Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Une pomme de discorde

Un sujet de discussion et de division
Une cause ou objet de dispute

Origine

On peut bien entendu penser à la pomme qu'Ève a fait croquer à Adam et à cause de laquelle[1], les mauvais sentiments se sont durablement installés dans notre monde un court moment si parfait, faisant qu'Adam aurait gardé une rancune tenace envers sa femme et créant ainsi régulièrement des moments de discorde dans le couple. Mais ce serait faire fausse route.
Si l'expression date du XVIe siècle, son origine remonte à nettement plus loin puisque, si vous voulez bien me suivre, il nous faudra remonter dans le temps jusqu'à la mythologie grecque.
En ce temps-là, vivait la déesse Éris (ou Discorde, en grec). Elle avait une charmante petite famille, puisqu'elle était la mère de la Misère, de la Famine, des Batailles, des Mensonges et, pour couronner le tout, du Meurtre.
Quelque peu vindicative, cette divinité fut si furieuse de ne pas être invitée au mariage entre le héros Pelée et la déesse Thétis (d'autant plus qu'elle venait également d'être expulsée du ciel par Zeus), qu'elle jeta au milieu des autres déesses présentes à la cérémonie une pomme d'or, dérobée dans le jardin des Hespérides, sur laquelle était gravé "à la plus belle".
Bien entendu, ce fut immédiatement la foire d'empoigne, chaque divinité jugeant que la pomme lui revenait.
Pour faire cesser ces chamailleries, Zeus désigna Pâris comme volontaire pour décider qui, entre Aphrodite, Héra et Athéna devait garder la pomme.
Du coup, afin d'être choisie, chacune fit une promesse à Pâris, la première lui promettant l'amour de la plus belle femme du monde, la deuxième un grand royaume et la troisième la sagesse.
Ce benêt de Pâris se laissa convaincre par la promesse d'Aphrodite et lui remit la pomme d'or.
Si on comprend donc maintenant l'origine de la pomme de discorde, l'histoire ne s'arrête pas tout-à-fait là.
En effet, la femme promise par Aphrodite s'avéra être Hélène, reine de Sparte et épouse de Ménélas, que Pâris enleva et ramena à Troie, provoquant ainsi la guerre, dans laquelle les deux autres déesses, haineuses de n'avoir pas été choisies, donnèrent un petit coup de main aux Grecs.
Accessoirement, on peut noter que si la pomme peut être de discorde, la guitare, elle, peut être à dix cordes.
[1] "Cherchez la femme !" écrivait Alexandre Dumas père. Mais à l'époque d'Ève, la quête aurait été très courte.

Exemple

« J'appris bientôt que Moreau avait eu des relations avec ces conjurés. Ceci devenait plus délicat, parce qu'il avait une popularité colossale. Il était clair qu'on devait le gagner. Il avait trop de réputation pour que nous fussions bons voisins. Le plan de campagne de 1800, qu'il ne sut ou ne voulut pas apprécier, avait jeté entre nous la pomme de discorde et dévoilé ses prétentions. Il se croyait trop de supériorité pour m'obéir passivement. Il fallait trouver une manière honnête de nous séparer : il la trouva en frondant à tout propos les mesures de mon gouvernement sans se laisser toucher par les avances que je lui faisais pour me l'attacher. »
Antoine Henri Jomini (baron de) - Vie politique et militaire de Napoléon - 1827

