Angleterreen There's no rushIl n'y a pas d'urgence
Espagnees No ir a destajoNe pas travailler à la tâche
Suisse (Romandie)fr Il n'y a pas le feu au lac (prononcer lentement avec un accent traînant)Il n' y a pas le feu au lac
Italieit (Non) lavorare a cottimo(Ne pas) travailler à pièce
Pays-Basnl Het is geen aangenomen werkIl n'est pas du travail accepté
Pays-Basnl op z'n elf-en-dertigstsur ses onze-et-trentíème/lentement expr. venant du tissage
Roumaniero A se misca ca melculBouger comme l'escargot
Roumaniero A fi pe fugaEtre sur la fugue
Belgique (Wallonie)wa Ne pas être à pièce

Vos commentaires
La pratique la plus répandue de nos jours est" le travail à la chaîne "
dans certaines usines notamment en belgique des feux tricolores sont installés sur les chaînes
vert : c’est tout bon
orange : faut pas s’endormir
rouge : vous suivez pas la chaîne suivez la porte

Bonjour my God, bonjour la compagnie.

On ne peut pas lire cette expression sans avoir une pensée émue pour Frederick Winslow TAYLOR, né en 1856 à Germantown.
Cet Ingénieur de génie se pencha fortement sur l’O.S.T. (Organisation Scientifique du Travail) et inventa donc des méthodes de travail parcellaires, sans gestes inutiles et chronométrage impitoyable, avec des outils performants et des primes liées aux gains de productivité.

Ne pas confondre O.S.T. et S.T.O. (Service du Travail Obligatoire, connu aussi sous le nom plaisant de "chantiers de jeunesse"). A mon avis, ce n’était pas plus marrant l’un que l’autre (sauf que dans le second cas on gagnait moins que des nèfles).

Le taylorisme et son application zélée dite taylorisation ont participé à l’explosion capitaliste industrielle du 19ème siècle et à l’abêtissement des masses populaires.

Dire qu’au Moyen Âge (réputé archaïque et retardataire), le tailleur de pierre savait qu’il construisait une abbaye romane ou une cathédrale gothique selon la juste proportion (merci Pythagore) !
Faut dire que ce n’était pas des objets de consommation courante ...

Bonne journée,
bastet
Bonjour à tous et à TOUTES.
C’est pour cela que Charlot se moqua de ce système et réalisa le film :
"Les Temps Modernes" pour en souligner tous ces excès.
Moralité :
L’homme sera toujours le grain de sable de tout système visant à se passer de lui... et de son irrépressible envie à créer par lui-même, donc à maîtriser les choses. " (Au moins un peu...)
Taylorisme ou stakhanovisme = Lequel de ces systèmes a perduré ?
"Faut pas nous prendre pour des Charlots" dit l’expression. (Cela vient-il de là ?)
Généralement, ceux qui pensent pour nous organiser le travail ne pensent pas d’abord à l’humain.
La preuve ? Rendements et profits passent souvent par la délocalisation.
(Voir le film « le Couperet de Costa-Gavras)
Les moutons ne seraient-ils plus à l’ouest ?
Aujourd’hui, on ne bâtit plus ni de Cathédrales, ni d’Abbayes mais on « bâtit » des dossiers pour "l’aènepéeu" et les "As et dicks"... et 3H14 semble être devenu un délai d’attente aux guichets. (J’exagère !)
Au peuple demandons sursaut, et c’est peut être ce qu’on a vu ces derniers temps dans certains slogans émanant de cortèges à majorité de « djeuns », où crier des envies d’idéal et de respect à la personne était de fait. Ils ont eu raison jusqu’à Caen, euh quand ?
Qui vivra verra... la suite.
Yannn
(Billet d’humeur aujourd’hui car j’ai travaillé « à la chaîne », aux pièces donc. Frustration et ressentiments, quand tu nous tiens…)
réponse à . <inconnu> le 06/05/2006 à 12h05 : Bonjour à tous et à TOUTES. C’est pour cela que Charlot se ...
Bonjour.

Au Québec on dit ’’Travailler à la pièce’’ ou ’’Être payé à la pièce.’’

Chez-nous ’’Être aux pièces’’ signifie être magasinier (en particulier dans un atelier d’automobiles (garage) ) Exemple: J’ai entré mon char au garage, le gars des pièces m’a dit...

’’L’aènepéu’’ et les ’’As et dicks’’ qu’est-ce que ça mange en hiver?
De nos jours, on peut parler des journalistes débutants, payés à la pige plutôt qu’à la pièce...
Dira-t-on un jour "être aux piges" ?

Ah, sinon, j’avais aussi vaguement envisagé l’hypothèse qu’autrefois, les parcmètres étaient à pièces.
Ben, maintenant ils ont été remplacés par les horodateurs...
Alors, ils ne sont plus aux pièces, forcément !
Ca mange parfois les déroutés de la vie ! 

Sérieuement : l’Anpe chez nous c’est un organisme d’état qui t’aide à retrouver un emploi... (Enfin, c’est le but !) Eté comme hiver.
Les Assedics sont un organisme d’état qui rémunèrent de manière dégressive ces mêmes demandeurs d’emploi (presque tous). Eté comme hiver.

Par contre, les sans domiciles fixes chez nous nous demandent souvent un "petite pièce pour manger"... Eux sont aux pièces. C’est malheureux, mais c’est comme cela.
Yannn
Ca ne se dit pas déjà : "Etre à la pige ?"
Yannn
Mais que ce passe-t-il, est-ce l’émotion provoquée par l’expression du jour ?
Je remarque des bégaiements à répétitions. God, fais nous peur !

Mon cher cat321, dont j’apprécie les propos (comme ceux des autres d’ailleurs, on va pas faire de jaloux), juste deux petites remarques complémentaires :

- L’Assedic n’est pas un organisme d’état mais un organisme paritaire employeurs-salariés (autrement dit Medef-Syndicats ouvriers).

- les SDF (pour un qui a fait ce choix pour se mettre les côtes en long il y en a pléthore qui crèvent dans l’indifférence). Et crever peut-être aussi bien dans sa dignité, dans sa pensée, dans son coeur. Crever physiquement est presque une délivrance. Je n’en dirais pas plus, car ce forum n’est pas le lieu. Mais j’en ai gros sur la patate.

bastet


réponse à . <inconnu> le 06/05/2006 à 15h06 : Ca mange parfois les déroutés de la vie !  Série...
Merci beaucoup Yannn.
réponse à . <inconnu> le 06/05/2006 à 15h34 : Mais que ce passe-t-il, est-ce l’émotion provoquée par l&rsq...
Nous avons’’ L’assurance chaumage’’ pour les travailleurs sans emploi. Et le’’ BS’’ (BES)* pour ceux qui, pour une raison quelconque, ne peuvent (ou ne veulent pas) travailler. Le BS est à long terme, parfois à vie.

