Tomber / pleuvoir des hallebardes / des cordes - dictionnaire des expressions françaises Expressio par Reverso - signification, origine, étymologie

Tomber / pleuvoir des hallebardes / des cordes

Pleuvoir très fort, à verse.

Origine

Cette expression est citée par Furetière à la fin du XVIIe siècle.

Pour ceux qui auraient oublié leur Histoire de France entre le XVe et le XVIIe siècle, une hallebarde est une sorte de longue lance munie à son extrémité d'un fer tranchant et pointu et de deux fers latéraux, l'un en forme de croissant, l'autre en pointe (Lien externe).

Alors, bien sûr, il est aisé de faire la comparaison entre la lance pénétrante et ces grosses gouttes de pluie glaciale qui 'transpercent' atrocement le péquin moyen qui traîne dehors sous l'orage.
Mais les choses ne sont toujours aussi simples qu'elles le paraissent !

Selon Gaston Esnault, en effet, depuis le milieu du XVIe siècle, le mot argotique 'lance' désignait de l'eau puis, par extension, de l'eau de pluie[1]. Le verbe 'lancequiner', apparu plus tard, avait d'ailleurs le sens de 'pleuvoir'.
Ce serait donc par simple substitution de quasi-synonymes que les hallebardes auraient remplacé les lances en y ajoutant une petite touche vieillotte, les premières étant, au moment de l'apparition de l'expression, en voie de disparition en tant qu'armes utilisées sur les champs de bataille.

Pour ce qui est des 'cordes', qui tombent autant que les hallebardes, elles viennent simplement de la comparaison avec des cordes de ces traits que l'on observe lorsqu'une pluie tombe dru (cette comparaison étant également possible avec des lances - voir la citation de Victor Hugo dans les exemples).

[1] Et même de l'urine, d'où le terme chaude-lance, synonyme de chaude-pisse, nom argotique de la blennorragie (Lien externe).

Exemple

« (…) il lansquine, il pleut, vieille figure frappante, qui porte en quelque sorte sa date avec elle, qui assimile les longues lignes obliques de la pluie aux piques épaisses et penchées des lansquenets, et qui fait tenir dans un seul mot la métonymie populaire : il pleut des hallebardes. »
Victor Hugo - Les misérables

« Un jour, c'était peut-être novembre, octobre, je me rappelle qu'il avait plu des cordes. »
François Nourissier - Le maître de maison

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Tomber / pleuvoir des hallebardes / des cordes » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
Algériear deyra kheit mesma / داير خيط من السماءIl fait un fil du ciel
Allemagnede Es regnet BindfädenIl pleut des ficelles
Allemagne (Berlin)de es regnet Strippenil pleut des ficelles
Allemagnede es regnet kleine Hundeil pleut de petits chiens
Angleterreen To rain bucketsPleuvoir des seaux
Angleterreen It's raining stair rodsIl pleut des tringles d'escalier
États-Unisen It rains cats and dogsIl pleut des chiens et des chats
Angleterreen It rains cats and dogsIl pleut des chats et des chiens
Espagne (Catalogne)es Plou a cantisIl pleut des jarres
Espagnees Caen chuzos de puntaIl tombe des piques
Espagnees DiluviarPleuvoir comme au déluge.
Espagnees Llueve a maresIl pleut à flots
Espagnees Llover a càntarosPleuvoir à cruches
Canada (Québec)fr Tomber des clous
Canada (Québec)fr Pleuvoir à boire debout
France (Marseille)fr Il tombe la chavane
Belgiquefr Il pleut comme vache qui pisseIl pleut comme vache qui pisse
Canada (Québec)fr Il mouille à sieaux
Grècegr Βρέχει / Ρίχνει καρεκλοπόδαραIl pleut / jette des pieds de chaises (en bois)
Hongriehu Esik, mintha dézsából öntenék.Il pleut comme si c'était versé depuis une cuve.
Italie (Sicile)it SdilluviàriActe de l'eau qui tombe quand il y a un "déluge"
Italieit Piovere a catinelle / a dirottoPleuvoir à cuvettes / à verse
Pays-Basnl Pijpenstelen regenenPleuvoir des tuyaux de pipe
Pays-Basnl Het regent oude wijvenIl pleut de vieilles commères (vieilles femmes)
Pays-Basnl Het regent kop en schoteltjesIl pleut tasses et soucoupes
Pays-Basnl GietregenenPleuvoir en versant
Pays-Basnl Het giet (van de regen)Ça verse (de la pluie)
Pays-Basnl Met bakken naar beneden komenDescendre à bacs
Pays-Basnl Het regent bakstenenIl pleut des briques
Polognepl leje jak z cebrail tombe comme un seau
Portugalpt Chover a cântarosPleuvoir à cruches
Brésilpt Chover canivetesPleuvoir des canifs
Brésilpt Chover a cântarosPleuvoir à cruches
Roumaniero Ploua cu galeataPleuvoir des seaux
Russieru льёт как из ведраIl pleut à seaux, comme si le seau était renversé
Serbiesr Kisa lijeIl pleut à verse
Turquietr Bardaktan boşalırcasına yağmakPleuvoir comme s'il se versait d'un verre
Vietnamvi Mưa àoIl pleut à verse
Belgique (Wallonie)wa I plout des vachesIl pleut des vaches
Belgique (Wallonie)wa Il pleut à drache / Il drache

