Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

A la mords-moi le noeud (le doigt, le jonc, le pif...)

Peu sérieux, mal fait, sur lequel on ne peut pas compter.

Origine

L'origine de cette expression n'est pas vraiment connue.
'A la mords-moi le jonc' est une expression attestée au début du XXe siècle.
A cette époque, en argot, le jonc désignait l'or.
Faut-il voir un lien avec ces fausses pièces d'or (mal faites, sans valeur) qu'il fallait mordre pour en faire sauter le placage ?
Actuellement, le jonc désigne le pénis ('peler le jonc' pour 'importuner', 'se peler le jonc' pour 'avoir froid').
Alors du 'jonc' au noeud, autre dénomination argotique du pénis ou du gland (qui date du XIXe siècle), il n'y a qu'un pas qui a été franchi, semble-t-il, dans la seconde moitié du XXe siècle où l'expression apparaît.
Certains disent qu'elle viendrait de la fellation. En effet, s'il y a morsure du gland ou du noeud pendant la petite gâterie, c'est qu'elle est très mal faite.
Mais rien ne confirme cette hypothèse.
Le doigt qu'on trouve aussi à la place du noeud pourrait être vu comme une atténuation 'politiquement correcte' du deuxième terme, mais il semble que son usage soit très antérieur.
Le mystère demeure donc, tout comme pour la version avec le pif.

Compléments

Merci de ne pas me peler le jonc en me disant que je vous ponds des explications à la mords-moi le noeud !

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « A la mords-moi le noeud (le doigt, le jonc, le pif...) » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Pays de Galles Gallois Rhyw gawlach Un sacré bouillon
Autriche Allemand Schlampig Souillon
Angleterre Anglais A cowboy job Un travail de cow-boy
États-Unis Anglais Half-assed À mi-cul
Argentine Espagnol A la que te criaste À celle que tu as élevée
Argentine Espagnol A las patadas Aux coups de pied
Espagne Espagnol De medio pelo De mi-poil (= De seconde zone / De rien du tout / Sans valeur)
Espagne Espagnol De mierda De merde
Espagne Espagnol Es una chapuza C'est un travail de cochon, du rafistolage
Espagne Espagnol Trabajo de moro Travail d'arabe
Belgique Français À la vas-comme-je-te-pousse Sic
Canada Français Broche à foin
Italie Italien A cazzo di cane En bite de chien
Italie Italien Di merda De merde
Belgique Néerlandais Met de Franse slag Au coup (de fouet) à la française
Pays-Bas Néerlandais - maak dat de kat wijs - laat me niet lachen - explique ça au chat - ne me laisse pas rire
Pays-Bas Néerlandais Beunhazen werk Un travail d'amateur / mal fait / pas sérieux
Pays-Bas Néerlandais Een werk van lik m'n vestje Un travail de lechez moi le gilet
Pays-Bas Néerlandais Iets op zijn elf en dertigst doen Du travail mal fait / pas sérieux
Pays-Bas Néerlandais Op zijn janboerenfluitjes Avec le sifflet du paysan Jean
Brésil Portugais Nas coxas Sur les cuisses
Roumanie Roumain De-a futu-i pomana De la baise de l'aumône
Roumanie Roumain La futu-i m?-sa A la foutraille-lui sa mère
Roumanie Roumain Lucru de mântuială Travail mal fait
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « A la mords-moi le noeud (le doigt, le jonc, le pif...) » Commentaires