* Bien Être Social

Le SDF s’apparente au premier ou au deuxième?
réponse à . <inconnu> le 06/05/2006 à 15h57 : Nous avons’’ L’assurance chaumage’’ pour les trava...
Salut cousin, de ma lointaine province.

J’ai bien peur, qu’en te répondant comme j’aimerais répondre, on déborde du cadre thématique de ce forum.
Je vais donc faire bref, sans me laisser aller à l’émotion.

- Pour l’assurance chômage, c’est pareil (c’est l’Assedic qui s’en occupe).

- Pour le B.E.S. (j’apprends le terme canadien), l’équivalent est le R.M.I. (Revenu Minimum d’Insertion). Qui ne doit qu’être temporaire.
Chère Bastet. Concernant les Assedics, oui c’est un organisme paritaire mais chapeauté par l’Etat non ? Enfin, ça revient au même...

Concernant les Sdf, n’y voit pas de mauvais esprit de ma part. J’ai été au RMi dans ma vie et il ne me viendrait jamais à l’idée de me moquer. D’ailleurs, depuis que j’ai "refait" ma vie, je n’oublie pas chaque année d’aider (comme je peux) des organismes qui essaient de s’occuper d’eux. Je le dis, je l’écris et je le fais.
Une goutte d’eau est une goutte d’espoir, alors à plusieurs, on pourra toujours faire plus... même si plus, ce n’est jamais assez.

Concernant notre époque qui n’est pas forcément formidable, que penser de ce que la société propose ? C’ est à dire une existence stabilisée par l’emploi, l’argent et pour d’autres, une existence d’errance, de privations et de voies sans issues ?

C’est que l’expression du jour souligne cette précarisation existante. Voire suspendue telle l’épée de Damoclès au-dessus de certains qui sans couverture maladie (exemple) peuvent vite y tomber. Nous peut-être y sommes dessous...
Yannn
réponse à . <inconnu> le 06/05/2006 à 17h01 : Chère Bastet. Concernant les Assedics, oui c’est un organisme parit...
Cher cat321,

Pour les Assedic on pourra en parler ailleurs (sais pas où), entre désengagement de l’Etat (qui n’est plus l’Etat providence des Droits de l’Homme) et passation du relais au Medef qui gère l’Etat.

Pour les SDF (j’y mets les majuscules car ils ont le droit d’être reconnus, contrairment aux vip où je mets des minuscules), je n’y ai vu aucun mauvais esprit de ta part.
Tu as mis, de façon humoristique, le doigt où ça fait mal, en toute conscience, pour éveiller les consciences.
Mais comme je suis une sensible, j’ai rebondi sur ce que tu ne disais .
Autrement je n’aurais pas osé le dire pour ne pas ennuyer ce forum et recevoir les foudres de God.

J’ai eu ma dose d’émotions. Fallait pas me filer cette expression du jour !
Je continuerai le combat comme d’habitude, car nous n’avons pas le droit de nous abandonner les uns les autres.

Et que les nantis pensent un peu comment ils ont gagné leurs richesses temporelles !

Vaï (expression provençale), je vais me ressourcer à d’autres richesses beaucoup plus intéressantes, et demain je savourerai l’expressio du matin.

bastet

Bonsoir, je ne vais pas poursuivre ces graves considérations (auxquelles je souscris d’ailleurs) sur les SDF, les Assédics, l’ANPE et autre RMI. je veux rappeler l’expression de départ, plus exactement les divers sens du mot "pièce".
Lorsque j’étais enfant, avant la guerre de 40-45 (comme on dit chez nous en Belgique), j’avais un disque humoristique: un anglais devenait dingue à force d’entendre parler de pièce d’habitation, de pièce de théâtre, de pièce de vin...
Est-ce que l’un ou l’autre lecteur assidu de expressio connaîtrait ce sketch et son auteur/interprète?
réponse à . framboise le 07/05/2006 à 00h36 : Bonsoir, je ne vais pas poursuivre ces graves considérations (auxquelles ...
Pas de commentaires !
Ce forum, consacré à l’origine à l’expression qui le précède devrait, à mon sens, s’exprimer avec humour. C’est ce que je constatais jusqu’à présent à mon grand régal.
Je regrette qu’il devienne une tribune politicarde qui risquerait de nuire au renom de ce site très apprécié à ce jour.
Messieurs, de grâce, halte à cette dérive, je vous en saurais infiniment gré.
C’est vrai qu’on commence à constater une certaine dérive.
Je n’efface pas, mais pourquoi un tel jugement à l’emporte-pièce ?
Framboise intervient juste pour poser une question, ses opinions n’ont jamais transpiré ailleurs et elle est accueillie à coups d’escopette parce qu’elle a osé mettre en introduction une phrase qui a été interprétée d’une des quelques manières possible.
Est-ce bien raisonnable ?
réponse à . God le 07/05/2006 à 08h41 : C’est vrai qu’on commence à constater une certaine dér...
Pas de commentaires !

Mais je note certaine dérive par rapport à la vraie misère. Le "autre RMI", je retiens.

borikito sois satisfait : pas besoin que God me vire - je sais me virer toute seule, j’ai l’habitude.
réponse à . <inconnu> le 07/05/2006 à 09h42 : Pas de commentaires ! Mais je note certaine dérive par rapport &agr...
Hé, Bastet!

