Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Les anglais ont débarqué

Avoir ses règles.

Origine

Cette expression ne date pas de juin 1944, mais de bien avant.
Rappelez-vous ! En 1815, alors que Bonaparte a pris une dernière pâtée à Waterloo, les Anglais débarquent en France et vont l'occuper jusqu'en 1820.
A cette époque, ils étaient habillés d'uniformes rouges.
Le lien entre ce flot d'Anglais rouges envahissant le pays et la Capitale et le flux rouge du sang menstruel a été facile à faire dès 1820 dans le parler populaire parisien, en (mauvais) souvenir de l'occupant, alors qu'il rentrait chez lui.

Compléments

Compte tenu du sujet traité, il est de règles et pas super flux de rappeler quelques autres appelations très poétiques de la chose :
Avoir ses ours
Avoir ses ragnagnas ()
Ecraser des tomates
Être empêchée / gênée
Faire relâche
Jouer à cache-tampon
Recevoir sa famille
Repeindre sa grille au minium
...
Il est aussi intéressant de montrer l'avis qu'avait Pline l'Ancien () d'une femme menstruée en 78 après J.C. :
« [...] Dans toute autre époque les règles coulant, si la femme fait nue le tour d'un champ de blé, on voit tomber les chenilles, les vers, les scarabées, et les autres insectes nuisibles. [...] L'attouchement d'une femme en cet état gâte ressource les jeunes vignes, et fait mourir incontinent la rue et le lierre, plantes douées de vertus très puissantes. [...] Cependant il est encore certain que les abeilles désertent leur ruche touchée par une femme en cet état; que les lins noircissent dans la chaudière; que le fil du rasoir s'émousse dans la main du barbier; que les vases de cuivre touchés contractent une odeur fétide et se rouillent [...] »
J'en passe, mais si vous le souhaitez, vous trouverez la version complète ici au chapitre XXIII.

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Les anglais ont débarqué » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Tunisie Arabe And'ha el aada Elle a " l'habitude "
Tunisie Arabe And'ha triq ech'har Elle a le tour du mois
Pays de Galles Gallois Mae hi yn ei blodau Elle est en fleur
Allemagne Allemand Ihre Tage haben Avoir ses jours
Grèce Grec 'Ηρθαν οι Ρώσοι Les Russes sont venus
Angleterre Anglais To be on the rag Être sur le torchon
États-Unis Anglais Aunt Flo is visiting Il y a la Tante Flu(x) qui visite
États-Unis Anglais To be falling off the roof Tomber du toit
États-Unis Anglais To be having the painters in Recevoir les peintres
États-Unis Anglais To be on the rag Être sur le torchon
États-Unis Anglais To have the curse Avoir la malédiction
Espagne Espagnol Tener el mes Avoir le mois
Espagne Espagnol Tener el tomate Avoir la tomate
Mexique Espagnol Estar en sus días Être dans ses jours
Belgique Français Avoir ses clottes Avoir ses règles (argot)
Canada Français Être dans ses crottes
Canada Français Michel est en ville Avoir ses règles
Canada Français Peindre en rouge
France Français Avoir ses histoires
France Français Être embarassée
Italie Italien Avere il marchese Avoir le marquis
Italie Italien Avere le proprie cose Avoir ses propres choses
Belgique Néerlandais De Russen zijn geland Les Russes ont débarqué
Belgique Néerlandais Met Marie zitten Être avec Marie
Pays-Bas Néerlandais Aan de rooie zijn Être dans le rouge
Pays-Bas Néerlandais De Ferrari staat voor de deur La Ferrari est (garée) devant la porte
Pays-Bas Néerlandais De Japanse vlag kan uit On peut hisser le drapeau Japonnais
Pays-Bas Néerlandais De maand hebben Avoir le mois
Pays-Bas Néerlandais De rode vlag hangt uit Le drapeau rouge est hissé
Pays-Bas Néerlandais Er is oorlog in de keuken La guerre a éclaté dans la cuisine
Pays-Bas Néerlandais Het is torpedotijd C'est le moment des torpilles (les tampons hygiéniques)
Pays-Bas Néerlandais Ongesteld zijn Être indisposée
Pays-Bas Néerlandais Opoe op bezoek hebben Avoir mémé en visite
Pays-Bas Néerlandais Tante Roosje (hebben) Avoir Tante Rosa (Tante Rosa est une ancienne marque de serviettes hygiéniques lavables)
Pologne Polonais Ciocia przyjechała (z Ameryki) Ma tatie est arrivée (d´Amérique)
Pologne Polonais Mam ciotkę J'ai une tante
Brésil Portugais Estar de Chico Être au Fanfan ("Chico", diminutif de "Francisco" = François)
Portugal Portugais O Benfica joga em casa Le Benfica (équipe de foot habillée de rouge) joue à la maison
Roumanie Roumain A fi indispusa Etre indisposée
Roumanie Roumain A fi pe ro?u Etre sur le rouge
Roumanie Roumain A fi pe stop Etre sur le stop
Roumanie Roumain Au venit musafirii Les hôtes sont venus
Ajouter une traduction