  • #1
    • <inconnu>
    • 21/02/2007 à 08:00
    "Certains disent qu’elle viendrait de la fellation. En effet, s’il y a morsure du gland ou du noeud pendant la petite gâterie, c’est qu’elle est très mal faite."
    Ce n’est pas mon avis. Une bonne petite morsure ça vous stimule. Aprés vous pouvez vous là bai.. cette grosse chi.. qui a osé vous mordre, ensuite vous la ... et puis la ... pour finir par la ... . AAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHHH c’est bon!
  • #2
    • cotentine
    • 02/03/2008 à 00:15
    et moi, naïvement, pendant des années, j’ai cru que l’expression était : "à la mort, moins de deux !" et je pensais que je l’avais "échappée belle !" puis les copains et les copines se sont chargé de rectifier mon erreur ! mais je ne veux pas mordre ! 😕) ... ça doit faire mal !
  • #3
    • momolala
    • 02/03/2008 à 07:29
    J’ai plutôt entendu "des explications" à la mords-moi le noeud que "du travail". Cela me semblait clair : ce que tu expliques est aussi incroyable que si je te demandais de me mordre le pif, le jonc, le nez, le noeud. Une expression d’ailleurs exclusivement masculine sur laquelle nous les filles ne réclamons pas la parité !
    Belle journée à tous !
  • #4
    • OSCARELLI
    • 02/03/2008 à 07:40
    Hé, toi! Tête de noeud! Est-ce que tu m’aimes?
    Si je t’aime? A la vie, à la mort, moi le noeud, je te le dis!
  • #5
    • OSCARELLI
    • 02/03/2008 à 07:45
    Il est clair - et je suis surpris que personne encore ne l’aie dévoilé:
    cette expression vient de la marine, oeuf corse!
    En effet, tout le monde sait - ou devrait savoir - que la vitesse des petits bateaux qui vont sur l’eau et n’ont pas de jambes se mesure en... noeuds!
    Dès lors, lorsqu’un esquif se traîne, au lieu de ronger son frein, le capitaine de ce radeau, totalement médusé, déclare que la vitesse de déplacement est à la mord-moi le noeud, voulant dire par là qu’il a le temps de prendre chaque noeud entre ses dents avant de le jeter à l’eau ... allo, allo, m’entendez-vous encore?
  • #6
    • chirstian
    • 02/03/2008 à 08:56
    Allah est grand et il mord ce qu’il veut.
    C’est pas moi qui vais m’en mêler. C’est fatwa non plus, hein ?
  • #7
    • ThanhBach
    • 02/03/2008 à 09:10*
    A la mords-moi le noeud (le doigt, le jonc, le pif...)
    Lorsque l’on se fait des noeuds au cerveau, il faut se faire mordre par en-dedans !
    Ou tout en haut, si c’est un cerveau lent.
    Quant au doigt, en général ça bave, des fois là-haut ça peut aboyer, nom d’un(e) chien(ne)! - mais ça ne mord JAMAIS, même en serrant très fort.
    Le jonc, le jonc, voilà qui parlent et qui n’ont pas connu la Plaine des Joncs. Le jonc, M’sieu Dam’, ça ne se mord pas, ça vous mange, ça vous ingurgite, ça vous avale. D’où l’expression "la valeur du jonc" et l’autre ... "tout ce qui brille n’est pas jonc, et tout ce qui est terne est jas pon" Ach! Que c’est môffais! Celle là! Particulièrement! Ach!
    Le pif, mais voyons, c’est comme pour le doigt, c’est Karl Marx Soutra, c’est l’après-mai 68, disons c’est du pur porc 69!
    Hein, quoi, bitoule, vinedioussss ! (Chti’vie Wonder dixit ... te plussss ssssen plussss môffais!)
    🙂
    A l’amore, moelleux noeud entre deux co(eu)rdes!
    °
  • #8
    • vinger
    • 02/03/2008 à 09:15
    • En réponse à OSCARELLI #5 le 02/03/2008 à 07:45 :
    • « Il est clair - et je suis surpris que personne encore ne l’aie dévoilé:
      cette expression vient de la marine, oeuf corse!
      En effet, tout le m... »
    Fille-au-logis, je ne connais pas non plus l’origine de l’expression mais la tienne semble moins ’à la mords-moi le noeud’ que celles de notre dévoué web-master. Mais c’est peut-être une bonne raison pour ne pas être correcte...Méfions-nous du trop évident (mais pas du trop trivial) dans les expressions
  • #9
    • chirstian
    • 02/03/2008 à 09:17
    Certains disent qu’elle viendrait de la fellation. En effet, s’il y a morsure du gland ou du noeud pendant la petite gâterie, c’est qu’elle est très mal faite.
    je confirme : la fête du mâle, si elle fait mal elle est mal faite.
    Dans la fellation (le terme vient de " fais la !" par lequel le mâle suggère de façon expresse son désir) les dents ne doivent effectivement pas être présentes. La raison pour laquelle il vaut mieux se confier à une vieille qu’à une jeune, tient à son expérience. Mais aussi au fait qu’elle enlève son dentier.
    Cela laisse plus de place pour la langue , qui doit tourner 7 fois dans la bouche avant de parler. En fait il n’est pas indispensable de parler. D’aucun disent même qu’il est malpoli de parler la bouche pleine.
