Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Rouler quelqu'un dans la farine

Duper quelqu'un, lui mentir.

Origine

Cette expression date du XIXe siècle.
Elle serait l'association de 'rouler' (au sens de tromper - "Je me suis fait rouler") et d'emplois variés du mot 'farine' où ce terme désignait des arguments trompeurs.
Une autre interprétation voudrait que la 'farine' utilisée ici serait celle dont s'enduisaient les comédiens de l'époque pour se maquiller, ce qui empêchait de les reconnaître et leur permettait ainsi de tromper les gens.

Compléments

Pendant le quinquennat de Jacques Chirac (2002-2007), certains ont déformé cette expression en disant que le premier ministre de l'époque, Jean-Pierre Raffarin, roulait la population dans la raffarine.

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Rouler quelqu'un dans la farine » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Allemagne Allemand Jemanden ausschmieren (anschmieren) Rouler quelqu'un
Allemagne Allemand Jemanden einseifen Savonner quelqu´un
Angleterre Anglais To pull a fast one (En) Tirer un rapide sur quelqu'un
États-Unis Anglais Pull the wool over someone's eyes Tirer la Lainie pour couvrir les yeux de quelqu'un
États-Unis Anglais To take someone to the cleaners Emmener quelqu'un au pressing
Argentine Espagnol Engatuzar a alguien Mettre du chat a quelqu'un
Argentine Espagnol Meter gato por libre Mettre un chat à la place d'un lièvre
Espagne Espagnol Dar gato por liebre Donner un chat au lieu d'un lièvre
Espagne Espagnol Llevar a alguien al huerto Porter quelqu'un au verger
Espagne Espagnol Timar a alguien Rouler quelqu'un / Arnaquer quelqu'un
Espagne Espagnol Tomarle el pelo a alguien Prendre les cheveux à quelqu'un
Canada Français Se faire fourrer Être la victime de cette action
Canada Français Se faire passer un sapin
Canada Français Se faire passer une épinette pour un sapin
Italie Italien Metter qualcuno nel sacco Metre quelqu'un dans le sac
Belgique Néerlandais Iemand een rad voor de ogen draaien Tourner une roue devant les yeux de quelq'un
Pays-Bas Néerlandais Iemand besodemietren / belazeren (probablement expr. ayant une base biblique) Rouler quelqu'un, le duper
Pays-Bas Néerlandais Iemand inpakken Envelopper qqn
Pays-Bas Néerlandais Iemend knollen voor citroenen verkopen Vendre des navets au lieu des citrons
Pologne Polonais Wyrolowa? kogo? Rouler quelqu'un
Brésil Portugais Embrulhar alguém Empaqueter (quelqu'un)
Brésil Portugais Enrolar (alguém) Rouler (quelqu'un)
Roumanie Roumain A duce (pe cineva) cu vorba Porter (quelqu'un) avec la parole
Roumanie Roumain A duce (pe cineva) cu zaharelul / de nas/ cu presul Porter (quelqu'un) avec le petit sucre/ du nez/ avec le tapis
Roumanie Roumain A-l trage pe sfoara Le tirer sur une ficelle
Ajouter une traduction

