Prendre (quelqu'un) au mot - dictionnaire des expressions françaises Expressio par Reverso - signification, origine, étymologie

Prendre (quelqu'un) au mot

Accepter une proposition faite par quelqu'un qui ne pensait pas être pris au sérieux.

Origine

Voilà une expression qui date de la fin du XVe siècle.

À cette époque, le substantif 'mot' y était compris comme ayant le sens de 'offre de prix' (utilisé comme tel dans "La farce de maître Pathelin" Lien externe)[1] et la locution voulait dire "accepter l'offre faite par quelqu'un".

Son sens a depuis évolué vers une signification proche de "prendre quelqu'un à ses propres paroles" où la personne qui fait une proposition en n'imaginant pas du tout qu'elle puisse être prise en compte se fait piéger par l'acceptation de ses interlocuteurs.
Autrement dit, on accepte son offre (qui n'est plus seulement une offre de prix) tout en sachant pertinemment que ce n'en était pas réellement une ou qu'elle n'avait pas été faite pour être prise au sérieux.

Par extension, on l'emploie aussi lorsque quelqu'un 'gobe' une fausse information qu'il a lue ou entendue. C'est alors celui qui prend au mot ce qu'il lit ou entend qui se fait piéger.

[1] D'ailleurs, avec le même sens, "c'est votre dernier mot ?" (à la fin du XVIIIe) n'était aucunement une question rituelle d'un certain Jean-Pierre cathodique ; elle avait simplement pour but de demander si c'était la dernière offre de prix proposée.

Exemple

« (…) il n'était pas fâché qu'on ne l'eût pas pris au mot, et qu'on insistât pour lui fournir les garanties qu'il ne réclamait pas. »
Jules Romains - Les hommes de bonne volonté

« (…) comme ces erreurs étaient toujours accompagnées de menaces de sanctions épouvantables s'il ne payait pas dans les trois jours, il voyait le gaz coupé ou la saisie, et n'avait de cesse qu'il se fût expliqué de vive voix avec des employés qui se moquaient de lui, pour avoir pris au mot les ultimatums de l'imprimé. »
Henry de Montherlant - Les célibataires

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Prendre (quelqu'un) au mot » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
Marocar Aatah ala qad foumouIl lui a répondu de la taille de sa bouche (ses paroles)
Allemagnede (Jemanden) beim Wort nehmenPrendre (quelqu'un) au / par le mpt
Angleterreen Take someone at their wordPrendre quelqu'un à leur mot
Argentinees Tomar las cosas al pie de la letra.Prendre les choses à la lettre.
Espagnees Tomarle la palabra a alguienPrendre la parole à quelqu'un
Espagnees Coger la palabra a alguienPrendre le mot à quelqu'un
Canada (Québec)fr Croire quelqu'un sur paroleCroire quelqu'un sur parole
Israëlhe תפס אותו בלשוןIl l'a pris par la langue
Italieit prendere in parolaprendre en parole
Italieit Prendere di parolaPrendre de parole, au mot
Italie (Sicile)it Pigghiàri 'n paròlaPrendre sur la parole
Pays-Basnl Iemand op zijn blauwe ogen gelovenCroire quelqu'un puur ses heus bleus.
Pays-Basnl Op zijn woord gelovenLui crois au son mot
Pays-Basnl Iemand aan zijn woord houdenTenir quelqu'un à son mot
Polognepl Brać (kogoś) za słowoPrendre (quelqu'un) au mot
Roumaniero A crede pe cuvantCroire sur mot
Roumaniero A o lua ca atareLa prendre telle quelle
Roumaniero A o lua de bunaLa prendre comme bonne
Russieru Поймать (кого-либо) на словеPrendre (quelqu'un) au mot
Russieru ловить кого-то на словеAttraper quelqu'un au mot
Russieru поймать на словеPrendre au mot
Slovaquiesk Vzia? koho za slovoPrendre (quelqu'un) au mot
Serbiesr Drzati nekoga za rečTenir quelqu'un au mot
Suèdesv Ta någon på ordenPrendre quelqu'un aux mots

Vos commentaires
eh, oui, les fanfarons qui sont "pris au mot", ne sont pas toujours très fiers et leur côté arrogant disparaît vite dès qu’ils se rendent compte qu’ils sont les dindons de la farce * 
* à ne pas confondre avec la farce du dindon de Noël ! 
- Tom a pu rendre.
- Un père motard.
- Pute d’en Armor.
- Ton pur de mare.
- Tour par Mende.
- Mât rôde prune.
- Trou amer pend.
- Perd ton amure
- Draper net ? Mou ?
- Trader pneumo.
- Peton d’armure.
- Perdre au mont.
- En prêt d’amour.
- Une dot par mer.

Anna Gramme
Accepter une proposition faite par quelqu’un qui ne pensait pas être pris au sérieux
Comme disait un ancien président : "les promesses n’engagent que ceux qui y croient"...
Question : faut-il encore les prendre au sérieux ?
réponse à . Elpepe le 24/07/2007 à 00h38 : - Tom a pu rendre. - Un père motard. - Pute d’en Armor. - Ton pur d...
Pute d’en Armor

Tu as fréquenté la petite Lili de Brest de Chirstian ? Peinard avait l’air d’être au parfum lui aussi, avant de faire retraite.

J’en ai un dont j’aime bien qu’il me prenne là ou là, mo et mo, mot à mot, mot pour mot, mollo ou pas, à mots découverts, sans mots doux sucrés, à mots muets que nos peaux se murmurent.