Vos commentaires
tu aurais dû venir ici, en Cotentin, cette semaine ! je ne te raconte pas entre les tornades, la tempêtes, les giboulées , la bruine et la pluie drue ... on y a eu droit, aux hallebardes ... y’a même des moments où il pleuvait comme ’vache qui pisse’ et d’autres moment où il tombait des cordes et même "cats and dogs" ... ma cour est un bourbier, les ruisseaux débordent en eau boueuse dans les fossés et les routes (champs inondés) ... et la mer, à marée haute, passe par dessus le pont et envahit les rues en laissant des paquets de varech ...
Elle sera verte, ma Normandie !
Pour faire simple, on appelle ça la drache, au pays de la bière, du chocolat et du surréalisme. Rikske, dirait sans doute, "au pays de l’omegang". 
réponse à . tytoalba le 17/03/2008 à 00h25 : Pour faire simple, on appelle ça la drache, au pays de la bière, d...
Bière, chocolat et surréalisme, j’adhère.
d’ailleurs voici un peu de surréalisme sur un site belge:

" La Drache"

Vindieu, allez biloute
réponse à . cotentine le 17/03/2008 à 00h21 : tu aurais dû venir ici, en Cotentin, cette semaine ! je ne te raconte...
Bin chez moi, (bien qu’étant ch’ti mi d’origine, après 45 ans en alsace, je crois que je peux dire chez moi), depuis le début de l’année, il y a peut-être eu 5 à 6 jours de petit crachin intermittent et c’est tout. Il faut dire que la France en général est plaçée sous le régime du climat océanique, alors que l’alsace a la particularté (entres autres régimes locaux ) et grâce à la barrière des Vosges, de bénéficier du climat continental (froid l’hiver, chaud l’été et le tout très sec). D’ailleurs il y a un petit village qui s’appelle (je vous laisse le soin de le prononcer vous-même) : OBERSAASHEIM tout prés de chez moi et qui est citée pour sa particularité :

Située en plaine d’Alsace, Région Hardt Nord en zone agricole, pour une altidude de 180 m. Son sol est en partie limoneux et pierreux (Alluvions du Rhin) Obersaasheim fait partie des régions les plus sèches de France affichant une pluvométrie annuelle inférieure à 500 mm.
Insolite : A Obersaasheim ainsi que dans la région Hartd Nord, l’on trouve des palmiers "Trachycarpus fortunei" ou palmier moulin en pleine terre. La situation météo de la région (Froid / sec en hiver et chaud / humide en été) ainsi que la nature du sol, conviennent tout particulièrement à ce type de palmier.
Alors pendant que tu subit les foudres du climat normand, moi c’est les doigts de pied en éventail sous les palmiers. (Manque que la mer) ;
Par contre, on nous annonce de la neige pour Pâques ??? complétement folle cette météo.
Alleï, désespére pas, le printemps arrive.
comme on le dit en Helvétie :
"Avec cette pépinarde et cette fricasse, que de roille ! Il y a des gouilles et du quatsch partout . Il faudra passer la panosse !"

Bonne journée !
Lancequiner, il me semblait que cela voulait dire "pisser"?
Surement que cette version argotique est venue après.
Ach ! C’est vraiment mauvais !
God se gourre ... sauf si je ne me gourre !

BLENNORAGIE ... ce n’est pas exactement la chaude-pisse ?
A vérifier auprès d’un BON toubib, c’est rare (provoc  )

Ce serait si mes souvenirs sont restés intacts, après les hallebardes et autres cordes à laver les voitures des crottes indécrottables des pigeons non voyageurs mais gros chieurs devant l’Eternel, bref ce serait plutôt quelque saloperie qui vous fait (femmes, pas forcément de couleur blanche  ) à moins de les renverser de leur alignement, comme les paires de skis chez les nuls ...

AVOIR DES PERTES BLANCHES !

Allez voir Wikipédia peut-être ?

____________________________________________________

Cela étant,

Tomber des belles hards, ça je sais bien y faire (auto-pub  ) mais pas tomber les hallebardes (ou aussi en français quasi-médiéval, hourdes donnant ainsi comme rejeton les hourderies, et certains noms non snobs tels de la hourderie etc ... )

Quant à pleuvoir des cordes, il faut le réserver aux vieux ...
Ouais aux vieux que vous semblez être (sans rancune, ni manque de respect, juste un clin d’oeil), tant il est vrai que quand il pleut, vous vous faites tous plus vieux !

Ach ! Plus môffais que ça tu meurs (bénignes)

°
Et on oublie: tomber comme à Gravelotte, les lorrains connaissent bien !
réponse à . <inconnu> le 17/03/2008 à 01h04 : Bière, chocolat et surréalisme, j’adhère. d’ail...
Photo réussie et qui donne bien l’idée de la drache.

Bienvenue à JR_Ewing et raudimetz.

Bonne fête à tous les Patrick, ainsi qu’aux Irlandais avec qui je partagerais bien une bonne bière. Et je ne dois pas être la seule à le faire.  
le mot argotique ’lance’ désignait de l’eau puis, par extension, de l’eau de pluie[1]. Le verbe ’lancequiner’, apparu plus tard, avait d’ailleurs le sens de ’pleuvoir’.
difficile de ne pas rapprocher le verbe "lancequiner" du "lansquenet" , fantassin allemand qu’on évoque toujours avec une hallebarde. Mais ce dernier viendrait de l’allemand Landsknecht « fantassin », proprement « serviteur du pays », mot composé de Land « terre, pays » et de Knecht « valet, serviteur ». Rien à voir, apparemment avec la lance (du latin : lancea). Je laisse tomber ...
voir la citation de Victor Hugo dans les exemples)
il tombait des cordes au nez et hallebarde de Victor Hugo.
"...J’avais un’ mansarde
Pour tout logement
Avec des lézardes
Sur le firmament
Je l’savais par cœur depuis
Et pour un baiser la course
J’emmenais mes bell’s de nuits
Faire un tour sur la grande ourse
J’habit’ plus d’ mansarde
Il peut désormais
Tomber des hall’bardes
Je m’en bats l’œil mais
Mais si quelqu’un monte aux cieux
Moins que moi j’y paie des prunes
Y a cent sept ans qui dit mieux,
Qu’ j’ai pas vu la lune