Ne sois pas si soupe au lait! Ne part pas please, please, pretty please. Moi qui croyait m’avoir trouvé une petite copine!
réponse à . <inconnu> le 07/05/2006 à 14h39 : Hé, Bastet! Ne sois pas si soupe au lait! Ne part pas please, please, pr...
Désolé Asimov, mais Bastet est bel et bien partie !
Mais il n’est pas dit qu’elle ne revienne pas un jour...
Désolée d’avoir attisé l’ire de Inconnu: "autre RMI" n’était en rien ironique, moqueur ou péjoratif, simplement l’un de sigles utilisés dans cet échange de commentaires.Je reconnais que le choix a été malheureux et j’adresse mes excuses à qui de droit, même si "qui" est partie. Cette abondance de sigles utilisés outre-Quiévrain n’est pas toujours compréhensible par les francophones non français qui vous lisent - voir Asimov-. N’oublions pas que notre God bien-aimé a besoin d’un maximum de lecteurs et que se désabonner c’est se priver d’un plaisir quotidien. J’espère sincèrement que Inconnu s’en rendra compte et reviendra.
En ajout de ce qui précède: le résultat de la polémique, c’est que ma question est tombée dans les oubliettes,et que ce dernier commentaire risque de passer totalement inaperçu!!!
dans l’expression : "être payé aux pièces" y’a une idée de zèle (ou d’exploitation) : plus on en fait, plus on est payé ...
C’est le sens de "travailler plus, pour gagner plus", non ???
je préférais la suggestion de grasse mat’ d’hier ! 
C’est une expression que je ne connais pas du tout donc je me coucherai moins bête ce soir...Moins bête?On devrait changer cette expression!Certains animaux sont plus intelligents que certains humains....
Moi qui suis en train de faire un puzzle de 3.000 pièces avec les enfants, je peux vous dire qu’être aux pièces, c’est tout sauf être pressée!
réponse à . Muscat le 26/07/2009 à 07h34 : C’est une expression que je ne connais pas du tout donc je me coucherai mo...
je rectifierais en précisant " ceux que, nous humains, qualifions d’animaux" car après tout ne sommes nous pas nous aussi des zanimos ?.allez je vous laisse.....je suis pas aux pièces mais j’ai à faire.Bon dimanche
J’ai plaisir à retrouver sur ce merrrveilleux site la voix de mon père dans tant d’expressions populaires comme celle d’aujourd’hui. Il avait travaillé à la pièce, jeune ajusteur d’avant-guerre, et c’est lui qui m’en avait expliqué le signification. Quand il "n’était pas aux pièces", cela avait pour lui un sens premier.
réponse à . cotentine le 26/07/2009 à 02h06 : dans l’expression : "être payé aux pièces" y&rsqu...
Toi qui travailles de nuit, es-tu mieux payée par God que nous autres pôvres travailleurs de l’équipe de jour ?
Travailler à la pièce ne permet pas de s’enrichir ; c’est pourquoi, en général, les faux-monnayeurs d’aujourd’hui fabriquent plutôt des billets. Ce ne fut pas le cas lorsque l’or et l’argent circulaient sous forme de jetons commerciaux. Et Baudelaire écrivit cette page : il faut savoir choisir ses amis !
L’expression d’aujourd’hui m’enchante!

Je l’ai souvent entendue dans ma famille, quand quelqu’un s’énervait, disait:
-Dépêche toi!!! et que l’interpellé répondait:
-Oh! Dis donc!!!
On n’est pas aux pièces!!! que je sache!!!
J’aime.
réponse à . framboise le 08/05/2006 à 23h49 : En ajout de ce qui précède: le résultat de la polém...
Non, Framboise, le résultat de la polémique (Victor) n’est pas que ta question est passée aux oubliettes.
C’est que Bastet a fait tête basse et a passé la porte. Mais j’ose croire qu’elle continue à nous lire en catimaxi.

Quant à ta question elle-même, je ne connais pas du tout le sketche dont tu parles. et ce serait chouette si quelqu’un pouvait nous éclairer de sa lanterne magique...

Bien le bonjour au pied de mon puzzle de 1000 pièces seulement (Piatnik, une vue des dunes du désert).
Retraité d’une profession libérale, je me suis toujours considéré comme travailleur "aux pièces", et j’ai toujours trouvé ce principe très sain.
Loin de moi l’idée de vouloir imposer ma façon de voir, mais il serait injuste de jeter l’opprobre sur cette façon de gagner sa vie (horaires, durée... choisis en fonction des besoins financiers).
Je trouve gratifiant de constater que chaque sou gagné est le résultat de son travail et non du temps passé.
Que les fonctionnaires me pardonnent 
réponse à . momolala le 26/07/2009 à 09h18 : Travailler à la pièce ne permet pas de s’enrichir ; c&r...
Travailler à la pièce ne permet pas de s’enrichir

De quelle pièce tu parles ? J’ai connu des sculpteurs, qui était payés à la pièce, et fort bien. L’important c’est le prix de la pièce, pas forcément le nombre.
J’ai mis une pièce à mon pantalon, et j’ai pas été payé, et pourtant je l’ai mise de sous.
Ach !!!
les employés étaient payés non pas à l’heure ou au mois, mais à la pièce produite (pratique qui existe encore de nos jours, même si elle n’est pas très répandue).
c’est naturellement la formule idéale pour une entreprise, pour la maîtrise de ses coûts. Si elle s’est réduite, c’est parce que la législation a introduit des minimas dans les rémunérations, même celles "aux pièces". Du coup, la sous-traitance s’est développée (et très récemment encore, avec le statut d’auto entrepreneur). Car, quand une entreprise commande des pièces à un sous-traitant celui-ci est naturellement payé "à la pièce". C’est donc à lui qu’il appartient de payer ses salariés au temps, et de chercher à équilibrer les deux données : encaissement aux pièces et décaissement au temps. Or ce qui est facile -et rentable - en plein emploi, devient insupportable dès que les commandes baissent. C’est pour se prémunir contre ce risque que les grosses entreprises ont externalisé et ont permis la création, et le développement de nombreux sous-traitants. Avec la baisse d’activité ces derniers supportent aujourd’hui les inconvénients d’un système sans lequel ils n’auraient pas existé.
réponse à . Tonton56 le 26/07/2009 à 10h09 : Retraité d’une profession libérale, je me suis toujours cons...
Que les fonctionnaires me pardonnent

Oups !

Tu as de la chance que la majorité des fonctionnaires de ce site a de la "classe" (de la maternelle pour Cocot, à la terminale pour Syanne) sinon collé samedi... en heures sup non payées pour propos séditieux.
Maintenant c’est bien que tu fasses la pièce de résistance, qui taille en pièce, la pièce montée des histoires forgées de toutes pièces. Mais faute de pièce à conviction, on peut pas juger sur pièces, avec pièces à l’appui. Momo qui est une belle pièce, tout d’une pièce et qui aime les services trois pièces, risque de te mettre en pièces détachées
sans chercher les pièces justificatives.
Ouf...
réponse à . mickeylange le 26/07/2009 à 10h39 : Que les fonctionnaires me pardonnent Oups ! Tu as de la chance que la majo...
Merci, grand artiste, de prendre notre défense !

Non seulement nous avons de la classe, mais nous sommes ultra-blasés quant aux clichés que répètent tous ceux qui ne connaissent de notre métier que ce qu’en véhiculent d’autres qui ne le connaissent pas plus !

