Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Poser un lapin

Faire attendre quelqu'un en n'allant pas au rendez-vous fixé.

Origine

Si vous faites le pied de grue en attendant sans succès la venue d’une personne qui n’arrive pas à votre rendez-vous, c’est incontestablement que cette personne vous a « posé un lapin ».
Cette expression qui date de la fin du XIXe siècle a d’abord signifié « ne pas rétribuer les faveurs d’une femme » et elle viendrait de la combinaison de deux termes argotiques, poser et lapin (qui l’eût cru ?).
D’un côté, en 1883, Alfred Delvau, dans son Dictionnaire de la langue verte, donne à faire poser la signification « faire attendre » et de l’autre, en 1889, Lorédan Larchey dans son Nouveau supplément du dictionnaire d’argot, indique que lapin est employé là par allusion « au lapin posé sur les tourniquets des jeux de foire, qui paraît facile à gagner et qu’on ne gagne jamais ».
Autrement dit, le « poseur de lapin », terme qui a bien existé à cette époque, était celui qui faisait attendre son paiement (le lapin) ad vitam aeternam à la femme dont il avait profité. Dans ce cas, poser un lapin se disait bizarrement aussi brûler paillasse, et c’est suite à cette pratique que les dames de petite vertu ont pris l’habitude de faire payer d’avance leurs services.
Pour le sens actuel de l’expression, apparu également à la même période, il est probable qu’il y ait eu un glissement d’une attente non comblée (celle du paiement) vers une autre attente également non comblée (celle de la personne attendue), puisque dans les deux cas, il s’agit d’un engagement qui n’est pas tenu, ce que semblerait confirmer a posteriori l’édition de 1922 du Larousse universel, où il est indiqué : « Poser un lapin : [...] par extension, ne pas tenir un engagement, une promesse ».
Il est possible que ce sens ait été influencé par une des significations de lapin au début du XVIIe siècle. En effet, à cette période, lapin s’employait pour parler d’une histoire complètement inventée, source de moqueries, qui était parfois qualifiée par la forme suivante : « celle-là est de garenne », faisant allusion au lapin de garenne, plus gros que le lapin ordinaire, forme qui nous est confirmée par le Dictionnaire de l’Académie française de 1694 où on trouve à l’entrée garenne : « On dit proverbialement et bassement d’un conte ou d’un trait d’esprit dont on le raille celui-là est de garenne ».
Alors on peut imaginer que ce lapin-là ait glissé ou bondi de l’histoire ou la blague douteuse à la plaisanterie douteuse comme celle de donner un faux rendez-vous.

Exemple

« Mieux valait oublier le mauvais plaisantin qui m’avait posé un lapin. Il avait neigé pendant la nuit, mais la température s’était radoucie. Je me promènerais seul puisqu’on m’avait fait faux bond ! »
Michel Louyot - La Japonaise de Prague - 2011

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Poser un lapin » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Algérie Arabe Derbou b'hatba dyel baseball Il l'a frappé avec une batte de Baseball
Tunisie Arabe 3indama yakoun rotouba alsamid mortafi3a yajib mora9abet kamiat elma2 3indama yakoun rotouba alsamid mortafi3a yajib mora9abet kamiat elma2
Tunisie Arabe Kasslou bounou Il lui a coupé un billet
Bulgarie Bulgare Да вържеш тенекия Attacher une tôle
Pays de Galles Gallois Rhoi cawell i rywun Donner un panier à quelqu'un
Allemagne Allemand Jemanden einen Korb geben Donner un panier à quelqu'un
Allemagne Allemand Jemanden versetzen Déplacer qn
Grèce Grec Me stissane On m'a construit (au sens de construire une colonne ou un pillier)
Angleterre Anglais To stand someone up Faire se tenir quelqu'un debout
Argentine Espagnol Dejar colgado a alguien Laisser quelqu'un pendu
Espagne Espagnol Dar (un) plantón a alguien Donner une plante à replanter
Espagne Espagnol Dar calabazas a alguien Donner des courges à quelqu'un
Espagne Espagnol Dejar a alguien plantado Laisser quelqu'un planté (là)
Italie Italien Dare buca Donner un trou (ne pas aller à un rendez-vous)
Italie Italien Tirare un bidone Tirer un bidon
Belgique Néerlandais Een geit zetten Poser une chèvre
Belgique Néerlandais Zijn kat sturen Envoyer son chat
Pays-Bas Néerlandais Iemand een blauwtje laten lopen Confronter qqn avec un petit bleu
Pays-Bas Néerlandais Iemand in de kou laten staan Laisser quelqu'n dans le froid
Pays-Bas Néerlandais Zijn kat sturen Envoyer son chat
Pologne Polonais Wystawić kogoś do wiatru Exposer quelqu'un au vent
Brésil Portugais Dar o cano Donner le tuyau
Brésil Portugais Dar um bolo Donner un gâteau
Portugal Portugais Dexar alguém plantado Laisser quelqu'un planté (là)
Roumanie Roumain A da plasă Donner du filet
Roumanie Roumain A lasa pe cineva cu ochii in soare Laisser quelqu'un les yeux dans le soleil
Chine Chinois Fang ge zi - 放鸽子 Lâcher un pigeon
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « Poser un lapin » Commentaires