Auprès de mon arbre
Je vivais heureux
J’aurais jamais dû
M’éloigner d’ mon arbre
Auprès de mon arbre
Je vivais heureux
J’aurais jamais dû
Le quitter des yeux.

chantait Georges, l’autre.
réponse à . chirstian le 17/03/2008 à 09h17 : voir la citation de Victor Hugo dans les exemples) il tombait des cordes au ne...
Merci pour ta jolie fleur d’hier ... Nan, nan les mauvais esprits, pas question de peau de vache dans cette contrib ! Belle journée à tous.
réponse à . tytoalba le 17/03/2008 à 08h47 : Photo réussie et qui donne bien l’idée de la drache. Bienv...
Tout le monde sait qu’en Irlande, il tombe souvent des hallebardes; à ce moment, rien de mieux à faire que rentrer au "Garvey’s bar" (Eyre square à Galway) pour y déguster une bonne Guinness en attendant que la drache passe... 
Disciple des Halles, barde !
Bonjour bonjour, les gosses. Pépé rentre de Convention avec Mateo le Belge, qui aura triplé son poids en six mois d’âge : la drache et la frite nourrissent bien...
Assurancetourix c’est le barde qui fait tomber les halle-bardes.
réponse à . chirstian le 17/03/2008 à 10h43 : Assurancetourix c’est le barde qui fait tomber les halle-bardes....
Il pleut le faire !
Vu aux halles : bardes de lard. Bon, et après, hein ? On s’enlise dans la boue, là, hein ? Et si on parlait de la Marine, plutôt ? 
réponse à . Elpepe le 17/03/2008 à 11h03 : Vu aux halles : bardes de lard. Bon, et après, hein ? On s&rsqu...
Ben oui, Pépé, faut nous parler de cordes et de hâle-bas, à quoi ça sert et comment ça marche et Houbba nous fera un dessin, non?
La marine ? La flotte de Brest est évoquée dans cette belle chanson :
Rappelle toi, Barbara,
il pleuvait sans cesse sur Brest,
ce jour là et tu marchais,
souriante, ruisselante
sous les cordes et les hallebardes...
En Bretagne, ,il pleut ou il ne pleut pas ! Pas besoin de Hallebardes. Parfois,il crachine, mais c’est rare ! Bref, c’est le paradis !
De toutes façons, comme dit l’Amiral (le Brestois, pas le Manceau)," il ne pleut que sur les cons". Depuis, y a beaucoup moins de gens qui se plaignent ! Étonnant, non ! 
réponse à . lejnan le 17/03/2008 à 11h10 : Ben oui, Pépé, faut nous parler de cordes et de hâle-bas, &a...
Ah ben oualà, un bon petit moussaillon... Bon, vous savez tous que l’eau douce est rare et précieuse, à bord d’un voilier. Moi, dès que j’esgourde tomber des hallebardes, j’en remplis ma gourde. Mais s’il tombe, le hâle-bas, gare à l’empannage chinois, voire au démâtage !
Du temps des missions dites « Apollo » (1967 à 1972), les Sélénites se disaient qu’il pleuvait des Américains… C’est durant cette période précise, qu’ils ont pu capturer Chirstian afin de le mettre dans le zoo qu’est notre plancher des vaches… Depuis, la mascotte nous "enseigne de vaisseau" en vaisseaux mais toujours avec cœur. C’est là, un principe amical !
et n’oublions pas Pierre Dac :
"Quand à la Saint Médard il tombe de la pluie, de la neige, de la grêle, des hallebardes et de la suie, on est tranquille pour quarante jours plus tard, parce que, à part tout ça, qu’est-ce que vous voulez qu’il tombe ? Oui, je sais, mais enfin c’est plutôt rare."
D’ac ?
réponse à . chirstian le 17/03/2008 à 11h15 : La marine ? La flotte de Brest est évoquée dans cette belle c...
C’était une énième "Opération Barbarasa"... gratis ?
réponse à . chirstian le 17/03/2008 à 11h25 : et n’oublions pas Pierre Dac : "Quand à la Saint Médard...
qu’est-ce que vous voulez qu’il tombe ?
Ce matin, il pleut des vestes sur la majorité, non ?
réponse à . Emeu29 le 17/03/2008 à 11h23 : En Bretagne, ,il pleut ou il ne pleut pas ! Pas besoin de Hallebardes. Parf...
Il tombe des "trombes ! Bonnes" ou mauvaises, ça peut être utile.

En ce cas, ciseaux lait devient une solution de calculatrice au lieu de rester là, scotchée sur un dossier Allah Kafet. Mettre la gomme pour effacer une journée de cauchemars puis sans fond ni fard, courir dans la rue en évitant les flics et les flaques. La jolie secrétaire aime être au sex, euh, au sec… comme son compère le saucisson.
D’ailleurs dans une partouze campagnarde, lorsqu’il y a plus d’hommes que de femmes, celles-ci de se dire : « Il pleut des saucissons secs, on s’en paye une tranche ? "Ah le bar de" l’Amitié au fin fond de la Creuse ; discret, tranquille, il étanche toutes les soifs de corps mouillés de désirs et emplis de gouttes semencières masculines (donc) ne demandant qu’à sortir en jets multidirectionnels. Ne cherchez pas, c’est la mode et quand c’est à la mode, c’est que tout le monde est arrosé, voire abreuvé.
La publicité aussi sert à cela, à nous "hallebarder" de commandements qu’on récerpute, euh, répercute via nos jolies secrétaires, toujours promptes à chasser les nuages noirs de nos infortunes et soucis quotidiens. Qu’il vente ou qu’il pleuve, tout sera pompé, c’est Sar…danapalesque. 
réponse à . Elpepe le 17/03/2008 à 11h56 : qu’est-ce que vous voulez qu’il tombe ?Ce matin, il pleut des v...
Ouais, en une ou deux manches… ça a craqué dans tous les coins.
Même des shorts ont été taillés. Les vestes ont donné des boutons.
Et pour beaucoup, le moral est dans les chaussettes, pour ça que les perdants vont traîner leurs guêtres dans la Creuse… Sans écharpe mais à bonnet cyan, travestir la cravate de notaire est de circonstance. C’est une idée !
Juste une idée…
"...qui fait tenir dans un seul mot la métonymie populaire : il pleut des hallebardes. " Victor Hugo - Les Misérables

