Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Se mettre martel en tête

Se faire du souci, se laisser obséder par une inquiétude.

Origine

Vous avez certainement tous entendu parler du Grand Charles.
Non, pas De Gaulle ! Mais Martel, cet homme de guerre, accessoirement grand-père de Charlemagne, et qui a stoppé l'invasion arabe à Poitiers en 732. Si vous avez étudié l'histoire de France, cela doit vous rappeler quelque chose !
Dans le cas contraire, ça n'a pas grande importance, car ce n'est pas de ce martel qu'il s'agit dans cette expression[1], même si cet homme utilisait un « martel » comme arme dans ses combats.
« Martel » est en effet une ancienne forme de marteau, cet outil servant à planter des clous (à la mode de chez nous).
Dès le XVIe siècle, "avoir martel", c'était "avoir du souci" ; "marteler le cerveau de quelqu'un", c'était "le peiner, le tourmenter".
C'est à partir du XVIIIe siècle que l'expression prend la forme d'aujourd'hui.
C'est une métaphore aisément compréhensible qui compare les préoccupations permanentes à des coups de marteau qui résonneraient dans la tête.
[1] Au moins, grâce à cette introduction, ça vous aura rappelé qu'il n'y a pas que 800, 1515 ou 1789 comme grande date dans l'histoire de France.

Exemple

« Il aurait pu penser que son heure viendrait, qu'un sponsor bien intentionné lui confierait un bateau à sa mesure. Rien du tout. La récession a envoyé par le fond les espoirs légitimes d'une tranche d'âge. Grand frère de cette génération perdue, Le Cam ne se met pas pour autant martel en tête. Il se contente de son monocoque de 9 m, fait le métier sans amertume et s'ouvre la tête en poursuivant la mise au point de l'hydroptère, le bateau volant. »
Libération - Article du 30 août 1996

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Se mettre martel en tête » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Algérie Arabe « Se mettre martel en tête » « Se mettre martel en tête »
Pays de Galles Gallois Mae ganddo chwilen yn ei ben Il a un scarabée dans la tête
Allemagne Allemand Sich den Kopf zerbrechen Se casser la tête
Angleterre Anglais To have a bee in one's bonnet Avoir une abeille dans le bonnet
États-Unis Anglais To beat yourself up Se cogner
Argentine Espagnol Se faire du souci see liver obseder par une inquietude Se mettre Martel en tete
Espagne Espagnol Comerse la cabeza Manger sa propre tête
Espagne Espagnol Mortificarse Se mortifier
Panama Espagnol Comerse el coco Se manger la noix de coco
Pays-Bas Néerlandais Zich het hoofd breken over iets Se casser la tête
Pays-Bas Néerlandais Zich muizenissen in het hoofd halen Se mettre des nids de souris dans la tête
Brésil Portugais Encasquetar Mettre un casque
Brésil Portugais Esquentar a cabeça Se chauffer la tête
Roumanie Roumain A-i intra un cui în inim? Lui entrer un clou dans le cœur
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « Se mettre martel en tête » Commentaires