  • #1
    • <inconnu>
    • 21/02/2006 à 07:45
    Il est à noter que le Belges du Nord, soit ceux qui s’expriment en néerlandais, utilisent "Zijn kat sturen" ce qui veut dire "envoyer son chat" et signifie exactement la même chose.
    Je trouve cocasse que d’une langue à l’autre on utilise des animaux différents pour exprimer une idée semblable.
  • #2
    • Elpepe
    • 18/11/2006 à 00:05*
    Être "de" quelque chose vous pose un Premier Ministre*, voire un président de la République**, comme être "de" garenne vous pose un lapin...
    *je ne cite personne, mais j’ai entendu dire qu’il y en a un, qui a rajouté à son nom roturier (beurk !) le nom du lieudit où se trouve une propriété familiale, et qui clame à qui veut l’entendre qu’il est poète... Vous avez lu, vous, un de ses trois poèmes ? A pleurer...
      • je ne cite personne, mais j’ai entendu dire qu’il y en a un, dont le papa a relevé une vraie particule de "sang-bleu", amiral de son état, qui était tombée en déshérence faute de descendants. Le même avait voulu, en son temps, s’inscrire à la branche française de la Société des Cincinnati (voircette page), mais les "sang-bleu" américains lui ont ri au nez quand il a présenté son dossier de candidature... Il s’est vengé en s’habillant tout de vert, avec un bicorne et une épée en prime. Quelqu’un a déjà lu quelque chose écrit de sa main ? Et, pour parfaire le tout, il a aussi, avec son frelot, acheté une ruine, dans un village qui porte le nom de la particule usurpée. Heureusement que les électeurs lui avaient posé un lapin, le deuxième coup, sinon nous serions aujourd’hui, mes fieux, des petits soldats de l’Empire... Palsambleu ! Sacrebleu ! Ventrebleu !
    Allez, bonne nuit, les gosses !
  • #3
    • cotentine
    • 18/11/2006 à 00:16
    « Poser un lapin »
    C’est ce que vous me fîtes hier, mon Cher God !
  • #4
    • borikito
    • 18/11/2006 à 07:59*
    • En réponse à Elpepe #2 le 18/11/2006 à 00:05* :
    • « Être "de" quelque chose vous pose un Premier Ministre*, voire un président de la République**, comme être "de" garenne vous pose un lapin...... »
    /_ _ ._ / . _ . / _ . /
  • #5
    • God
    • 18/11/2006 à 07:59
    • En réponse à cotentine #3 le 18/11/2006 à 00:16 :
    • « « Poser un lapin »
      C’est ce que vous me fîtes hier, mon Cher God ! »
    Caisse à dire ?
  • #6
    • borikito
    • 18/11/2006 à 08:03
    • En réponse à God #5 le 18/11/2006 à 07:59 :
    • « Caisse à dire ? »
    Je pense qu’elle fait allusion à sa 108 d’hier ?
  • #7
    • momolala
    • 18/11/2006 à 08:09
    • En réponse à cotentine #3 le 18/11/2006 à 00:16 :
    • « « Poser un lapin »
      C’est ce que vous me fîtes hier, mon Cher God ! »
    et à moi aujourd’hui, bien que je pense que Orange y soit un peu pour quelque chose puisque je n’ai reçu qu’un seul message, un SPAM entre hier et 7 h 30.
    @Borikito : on me reprochait des sous-entendus multiples hier, mais quand même tout le monde pouvait déchiffrer. J’ai oublié le morse depuis que j’ai quitté les éclaireuses, et ça fait un bail...
    @Elpepe : j’aime bien aussi l’Alphonse !(et le Jules Goupil de même)
    Il me semble qu’au Moyen Âge on attendait sous l’orme celui qui posait un lapin.
  • #8
    • borikito
    • 18/11/2006 à 08:26
    • En réponse à momolala #7 le 18/11/2006 à 08:09 :
    • « et à moi aujourd’hui, bien que je pense que Orange y soit un peu pour quelque chose puisque je n’ai reçu qu’un seul message, un SPAM entre h... »
    Il me semble qu’au Moyen Âge on attendait sous l’orme celui qui posait un lapin.

