Pour des prunes - dictionnaire des expressions françaises Expressio par Reverso - signification, origine, étymologie

Pour des prunes

Pour rien.

Origine

Il y a déjà longtemps que la prune ne désigne pas que le fruit.
En moyen français, depuis le XIIIe siècle, une 'prune' pouvait aussi être :

  • Un coup ("il s'est pris une prune, un pruneau") ;
  • De la chance (une bonne aubaine) ou de la malchance (un coup du sort), selon le cas ;
  • Quelque chose sans aucune valeur ("ne pas valoir prune" voulait dire "ne rien valoir" et "ne preisier/prisier une prune", c'était "n'avoir aucune estime pour quelqu'un").
C'est bien évidemment de cette dernière signification que notre expression est née au début du XVIe siècle, "ne preisier une prune" datant de la fin du XIIe.
Mais pourquoi une prune ne valait-elle déjà rien ?

Eh bien nous allons devoir remonter jusqu'aux premières croisades, au XIIe siècle.
En effet, une histoire raconte que, de la seconde qui fut un échec, les Croisés, vers 1150, ramenèrent des pieds de pruniers de Damas dont ils avaient pu se régaler des fruits sur place.
On peut alors parfaitement imaginer (mais là, nous entrons peut-être dans une légende) que, alors qu'ils faisaient au roi le compte-rendu de leur expédition, celui-ci très en colère se serait écrié : "Ne me dites pas que vous êtes allés là-bas uniquement pour des prunes !", sous-entendant "pour rien".
L'entourage du roi puis le peuple aurait alors diffusé dans le pays ce sens très particulier de la 'prune'.

Exemple

« Si j'ai fait mettre le téléphone dans toutes les pièces, ce n'est quand même pas pour des prunes »
Georges Duhamel - La passion de Joseph Pasquier

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Pour des prunes » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
Arabear عاد بخفي حنينIl revient avec les chaussures de "Honein" (nom propre pour homme)
Algériear 3la rab3a douro / على 4 دوروC'est juste pour 20 centimes
Algériear Matas'wach franckElle ne vaut même pas un sou
Suisse (alémanique)de Für die KatzePour le chat
Allemagnede Für'n ArschPour le cul
Allemagne (Bavière)de UmsonstPour rien (aussi: en vain)
Australieen (It's) not worth a figIl ne vaut pas une figue.
Angleterreen For nothingPour rien
États-Unisen For peanutsPour des cacahuètes
Espérantoeo Por nenioPour rien
Espagnees Para nadaPour rien
Espagne (Catalogne)es Com un zero a l'esquerraComme un zéro à gauche
Argentinees Al divino boton.Au bouton divine.
Espagnees En baldeGratuitement
Grècegr άνθρακες ο θησαυρόςLe trésor était du charbon
Grècegr τσάμπα και βερεσέGratis et (en plus) à crédit
Italieit Per nientePour rien
Pays-Basnl Voor de kat zijn kutPour le cul du chat (grossier)
Pays-Basnl Voor de kat z'n vioolPour le violon du chat
Pays-Basnl Voor noppesPour rien
Pays-Basnl Voor de flauwekulPour de la foutaise
Belgique (Flandre)nl Voor spek en bonenPour du lard et des haricots
Pays-Basnl Voor niemendalPour rien
Brésilpt À toaEn étourdi
Roumaniero (A munci) pe nasturi(Travailler) pour des boutons (de vêtements)
Russieru Za spassibo.Pour un "merci".
Russieru Za krassivye glazki.Pour de jolis petits yeux.
Turquietr İncir çekirdeğini doldurmamakNe pas remplir le pépin d'une figue

Vos commentaires
Comme aurait dit l’Albert, tout est relatif : je trouve que s’ils ont bien fait d’y aller, c’était précisément pour rapporter des pruniers et leurs prunes. Pour le reste on en mesure encore les conséquences aujourd’hui. Mais on ne refera pas l’histoire.

En tout cas, voilà une belle définition bien expliquée comme je les aime, cher God. Et je ne doute pas que Chirstian, entre autres, au fil des heures, ne nous fasse faire d’autres découvertes. Une belle journée expressionautique en perspective donc !

Tout savoir ou presque sur le prunier, arbre décidément très intéressant à cette pagesurtout cette phrase "Le choix de prunier, plutôt que de tout arbre fruitier dont on peut faire tomber des fruits en le secouant, s’explique sans doute par le sens de « coup, blessure » qu’a pris prune* au XIVe s. (REY-CHANTR. Expr. 1979). " pour apporter de l’eau au petit moulin du jour.
On ne vient jamais visiter Expressio pour des prunes, hein, Momo ?

PS: ton lien donne sur une page d’erreur !
réponse à . Rikske le 22/11/2006 à 07h13 : On ne vient jamais visiter Expressio pour des prunes, hein, Momo ? PS: ton...
ni-même pour les c...du pape
Les croisés partirent, certains même à pied,
Vers la Jérusalem, la Terre Promise,
Pour une expédition qui n’était pas de mise,
Traversèrent l’Europe, rejoints par leurs alliés.

Couverts de manteaux blancs, de dures bures brunes,
Ils marchèrent encor, cheminèrent longtemps,
Arrivèrent à leur terme, hélas firent chou blanc,
Et revinrent bredouilles, tout barbouillés de prunes!

LPP Borikito, Momolala, PetulaPerrot, Cotentine et tous / toutes les autres, , à vous maintenant. J’espère que vous nous offrirez les rimes riches que je n’ai pu trouver... Certaines des miennes ne sont que phonétiques, c’est triste... mais les sous à gagner m’appellent, ...
AH, les prunes,! ne m’en parlez surtout pas !
Je m’en suis prise une il y a peu qui m’a coûté 90 € et un point sur le permis. Bon, le point on ne me l’a pas enlevé parceque mon permis (une conversion d’un permis marocain) curieusement n’a pas de points. La préfecture aimerait bien que je le fasse changer mais croyez-vous que j’y tienne ? Même si, au prix du point, j’essaierai à l’avenir d’éviter de me mettre en situation d’en perdre d’autres.
Car il existe aussi "se prendre une prune" pour se faire verbaliser par la maréchaussée ou autre uniforme muni de carnet à souche.
réponse à . file_au_logis le 22/11/2006 à 07h37 : Les croisés partirent, certains même à pied, Vers la J&eacut...
Bon, le festival commence. Pourvu qu’il aille crescendo.
Et à propos de ton pouème, j’en aurais un autre mais en prose qui conte l’histoire d’un preux chevalier qui revient de croisade fatigué, tout couvert de poussière...
Mais ce serait trop long ici et peut-être aussi hors de propos.

@ LPP : n’aurais-tu pas, des fois, la parodie du Cid de, je crois, Edmond Brua ?

(Ce bras qu’il a soulevé tant de sacs de pommes de terre....)
réponse à . borikito le 22/11/2006 à 07h50 : Bon, le festival commence. Pourvu qu’il aille crescendo. Et à prop...
Tu as quand même remarqué, j’espère, que je me suis bien tenu et que je n’ai pas parlé de leurs prunes à eux, qu’elles étaient grosses comme des citrouilles, même que ca les gênait très fort pour monter à cheval, les pôvres, quand ils sont revenus? J’aurais jamais osé, tu penses!
réponse à . file_au_logis le 22/11/2006 à 07h56 : Tu as quand même remarqué, j’espère, que je me suis bi...
Et à cheval, ça devait faire mal, non ?

Zut, tu as rectifié juste avant que je koz.
réponse à . Rikske le 22/11/2006 à 07h13 : On ne vient jamais visiter Expressio pour des prunes, hein, Momo ? PS: ton...
Je ne me l’explique pas, mais God saura peut-être le faire. J’ai recommencé moultes fois le copié/collé de l’URL mais effectivement, le retour ne fonctionne pas. Le message qui s’affiche si on clique sur précédente est : Erreur CGI
L’application CGI spécifiée n’a pas renvoyé le jeu complet d’en-têtes HTTP.

Je vous donne l’adresse du site, je ne doute pas que vous sachiez retrouver le mot "prunier" tous seuls : Le Trésor de la langue française informatisé, soit TLFi
réponse à . borikito le 22/11/2006 à 07h50 : Bon, le festival commence. Pourvu qu’il aille crescendo. Et à prop...
Eh Bori, à quoi ça sert que Google y se décarcasse ?
Le monologue de Dodièze est à cette page.
Pour le reste, faudra p’têt’bien acheter le bouquin cité à cette page
réponse à . momolala le 22/11/2006 à 08h02 : Je ne me l’explique pas, mais God saura peut-être le faire. J’...
vite, avant de partir, j’essaie TLFI
cette page

ca marche!

J’essaie "prunier" maintenant:
cette page

T’as raison, ca ne marche pas!
réponse à . Rikske le 22/11/2006 à 07h13 : On ne vient jamais visiter Expressio pour des prunes, hein, Momo ? PS: ton...
On ne vient jamais visiter Expressio pour des prunes, hein, Momo ?
Peut-être, mais c’est bien pour des prunes qu’on clique à tours de bras sur ton lien.
réponse à . momolala le 22/11/2006 à 08h02 : Je ne me l’explique pas, mais God saura peut-être le faire. J’...
Dans ce lien :
http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/tlfiv5/advanced.exe?8;s=434558505;
le ’s=’ est suivi d’un numéro qui est spécifique de chaque utilisateur (le numéro de session). Le lien ne peut donc pas marcher pour quelqu’un d’autre, un nouveau numéro étant affecté à chaque nouveau visiteur.
Et si on supprime ce paramètre, ça ne marche pas non plus, cause que l’information importante ’prunier’ n’est pas passée de manière visible au serveur.
réponse à . God le 22/11/2006 à 08h40 : Dans ce lien : http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/tlfiv5/advanced.exe?8;...
Bon, au moins, on ne mourra pas idiots !
réponse à . God le 22/11/2006 à 08h40 : Dans ce lien : http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/tlfiv5/advanced.exe?8;...
Et voilà ! God n’est pas God pour rien, je vous l’avais bien dit !
à l’appui de ce sens de "valeur insignifiante" on trouve successivement les expressions :
loc. 2e moit. XIIe s." ne preisier une prune" = « n’avoir aucune estime pour » (Sermons Oyez, 1295 ds MÖHREN Négation, p. 207)
puis, en 1202 : "ne pas doner une prune" = « n’attribuer aucune valeur » (Renart, éd. M. Roques, 16318)
pour arriver 1er quart XIIIe s. à : " ne valoir une prune" = « ne rien valoir » (RECLUS DE MOLLIENS, Miserere ds MÖHREN, loc. cit.); ou encore 1507-08 "pour des prunes" = « pour peu de choses; pour un maigre bénéfice » (ELOY D’AMERVAL, Le Livre de la Deablerie, éd. Ch. Fr. Ward, 123a)

Voici donc un mot qui désigne rapidement quelque chose d’une valeur insignifiante.
Or, son diminutif : "prunelle" (petite prune) désigne à la même époque quelque chose d’une valeur inestimable  : "j’y tiens comme à la prunelle de mes yeux"
Amusant, non ?

Sans remettre en cause l’histoire des croisades, il faut ajouter que les prunes étaient bien connues dans l’antiquité, notamment des romains , et que si les croisés en ramenèrent de Damas*, ce ne fut nullement une découverte pour la France !

l’académie précise qu’il faut écrire : prune de damas et non de Damas, puisqu’il s’agit du tissu, et non de la ville (bien que le premier soit originaire de la seconde)
réponse à . borikito le 22/11/2006 à 07h46 : AH, les prunes,! ne m’en parlez surtout pas ! Je m’en suis pris...
"se prendre une prune" pour se faire verbaliser par la maréchaussée
Moi aussi, je m’en suis pris une ! il y a quelques 6 ans déjà … c’était, sans remonter jusqu’aux croisades, un temps où l’on comptait encore en Francs, et où j’étais encore jeune et ma voiture fringante … = excès de vitesse pour doubler 2 tracteurs qui se traînaient lamentablement sur une belle portion de route touristique rectiligne … et sur mon élan, j’ai aussi doublé 2 véhicules d’anglais qui faisaient du tourisme trop tranquillement à mon goût. En passant devant un chemin creux, j’ai bien entr’aperçu un gendarme qui s’activait devant un truc qui ressemblait à un barbecue et son compère qui m’a fait un signe d’une main, tout en se rebraguettant de l’autre … « ouf !, je l’ai échappé belle » ai-je pensé in petto, tout en levant le pied (un peu lourd sur l’accélérateur) « z’avaient pas encore installés le radar ! » Bernique ! il était déjà en action (le radar) et j’ai écopé pour excès de vitesse et délit de fuite … pas une grosse amende, mais retrait du permis 1 mois et 9 points en moins !
Devenue sage après cette aventure, je ne risque plus d’en prendre une autre (prune) car maintenant je roule à un train de sénateur ! … et je me fais ‘harponner’ par un chevreuil ! 
Bonjour à tous, je ne suis pas malade, mais surchargé.Impossible de rattrapper le retard sur Expressio !
A très bientôt sur nos lignes, soyez sages et créatifs , c’est tout ce que je souhaite à GodLapin
:O) Hobbes
Un coup ("il s’est pris une prune, un pruneau") ;
d’où vient cette notion de coup ? Des promenades sous les arbres, durant lesquelles on prend soudain un fruit sur la tête ? Il est, en effet, commun à bien des fruits : on prend une prune, mais aussi une pêche, un marron, une chataigne ...
Qu’ensuite le pruneau soit devenu la balle de pistolet se comprend mieux : à partir du sens de "coup", de sa forme et de sa couleur noire ...
réponse à . chirstian le 22/11/2006 à 09h25 : Un coup ("il s’est pris une prune, un pruneau") ; d’où ...
Alors, Isaac Newton se serait "pris une pomme" au lieu d’une prune ? 
réponse à . chirstian le 22/11/2006 à 09h25 : Un coup ("il s’est pris une prune, un pruneau") ; d’où ...
Eh oui, mais alors pourquoi pas "se prendre une mangue" ? Car je me souviens douloureusement en avoir pris une sur la caboche un jour de très grosse pluie où je m’étais abrité sous un manguier, à Bangui.
je ne me serais pas connecté "pour des clopinettes"
En Alsace, l’expression prend tout son sens: il y a tellement de pruniers qu’on voit souvent des fruits qui ont pourri avant d’être ramassés.
Salut les pruneaux et les prunelles (elle est pas là Mirabel aujourd’hui?)
Excellente variété, blague à part !
Nous voici donc avec un Papi, qui s’ajoute au Pépé et à la Mama ! ça devient Gériatrik Park ici ! 
réponse à . borikito le 22/11/2006 à 09h34 : Eh oui, mais alors pourquoi pas "se prendre une mangue" ? Car je me souvien...
Ca tombe comme à Gravelotte !

J’ai été raté de peu par un cocotier, ce doit être douloureux, en revanche, je me suis déjà pris des marrons sur le crâne !
Ca pique, sans compter les séquelles sur le cerveau.

La prune était déjà connue en Europe avant le Moyen-âge, sans doute apportée par les Romains et c’est le croisement avec la prune de Damas (ou damas) qui a donné la prune d’ente bien connue des cruciverbistes et qui a fait la fortune de la "pruneau valley" du côté de Sainte Livrade.
réponse à . <inconnu> le 22/11/2006 à 09h51 : Excellente variété, blague à part ! Nous voici donc av...
Oh la la !

J’ai deux collègues lorraines, la mirabelle n’est pas un sujet de plaisanterie !
C’est la guerre entre la mirabelle de Metz et la mirabelle de Nancy.

Par ailleurs, la mirabelle n’est pas une prune, on obtient les mirabelliers par semis et les pruniers par greffe.

Voilà une contriburion qui ne sera pas faite ... pour le roi de Prusse.
réponse à . borikito le 22/11/2006 à 09h34 : Eh oui, mais alors pourquoi pas "se prendre une mangue" ? Car je me souvien...
Eh oui, mais alors pourquoi pas "se prendre une mangue"
et pourquoi pas une noix de coco, ou un régime de bananes... Sans doute étaient elles peu répandues dans les vergers français, non ? Il faudrait scruter les dialectes africains : tout à fait possible qu’on y trouve des expressions aussi imagées que notre "secouons le cocotier!".

Peut on me confirmer l’’expression "pour des frites" ? Elle signifierait : pour rien.
Son origine remonterait aux tentatives de conquête des 17 provinces belges par les français, qui finalement revinrent en France, dépités, sans les trésors attendus, mais en ramenant les frites, qui, alliées au steack se popularisérent au point de devenir la devise de la France ("liberté, égalité, steack frites" )
autre sens : un coup (prendre une frite)
la chance : la purée de frite qu’il a , le mec !
une contravention : j’ai pris une frite pour excès de vitesse sur Expressio !
réponse à . borikito le 22/11/2006 à 09h34 : Eh oui, mais alors pourquoi pas "se prendre une mangue" ? Car je me souvien...
Et la noix de coco alors ?
Avez-vous lu, cet été, la terrible mais risible mésaventure de Keith Richards (des Stones, NDLR) ? Se prélassant dans une île paradisiaque, il s’est pris une noix de coco sur le cassis, ce qui a tout de même entrainé l’annulation de quelques dates de leur tournée mondiale !
réponse à . SyntaxTerror le 22/11/2006 à 09h58 : Oh la la ! J’ai deux collègues lorraines, la mirabelle n&rsqu...
"Voilà une contriburion qui ne sera pas faite ... pour le roi de Prusse."