    Non, l’idée n’est pas de trancher le noeud gorgien (et non gordien, comme on le voit parfois écrit. Vous ne mettez pas le noeud dans la gorde !). Il est d’utiliser sa langue pour le défaire. Et c’est pas facile, parce qu’il y a des noeuds qui sont très serrés. Les plus compliqués étant les noeuds marins. Mais ça ne prouve pas l’origine marine de l’expression. Enfin, je ne crois pas !
    On demandera à l’amiral.
    Ou à BB.
    🙂
  • #10
    • OSCARELLI
    • 02/03/2008 à 09:25*
    • En réponse à vinger #8 le 02/03/2008 à 09:15 :
    • « Fille-au-logis, je ne connais pas non plus l’origine de l’expression mais la tienne semble moins ’à la mords-moi le noeud’ que celles de not... »
    Il faut toujours se méfier de ce qui est évidé... 😄
    De toute facon, si c’est Evi-dent, c’est à la mords-moi le noeud, non?
    Bienvenue à toi, Vinger que je ne connais pas non plus, ni des lèvres, ni des dents...
    Est-ce d’un doigt fengeur(Vinger - fengeur - ou Finger vengeur?) que tu écris, que tu montres, ou est-ce le doigt que tu mords? Si c’est celui-là, fais attention que ce ne soit pas le doigt de notre Godemichou adoré... qui ne le restera probablement plus très longtemps, s’il continue à ne pas publier le compte-rendu de la dernière Convention sartoise...
    Il finira par ne plus dvoir flouter les photos. Elles seront tellement vielles, qu’il ne sera de toute facon plus possible de nous reconnaître...
  • #11
    • <inconnu>
    • 02/03/2008 à 09:41
    Dire que pendant des années j’ai utilisé l’expression sans savoir d’où elle venait, du moins n’imaginais-je pas tous les tenants et les aboutissants...Naïveté, tu me perdras...(ou pas :p)
    Toujours est-il que ma venue sur expressio intervint un jour où j’ai voulu comprendre l’origine de cette expression (oui oui celle-ci précisemment) et là je découvris ô joie bien plus que je n’avais cherché :D
    Bon dimanche à tous
  • #12
    • <inconnu>
    • 02/03/2008 à 09:58
    • En réponse à <inconnu> #11 le 02/03/2008 à 09:41 :
    • « Dire que pendant des années j’ai utilisé l’expression sans savoir d’où elle venait, du moins n’imaginais-je pas tous les tenants et les abou... »
    Bienvenue Titorelli. Tu as du bol toi. Eh oui il semble que parfois God lise dans nos cerveaux. 😄
    Moi, depuis longtemps, je connaissais l’expression : " A la mord moi l’oeil " pour quelque chose de mal fait, à la va-vite.
  • #13
    • perledejade
    • 02/03/2008 à 10:46
    • En réponse à <inconnu> #1 le 21/02/2007 à 08:00 :
    • « "Certains disent qu’elle viendrait de la fellation. En effet, s’il y a morsure du gland ou du noeud pendant la petite gâterie, c’est qu’elle... »
    🙂ça commence bien !!! 😉
  • #14
    • cotentine
    • 02/03/2008 à 10:48*
    Bienvenue à vinger et à titorelli ... vous arrivez à point pour vous faire mordre ??? 😄
    Se mordre … la langue, c’est normalement s’empêcher de parler, alors qu’il est déjà trop tard ! … le mal est fait : une sottise a été dite et pour s’en punir, on se mord.
    « se mordre », c’est toujours, dans la langue en français, regretter, se fustiger : se mordre les doigts de quelque chose, ou c’est à se les mordre (sous-entendu les testicules … pour les messieurs) ou encore à la mords-moi le nœud … la locution désigne un objet, une manière de faire, aussi peu intéressante que ce genre de douleur …)
    mordre, en revanche, c’est attaquer l’autre sans pitié, … à mon humble avis !
  • #15
    • memphis
    • 02/03/2008 à 10:52
    Tant qu’à se mordre les doigts...cette page
  • #16
    • cotentine
    • 02/03/2008 à 11:06
    • En réponse à momolala #3 le 02/03/2008 à 07:29 :
    • « J’ai plutôt entendu "des explications" à la mords-moi le noeud que "du travail". Cela me semblait clair : ce que tu expliques est aussi incr... »
    Une expression d’ailleurs exclusivement masculine
    et évidemment, ce sont eux qui réclament ! : "AH, Là, mords-moi ! ... le noeud" ou le jonc ou ...
    Le seul qui ne réclame pas, c’est "Palomar" d’ Italo Calvino ! (j’ai cherché, sans succès, sur Gougole, l’extrait auquel je pensais) cette page
    alors, je vais le recopier ... "A une époque (...) où tout le monde se met en 4 pour proclamer ses opinions ou ses jugements, monsieur Palomar a pris la bite rude l’habitude de se mordre 3 fois la langue avant d’affirmer quoi que ce soit. Si à la 3ème fois, il est encore con - vaincu convaincu (...), il le dit, sinon il se tait. De fait, il passe des semaines et des mois en silence. "
    Y’en a qui devrait en prendre de la graine ... chez les "grands" de ce monde ! 😄
  • #17
    • syanne
    • 02/03/2008 à 11:49
    • En réponse à momolala #3 le 02/03/2008 à 07:29 :
    • « J’ai plutôt entendu "des explications" à la mords-moi le noeud que "du travail". Cela me semblait clair : ce que tu expliques est aussi incr... »
    Une expression d’ailleurs exclusivement masculine sur laquelle nous les filles ne réclamons pas la parité !