Bien souvent, d’ailleurs, quand j’entame la Xième copie à corriger (et sur une copie de bac ou de BTS, je passe au moins une demi-heure...) j’ai aussi l’impression d’être aux pièces, et je ne compte pas mon temps !
réponse à . Tonton56 le 26/07/2009 à 10h09 : Retraité d’une profession libérale, je me suis toujours cons...
Loin de moi l’idée de vouloir imposer ma façon de voir non plus mais tu opposes deux systèmes de fonctionnement à vocation différentes, le premier, libéral, de rentabilité, le second de service public où, majoritairement, on ne s’enrichit guère, mais c’est un choix. Tu ne confondrais pas un peu, et pas qu’un peu même, le travail de bureau et la fonction publique qui est très loin de se résumer à ça ? Peu importe au fond : c’est vrai qu’on est payé pareil avec 25 ou 33 mioches à instruire individuellement mais je te garantis qu’il est drôlement gratifiant de réussir avec chacun d’entre eux et davantage encore quand ils sont nombreux. Personnellement, je ne les oppose pas : ces systèmes coexistent et devraient être complémentaires. Je trouve qu’on fait trop dans la dualité ; c’est un bon système pour diviser et mieux(?) régner.
Pertinente analyse. Mais revenir au salaire à la pièce remettrait en cause les minima sociaux. Difficile de s’y résoudre quand même. Tiendrons-nous le coup suffisamment longtemps pour attendre que ce progrès s’installe dans les pays émergents ?
réponse à . momolala le 26/07/2009 à 12h32 : Pertinente analyse. Mais revenir au salaire à la pièce remettrait ...
en réalité le salaire aux pièces existe encore dans différents domaines, et notamment dans le travail à domicile : une couturière vient chercher à l’usine patrons et tissus , fait chez elle sacs, robes ou autres produits, et les rapporte terminés...
Dans l’expression, on insiste sur la conséquence d’une accélération de rythme : l’ouvrier aux pièces a intérêt a accélérer la cadence, puisqu’il produira davantage et sera plus payé. Lancer un :"on n’est pas aux pièces !" invite donc à ralentir, en signalant qu’on ne gagnera rien de plus en travaillant plus. Or le problème actuel est qu’il faut produire moins cher : donc réduire les temps qui sont la composante principale du coût, mais en même temps qu’il faut produire moins, pour ne pas augmenter les stocks, face à une baisse de la demande. Donc produire vite conduit en fait au temps partiel, ou au chômage ! Une utopie a été de penser qu’on pouvait réduire le temps de travail sans réduire le revenu. Une autre est d’imaginer qu’il suffit de compenser par une baisse des dividendes, ou une augmentation d’impôts des riches. Le défi de notre époque est de trouver une réponse inédite à cette situation nouvelle. Il faudra bien que nous y arrivions !
Quant à l’installation du progrès dans les pays émergents, outre qu’il peut mettre longtemps, rien ne permet d’imaginer qu’ils feront les mêmes choix sociaux que nous. Actuellement le coût salarial est plus faible aux USA qu’en France... Nous n’avons pas su exporter notre système en période d’expansion. Saurons nous le faire mieux en période de crise ?
God, nous voulons être payé aux pièces ! Tous dans la rue avec des banderoles, ou dans l’arène avec des banderilles. God s’est assez enrichi sur notre dos. Les fabuleux profits d’Expressio doivent nous reviender en partie.
Si God refuse de nous mettre aux pièces, alors nous le mettrons en pièces. 
réponse à . momolala le 26/07/2009 à 12h32 : Pertinente analyse. Mais revenir au salaire à la pièce remettrait ...
Afin de répondre à ce problème, je suis assez séduit par cette solution cette page, qui me trotte dans la tête depuis un certain nombre d’années.
Mais est-ce viable ?
A vos calculettes...
réponse à . Tonton56 le 26/07/2009 à 14h31 : Afin de répondre à ce problème, je suis assez séduit...
Je ne sais pas s’il faut des calculettes pour résoudre le problème de: à situation nouvelle, solution inédite.
Je ne sais plus qui a dit plus haut: "Et si on remettait l’humain au milieu de tout cela?". L’humain et toutes ses valeurs.
Chacun de nous doit arriver "aux limites de son incompétence", c’est-à-dire aleer aussi loin que ses compétences - innées et apprises - le lui permettent. C’est cela, s’épanouir.
Et si l’humain est au milieu, ses capacités aussi. Et donc le calcul mental... Donc, à bas les calculettes...
réponse à . Tonton56 le 26/07/2009 à 14h31 : Afin de répondre à ce problème, je suis assez séduit...
L’Allocation Universelle est une belle utopie, si tu veux mon avis. En effet, partant du principe que tous les gens ne sont pas égaux - c’est une loi de la nature, il y en a des plus doués et il y en a des moins doués - ce serait naturellement bien d’aplanir ce genre d’inégalités. Malheureusement, comme dans toute société composée d’individus différents, il y en aura toujours qui se considéreront plus égaux que les autres. Et que donc, il leur serait dû plus qu’aux autres, même "s’ils n’en foutent pas une". Je ne parle pas seulement des fainéants et des tire au flanc, mais aussi des apparatchicks du système en place, bénéfiant d’une datcha à StTrop, d’un parachute doré pour avoir mis la troisième banque mondiale en faillite, etc...
réponse à . Tonton56 le 26/07/2009 à 14h31 : Afin de répondre à ce problème, je suis assez séduit...
C’est une autre forme de communisme qui aurait pu être aussi un beau projet de société. Malheureusement ou heureusement, la société est diverse : l’Alaska tire sa richesse du pétrole si je ne m’abuse, et son PNB est tel qu’elle peut se permettre de redistribuer la richesse comme elle l’entend, chacun se voyant pourvu du nécessaire et d’une bourse pour le superflu de son choix. De quelle richesse pourrions-nous tirer également profit ? Je ne vois pas, mais il est vrai qu’on ne nous dit pas tout . Sérieusement, c’est ce que mon père appelait "le communisme à 2000 F par mois" en 1968 : impossible à tenir financièrement et inintéressant du point de vue du progrès social. Travailler, même quand on aime son métier, demande quand même une perspective d’amélioration salariale : mieux je suis formé, mieux je produis, plus j’ai de responsabilités, mieux je dois être rétribué. Ensuite, on peut discuter de ce qui est juste ou injuste, ou inadapté, mais déjà qu’on y est obligé pour vivre, si on n’a pas de perspective d’amélioration de son niveau de vie, et jusqu’à 67 ans bientôt, autant s’asseoir sur son derrière les bras croisés !
40 ans que je suis aux « pièces »… Alors vous pensez bien qu’à la découverte de l’expression de ce-jour, hier soir, Azerty m’a démangé les doigts !
Mais en guise de grasse mât. j’avais 240 kms de route à faire ce-matin et il m’arrive d’être raisonnable… Nous voilà arrivés dans ma grande villa anglo-normande centenaire qui a bien besoin de travaux, à 400 mètres de la mer, protégée -en partie- des vents d’ouest dominants par une rangée de dunes de très beau sable blond côté mer et plantées de sapins côté terre. Je suis accompagné de trois jeunes filles, les deux premières ayant souhaité en accueillir une troisième, évidemment encore une « expat », qui passe le même concours qu’elles fin août. C’est une « vieille » de 17 ans, qui s’est offerte une mention très bien au bac. Nous sommes bardés d’ordinateurs, de livres, de bonnes intentions et d’un programme de préparation adoubé par Sciences Po… Demain pour moi, un aller-retour à Paris pour apporter tout ce qui ne rentrait pas dans ma voiture de solitaire (Isis prétend qu’elle est « énorme » dehors et « toute petite » dedans… Elle exagère).
Une seule connexion adsl dans la maison, elle va être chère !
Depuis une quarantaine de saisons j’ai balladé environ 300 pièces différentes (et aussi quelques Spectacles de variétés) partout où l’on a bien voulu m’engager, la seule limite à mon « terrain de chasse » étant la langue française. Trois modèles économiques différents peuvent s’appliquer pour la vente de ces types de Spectacles. Le premier, la vente selon un « cachet » fixé d’avance par contrat (signé le plus souvent entre 12 et 18 mois avant son exécution), s’apparente à la rémunération « à la pièce » telle que God la décrit, c’est encore le mode le plus pratiqué, mais il est en régression rapide. Dans ce cas, le producteur - ou le prestataire à qui il a confié l’organisation de la tournée - ne prend en principe aucun risque. Le second, au contraire est très risqué : le diffuseur (la salle qui accueille le Spectacle) et l’organisateur de la tournée se partagent la recette selon des pourcentages fixés par contrat. A bannir absolument sous peine de se faire tailler … en pièces, si l’on n’est pas certain que le diffuseur, à qui ce rôle échoit, va bien mettre en œuvre tous les moyens de publicité fixés par contrat… A bannir également si le Spectacle doit avoir lieu en hiver dans une région de neige et verglas, car le cher public restera devant sa télé et sa cheminée plutôt que venir applaudir votre merveille ! Beaucoup de mes jeunes confrères abusent de cette méthode et disparaissent rapidement du marché, pour être aussitôt remplacés par d’autres tout aussi imprudents qui à leur tour, le gâcherons, le marché, avant de disparaître aussi. La troisième méthode est un compromis entre les deux précédentes et gagne lentement du terrain, j’en suis l’un des créateurs. Dans notre jargon, nous l’appelons « co-réalisation » : le contrat entre l’organisateur de la tournée et le diffuseur, prévoit un « minimum garanti » par le second (subventionné le plus souvent) au bénéfice du premier (qui ne l’est pas) afin qu’il couvre ses frais et un partage entre les deux partenaires de l’éventuel supplément de recettes.
réponse à . <inconnu> le 26/07/2009 à 19h45 : 40 ans que je suis aux « pièces »… Alors vous pen...
au théâtre il est donc plus intéressant d’être aux billets qu’aux pièces ?
réponse à . chirstian le 26/07/2009 à 20h56 : au théâtre il est donc plus intéressant d’être a...
A part pour quelques très rares grandes vedettes exigeantes dont la notoriété peut éventuellement justifierla gourmandise... Oui.
L’"art" consiste surtout à proposer les pièces qui conviennent à qui les défendront le mieux, de facto, mais aussi dans l’imaginaire des "programmateurs" et des spectateurs potentiels lorsqu’ils découvriront l’affiche.
Une chose est sûre, c’est qu’en ce mai 2006, on ne plaisantait guère sur Expressio... Espérons que nous serons de meilleure humeur aujourd’hui.
Le cher Georges (l’autre !) n’était pas aux pièces ; il prenait le temps nécessaire pour peaufiner une histoire, la "polisser" sans cesse et la "repolisser", la mettre en musique ou l’oublier...