Belle journée tendre à tous !
@Jonayla et nos amis belges
Votre futur ex- ou ex-futur premier ministre devait être au courant du marché de Bénabar avec votre roi (voir cette page ) : le secret est dévoilé, Paris est la capitale de la Belgique !
réponse à . momolala le 24/07/2007 à 06h13 : Pute d’en Armor Tu as fréquenté la petite Lili de Brest de C...
Ah, la petite Lili de Brest... Dire qu’il y en a pour louer ses multiples vertus ! Non, moi, vois-tu, je suis plutôt, comme pêcheur amateur, pour ferrer le maquereau, le cuisiner avec une carotte et enfin le déferrer sur le parquet du ponton, avec une note salée à la clé, genre : de la pêche au trou. Tu mords ? Ou je te fais un dessin ? 
réponse à . momolala le 24/07/2007 à 06h23 : @Jonayla et nos amis belges Votre futur ex- ou ex-futur premier ministre devait ...
Ça alors ! Un contrat de saltimbanques ! Mais je les prends au mot :
A VENDRE PUYRICARD : beau couvent des Ursulines, affaire miraculeuse. Faire offre à God, qui transmettra (cette page). 
allo chérie, je suis au rayon lessives. Y a plus de Paic, je te prends Omo ?
réponse à . Elpepe le 24/07/2007 à 08h28 : Ah, la petite Lili de Brest... Dire qu’il y en a pour louer ses multiples ...
de la pêche au trou
prendre au mot , vieux pervers, au mot , pas homo !
réponse à . chirstian le 24/07/2007 à 09h47 : de la pêche au trou prendre au mot , vieux pervers, au mot , pas homo...
Le maquereau, de la pêche au trou : déferé au parquet, et en taule. Tel est le sens de mon propos. Je défends les procs, c’est net. Tandis que toi... 
réponse à . Elpepe le 24/07/2007 à 10h19 : Le maquereau, de la pêche au trou : déferé au parquet, ...
ah flute ! et moi qui t’ai pris au mot ! Pardon à tous ...
réponse à . Elpepe le 24/07/2007 à 01h20 : Accepter une proposition faite par quelqu’un qui ne pensait pas être...
Tiens donc, nous n’aurions pas les mêmes "sources (*) "..? la mienne sent quelque peu l’anis, si vous voyez ce que je veux dire... Président peut-être, sûrement même, de quelque chose, mais pô de la rrrrèpubliiqueû, Peûchèèèreû...

*(voir "Couler de...")
réponse à . chirstian le 24/07/2007 à 09h46 : allo chérie, je suis au rayon lessives. Y a plus de Paic, je te prends Om...
Je te prends Omo
Tu me prends Aumale
Il ou elle se prennent au mieux
Nous nous prenons aux mains
Vous vous prenez au moins
Ils ou elles se prennent pas pour rien...
Prendre au mot
Ceux qui en parlent si bien
ferait de l’homo
sapiens de service
celui qu’ils pourraient
n’y voyez pas malice
tester à leur aise
mais plutôt de dos.

réponse à . AnimalDan le 24/07/2007 à 11h31 : Je te prends Omo Tu me prends Aumale Il ou elle se prennent au mieux Nous nous p...
Il ou elle se prennent au mieux
Ah, si le Contre-Petamiral lisait ça... on doit dire : il et elle se r’mènent au pieu.
Et que je ne vous y reprenne plus, garnements : ne confondez pas la vallée de l’Omo et l’avalée de l’homo.
pour les littéraires dont vous êtes -si, si ! moi pas : je préfère San Antonio- : Nietzsche a écrit "Ecce Homo , Comment on devient ce qu’on est" en 1888. Et en lisant le plan :
* Préface
* Pourquoi je suis si sage
* Pourquoi je suis si malin
* Pourquoi j’écris de si bons livres
* Pourquoi je suis une fatalité
je me demande : Ecce Homo est-il à prendre au mot ?
réponse à . chirstian le 24/07/2007 à 14h42 : pour les littéraires dont vous êtes -si, si ! moi pas : j...
Parce que San Antonio, c’est pas de la littérature, peut-être ? Et Lili Pute, alors ?

RÉCLAME :

Ecce Omo est là, l’excès de saleté s’en va
réponse à . Elpepe le 24/07/2007 à 15h35 : Parce que San Antonio, c’est pas de la littérature, peut-être...
j’ai dit "littéraires" :
littéraires = "Qui appartient aux belles-lettres. Société littéraire. La critique littéraire. Forme littéraire, rédaction soignée et dans laquelle on sent l’habileté de style." (Littré)
San A , des "belles-lettres" ? Ce n’est pas le terme que j’emploierais : c’est de l’art (et du cochon) , c’est le summum de l’imagination , du délire verbal... J’adore ! Des textes à prendre au mot. Des mots à prendre à la lettre. Des lettres à prendre dans tous les sens...
(mais je ne qualifierai pas un lecteur de San A de "littéraire!" de peur de voir Frédéric venir Dard Dard me botter le Q)

PS : je n’ai rien lu de son fils ! Peur d’être déçu, ou sentiment que San A n’aurait pas du survivre à son créateur !
réponse à . chirstian le 24/07/2007 à 16h14 : j’ai dit "littéraires" : littéraires = "Qui appartient ...
Même analyse en ce qui me concerne : je me suis arrêté à "Lâche-le, il tiendra tout seul", en 1999, puis "Céréales killer", posthume, en 2001. Nous voilà orphelins, hein ? Béruuuuuuuuuuuuuuuuu...
réponse à . chirstian le 24/07/2007 à 16h14 : j’ai dit "littéraires" : littéraires = "Qui appartient ...
"J’ai rien lu de son fils"

Très bonne décision, chirstian.
J’ai essayé, on peut pas.
réponse à . chirstian le 24/07/2007 à 16h14 : j’ai dit "littéraires" : littéraires = "Qui appartient ...
. Forme littéraire, rédaction soignée et dans laquelle on sent l’habileté de style." (Littré)

Moi, ça me suffirait... si Dard n’avait pas quand même "un peu" tiré à la ligne, et pas toujours dans le plus pur intérêt de ses lecteurs... des diamants émergeant -à notre plus grand ravissement- de la tourbe, voilà ce que je retiendrai de San-A. Je suis beaucoup plus admiratif du Frédéric Dard de "Toi le Venin" et autres "La Vieille qui Marchait dans la Mer" et "Faut-il Tuer tous les Petits Garçons..."... mais c’est un avis perso. Béru, pour sûr, restera comme un personnage majeur de la plus truculente littérature... "Mon valeureux collègue s’effondre comme une vache foudroyée"... Ô Délices...
réponse à . <inconnu> le 24/07/2007 à 21h14 : "J’ai rien lu de son fils" Très bonne décision, chirstian. ...
Idem... Préféré "pas"...
Il lui avait dit : Je t’offrirai des perles de pluie venues de pays où il ne pleut pas.
Mathilde l’avait pris au mot... parce qu’elle prenait tout au pied de la lettre.
Il ne lui rapporta que des bonbons parce que les fleurs c’est périssable avait-il ajouté.
Elle n’est jamais revenue...
Entre deux gros mots comme entre deux maux, il faut prendre le moindre. Foi de Momo. Pour le reste je ne changerai pas un mot à ma contribution de 2007. Tout pareil toujours, mot à mot. Belle journée à tous !
C’était pas trop long. J’ai tout lu, mot à mot. Ils sont tous bons à prendre, au pied de la la lettre. De San-A à Jean-Pierre catholique cathodique - j’adore!
Bon, comme d’hab, de tous les mots maux - comme la moutarde qu’on ne voit plus depuis longtemps*, il faut choisir le moindre. J’irai donc faire acte de présence au bureau, car je je dois encore tout déblayer... en plus de la neige, bien sûr...