  • #1
    • <inconnu>
    • 10/01/2006 à 08:44
    Pas de commentaire mais une petite anecdote. Le duo humoristique français des années 60 Les Frères Ennemis avaient déjà parlé de Charles Martel dans un sketch où ils revisaient... la géographie: "En France, on cultive également du sarrasin, qui est fauché et battu comme le blé. Note: C’est Charles Martel qui, le premier, battit le sarrasin à Poitiers en 732 avant JC..."
    Bon, d’accord, cela n’apporte rien de plus à l’expression du jour...
  • #2
    • God
    • 11/01/2006 à 08:07
    • En réponse à <inconnu> #1 le 10/01/2006 à 08:44 :
    • « Pas de commentaire mais une petite anecdote. Le duo humoristique français des années 60 Les Frères Ennemis avaient déjà parlé de Charles Mar... »
    J’aimais bien certains sketches des Frères Ennemis.
    Malheureusement, il y en a un qui a disparu du jour au lendemain sans prévenir ni laisser de traces, laissant son compère dans le désarroi.
    Ce qui ne fait toujours pas avancer l’expression du jour...
  • #3
    • <inconnu>
    • 11/01/2006 à 21:02
    N’était-ce pas justement car il bataillait en frappant l’ennemi comme avec un marteau que Charles Martel a reçu ce nom ?
  • #4
    • God
    • 11/01/2006 à 21:26
    • En réponse à <inconnu> #3 le 11/01/2006 à 21:02 :
    • « N’était-ce pas justement car il bataillait en frappant l’ennemi comme avec un marteau que Charles Martel a reçu ce nom ? »
    Pour être précis, voici un texte trouvé sur le web dans une biographie de Charles :
    « Ce guerrier politique, cet infatigable réunificateur, doit son surnom de Martel à la forte impression qu’il a laissé, façonnant comme avec un marteau le monde de son temps et ouvrant la voie à la dynastie nouvelle des Carolingiens. »
  • #5
    • <inconnu>
    • 08/03/2007 à 17:42
    • En réponse à <inconnu> #3 le 11/01/2006 à 21:02 :
    • « N’était-ce pas justement car il bataillait en frappant l’ennemi comme avec un marteau que Charles Martel a reçu ce nom ? »
    En effet selon certaines sources Charles Herstal de son vrai nom aurait été surnommé Martel de par le fait que le marteau figurait parmi les armes de guerre de l’époque, et, qu’il a utilisé pour marteller ses ennemis Sarrazins .Entre autre le 19/10/732 à Vouneuil sur Vienne .
  • #6
    • <inconnu>
    • 09/03/2007 à 15:11
    Quand un cas rossable se présente, le marteau se pointe !
  • #7
    • <inconnu>
    • 17/07/2010 à 05:25
    Ne pas se mettre Martel en tête... Certes, mais alors, quid de ces dames ayant épousées un monsieur Martel ??? Les blagues faciles, même sans repas, plus ou moins arrosé... 😄
    note à bénêts: sans oublier que marteau ou martel est aussi l’un des (nombreux) surnoms de la zigounette...
  • #8
    • <inconnu>
    • 17/07/2010 à 05:32
    • En réponse à <inconnu> #5 le 08/03/2007 à 17:42 :
    • « En effet selon certaines sources Charles Herstal de son vrai nom aurait été surnommé Martel de par le fait que le marteau figurait parmi les... »
    le marteau figurait parmi les armes de guerre de l’époque
    parfait pour faire éclater un crâne comme une pastèque trop mûre... (*)
    (*) honnêtement l’image n’est pas de moi: souvenir (vague...), de lecture
  • #9
    • <inconnu>
    • 17/07/2010 à 07:12
    Si j’en crois La Curme de Sainte Palaye et son Glossaire de la langue françoise, qui cite Froissart, le mot martel signifie aussi : la marque. Ex : "Messire Ollivier de Clisson quoiqu’il n’eust point renoncé, ne renvoyé le martel de la connétablie..."
    Il est écrit autrepart que martel vient de l’Italien martello et on pense naturellement au latin malleus mais je ne vois pas bien la transformation. Si quelqu’un a des lumières...
    "Malleus maleficarum", le marteau des maléfices : la massue contre les maléfices.
    J’aimerais bien qu’il pleuve, ça m’éviterait d’arroser les melons.
  • #10
    • <inconnu>
    • 17/07/2010 à 07:16
    • En réponse à <inconnu> #1 le 10/01/2006 à 08:44 :
    • « Pas de commentaire mais une petite anecdote. Le duo humoristique français des années 60 Les Frères Ennemis avaient déjà parlé de Charles Mar... »
    Il reste tout à fait vraisemblable que le texte ait été corrompu et qu’à la place de : "à Poitiers" il faille lire : "à moitié". L’historien doit sans cesse recaler le texte sur les observations de terrain.