Il n’était pas aux pièces et regrettait qu’on ne prenne plus le temps pour rêver ou pour conduire les amis au cimetière...

Mais où sont les funérailles d’antan?
Les petits corbillards, corbillards, corbillards, corbillards,
De nos grands-pères, qui suivaient la route en cahotant,
Les petits macchabées, macchabées, macchabées, macchabées,
Ronds et prospères...
Quand les héritiers étaient contents,
Au fossoyeur, au croque-mort, au curé, aux chevaux même,
Ils payaient un verre.
Elles sont révolues, elles ont fait leur temps,
Les belles pom, pom, pom, pom, pom, pompes funèbrees,
On ne les reverra plus, et c’est bien attristant,
Les belles pompes funèbres de nos vingt ans.


Si vous voulez tout le texte, il est à cette page
réponse à . DiwanC le 21/08/2014 à 00h23 : Une chose est sûre, c’est qu’en ce mai 2006, on ne plaisantait...
Mazette, t’as raison c’était OK Corral la parution d’il y a 8 ans !........Z’étaient jeunes, z’étaient chauds à l"époque......Y te balançaient les trucs à l’emporte pièce dans la chetron.......

Bon, ben des pièces y en a pas des masses chez Georges mais c’est vrai qu’il les ruminait longtemps ses chansons.
Son style de vie y a été pour beaucoup.
Alors qu’il était chez la Jeanne avant de devenir Brassens, il a eu une paire d’années où, enfermé dans les petites pièces de la masure de l’impasse Florimont il avait tout son temps pour peaufiner ses vers pièce par pièce........

Allez, je passe direct au café et pis je vous laisse because j’ai du monde à midi. Chui pas aux pièces* mais j’aime bien prendre mon temps quand je cuisine.

Ce midi, mousse de thon aux pêches, magret de canard aux pruneaux et tomates cerises avec sa purée de pommes de terre au chèvre et gésiers du même volatile sur lit de salade et tarte citron meringuée......Et tout ça c’est du fait maison par Bouba........

Y a rien là ?........

La note Provençale du jour:

La "pièce" est à la Provence ce que la "wassingue" est à la Belgique..........Chez moi on dit:
"Je vais passer la pièce !"


*Yesssssssssss !!!!!!!!!!
J’ai longtemps cru mon père qui a participé au débarquement en Provence sur le croiseur Gloire et pour qui l’expression venait de l’artillerie de Marine. Être aux pièces demandait aux marins d’être extrêmement rapides pour assurer un feu nourri. En bon provençal il avait le goût de la galéjade.
Ça ne m’escagasse pas d’apprendre encore un mot occitan, galéjade, un très beau mot !
réponse à . BOUBA le 21/08/2014 à 05h51 : Mazette, t’as raison c’était OK Corral la parution d’il...
Tu l’ouvres quand ton restaurant "Trois z’étoiles" ? Parce que, dès à présent, je retiens une table ! Bel après-midi à toi et à tes chanceux invités.
réponse à . BOUBA le 21/08/2014 à 05h51 : Mazette, t’as raison c’était OK Corral la parution d’il...
Mazette, t’as raison c’était OK Corral la parution d’il y a 8 ans !
Marquons cette matinée d’une pièce pierre blanche : Bouba a lu les voisins du dessus !
réponse à . Pilchard le 21/08/2014 à 08h19 : J’ai longtemps cru mon père qui a participé au débarq...
Et une autre pièce blanche : nous comptons, me semble-t-il un ou une nouvelle : Pilchard !
Sois la ou le bienvenu(e) !
Eh bé... sous prétexte qu’on n’est pas aux pièces aujourd’hui, les amionautes prennent leur temps ce matin... Se promènent-ils autour de quelque pièce d’eau ? S’attardent-ils à parloter, à mettre en pièce la réputation de quelqu’un du voisinage ? Ou, émules de Bouba, sont-ils aussi en cuisine pour la réalisation d’une pièce montée ?*
Quoi qu’il en soit, faut prendre le temps de passer par ici ! Allez, à tout de suite !