* God, il y a une éternité que je n’ai plus rien dans le bandeau de droite. Est-ce normanl, docteur?
réponse à . chirstian le 24/07/2007 à 14h42 : pour les littéraires dont vous êtes -si, si ! moi pas : j...
Nietsche, dans ses argumentations, a commis des excès. Ce qui, entre autres maux, le fit mourir fou....
l’actualité rejoint Expressio : depuis déjà quelques années, l’armée US peut prendre des soldats au mot . Mais dans la Grande Muette ils devaient la fermer. Désormais il est possible de se dire homo. La face (l’accent anglais s’impose) de la guerre va en être changée : c’est gai, non ?
le substantif ’mot’
le mot ’mot’ ? Il vient du latin "muttum" :son,( mutmut facere «émettre un son à peine distinct, un chuchotement») et on ne le trouve d’abord en bas-latin, puis en français que sous sa seule forme négative :" ne soner mot, ne tinter mot, ne parler mot".
Que serait Expressio sans les mots, hein ? Et sans nos jeux de mots ? Nous serions comme la Lune, car qui ne dit mot con (se) sent, non ?
réponse à . chirstian le 20/12/2010 à 09h52 : le substantif ’mot’ le mot ’mot’ ? Il vient du la...
Que serait Expressio sans les mots, hein ? Et sans nos jeux de mots ?

Alors jouons ! cette page ou cette page (mais celle-là risque d’être censurée, dommage car j’aime bien l’idée...)
réponse à . horizondelle le 20/12/2010 à 11h00 : Que serait Expressio sans les mots, hein ? Et sans nos jeux de mots ? ...
Y’ a pas de raison de la censurer. On répète assez qu’ il est préférable de "sortir couvert" ou que, quitte à porter du plastique, autant le porter avant !
réponse à . horizondelle le 20/12/2010 à 11h00 : Que serait Expressio sans les mots, hein ? Et sans nos jeux de mots ? ...
Pourquoi la censurerait-on ? Elle va exactement dans le sens de la protection efficace de soi-même et de l’autre et puis, et puis, ... no limit, gaiment !
réponse à . horizondelle le 20/12/2010 à 11h00 : Que serait Expressio sans les mots, hein ? Et sans nos jeux de mots ? ...
mais celle-là risque d’être censurée, dommage car j’aime bien l’idée...
et ne le répète à personne, mais dans ce domaine , l’acte est encore plus agréable que l’idée ! 

vous avez vu : beau tir groupé à 11:00:54 : 3 coups avec la même ... idée. (what else ?)
Chiche...!!!
réponse à . chirstian le 20/12/2010 à 09h52 : le substantif ’mot’ le mot ’mot’ ? Il vient du la...
le mot ’mot’ ? Il vient du latin

Alors que la mo mo, elle, vient d’Afrique du nord.
un style qui s’étiole, vite on met la phrase sous perfusion. Le goutte à goutte s’appelle alors le mot à mot. Et très vite la phrase reprend des couleurs : cela vous met du beau_mot..._coeur. Mais attention aux excès : il suffit d’un gros mot pour faire une rechute. Et même parfois d’un mot de cinq lettres. Ou même de 3 : là où le con_va,_l’essence première de la phrase ne va plus.
Et si le mot_râle (où est-elle dans toute cela, ma pauvre dame ?) le mot meurt. Et le mort_alité (y en a plus, mon pauvre monsieur!) exhale sa dernière lettre.
Et j’ M.... à penser que c’en est un.
M.... pour Michard que Lagarde fièrement brandissait contre les maux du français quand nous allions en classe. Premiers rendez-vous avec la langue, qu’on tourne sept fois dans son dictionnaire avant de la lécher s’exprimer. Premiers émois du mot_tôt découvert, même si, c’est bien connu : mieux mot_tard que jamais ... Et le professeur, qui me ramenait sur terre d’un ironique "encore dans la Lune ? ".
J’y suis encore et j’y suis bien. 
Sur une pierre de lune d’hier, gravons le mot d’aujourd’hui.
Puis nous irons prendre un verre et nous boirons nos mots, nous les mangerons... nous échangerons nos petits mots : les doux, les tendres, les grands, les demis, les gros, les traîtres, les gentils... A mots couverts, nous dirons les mots bleus, tous ceux qu’on dit avec les yeux, les mots insensés qu’une seule comprendra... à l’oreille, nous chuchoterons nos mots d’amour...

Nous jouerons avec nos mots d’enfants... nous les croiserons, nous les galvauderons, nous les écorcherons, nous les chercherons, nous les soignerons car aux grands moooots, les grands remèdes... nous en griffonnerons certains, nous en gommerons d’autres... avec le mot-clé, nous trouverons le mot de l’énigme, le fin mot de l’histoire...

Encore un mot ? Un bon alors, le mot pour rire !
Un dernier mot ? Non, je vous laisse le mot de la fin.
Ah ! J’allais oublié : un p’tit mouchoir, M’sieur Ubbleu ? 
réponse à . chirstian le 20/12/2010 à 11h57 : mais celle-là risque d’être censurée, dommage car j&r...
vous avez vu : beau tir groupé
Joli, effectivement. Je ne sais pas, hélas, comment faire une réponse groupée. Mais:
- Bien que cela soit fort bien "illustré", les images pourraient choquer certaines jeunes oreilles, car ici, il n’y a que les yeux pour entendre...

What else? l’idée c’est déjà du passé( il était 11h tapantes à l’horloge d’Expressio!), sur l’acte, on est d’accord, bien que je le préfère sans capsule un ch’ti café?

PS: à partir de quel âge lit-on Expressio, et à partir de quel âge est-on choqué... 
réponse à . chirstian le 20/12/2010 à 12h42 : un style qui s’étiole, vite on met la phrase sous perfusion. Le gou...
J’y suis encore et j’y suis bien.
Ne la quitte surtout pas :&rsquo)
réponse à . DiwanC le 20/12/2010 à 13h23 : Sur une pierre de lune d’hier, gravons le mot d’aujourd’hui. ...
Joliiiii ! On a envie de se laisser prendre par les mots et de les déguster, tels de douces sucreries, un peu poivrées à certains moments, pleines de miel à d’autres.......
réponse à . horizondelle le 20/12/2010 à 14h15 : vous avez vu : beau tir groupéJoli, effectivement. Je ne sais pas, h...
à partir de quel âge est-on choqué...
il n’y a d’âge, ni pour les braves, ni pour les cons. Ni même pour les braves cons.
Et malheureusement la maladie d’Alzheimer frappe de plus en plus tôt. Du coup on bande encore, mais on ne sait plus à quoi ça sert. Normal, alors, d’être choqué par le plaisir des autres, non ? Dura lex sed Durex !
A prendre au mot

Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs)

Je me sens si condamnée par tes mots
Je me sens jugée et repoussée,
Avant de partir, j’aimerais savoir,
Est-ce cela que tu voulais dire ?
Avant que je ne me lève pour ma défense,
Avant que je ne parle poussée par ma souffrance
ou par la peur
Avant que je ne construise un mur de mots,
Dis-moi, ai-je bien entendu ?
Les mots sont des fenêtres, ou bien ils sont des murs.
Ils nous condamnent ou nous libèrent.
Lorsque je parle et lorsque j’écoute,
Puisse la lumière de l’amour rayonner à travers moi,
Si mes mots ne rendent pas mon message limpide,
M’aideras-tu à me sentir libre ?
Si j’ai paru te rabaisser,
Si tu m’as crue indifférente,
Essaie d’écouter par-delà mes mots
Les sentiments que nous partageons.