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Une pomme de discorde » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Danemark Danois Stridens æble Pomme de querelle, (dispute, discorde)
Allemagne Allemand Der Stein des Anstosses La pierre d'achoppement (sur laquelle on bute/accroche avec le pied) Attention : pas "du scandal"!
Allemagne Allemand Der Stein des Anstoßes La pierre du scandale
Allemagne Allemand Der Zankapfel La pomme de discorde
Allemagne Allemand Streitapfel Pomme de discorde
Grèce Grec Το μήλον της Έριδος La pomme d'Eris
Angleterre Anglais A bone of contention Un os de dispute
États-Unis Anglais A bone of contention Un os de discorde
Argentine Espagnol La manzana de la discordia La pomme de la discorde
Argentine Espagnol La manzana de la discordia La pomme de la discorde
Espagne Espagnol La manzana de la discordia La pomme de discorde
Espagne Espagnol La poma de la discòrdia La pomme de la discorde
Italie Italien Il pomo della discordia La pomme de la discorde
Lettonie Letton Strīdus ābols Pomme de discorde
Pays-Bas Néerlandais De steen des aanstoots (expr. vieillotte) La pierre d’achoppement (l'obstacle)
Pays-Bas Néerlandais Een parisappel (= twistappel) Une pomme de discorde
Pays-Bas Néerlandais Een twistappel Une pomme de discorde
Pays-Bas Néerlandais Het struikelblok L'obstacle, ou la pierre d'achoppement
Pologne Polonais Jabłko niezgody Une pomme de discorde
Brésil Portugais O pomo da discórdia La pomme de discorde
Roumanie Roumain Marul discordiei La pomme de la discorde
Russie Russe яблоко раздора Pomme de discorde
Slovaquie Slovaque Jablko svaru Une pomme de discorde
Slovénie Slovène Jabolko spora Pomme de discorde
Suède Suédois Stridsäpple Pomme de discorde
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « Une pomme de discorde » Commentaires

  • #1
    • <inconnu>
    • 07/01/2010 à 01:11
    Une corde de bois valant 4 stères (ou mètres cube) et la masse volumique de l’or étant de 19 300 kg/m3, imaginer une pomme d’or de dix cordes ! On peut alors aussi imaginer la taille et la force de ces divinités ! Valait donc mieux pas s’en mettre une à dos...
  • #2
    • deLassus
    • 07/01/2010 à 03:11*
    Oh là ! Nouvelle insomnie, et un sujet mythologique, ça va être dur !
    Cette déesse Eris, la Discorde, a une famille en or, comme sa pomme.
    D’après le site ci-dessous, elle a pour enfants "méchants et malfaisants" : la souffrance, l’oubli, la faim, le meutre, le combat, l’illégalité, le mouvement irréfléchi, le serment.
    Je chipote un peu, mais pour moi l’oubli, et surtout certains mouvements irréfléchis ne sont ni méchants ni malfaisants. Ca dépend des circonstances.
    cette page
  • #3
    • deLassus
    • 07/01/2010 à 04:12*
    L’expression du jour et l’histoire qui la sous-tend, et qui nous intéressent, me font penser à la phrase de Sacha Guitry :
    "Deux femmes finiront toujours par se mettre d’accord sur le dos d’une troisième"
    (Elles et Toi. 1946)
    Enfin, quand je dis NOUS intéressent, à cette heure je me comprends !
  • #4
    • deLassus
    • 07/01/2010 à 05:14*
    [hors sujet >>> supprimé en 2018]
  • #5
    • deLassus
    • 07/01/2010 à 05:27*
    [hors sujet >>> supprimé en 2018]
  • #6
    • <inconnu>
    • 07/01/2010 à 06:10*
    Et quid d’Adam et Eve première version ? Car cela va finir par être mis sur le tapis... 🙂
  • #7
    • <inconnu>
    • 07/01/2010 à 06:11
    • En réponse à deLassus #4 le 07/01/2010 à 05:14* :
    • « [hors sujet >>> supprimé en 2018] »
    Maurice Chevalier: «Ma pomme c’est moi». Qu’est-ce que je gagne ?
  • #8
    • <inconnu>
    • 07/01/2010 à 06:14*
    elle jeta au milieu des autres déesses présentes à la cérémonie une pomme d’or
    Et comme les dieux avaient tous pouvoirs à cette époque, une bombinette de qq Mt auraient pu faire l’affaire... 🙂
    Ou plus simple, qq quadrillées US ou Russe... 🙂. J’oubliais de citer la bonne vieille dynamite... Étant des dieux, ils devaient avoir tout ce genre de chose en réserve...
    Il faudra bien que quelqu’un dégoupille, enfin débouche le flacon, mette la pensarde en route quoi... 😉
    Debout là dedans ! Clairon...
  • #9
    • deLassus
    • 07/01/2010 à 06:22*
    [lien brisé >>> supprimé en 2018]
  • #10
    • deLassus
    • 07/01/2010 à 06:23
    • En réponse à <inconnu> #7 le 07/01/2010 à 06:11 :
    • « Maurice Chevalier: «Ma pomme c’est moi». Qu’est-ce que je gagne ? »
    Le jeu, c’était sur les couplets. Le refrain, tout le monde connait à peu près, même si c’est moins à la mode que Lady Gaga !
  • #11
    • <inconnu>
    • 07/01/2010 à 06:34*
     il nous faudra remonter dans le temps jusqu’à la mythologie grecque
    . Peut-être qu’Herbert pourrait nous prêter sa machine, lui qui se promène dans le temps avec... 😛 Et en plus il est copain avec Superman.
    Certains diront, peut-être, qu’il faut faire gaffe à la Patrouille du Temps...
    Et d’ailleurs, est-ce que les grecs de cette époque avaient une mite au logis ?
  • #12
    • deLassus
    • 07/01/2010 à 06:59*
    [hors sujet >>> supprimé en 2018]
  • #13
    • <inconnu>
    • 07/01/2010 à 07:00*
    • En réponse à deLassus #9 le 07/01/2010 à 06:22* :
    • « [lien brisé >>> supprimé en 2018] »
    pour vous diuiser
    . C’est curieux, cette sorte d’inversion entre le v et le u: en latin le u n’existant pas, le v était utilisé en lieu et place (il l’est encore sur certaines inscriptions). Et ce mot indique qu’en vieux français il y a eu permutation ?
    Et à l’époque de l’édit de Villers Coterêt (les clercs chargés d’en établir l’orthographe, certains ont rajouté des doubles lettres car ils étaient payés au caractère...), le français avait encore toutes sortes de déclinaison, quasiment autant qu’en latin
  • #14
    • OSCARELLI
    • 07/01/2010 à 07:36
    Allons, vous deux. Laissez-nous donc un peu de place... 😉
    Quelque peu vindicative, cette divinité fut si furieuse de ne pas être invitée au mariage entre le héros Pelée et la déesse Thétis