La contriburion du Centution ?
réponse à . <inconnu> le 22/11/2006 à 09h51 : Excellente variété, blague à part ! Nous voici donc av...
Impertinente Pétula ! Je suis Momo et non Mama quoi que l’on dise de mes lolos ! 
réponse à . chirstian le 22/11/2006 à 10h05 : Eh oui, mais alors pourquoi pas "se prendre une mangue" et pourquoi pas une no...
Gamins nous nous amusions à "faire des frites" qui consistaient à secouer très vivement la main en effleurant la fesse du copain, ce qui créait une augmentation de température, à cet endroit, ressemblant à une brûlure.
Yana qui connaissent ?
réponse à . borikito le 22/11/2006 à 10h07 : "Voilà une contriburion qui ne sera pas faite ... pour le roi de Prusse."...
Mille excuses.

Est-ce que c’est ça "avoir un contrepet de travers" ?
réponse à . borikito le 22/11/2006 à 10h07 : "Voilà une contriburion qui ne sera pas faite ... pour le roi de Prusse."...
tu m’as coiffée au poteau ! j’étais en train d’écrire : "Travailler pour des prunes, ... c’est comme travailler pour le roi de Prusse"
C’est ainsi que les grands esprits se rencontrent ! en pensant la même chose au même moment ! 
réponse à . momolala le 22/11/2006 à 10h09 : Impertinente Pétula ! Je suis Momo et non Mama quoi que l’on d...
Consentement tacite pour "gériatrik" alors ?
Mais où est donc passée Lamone ?
réponse à . SyntaxTerror le 22/11/2006 à 09h58 : Oh la la ! J’ai deux collègues lorraines, la mirabelle n&rsqu...
Quand je parle de l’excellente variété, il s’agit de celle citée en 3 par Papimachi...
Quant aux Lorrains, je te déconseille vivement de les associer aux Alsaciens , c’est effectivement comme si tu comparait la mirabelle à la quetsche...
réponse à . borikito le 22/11/2006 à 10h12 : Gamins nous nous amusions à "faire des frites" qui consistaient à ...
hé, oui, on "se faisait des frites" ouille ! 
et aussi "des béquilles" = un p’tit coup derrière le creux du genou qui déstabilisait l’autre !
...les séquelles sur le cerveau
Ah ! Je comprends maintenant le niveau de tes interventions... 
réponse à . <inconnu> le 22/11/2006 à 10h17 : Quand je parle de l’excellente variété, il s’agit de c...
Comment ? Les prunes du Pape sont une variété de couilles ? Euh, non, c’est l’inverse que je voulais dire, enfin...
réponse à . chirstian le 22/11/2006 à 10h05 : Eh oui, mais alors pourquoi pas "se prendre une mangue" et pourquoi pas une no...
"Son origine remonterait aux tentatives de conquête des 17 provinces belges par les français, qui finalement revinrent en France, dépités, sans les trésors attendus, mais en ramenant les frites, qui, alliées au steack se popularisérent au point de devenir la devise de la France ("liberté, égalité, steack frites" )"

1) la devise de la France est "liberté égalité choucroute". Demandez au regretté Jean Yanne.

2) Antoine-Augustin Parmentier, il ’tot né-natif ed Mondidji (Montdidier).
Si les Belges ont des frites, c’est parce qu’ils nous ont volé l’idée. Quand on n’en a qu’une (d’idée) on s’y accroche.
réponse à . cotentine le 22/11/2006 à 09h10 : "se prendre une prune" pour se faire verbaliser par la maréchaussé...
J’y reviens.. en deuxième lecture :

"son compère (le gendarme) qui m’a fait un signe d’une main,"

Serais-tu donc si belle que tu puisses croire que les gendarmes te draguent au passage ?
Pour moi, c’était pour avoir mordu la ligne blanche en me déportant pour n’avoir que les roues droites à passer sur des ralentisseurs.
Il y avait sept "gendarmes couchés" inoffensifs mais malheureusement plus loin deux gendarmes debout, les nuisibles.
réponse à . momolala le 22/11/2006 à 10h09 : Impertinente Pétula ! Je suis Momo et non Mama quoi que l’on d...
S’cuse, Momo, c’était juste pour etoffer mon somptueux corpus....
réponse à . file_au_logis le 22/11/2006 à 07h56 : Tu as quand même remarqué, j’espère, que je me suis bi...
ils avaient ramené leur fraise
les prunes écrasées
on sentait bien le malaise
que pour des prunes ils ont été
ah la la la foutaise
et s’ils savaient
de peau de charolaise
ils les auraient enveloppées
sauvés de la prothèse
ils se sont jurés
que pour des fadaises
à tort écoutées
de garder leurs portugaises
à jamais fermées
Pour tout l’or de suez
sont pas prets d’y retourner
même la couronne anglaise
pourra rien (n)’y changer


les c. du pape non plus
réponse à . Rikske le 22/11/2006 à 10h19 : Comment ? Les prunes du Pape sont une variété de couilles&nbs...
Hé, oui, c’est en ton cas le nom que j’ai toujours connu (mais il doit y en avoir un autre !) pour désigner de grosses prunes charnues et mauves, comme qui dirait...congestionnées ! 
De l’une d’entre elles, mais pas la première qui fut un succès à la fin du XIe, les Croisés, qui avaient échoué, revinrent piteux, mais ramenant des pieds de pruniers, fruits alors quasiment inconnus dans nos contrées.
bon, je reviens à cette histoire de croisades !
Elle figure dans certaines de mes sources, mais sans indication plus précise. Or, après lecture de leur chronologie , j’ai l’impression que le premier échec véritable, qui pourrait faire dire que les croisés sont revenus les mains vides est assez tardif : la 7° ou la 8°*. Auparavant , même si leurs objectifs ont été détournés du but initial (comme la prise de Constantinople) , le butin n’a pas été négligeable ! Or, s’il s’agit de la 7°, elle se termine en 1254, retour vers 1255. Si on imagine que les croisés en ramènent la prune, elle met des années avant de se diffuser.. aucune chance pour que ce fruit perde toute valeur immédiatement ! Or les expressions que j’ai citée en @17 sont nettement antérieures (1202 etc...)*.

Je crois donc que cette explication n’en est pas une ! Tout porte à croire que la prune existait sous des formes diverses dans toute la Gaule, au point qu’elle était un fruit de peu de valeur. D’où les expressions. Un jour, voulant commenter le résultat d’une croisade, un chroniqueur a utilisé l’expression , mais il s’agit d’une application, pas de l’origine. Il n’empêche que c’était une belle histoire ! Si non e vero , e bene trovato... Donc je ne mettrai pas de prune à God, pour cette explication douteuse !

le mot "prunelle" = petite prune est attesté par des sources encore plus anciennes : XI siècle. Le mot "pruine" , poussière cireuse qui recouvre des fruits, comme la prune, est attesté début XXII... Vieux, la prune ! très vieux ... J’en ai une à la cave ... mais je n’oserai affirmer qu’elle remonte au Moyen Age !

* le fait que ce puisse être la 7° ou la 8°, est confirmé par le fait que la 9° commence par "pomme, pomme, pomme, pomme..."
réponse à . <inconnu> le 22/11/2006 à 11h58 : Hé, oui, c’est en ton cas le nom que j’ai toujours connu (mai...
Une rapide recherche gouguelienne me donne des figues de provence, mais pas de prunes... Quid ?
Rectif’: en fouillant plus loin, j’ai trouvé 1 allusion a des prunes, en... Lorraine ! Tout s’explique !
réponse à . Rikske le 22/11/2006 à 12h23 : Une rapide recherche gouguelienne me donne des figues de provence, mais pas de p...
Je te l’avais dit, on est en plein idiolecte...Je ne l’ai entendu que chez moi.
réponse à . <inconnu> le 22/11/2006 à 11h58 : Hé, oui, c’est en ton cas le nom que j’ai toujours connu (mai...
Etant gamin, un voisin avait prétendu que sa variété d’échalottes s’appelait ainsi.
Elles était petites et rabougries !

Que les prunes du pape soient énormes et congestionnées a aussi une explication logique.

Ca me laisse père-plexe.

J’adore les "Bleue de Belgique" et ne ferait aucun commentaire vexatoire.
réponse à . <inconnu> le 22/11/2006 à 12h32 : Je te l’avais dit, on est en plein idiolecte...Je ne l’ai entendu qu...
Pffffouououhhh ! "Idiolecte": wadesda ? J’ai du aller voir sur Wiki, j’avais jamais entendu ! Contraction d’"idiome" et de "dialecte", peut-être ?
Au fond, les c... du pape, elles existent pour des prunes... (en théorie du moins).
réponse à . Rikske le 22/11/2006 à 12h39 : Au fond, les c... du pape, elles existent pour des prunes... (en théorie ...
un mec qui met le préservatif à l’index !
réponse à . file_au_logis le 22/11/2006 à 07h37 : Les croisés partirent, certains même à pied, Vers la J&eacut...
Des rimes riches, tu voulais, je crois que j’ai compris, donc je me lance:

Un quidam parvenu, nouveau riche
Dit un jour à son ami Claude Rich
"Faisons un dîner copieux et riche
En compagnie de belles gosses de riches
Vêtues d’étoffes satinées et riches
Et gratos, on ne prête qu’aux riches"

"En voilà une idée qu’elle est riche"
Clama l’homonyme de Maurice Rich
réponse à . chirstian le 22/11/2006 à 09h25 : Un coup ("il s’est pris une prune, un pruneau") ; d’où ...
eh, oh, demande à Newton, lui, c’est une pomme qu’il s’est pris ... sur la pomme!

Désolé, Rikske, j’avions point lu plus loin que le bout de ton nez... J’essaie de ratrapper mon retard et travaille donc au coup par coup.

Sans rancune, j’espère...
réponse à . <inconnu> le 22/11/2006 à 09h45 : En Alsace, l’expression prend tout son sens: il y a tellement de pruniers ...
à mon avis, elle couche aujourd’hui sous le Pont Mirabeau... 
réponse à . file_au_logis le 22/11/2006 à 12h42 : eh, oh, demande à Newton, lui, c’est une pomme qu’il s’...
Ayant reçu une pomme sur les prunes, il s’est mis à chanter :

Ma pomme, c’est moua_a_a_a
On lui avait pas fourni le mode d’emploi ?
réponse à . chirstian le 22/11/2006 à 12h12 : De l’une d’entre elles, mais pas la première qui fut un succ...
C’est pas la 5ème qui commence comme ça ? J’ai un doute...
réponse à . Rikske le 22/11/2006 à 12h37 : Pffffouououhhh ! "Idiolecte": wadesda ? J’ai du aller voir sur W...
Idiolecte ? Sur mon tricycle (j’ai failli dire "ma bécane) et mon petit dico-perso je trouve, pour IDIOLECTE :
Spécifités du language d’un individu particulier.
Ce qui suppose donc deux conditions : être particulier, puis accessoirement individu.

Ca ne fait rien, j’ai encore enrichi mon vocabulaire. Aujourd’hui c’est grâce à la Pétulante Perrot. Merci Petula.
"Que fétula, Pétula, oh ! oh ! ?"
Peut-être a-il entendu parler du martien à cinq zizis à qui les préservatifs allaient comme un gant !
réponse à . file_au_logis le 22/11/2006 à 12h42 : eh, oh, demande à Newton, lui, c’est une pomme qu’il s’...
Pas d’lézard, Filo, le copyright appartient à Expressio !
réponse à . SyntaxTerror le 22/11/2006 à 10h37 : "Son origine remonterait aux tentatives de conquête des 17 provinces belge...
Eh, oh, faut que je joue gendarme, là, maintenant?
D’accord la France a eu Parmentier, qui a inventé la pomme de terre. Il en a fait un beau hachis*, d’ailleurs.
C’est pas lui, par contre, qui a inventé la frite. C’est un chef (coq) qui a dû les replonger dans l’huile, le Roy étant arrivé en retard.
Mais c’était encore toujours gras et dégoulinant... berk!
Nous, les Belges, comme d’habitude, avons repris l’idée (qui n’en était pas une, c’était un accident) des Francais, et l’avons (sensiblement) améliorée. C’est chez nous qu’elles sont bonnes, avec des pommes de terre belges, sioux plaît! Mais pas surgelées, berk!
*haschich, euh non, gâchis, euh, enfin, chais plus...
réponse à . eureka le 22/11/2006 à 11h52 : ils avaient ramené leur fraise les prunes écrasées on senta...
tu m’intrigues. Qui es-tu? Nous pourrons parler de ton totem en apparté si tu demandes mon adresse mail à God. Pour moi, c’est OK...
réponse à . borikito le 22/11/2006 à 10h12 : Gamins nous nous amusions à "faire des frites" qui consistaient à ...
ça j’ai connu et ça ne me faisait pas rire du tout du tout  

Pour Gériatrik, menfous. Vu du dedans, et surtout quand je regarde autour de moi, je me trouve JJJJJJeune là où il faut, et c’est bien l’essentiel, non ?
En passant, je signale à tous les expressionautes intéressés et dont je n’ai pas l’adresse mail sous la main, que la convention de Saint Nicolas d’Expressio.unefois.be tiendra ses assises ce lundi 11 décembre à 12h00, au restaurant "’t Spinnekopke", Place du Jardin aux Fleurs n° 1, à 1000 Bruxelles (c’est à deux pas de la Bourse et de la place De Brouckère). Y’aura d’la gueuze et du stoemp. Qu’on se le dise !
réponse à . Rikske le 22/11/2006 à 12h23 : Une rapide recherche gouguelienne me donne des figues de provence, mais pas de p...
Bonjour à tous. Brignoles dans le var devrait son nom à BRIN (prun et ON (bon)
voir :www.ville-brignoles.fr/tourisme/prune/pistole
J’ai voulu faire cette page mais ça n’a pas marché.
réponse à . <inconnu> le 22/11/2006 à 13h32 : Bonjour à tous. Brignoles dans le var devrait son nom à BRIN (prun...
Claudiiiiine ! T’as kidnappé Elpepe ?
Je constate avec beaucoup de plaisir que le virus pouétique se propage ! Comme je n’ai pas le temps de contribuer et que vous êtes plus excellents les uns que les unes et vice et versa, je vous propose d’enrichir votre culture par cette extraordinaire, inoubliable chanson de Bourvil sur une musique de Francis Lopez quand même , intitulée : "Les pruneaux"

Paroles: Camille François. Musique: Francis Lopez

A l’hôpital de la Salpetrière
Un médecin connu, un grand patron
La légion d’honneur à la boutonnière
Devant les lits fait sa consultation
Une fillette est là avec sa mère
Le docteur dit " elle a le teint palot "
Donnez-lui donc de façon régulière
Matin et soir une assiette de pruneaux
On en a pas dit l’infirmier
La mère accoure chez l’épicier

Donnez-moi des pruneaux
Des pruneaux pour ma fille
Une livre, un kilo
Donnez-moi des pruneaux
Si c’est des pruneaux cuits
Gardez-les dans leur jus
Si c’est des pruneaux crus
J’attendrai qu’ils soient cuits
Donnez-moi des pruneaux
Des pruneaux pour ma fille
Des petits ou des gros
Donnez-moi, donnez-moi, donnez-moi des pruneaux

Elle continua gravissant son calvaire
Et vit au loin un endroit mal famé
Ou les clients à coups de revolver
Réglaient les comptes qu’ils avaient à régler
Sans hésiter elle traversa la rue
Le cœur gonflé de son dernier espoir
Mais elle reçue une balle perdue
Et quand on la retrouva sur le trottoir
Aux deux agents qui l’emportaient
Les yeux fermés elle chantait
Donnez-moi des pruneaux
Des pruneaux pour ma fille
Des petits ou des gros
Donnez-moi des pruneaux
En retirant son képi alors un agent dit
Pruneaux cuit, pruneaux crus,
Je crois que tout est foutu
Faut l’emporter à l’hosto
Pour retrouver sa fille
Et tirer le rideau
Sur l’histoire, sur l’histoire des pruneaux.

Bonjour Claudine ma voisine !
réponse à . momolala le 22/11/2006 à 13h18 : ça j’ai connu et ça ne me faisait pas rire du tout du tout &...
Frites, béquilles, brûlure indienne, morsure de cheval et j’en passe...
Que les enfants peuvent être cruels !
Bon, reflexion faite, plus tard c’est méchantes vannes, coups bas et trahisons en tout genre, c’est pas mal non plus ...