Voir aussi


Commentaires sur l'expression « Rouler quelqu'un dans la farine » Commentaires

  • #1
    • borikito
    • 06/08/2006 à 07:39*
    J’arrive là, la gueule enfarinée et qu’est-ce que je vois ? je vois que je ne vois rien. Les quelques laborieux qui sont déjà levés sont encore les mains dans la farine à se pétrir les blinis du matin ?
  • #2
    • <inconnu>
    • 06/08/2006 à 07:42*
    • En réponse à borikito #1 le 06/08/2006 à 07:39* :
    • « J’arrive là, la gueule enfarinée et qu’est-ce que je vois ? je vois que je ne vois rien. Les quelques laborieux qui sont déjà levés sont e... »
    Avoir la gueule enfarinée, est-ce le fait d’une distribution de pains ?
  • #3
    • <inconnu>
    • 06/08/2006 à 07:58
    Des meuniers devaient usiter d’arguments un peu « foireux » surtout s’ils vendaient leurs farines à la foire, pour que l’expression soit ainsi reprise au théâtre ; théâtre et champ de foire ayant sans doute une similitude de faits et d’esprit.
    Peut-on penser que quelques meuniers ayant mal respecté certains processus de nettoyage du blé revendaient parfois/souvent des farines de mauvaise qualité et ainsi trompaient leurs acheteurs, les boulangers qui se retrouvaient ainsi « roulés dans la farine » ? C’est le principe du bout du bout de la chaîne… c’est le client qui au final en pâtissait…
    Pains de mauvaise qualité ou pains mal pesés donnaient des clients abusés ! Sauf si le boulanger avait une solide conscience professionnelle affichée.
  • #4
    • <inconnu>
    • 06/08/2006 à 08:31
    Il semble qu’en plus de Vesta (Déesse du foyer) chez les Romains, Saint-Honoré est (je cite), le patron des boulangers :
    « Quand ce jeune homme dissipé annonça à sa nourrice qu’il voulait devenir prêtre, elle était en train de faire cuire son pain. "Et quand ma pelle aura des feuilles, tu seras évêque !" se moqua la brave femme. Sous ses yeux ébahis, la pelle se mit à reverdir.
    En souvenir de ce miracle, en 1202, un boulanger parisien offrit 9 arpents de terre pour construire une chapelle à Saint-Honoré qui devint ainsi le saint patron des boulangers. Il est fêté le 16 mai chez beaucoup de boulangers à travers toute la France : c’est la Fête du Pain. ».
    Source : www.boulangerie.net
  • #5
    • <inconnu>
    • 06/08/2006 à 09:03
    d’accord pour la farine... mais pourquoi "roulé", on aurait pu dire enduire de farine, ou simplement fariner, mais que nenni, c’est le verbe rouler qui s’y colle (eau+farine=colle).
    Je demande donc qu’une recherche approfondie soit faite sur l’expression dans toute sa pureté originelle : se faire rouler... quoi ? on prenait la personne et on la faisait rouler, j’y crois pas, y a un truc la dessous ! non ?...
  • #6
    • <inconnu>
    • 06/08/2006 à 09:09*
    • En réponse à <inconnu> #5 le 06/08/2006 à 09:03 :
    • « d’accord pour la farine... mais pourquoi "roulé", on aurait pu dire enduire de farine, ou simplement fariner, mais que nenni, c’est le verbe... »
    Celui qui se fait rouler, c’est comme la pâte du boulanger, il se fait pétrir, malaxer, manipuler, rouler entre les mains de l’artisan d’où l’analogie qui sous-entend la domination de l’un sur l’autre…
    Ce n’est pas la personne proprement dite qui se faisait rouler, je veux dire son physique, mais bien son esprit !
  • #7
    • borikito
    • 06/08/2006 à 09:14*
    • En réponse à <inconnu> #3 le 06/08/2006 à 07:58 :
    • « Des meuniers devaient usiter d’arguments un peu « foireux » surtout s’ils vendaient leurs farines à la foire, pour que l’expression soit ain... »
    De pains... ou de châtaignes ? ou même de marrons ?
  • #8
    • <inconnu>
    • 06/08/2006 à 09:33*
    • En réponse à <inconnu> #6 le 06/08/2006 à 09:09* :
    • « Celui qui se fait rouler, c’est comme la pâte du boulanger, il se fait pétrir, malaxer, manipuler, rouler entre les mains de l’artisan d’où... »
    D’accord quand il y a "dans la farine" mais pour "se faire rouler" tout court, ça vient d’autre chose :
    "Au cas où le Compagnon arrivant ne veuille pas travailler dans la ville, celui qui aura reçu la première accolade le roulera aux dépens de tous les Honnêtes Compagnons qui se trouveront dans la ville, étant bien entendu que ledit Rouleur sera obligé de lui faire reconnaître tous les Compagnons Passants qui sont dans la ville et les Maîtres Remerciés s’il en rencontre en chemin."