    … sauf Magali !
    cette page
  • #18
    • <inconnu>
    • 02/03/2008 à 12:35*
    Oui God, "jonc" était d’après l’argot des voleurs (Vidocq) de l’OR, mot qui a donné joncaille pour désigner bijoux et lingots.
    Quitte à mordre, mordre riche ! Ensuite, ça a glissé jusqu’au pénis cette affaire et allez donc savoir pourquoi ? A cause d’un piercing en or sur le délicat gland qu’une demoiselle mordillerait jusqu’à plus soif ?
    Ca va donner des idées...
  • #19
    • <inconnu>
    • 02/03/2008 à 12:39
    L’Or et le sexe, quel curieux ménage où tout doit être, briqué, astiqué !
    Ne dit-on pas d’une professionnelle qu’elle est une orfèvre dans l’art de palucher… !?
    Tout ce qui brille se doit d’être caressé ; en plus si c’est de la relique, c’est que c’est de l’antique. Y’a pas de honte à s’frotter à une imposante colonne même au bout de la 5 ème.
    Faut encourager le p’tit personnel ai-je entendu au siècle dernier !
    Autre temps autres mœurs. (quoiqueue(x) dit le maître...) 🙂
  • #20
    • cegede
    • 02/03/2008 à 12:44
    Salut à tous !
    Pour qualifier une ouvrage mal faite, en vitesse, mon père disait : ça a été fait "à la grosse morbleu". Enfant, j’ai longtemps essayé de savoir qui était la Morbleu en question...