@ Borikito : pour "gériatrik", arrête de me faire culpabiliser, c’était juste pour le caser...
Petula Perrot aussi, ça fait PP, peut-être ne suis-je pas celle que vous croyez, gniark, gniark, gniark !!!
réponse à . chirstian le 22/11/2006 à 12h12 : De l’une d’entre elles, mais pas la première qui fut un succ...
Ta manière d’écarter l’option des Croisés aussi brutalement ne me va pas du tout.
C’est un avis lié à ta perception du succès ou des échecs des croisades. Mais quelques historiens considèrent que, à part la première, les croisades ont été des échecs.
cette page, entre autres sources à la fiabilité forcément incertaine, indique aussi que, si les prunes étaient effectivement connues avant, celles de Damas ont bien été ramenées par les Croisés au début du XIIe.
Donc, même si c’est à prendre avec des pincettes, comme beaucoup d’autres origines, rien n’interdit de penser qu’ils y sont bien allé pour des prunes.
réponse à . God le 22/11/2006 à 13h43 : Ta manière d’écarter l’option des Croisés aussi...
Tiens, d’après le lien, la mirabelle et la quetsche seraient tout de même deux variétés de prunes ? Qu’en dit SyntaxTerror 27 ?
réponse à . Rikske le 22/11/2006 à 13h50 : Tiens, d’après le lien, la mirabelle et la quetsche seraient tout d...
Je ne sais pas ce qu’il en dit mais je peux te dire ce qu’en dit André Willemse, le jardinier par correspondance : prunier mirabelle de Nancy et prunier quetsche d’Alsace, donc pruniers !
réponse à . <inconnu> le 22/11/2006 à 13h41 : Frites, béquilles, brûlure indienne, morsure de cheval et j’e...
Que les enfants peuvent être cruels !
Bon, reflexion faite, plus tard c’est méchantes vannes, coups bas et trahisons en tout genre, c’est pas mal non plus ...

J’ai toujours pensé que les vrais petits cons avaient de grandes chances de devenir de vrais grands cons (excuses à Mirabel mais des fois il n’y a qu’un mot qui convienne). Il n’y a pas de mutation entre les deux périodes ou bien je suis pour les expériences transgéniques en ce domaine ; ce serait donner une chance à l’Humanité !

Pétula, tu es très drôle et j’aime beaucoup tes rimes riches !
réponse à . borikito le 22/11/2006 à 07h50 : Bon, le festival commence. Pourvu qu’il aille crescendo. Et à prop...
"Ce bras, qu’il a lévé tant de sacs de pons de terre...
...Ce bras, ce bras d’honneur, oilà qu’y fait tchoufa !"

Ben oui, c’est bien la parodie du Cid d’Edmond Brua, et qui doit toujours figurer en bonne place dans la bibliothèque familiale africaine... à Roscoff, chez ma mère. Tu peux commander cette oeuvre grandiose à cette page, je pense.
réponse à . SyntaxTerror le 22/11/2006 à 09h58 : Oh la la ! J’ai deux collègues lorraines, la mirabelle n&rsqu...
Manque plus que la mirabelle de Toul et celle de Verdun...
réponse à . momolala le 22/11/2006 à 13h55 : Je ne sais pas ce qu’il en dit mais je peux te dire ce qu’en dit And...
La prunelle d’Alsace était aussi un alcool qu’adorait le commissaire Maigret; la soeur de Mme Maigret habitait en Alsace.
réponse à . God le 22/11/2006 à 13h43 : Ta manière d’écarter l’option des Croisés aussi...
Ah mais God, tu ne l’as pas dit "de Damas" dans ta définition ! ...

Bon allez, maintenant que j’ai versé un peu de l’huile des frites belges de Filo dans Expressio, je m’en vais sur la pointe des pieds.

@Elpepe 74 : oh les Black Feet, le sujet du jour ce sont les "prunes" pathos, alors au boulot ! Je viens voir ce soir vos contributions sur la culture de la prune en Afrique du Nord.
réponse à . momolala le 22/11/2006 à 13h59 : Que les enfants peuvent être cruels ! Bon, reflexion faite, plus tard...
Merci pour tes encouragements, grâce à toi, je deviendrai peut-être un jour pouettesse-dada, maudite mais reconnue et adulée.
C’est très vrai ce que tu dis, la connerie n’attend pas le nombre des années...
Il avait bien raison ce bon vieux Georges à moustache (et à guitare) 
réponse à . Rikske le 22/11/2006 à 14h02 : Manque plus que la mirabelle de Toul et celle de Verdun......
Avec Nancy, ça ferait quatre évéchés ?

O lala , faut que je reprenne mes livres d’histoire de primaire !
Peut-être aussi, ces Chevaliers, ces "Kraks" ont-ils ramené quelques brunes beautés orientales (BBO) qui ne comptaient évidemment pas pour des prunes...

Elles avaient dit-on de beaux troncs et saluaient très souvent les vieilles branches !
(Vieux Chevaliers Branchés). VCB !

En tous cas, c’est un certain Jacques du Tronc qui l’affirmait et qui a composé spécialement pour elles la chanson de la fille du Père Noël.
« Elles » étant un sous-entendu voulant dire, belle nana de descendance Hébraïque. Des « BNDH » quoi !

Les BBH, les blondes beautés hexagonales si rigolotes, fronçaient les sourcils de cette subite concurrence inattendue.
Je sais et je me souviens : j’y suis allé à Damas en ce temps là !

Philosophons sur cette période, BHL, nous donnera un coup de main, ou un coup de plume s’il n’est pas aux BHV.

Ah, ces acronymes nous empoisonnent l’existence quand même non ?
réponse à . God le 22/11/2006 à 13h43 : Ta manière d’écarter l’option des Croisés aussi...
Donc, même si c’est à prendre avec des pincettes, comme beaucoup d’autres origines, rien n’interdit de penser qu’ils y sont bien allé pour des prunes.
objection votre Honneur ! On peut effectivement dire que l’objectif religieux (Jerusalem, Dieu le veut etc...) a été détourné, dès la seconde croisade (j’imagine que les historiens sont divisés sur ce point).
Mais la question n’est pas : est-il légitime de dire que "les croisés ont été pour des prunes" aux croisades ? Mais bien : est-ce que l’expression du jour vient de là ?

Or,si nous sommes d’accord sur le fait que des expressions telles que "ne pas valoir prune" datent du XI et XII, c’est bien que la prune était déjà très commune dans notre pays, avant toute croisade. Le passage de "ne pas valoir prune" à "travailler pour des prunes" me semble évident , et ne nécessite pas une explication spécifique.
Je conteste donc la phrase : "Mais pourquoi une prune ne valait-elle déjà rien ? Eh bien nous allons devoir remonter jusqu’aux premières croisades, au XIIe siècle." : la croisade (même la plus ancienne) n’explique pas les expressions antérieures de même sens.
Ce que je croix c’est donc que, comme cette expression existait , il était possible de l’appliquer après coup à une croisade, en jouant sur le fait que le seul acquis aurait été ... une nouvelle variété de prunes.
Encore un verre de prune ?

*on trouve déjà dans la Bible mention de la mirabelle , dans le vers célébre :
"s’approchant du miroir, où il se mire, Abel,"
etc...
réponse à . Rikske le 22/11/2006 à 13h50 : Tiens, d’après le lien, la mirabelle et la quetsche seraient tout d...
Allons bon, je suis mis t’en cause.

Il me paraît évident que les mirabelles ne poussent pas sur des pommiers, n’en déplaise à Isaac Newton. On peut les considérer comme des prunes.

Je faisais une distinction entre les pruniers (Reine-Claude, Quetsche, etc) qu’on obtient en greffant (ou entant) une branche de la variété désirée sur un prunus et les mirabelliers qui s’obtiennent sans greffe, juste par semis (on s’aime).

Je lis aussi qu’il existe un Prunus Spinosa ! Ca doit donner des livres de philosophie, faut rajouter du sucre !
réponse à . Rikske le 22/11/2006 à 14h02 : Manque plus que la mirabelle de Toul et celle de Verdun......
Et la prune d’ente alors ? là nous sommes dans le vif du sujet puisque WIKIPEDIA
nous dit que la prune de DAMAS ramenée dans le Sud-Ouest au retour de la seconde croisade a été greffée avec un prunier locale. Ce croisement a donné une prune appelée d’ENTE. C’est cette prune séchée qui nous donne le vrai pruneau
d’Agen. Prune récoltée non pas à Agen mais à Ste LIVRADE et à VILLENEUVE S/
LOT. Maintenant le pruneau d’agen est devenu un argument de vente et il n’a rien à voir avec le véritable. D’où la nécessité de bien lire la provenance sur l’étiquette.
La prune d’ente séchée au soleil que je mangeais dans mon enfance alors qu’elle était encore souple, gorgée de soleil , était un vrai régal.
réponse à . file_au_logis le 22/11/2006 à 13h12 : tu m’intrigues. Qui es-tu? Nous pourrons parler de ton totem en appart&eac...
je suis bien aise
qu’intrique il y ait
en "aparté, ne t’en déplaise
pour moi aussi c’est OK
à toi mon adresse demander
et God sera fort aise
de te la communiquer

Battons le fer sorti des braises

faisons monter la mayonnaise
aux expressi-oeufs bien frais

Nous danserons la javanaise
et enfin pour "entracter"
pourquoi pas la marseillaise
à capella chanter

Oh punaise !!
c’est moi qui l’ai pondé (pour la rime, c’est un pauêeeeeeeeeeeeeeeme)

waou !!
réponse à . chirstian le 22/11/2006 à 14h39 : Donc, même si c’est à prendre avec des pincettes, comme beau...
Dis-moi chirstian, t’as fumé quoi, là ? C’est quoi ton XIe et ton XIIe, là ?
La prune était connue avant le XIIe, on l’admettra sans problème, ainsi que tu l’as indiqué. Mais tu écris toi-même en 17 que l’association de la prune a une faible valeur date au plus tôt de la deuxième moitié du XIIe ("ne preisier une prune"). Or, le retour de Damas avec les pruniers de là-bas, supposé être à l’origine de cette association, est daté du début du même siècle.
On ne peut donc rejeter d’une pichenette cette possibilité aussi simplement que tu t’obstines à le faire.
réponse à . <inconnu> le 22/11/2006 à 14h49 : Et la prune d’ente alors ? là nous sommes dans le vif du sujet...
Tout à fait, j’y ai fait allusion en (26).

On a aussi greffé des supplétifs Vietnamiens à Sainte Livrade.
Ca donne à peu près ça :
Passeu-moi le canard laqué, cong !
réponse à . chirstian le 22/11/2006 à 14h39 : Donc, même si c’est à prendre avec des pincettes, comme beau...
L’objectif des croisades a fait naître un sentiment d’épuration ethnique « nécessaire » à la sécurisation des axes routiers comme de la préservation de lieux dits saints. Devenu un « devoir », il était largement appliqué et transcendé par l’appât du gain en tous genres quand cela n’était pas un goût immodéré à fendre en deux d’autres hommes, bafouant là le Commandement
« Tu ne tueras point ».

Ce qui aurait dû n’ être qu’une transhumance basée sur la foi réelle et sincère s’est transformée en une mauvaise foi à tuer pour mieux exister. L’homme aime à servir et à se servir de ses mauvais génies. Mais en ce cas, il n’en est que le seul responsable ! La jeune Eglise papale de l’époque comprise.

Le Spirituel vous le dit : Dieu est absout de ces monstruosités qu’il n’a pas souhaité mais n’oublie pas et pour autant de châtier ses mauvais fils en leur mettant en mémoire douloureuse des prunes efficaces tel le remord, la peine et le regret : douleurs dévorantes.
Face à soi, on ne voit que soi et honnir ses actes vils et cruels est alors permis.
La porte ouverte à la Rédemption en somme.

La prune est donc l’Ambassadrice de la Tempérance.
Mais qui mange trop devient trop gourmand, assurément.

Désolé, mais l’expression du jour appelle aussi des réflexions spirituelles.
Dois-je m’excuser d’ailleurs ?
Amitiés à Toutes et Tous.
réponse à . <inconnu> le 22/11/2006 à 15h07 : L’objectif des croisades a fait naître un sentiment d’é...
Pour ceux que le sujet intéresse, un livre, entre autres: "Les croisades vues par las Arabes", d’Amin Maalouf. Sorti en poche il y a quelques années.
réponse à . <inconnu> le 22/11/2006 à 15h07 : L’objectif des croisades a fait naître un sentiment d’é...
T’excuser toi-même, certainement pas ! Mais nous demander de t’excuser, éventuellement. 
réponse à . God le 22/11/2006 à 15h11 : T’excuser toi-même, certainement pas ! Mais nous demander de t&...
Sans excuse, on ne chemine pas bien loin mais si l’excuse vient de quelqu’un d’autre, y voir là une demande à peine dissimulée, voilée, de s’inviter au chevet de ce quelqu’un d’autre.

L’excuse est la meilleure carte d’invitation.
A charge du commis d’en faire bon usage.
réponse à . chirstian le 22/11/2006 à 09h25 : Un coup ("il s’est pris une prune, un pruneau") ; d’où ...
D’autant, mon cher Chirstian, que le pruneau désignant le coup reçu descend, sémantiquement, en droite ligne du francisque moyen "ramponneau", qui désignait un grand pruneau bien lourd, et qui faisait très mal quand on le recevait sur la tronche.
Tout ça si on porte quelque crédit à "Ferdinand de Saussure et son traité de linguistique générale", par Edmond Brua.
Evidemment...
@ Chirstian_46 : "Un jour, voulant commenter le résultat d’une croisade, un chroniqueur a utilisé l’expression"... Le chroniqueur en question s’appelait Leoni Zitroni, sauf erreur.
Excuse-moi. je m’étais arrêté aux séquelles du cerveau. C’est sans doute pour cela (les séquelles) que je n’ai pas lu jusqu’au bout.
réponse à . momolala le 22/11/2006 à 13h59 : Que les enfants peuvent être cruels ! Bon, reflexion faite, plus tard...
Moi je te trouve bien pessimiste, tristement pessimiste. Tous les jeunes, d’hier et d’aujourd’hui ont fait de plus ou moins grosses bétises. Est-ce pour cela qu’il n’y a plus d’espoir pour eux ? Ce serait désespérant. s ’ils ressentent cette opinion, pourquoi ferait-ils l’effort de changer? Heureusement il y a un grand nombre d’éducateurs qui travaillent à leur réinsertion avec bonheur. Ils faut les pousser vers l’avant et non pas les laisser s’enfoncer encore plus bas. Il a toujours de l’espoir.
réponse à . Rikske le 22/11/2006 à 10h19 : Comment ? Les prunes du Pape sont une variété de couilles&nbs...
Sans compter les couilles de Mozart (Mozart Kugeln, voir cette page), que File_chez_le_pâtissier connaît bien, et qui ont une autre gueule que celles du Pape, entre nous soit dit...
réponse à . <inconnu> le 22/11/2006 à 13h41 : Frites, béquilles, brûlure indienne, morsure de cheval et j’e...
"Petula Perrot aussi, ça fait PP, peut-être ne suis-je pas celle que vous croyez, gniark, gniark, gniark !!!"
GAFFE ! C’est une Schtroumpfette noire !
réponse à . Rikske le 22/11/2006 à 14h02 : Manque plus que la mirabelle de Toul et celle de Verdun......
Manque plus que la mirabelle de Toul et celle de Verdun...
Sans compter la mirabelle de Cadix, qu’a des yeux tout autour, kif-kif la pomme de terre à frite belge...
réponse à . God le 22/11/2006 à 14h52 : Dis-moi chirstian, t’as fumé quoi, là ? C’est quo...
tiens, j’aurais abusé de ma prune ?
l’association de la prune a une faible valeur date au plus tôt de la deuxième moitié du XIIe ("ne preisier une prune"). Or, le retour de Damas avec les pruniers de là-bas, supposé être à l’origine de cette association, est daté du début du même siècle.
pas "au plus tôt" : la première source vérifiée d’une expression prouve son existence au plus tard à l’époque de la source !
Je cite :
"sachez que les plus grands auteurs de l’Antiquité en ont parlé : Caton, Martial, Ovide et Pline chez les romains et plus avant Athénée, Théocrite, Hippocrate et Galien, Dioscoride. Ils citent surtout la prune de Damas, dite « damascène » comme la meilleure d’entre les prunes ce qui est confirmé au Moyen-Age, car cette prune était convoyée à grand frais dans des boîtes en plomb garnies de glace. Au Moyen-Age, toujours, on mangeait les prunes en début de repas, car considérée, à la suite des anciens, comme un fruit froid et putrescible ; cette habitude dura jusqu’au XVIème siècle où la prune devint fruit de dessert.
La légende raconte que ce sont les croisés qui rapportèrent les pruniers en Europe en revenant des croisades, nous venons de voir qu’il n’en est rien, cependant, ils ramenèrent certainement les habitudes culinaires qu’ils découvrirent là-bas."
(P Chazallet)
Sur la chronolgie :
"prunelle" (petite prune) est attestée depuis le XI , en fait ses sources sont antérieures à celles de "prune" , mais il est évident que ce dernier l’a précédé.
Le sens de "prune = faible valeur" est effectivement attesté 2° moitié XII, donc au plus tard à cette époque.
Si les croisés avaient ramené la prune de damas à la fin de la seconde croisade (2° moitié XII), je pense qu’il aurait fallu du temps pour qu’elle soient connue , cultivée en quantité , qu’elle perde sa valeur au point de donner naissance à cette expression, non ?
Je persiste et signe !
A quand l’expression : faire la tournée des grands ducs pour des prunes ?
réponse à . momolala le 22/11/2006 à 14h04 : Ah mais God, tu ne l’as pas dit "de Damas" dans ta définition ...
la culture de la prune en Afrique du Nord
Des nèfles ! Atso, tu n’auras rien là-dessus, vu qu’on était plutôt des espécialistes des agrumes, moutons, vignobles et céréales, ac’ la Mitidja qu’ vot’ Bosse*, à coté, c’est le Couine Mairie de et son canot gonflab’ !
*Beauce, prononcé pataouète.
réponse à . chirstian le 22/11/2006 à 16h28 : tiens, j’aurais abusé de ma prune ? l’association de la...
Bon, disons que la prune connue en France avant les croisades avait peu de valeur.
C’est pour cette raison qu’on prisait la prune "de Damas".