    Sous l’orme c’était bien le lapin. Sous les ormeaux fallait se munir d’un marteau (?).
  • #9
    • momolala
    • 18/11/2006 à 08:29
    Tiens, je vous cite Wikipedia dans sa définition intéressante du mot lapin, et je vous laisse sous l’orme pour quelques heures en débattre à votre aise :
    "Le lapin (Oryctolagus cuniculus) est un petit mammifère domestique, de l’ordre des lagomorphes et de la famille des léporidés. En ancien français, l’animal s’appelait connil (du latin cuniculus ; cf. le castillan conejo, l’italien coniglio ou le néerlandais konijn). Le mot connil/connin évoluant vers le con que l’on connaît de nos jours (avec tous ses sens...), il fut supplanté au XVe siècle par lapin (on trouve ce mot dans les Chroniques de Charlemagne, 1458), dont l’étymologie controversée est très vraisemblablement une interférence de laper (manger avec avidité) et de lapereau (petit lièvre), ce dernier provenant de lapriel (du latin : leporellus, levreau)."
    De quoi bouloter, non ?
  • #10
    • <inconnu>
    • 18/11/2006 à 08:31
    • En réponse à cotentine #3 le 18/11/2006 à 00:16 :
    • « « Poser un lapin »
      C’est ce que vous me fîtes hier, mon Cher God ! »
    @ Cotentine - je suis contente de ton retour mais bien triste pour tes déboires surtout de la perte de tes souvenirs. Peut-être que quelqu’un aura fait des photos que tu pourras récupérer. God ne t’a pas bannie. En ce moment ça ne marche pas très bien. "Suppression de 2 journées + 1 autre où on a reçu expressio très tard dans un premier temps puis ensuite plus rien. Tout au moins en ce qui me concerne.
    Au contraire God va tuer le lapin gras pour ton retour.
    @ File au logis - Merci pour ta gentillesse. Ca commence a aller mieux.
    Salut à tous les autres expressionautes.
  • #11
    • Elpepe
    • 18/11/2006 à 08:47*
    • En réponse à borikito #4 le 18/11/2006 à 07:59* :
    • « /_ _ ._ / . _ . / _ . / »
    /_ _ ._ / . _ . / _ . / . _ _ _ _ /
    PS : Tiens, tu peux aller à cette page, et télécharger CW_PLAYER (gratos). Il permet, sans matos, de convertir et d’enregistrer du texte clair en Morse, au format Wave, et de l’expédier ensuite en pièce jointe dans un courriel, par exemple. Pourquoi faire simple, je te le demande ? 🙂
  • #12
    • Elpepe
    • 18/11/2006 à 09:01
    RÉFLEXION DE POTRON-JACQUET
    Poser un lapin ou bien poser un collet, il faut choisir entre ces deux attitudes parfaitement contradictoires. Pour ma part, je porte un jugement sévère sur les tenants de la première, qui témoigne du dédain le plus total pour la gent cunicole, et un autre, parfaitement opposé au premier, sur les tenants de la seconde (voir cette page).
  • #13
    • flexique
    • 18/11/2006 à 09:06
    • En réponse à momolala #9 le 18/11/2006 à 08:29 :
    • « Tiens, je vous cite Wikipedia dans sa définition intéressante du mot lapin, et je vous laisse sous l’orme pour quelques heures en débattre à... »
    Vu les origines grivoises de l’expression, on semble passer aisément du cunilingus à la cuniculture. Peut-on toujours dire qu’il y a loin de la croupe au lièvre ?
  • #14
    • OSCARELLI
    • 18/11/2006 à 09:08
    • En réponse à <inconnu> #10 le 18/11/2006 à 08:31 :
    • « @ Cotentine - je suis contente de ton retour mais bien triste pour tes déboires surtout de la perte de tes souvenirs. Peut-être que quelqu’u... »
    Yapadkwa. L’invitation à nous rejoindre dimanche reste ouverte, bien entendu.
    Eh, je ne viens qu’une fois au bout d’une lune (et encore, ca doit faire 4 ans que je ne suis venu dans vot’coin), et ton frangin, il a son anniversaire tous les ans! Faut gérer tes priorités, ma grande! Allez, viens, il comprendra... Ou alors, enlève-le et amène-le avec toi!
  • #15
    • Elpepe
    • 18/11/2006 à 09:11*
    • En réponse à flexique #13 le 18/11/2006 à 09:06 :
    • « Vu les origines grivoises de l’expression, on semble passer aisément du cunilingus à la cuniculture. Peut-on toujours dire qu’il y a loin de... »
    il y a loin de la croupe au lièvre