Ruth Bebermeyer


Un p’tit mouchoir M’sieu UBBleu ? Ou quelqu’un d’autre ?
réponse à . horizondelle le 20/12/2010 à 11h00 : Que serait Expressio sans les mots, hein ? Et sans nos jeux de mots ? ...
Moi,j’adore l’idée!!!
Ils ont fait tout le Kama-Sutra comme ça?
Ca m’intéresse car j’ai du en oublier et je suis un peu en manque de nouveautés en ce moment.....
Salut à tous!
réponse à . voyoux le 20/12/2010 à 16h53 : Moi,j’adore l’idée!!! Ils ont fait tout le Kama-Sutra comme &...
Tu veux dire que...tu cherches tes mots :&rsquo)
réponse à . voyoux le 20/12/2010 à 16h53 : Moi,j’adore l’idée!!! Ils ont fait tout le Kama-Sutra comme &...
Ils ont fait tout le Kama-Sutra comme ça?/
Oui.
Voir cette page
réponse à . deLassus le 20/12/2010 à 18h12 : Ils ont fait tout le Kama-Sutra comme ça?/Oui. Voir cette page...
deLassus ! Ils t’ont pris au mot ! Sont tous en train de feuilleter ton bouquin ! Personne sur ce meeerveiiiillllleux site depuis 18 h... le désert...
Comme ça, pas un mot plus haut que l’autre ! 
réponse à . DiwanC le 20/12/2010 à 22h19 : deLassus ! Ils t’ont pris au mot ! Sont tous en train de feuille...
Bin, dis donc, ça leur prend du temps de feuilleter le bouquin de deLassus, ou, alorssss, sont passés aux travaux pratiques ? :&rsquo)
réponse à . BeeBee le 20/12/2010 à 22h25 : Bin, dis donc, ça leur prend du temps de feuilleter le bouquin de deLassu...
J’vois que çà ! 
réponse à . chirstian le 20/12/2010 à 12h42 : un style qui s’étiole, vite on met la phrase sous perfusion. Le gou...
Cet enfant toujours dans la lune
S’y trouve bien, s’y trouve heureux
Pourquoi le déranger ? La lune
Est un endroit d’où l’on voit mieux.

Claude Roy
réponse à . momolala le 20/12/2010 à 07h07 : Entre deux gros mots comme entre deux maux, il faut prendre le moindre. Foi de M...
Certaines fois, chez les adultes ou ceux qui se prennent pour tels -2 gros maux nous font formuler 2 gros mots
Ce sont les mêmes adultes qui une fois parent peuvent exprimer deux gros aux sur les fesses de leurs chérubins qui n’ont fait que répéter deux gros mots
Prendre quelqu’un au mot c’est parfois le pousser à donner plus de lui même dans ce qu’il entreprend , dans ce qu’il fait Ce n’est pas alors le prendre au piège mais lui permettre de se libérer de l’entrave dans laquelle il s’était lié .
C’est ainsi que certains mot à mots réapprennent à vivre , à dépasser leurs maux et les mots -que- rient
Certes les mots "mots" ne manquent pas chez Georges mais ce ne sont que des mots et n'entrent en rien dans l'expression d'aujourd'hui.

J'ai donc choisi de capillotracter en vous proposant Les trompettes de la renommée

où il est dit

Sonneraient-elles plus fort, ces divines trompettes
Si comme tout un chacun, j'étais un peu tapette


Faut quand même pas prendre Georges homo........non mais.........

Bon, allez dodo. Mais avant je mets une machine en route, faut profiter des heures creuses........Comme lessive ? moi je prends...........

Ad'taleur.........
Ah ! je les prends tous les mots du cher Georges... les doux, les amicaux, les féroces et même les gros !
Je prends ceux qu'il a cueillis chez Francis Jammes :

Mon bel amour mon cher amour ma déchirure
Je te porte dans moi comme un oiseau blessé
Et ceux-là sans savoir nous regardent passer
Répétant après moi les mots que j'ai tressés
Et qui pour tes grands yeux tout aussitôt moururent


réponse à . Bouba le 17/04/2015 à 02h05 : Certes les mots "mots" ne manquent pas chez Georges mais ce ne sont qu...
Bon... on ne va pas tourner autour des mots pour tenter de les couper en quatre. Disons-le tout net : ça c'est de l'élongation perruquière, et de la belle !
En 2010, j'en parlais avec quelques voisins du dessus.
Aujourd'hui, on pourrait peut-être les écouter ces si jolis mots bleus...
M'sieur Rey nous dit qu'il existe un dérivé de "mot", il s'agit de "motet" qui signifie "petit mot".
Ce vocable est tombé en désuétude mais était utilisé du XII au XVII siècle.
Il a aussi désigné un petit poème religieux.
Et bien sûr sans oublier le "motus" qui est une latinisation plaisante mais totalement inventée pour la célèbre expression "motus et bouche cousue" attestée dès 1480 et utilisée par Molière dans "George Dandin"

Ouf, bien mérité le café, moi............
réponse à . DiwanC le 17/04/2015 à 02h24 : Bon... on ne va pas tourner autour des mots pour tenter de les couper en quatre....
Là, je reconnais que j'ai fait fort.........
– Tu l'as pris au mot ?
– J'aurais dû le prendre au piège ?
Un homme qui rattrape la lumière de ses phares pour la faire rentrer dans la cabine est un homme capable de tout.
DEVINETTE
Maud, le bébé, se plaignait d'avoir mal au crâne à chaque fois qu'elle était nourrie au sein.
Pourquoi ?
réponse à . joseta le 17/04/2015 à 09h08 : DEVINETTE Maud, le bébé, se plaignait d'avoir mal au crâ...
RÉPONSE
Parce que Maud tète.
Pristi ! Tu es aussi capable de comprendre le langage "nourrisson" et d'entendre dans la demande de Maud dans un simple "Areu... areu..." ? Genre :
- Mère, s'il vous plaît, pourrions-nous passer à une autre alimentation ? Car je ne vous cacherai pas plus longtemps que celui que vous me proposez depuis plusieurs semaines maintenant me colle une migraine ! Insupportable !
Chapeau l'artiste ! As-tu la suite de l'histoire ? Maud'Mother a pris Maud au mot ?
Dépêche A.F.P. - Rubrique "Faits divers".