*Il reste encore bien des expressions avec "pièce".
réponse à . Pilchard le 21/08/2014 à 08h19 : J’ai longtemps cru mon père qui a participé au débarq...
C’est la première fois que tu abordes sur ces côtes me semble-t-il... Bienvenue donc ! 

Oups ! deLassus m’a devancée ! Mais deux "bienvenue" valent mieux qu’un "tu l’auras", pas vrai !
réponse à . BOUBA le 21/08/2014 à 05h51 : Mazette, t’as raison c’était OK Corral la parution d’il...
purée de pommes de terre au chèvre et gésiers du même volatile
????
réponse à . gerard5253 le 21/08/2014 à 10h08 : purée de pommes de terre au chèvre et gésiers du mêm...
Ben voui : le canard, nourri aux pruneaux et aux tomates-cerise. Pfffff... faut suivre un peu !
réponse à . gerard5253 le 21/08/2014 à 10h08 : purée de pommes de terre au chèvre et gésiers du mêm...
- purée de pommes de terre au chèvre et gésiers du même volatile

- ????
Excellent !
Il existe toujours une forme de rémunération à la pièce qui concerne certaines professions réglementées c’est la rémunération à l’acte chez les tabellions et autres notaires ou pour les infirmières.
Professions auxquelles j’ ajouterais tout comme le roi Georges sans doute les demoiselles et les dames œuvrant sur les pavés par exemple Ils les évoque dans certaines de ses chansons comme Concurrence déloyale
ou iLe mauvais sujet repent.
réponse à . deLassus le 21/08/2014 à 10h18 : - purée de pommes de terre au chèvre et gésiers du mê...
Excellent !

Sais pas j’attends que Bouba fasse gouter
réponse à . gerard5253 le 21/08/2014 à 10h08 : purée de pommes de terre au chèvre et gésiers du mêm...
t’as déjà vu une chèvre avec des ailes ?........Même après mes plus grandes bitures j’ai toujours vu que des éléphants roses.......
"Même volatile" se rapportait bien sur au coin-coin.........

Bon, je peux souffler un peu.........
réponse à . gerard5253 le 21/08/2014 à 10h32 : Excellent ! Sais pas j’attends que Bouba fasse gouter...
Le gésier de chèvre ?..........
réponse à . deLassus le 21/08/2014 à 10h00 : Mazette, t’as raison c’était OK Corral la parution d’il...
Yesssssssssss Môssieur !.........Germaine m’a mis l’eau à la bouche dès potron jacquet.......
Ah au fait bienvenue à Pilchard........Tu passes prendre un café demain matin qu’on fasse connaissance ?
Bon allez, j’vous relaisse mes invités arrivent........

T’en foutrais moi des gésiers de chèvre..........(de Mr Seguin ! )
réponse à . BOUBA le 21/08/2014 à 10h57 : Ah au fait bienvenue à Pilchard........Tu passes prendre un café d...
Ah au fait bienvenue à Pilchard
N’hésites pas à nous Harenguer haranguer *

*Merci à Goscinny et Uderzo
réponse à . gerard5253 le 21/08/2014 à 11h25 : Ah au fait bienvenue à PilchardN’hésites pas à nous ...
Mais non voyons, le (vieil) hareng sort, Pilchard il ( ou elle ) vient juste d’entrer........

kakemphaton célèbre:

« Je sortirai du camp, mais quel que soit mon sort, / J’aurai montré du moins comme un vieillard en sort. » : Adolphe Dumas, Le camp des Croisés
Cà y est j’ai compris Bouba se lance dans la cuisine écossaise :le Haggis
réponse à . gerard5253 le 21/08/2014 à 12h04 : Cà y est j’ai compris Bouba se lance dans la cuisine écossai...
Pour les plus jeunes (d’esprit) d’entre nous, cela rappelle le sketch à cette page.
réponse à . God le 21/08/2014 à 12h48 : Pour les plus jeunes (d’esprit) d’entre nous, cela rappelle le sketc...
Oh mon God! Tu nous parles d’un temps que les moins de....
Un temps d’avant Coluche et Desproges où un humoriste pouvait se passer de sexe, de politique et de religion et avoir un publique.
Pour en revenir au Haggis la recette n’a rien à envier à celle de l’andouillette 5A qui nous régale souvent.

N.B. Je ne dédaigne pas loin de là les humoristes actuels cul et politiquement incorrecte compris
Un poète, un musicien ne sauraient être aux pièces ... Inimaginable...
Dans ses rares confidences, le cher Georges disait noter sur un cahier
la phrase, la réflexion, l'image qui lui venaient à l'esprit... Il les retrouverait plus tard ou ne les utiliserait jamais...

En 2009, Lange* met une pièce à son pantalon... Pauvre Lange, pauvre artisss contraint à délaisser ses pinceaux pour manier l'aiguille. Si seulement il avait connu la divine cousette qu'était la femme d'Hector :

Comme nous dansons devant
Le buffet bien souvent
On a toujours peu ou prou
Les bras cribles de trous...
Qui raccommode ces malheurs
De fils de toutes les couleurs
Qui brode, divine cousette,
Des arcs-en-ciel à nos chaussettes ?


Bon... c'est un peu tire-couetté, je vous l'accorde [à piano]... Mais ça permet d'avoir le p'tit Brassens du matin qu'on dégustera au café !
À tout bientôt !