Ceci étant, vous n’avez pas l’impression de nous casser les prunes à force de vouloir couper les poils de prune en quatre ???
réponse à . Rikske le 22/11/2006 à 15h10 : Pour ceux que le sujet intéresse, un livre, entre autres: "Les croisades ...
Livre fantasitique, s’il en est. Je l’ai lu et ne peux que le recommander activement. Faudra cependant faire les bouquinistes, j’ai cherché la version poche il y a près d’un an maintenant (à la F..C, pour ne pas la nommer). Il me fut dit "èpuisé", et le vendeur ne parlait pas de l’auteur... De lui-même, peut-être?
réponse à . Elpepe le 22/11/2006 à 16h38 : la culture de la prune en Afrique du NordDes nèfles ! Atso, tu n&rsq...
Pour les céréales, c’est sans doute vrai.
N’oublions pas que les armées de Napoléon ont dévoré des tonnes de blé livrées par l’Algérie et qu’en 1830 la France ne pouvant toujours pas payer ses dettes décide d’annexer le pays. C’est-y pas plus simple que de renégocier un prêt ?
réponse à . Rikske le 22/11/2006 à 14h02 : Manque plus que la mirabelle de Toul et celle de Verdun......
Eh, t’oublie la Mirabelle de Cadix, celle qui a des-z-yeux de velours...

Sorry, LPP, j’avions point vu ta 96, j’ai répondu intempestivement. N’empêche, les grands esprits se rencontrent, n’est-ce-pas...
réponse à . <inconnu> le 22/11/2006 à 14h15 : Merci pour tes encouragements, grâce à toi, je deviendrai peut-&eci...
Merci pour tes encouragements, grâce à toi, je deviendrai peut-être un jour pouettesse-dada, maudite mais reconnue et adulée
adulée ou aCIdulée?? si, si!
réponse à . chirstian le 22/11/2006 à 14h39 : Donc, même si c’est à prendre avec des pincettes, comme beau...
c’est bien que la prune était déjà très commune dans notre pays, avant toute croisade
Une démo assez simple consiste à vous reporter à votre dico de latin préféré, les gars : prunum, i désignait ce fruit du prunus sous César, et même avant...
réponse à . <inconnu> le 22/11/2006 à 14h49 : Et la prune d’ente alors ? là nous sommes dans le vif du sujet...
Au retour d’une croisade,
Ce croisement a donné une prune appelée d’ENTE
... C’est normal, non, ce croisement au retour d’une croisade? Tu crois? Alors, ce prunes s’achètent à Carrefour, maintenant, c’est ca?
réponse à . eureka le 22/11/2006 à 14h51 : je suis bien aise qu’intrique il y ait en "aparté, ne t’en d&...
Eh, bé, y a ben longtemps maintenant qu’une petite poupée (qui fait non, non, non, non, non, non?) ne m’a plus adressé la parole en vers.
Oui, bon, d’accord, parfois, quand même, envers et contre tout, ca a dû arriver, mais enfin, pas tous les jours quand même.
Comme tu dis: waouwww.
Bravo! je dis...
réponse à . <inconnu> le 22/11/2006 à 15h07 : L’objectif des croisades a fait naître un sentiment d’é...
Bravo, Yannou, vive Yannou, Super Yannou! En-core, en-core, en-core (au pied!)
réponse à . momolala le 22/11/2006 à 14h04 : Ah mais God, tu ne l’as pas dit "de Damas" dans ta définition ...
la culture de la prune en Afrique du Nord
c’est effectivement l’un des fruits qui avait connu un développement spectaculaire en Algérie, mais principalement pour l’exportation. Sur place on mangeait beaucoup plus d’abricots, et les enfants conservaient les noyaux pour les récréation (un tas de 3+1 au dessus qu’il fallait atteindre à 3 pas. Les noyaux qui rataient étaient gardés par le propriétaire de la cible, qui perdait celle-ci si elle était touchée).
Je conseille cette page , des Cahiers du Centenaire de l’Algérie
réponse à . Elpepe le 22/11/2006 à 15h53 : Sans compter les couilles de Mozart (Mozart Kugeln, voir cette page), que File_c...
oui, bon, ben, si on veut manger du bon chocolat, faut aller voir ailleurs: Pour deux raisons:
1) si vous voulez aller voir là, vous constaterez que le lien ne fonctionne pas (Vous ne perdez pas au change, c’est moi qui vous le dit)
2) je crois que même Monica aura fait la fine bouche devant des trucs pareils... "Du chaud colle là", aurait-elle dit, "pouah!, c’est dégueulasse!"
C’est vrai, d’abord et surtout pasque c’est PAS du chocolat. Le chocolat, il est noir, il est pur (au moins 70% de cacao), et surtout, le chocolat, IL EST BELGE!!! Qu’on se le dise!!!
réponse à . SyntaxTerror le 22/11/2006 à 16h45 : Pour les céréales, c’est sans doute vrai. N’oublions p...
Il y avait aussi le prétexte de la lutte contre la piraterie barbaresque empoisonnant le commerce maritime en Méditerranée, et surtout, surtout, une revanche inavouée à prendre sur la perfide Albion, dans un contexte de fin d’épopée impériale humiliante et de course effrénée aux matières premières en Afrique, de la part de tous les pays européens à vocation maritime... La facture du blé n’a pas pesé bien lourd dans tout ça !
réponse à . chirstian le 22/11/2006 à 16h28 : tiens, j’aurais abusé de ma prune ? l’association de la...
Bien, ayant des choses un peu plus productives à faires, je voudrais juste préciser que :
- la seconde croisade s’est terminée en 1149
- la première attestation de "ne preisier une prune", première expression connue où la valeur de la prune est sous-estimée, date de la fin du même siècle.
Incompatibilité chronologique, il n’y a donc pas.
Que le coup des pruniers des croisades soit une légende comme le prétend Chazzalet, pourquoi pas ? Mais il me semble que, même si la prune était connue avant (ce que je ne nie pas du tout), rien n’interdit que les Croisés aient ramené une variété de prune particulière et qu’on les ait moqués pour cela, car on en attendaitquand même un peu plus.
réponse à . file_au_logis le 22/11/2006 à 17h04 : oui, bon, ben, si on veut manger du bon chocolat, faut aller voir ailleurs: Pour...
Pour information, à Puyricard, il n’y a pas que du breuvage jaune à noyer dans un peu d’eau, il y a aussi une fabrique de chocolats à la réputation mondiale dans le quartier (y’a quand même des boutiques dans tout le Sud-Est et à Paris).
Ils sont excellents et ils ne sont pourtant pas Belges.
Bon, d’accord, le fondateur s’appelait Roelandts. Mais c’est pas une raison.
réponse à . chirstian le 22/11/2006 à 17h02 : la culture de la prune en Afrique du Nord c’est effectivement l’un...
Concernant ce jeu à base de noyaux d’abricots, il s’appelait "jouer aux tas", dans les cours de récré algéroises. Tu as connu, Chirstian ?
réponse à . file_au_logis le 22/11/2006 à 17h04 : oui, bon, ben, si on veut manger du bon chocolat, faut aller voir ailleurs: Pour...
Tout à fait d’accord, puisque tu le dis : les couilles de Mozart, il faut en avoir goûté pour comprendre qu’il ne faut surtout pas en acheter. Mais il existe de bons chocolats autres que belges, comme de bons vins autres que français...
réponse à . God le 22/11/2006 à 17h16 : Bien, ayant des choses un peu plus productives à faires, je voudrais just...
ayant des choses un peu plus productives à faires,
et pourtant ... quelle meilleure façon d’illustrer l’expression du jour, que de discuter ainsi pour des prunes !

@113 : cours de récré algéroises  ? Eh, y avait pas qu’Alger qui jouait au tas ! L’astuce pour celui qui faisait le tas, c’était de prendre des noyaux très petits, et de chercher un accident du sol qui le protège un peu. Le tireur les prenait très gros, les plus gros pouvant servir 2 fois. Souvenir d’un Constantinois !
réponse à . chirstian le 22/11/2006 à 17h33 : ayant des choses un peu plus productives à faires, et pourtant ... quel...
Constantine, Alger ? Ah pasqu’à Casa on faisait pas, peutêtre ?
Nous confectionnions même de petits sacs de tissus pour contenir ces noyaux.
La notoriété du porteur était fonction de la grosseur du sac.
Certains se taillaient une réputation de bons tireurs. A leur approche, le "faiseur de tas" que j’appelais le banquier s’empressait de ramasser le sien en attendant que le ravageur soit passé.
Une autre utilisation de ce noyau : frotter une de ses faces sur une pierre et l’user jusqu’à obtenir un trou, évider le noyau et en faire un sifflet en soufflant dedans selon un angle à trouver.
Souvenir d’un Beïdaoui (Casablancais)... ayant aussi séjourné à Guelma, derrière le col du Fedjous.
réponse à . Rikske le 22/11/2006 à 13h30 : En passant, je signale à tous les expressionautes intéressé...
Vendu et peut-être Cannelle aussi.
réponse à . borikito le 22/11/2006 à 17h47 : Constantine, Alger ? Ah pasqu’à Casa on faisait pas, peut&ecir...
c’est tout à fait ça ! Mais le jeu était strictement cantonné aux écoles primaires (comme les billes) : au lycée on jouait au sou (un petit sac contenant un peu de sable) qu’il fallait faire rebondir sur l’intérieur du pied, le genou... passe, shoot ... BUT!!!
Pourquoi parlons nous de ces jeux, ici ? Mais naturellement, pour illustrer l’expression du jour : parce que nous jouions pour des prunes*.
*cette expression signifie - pour des raisons que je me propose de vous expliquer bientôt en détail - "pour rien". Pour rien ? Mais ce n’est jamais "pour rien" : dans ce cas précis, c’était pour le plaisir,de jouer, de s’affirmer, de gagner (des noyaux, et surtout une réputation) et chacun de nous , quelle que soit son origine géographique, a ainsi conservé au coeur des petits souvenirs de pur bonheur !
"pour rien ?" et Cyrano répond :
" mais on ne se bat pas dans l’espoir du succès,
non, non, c’est bien plus beau lorsque c’est inutile" ...
réponse à . <inconnu> le 22/11/2006 à 15h48 : Moi je te trouve bien pessimiste, tristement pessimiste. Tous les jeunes, d&rsqu...
Oh ma Claudine ! non, que non bonté divine (cf God) ! Je n’aurais pas passé 36 ans et des brouettes de ma vie à m’occuper des lardons si j’avais eu cette certitude. Je dis seulement, en réponse à Pétula, que certains VRAIS grands cons ont été de VRAIS petits cons, des méchants, des tordus. Je n’en ai pas rencontré beaucoup, mais malheureusement assez pour en être sûre, et d’ailleurs proportionnellement plus durant mes 10 dernières années d’exercice que dans la totalité de celles qui ont précédé.
réponse à . Elpepe le 22/11/2006 à 15h53 : Sans compter les couilles de Mozart (Mozart Kugeln, voir cette page), que File_c...
Hé ! le Pépé, tu as aussi abusé de la prune ? ta page est = erreur 404  ???? comme pâtisserie = niet ... par contre pour l’apéro ...

A Marrakech, j’ai vu dans le souk des épices, des grands étalages des marchands d’olives et des variantes (légumes au vinaigre ?) ... des bocaux à Gogo !
Je n’ai pas fait la 1ère croisade mais aujourd’hui j’ai envie de partager avec vous une des recettes ramenée de là-bas, que je tiens d’une grand-mère juive du Maroc : PRUNES VERTES AU SEL.

Prenez des prunes bien vertes, dures et acides, faites dans chacune d’elle des incisions dans le sens de la longueur et mettez-les dans des bocaux. Saupoudrez de gros sel, puis mettez les graines de poivre et de coriandre et glissez une à deux branches d’estragon dans chaque bocal. Enfin, couvrez d’eau ou de vinaigre. Fermez et laissez reposer au moins un mois avant de les consommer. Il faut que les prunes prennent une couleur jaune.

C’est un régal pour les papilles pendant l’apéritif. Santé !, prosit !, skoll !, à la tienne Etienne !, etc … !

Eva la Rbatiya. (ça c’est le nom de la petite-fille de la grand’mère)
réponse à . borikito le 22/11/2006 à 17h47 : Constantine, Alger ? Ah pasqu’à Casa on faisait pas, peut&ecir...
Si, à Casa aussi comme on jouait aux osselets, les vrais, ceux en os que ma mère récupérait chez le boucher. Mon oncle le bricoleur les peignait en noir ou en rouge. Et les gamins dans la rue jouaient au cerceau avec des jantes de roues de vélo et un bâton ou la dévalaient sur leur chariot en planches qu’ils gouvernaient avec leurs pieds sur les roues avant. C’est comme ça PP que t’es venu le goût de la glisse et de la marine ?
réponse à . chirstian le 22/11/2006 à 18h08 : c’est tout à fait ça ! Mais le jeu était stricte...
J’ai le souvenir aussi d’un jeu que pratiquaient les garçons avec les sous percés dans lesquels il me semble qu’ils passaient un mouchoir. A Nice et environs ils y jouaient aussi en 1957, comme dans mon village d’aujourd’hui : c’était le pilou (avec l’accent tonique sur l’i). Il fallait le faire rebondir sur le genou, la cuisse, voire le pied, le plus longtemps possible et le passer au copain sans se le faire piquer au passage.
Je vais garder ta recette Contentine. J’ai un prunier à reine-claude qui est claffi de fruits tous les ans, dont nous ne mangeons jamais, les geais et les sangliers s’invitant avant nous. Voilà : je les cueillerai vertes et nous les mangerons à l’apéritif.
réponse à . momolala le 22/11/2006 à 19h05 : Je vais garder ta recette Contentine. J’ai un prunier à reine-claud...
les oiseaux doivent aimer les prunes apéritives car je n’arrive pas non plus à cueillir plus de 10% de la récolte qui, (huuummm, quel régal) est plutôt ’purgative’ en cas de gourmandise 
réponse à . <inconnu> le 22/11/2006 à 15h07 : L’objectif des croisades a fait naître un sentiment d’é...
En te relisant, Yannou, il me souvient de ce que l’on m’a enseigné, et que j’ai moi-même enseigné, à savoir que les Croisades répondaient à un besoin économique suscité par la société féodale en ce sens que les nombreux jeunes chevaliers ne pouvaient plus se constituer de fiefs et que peut-être on avait envie qu’ils aillent se faire les muscles ailleurs. La Guerre "Sainte" leur permettait d’espérer se tailler un territoire avec bonne conscience. Qu’ils soient revenus défaits avec leurs pruniers a dû faire jaser dans leurs chaumières.

On devrait trouver un moyen pacifique mais utile et efficace, en tirant les leçons de l’expérience de ces malheureux, pour exporter nos énarques dont nous pondons une promotion par an avec affectation à la clé, et qui nous empoisonnent la vie avec leurs sur-réglementations parce qu’il faut bien laisser sa trace dans l’histoire. Quelqu’un a une idée ?
@God et à vous tous

Cette journée a été un voyage comme on s’en souhaite tous les jours. Belle soirée à tous et peut-être à demain car la journée s’annonce longue et variée !
Exact pour le lien : les accolades de God travaillent pour le roi de Prusse, et nous pour des prunes. Bon, tu tapes "Mozart Kugeln" dans ton moteur de recherche préféré, et tu arrives à un résultat approchant.
Et bon, si je comprends bien, c’est un site spécial, Expressio. Exclusivement réservé aux Belges, Bretons, Marins, Normands, Pieds-Noirs et poètes (par ordre alphabétique), alors ?
God, dis-nous : tout, tout, tout, on saura tout sur Expressio.
réponse à . momolala le 22/11/2006 à 19h24 : En te relisant, Yannou, il me souvient de ce que l’on m’a enseign&ea...
Quelqu’un a une idée ?
Oui : brûler l’ENA !
réponse à . Elpepe le 22/11/2006 à 19h51 : Exact pour le lien : les accolades de God travaillent pour le roi de Prusse...
"Mes" accolades marchent parfaitement quand on sait les utiliser !
Y’a pourtant pas plus simple : une accolade ouvrante, le lien, une accolade fermante. Après s’il y en a qui ne veulent pas comprendre, je décline tout responsabilité. Poil au genou.
Et tous les énarques avec, qu’ils arrêtent de nous faire du mal !!
réponse à . God le 22/11/2006 à 20h10 : Et tous les énarques avec, qu’ils arrêtent de nous faire du m...
oh, God !  quelle violence ! on peut les punir autrement ? sûrement !
réponse à . cotentine le 22/11/2006 à 20h24 : oh, God !  quelle violence ! on peut les punir autrement ? s...
Oh, la coquine, je la vois venir. Ne va-t-elle pas nous sortir de sa manche un programme de son cu.. cru épuisant jusqu’à la neutralisation ces braves surdiplômés ?
réponse à . God le 22/11/2006 à 17h21 : Pour information, à Puyricard, il n’y a pas que du breuvage jaune &...
quand on parle de "Monsieur" Roelandts, créateur de chocolats, on ne dit pas "fondateur", mais bien plutôt "fondeur" (car on parle bien sûr de chocolat fondant, et non pas de chocolat fondatu. Ca ne veut rien dire...
Et donc, c’est bel et bien une raison. La seule valable même.