On signale qu'une mère – utilisant la méthode archaïque qui consiste à donner le sein à un nourrisson alors qu'il est si facile d'acheter des biberons tout préparés, vendus à bas prix dans toutes les bonnes "Mac Do Pharmacie" – n'aurait pas pris conscience des désagréments qu'elle infligeait à son enfant : maux de tête toutes les trois heures.
Manque de discernement ? Ignorance ? Maltraitance ?
Accompagnés par l'éminent Professeur Joseta, pédopsychiatre, les services sociaux enquêtent...

News dernières :

On apprend à l'instant de source sûre que le professeur Joseta a disparu de l'univers d'Expressio. A-t-il craqué sous le fardeau de la délicate enquête dont on l'a chargé à propos des biberons contaminés ? A-t-il succombé à une expérimentation sur lui-même ? A-t-il été enlevé par des extraterrestres ? Les conjectures les plus folles s'entrecroisent, ajoutant encore à l'atmosphère de panique générale. Plus de nouvelles dans notre prochaine édition.
réponse à . Mintaka le 17/04/2015 à 11h05 : News dernières : On apprend à l'instant de source sûre...
Je travaillais pour vous, ingrats ! Malgré vos sarcasmes, hein ? Germaine ?
.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.
JEU DES MOTS CACHÉS
Les mots ne sont jamais si bien employés que par les écrivains (et par moi-même), aussi je vous défie de trouver, dans le texte ci-dessous, le nom de 28 écrivains français . Bon amusement !

Les jardiniers étaient réunis au bord des terres, une surface immense, du seigneur. Il fallait montrer tout ça à une nouvelle recrue.
Les jardiniers faisaient leurs commentaires...
- Je ne vois que du boulot à perte de vue...
- oui, les champs pleins de toutes les verdures imaginables...si au moins ces terres furent tiers ou moitié de ce qu'elles sont...
- plutôt tiers; mais enfin, quand la Martine et son mari, surtout elle, je ne sais pas ce que le mari vaut, (mais je crains que ce jeunet ne vaille pas grand'chose) les emmène à la vente, ça fait un beau marché !
- c'est vrai, c'est beau voir ça !
- tu sais, finalement, il vaut mieux un champ cultivé, qu'un pré vert !
- ou un champ de bataille !
- là, t'es fort !
Puis, le chef jardinier invita le nouveau à le suivre. Ils montèrent, lents, la côte; de cet endroit, au loin et à droite, on apercevait le Rhin, un Rhin beau et majestueux; mais ils voltèrent vers la gauche...
- à droite de nos dix haies, t'as les rangs d'oignons, faudra les arroser, tiens...plus loin, les épis de blé, bien dorés; quand les épis dorent, je laisse: j'adore cette couleur...
Le nouveau ouvrait de grands yeux et posait, pris d'un vif intérêt, quelques questions..
- y'a des arbres aussi, c'est un chêne, là...
- exact, et comme il est tordu, on l'appelle le chêne niais...
- on n'est pas loin de la cime, non ?
- nous y sommes, on redescendra de l'autre côté, là où y'a la bruyère...Ici, on plantera des choux, y'en a en rabe, de l'année dernière, mais c'est un rabe laid, on les écartera !
- j'ai vu des plantes grimpantes aussi, que j'adore, à la façade du mas...
- ah, lierre ! tu connais le mot lierre, n'est-ce pas ?
- oui, oui, bien sûr...qui ont la racine par terre...
- tu sais le notre est un travail dur, t'as beau suer, tu n'as jamais fini !
Dis-moi, si tu n'étais pas jardinier, quel métier aurais-tu choisi ?
- j'aurais élu art !
Plusieurs heures s'écoulèrent avant qu'ils ne rentrèrent...
- qu'en penses-tu, de tout ça ?
- aucune inquiètude, je ferai de mon mieux. Juste un mot, pas cent: merci !
réponse à . joseta le 17/04/2015 à 12h41 : Je travaillais pour vous, ingrats ! Malgré vos sarcasmes, hein ...
Tu pourrais commencer par me féliciter pour la réponse à la devinette ! 
réponse à . joseta le 17/04/2015 à 12h41 : Je travaillais pour vous, ingrats ! Malgré vos sarcasmes, hein ...
Je n'en vois que 20, à peine deux tiers...
réponse à . Mintaka le 17/04/2015 à 12h43 : Tu pourrais commencer par me féliciter pour la réponse à la...
Elle était facile !
Raison de plus pour me féliciter avec facilité.
Je ne sais pas si ça vous arrive, mais y'a des mots qu'on aime plus que d'autres; moi par exemple, c'est le mot 'liberté' que j'aime bien...À ce sujet, c'est mon grand-père qui était bizarre, parce qu'il aimait, pépé, le mot Caux ...
réponse à . Mintaka le 17/04/2015 à 08h52 : Un homme qui rattrape la lumière de ses phares pour la faire rentrer dans...
Surtout qu'il n'est pas lui même une lumière.......
réponse à . joseta le 17/04/2015 à 12h41 : Je travaillais pour vous, ingrats ! Malgré vos sarcasmes, hein ...
Désolé, pas le temps de me pencher sur ce jeu mais félicitations pour ce travail......
réponse à . DiwanC le 17/04/2015 à 10h34 : Dépêche A.F.P. - Rubrique "Faits divers". On signale qu'...
Mon lait préféré est le lait de femme.......à cause de l'emballage........
À l'école
Toto: - Mademoiselle, comme hier, j'ai pas venu, j'apporte un mot de mon papa...
la maîtresse: - Mais qu'est-ce que c'est cette façon de conjuguer ? bon, on verra ça plus tard...et ton frère ?
Toto: - jumeau ?
la maîtresse:- Mais non ! Ça c'est trop ! M'enfin Toto IL EUT MOT ! pas j'eus mot...On va reviser ça toute la matinée ! Non mais...
- Dalida, comment jugez-vous le travail des acteurs ?
- par rôles, par rôles, par rôles...
réponse à . joseta le 17/04/2015 à 12h41 : Je travaillais pour vous, ingrats ! Malgré vos sarcasmes, hein ...
Je cale à 27 peut-être 28 selon que tu découpes celui-ci ou non. En tout cas, je n'ai pas trouvé Ponson du Terrail... J'attends la solution...
Quelle qu'elle soit, merci et bravo !
réponse à . DiwanC le 17/04/2015 à 18h24 : Je cale à 27 peut-être 28 selon que tu découpes celui-ci ou ...
MES ÉCRIVAINS