Il se trompe, là, le Victor de mon cœur, c’est pas une métonymie, c’est une métaphore.

Et tiens, tant que j’y suis : le surréalisme, c’est un mouvement culturel né en France, « créé » et théorisé par André Breton (premier «Manifeste du surréalisme » paru en 1924) et rapidement rejoint par de nombreux poètes et peintres de diverses nationalités. Pour sa part Magritte, peintre belge, contacte André Breton et intègre le groupe surréaliste parisien en 1926.

Il est vrai, cela dit, que la fondation du groupe surréaliste belge, qui se démarque des techniques d’écritures prônées par Breton, est quasi-contemporaine du mouvement français.
Pour ceux qui auraient oublié leur Histoire de France entre le XVe et le XVIIe siècle, une hallebarde est une sorte de longue lance munie à son extrémité d’un fer tranchant et pointu et de deux fers latéraux, l’un en forme de croissant, l’autre en pointe
même bien avant !!!
Vers 2 200 ans av. J.C. quelques forgerons, dans quelques rares clans, ont commencé à mélanger certains métaux (cuivre, plomb et étain) pour fabriquer le bronze. Avec ce bronze, il fabriquait des poignards, des hallebardes ou des parures
lire : ces forgerons, il y a 4 siècles (une fiction, de chez Momo, basée sur de réelles découvertes) ... c’est la fiction qui est basée ... pas Momo ! 
réponse à . syanne le 17/03/2008 à 13h16 : "...qui fait tenir dans un seul mot la métonymie populaire : il pleu...
Et Lautréamont ? Et Geert Van Bruaene ? J’en passe...
Amitiés surréalistico-belges !
réponse à . syanne le 17/03/2008 à 13h16 : "...qui fait tenir dans un seul mot la métonymie populaire : il pleu...
Ah ? Tes sources sont fiables ? Moi, j’étais pourtant sûr que le surréalisme est un mouvement parti de Puyricard, le 16 mai 2005, les doigts dans le nez...
réponse à . cotentine le 17/03/2008 à 13h27 : Pour ceux qui auraient oublié leur Histoire de France entre le XVe et le ...
La hallebarde est l’arme "jumelle" du sabre long... Zan Ma Dao (Chine)
Elle lui ressemble étrangement, et pourtant, elles n’ont pas du tout la même vocation ; le sabre long servait au combat de type fantassin-cavalier tandis que la hallebarde, qui possède une lame large et presque aussi longue que son manche servait généralement au corps à corps pour tailler en force. C’est une arme demandant une grande énergie du fait qu’elle est assez lourde, et une bonne stabilité au sol car lors de mouvements rapides, l’énergie cinétique est élevée du fait que la lame s’élargit à son extrémité. Alors, qui a copié sur qui ? 
réponse à . <inconnu> le 17/03/2008 à 12h25 : Il tombe des "trombes ! Bonnes" ou mauvaises, ça peut être uti...
(voix de Gabin) Ouuuuh ! Là, mon bon monsieur, il me semble que vous avez fumé autre chose que du ray-grass.
Le délire (d’ homme très mince)!
réponse à . Emeu29 le 17/03/2008 à 14h03 : (voix de Gabin) Ouuuuh ! Là, mon bon monsieur, il me semble que vous...
Ben non, je ne fume pas mais le kawa avait un goût bizarre ce matin… Il tombait des hallebardes douteuses du Père Colas Teur….
réponse à . cotentine le 17/03/2008 à 13h27 : Pour ceux qui auraient oublié leur Histoire de France entre le XVe et le ...
Si aux z’œufs olympiques, les chinois ne remettent pas les médailles de bronze avec des hallebardes, ça ira…

Je sais, tu vas me dire « Ti bête, hein… »...
réponse à . Rikske le 17/03/2008 à 13h47 : Et Lautréamont ? Et Geert Van Bruaene ? J’en passe... Ami...
Lautréamont n’est ni belge, ni surréaliste… ou alors nous ne parlons pas du même*.
Quant à Geert Van Bruaene, j’avoue humblement mon ignorance à son sujet. Mais je serais ravie de le découvrir, ainsi que les autres poètes surréalistes belges. Peux-tu m’indiquer des liens fiables ? (J’ajoute le fait que le mouvement surréaliste soit né en France ne leur enlève certainement rien de leur valeur ! Pas de frontières en poésie ! je faisais juste une petite rectification d’histoire littéraire)

Et connais-tu Geo Norge, poète belge que, personnellement, j’adore ?