Avec cela, tu sais ce qui te reste à faire: offrir à tous tes animateurs préférés de ce site un assortiment de chocolats de Puyricard pour nous convaincre de t’aider à organiser la première convention mondiale des accros d’expressio chez toi. Je suis persuadé que Mr. Roelandts, sachant que les meilleurs parmi les meillerus de tes expressionautes sont belges, ne pourra résister à mettre gracieusement les bocaux - pardon les locaux - nécéssaires à notre disposition. Dis-lui, si nécéssaire, que Louisann viendra aussi et l’invitera gracieusement et aimablement à faire un tour sur son scooter rose...
réponse à . cotentine le 22/11/2006 à 20h24 : oh, God !  quelle violence ! on peut les punir autrement ? s...
Oui, c’est vrai, j’en conviens !
Il y a effectivement d’autres choix : l’huile bouillante, la Star’Ac 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, l’émasculation...
réponse à . file_au_logis le 22/11/2006 à 21h05 : quand on parle de "Monsieur" Roelandts, créateur de chocolats, on ne dit ...
Hélas, le fondeur a fondu il y a peu de temps. Il n’est donc plus en état d’être impressionné par quoi que ce soit, le pauvre.
réponse à . file_au_logis le 22/11/2006 à 16h42 : Livre fantasitique, s’il en est. Je l’ai lu et ne peux que le recomm...
Ch’te l’apporterai au "Spinnekopke".
réponse à . <inconnu> le 22/11/2006 à 14h38 : Peut-être aussi, ces Chevaliers, ces "Kraks" ont-ils ramené quelque...
Désolée, cher Yannou, de faire l’empêcheuse de fest-nozer, mais les exemples que tu cites sont des sigles, les acronymes se prononçant et s’écrivant souvent comme des mots (ovni, sida...)
réponse à . cotentine le 22/11/2006 à 20h24 : oh, God !  quelle violence ! on peut les punir autrement ? s...
Je vois déjà un supplice qui leur ferait beaucoup de bien: ils nous foutent une indigestion de règlements, non? Qu’on leur donne des prunes, beaucoup de prunes, rien que des prunes à bouffer, jusque-z-à quand qu’ils se mettent à ch... les noyaux...
Ils passeraient alors tellement de temps au petit endroit - petit endroit deviendra grand! - et ils auront besoin de tellement de papier, qu’ils sauront enfin quoi faire avec leurs publications...
Qu’en dites-vous les mecs et les mèches?
Merci, mais je l’ai déjà lu. Je voulais simplement compléter ainsi ma collection - je crois - complète de Amin Maalouf, qu’est pas louf pour deux sous. Il n’ecrit pas pour des prunes, lui...
réponse à . God le 22/11/2006 à 17h21 : Pour information, à Puyricard, il n’y a pas que du breuvage jaune &...
Arrête, j’me marre ! Le chocolat belge, c’est les chuisses qui l’ont acheté (il était meilleur que le leur, alors, les chuisses, comme y font d’habitude, y-z-achètent). Y gardent le nom, pour la réputation, mais bon, Côte d’Or, hein ? C’est comme VW: "Chronique d’une mort annoncée". N’achetez plus Chleuh ! Au pire, achetez japonais !
réponse à . <inconnu> le 22/11/2006 à 21h11 : Désolée, cher Yannou, de faire l’empêcheuse de fest-no...
vous savez bien sûr ce qu’est un ovni... C’est quelque chose dont tout le monde parle, mais que personne n’a jamais (vraiment) vu: un Ouvrier Volontaire de Nationalité Italienne!
je viens à la libation convention du 11 décembre ... seule (ou avec mon chaperon) je préciserai demain .... si je trouve un horaire de train adéquat !
que je ne ma déplace pas pour des prunes !
réponse à . file_au_logis le 22/11/2006 à 16h49 : Merci pour tes encouragements, grâce à toi, je deviendrai peut-&eci...
non, aCIDulée, mais Pierre Corneille ou Sex Pistols ?
réponse à . <inconnu> le 22/11/2006 à 21h18 : Arrête, j’me marre ! Le chocolat belge, c’est les chuisse...
Attends, Côte d’Or a gardé son nom en Belgique... Mais pas en Suisse, ni en Autriche: c’est devenu Suchard. Mais en gardant le même emballage. T’as remarqué quand même que ce n’est plus pareil, hein? Ils-z-ont changé quelque chose dans la recette, chais pas quoi, mais c’est plus pareil. Mes papys gustave-t-yves me l’ont dit. Et je les crois. Heureusement qu’il ya Galler... en marque "toutes boîtes" (production industrielle), mais surtout Laurent Gerbaud, chocolatier. Allez donc vous régaler: cette page
réponse à . cotentine le 22/11/2006 à 21h21 : je viens à la libation convention du 11 décembre ... seule (ou ave...
T G V  : T’as Gua Venir, non mais des fois...
L’horaire sera fait pour toi. je viens de regarder sur Thalys: no Prob!
réponse à . God le 22/11/2006 à 20h10 : "Mes" accolades marchent parfaitement quand on sait les utiliser ! Y’...
Pô pô pô, dis ! oilà God, y prend la mouche du bourricot ! Plus l’droit d’rigoler dessur ses accolades, toud’suite y s’fâche, kif-kif l’ambassadeur qu’il a morflé un coup d’ chasse-mouche !
réponse à . Elpepe le 22/11/2006 à 21h34 : Pô pô pô, dis ! oilà God, y prend la mouche du bou...
A mon avis, tu vois, il a pris une prune en pleine poire...
réponse à . file_au_logis le 22/11/2006 à 21h20 : vous savez bien sûr ce qu’est un ovni... C’est quelque chose d...
Hi,hi, mais tout doux envers les italiens, tu risquerais de froisser mon cabot-macaroni, d’ailleurs élégamment surnommé "Maître Prunille", pour une raison que ma pudeur de jeune fille m’interdit de préciser ici... 
Dolce note
réponse à . <inconnu> le 22/11/2006 à 21h46 : Hi,hi, mais tout doux envers les italiens, tu risquerais de froisser mon cabot-m...
Buona notte a tutti. A domani, o domani l’altro...

Ah, m’en reviens un vers, du Cid selon Edmond Brua :
- Rodrigue, as-tu du cœur ?
- non, j’nai qu’du carreau !
Que de choses à dire, quel espace libre de culture !
Je suis sans voix... et surtout pas très inspiré en ce moment!
Félicitations à tous !
Bon, ben... kenavo ! je ne serai pas venu pour des prunes !
J’ai jamais rien compris : pourquoi dans les noix, les noyaux sont-ils à l’extérieur et dans les prunes, les coquilles sont-elles à l’intérieur ?
réponse à . <inconnu> le 22/11/2006 à 23h10 : Que de choses à dire, quel espace libre de culture ! Je suis sans vo...
Bouuuuuuuuuh !!.......En 2006 God l’a pas mis l’expression pour des prunes.....150 contributions, dis donc.
Bon allez, je vais ingurgiter ma dose matinale de caféine et je reviens apporter ma pierre à l’édifice de la culture Expressioniste.....
réponse à . <inconnu> le 13/01/2012 à 06h54 : J’ai jamais rien compris : pourquoi dans les noix, les noyaux sont-il...
Ben voui, c’est vrai.......c’est un peu comme les crustacés et les mamifères. Les uns ont les os dehors et les autres dedans......quoique dans cette dernière classe de zanimos il arrive en certaines circonstances que leurs femelles les perdent......enfin, si la nature fait tout çà, y a une raison, c’est pas pour des prunes.....
Ah oué, écoute, écoute........Un policier achète un sac de pruneaux......Ben alors ce sont des pruneaux d’agent........Joseta........
Pour Boubacar : A propos de crevettes, dans "Quai des prunes", elle avait de beaux yeux en amande.
réponse à . <inconnu> le 13/01/2012 à 07h38 : Pour Boubacar : A propos de crevettes, dans "Quai des prunes", elle avait d...
Et le policier aux pruneaux met aussi des amendes........
réponse à . BOUBA le 13/01/2012 à 07h43 : Et le policier aux pruneaux met aussi des amendes...........
Même pas foutu de lui mettre son gland, à la dame aux beaux yeux en amande.
réponse à . <inconnu> le 13/01/2012 à 07h38 : Pour Boubacar : A propos de crevettes, dans "Quai des prunes", elle avait d...
Bon, après tous ces florilèges, faudrait mainant encore ramener sa fraise? Oui, je sais, question posée généralement par un dentiste...

Germaiiiiine, et si on allait directement au Bar du Phare, se prendre un p’tit-dej arrosé d’une ’tite prune? 
réponse à . <inconnu> le 13/01/2012 à 07h51 : Même pas foutu de lui mettre son gland, à la dame aux beaux yeux en...
C’était quel genre de mec ?.........Jean?......gars bien !
réponse à . file_au_logis le 13/01/2012 à 08h00 : Bon, après tous ces florilèges, faudrait mainant encore ramener sa...
Moi j’adore aller chez le dentiste......C’est la seule personne qui ne me reproche pas d’ouvrir ma grande gueule........
réponse à . BOUBA le 13/01/2012 à 07h32 : Ah oué, écoute, écoute........Un policier achète un ...
Avec tout le quetsch et la slivovitz que je m’enfile, je ne suis jamais Agen.
réponse à . file_au_logis le 13/01/2012 à 08h00 : Bon, après tous ces florilèges, faudrait mainant encore ramener sa...
Prune, pomme, poire, pêche, papaye, pamplemousse, potiron, pastèque, panane, certes oui.
Par contre, praise n’existe pas !
Finalement, disait la brune, et même si, comptant vraiment pour des prunes elle ne nous a pas empêchés de dormir depuis novembre 2006, la question "2ème croisade or not ?" reste ente-hier. God et Chirstian ont-ils affûté de nouveaux arguments ? Je m’en reviendrai voir ici plus tard. Belle journée à tous !
réponse à . <inconnu> le 13/01/2012 à 08h20 : Prune, pomme, poire, pêche, papaye, pamplemousse, potiron, pastèque...
Zof zi le filmeu "Quai té prumeus" avait été Allemand barceque elle aurait eu alors des zieux te praise.....ACH !
réponse à . <inconnu> le 13/01/2012 à 08h20 : Prune, pomme, poire, pêche, papaye, pamplemousse, potiron, pastèque...
Plune, pomme, poile, pêche, papaye, pampremousse, potilon, pastèque, panane, certes non.
Par contre, plaise existe bien !
réponse à . BOUBA le 13/01/2012 à 07h32 : Ah oué, écoute, écoute........Un policier achète un ...
Je le connais ce policier, il s’appelle Bruno et quand il ne mange rien, c’est Bruno à jeun...
réponse à . joseta le 13/01/2012 à 09h10 : Je le connais ce policier, il s’appelle Bruno et quand il ne mange rien, c...
Ah oui !... Bruno âge un, en référence à son âge mental !
Je profite de ce moment d’accalmie pour m’essayer à l’art du haïku :

silence feutré
pipi fumant
mon nom dans la neige
Devant le franc succès remporté par le premier haïku, je vous en livre un deuxième sur le thème du jour, à savoir les prunes :


cabillauds en altitude
pilotes dans l’incertitude
caramels mous fous furieux
Ne pouvant ignorer les rappels hystériques du public amorphe, je me lance dans l’aventure inconsidérée d’un troisième et même d’un quatrième haïku :


Isabelle escabelle
Ysabeau escabeau
Isabelle escabeau, Ysabeau escabelle

poto-poto
popotin
hippopotame

Ysabeau a-t-il offert des pruneaux à Isabelle ? Non, elle lui a posé un lapin.
réponse à . <inconnu> le 13/01/2012 à 09h42 : Ne pouvant ignorer les rappels hystériques du public amorphe, je me lance...
Aux dernières nouvelles, il semblerait que ce soit l’hippopotame qui ait mangé le lapin.
La variété de prune de Nîmes, c’est l’arène Claude.
réponse à . <inconnu> le 13/01/2012 à 09h42 : Ne pouvant ignorer les rappels hystériques du public amorphe, je me lance...
Bravo pour les haiku (je ne connais pas le pluriel en japonais). Ils sont bien meilleurs que ceux d’Herman Van Rompuy ! 
réponse à . file_au_logis le 13/01/2012 à 08h00 : Bon, après tous ces florilèges, faudrait mainant encore ramener sa...
Une p’tite prune ?
A c’te heure-ci, je sors tout juste de la brume...
réponse à . <inconnu> le 13/01/2012 à 09h33 : Devant le franc succès remporté par le premier haïku, je vous...
Comme je ne savais pas ce qu’est le haiku, j’ai été voir cette page.

J’ai trouvé des choses intéressantes, voire surprenantes, que j’aimerais vous faire partager.

- Le haïku tire son origine du tanga: n’est-ce point surprenant où les origines vont parfois se nicher?
- ...de 31 mores: faudrait savoir: est-japonais ou arabe?

- ...composé d’un hokku: d’où l’espressio.fr d’hier, sans doute...
- ...qu’on appelait le hokku ou le haïkaï: c’est vrai que le chien mordu au cul fait kaïkaï...

- Il s’agit d’un petit poème extrêmement bref visant à dire l’évanescence des choses: pourquoi la naissance d’Eva serait-elle plus intéressante que celle de quelqu’un d’autre?

- Si le haïku n’indique ni saison, ni moment particulier, on l’appellera un moki: Jean-Pierre, si tu nous lis...

- Les haïkus ne sont connus en Occident que depuis le tout début du XXe siècle: et on a pu vivre aussi longtemps sans les connaître?

- ...cependant, une syllabe française peut contenir jusqu’à trois mores: 6 labes = 3 mores. Vive les maths! Ou alors, est-ce comme en musique raciste, où l’on dit qu’une blanche vaut deux noires? (Je peux vous garantir que ce n’est pas vrai!)

- La personne écrivant des haïkus est appelé haijin (俳人?), ou parfois également « haïdjin » ou « haïkiste »: surprenant, car en allemand, "haikiste" signifie boîte à requins. Y aurait-il une relation de cause à effet? (une cause à effets est une cause habillée. Elle est donc rarement une cause alitée)
réponse à . <inconnu> le 13/01/2012 à 09h42 : Ne pouvant ignorer les rappels hystériques du public amorphe, je me lance...
Tiens, je m’y essaie aussi:

haïkiste, haïku,
expressio d’hier, ça serre,
haïkiste, aïe cul!
réponse à . file_au_logis le 13/01/2012 à 09h58 : Comme je ne savais pas ce qu’est le haiku, j’ai été vo...
Le haïku tire son origine du tanga-niqua.