1) Genevoix ( je ne vois)
2) Champlain (champs pleins)
3) Furetière (furent tiers...)
4) Thiers (tiers)
5) Lamartine (la Martine)
6) Marivaux (mari vaut)
7) Genet (jeunet)
8) Beaumarchais (beau marché)
9) Beauvoir (beau voir)
10) Prévert (pré vert)
11) Bataille
12) Fort
13) Montherlant (montèrent, lents)
14) Rimbaud (Rhin beau)
15)Voltaire (voltèrent)
16) Nodier (nos dix haies)
17) Talleyrand (t'as les rangs)
18) Dorgelès (dorent, je laisse)
19) Chénier (chêne niais)
20) Simenon (cime, non)
21) La Bruyère
22) Rabelais (rabe laid)
23) Dumas (du mas)
24) Molière (mot lierre)
25) Racine
26) Bossuet (beau suer)
27) Éluard (élu art)
28) Maupassant (mot, pas cent)
Voilà !
Hier, on avait "Les Mouches" de Sartre.
Aujourd'hui, on a Les Mots de Jean-Paul.
On parie sur l'expression de demain → à cette page !
réponse à . joseta le 17/04/2015 à 18h56 : MES ÉCRIVAINS 1) Genevoix ( je ne vois) 2) Champlain (champs pleins) 3...
Merdoum ! Comment ai-je pu rater le délicieux Paul Fort ! Thiers, m'en fous, je n'aime pas et Nodier connais pas trop.
Et je n'ai pas vu... Genevois !
En revanche, j'avais entraperçu un Sue à travers Bossuet.
Re-merci !
réponse à . joseta le 17/04/2015 à 12h41 : Je travaillais pour vous, ingrats ! Malgré vos sarcasmes, hein ...
Malgé vos sarcasmes, hein ? Germaine ?
Sarcasmes ? Moi ? Oh... c'est bien mal me connaître...
réponse à . Bouba le 17/04/2015 à 16h04 : Mon lait préféré est le lait de femme.......à cause ...
Tout le monde sait bien que tu es resté très jeune d'esprit... une âme pure, un regard d'enfant !
réponse à . DiwanC le 17/04/2015 à 18h57 : Hier, on avait "Les Mouches" de Sartre. Aujourd'hui, on a Les Mots de ...
Comme dirait Jean-Paul, 'les jeux sont faits' !
L'âne osé
réponse à . Bouba le 17/04/2015 à 16h04 : Mon lait préféré est le lait de femme.......à cause ...
Hrmmm, et moi, c'est à cause du gout. Ces poupons, ils ont vraiment le meilleur des deux mondes. Imagine un lait chaud, un peu sucré dont tu t'abreuves directement de la mamelle, un nectar lacté. En plus, à ta disposition ces seins distendus et l'amour inconditionnel d'une mère. On se demande pourquoi on a voulu grandir! Je te prends aux mots: Qu'as-tu à offrir que la femme, notre mère à tous, n'a pas su nous donner? Quelques baisers, peut-être quelques caresses, des têtards qui nous collent aux fesses? On est mal parti comme sexe masculin, mais on a au moins le bonheur de faire chavirer le regard de la femme qu'on aime, s'abimer dans la tourmente du désir, dans le maelstrom de la passion... (suite censurée par l'archevêché de Paris)
D'ailleurs, avec le même sens, "c'est votre dernier mot ?" (à la fin du XVIIIe) n'était aucunement une question rituelle d'un certain Jean-Pierre cathodique
Extrait.
Si vous voulez bien je vous ferai un cours sur Spinoza*...à condition de ne pas me prendre au mot...

* petit clin d’oeil à Fabrice Luchini

le dernier mot

Chanson folk ricaine des années 20 ou même plus tôt dont le refrain:

No, It ain’t gonna rain no mo’ no mo’
It ain’t gonna rain no mo’
How in the world can the old folks tell
It ain’t gonna rain no mo’

(Non, Il ne pleuvra plus il ne pleuvra plus
Comment les vieux peuvent-ils savoir
Qu’il ne pleuvra plus)

Note: en chantant dans un style folk souvent tu laisses tomber le son ‘r’ du mot MORE qui donne MO’ qui donne le dernier mot (NO MO’ = ne...plus)

Que c’est simple...mais compliqué!
Tout ça pour ça. Ouf.
réponse à . Clitocybe le 01/08/2019 à 01h32 : Hrmmm, et moi, c'est à cause du gout. Ces poupons, ils ont vraiment le me...
J'ai connu ça il y a une petite soixante deuzaine d'années mais plus tard je suis passé au Jack Daniel's Old N° 7 Bourbon dont j'avoue me souvenir plus précisément....

Allez je vous laisse les copains, je reviendrais faire un tour dans quelques jours..
réponse à . lalibellule1946 le 01/08/2019 à 03h23 : le dernier mot Chanson folk ricaine des années 20 ou même plus t...
Oui, oui, l'amuissement du R, c'est un phénomène bien répandu et qui est souvent un indicateur de classe sociale moins instruite (de Schubert). No mo', c'est comme Y é rentré taw (il est rentré tard), chez nous. Le R est un phonème particulièrement labile et dans plusieurs langues (celles que je connais) se transforme en diphtongue plus ou moins résonnante. Et parfois, c’est l’épenthèse, il apparait en anglais (britannique) à la fin des mots en syllabe finale A comme dans pyjama(r), phénomène auditif qui n’est pas ressenti par la plupart des anglophones.
Ain’t gonna rain no more
réponse à . lalibellule1946 le 01/08/2019 à 02h41 : Si vous voulez bien je vous ferai un cours sur Spinoza*...à condition de ...
Spinoza ou Nietzsche, on est prêt à tout!
réponse à . Bouba le 01/08/2019 à 05h18 : J'ai connu ça il y a une petite soixante deuzaine d'anné...
Pour les escapades, pas besoin de te prendre au mot 
Bonne balade 
01/08 : BON ANNIVERSAIRE EXPRESSIO !
Merci à notre grand God bien aimé de l'avoir créé, et à IznoG0d de nous envoyer chaque jour notre dose ...
Les mots m’ont cueillie au berceau
Mots entendus, sourcils froncés, sourires naissants
Mots balbutiés, annonés, babillés
Mots inventés
De l’enfance
Mots doux, mots tendres, mots qui grondent, mots qui blessent
De mes parents
Mots étonnants, mots inconnus,
Mots difficiles et stimulants comme des puzzles
De l’école
Mots bouleversants, mots envolés, mots passionnels
Et beaux silences de l’amour
Mots archaïques, mots éphémères, mots éternels
Et tous ces mots en –ique
De la Sorbonne
Linguistique, sémantique, rhétorique, phonétique, déictiques…
Mots magiques, alphabétiques, prétentieux et savoureux
D’acmé à zeugme, passant par toutes les variations, toutes les inventions, toutes les boursoufflures du style
Ces mots comme des bonbons qui piquent la langue et changent de couleurs
Un goût bizarre et le palais qui s’en amuse
Et l’esprit qui s’en régale
Hypotypose, isotopie, amphigouri, tautologie
Paronomase, épanalepse, syllepse et synérèse...…
Ces mots jetés aux vents fous de la poésie
Ces mots écrits, rayés, ces repentirs des manuscrits
Ces mots perdus par la mémoire de ma mère
Et soudain revenus dans la bouche des tout-petits…