* « Lautréamont, comte de (1846-1870), écrivain français, auteur des Chants de Maldoror, considéré par les surréalistes comme un précurseur de la révolution littéraire du XXe siècle. »
Microsoft ® Encarta ® 2007.
réponse à . syanne le 17/03/2008 à 13h16 : "...qui fait tenir dans un seul mot la métonymie populaire : il pleu...
Il se trompe, là, le Victor de mon cœur, c’est pas une métonymie, c’est une métaphore.
est-ce que ce ne serait pas des deux ?
d’abord , naturellement, une métaphore ,
mais en même temps, Victor nous dit que la pluie est comparable aux" longues lignes obliques formées par les piques épaisses et penchées des lansquenets" et que l’expression populaire ne retient que "la pluie est comparable à des hallebardes" d’où "il pleut des hallebardes" dans lequel la ligne-effet a été sacrifié à la hallebarde-cause. J’y verrais bien quelque chose de métonymique , dans le contexte de son explication. Non ?

Alors, Vic-tort ou raison ?
réponse à . syanne le 17/03/2008 à 14h20 : Lautréamont n’est ni belge, ni surréaliste… ou alors nous ...
Lautréamont n’est ni belge, ni surréaliste… ou alors nous ne parlons pas du même.
oui, celui-ci n’est pas belge, alors que l’autre est à Mons !  
Tout de même, Isidore Ducasse alias Lautréamont, il marchait un peu au bord de la falaise… Si l’agitation est vertigineuse, la création est fracassante…
La maladie mentale ouvrirait des portes créatives, un peu, beaucoup, à la folie mais teintées de Rouge et de Noir. Le prix de mauvais pacte(s) ?
(réflexion toute personnelle)

Ce qui jaillit, au début n’est pas toujours maîtrisé.
Ensuite, c’est de mieux en mieux ou de pire en pire.
Niveau appréciation, c’est selon bien évidemment.
réponse à . chirstian le 17/03/2008 à 14h33 : Lautréamont n’est ni belge, ni surréaliste… ou alors nous...
Ah, non : l’autre est à Val, dormeur de son état. Et même pas sur réale-liste, en plus !
réponse à . chirstian le 17/03/2008 à 14h26 : Il se trompe, là, le Victor de mon cœur, c’est pas une m&eac...
C’est une hypothèse fort intéressante, mais qui ne me convainc pas tout à fait. Dans le texte de Hugo, en effet, il n’y a de vraie relation de cause à effet entre les hallebardes et les lignes obliques, car on ne saurait les dissocier, ni dans le temps ni dans l’espace (les hallebardes ne « produisent » pas les lignes, elles « sont » ces lignes). Je crois que Victor explique la métaphore ; thème : la pluie qui tombe dru et droit, phore : les «piques épaisses et penchées des lansquenets (ou hallebardes) », point de ressemblance : « les longues lignes obliques ». Pour moi, il n’y a pas métonymie. Mais je ne suis sûre de rien et vais vite voir ce que dit mon Gradus.
réponse à . syanne le 17/03/2008 à 14h45 : C’est une hypothèse fort intéressante, mais qui ne me convai...
Le TLFi précise :
À certains noms qu’on emploie par métonymie (...) on donne le genre d’un nom générique sous-jacent, qu’on a dans la pensée au moment où l’on s’exprime (il y a alors ellipse généralement): Du hollande (du fromage de Hollande) (GREV. 1969, § 269).
J’en conclus donc que :
Le président doit se remanier lui-même
c’est du Hollande, par mes taux ni mie.
Non ?
La formulation est un langage courant.

"Deux voiles cinglaient vers le couchant."
réponse à . Elpepe le 17/03/2008 à 15h02 : Le TLFi précise : À certains noms qu’on emploie par m&e...
on donne le genre d’un nom générique sous-jacent, qu’on a dans la pensée au moment où l’on s’exprime

Et le générique, c’est moins cher…
réponse à . Elpepe le 17/03/2008 à 15h02 : Le TLFi précise : À certains noms qu’on emploie par m&e...
C’est de la rhétorique fromagère pour république bananière ? ... (et, en l’occurrence, une antonomase)
réponse à . syanne le 17/03/2008 à 14h45 : C’est une hypothèse fort intéressante, mais qui ne me convai...
la question m’intéresse car il y a bien longtemps que je ne me suis pas plongé dans ces définitions. Alors : une petite récréation, un bon café, quelques livres ...
Ca y est : je savais que je tomberais facilement sur une définition limpide !
"La structure métonymique, c’est la connexion du signifiant au signifiant, qui permet l’élision par quoi le signifiant installe le manque de l’être, dans la relation d’objet."
Voilà : je le savais ! Euh je dirais même plus : voilà, voilà...
Donc dans ce cas précis, euh...
Je vais reprendre un café, en espérant qu’on vienne vite me déranger !  
Ben voui elpp, nom propre à la fin égalera toujours antonomase...
(j’le savais pas non plus...) 

"Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur !" V. Hugo.

Merci à l’expressionaute Syanne ! (Antonomase ???)
réponse à . chirstian le 17/03/2008 à 15h10 : la question m’intéresse car il y a bien longtemps que je ne me suis...
Complément lumineux à ta limpidissime définition : « la métonymie consiste en deux synecdoques successives inverses sans changement d’isotopie ». 

Puis-je me joindre à toi pour le café ?
réponse à . tytoalba le 17/03/2008 à 00h25 : Pour faire simple, on appelle ça la drache, au pays de la bière, d...
On appelle ça aussi la drache en Picardie (serait-ce un belgicisme ?)
et le "pisse-en-lit" se dit "lanchron" cette page
réponse à . syanne le 17/03/2008 à 15h35 : Complément lumineux à ta limpidissime définition : &la...
Ben voila, tu l’aurais dit plus tôt, ça aurait évité toutes ces con fusions !

Bon maintenant ça suffit, sinon Al barde.
réponse à . syanne le 17/03/2008 à 15h35 : Complément lumineux à ta limpidissime définition : &la...
Moi j’ai : C’est un cas particulier de la famille des figures que sont les tropes ou métasémèmes, figures par lesquelles un concept est dénommé à partir d’un mot désignant un autre concept.