Quand le haïdjin est mou, c’est le mou-haïdjin.
réponse à . <inconnu> le 13/01/2012 à 09h44 : Aux dernières nouvelles, il semblerait que ce soit l’hippopotame qu...
À moins d’avoir un très gros lapin ou un tout petit popotame, le contraire aurait été détonnant.
réponse à . <inconnu> le 13/01/2012 à 10h04 : Le haïku tire son origine du tanga-niqua. Quand le haïdjin est mou, c...
« Quand le haïdjin est mou, c’est le mou-haïdjin. » D’ailleurs Herman Van Rompuy s’est fait traiter de serpillère humide par Nigel Farage.
Un arabe demandait à un astrologue:
- Quel signe a notre émir?
- La branche d’émirs a bélier.
Quand un sketch est mauvais et qu’on lance des prunes à l’humoriste, ça défoule un peu. Quand on lui lance des tomates, ça fait du sketch-up, c’est beaucoup plus rigolo.
On ne peut pas extraire de l’huile d’une prune, mais on peut extraire une prune de l’huile cette page
réponse à . God le 13/01/2012 à 10h09 : À moins d’avoir un très gros lapin ou un tout petit popotame...
Je pense qu’il serait bon d’explorer la voie indiquée par God – un très gros lapin ou un tout petit popotame – pour nous ramener tout naturellement à nos prunes.
réponse à . file_au_logis le 13/01/2012 à 09h58 : Comme je ne savais pas ce qu’est le haiku, j’ai été vo...
Et le Haiku a vu le jour sur une ile japonaise célèbre pour ses raies savoureuses......c’est connu les raies d’Haiku.......
réponse à . joseta le 13/01/2012 à 10h53 : On ne peut pas extraire de l’huile d’une prune, mais on peut extrair...
Ce Manet, c’est pas le frère du Soldat inconnu ?
Non! Celui-là, c’était un peintre pauvre qui n’allait pas pour des prunes voir les juifs: ils faisaient un prêt sioniste.
Ce Manet, c’est pas le frère du Soldat inconnu ?
Ce haiku là est vraiment trop hermétique pour moi, je ne le comprends pas. Enfin, c’est peu-être le but recherché...
réponse à . file_au_logis le 13/01/2012 à 11h24 : Ce Manet, c’est pas le frère du Soldat inconnu ?Ce haiku l&agr...
C’est parce qu’il a pris une prune que le soldat inconnu est sous l’arc de triomphe.
réponse à . file_au_logis le 13/01/2012 à 11h24 : Ce Manet, c’est pas le frère du Soldat inconnu ?Ce haiku l&agr...
M’enfin, rappelez-vous quand Manet s’adressa au soldat en lui disant :
– Il me semble que vous ne m’êtes pas inconnu, jeune homme...?
– Claude Laprune, monsieur Manet, Claude Laprune. Je suis le frère de l’agent de police Bruno tant décrié par Joseta et Boubacar.
– Qu’à cela ne tienne, allons prendre un verre. Quetsch ou slivovitz ?
– Oh, vous savez, je préfère l’alcool de prune.
Ne pas confondre :
Tremper sa plume dans le vitriol
Tremper sa prune dans l’alcool.

Je sais, ça rimaille, mais ça rime à rien.
réponse à . <inconnu> le 13/01/2012 à 11h49 : M’enfin, rappelez-vous quand Manet s’adressa au soldat en lui disant...
Je suis le frère de l’agent de police Bruno tant décrié par Joseta et Boubacar.
Non il est le frère de la reine, Claude.
Je lui donnais des cours à domicile, dans la banlieue de Lyon, et je tenais à la pupille de Meyzieu, comme à la prunelle de mes yeux...
réponse à . mickeylange le 13/01/2012 à 12h15 : Je suis le frère de l’agent de police Bruno tant décri&eacut...
La reine Claude a été baptisée ainsi en l’honneur de madame Claude qu’était la meuf de François Pommier, et qui s’occupait si bien de ses prunes.
réponse à . mickeylange le 13/01/2012 à 12h25 : La reine Claude a été baptisée ainsi en l’honneur de ...
Ne serait-ce pas plutôt Anchois Pommier, comme ils disent, dans le Berry?
réponse à . mickeylange le 13/01/2012 à 12h25 : La reine Claude a été baptisée ainsi en l’honneur de ...
Elle en a d’ailleurs fait des tas d’histoires, de ces prunes à l’eau... 
réponse à . mickeylange le 13/01/2012 à 12h15 : Je suis le frère de l’agent de police Bruno tant décri&eacut...
La Reine Claude... ah ! elle savait jouer de la prune, elle.
Et quand un jouvenceau – épris mais un peu secoué, tel un prunier – lui chantait quelque sérénade*, elle s’écriait :
- Cessez, jeune homme ! Vous m’imporprunez !

* un grand moment, je te préviens ! 
Reprunons : prune est donc bien l’anagramme désopilante de prenu, participe passé de prendroir.
C’est des petites prunes sauvages et on m’en a fait cadeau: j’ai les prunelles à l’oeil!
réponse à . <inconnu> le 13/01/2012 à 13h02 : Reprunons : prune est donc bien l’anagramme désopilante de pre...
Chôliii ! C’est bon comme la prune, dis ! 
200 juste pour faire avancer le chimiliblickkk
Tiens, après le vent du sud des croisades méditerranéennes, vais faire souffler le noroît :
- Le bas latin « bulluca », d’origine celtique, a fourni « beloce »* : prune sauvage.

*qui survit dans certains parlers du nord et de l’est de la France.
Source DHLF. A. Rey
réponse à . DiwanC le 13/01/2012 à 14h15 : Tiens, après le vent du sud des croisades méditerranéennes,...
Et le pluriel de beloce est Belluci, pas vrai, Monica?
réponse à . DiwanC le 13/01/2012 à 14h15 : Tiens, après le vent du sud des croisades méditerranéennes,...
Ca alors !

A cette page je découvre l’origine celtique du mot "bolos" !
T’es trop une prunelle, Syntax.
réponse à . Rikske le 13/01/2012 à 09h50 : Bravo pour les haiku (je ne connais pas le pluriel en japonais). Ils sont bien m...
J’y comprends rien, c’est pas du français :

Jésus prit le pain
et le Rompuy

C’est un haIku serré ?
réponse à . SyntaxTerror le 13/01/2012 à 16h18 : J’y comprends rien, c’est pas du français : Jésu...
Monsieur Van Rompuy - que j’admire beaucoup - souffre d’un grand défaut: ce n’est pas un foudre de la communication. Il serait même plutôt timide.

Monsieur Van Rompuy - que j’admire beaucoup - est un des grands hommes politiques européens de notre époque. Non, je n’ai pas dit "politicien". C’est un homme politique de dimension européenne, comme Messieurs Schumann, Spaak, ou, plus près de nous, Genscher et Dumas.

Il n’y en a pas beaucoup, des comme cela. Protégeons-les, nous en aurons encore besoin. Longtemps! C’est tout ce que je leur souhaite.
réponse à . DiwanC le 13/01/2012 à 09h56 : Une p’tite prune ? A c’te heure-ci, je sors tout juste de la br...
A c’te heure-ci, je sors tout juste de la brume...
T’a pas corné?
Il ne faut pas confondre une prune avec a prune.

Une prune, c’est a plum.

A prune, c’est un pruneau.

Enfin, en y réfléchissant un peu, je ne vois pas de conséquences graves à confondre l’un avec l’autre.

J’ai fait cette contrib. pour des prunes.
réponse à . lalibellule1946 le 13/01/2012 à 19h19 : Il ne faut pas confondre une prune avec a prune. Une prune, c’est a plum....
Et plum-water, ça veut dire prune-eau ?
Je veux bien.
Et comment traduire : le type qui avait une plume s’est tiré un pruneau dans le coco ?
réponse à . DiwanC le 13/01/2012 à 14h15 : Tiens, après le vent du sud des croisades méditerranéennes,...
Les Ardennais utilisent le terme "avant-baloce" pour désigner un niais qui ne pense pas aux conséquences de ses actes. C’est le cliché du grand niais: la personne d’assez grande taille pour atteindre les prunes - "aveind baloces" déformé avec le temps -.
Peut-être avec l’influence de ballot, autre terme utilisé pour niais mais la plutôt dans le sens empoté
Les cuisiniers achètent la prune d’ente au noir.
réponse à . <inconnu> le 13/01/2012 à 20h12 : Et comment traduire : le type qui avait une plume s’est tiré u...
Parfois, on fait l’ente comme un manche!
Sans que je mente, l’ente de menthe m’hante.
A propos de lentes, si l’on écoutait Grevisse, les gosses n’auraient plus de pous
Y’a la prune de Damas, et quand y’en a beaucoup, c’est les prunes d’amas.
réponse à . <inconnu> le 13/01/2012 à 20h17 : Les Ardennais utilisent le terme "avant-baloce" pour désigner un niais qu...
Le panier n’est pas vide : il y a encore des prunes à décortiquer !
- Ainsi, en Lorraine – et sans doute ailleurs ! – une «saute–aux–prunes » est une demoiselle peu farouche.
- Autre variété : la prune de Monsieur (frère du roi), d’une belle couleur violette... Et, dans l’argot de 1836, la « prune de Monsieur » désigne un archevêque.
Quand un prunier sert de soutien, c’est le prunier d’ante.
Alighieri avait un prunier, c’était le prunier Dante.
réponse à . joseta le 13/01/2012 à 22h26 : Quand un prunier sert de soutien, c’est le prunier d’ante....
Penses-tu qu’il y ait des prunes en enfer ?
Insolite
Elle ramasse des prunes par terre et elle tombe dans les pommes!
réponse à . joseta le 13/01/2012 à 22h39 : Insolite Elle ramasse des prunes par terre et elle tombe dans les pommes!...
Allez, la journée fut longue et chouette → Bonne nuit !  
En tout cas personne n’y va pour des prunes!
réponse à . file_au_logis le 13/01/2012 à 18h54 : Monsieur Van Rompuy - que j’admire beaucoup - souffre d’un grand d&e...
M’en veux pas, Filo: c’était pour rire ! Tout comme toi, j’admire notre Herman. Il a l’air de rien, mais il les a grosses comme des noix de coco ! 
Je viens d’apprendre une chose merveilleuse concernant les araignées que j’aurais casée l’autre jour quand l’expression tournait autour d’une araignée mais ignorant cette chose ce jour-là je vous en faire part maintenant. C’est qu’à New York il y a le Musée de l’histoire naturelle qui possède un million de spécimens d’araignées (spécimens, donc pas en vie, Momolala), la plus grande collection au monde. Mazette ! Et il y a plein d’autres choses dans ce musée. Comme par exemple une exposition sur la matière noire. Alors là, comment ’exposer’ un phénomène invisible dont nous ne comprenons presque rien. J’ai envie de voir ça. Ah, c’est pas pour des prunes que je vous en parle, de ce musée.
227 contrib. avant aujourd’hui...Purée ! Y a de quoi lire ! 

Bouba ! je cueille une prune sur l’arbre du beau Georges (l’autre !) et je te laisse l’autre !

J’avais une mansarde
Pour tout logement
Avec des lézardes
Sur le firmament
Je le savais par cœur depuis
Et pour un baiser la course
J’emmenais mes belles de nuits
Faire un tour sur la grande ourse
J’habite plus de mansarde
Il peut désormais
Tomber des hallebardes
Je m’en bats l’oeil mais,
Mais si quelqu’un monte aux cieux
Moins que moi j’y paie des prunes
Y a cent sept ans qui dit mieux,
Que j’ai pas vu la lune!


S’il figure à cette page, si on peut l’écouter - heureusement ! - sur les vinyls et les CD, ce quatrième couplet n’est interprété dans aucune des trois ou quatre vidéos qui figurent sur Google... Curieux... Question de temps ? 2 min 22 en public et 3 min 03 sur le support. Sais-tu pourquoi ? car il n’y a rien de choquant, de subversif dans ces paroles.
Ce n’est pas du tout pour des prunes que Yahoo quitte la France pour l’Irlande.  
Si vous voulez éviter les prunes, adoptez un coyote ! Bien dressé, il vous avertira à l’approche d’un distributeur masqué, qu’il soit des villes ou des champs.
Paraît que ça marche aussi pour les amendes.
réponse à . lalibellule1946 le 07/02/2014 à 00h40 : Je viens d’apprendre une chose merveilleuse concernant les araignée...
Alors là, comment ’exposer’ un phénomène invisible dont nous ne comprenons presque rien.
Il y a bien des musées appelés églises.
réponse à . DiwanC le 07/02/2014 à 02h02 : 227 contrib. avant aujourd’hui...Purée ! Y a de quoi lire ...
Putain de toi et t’as même parlé du Coyote ?

Et y me reste quoi à moi ?......Marre de me lever tous les matins pour des prunes !

Faire le café, voilà tout ce à quoi je suis bon !
réponse à . <inconnu> le 07/02/2014 à 06h16 : Alors là, comment ’exposer’ un phénomène invisi...
J’apprécie la métaphore......Clap ! clap ! clap !
ANAGRAMME
Dunes pourpres
réponse à . DiwanC le 07/02/2014 à 02h02 : 227 contrib. avant aujourd’hui...Purée ! Y a de quoi lire ...
Sais-tu pourquoi ?

Alors là mystère et boule de gomme.......

Oeuf corse qu’il n’y a aucune subversivité. Et quand bien même y en aurait il une, s’il fallait supprimer tout ce qui est subversif sur le Net on y viendrait pour des prunes......
réponse à . lalibellule1946 le 07/02/2014 à 00h40 : Je viens d’apprendre une chose merveilleuse concernant les araignée...
Nous aussi à Paris on expose sur la matière noire

-"Rhôôôôôôô ! Mais t’as osé ?"

Ben oui ! J’ai osé !

Hier soir j’ai lu que le C.R.A.N portait plainte contre Canteloup parce que soit disant il disait des blagues racistes et patin et coufin......

On veut pouvoir rire de tout, Nom de Dieu ! Comme au temps béni de Coluche et
Desproges......

Ras le bol de ces associations qui portent plainte pour des prunes....

AAAAAAAAAAAAAH ! Ca va mieux !.......
Dans les années 80 Vanda Maria Ribeiro Furtado Tavares de Vasconcelos chantait que les prunes ne comptaient pas pour des burnes........

Oh je sais ! Les voisins d’en haut ont surement déjà mentionné cet impérissable tube.....
Mais pas le temps de tout lire.......
Une prune séchée devient un pruneau qui argotiquement désigne aussi la balle qui sort du revolver.
Mais alors un policier qui tire un coup, on dit qu’il envoie un pruneau d’agent....
Déformée

Pour des burnes
[i]... et je n’avais pas lu l’intervention ci-dessus du ci-devant ci-toyen* Bouba...

C’est un mot très musical, qui se conjugue sur plusieurs notes:
si-toyen, mais aussi mi-toyen
réponse à . BOUBA le 07/02/2014 à 08h06 : Dans les années 80 Vanda Maria Ribeiro Furtado Tavares de Vasconcelos cha...
Même pas, et j’ai tout lu. Avec bonheur. Une belle journée expressionaute, là-haut. Mais n’est-ce pas là qu’on imagine le Paradis ? J’y ai trouvé une solution au problème que nous évoquions en privé ce matin : bien, bien toutes les acceptions du mot prune... Et puis la controverse prunalistique entre God et Christian, un régal ! A l’arrivée, chacun reconnaîtra sa prune. Celle de Damas a mauvais cours en ce moment, dont les noyaux ont fait germer la pomme de discorde, la violence et la misère.
réponse à . BOUBA le 07/02/2014 à 08h11 : Une prune séchée devient un pruneau qui argotiquement désig...
Sais pas, jamais essayé ... Ta question restera donc en suspens... Bon, on va le boire, ce café ?
réponse à . BOUBA le 07/02/2014 à 08h11 : Une prune séchée devient un pruneau qui argotiquement désig...
Superbe!
UN DRÔLE DE CURÉ (Recyclage)

Au clair de la lune,
Mon beau chandelier,
C’est pas pour des prunes
Que j’ t’ai astiqué.
Approche, petite,
Vois s’il est fringant,
Pour l’allumer vite
Pas besoin de gants.

Au clair de la lune,
Ell’ fit fi de sa
Fierté importune,
Et elle acquiesça.
Maladroite Belle,
Ell’ ne savait pas,
Alors la chandelle
Ne s’enflamma pas.

Au clair de la lune,
Il a laissé choir
- Dieu, quelle infortune ! -
Le bel ostensoir.
Mais la toute belle
Au vol l’attrapa,
Moucha la chandelle,
Puis hâta le pas.

Que Huppe me pardonne, mais, par manque de vocabulaire et d’imagination, il ne m’a pas été possible d’aller plus loin. Le grivois, OUI, le graveleux, NON.
réponse à . momolala le 07/02/2014 à 08h44 : Sais pas, jamais essayé ... Ta question restera donc en suspens... Bon, ...
J’arrive !!!!!
réponse à . belteigneuse le 07/02/2014 à 09h50 : UN DRÔLE DE CURÉ (Recyclage) Au clair de la lune, Mon beau chandel...
Très joli !
réponse à . BOUBA le 07/02/2014 à 06h26 : J’apprécie la métaphore......Clap ! clap ! clap&nb...
Si tu penses avoir compris, tu peux nous traduire ?
réponse à . file_au_logis le 13/01/2012 à 09h58 : Comme je ne savais pas ce qu’est le haiku, j’ai été vo...
A propos de littérature orientale, la fleur de prunier est, en Chine, depuis le Moyen-Age (ou même avant) un symbole sexuel : se référer au Jin Ping Mei, qui est, non un court poème, mais un très long roman décrivant toutes les turpitudes d’ un débauché et, entre autres, de la dame qui porte ce nom évocateur de Fleur de Prunier et qui le pousse dans le sens où il va chuter. Comme c’ est un roman qui se veut moral, après avoir décrit dans le menu détail tout ce que leur imagination débridée les pousse à faire, on décrit aussi leur punition, qui est terrible. Alors, "pour des prunes"... ma foi, je ne sais pas !
réponse à . BOUBA le 07/02/2014 à 06h22 : Putain de toi et t’as même parlé du Coyote ? Et y me re...
Et y me reste quoi à moi ?... Marre de me lever tous les matins pour des prunes !
Ça va mieux ? Môssieu est calmé ? Sont-ce les vents agités qui irritent ainsi Môssieu ? Quoi qu’il en soit, il serait bien que Môssieu arrête de rouscailler, de la ramener dès l’aurore, de pousser une gueulante à peine les premières lueurs du jour se devinent-elles, de beugler au risque de malmener ses p’tits poumons, bref - si Môssieu me le permet ... - de vociférer comme un âne dès le potron du minet ! Passsque ça réveille le pauv’ monde, les honnêtes travailleurs et travailleuses, tous les forçats du labeur d’Expressio et d’ailleurs ! Pffff...