    le compagnon qui arrivait dans une ville se faisait "rouler" : voir le réglement des compagnons : http://perso.orange.fr/jean-michel.mathoniere/html/Tailleurs-de-pierre/avig1782.htm
  • #9
    • <inconnu>
    • 06/08/2006 à 09:37
    • En réponse à <inconnu> #8 le 06/08/2006 à 09:33* :
    • « D’accord quand il y a "dans la farine" mais pour "se faire rouler" tout court, ça vient d’autre chose :
      "Au cas où le Compagnon arrivant ne... »
    Rassure-nous, ce n’est pas un bizutage ?
  • #10
    • <inconnu>
    • 06/08/2006 à 09:37
    • En réponse à borikito #7 le 06/08/2006 à 09:14* :
    • « De pains... ou de châtaignes ? ou même de marrons ? »
    Glacés ?
  • #11
    • <inconnu>
    • 06/08/2006 à 09:41
    • En réponse à <inconnu> #9 le 06/08/2006 à 09:37 :
    • « Rassure-nous, ce n’est pas un bizutage ? »
    non, mais ça rigole pas chez les compagnons, moyennant quoi cela a contribué à leur réputation !
  • #12
    • <inconnu>
    • 06/08/2006 à 09:46
    • En réponse à <inconnu> #6 le 06/08/2006 à 09:09* :
    • « Celui qui se fait rouler, c’est comme la pâte du boulanger, il se fait pétrir, malaxer, manipuler, rouler entre les mains de l’artisan d’où... »
    Et que dire d’une femme qui est bien roulée ? je ne pense pas qu’il s’agisse de son esprit, mais bien de son physique 😉
  • #13
    • <inconnu>
    • 06/08/2006 à 09:50
    • En réponse à <inconnu> #12 le 06/08/2006 à 09:46 :
    • « Et que dire d’une femme qui est bien roulée ? je ne pense pas qu’il s’agisse de son esprit, mais bien de son physique 😉 »
    Ah là, oui ! Cela pourrait faire mentir le reste... Une femme bien "roulée" appelle souvent à l’inconduite des hommes.
  • #14
    • <inconnu>
    • 06/08/2006 à 09:53
    • En réponse à <inconnu> #8 le 06/08/2006 à 09:33* :
    • « D’accord quand il y a "dans la farine" mais pour "se faire rouler" tout court, ça vient d’autre chose :
      "Au cas où le Compagnon arrivant ne... »
    N’oublie pas non plus la roue du meunier, il peut y avoir un lien de causalité.
  • #15
    • <inconnu>
    • 06/08/2006 à 09:54
    • En réponse à <inconnu> #13 le 06/08/2006 à 09:50 :
    • « Ah là, oui ! Cela pourrait faire mentir le reste... Une femme bien "roulée" appelle souvent à l’inconduite des hommes. »
    une femme bien roulée dans la farine ça nous ferait comme un rien une religieuse, surtout si c’est "une crême" de femme !... à partir de là c’est une question de goût : café ou chocolat ?
  • #16
    • <inconnu>
    • 06/08/2006 à 09:56
    • En réponse à <inconnu> #14 le 06/08/2006 à 09:53 :
    • « N’oublie pas non plus la roue du meunier, il peut y avoir un lien de causalité. »
    dis Yannou... y sont où les copains ? encore au lit ?... tant pis, on roule sans eux en attendant ! (quand Christian va se réveiller, ça va devenir rock-and-roll à coup sur)
  • #17
    • <inconnu>
    • 06/08/2006 à 09:59
    • En réponse à <inconnu> #15 le 06/08/2006 à 09:54 :
    • « une femme bien roulée dans la farine ça nous ferait comme un rien une religieuse, surtout si c’est "une crême" de femme !... à partir de là... »
    J’aime tout ! Allez, crème pâtissière… aujourd’hui.
  • #18
    • <inconnu>
    • 06/08/2006 à 10:03*
    • En réponse à <inconnu> #16 le 06/08/2006 à 09:56 :
    • « dis Yannou... y sont où les copains ? encore au lit ?... tant pis, on roule sans eux en attendant ! (quand Christian va se réveiller, ça va... »
    Chirstian, il aurait déjà dit :
    « Une boulangère bien roulée m’a proposé ses belles miches ! Je n’ai pas pu refuser, je l’ai donc menée à ma baguette ».
    Ca, c’est du Chirstian pur jus.
    Moi, jamais, je n’oserai !
  • #19
    • <inconnu>
    • 06/08/2006 à 10:09
    Sérieusement, lorsqu’on voit un boulanger débutant au travail, il est enduit, couvert de farine, au point qu’on puisse penser qu’il s’est roulé dans la farine.
    Si on le lui demande, il va dire : « Non, ce n’est pas vrai… ».
    Et déjà, il ment, il dupe… son monde !
  • #20
    • <inconnu>
    • 06/08/2006 à 10:18
    • En réponse à <inconnu> #19 le 06/08/2006 à 10:09 :
    • « Sérieusement, lorsqu’on voit un boulanger débutant au travail, il est enduit, couvert de farine, au point qu’on puisse penser qu’il s’est ro... »
    et si on ne l’a pas cru, il est cuit ...