Voir aussi


Commentaires sur l'expression « Les anglais ont débarqué » Commentaires

  • #1
    • cotentine
    • 11/09/2006 à 02:12
    vous trouverez la version complète ici au chapitre XXIII

    Il faut excuser cette question idiote, mais c’est le chapitre XXIII de quel livre ? Pline a été fort prolifique et il n’y en a pas moins de 28 sur le site indiqué et tous ne sont pas traduits ... Je comptais m’instruire pendant mes insomnies, car c’est bien connu, une journée où l’on n’a rien appris est une journée perdue !
    Pline savait-il que quiconque oserait préparer une mayonnaise, jamais il ne laisserait entrer dans la cuisine une femme qui pourrait être "indisposée" car "ça" ferait touner la mayo ! ... (c’est encore dans les anciennes croyances à la campagne lol)
  • #2
    • <inconnu>
    • 11/09/2006 à 07:58
    • En réponse à cotentine #1 le 11/09/2006 à 02:12 :
    • « vous trouverez la version complète ici au chapitre XXIII
      Il faut excuser cette question idiote, mais c’est le chapitre XXIII de quel livre... »
    En tout cas, le lien avec Raniania m’a fait bien rire... Très agréable le lundi matin. Y’a la mayonnaise mais aussi la cuisine du cochon. Ici, interdit de s’en approcher pendant ces quelques jours. De toute façon, de tout temps et dans tous les pays (je ne veux froissé personne mais je pense très fort dans toutes les religions aussi), la femme a toujours été le symbole du mal (du mâle aussi d’ailleurs).
  • #3
    • OliverrTwist
    • 11/09/2006 à 08:12
    L’équivalent anglais est : "the redcoats are coming" les "manteaux rouges arrivent",
    par allusion aux anciens uniformes Anglais. C’est aussi une phrase prononcée par Paul Revere au moment de la révolution américaine (ce que nous appelons "guerre d’indépendance") pour indiquer l’arrivée de troupes envoyés par l’Angleterre contre les colonies révoltées. Je ne connais pas la date d’apparition de l’expression en anglais, maisl’indépendance américaine date de la fin du 18e siècle et la version anglaie (américaine en fait) est donc sans dante plus ancienne.
  • #4
    • God
    • 11/09/2006 à 08:24*
    • En réponse à cotentine #1 le 11/09/2006 à 02:12 :
    • « vous trouverez la version complète ici au chapitre XXIII
      Il faut excuser cette question idiote, mais c’est le chapitre XXIII de quel livre... »
    Ah Turpi ! En balayant tous les XXIII, en commençant par le premier, il me semble que la réponse aurait été très vite trouvée, non ?
    On mettra cette faiblesse sur le compte de l’heure très matinale.
    Et puis de toutes façons, le lien que j’ai indiqué aboutit directement au livre XXVIII. Donc, pour qui est réveillé, y’a pas de question à se poser.
  • #5
    • God
    • 11/09/2006 à 08:53
    • En réponse à OliverrTwist #3 le 11/09/2006 à 08:12 :
    • « L’équivalent anglais est : "the redcoats are coming" les "manteaux rouges arrivent",
      par allusion aux anciens uniformes Anglais. C’est aussi... »
    La phrase existe effectivement chez nos amis anglophones, mais je n’ai trouvé aucun lien avec les règles sur le web. Si vous avez quelques adresses, je suis preneur.
  • #6
    • <inconnu>
    • 11/09/2006 à 09:38*
    • En réponse à cotentine #1 le 11/09/2006 à 02:12 :
    • « vous trouverez la version complète ici au chapitre XXIII
      Il faut excuser cette question idiote, mais c’est le chapitre XXIII de quel livre... »
    Il y a de quoi faire un bétisier géant avec les croyances encore en vigueur dans nos campagnes... quelqu’un devrait bien faire un site sur le sujet, mais surtout... combien de temps et de générations faudra-t-il pour que la femme ne soit plus l’éternelle responsable des bêtises des hommes ?
    Je viens d’aller voir le chapitre XXVIII... ben dis donc, et l’humanité a survécue quand même... étonnant, non ?
  • #7
    • Rikske
    • 11/09/2006 à 09:54
    • En réponse à God #4 le 11/09/2006 à 08:24* :
    • « Ah Turpi ! En balayant tous les XXIII, en commençant par le premier, il me semble que la réponse aurait été très vite trouvée, non ?
      On mett... »
    Voir aussi Livre 7, XIII...
  • #8
    • <inconnu>
    • 11/09/2006 à 10:20
    Je voudrais bien répondre aux questions posées hier par Borikito mais, je ne sais pas comment fonctionne ce forum, à savoir dois-je répondre à partir de l’expression d’hier ou bien d’aujourd’hui ?
  • #9
    • God
    • 11/09/2006 à 10:29*
    • En réponse à <inconnu> #8 le 11/09/2006 à 10:20 :
    • « Je voudrais bien répondre aux questions posées hier par Borikito mais, je ne sais pas comment fonctionne ce forum, à savoir dois-je répondre... »
    Une réponse se fait toujours dans le même forum que la question (ou le commentaire donnant lieu à réponse). Sinon, il serait impossible de suivre le fil d’une discussion.
    Et je rappelle qu’une réponse à un commentaire se fait en cliquant sur le bouton ’crayon’ ’flèche cassée’ (j’ai bien écrit le bouton ’flèche cassée’) juste -au-dessus- du commentaire.
    Le crayon, lui sert à corriger le commentaire après publication, et il n’est accessible qu’à son auteur.
    Dans chaque mail quotidien, il y a la liste des expressions ayant eu de nouveaux commentaires la veille. S’y on n’y va pas régulièrement dans la journée, il suffit donc alors d’y aller voir si quelqu’un a répondu à ce qu’on avait écrit.
  • #10
    • cotentine
    • 11/09/2006 à 10:29
    • En réponse à God #5 le 11/09/2006 à 08:53 :
    • « La phrase existe effectivement chez nos amis anglophones, mais je n’ai trouvé aucun lien avec les règles sur le web. Si vous avez quelques a... »
    LIVRE XXVIll,
    TRAITANT DES REMÈDES TIRÉS DES ANIMAUX