* @ 33
Un poète, un musicien ne sauraient être aux pièces ... Inimaginable

........Et pourtant Balzac.........
...............
God nous dit qu'une pièce de monnaie c'est bon alors imaginez une fille à cent sous.........
...............
En Provence, une serpillière est une "pièce".......
-:"Je balaie et ensuite je passe la pièce"
...............
Je vous livre tout ça en vrac et je m'en vais parce qu'il faut que je parte alors je vous dis à demain et vous souhaite une bonne journée..
...............
Voilà on peut passer dans la pièce à côté prendre le café....
réponse à . BOUBA le 07/11/2015 à 05h47 : Un poète, un musicien ne sauraient être aux pièces ... Inima...
Je balaie et ensuite je passe la pièce
Passer la pièce dans la pièce, c'est un tour de passe-passe.
Je tiens à attirer votre attention sur la pertinence – une fois n'est pas coutume – de l'intervention dans la rubrique "Ailleurs", rayon Belgique : "Ne pas travailler à pièce" au singulier.
La construction de cette expression sans l'article "la" évoque celle d'autres expressions telles que "travailler à façon", "travailler à mi-temps" ou encore "travailler à bras cad à bras".
Donc mon père m'a menti. Il avait fait la guerre dans la marine sur un croiseur, et m'avait expliqué que l'expression venait des pièces d'artillerie. Travailler aux pièces demandait des marins forts et rapides pour alimenter les pièces en obus à un rythme soutenu.
réponse à . Pilchard le 07/11/2015 à 07h25 : Donc mon père m'a menti. Il avait fait la guerre dans la marine sur ...
Tant que l'expression vient de la marine, tout est bien ! 
J'veux bien aller à l' hospice si j'suis payé aux pièces!
réponse à . BOUBA le 21/08/2014 à 05h51 : Mazette, t’as raison c’était OK Corral la parution d’il...
La "pièce" est à la Provence ce que la "wassingue" est à la Belgique
En Picardie, c'est la loque (à reloqueter), mais on dit aussi wassingue.
Étant enfant, je portais souvent des vêtements rapiécés qui terminaient leur vie en loque. Il est vrai que la partie la plus solide était la pièce !
Ah !... suis pas aux pièces ! s'écriait une de mes tantes.
J'étais enfant et je pensais qu'elle n'avait que faire des pièces (de monnaie bien sûr) qu'elle pourrait recevoir si elle allait plus vite...
Intéressant non ?!
Oui !!! la wassingue, la loque à reloqueter ! Expressions des tantes du Nord. Encore une bouffée d'enfance...
Je ne sais plus laquelle disait :
- Il ne me reste plus qu'à faire le carreau.
Le "carreau", c'était le carrelage de la pièce bien sûr, la cuisine le plus souvent.
Lesquelles de mes aînées s'exprimaient ainsi ? Les nordiques ou les angevines ? Sais plus...

Au XIXe siècle, en Wallonie liégeoise, un ouvrier qui produisait de la qualité était désigné par "on bon ovrî" (un bon ouvrier). Par contre, celui qui travaillait "aux pièces", qui ne visait que la rapidité, était appelé "in'ovrî abèye" (un ouvrier habile).
Depuis, en dialecte liégeois, l'expression "abèye !" signifie "vite, vite !"...
Et beaucoup de liégeois, pour accélérer les choses disent encore, dans un français local "abîîîe !", sans connaître l'origine de ce vocable.
réponse à . Salbazar le 07/11/2015 à 09h41 : Au XIXe siècle, en Wallonie liégeoise, un ouvrier qui produisait d...
Merci, dans la région de Mons, on dit "abîîîe !" et je m'étais toujours demandé d'où ce terme pouvait venir.
réponse à . Salbazar le 07/11/2015 à 09h41 : Au XIXe siècle, en Wallonie liégeoise, un ouvrier qui produisait d...
Ouiii !
- Abiii m' fille ! disait la Maubeugeoise et Wallonne tout à la fois, quand l'heure de partir s'approchait.
J'ai toujours cru que c'était la contraction de "Allez ! vite!". En tout cas, c'était le sens.

Mêêêrveilleux site qui ravive les jolis souvenirs !

Au fait : bienvenue à bord !
réponse à . Mintaka le 07/11/2015 à 08h25 : Tant que l'expression vient de la marine, tout est bien ! ...
On dira ça comme ça.
J'ai cru comprendre que certains (terriens ?) confondaient Sardina Pilchardus et Clupea harengus, la sardine et le hareng. Faut dire qu'en boite ...
Pièce : apparaît à l'écrit vers 980, dit M'sieur Rey, mon linguiste préféré ! Le mot est issu du latin médiéval petia... peth en gallois, pez en breton.

En 1140, pièce c'est "quelque temps" et en 1150, grand pièce, c'est "longtemps.
Dans La Chanson de Roland (1080), pièce désigne la partie d'une chose déchirée, cassée.
Le mot est concurrencé par morset morcel → morceau, ou trons → tronçon.
1375 : l'expression pièce de pain disparaît... idem pour pièce de vie →vieux fut (v. 1223). Mais dès 1460, on met en pièces, au propre comme au figuré.

Ça va ? vous suivez ? Prenez votre temps : on n'est pas aux pièces* ! Ou passez à autre chose si ça vous barbe ! 

M'sieur Rey signale de nombreuses expressions avec le mot pièce ; celle qu'on connaît : rendre à quelqu'un la monnaie de sa pièce, et celle que pour ma part j''ignorais : faire pièce à quelqu'un → faire du tort (1640).

Allez ! je vous fiche tranquilles avant que vous ne me mettiez en pièces !

*Yeeesss ! j' l'ai eu !


réponse à . lorangoutan le 06/05/2006 à 14h51 : De nos jours, on peut parler des journalistes débutants, payés &ag...
Dira-t-on un jour "être aux piges"
pyge, du grec πυγή, pugế (« fesse »), comme dans Venus callipyge, Aphrodite aux belles fesses.

pyges, en quittant la mer Egée, a perdu son accent grec et est devenu piges en abordant nos cotes.
Il y a 77 piges, Jean Gabin disait "t'as de beaux yeux, tu sais" mais pensait probablement, a-posteriori, à une pièce plus charnue de l'anatomie de Michèle Morgan.
Quant à la fille à cent sous que nous cite Bouba, la pauvre fille avait la raie des pyges en relief... mais pour cent sous, t'as plus rien !

Comment être un homme callipyge  ?
Je ne suis pas stéatopyge
Je ne veux pas être cacopyge
Je n'en suis pas pour autant
Un adepte du Bobaraba
Alors je demande conseil...
Pour pouvoir dire:
J'ai "pygé" !

(d'un auteur inconnu)
réponse à . ergosum le 07/11/2015 à 10h47 : Dira-t-on un jour "être aux piges"pyge, du grec πυ&ga...
mais pensait probablement, a-posteriori, à une pièce plus charnue de l'anatomie de Michèle Morgan
Ou alors avait-elle les yeux globuleux ?
réponse à . ergosum le 07/11/2015 à 10h47 : Dira-t-on un jour "être aux piges"pyge, du grec πυ&ga...
O gracieuse et callipyge
Tous les culs sont de la Saint-Jean
Le tien leur fait vraiment la pige
Déesse aux collines d'argent

D'argent qui serait de la crème
Et des feuilles de rose aussi
Aussi belle croupe je t'aime
Et ta grâce est mon seul souci.

Celui-ci, il est d'Apollinaire.