C’est quand même clair non ???

Marcel, un café aussi s’il te plaît !
réponse à . syanne le 17/03/2008 à 15h08 : C’est de la rhétorique fromagère pour république bana...
C’est de la rhétorique fromagère pour république bananière ?
Oui. Mais comment as-tu deviné, Anasthase ? Tu crois que le syndrome présidentiel me gagne ? Bon, moi, m’en fous : encore un mot pour enrichir mon vocabulaire, livré via air mail par Antonov. Hé hé !
réponse à . <inconnu> le 17/03/2008 à 15h54 : Moi j’ai : C’est un cas particulier de la famille des figures q...
Ils vont se marier euh ; cela ne métonymienerait pas !
Un couple sur expressio, waouh, quelle publicité God !!!

Il va pleuvoir des expressions annonciatrices !

Alcalin, tu arrives comme un neveu, euh, un cheveu sur la houppe, soupe… 
réponse à . <inconnu> le 17/03/2008 à 15h17 : Ben voui elpp, nom propre à la fin égalera toujours antonomase... ...
Antonomase , Antonomaaaaase ? Est-ce que j’ai une gueule d’antonomase ?
réponse à . syanne le 17/03/2008 à 13h16 : "...qui fait tenir dans un seul mot la métonymie populaire : il pleu...
Il se trompe, là, le Victor de mon cœur, c’est pas une métonymie, c’est une métaphore

Euh, je crois que tu as raison.
En revanche, dire "j’étudie Victor Hugo" pour dire "j’étudie l’oeuvre de Victor Hugo", ce serait une métonymie.
réponse à . syanne le 17/03/2008 à 15h35 : Complément lumineux à ta limpidissime définition : &la...
deux synecdoques successives inverses sans changement d’isotopie
Bon God, mais c’est bien sûr ! Il pleut des hallebardes lexicales, aujourd’hui, de quoi augmenter mon stock. Et je vais même apprendre la formule par cœur, histoire d’insulter le prochain pauvre con que je croiserai dans un salon, sans même qu’il s’en aperçoive ! Ah Syanne : si on ne t’avait pas, il faudrait t’inventer... 
réponse à . syanne le 17/03/2008 à 16h01 : Antonomase , Antonomaaaaase ? Est-ce que j’ai une gueule d’anto...
On sait donc que l’Hôtel du Nord sera au programme… 
réponse à . <inconnu> le 17/03/2008 à 15h54 : Moi j’ai : C’est un cas particulier de la famille des figures q...
Hallebarde métaphorique ou métonymique, hollande antonomastique, il y a pléthore de rhétore, aujourd’hui. Moi je dis stop à toutes ces figures qu’on se prend en pleine tronche. Trope, c’est trope !
réponse à . Elpepe le 17/03/2008 à 16h04 : deux synecdoques successives inverses sans changement d’isotopieBon God, m...
Moi, en tout cas, j’invente rien : c’est absolument rigoureusement authentiquement le genre de définitions qu’il a fallu ingurgiter pour avoir ensuite le droit d’aller les clarifier dans les classes.
réponse à . syanne le 17/03/2008 à 16h08 : Hallebarde métaphorique ou métonymique, hollande antonomastique, i...
Pôv’ Totor, s’il savait le bordel qu’il a foutu sur Expressio aujourd’hui, il se retournerait dans sa tombe ! (c’est une métaphore ou une catachrèse, là ?)
réponse à . syanne le 17/03/2008 à 16h01 : Antonomase , Antonomaaaaase ? Est-ce que j’ai une gueule d’anto...
je ne peux que conseiller à tous l’excellent : "Métonymie et Métaphore " par Henry, n° 1909 du Bulletin de l’Académie Royale des lettres de Belgique (1984), dont , personnellement, je n’ai lu que le titre, mais dont je suis certain qu’il tombera, en le secouant, plus de renseignements précis que de hallebardes ou de cordes à Brest. Barbe à rat et poil aux nez !
réponse à . syanne le 17/03/2008 à 16h11 : Moi, en tout cas, j’invente rien : c’est absolument rigoureusem...
D’ailleurs, Barthes* n’écrit-il pas : "toute série métaphorique est un paradigme syntagmatisé" ?
* Et non Barthez, comme d’aucuns supporters auront mal lu !
réponse à . syanne le 17/03/2008 à 15h35 : Complément lumineux à ta limpidissime définition : &la...
la métonymie consiste en deux synecdoques successives inverses sans changement d’isotopie
ah M... m’enfin, sot ! j’avais dit " sans changer d’isotopie". Je sors cinq minutes et ça y est : qui est le c.. qui a changé l’isotopie, hein ? Un topie d’Hambourg qu’on pouvait encore en faire trois synagogues successives ou même six mules tannées ! God, faut pas laisse entrer n’importe qui sur ce site : restons entre professionnels enfin quoi !
Euh la question c’était : est-ce que Victor Hugo avait raison ou tort ? Attend : ça l’a pas empêché d’écrire l’Aiglon sans avoir lu Sagan, hein !
réponse à . chirstian le 17/03/2008 à 16h40 : la métonymie consiste en deux synecdoques successives inverses sans cha...
La réponse est dans la question, comme d’hab : Vic tort. Bon, là, God, des échanges comme ceux d’aujourd’hui, c’est douze mille adhérents d’un coup, non ?
réponse à . <inconnu> le 17/03/2008 à 16h15 : Pôv’ Totor, s’il savait le bordel qu’il a foutu sur Expr...
Et le kakemphaton*, quoi, qu’en fait-on ?