    Superbe ! J’en veux un comme ça tous les jours !
    @ God : Bonjour, God [SLURP], Tu as bien dormi, God [SLURP] ?
    Tu sais, ce serait vachement bien, si tu construisais des étagères, dans Expressio [SLURP]... Ça permettrait, outre poser ce lapin qu’on va avoir sur les bras toute la journée, de trouver une petite place pour un recueil de bons mots (les tiens, surtout [SLURP]) des Expressionautes, au fil du temps... Un concentré de jus de neurones, façon brèves de comptoir, quoi...
    Regarde, on a déjà fait une porte et un escalier, on ouvre la première et on crie "Claudiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiine" dans le second pour l’appeler, même qu’après y’en a qui gueulent ’la pooooooooooooorte !" parce qu’ils sont frileux... Mais il manque des étagères aux murs, God [SLURP]...
  • #16
    • OSCARELLI
    • 18/11/2006 à 09:20
    • En réponse à OSCARELLI #14 le 18/11/2006 à 09:08 :
    • « Yapadkwa. L’invitation à nous rejoindre dimanche reste ouverte, bien entendu.
      Eh, je ne viens qu’une fois au bout d’une lune (et encore, ca... »
    @momolala: ne ferait-on pas une expédition sauvage pour aller les enlever?
  • #17
    • OSCARELLI
    • 18/11/2006 à 09:21
    A la manière de HOBBES:
    LAAAAPIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIN: où es-tu de nouveau allé te poser?
  • #18
    • OSCARELLI
    • 18/11/2006 à 09:23
    C’est dans les additions qu’il est sacrément difficile de poser un lapin...
  • #19
    • OSCARELLI
    • 18/11/2006 à 09:26
    • En réponse à <inconnu> #1 le 21/02/2006 à 07:45 :
    • « Il est à noter que le Belges du Nord, soit ceux qui s’expriment en néerlandais, utilisent "Zijn kat sturen" ce qui veut dire "envoyer son ch... »
    cher Alain Connu, il faut appeler un chat un chat. Ce n’est que quand on le connaît bien qu’on peut lui donner des petits noms du genre "Lapin" (n’est-ce-pas, mon Godemichou adoré?)
  • #20
    • God
    • 18/11/2006 à 09:32
    • En réponse à borikito #6 le 18/11/2006 à 08:03 :
    • « Je pense qu’elle fait allusion à sa 108 d’hier ? »
    Ah d’accord !
    Mais je n’étions point là hier soir et je n’avions plus lu vos élucubrations d’hier soir.
    Bonjour Cotentine,
    Vraiment désolé pour tes mésaventures, mais je peux te garantir que je ne cherche pas à en rajouter une couche. Effectivement, comme Claudine l’a dit en 10, le serveur d’expressio déraille en ce moment et ça va durer juqu’à début décembre.
    Officiellement, les mails que je te prépare exclusivement pour toi (et quelques autres) sont bien sensés partir et je ne reçois aucun message d’erreur en retour.
    Donc, après, ce qu’il se passe est hors de mon champ d’action, malheureusement (ou heureusement, peut-être, sinon j’aurais une maîtrise insoupçonnable sur l’Internet).
    Bon retour at home, malgré tout.