    j’ai bien fait de "faire l’âne pour avoir du son" ... puisque dans ce livre 28, nous, pauvres humains, dits du sexe faible, on y est assimilé à du bétail ...
    Il est vrai que les animaux sont parfois plus amicaux ...
    My God ! mille excuses, j’avais navigué trop vite dans les errances de Pline ... et lu en diagonale !
  • #11
    • borikito
    • 11/09/2006 à 10:56*
    • En réponse à cotentine #10 le 11/09/2006 à 10:29 :
    • « LIVRE XXVIll,
      TRAITANT DES REMÈDES TIRÉS DES ANIMAUX
      j’ai bien fait de "faire l’âne pour avoir du son" ... puisque dans ce livre 28, nous,... »
    Encore sous le coup de l’assaut d’amabilités que nous te dispensâmes hier ?
    Et le tout en français.
    Quant aux anglais, c’est vrai qu’ils débarquent de plus en plus nombreux dans ma région pour s’y installer. Et ils apprécient....
  • #12
    • chirstian
    • 11/09/2006 à 11:37
    • En réponse à God #9 le 11/09/2006 à 10:29* :
    • « Une réponse se fait toujours dans le même forum que la question (ou le commentaire donnant lieu à réponse). Sinon, il serait impossible de s... »
    qu’une réponse à un commentaire se fait en cliquant sur le bouton ’crayon’ (j’ai bien écrit le bouton ’crayon’) juste -au-dessus- du commentaire.
    c’est un gag ?
  • #13
    • chirstian
    • 11/09/2006 à 11:45
    Avoir ses règles.
    Louise Michel , figure admirable de l’anarchisme français, a lutté toute sa vie contre la société pour que les femmes n’aient plus de règles.
  • #14
    • chirstian
    • 11/09/2006 à 11:55*
    Je n’ai jamais compris pourquoi on parle tant des règles des femmes. C’est pas pour me vanter (ni d’ailleurs pour m’éventer) mais moi aussi j’ai mes règles.Je n’en tire nulle gloire, mais n’en ai nulle honte. L’une , plate, graduée, en plastique transparent porte le nom de "double décimètre" , l’autre, en bois d’ébène faisait 20cm avant que je n’en machouille les deux bouts.
    J’ajoute, pour être tout à fait complet, que je n’ai jamais cherché à en utiliser l’une ou l’autre pour monter une mayonnaise (préférant monter la cuisinière) , mais je pense effectivement que ce serait dur.
    Est-ce que ces précisions sont de nature à faire progresser la Connaissance Universelle ?
  • #15
    • chirstian
    • 11/09/2006 à 11:57
    il ne faut pas confondre : une femme menstruée
    et : un homme Hobbestrué
  • #16
    • God
    • 11/09/2006 à 12:00
    • En réponse à chirstian #12 le 11/09/2006 à 11:37 :
    • « qu’une réponse à un commentaire se fait en cliquant sur le bouton ’crayon’ (j’ai bien écrit le bouton ’crayon’) juste -au-dessus- du comment... »
    Je viens de me rendre compte que la moquette que m’a livré hier mon fournisseur habituel est de bien moins bonne qualité que d’habitude.
    Peut-être y a-t-il un lien de cause à effet.
    Je corrige...
  • #17
    • <inconnu>
    • 11/09/2006 à 12:14
    Quand les Anglais débarquent quelque part, la fronde couve. Que dire des marées et autres afflux outrageants qui ne puissent se résorber que par des compromis avec la lune ? Gandhi t’on dans les chaumières si ce n’est que l’anglais est envahissant et force systématiquement l’union contre lui au détriment d’un partage consensuel.