  • #11
    • GenteGouyat24
    • 17/07/2010 à 07:43
    Quel idiot ce Charles Martel ! Il a arrêté les arabes quand ils redescendaient.
  • #12
    • tytoalba
    • 17/07/2010 à 08:13*
    Martel de son prénom Etienne-Ange, autrement nommé Martellange. Voir à cette page, un ami de Mickeylange ? 😄
    Je pencherais plutôt pour Thierry de Martel, dont mon Larousse dit qu’il fut chirurgien et inventa une instrumentation ingénieuse pour la trépanation. Si ça, ce n’est pas avoir Martel en tête. Voyez à cette page.
  • #13
    • <inconnu>
    • 17/07/2010 à 09:06
    • En réponse à GenteGouyat24 #11 le 17/07/2010 à 07:43 :
    • « Quel idiot ce Charles Martel ! Il a arrêté les arabes quand ils redescendaient. »
    Rectificatif historique. Cause : erreur typographique.
    Charles Martel n’a pas du tout arrêté les arabes à Poitiers. Il les aurait seulement arrêtés à Moitiers. (département de l’Elle est vilaine… celle-là…)
  • #14
    • cornelius
    • 17/07/2010 à 09:12
    à force de se mettre martel en tête il arrive que nous nous en tapions la tête contre les murs ....
  • #15
    • mickeylange
    • 17/07/2010 à 09:18
    Si j’avais un marteau
    Je cognerais le jour
    Je cognerais la nuit
    J’y mettrais tout mon coeur
    Je bâtirais une ferme
    Une grange et une barrière
    Et j’y mettrais mon père
    Ma mère, mes frères et mes soeurs
    Oh, oh, ce serait le bonheur.
  • #16
    • chirstian
    • 17/07/2010 à 09:52
    • En réponse à <inconnu> #9 le 17/07/2010 à 07:12 :
    • « Si j’en crois La Curme de Sainte Palaye et son Glossaire de la langue françoise, qui cite Froissart, le mot martel signifie aussi : la marqu... »
    Si quelqu’un a des lumières...
    je n’en ai pas, et ne vais pas me mettre martel en tête pour si peu.
    Tiens , à propos de martel ! Mon dico de vieux français indique effectivement le sens de :"marteau servant à marquer le bois, et la marque faite avec ce marteau".
    Quant à l’origine : le terme italien martello viendrait du latin (quel scoop !!!). Origine : martulus, forme altérée de marculus : petit marteau, (marcus = marteau).
    La différence avec malleus ? Celui ci désignerait plutôt le " maillet destiné à assommer les victimes" , donc un contexte sans doute religieux, qui justifierait son emploi pour le Malleus maleficarum ?
    Tout cela sans garantie. Mais si Syanne n’est pas en vacances, elle va nous donner un coup de martel dans tout cela !
  • #17
    • chirstian
    • 17/07/2010 à 10:00
    God, je ne comprends pas que Martel t’évoque Charles. D’après mes sources, la poupée Martel s’appelle Barbie et son mec s’appelle Ken. Et j’ai bien retrouvé la trace d’un Charles Ken (également écrit : Quint) mais il ne serait jamais venu à Poitiers.
    J’ai une photo, mais il ne semble effectivement pas prêt à arrêter les sarrasins cette page . Plutôt Peace and Love !
  • #18
    • <inconnu>
    • 17/07/2010 à 10:01
    • En réponse à cornelius #14 le 17/07/2010 à 09:12 :
    • « à force de se mettre martel en tête il arrive que nous nous en tapions la tête contre les murs .... »
    ... et le cul par terre ???
  • #19
    • <inconnu>
    • 17/07/2010 à 10:02*
    • En réponse à mickeylange #15 le 17/07/2010 à 09:18 :
    • « Si j’avais un marteau
      Je cognerais le jour
      Je cognerais la nuit
      J’y mettrais tout mon coeur
      Je bâtirais une ferme
      Une grange et une barrière... »
    un critique à dit, en son temps: «si j’avais un marteau, je cognerais sur l’auteur !»
    Quant à Moitiers, cette vilaine serait plutôt dans le manche du marteau, dans le département de la Manche (*): cette page
    (*) il est donc tout à fait (Thierrry...), possible d’être le manche dans la Manche... en étant, peut-être, l’homme de la Manche ? 😛
  • #20
    • <inconnu>
    • 17/07/2010 à 10:19*
    • En réponse à chirstian #16 le 17/07/2010 à 09:52 :
    • « Si quelqu’un a des lumières...
      je n’en ai pas, et ne vais pas me mettre martel en tête pour si peu.
      Tiens , à propos de martel ! Mon dico d... »
    marculus : petit marteau, (marcus = marteau)
    Super ! Maintenant pour dire de quelqu’un qu’il est marteau, il suffira de dire: «C’est un Marcus !» (*)
    (*) Peut-être un descendant (?) du légionnaire Marcus Sacapus...