*« Et le désir s’accroît quand l’effet se recule » (Corneille, Polyeucte)
réponse à . chirstian le 17/03/2008 à 16h40 : la métonymie consiste en deux synecdoques successives inverses sans cha...
Euh la question c’était : est-ce que Victor Hugo avait raison ou tort ? Attend : ça l’a pas empêché d’écrire l’Aiglon sans avoir lu Sagan, hein !

Et qu’en sais-tu, d’abord ? J’ai bien lu, pas plus tard que la semaine dernière, dans une copie de concours pour futurs profs (déprimés ?) que dans L’Ile des esclaves (1725), Marivaux fait allusion à La Case de l’oncle Tom (1852)… (Authentique : je le jure sur la tête d’Alexandre Zola).
réponse à . syanne le 17/03/2008 à 16h47 : Et le kakemphaton*, quoi, qu’en fait-on ? *« Et le d&eacu...
ha ha oui

Cher amidon, les traits sont lapin dans mon coeur pourri, restez toujours ...
réponse à . Elpepe le 17/03/2008 à 16h39 : D’ailleurs, Barthes* n’écrit-il pas : "toute séri...
Ah ! Barthes, quelle tête ! quelle présence entre les poteaux ! Qui n’est, de tout fragment de son discours, amoureux ?
réponse à . syanne le 17/03/2008 à 16h59 : Euh la question c’était : est-ce que Victor Hugo avait raison ...
Ah ben ouais, gourance !

Marivaux fait allusion à "Uncle Ben’s rice", je le tiens de sa nièce Condoleeza.
réponse à . SyntaxTerror le 17/03/2008 à 17h13 : Ah ben ouais, gourance ! Marivaux fait allusion à "Uncle Ben’...
Non, là tu confonds avec Marie d’ Vaux
réponse à . syanne le 17/03/2008 à 17h06 : Ah ! Barthes, quelle tête ! quelle présence entre les pot...
Bon, puisque je sens que tu en redemandes : Bonhomme, lui, dit : "La métaphore se définit ainsi comme une dénotation synthétique fondée sur la rupture cotopique -ou sur la jonction allotopique-, source de fortes incompatibilités dans le pôle tropique (..). [Elle] se manifeste comme un trope transitif reliant une quantité de cotopies grâce à son opérateur que l’on peut qualifier d’opérateur ESSE et qui établit les équivalences les plus inattendues entre les cotopies les plus diverses. Quand la puissance de la métonymie est freinée par le cadre cotopique, celle de la métaphore est infinie, du fait que les circuits allotopiques sont inépuisables."
Je n’aurais pas mieux dit.
HoubaHOBBES ! Qu’est-ce que je viens de dire ?
Collé samedi !
réponse à . Elpepe le 17/03/2008 à 17h21 : Bon, puisque je sens que tu en redemandes : Bonhomme, lui, dit : "La m...
Je ne saisis pas bien si le cadre cotopique est en alu, en titane ou en carbone.
réponse à . SyntaxTerror le 17/03/2008 à 17h26 : Je ne saisis pas bien si le cadre cotopique est en alu, en titane ou en carbone....
Cotopier sur son voisin, c’est pas joli-joli...
Quand la puissance de la métonymie est freinée par le cadre cotopique, celle de la métaphore est infinie, du fait que les circuits allotopiques sont inépuisables.
"



- Allô ?
- Société Topic, service d’entretien des figures de rhétorique, j’écoute ?
- Allô, Topic, ici Anna Coluthe, je ne comprends pas : j’ai la métaphore en panne, pourtant on m’avait dit que sa puissance était infinie…
- Avez-vous bien vérifié les circuits ?
- Oui, tous : les allotopiques, les métonymiques, les catachrétiques et les synecdochiques..
- Bon, alors c’est peut-être le cadre. Etes-vous bien sûre que vous n’êtes pas freinée par le cadre cotopique, auquel cas toutes vos métaphores se transformeraient automatiquement en métonymies..
- Et c’est grave ?
- Ben ça dépend : quelquefois, on cale en bourg, mais si vous avez une bonne parabase, vous pourrez rétablir le parallélisme et éviter la régression. En revanche si votre métabole frôle le palindrome, alors gare à la lapalissade.
- Et qu’est-ce qui peut m’arriver de pire ?
- Au pire, c’est l’oxymore…
réponse à . syanne le 17/03/2008 à 17h46 : Quand la puissance de la métonymie est freinée par le cadre cotopi...
Ah, l’Garcimore... Je l’aimais bien... Et tiens, tu noteras, au passage, qu’Eco écrit : "On a une métaphore quand, à partir d’une identité de métonymies (deux propriétés semblables dans deux sémèmes différents), on substitue un sémème par l’autre (...) Les métaphores sont des métonymies qui s’ignorent (...)"
Et là, je serais plutôt d’accord. Ne voilà-t-il pas de quoi réhabiliter Totor ? Hmmm ?
réponse à . Elpepe le 17/03/2008 à 17h56 : Ah, l’Garcimore... Je l’aimais bien... Et tiens, tu noteras, au pass...
Sémème pas vrai !