La vie m’a prise aux mots
réponse à . syanne le 01/08/2019 à 09h59 : Les mots m’ont cueillie au berceau Mots entendus, sourcils froncés,...
Hypotypose, isotopie, amphigouri, tautologie
Paronomase, épanalepse, syllepse et synérèse...

C’est beau comme un poème de Clitocybe ! 
réponse à . syanne le 01/08/2019 à 09h59 : Les mots m’ont cueillie au berceau Mots entendus, sourcils froncés,...
        
Et alors, pas encore de lien ? 
        
réponse à . mickeylange le 01/08/2019 à 10h19 : Hypotypose, isotopie, amphigouri, tautologie Paronomase, épanalepse, syll...
Les clitocybes sont des champignons basidiomycètes de la famille des Tricholomataceae.
C'est ce que nous dit Wiki... Comment ne pas être poète avec des mots comme ça !

Quant à mon petit texte, j'aurais pu le dédier à l'amiral, qui aimait bien se gausser (fort gentiment) de ma rhétorique... 
Alors là ! Dis-moi comment tu as fait pour transformer en image et mettre un lien à mon texte pondu de ce matin ! Et où est-il parti, maintenant ???
réponse à . syanne le 01/08/2019 à 10h53 : Alors là ! Dis-moi comment tu as fait pour transformer en image et m...
Il a capturé tes jolis mots... qu'à coup sûr il va garder couchés sur parchemin, qu'il va enluminer ! Et toi tu garderas dans un livre d'images les sourires qu'il t'a envoyés. Regarde !
L'homme c'est comme le lapin il se prend par les oreilles avec de jolie mots..
réponse à . syanne le 01/08/2019 à 09h59 : Les mots m’ont cueillie au berceau Mots entendus, sourcils froncés,...
Ces mots perdus par la mémoire de ma mère
Et soudains revenus dans la bouche des tout-petits…
Quelle puissance dans ces deux derniers vers, même l’adverbe est au pluriel. Ça me plait, ça. Du souffle, du coffre, de la poitrine; je jouis, épanalepse, je jouis. Des mots qui coulent comme du bon vin, des mots rouges qui gouleyent, un peu sanguins, un peu tanins, longs en bouche. Eh ben not’ raffiot s’est remis à flot. Barre avant toute!
réponse à . Clitocybe le 01/08/2019 à 13h11 : Ces mots perdus par la mémoire de ma mère Et soudains revenus dans...
Merci de me signaler ma faute ! Culpissima mea. Je bats ma coulpe, et m'en vais la corriger de ce pas.
Mais, fine mouche, tu en garderas la trace... 
(Cela dit, il eût suffi de deux virgules pour que l'adverbe devienne adjectif : "Et, soudains, revenus...")
réponse à . syanne le 01/08/2019 à 13h21 : Merci de me signaler ma faute ! Culpissima mea. Je bats ma coulpe, et m'en ...
Y a pas faute en ce dont il me concerne. J’aime bien triturer la langue et pourquoi pas des adverbes au pluriel? Épater les mouches, me diras-tu? (arracher les pattes des mouches) Ça fait grincer les grincheux, mais on s’en branle. La liberté n’est pas que de chair, elle est aussi du verbe.
réponse à . syanne le 01/08/2019 à 13h21 : Merci de me signaler ma faute ! Culpissima mea. Je bats ma coulpe, et m'en ...
Oui, on pourrait même en faire un verbe, et les mouches n'y verraient que du feu (luciole): soudainer (arriver à l'improviste).
V'là que la parenté me soudaine, moi qui partait en vacances!
réponse à . Clitocybe le 01/08/2019 à 14h33 : Oui, on pourrait même en faire un verbe, et les mouches n'y verraient...
Moi qui partais !  Était-ce voulu ?
réponse à . syanne le 01/08/2019 à 13h21 : Merci de me signaler ma faute ! Culpissima mea. Je bats ma coulpe, et m'en ...
Et pourquoi n'y a-t-il pas de pluriel aux virgules ?
ces mots comme des bonbons qui piquent la langue et changent de couleurs
Voilà ce que je voulais dire.
Flute et zut : Syanne a déjà pris les mêmes mots, avec les mêmes lettres, pour les mettre dans le même ordre ! Donc je plagiatte. C'est mal !
Si je me contentais de prendre ses mots au pied de sa lettre, j'aurais bonne conscience. Prendre ses lettres dans ses vers à pieds, passerait aussi : tous les mots utilisent les mêmes ! Mais mettre les mots dans le même ordre : voilà le crime plagiaire .
Alors que si j'écris : ces bonbons piquent la langue comme des couleurs qui changent de mots, je suis absous.
Oui, mais aussi abscons, et je m'interroge : en renversant ainsi le u le abs ne devient-il pas préfixe ?  
Je vous ferai quand même le petit cours sur Spinoza.