Et comment faire ? Hier c’était : " Y en a p’têt d’autres mais pas trop le temps..." [tu parles ! il y en avait une flopée !]. Aujourd’hui : " Et y me reste quoi à moi ?..." Il faudrait savoir... Ce serait bien si Môssieu arrêtait de changer d’humeur comme de liquette !

Je prends la peine de partager, je m’occupe du chien... et ça rouspète ? Eh bien, demain tu fais le marché tout seul ! Et pis c’est tout !
Reste un peu de café ? :&rsquo)
Ben ça m’a paru limpide dès la première lecture......

LES religions nous vantent les mérites d’un dieu invisible dans des bâtiments que l’on appelle églises, mosquées, synagogues, temples etc pleins de vieilleries.

Mérites auxquels on ne comprend rien vu la misère qui s’abat sur le Monde.....

J’ai bon Mintaka ?
réponse à . DiwanC le 07/02/2014 à 10h33 : Et y me reste quoi à moi ?... Marre de me lever tous les matins pou...
Huuuuuuuuuuuuu.......Y a pas qu’en Bretagne qui a la tempête !

Sachez Ma’âme qu’hier j’étais mobilisé pour cause de collecte de sang où nous avons récolté 70 poches pour la sauvegarde des malades et accidentés.......

Et ce jour d’hui j’avais rendez vous à la mairie au sujet d’une certaine expo de peinture dont je vous ai causé ces jours derniers......

Alors poupougne !

Je consacre pas mon temps libre pour des prunes, MOI !

Du sucre avec ton café ?........
réponse à . file_au_logis le 07/02/2014 à 08h25 : Déformée Pour des burnes [i]... et je n’avais pas lu l&rsqu...
B’alorsssssss on lit même pas les com’ du jour ?.......
réponse à . BOUBA le 07/02/2014 à 10h49 : Ben ça m’a paru limpide dès la première lecture.........
Vu comme ça, je ne risquais pas de comprendre.
réponse à . BOUBA le 07/02/2014 à 10h52 : Huuuuuuuuuuuuu.......Y a pas qu’en Bretagne qui a la tempête ! ...
poupougne
Il a fallu que je consulte un dictionnaire anglais pour en comprendre la signification : to wave two fingers. Je n’ose traduire.
réponse à . SyntaxTerror le 07/02/2014 à 11h11 : poupougneIl a fallu que je consulte un dictionnaire anglais pour en comprendre l...
T’es allé pêcher ça où ? Rien a voir avec l’anglais, le papouasien, le serbo-croate ou le sawhili.......

C’est juste une onomatopée que l’on accompagne généralement du geste de la main qui consiste à opposer le pouce aux autres doigts en les ouvrant et refermant plusieurs fois.......
Faudra qu’on demande à Mintaka.....Il doit passer prendre le café cet aprèm’.....
Petit coup d’œil sur les prunes de M’sieur Rey...

Prune : issu du latin populaire pruna, [...]prunum, fruit du prunier. Bon.

Plus loin, je lis : prunum est emprunté à une langue méditerranéenne. Plus loin encore : le bas latin bulluca* d’origine celtique, qui survit dans certains parlers du nord et de l’est de la France, avait fourni l’ancien français beloce → prune sauvage.
Comme ça, on a balayé l’Hexagone dans les quatre coins et tout le monde y retrouve ses prunes.

A. Rey ne saurait passer sous silence l’expression du jour, toujours vivante ; il signale les locutions oubliées, telles viennent les prunes → l’été prochain, et aux prunes → l’été passé. Il y en a encore une page dont le contenu a plus ou moins été évoqué par les voisins du dessus.

Bon... c’est pas le tout des prunes, mais faut que j’y aille sinon vais encore être en retard chez les Desgrands-Lacour.

* dont auquel je vous causais déjà en janvier très passé.
réponse à . BOUBA le 07/02/2014 à 10h52 : Huuuuuuuuuuuuu.......Y a pas qu’en Bretagne qui a la tempête ! ...
Poupougne toi-même, parce qu’il n’y a pas que toi qui bosses pour le bien de l’humanité, mon p’tit bonhomme !

Non merci, pas de sucre... en revanche, si tu as un petit nuage de lait... 
réponse à . BOUBA le 07/02/2014 à 11h24 : Faudra qu’on demande à Mintaka.....Il doit passer prendre le caf&ea...
Oh ! Quelle chance tu as ! :&rsquo)
réponse à . BOUBA le 07/02/2014 à 11h24 : Faudra qu’on demande à Mintaka.....Il doit passer prendre le caf&ea...
Il faut leur pardonner, on ne leur a pas appris à réfléchir, juste à prier.
réponse à . <inconnu> le 07/02/2014 à 12h02 : Il faut leur pardonner, on ne leur a pas appris à réfléchir...
Leur pardonner ? Voilà que tu emploies leur rhétorique...
réponse à . DiwanC le 07/02/2014 à 11h28 : Poupougne toi-même, parce qu’il n’y a pas que toi qui bosses p...
Mais je n’ai pas cette prétention ma p’tite Dame.......

Du lait entier ou demi écrémé ?
Tu sais lire ?
La définition est dans un dictionnaire anglais du "français" contemporain.
C’est juste une onomatopée ... qu’on accompagne d’un geste obscène.
réponse à . lalibellule1946 le 07/02/2014 à 03h46 : Ce n’est pas du tout pour des prunes que Yahoo quitte la France pour l&rsq...
Ce n’est pas du tout pour des prunes que Yahoo quitte la France pour l’Irlande.

C’est logique, notre président est plus préoccupé par les courbes de Julie que par les courbes du chômage.
réponse à . BOUBA le 07/02/2014 à 11h24 : Faudra qu’on demande à Mintaka.....Il doit passer prendre le caf&ea...
Laisse-le tranquille.
Tu sais comme il est, il va encore avoir des neurones qui vont se mettre à la masse et ça va prendre 15 jours pour le remettre en état.
Lalibellule a dit : "Et il y a plein d’autres choses dans ce musée. Comme par exemple une exposition sur la matière noire. Alors là, comment ’exposer’ un phénomène invisible dont nous ne comprenons presque rien."

Mintaka a juste établi un parallèle avec les églises, ces musées où on expose ce phénomène invisible qu’on appelle Dieu.
DEVINETTE illustrée
Fey avait un chien: mais pourquoi l’avait-elle appelé ’Quetsche’ ?
- parce que le chien, ’lape Rune’ .
réponse à . <inconnu> le 07/02/2014 à 12h12 : Lalibellule a dit : "Et il y a plein d’autres choses dans ce mus&eacu...
On n’expose rien dans une église : c’est le lieu où on se rassemble, du grec "ecclesia".
réponse à . <inconnu> le 07/02/2014 à 06h16 : Alors là, comment ’exposer’ un phénomène invisi...
Va, petit iconoclaste/gourou !  

Après tout il y a des églises pleines de beauté et d’histoire. Elles ne sont pas tout à fait inutiles. Et des fois on arrive même à bien réfléchir là-dedans. Et les églises attirent des touristes, donc le fric. Voilà.
N’est il pas ?......
réponse à . SyntaxTerror le 07/02/2014 à 12h20 : On n’expose rien dans une église : c’est le lieu o&ugrav...
Et dans les lieux de culte des autres religions on se rassemble aussi pourtant leurs noms ne viennent pas d’ecclesia.......

Dans le fond ces échanges sur les religions ne sont pas hors sujet puisque l’expression du jour nous a été ramenée des croisades.......
réponse à . lalibellule1946 le 07/02/2014 à 12h22 : Va, petit iconoclaste/gourou !   Après tout il y a des &eacu...
Perso, je ne manque jamais de visiter les lieux de culte pour la beauté de leur architecture, de leurs vitraux......
réponse à . mitzi50 le 07/02/2014 à 10h25 : A propos de littérature orientale, la fleur de prunier est, en Chine, dep...
La fleur de prunier, la fleur du mal en l’occurrence ?
Les prunes: ne désigne-t-elle pas également les coucougnettes ? Les roubignolels si l’on préfère...
À Agen, il existe une rue, rue de la Prune ( ici vous pouvez le vérifier ), qui se termine sur la partie haute de la ville. L’acteur Johnny Depp y séjourna, et comme un ami alla lui rendre visite, celà donna lieu à ce petit dialogue:
- Pardon, Monsieur, vous pouvez m’indiquer où loge Johnny ?
- Depp ? Prune haut, d’Agen...

Je l’ai bossée celle-là, hein ?
’Me semble que c’est l’heure de la vie en 3D. La vie en 2D est tenue en suspens pendant qu’on déjeune.  
réponse à . SyntaxTerror le 07/02/2014 à 12h10 : Laisse-le tranquille. Tu sais comme il est, il va encore avoir des neurones qui ...
...
Parfois, elle se déplaçait pour des prunes, l’amie Rabell...
Et chez nous au Québec on disait jadis, presque plus de nos jours, de quelqu’un qui s’était fait une ecchymose, qu’il avait récolté« une belle prune» sans doute à cause de la forme et de la couleur..
réponse à . God le 22/11/2006 à 13h43 : Ta manière d’écarter l’option des Croisés aussi...
si les prunes étaient effectivement connues avant, celles de Damas ont bien été ramenées par les Croisés au début du XIIe.
Donc, même si c’est à prendre avec des pincettes, comme beaucoup d’autres origines, rien n’interdit de penser qu’ils y sont bien allé pour des prunes.

C’est curieux, j’avais appris autrefois que ce qu’on avait appelé les prunes de Damas étaient en fait des abricots! Et il s’agirait de ces fruits que les les croisés auraient rapportés. Me trompé-je ou m’a-t-on trompée?
réponse à . SyntaxTerror le 07/02/2014 à 12h06 : Tu sais lire ? La définition est dans un dictionnaire anglais du "fr...
Ah bon !.......Alors toutes mes plus plates excuses, j’ignorais que ce vocable avait une connotation grossière......
Mea culpa......
réponse à . belteigneuse le 07/02/2014 à 14h16 : si les prunes étaient effectivement connues avant, celles de Damas ont bi...
Mais non tu confonds.

Certains croisés se rendaient en Syrie par la mer en faisant du cabotage.
Les ports étant peu nombreux, ils étaient obligés de mouiller l’ancre dans de nombreux abris côtiers......

D’où la confusion......

Si, si c’est historique....
réponse à . BOUBA le 07/02/2014 à 14h27 : Ah bon !.......Alors toutes mes plus plates excuses, j’ignorais que c...
Je ne pense pas que poupougne soit vulgaire, peut-être pas très élégant, mais c’est un geste qui signifie "fermer son bec"  ! ce que décrit Syntax c’est un autre geste qui lui est résolument vulgaire!
réponse à . SyntaxTerror le 07/02/2014 à 12h20 : On n’expose rien dans une église : c’est le lieu o&ugrav...
On n’expose rien dans une église
Tu as raison : pas de statues, de peintures, de vitraux, d’ustensiles divers, de prêches, enfin rien qui fasse la moindre allusion à Dieu.
réponse à . belteigneuse le 07/02/2014 à 14h16 : si les prunes étaient effectivement connues avant, celles de Damas ont bi...
Ce serait bizarre, il semble que l’abricotier ait accompagné la progression de l’islam en faisant tout le tour de la Méditerranée. Il serait donc arrivé en Roussillon du temps du califat de Narbonne.
Celle qu’on appelle de nos jours la prune de Damas, c’est la quetsche d’Alsace qui, hybridée avec des variétés locales a donné la prune d’Agen.
Tout ceci à prendre avec un grain de sel.
Il a peut-être été tenté des greffes de prunier sur abricot ou l’inverse puisqu’on dit qu’on peut greffer "noyau sur noyau, pépin sur pépin".
réponse à . <inconnu> le 07/02/2014 à 18h40 : On n’expose rien dans une égliseTu as raison : pas de statues,...
Tu confonds Dieu et les saints. Je n’ai pas le culte des saints, mais les catholiques font ce qu’ils veulent dans leurs lieux de prière.
réponse à . joseta le 07/02/2014 à 13h45 : Parfois, elle se déplaçait pour des prunes, l’amie Rabell......
Parce qu’il n’y a pas de représentations de Dieu dans les églises ? Je proteste ! 

Oups ! Erreur d’aiguillage, ça s’adressait à #287 SyntaxTerror.
Du petit rejeton tendre qu’on transplante d’un arbre à un autre, certains en disent ’ente’, lui cette page.
réponse à . belteigneuse le 07/02/2014 à 09h50 : UN DRÔLE DE CURÉ (Recyclage) Au clair de la lune, Mon beau chandel...
Le grivois, OUI, le graveleux, NON.
Que voit donc le gris pour que le gras refuse l’Eu catégoriquement?
réponse à . file_au_logis le 07/02/2014 à 19h54 : Le grivois, OUI, le graveleux, NON.Que voit donc le gris pour que le gras refuse...
Mais non, le gras veut l’eux, avec un x comme films X.

Exemple : On a volé mes cassettes pornos et j’ai déposé plainte contre X.
réponse à . lalibellule1946 le 07/02/2014 à 12h39 : La fleur de prunier, la fleur du mal en l’occurrence ?...
Pas seulement la fleur. Dans l’ ouvrage quez j’ ai mentionné il existe un passage - illustré au demeurant, où la dame, en "position gynécologique" subit un lancer de fléchettes d’ un genre particulier, les flèches étant remplacées par... de petites prunes !
réponse à . BOUBA le 07/02/2014 à 12h25 : Et dans les lieux de culte des autres religions on se rassemble aussi pourtant l...
Mais synagogue a un sens proche, étymologiquement.
Relisez donc les aimables propos que m'adressait le Varois ce 7 février 2014... Quand je vous dis que le Bouba de 6h du matin ne fait que raler ! → @ 233.

Bon alors... revenons à not' Georges (l'autre !)...
S'il a la plume féconde et s'il écrit rarement pour ne rien dire, en revanche, il a la prune rare. Il y a deux ans, on en avait trouvé une "Auprès de "son" arbre".
Cette année, si vous le voulez bien, on va prendre de la prunelle :

Ce n'est pas sur ce ton frivole
Qu'il faut parler de Padilla
Car jamais prunelle espagnole
D'un feu plus chaste ne brilla,
Elle fuyait ceux qui pourchassent
Les filles sous les peupliers.
Enfants, voici des bœufs qui passent
Cachez vos rouges tabliers.


Écoutez ! (Si vous cliquez sur le "Plus", vous avez les paroles).

réponse à . DiwanC le 15/03/2016 à 02h45 : Bon alors... revenons à not' Georges (l'autre !)... S'il a la plume ...
Et pour prunelles... d'un pote à notre Georges, je cite Boby Lapointe:
"La joie de ton chat
se lit dans tes prunelles...
S'il est heureux, tu en deviens plus belle,
que ne ferait-on pas
pour la joie de ton chat". (Paroles exactes pas vérifiées mais l'esprit est là).
Et une autre pieuse pensée, pour ma grand-mère, qui parlait de "se faire envoyer aux prunes" = se faire envoyer sur les roses. Une de mes tantes, s'agissant de jupes trop courtes, parlait, elle, d'être habillée "saute aux prunes", sous entendu sans doute que cette tenue vestimentaire trahissait un désir de séduire les hommes?
réponse à . DiwanC le 15/03/2016 à 02h26 : Relisez donc les aimables propos que m'adressait le Varois ce 7 février 2...
Et allez donc......c'est reparti !

Non mais imagine ce que va penser de moi Cadichon qui vient d'arriver parmi nous...

Donc on a fait le tour des pruniers de Georges.
Il me reste Hécatombe pour une allusion aux gendarmes qui veulent mettre une prune aux mégères qui sont venues pour des oignons..

Mais c'est même pas tiré par le chignon, c'est juste pour dire quoi..

Vaut mieux que j'aille faire le café...Quoi ?...arrosé à la prune ! à cette heure !!.......hé bé..
réponse à . Cadichon le 15/03/2016 à 05h01 : Et pour prunelles... d'un pote à notre Georges, je cite Boby Lapoint...
d'être habillée "saute aux prunes"

Jamais entendu cette expression pour qualifier une femme qui s'habille rad'latouf*.....

Ne pourrait on imaginer que les prunes en question seraient les.... enfin les....en dessous de la ceinture chez l'homme...à la verticale du nombril...y en a deux, enfin normalement......génitoires, voilà !

C'est terrible de chercher ses mots comme ça.....Al si tu m'entends.......