    D’aucun pense encore aujourd’hui qu’en chacun d’eux sommeille un mauvais Jack prêt le cas échéant à éventrer tout ce qui lui résiste.
    Quand Reine Victoria (Beckham) débarque dans un magasin de luxe, on ne sait plus très bien, aux dires des vendeuses, si elle précédait ou suivait Attila.
    Soyons réalistes dans le propos : « Les Anglais ont débarqué ! Soit ! Les emmerdes et les privations plutôt non ? ».
    Anglophobe ? Non juste partisan d’une règle amicale entre les peuples.
  • #18
    • <inconnu>
    • 11/09/2006 à 12:15
    • En réponse à God #16 le 11/09/2006 à 12:00 :
    • « Je viens de me rendre compte que la moquette que m’a livré hier mon fournisseur habituel est de bien moins bonne qualité que d’habitude.
      Peu... »
    Saint Maclou est en perte de vitesse à ce qu’il paraît...
  • #19
    • <inconnu>
    • 11/09/2006 à 12:18
    • En réponse à <inconnu> #17 le 11/09/2006 à 12:14 :
    • « Quand les Anglais débarquent quelque part, la fronde couve. Que dire des marées et autres afflux outrageants qui ne puissent se résorber que... »
    Qu’est-ce que je disais ???
    Actualités (Reuters) : lundi 11 septembre 2006, 11h48
    La visite de Tony Blair à Beyrouth provoque des manifestations...
  • #20
    • chirstian
    • 11/09/2006 à 14:01*
    les Frères Jacques, chantaient une chanson qui disait ceci (vous admirerez la performance : je la cite entièrement de mémoire, l’ayant chantée en chorale, dans les années 70 !
    les anglais
    Parapluies en bandouilère
    ils ont poussé leur cri d’guerre
    quand ils ont touché le quai
    les anglais
    faisait beau coïncidence
    quand ils ont touché la France
    à peine un quart d’heure après
    il pleuvait
    s’ils ont am’né leur femme en France
    ce n’est pas qu’ils avaient confiance
    mais ils savaient bien les anglais
    que personne ne leur prendrait
    sont arrivés sur la plage
    ils ont mis à l’étalage
    leurs mollets croquignolets
    les anglais
    elles ont doré leur squelette
    mais au moment d’faire trempette
    la mer au loin s’est r’tirée
    ap’eurée
    Peu de seins et pas de hanches
    les anglaises ont fait la planche
    y a qu’les pieds qui tout compte fait
    dépassaient
    elles ont dragué tous les dimanches
    elles sont reparties aussi blanche
    aussi pures qu’un vieux loup d’mer
    (après six mois dans l’désert)
    en descendant du navire
    elles avaient souhaité le pire
    mais le pire n’est pas Français
    mais anglais
    z’ont rembarqué la famille
    les belles mères et les vieilles filles
    celles qui encore espéraient
    des Français
    z’ont retrouvé leurs falaises
    où z ont rêvé des françaises
    dans leur petit lit douillet
    les anglais
    mais pour ap’aiser leur flamme
    comme ils n’avaient que leur femme
    ils ont joué aux osselets
    les anglais
    les anglais
    (ce texte fait beaucoup pour l’entente cordiale, non ? Mais les anglais en ont autant à notre service...)
    corrigé avec l’aimable concours de Mm Turpinic