(Désolée, je ne trouve pas un article en français)

En 2012 quelques descendants des rabbins qui ont banni le libre penseur de la communauté juive à Amsterdam en 1655 étaient d’accord pour annuler le cherem (l’excommunication) contre lui...mais le grand rabbin contemporain n’était pas d’accord disant qu’il aurait fallu que Spinoza se soit repenti de ses hérésies devant la communauté. Comme le philosophe est resté incommunicado avec la dite communauté jusqu’à la fin de sa vie, d’une part il y a un cherem éternel, d’autre part un silence éternel. Le dernier mot? Égalité?
réponse à . chirstian le 01/08/2019 à 15h15 : ces mots comme des bonbons qui piquent la langue et changent de couleurs Voil&ag...
Oh, oui, Chirstian, j'te prends au mot
(Qoique hétéro)
Pique mes mots
Mes mots qui piquent
Les pique et les repique
Dans ton jardin
Parmi le trèfle
Et les remue et les remets
Vingt fois sur ton métier
Hâte-toi lentement
Change la phrase dans tous les sens
(Rappelle-toi Monsieur Jourdain
Et les beaux yeux de sa marquise
De sa marquise les yeux beaux
Qui d’amour le faisaient mourir
Mourir qui le d’amour faisaient…)
Pique mes mots, emporte-les dessus la lune
Et sois absous
Il y a bien des pique-fleurs
Des pique-feu
Des pique-notes
Des pique-nique…
(D’ailleurs j’ai oublié le copyright)

Et tu auras remarqué que je n'ai abusé ni des adverbes, ni des adjectifs, ni au singulier, ni au pluriel...
("Trop d'adjectifs", disait en substance Willy à Colette en lisant les Claudine par-dessus son épaule, "aurais-je épousé la dernière des lyriques ?")
réponse à . lalibellule1946 le 01/08/2019 à 15h24 : Je vous ferai quand même le petit cours sur Spinoza. (Désol&eacu...
Quel concept, ce cherem, un peu comme l’excommunication pour les catholiques.
The more serious the sin, the more serious the discipline.
Hors de l’Église, point de Salut!
J’ai vivu (du verbe vivoir) toutes mes premières et précieuses années sous ces diktats. Comment encore être croyant, hrmmm? Je les prends aux maux.
Tu t’imagines Spinoza parmi nous en train de discuter le bout de gras, et le père Rabelais qui ramène sa faconde et son Bérurier. Eh ben, avec quelques compagnes accortes, on nage dans le bonheur presqu’absolu, le bonheur extrême étant d’être assis sur les genoux de God.
le mot et la chose

Attend-elle être prise au mot...
réponse à . syanne le 01/08/2019 à 16h15 : Oh, oui, Chirstian, j'te prends au mot (Qoique hétéro) Pique mes m...
Si je te prends aux mots, y a du labeur, J'étais habitué avec les gros Belges, le sillon allait tout droit (dans le mur qui s'effrite), mais bon, là c'est une autre paire de manches (pas à couilles). Déjà avec le père Chirstan (?) qui me chatouille la mandoline, va falloir que je sorte mes mots du dimanche, et surtout du samedi soir, vers minuit!
réponse à . Clitocybe le 01/08/2019 à 16h26 : Quel concept, ce cherem, un peu comme l’excommunication pour les catholiqu...
Bérurier « fils » de Rabelais ?

De Gargantua frère de lait ?
Ou bien le cousin de Panurge
 !Ah, non, jamais, je m’insurge
Et ne peux pas te prendre au mot !


"
Ce texte me fait toujours penser à la chanson dans My Fair Lady de Lerner et Loewe chantée parfaitement par Julie Andrews...words words words words all I ever hear is words...show me!
(les mots les mots c’est tout ce que j’entends...montre-moi!)
"Les clitocybes sont des champignons basidiomycètes de la famille des Tricholomataceae." dit on.

Les tricholomes de la saint Georges, c'est bon mais... Un jour j'en ai fait une intox...
je préfère les morilles.
réponse à . atheofv le 01/08/2019 à 16h56 : "Les clitocybes sont des champignons basidiomycètes de la famille de...
Mintaka aussi.
L’abbaye de Thélème, mon rêve. Le prof, un moine franciscain, n’avait pas fini de prononcer le mot que j’y étais déjà. Et ce vieux français que tu nous ressuscites sonne à mon oreille comme matines d’un jour de soleil, comme ma vraie langue maternelle. Il avait vraiment rêvé la liberté, le bonhomme, dans un siècle ravagé par la guerre et les épidémies (comme toujours!) Encore un peu, il aurait pu être sélénite ou martien! Ça fait du bien, merci. Dis-nous où tu veux qu’on te grattule (rires).
Youpee ! 
réponse à . atheofv le 01/08/2019 à 16h56 : "Les clitocybes sont des champignons basidiomycètes de la famille de...
On se demande pourquoi Brassens a chanté Gare aux morilles et pas Gare aux tricholomes.
réponse à . Mintaka le 01/08/2019 à 17h59 : On se demande pourquoi Brassens a chanté Gare aux morilles et pas Gare au...
@
(Pour Joseta)
Le mot tard enfourche le mot tôt.
S’il mord tôt, le mot n’oxyde pas.
Le mot cœur s’amuse du mot câble.
Le mot rose aime en vain le mot vais
Le mot tif coupe les cheveux en quatre
Le mot raille, le mot râle, le mot quête
Le mot rit, bon, mais le mot nu ment
Heureusement, Mozart est là…

À un de ces jours…
@ 121
Désolé, j'ai effacé pour cause d'ironie. Je voulais pas que mes mots mettent le feu aux poudres (quelle belle expression). L'ironie, comme tu le sais bien, est un signe de faiblesse et je ne veux pas m'humilier devant le cyberempire entier, surtout la renouvelle Syanne qui me fait frétiller le lexique. Déjà que j'avais un faible pour Diwan et Libellule, t'imagines le quadriolet! Oups, on est en ligne?
réponse à . Clitocybe le 01/08/2019 à 19h09 : @ 121 Désolé, j'ai effacé pour cause d'ironie. Je voulais p...
Dommage que tu aies effacé. 
réponse à . Clitocybe le 01/08/2019 à 19h09 : @ 121 Désolé, j'ai effacé pour cause d'ironie. Je voulais p...
Alors là tu me scotches grave 
L'ironie, le feu aux poudres....je crois que tu as souvent aimé pratiquer avec les mots qui allaient bien 
Et on avait pas à te prendre mot à mot 
Vouiiiiii, c'est sans doute dommage 
Bon j'ai des mots doux, de jolis mots sur mon oreiller qui me susurrent de le rejoindre.....
Pis la couette est jalouse....Quel dilemme 
Vais leur dire les mots bleus 
J'aime le silence immobile
d'une rencontre......

Une histoire sans parole
N'a pas besoin du protocole

Je lui dirais les mots bleus.....les mots qu'on dit avec les yeux
Je lui dirais, je lui dirais......tous les mots bleus*

*Merci Alain pour cette interprétation tellement touchante 
L’expression donnée pour le Québec « Croire quelqu’un sur parole » n’a pas tout à fait le même sens que l’expression de départ. Elle signifie plutôt accepter sans preuve ce que dit une personne

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Prendre (quelqu'un) au mot » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

publicité
Expressio - le livre

Le contenu de ce site est si riche qu’un livre en a été tiré. Ce livre, devenu un best-seller est maintenant disponible en poche.

Ce commentaire ainsi que les réponses qui y sont liées, seront définitivement supprimés. Etes-vous sûr?