Exhibant malgré moi mes humbles génitoires

* Dans les pays où les femmes doivent revêtir la burka, qualifie une femme dont on aperçoit les chevilles, une pute en queque sorte..
Ah.... souvenir de " la calle " aux prunes, un petit coup dans le tronc et il vous pleut sur la tête ces merveilleux petits fruits dorés, mirabelles, ou violets, quetsches, ou les meilleures de toutes, les reine-claudes, mûres à point, un vrai nectar...on trouve sur le marché des variétés nouvelles de grosses prunes, qui sont belles et bonnes, à la fois croquantes et juteuses...ça vaut le voyage, pas besoin d'aller jusqu'à Damas...surtout par les temps qui courent...
réponse à . saharaa le 15/03/2016 à 08h12 : Ah.... souvenir de " la calle " aux prunes, un petit coup dans le tro...
Quelle bonne surprise ! Te v'la revindue.....
Elpepe l’a dit, des nèfles. Peu de gens savent de nos jours que c’est la réponse que fit le général américain à Bastognes aux allemands qui lui demandaient de se rendre: «Nuts !», qui en anglo-américain vent dire des nèfles.
réponse à . Jacques1949b le 15/03/2016 à 08h54 : Elpepe l’a dit, des nèfles. Peu de gens savent de nos jours que c&r...
Tu as entièrement raison, d'ailleurs depuis lors à Bastogne, les chiens ils renèflent dans tous les coins.
réponse à . Cadichon le 15/03/2016 à 05h01 : Et pour prunelles... d'un pote à notre Georges, je cite Boby Lapoint...
je cite Boby Lapointe
C'est le refrain de Embrouille minet
réponse à . BOUBA le 15/03/2016 à 05h51 : Et allez donc......c'est reparti ! Non mais imagine ce que va penser ...
Cadichon qui vient d'arriver parmi nous
Cadichon nous avait déjà fait une visite, un peu décalée puisqu'il avait écrit deux jours après la date de l'expression "se faire ramoner". voir cette page, #216 et 217.
De là à dire qu'il avait écrit pour des prunes...
réponse à . Jacques1949b le 15/03/2016 à 08h54 : Elpepe l’a dit, des nèfles. Peu de gens savent de nos jours que c&r...
Quand on pense à Cambrone on peut dire que les Ricains sont plus polis que les Français........
réponse à . Jacques1949b le 15/03/2016 à 08h54 : Elpepe l’a dit, des nèfles. Peu de gens savent de nos jours que c&r...
Voici comment naissent les malentendus !
Il ne leur a pas proposé des écrous, mais des barres chocolatées. La guerre aurait pu durer moins longtemps si les Allemands avaient connu tous les sens du mot "nut".
réponse à . deLassus le 15/03/2016 à 09h49 : Cadichon qui vient d'arriver parmi nousCadichon nous avait déjà fa...
Oui, certes mais je ne tiens pas la comptabilité des apparitions sur notre forum....
Je sais que Cadichon a déjà communiqué avec nous mais c'est tout récent.
Par rapport aux vieux briscards expressionistes que nous sommes on peut le (la) condidérer comme un (e) nouveau ( velle )

Au fait Cadichon, c'est "il" ou "elle" ?....
Ah vu le 216 cité plus haut c'est "elle"......j'aurais dû aller voir avant..
réponse à . SyntaxTerror le 15/03/2016 à 10h00 : Voici comment naissent les malentendus ! Il ne leur a pas proposé de...
Nut a plusieurs significations alors ?

- Walnut veut dire "noyer" - l'arbre pas le glou-glou- ( le Walnut Grove de l'inoxydable et larmoyante petite prison dans la mairie)
- Coconut = noix de coco
- Nutella = poison à base de -soit disant- noisettes que l'on administre aux enfants pour leur quatre heures.

Et là c'est des nèfles.......
Merci Bouba.... reviendue en pointillés...
Bonne journée.
LE JEU DES MOTS CACHÉS (171) FRUITS COMESTIBLES-3
Je vous invite à goûter au fruit de mon imagination. Il y a, dans le texte suivant, 13 fruits .
P.S. En passant, il m'est venu à l'esprit ce jeu de mots (entre pointillés, comme Saharaa) 


- Alors ma fille ? La date des vacances approche...où est-ce que ça te ferait plaisir qu'on se paume ?
- L'Australie me plairait bien...
- Mais...à mes frais Zoé ? T'aurais pu choisir un autre coin ! Tu veux voir comme je me noie dans la misère ?
- Je t'aiderai...j'ai quelques économies...
- Soit ! Papa y consent !
- J'avais de l'argent planqué dans l'armoire de ma chambre...tiens, prends-le !
- Oh, range tes sous...je me débrouillerai, va...on essaiera de limiter les dégâts, on évitera les hôtels luxueux et on sera les gris hôtes d'une petite pension...
- Du moment qu'on soit entre quatre murs...je n'y tiens pas au luxe !
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
- Mais Zoé, qui t'a mis en tête cette idée de voyager en Océanie ?
- Oh, c'est Annie...
- Oui, oui, Océanie...qui ?
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Les voilà arrivés dans ce vaste pays et Zoé avait la mine réjouie. L'air elle le respirait à pleins poumons ! Ça la changeait de l'air contaminé de sa grande ville...
- Regarde papa l'émeu long, là...il sort d'une mare toute sale mais il a la queue nette ! Depêche...il s'enfuit...
- Et là-bas les kangourous ! Ce sont les meilleures vacances de ma vie !
- J'en suis heureux, ma chérie !
réponse à . BOUBA le 15/03/2016 à 09h56 : Quand on pense à Cambrone on peut dire que les Ricains sont plus polis qu...
fuck alors !
réponse à . BOUBA le 15/03/2016 à 10h09 : Nut a plusieurs significations alors ? - Walnut veut dire "noyer"...
Et là c'est des nèfles
C'est ce qu'on dit aux enfants. Sauf si les généraux Nord-Américains parlent comme dans les contes pour enfants.
Ne connaissant pas le contexte, je ne saurais dire s'il fallait comprendre "conneries" ou "mes couilles".
Allez vous faire foutre = mes couilles.
Wiki :
Le Général Anthony Clement McAuliffe (2 juillet 1898 - 11 août 1975) a commandé les troupes de la 101e division aéroportée de l'armée américaine pendant le siège de Bastogne à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il est renommé pour sa réponse laconique Nuts! (Des noix ! traduite dans ce contexte par « Des clous » dans le sens « Hors de question, non catégorique… ») face à une demande de reddition formulée par l'attaquant allemand.
réponse à . BOUBA le 15/03/2016 à 05h51 : Et allez donc......c'est reparti ! Non mais imagine ce que va penser ...
Et allez donc... c'est reparti !
Ah l'effronté ! Il écrit des énormitudes et ensuite il accuse les autres de les lire, d'en faire état, de les citer en références !

Mais c'est parce que je prête graaaande attention à toutes les conn... à tous les sages propos que tu émets, aux profondes réflexions que tu profères, aux belles histoires que tu nous contes, * à tes judicieuses remarques... tout ce qui fait que ce site est ce site.

Mais Cadichon n'a pas besoin de ces précisions pour penser ce qu'elle pense... de toi et de nous z'autres !

* ça, c'est vrai ! 

réponse à . Mintaka le 15/03/2016 à 11h04 : Allez vous faire foutre = mes couilles. Wiki : Le Général Ant...
Certes.
Ce que je ne sais pas c'est si c'est une demande écrite ou orale. Si c'est un écrit, on le met à la poubelle en disant "conneries", oralement, on répond autre chose ...
Peut-être une explication pour nèfles. Traduisible par pas beaucoup de pas grand chose... et pourtant on en fait de la confiture.
réponse à . lalibellule1946 le 07/02/2014 à 00h40 : Je viens d’apprendre une chose merveilleuse concernant les araignée...
La matière noire... ça donne une expo ? En ressortant t'as comme un trou noir dans la matière grise !

Si vous voulez savoir comment
Nous nous aimâmes pour des prunes,
Je vous le dirai doucement,
Si vous voulez savoir comment.
L’amour vient toujours en dormant,
Chez les bruns comme chez les brunes ;
En quelques mots voici comment
Nous nous aimâmes pour des prunes.
.......................
Elle en prend une, elle la mord,
Et, me l’offrant : « Tiens !… » me dit-elle.
Mon pauvre cœur battait bien fort !
Elle en prend une, elle la mord.
Ses petites dents sur le bord
Avaient fait des points de dentelle…
Elle en prend une, elle la mord,
Et, me l’offrant : « Tiens !… » me dit-elle.

Ce fut tout, mais ce fut assez ;
Ce seul fruit disait bien des choses
(Si j’avais su ce que je sais !…)
Ce fut tout, mais ce fut assez.
Je mordis, comme vous pensez,
Sur la trace des lèvres roses :
Ce fut tout, mais ce fut assez ;
Ce seul fruit disait bien des choses.


La fraîche amourette que conte le cher vieil Alphonse D. est toute là...
Et les prunes pas assez mûres et trop vite avalées. Effet garanti ! Je vous épargne les vidéo sur you tube 
- J'ai sauté le grillage pour aller cueillir des prunes, et j'y suis allé pour rien...
- pourquoi ?
- ben pourries, hein...
- oui, pour rien mais pourquoi ?

J'ai pris un côté de la lune
Un champignon pour faire un toit
Et j'ai cueilli un mur de prunes
Je m'en suis bâti un chez-moi


C'est là... un peu mièvre sans doute pour qui aime la gauloiserie un rien franchouillarde...Ce sont seulement quelques notes simples qui vont bien avec le petit soleil d'aujourd'hui, annonce d'un printemps tout proche et le temps des pruniers en fleurs...

  j'ai réussi à me raccrocher aux branches du fruitier !
réponse à . joseta le 15/03/2016 à 10h22 : LE JEU DES MOTS CACHÉS (171) FRUITS COMESTIBLES-3 Je vous invite &ag...
Figure-toi que je les ai tous cueillis ! Et sans l'aide du chien-copeau !*

*Petit sourire d'hier soir...
réponse à . DiwanC le 15/03/2016 à 12h52 : J'ai pris un côté de la lune Un champignon pour faire un toit Et j...
Dans mon enfance ce vermifuge lune était réputé. Vagues souvenirs liés à la lune...
réponse à . chirstian le 22/11/2006 à 18h08 : c’est tout à fait ça ! Mais le jeu était stricte...
J'ai joué à ce truc pendant les récrés ou ailleurs. Nous faisions une boule grossière constituée de caoutchouc (vieilles courroies) et il fallait faire rebondir ce truc sur soi sans qu'il touche terre. J'ai oublié son nom à ce machin !
réponse à . le gone le 15/03/2016 à 11h35 : La matière noire... ça donne une expo ? En ressortant t'as co...
aah, c'est pour ça qu'il y a quelque chose qui cloche dans ma tête...une excuse utile pour toutes les bêtises futures, hah...en plus, attention aux Ides de Mars aujourd'hui...en plus, on vote dans la primaire au Missouri aujourd'hui...et puis les prunes, c'est pas pour rien que l'on en parle aujourd'hui, c'est pour maintenir la tradition de ce site, où serait-on sans latradition? 'faudrait tout réinventer, 'spa...
Zut, ma tenue de camouflage en peau d'âne a fait long feu!
Bien, revenons à nos prunes, mes références se situent dans l'Est (Champagne-Ardennes). Entendu tout fraîchement (à la campagne) d'une dame très portée sur la chose, et entreprenante = on disait d'elle qu'elle "sautait aux prunes". Une coquine. Et chez ma grand-mère, existait un prunier qui donnait à profusion de très gros fruits oblongs, un peu violacés mais pas vraiment foncés, à chair jaune-verte. Elle appelait ces énormes prunes des "balosses" (ça viendrait alors de "beloces" ou "belloces"?), mais dans son dire, elle pensait plutôt à des... génitoires, que d'ailleurs elle appelait également ainsi (par comparaison?). Bien, je n'ai plus aucune source, ma mémé est ad patres depuis des décennies, et son super-prunier aussi sans doute! Dommage pour la dégustation, on en reparlera, car ce ne fut pas triste!
réponse à . DiwanC le 15/03/2016 à 11h11 : Et allez donc... c'est reparti !Ah l'effronté ! Il écrit...
Cadichon se promène un peu partout sur le site, en commençant par le début, depuis plusieurs semaines, et ça prend un... certain temps. Voilà pourquoi le quadrupède ne se manifeste pas encore beaucoup... mais il n'en pense pas moins, et ne tardera guère à se joindre au choeur des secoueurs de pruniers!
Et entendu aussi (mais en Touraine, cette fois) un monsieur pas trop distingué, mais gentiment rigolo, parlant de sa paire de "balosses", les appelait "mes prunus". Mignon! Et modeste aussi, car le fruit du prunus, qui est un arbre d'ornement à ma connaissance, n'est guère plus gros qu'une mirabelle.
Se faire secouer le prunier... Si c'est bien fait, c'est pas désagréable...  
réponse à . Cadichon le 15/03/2016 à 15h21 : Zut, ma tenue de camouflage en peau d'âne a fait long feu! Bien, reve...
...très gros fruits oblongs, un peu violacés mais pas vraiment foncés, à chair jaune-verte. Elle appelait ces énormes prunes des "balosses"...
Ces "balosses" étaient peut-être des prunes d'ente, les prunes à pruneaux.

J'a retrouvé un beau portrait de toi avec ta Sophie... 
Ça là, c'est pas des prunes ! Ce sont des safous sur leur safoutier. Ils ont un très gros noyau avec peu de viande autour, mais c'est vachtement bon quand-même. 
réponse à . DiwanC le 15/03/2016 à 13h10 : Figure-toi que je les ai tous cueillis ! Et sans l'aide du chien-copeau&nbs...
Les ai tous cueillis moi aussi, maintenant vais les manger !
réponse à . le gone le 15/03/2016 à 14h33 : J'ai joué à ce truc pendant les récrés ou aille...
J'ai joué à ce truc pendant les récrés ou ailleurs. Nous faisions une boule grossière constituée de caoutchouc (vieilles courroies) et il fallait faire rebondir ce truc sur soi sans qu'il touche terre. J'ai oublié son nom à ce machin !
Nous fabriquions avec une pièce trouée des "bizus" il fallait passer une feuille de papier de soie (du PQ) dans le trou. On retournait la moitié du papier pour emballer la pièce, on le tortillait et ça faisait un peu comme un volant de badminton.
réponse à . Ratanak le 15/03/2016 à 15h46 : ...très gros fruits oblongs, un peu violacés mais pas vraiment fon...
Je suis nettement mieux, ya pas photo! Vous verriez la splendeur de mes oreilles, et le clavier de mon râtelier!
Pour les prunes d'ente, je ne sais que vous dire; dans mon souvenir, elles n'étaient pas foncées, ces prunes. Et sous le climat des Ardennes, c'est pas si chaud qu'Agen, la culture en était-elle possible? Pour le reste de la description, c'est bien ça. Noyau pointu, oui, très allongé et presque plat.
réponse à . SyntaxTerror le 22/11/2006 à 09h58 : Oh la la ! J’ai deux collègues lorraines, la mirabelle n&rsqu...
Par ailleurs, la mirabelle n’est pas une prune...

Redis le me le pour voir et je te colle un marron une prune dans la poire, moi !   
J'espère que vous aurez frui de ce jeu...

1) DATTE (date)
2) POMME (paume)
3) FRAISE (frais Zoé)
4) COING (coin)
5) NOIX (noie)
6) PAPAYE (papa y...)
7) ORANGE (oh, range)
8) GRIOTTE (gris hôtes)
9) MÛRE (murs)
10) AIRELLE (l'air, elle)
11) MELON (l'émeu long)
12) QUENETTE (queue nette)
13) PÊCHE (dépêche...)
Voilà !
réponse à . joseta le 15/03/2016 à 18h30 : J'espère que vous aurez frui de ce jeu... 1) DATTE (date) 2) POMME ...
Merci toi! 
Mais de rien, ma princesse; c'est ceux qui proposent ces jeux 'qu'ont potes aux pommes' !  
réponse à . Ratanak le 15/03/2016 à 16h45 : Par ailleurs, la mirabelle n’est pas une prune... Redis le me le pour voir...
Relis attentivement l'avant-dernière phrase et tu verras pourquoi on peut dire ça.
réponse à . joseta le 15/03/2016 à 18h30 : J'espère que vous aurez frui de ce jeu... 1) DATTE (date) 2) POMME ...
Merci.
J'ai failli ne pas voir la mûre et j'ai découvert la quenette.
réponse à . SyntaxTerror le 15/03/2016 à 21h36 : Relis attentivement l'avant-dernière phrase et tu verras pourquoi on...
Pour moi ce qui compte c'est le résultat, pas la façon dont on l'a obtenu.

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Pour des prunes » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

publicité
Expressio - le livre

Le contenu de ce site est si riche qu’un livre en a été tiré. Ce livre, devenu un best-seller est maintenant disponible en poche.

Ce commentaire ainsi que les réponses qui y sont liées, seront définitivement supprimés. Etes-vous sûr?