Cadeau : cette citation de Tristan Bernard
La Vénus callipyge avait un bel avenir derrière elle.

réponse à . DiwanC le 07/11/2015 à 11h42 : O gracieuse et callipyge Tous les culs sont de la Saint-Jean Le tien leur fait...
La Vénus callipyge avait un bel avenir derrière elle.

La venus qu'a dix piges attention au détournement de mineure. Quoi que avec un bon avocat.
réponse à . DiwanC le 07/11/2015 à 11h42 : O gracieuse et callipyge Tous les culs sont de la Saint-Jean Le tien leur fait...
cube Maggi. Ingrédient quasi-incontournable de la gastronomie africaine. Sur lequel nombre de femmes croient pouvoir compter pour grossir. Introduit par voie anale, il permettrait une accumulation de graisse au niveau des fesses.
Chez Nestlé, qui fabrique le cube Maggi, on affirme que tout cela est « dénué de tout fondement »
JEU (nouveauté)
Je vous propose 10 phrases qui formeront autant de jeux de mots et à leur tour, ces jeux de mots seront les homonymes des 10 pièces de théâtre que vous devez deviner.

Exemple:
Les jolies silhouettes vous donnera les corps beaux qui donne à son tour: 'Les corbeaux' de Henry Becque.

1) On a bien envie d'inaugurer. (de Christophe Honoré)
2) Des instruments de musique à corde en duo. (de Eugène Ionesco)
3) Le cuistot de belle-fille, la veille. (de Jules Verne)
4) Les glues des époux. (de Molière)
5) Châpeaux Côte d'Azur. (de Racine)
6) Le véhicule militaire d'assaut s'impatiente. (de Robert Lamoureux)
7) Vernissage d'ongles aux cinglées. (de Jean Poiret)
8) L'anneau de fiançailles du héros suisse. (de Marcel Achard)
9) Le stop à la pompe à essence. (de Jean Anouilh)
10) Les peu épaisses bouteilles des bières légères. (de Jean-Paul Sartre)
Alors ça, c'est dur !
Pour l'instant, mon score est quasi nul !!!
Dur dur
-
-Délire à deux
-
-Les cols de l’utérus L'école des femmes
-Béret Nice
-Le charlatant
-La cage aux folles???
-La bague à Tell
-L'arrestation
-......finales???
réponse à . joseta le 07/11/2015 à 13h35 : JEU (nouveauté) Je vous propose 10 phrases qui formeront autant de jeux...
Pfiouou ! Comme dit ergosum "C'est dur" !  

Pour le 1, "Les débutantes", ça irait ?
À part cette idée, mon score à moi aussi est nul. 
réponse à . gerard5253 le 07/11/2015 à 16h10 : Dur dur - -Délire à deux - -Les cols de l’utérus L�...
Pas "L'école des femmes", l'autre : "L'école des maris" je pense. 
réponse à . gerard5253 le 07/11/2015 à 16h10 : Dur dur - -Délire à deux - -Les cols de l’utérus L�...
Soit, toi + moi  :

- Les débutantes 
- Délire à deux (des lyres à deux)
-
- L'écoles des maris (les colles des maris)
- Bérénice (béret Nice)
- Le charlatan (le char l'attend)
- La cage aux folles 
- La bagatelle (la bague à Tell)
- L'arrestation (l'arrêt station)
- Les mains sales (les minces ales)

Je continue à chercher mais ce sacré Joseta nous a mis aux pièces ! 
J'ai trouvé la pièce de Jules Verne, sûr ! 

"Le coq de bruyère" (Le coq de bru, hier)

Pièce de 1849, jamais jouée.

Et ça nous ferait les 10... 
réponse à . gerard5253 le 07/11/2015 à 16h10 : Dur dur - -Délire à deux - -Les cols de l’utérus L�...
De Jean Poiret, c'est bon, t'as bien trouvé :

laquage aux folles = "La cage aux folles" 

Reste la pièce de Christophe Honoré, "désir d'inaugurer (dépuceler  ) les débutantes" me semble... humm... 
réponse à . Ratanak le 07/11/2015 à 16h24 : Soit, toi + moi  : - Les débutantes  - Délire &agr...
J'en avais 4 : Molière, Poiret, Achard, Sartre...
Mais comme tu as donné les solutions, le jeu est terminé. Dommage.  
Pourtant on n'est pas aux pièces !
Bravo à toi et grand merci à Joseta pour ce nouveau jeu littéraire.
réponse à . DiwanC le 07/11/2015 à 17h11 : J'en avais 4 : Molière, Poiret, Achard, Sartre... Mais comme tu as ...
Désolé ! On s'y est mis à deux quand-même... Gerard et moi on le fera plus ! 

Mais crois-tu que "ma" solution pour le 1 est bonne ? J'ai de gros doutes  !
réponse à . Ratanak le 07/11/2015 à 17h16 : Désolé ! On s'y est mis à deux quand-même... Ger...
J'ai cherché ce que M'sieur Google dit à propos de Christophe Honoré (que, pour ma part, je ne connais pas...).
Réponses possibles :
- Ce que tu suggères : Les débutantes
- Et... ou... Nouveau Roman
Autrement, vois pas trop...
Je suis agréablement surpris de votre perspicacité, votre sagacité à tous, mais je félicite spécialement Ratanak, pratiquement incollable. (bien épaulé, il est vrai, par Gérard, et Germaine)
Pour la forme:
1) Les débuts tentent (LES DÉBUTANTES) Christophe Honoré
2) Des lyres à deux (DÉLIRE À DEUX) Eugène Ionesco
3) Le coq de bru, hier (LE COQ DE BRUYÈRE) Jules Verne
4) Les colles des maris (L'ÉCOLE DES MARIS) Molière
5) Bérets Nice (BÉRÉNICE) Racine
6) Le char l'attend (LE CHARLATAN) Robert Lamoureux
7) Laquage aux folles (LA CAGE AUX FOLLES) Jean Poiret
8) La bague à Tell (LA BAGATELLE) Marcel Achard
9) L'arrêt station (L'ARRESTATION) Jean Anouilh
10) Les minces ales (LES MAINS SALES) Jean-Paul Sartre
Voilà !
C'est déjà fini ?

Étant plus branché ciné que théâtre, je ne savais pas que Christophe Honoré écrivait aussi pour la scène. Nez en moins, ce titre-là était facile à trouver ...
Eh oui... À croire qu' "ils" sont aux pièces ce soir...
On dirait qu'ils ont baissé le rideau ...

Si vous souhaitez savoir comment on dit « (Ne pas) être aux pièces » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

publicité
Expressio - le livre

Le contenu de ce site est si riche qu’un livre en a été tiré. Ce livre, devenu un best-seller est maintenant disponible en poche.

Ce commentaire ainsi que les réponses qui y sont liées, seront définitivement supprimés. Etes-vous sûr?