    ...le héros Pelée, écorché vif, organisa alors une grande partie de balles aux pieds...
  • #15
    • OSCARELLI
    • 07/01/2010 à 07:41
    A la lecture de l’exemple, j’en déduis que Napoléon a essayé de devenir copain comme cochon avec le-dit Moreau, mais que celui-ci se transforma plutôt en sale ami!
  • #16
    • OSCARELLI
    • 07/01/2010 à 07:45
    En effet, la femme promise par Aphrodite s’avéra être Hélène, reine de Sparte et épouse de Ménélas

    L’histoire complète de cette mésaventure est racontée dans l’oeuvre célèbre Mélasse et Palissandre.
  • #17
    • deLassus
    • 07/01/2010 à 07:49
    • En réponse à <inconnu> #13 le 07/01/2010 à 07:00* :
    • « pour vous diuiser
      . C’est curieux, cette sorte d’inversion entre le v et le u: en latin le u n’existant pas, le v était utilisé en lieu et p... »
    Je n’y ai jamais rien connu, au vieux français... Mais j’ai fait 7 ans de latin.
    IL ME SEMBLE qu’on prononçait di-oui-ser.
    Il y a des expert(e)s parmi les habitué(e)s de ce site : ne disons pas n’importe quoi et attendons la bonne parole !
  • #18
    • deLassus
    • 07/01/2010 à 07:54
    • En réponse à OSCARELLI #16 le 07/01/2010 à 07:45 :
    • « En effet, la femme promise par Aphrodite s’avéra être Hélène, reine de Sparte et épouse de Ménélas
      L’histoire complète de cette mésaventure... »
    Voir colonne 3
    cette page
  • #19
    • <inconnu>
    • 07/01/2010 à 07:59*
    • En réponse à deLassus #18 le 07/01/2010 à 07:54 :
    • « Voir colonne 3
      cette page »
    Son surnom, c’était Toto ? 🙂 ou était-il aussi, autre chose ? heu, cocu par exemple 😛
  • #20
    • <inconnu>
    • 07/01/2010 à 08:02
    • En réponse à OSCARELLI #15 le 07/01/2010 à 07:41 :
    • « A la lecture de l’exemple, j’en déduis que Napoléon a essayé de devenir copain comme cochon avec le-dit Moreau, mais que celui-ci se transfo... »
    mais que celui-ci se transforma plutôt en sale ami!
    et voilà ! Nous somme maintenant en pleine charcuterie 😄