Hildegarde de la Halle Barde
réponse à . syanne le 17/03/2008 à 16h59 : Euh la question c’était : est-ce que Victor Hugo avait raison ...
dans L’Ile des esclaves (1725), Marivaux fait allusion à La Case de l’oncle Tom
Marivaux ne s’est-il pas inspiré plutôt du Casse de l’oncle Tom , de Chester Himes ? (entre nous, c’est beaucoup beaucoup mieux !) .Et tu me fais penser qu’il a écrit aussi "il pleut des coups durs " ... les hallebardes ne sont pas loin !
Si ! Enfin... moi, j’ai envie d’y croire. Attends, je te récite ma leçon :
- deux synecdoques successives inverses sans changement d’isotopie valent mieux qu’une.
C’est ça, hein ? C’est ça ? Je vais faire des cartons avec ça, moi, putaing cong !
Hier il a plu, mais aujourd’hui c’est Syanne qui a plu .... à tous avec ses métonymies pragmatico-ellipsiennes dans la métaphore isotopique de Victor dans la définition du sygmatisme authenthique de la pléthore en question relative au paradigme kakemphatonique du lexique antonomastique (bien) lequel met en relief la présence des synecdoques de la case d’Alexandre qui par amour à Marie Veau, a coincé la tête de Bartes entre les poteaux de Hollande, pour du fromage. C’était du surréalisme de breton qui manifeste sa culture en faisant de la peinture chez les belges, lesquels font un mouvement dans la France contemporaine de 1926, fondé à Puyricard en 2005, sans parler de l’autre Rai amon qui chante le Mal de Dos, il ne connait pas Geo Grafi, mais Norge, il parait que c’est pas un belge, mais en fait c’est un ancien comte en Suisse venu faire la révolution en France où il y a fait du casse. Belle figure métasémème (plus) dans l’étude des lignes oblique des lansquenets sous la pluie, il a fini par se jeter de la falaise parcequ’il avait le vertige de la création mentale, on a retenu l’hypothèse de la cause à effet, à cause bien sur de la dissociation de temps et d’espace pour boire le café entre les lignes droites et penchées chez Antonomase Gradus, bananes au fromage à gogo, puisque c’est sur une île (des esclaves en l’occurence), signifiant que la connexion, annonciatrice d’un mariage imminent, marche à merveille.

Générique :
Tout ça pour dire, à ma façon, qu’il pleut bezef.
réponse à . Elpepe le 17/03/2008 à 17h56 : Ah, l’Garcimore... Je l’aimais bien... Et tiens, tu noteras, au pass...
deux sémèmes différents
Comment deux sémèmes peuvent-ils être différents?
Si c’est même, c’est pareil, donc pas différent.
Oxymore de rire!
réponse à . eureka le 17/03/2008 à 18h17 : Hier il a plu, mais aujourd’hui c’est Syanne qui a plu .... à...
Ah ! quelle belle sainte Eze tu fais, Eureka-le-barde !
réponse à . <inconnu> le 17/03/2008 à 15h54 : Moi j’ai : C’est un cas particulier de la famille des figures q...
Moi j’ai : "Métonymie
La métonymie désigne une chose par le nom d’une autre qui lui est habituellement associée. Chacun des noms désigne un objet absolument à part, mais doit à l’autre son existence ou sa manière d’être. Autrement dit, le mot d’origine est substitué par une opération de connotation.
Pas clair ? Bon, prenons un exemple. Quand on dit "l’heure tourne", on fait référence à la pendule. Ce n’est bien sûr pas l’heure mais les aiguilles qui tournent…
La métonymie peut également effectuer une translation entre l’objet et le signe. Exemple : ce rédacteur est une bonne plume… ou effectuer une translation entre contenu et contenant : après une rude journée de labeur, il ira boire un verre chez Georges (rue des Canettes, allez-y, c’est un bistrot extra). A noter que de nombreux spécialistes assimilent la métonymie à la synecdoque."

"Synecdoque
La synecdoque est une figure proche de la métonymie, permettant de simplifier le discours. le procédé consiste à désigner un tout par l’une de ses parties, le contenant pour le contenu, la matière pour l’objet, et inversement. Quand Paris gagne la Coupe de France (et non les joueurs de l’équipe du Paris Saint-Germain), c’est une synecdoque (Et c’est assez rare)."

Il y en a qui écrivent pour être compris kamême !
réponse à . momolala le 17/03/2008 à 18h22 : Moi j’ai : "Métonymie La métonymie désigne une c...
désigner un tout par l’une de ses parties
Là, c’est la couille : moi qui croyais avoir tout biern compris, tu m’embrouilles !
A propos d’une hallebarde pontificale : lisez cette page
réponse à . eureka le 17/03/2008 à 18h17 : Hier il a plu, mais aujourd’hui c’est Syanne qui a plu .... à...
Limpide, mon Eureka d’amour. En conclusion, je dirais que le phore des Halles barde, ce jour d’hui !

RÉCLAME :

Expressio : la linguistique pour les Nuls.
(en vente au phare, 12 €.)
Un peu de poésie pour faire chanter les mots de notre belle langue et un clin d’oeil à Hedgehog le doux hérisson sur cette page
réponse à . Elpepe le 17/03/2008 à 18h39 : Limpide, mon Eureka d’amour. En conclusion, je dirais que le phore des Hal...
Y a pas photo...

Oui, je sais, mais il faut bien des Nuls pour que tu aies raison !
réponse à . momolala le 17/03/2008 à 18h49 : Un peu de poésie pour faire chanter les mots de notre belle langue et un ...
C’est Beau... On dirait du HoubaHOBBES...
réponse à . momolala le 17/03/2008 à 18h50 : Y a pas photo... Oui, je sais, mais il faut bien des Nuls pour que tu aies rai...
En venant, ce matin, je faisais moi aussi de la métaphore métonymique, voire de la métonymie métaphorique sans le savoir, kif-kif monsieur Jourdain. Mais ce soir, il en va tout autrement, et je vais en boucher un coin à BB, moi, en lui affirmant péremptoirement, entre la poire et le fromage :
"Toutes les déviations à partir des règles de sélection ne créent pas une métaphore ni une comparaison. Sélectionner ça et là des items lexicaux n’est pas encore constituer une chaîne métaphorique. Hormis la proximité ou l’éloignement sémantique des traits sémantiques catégoriels, il doit y avoir un minimum de correspondance sémantique entre les traits sémantiques idiosyncrasiques des items lexicaux comparés. Outre les traits inhérents (catégoriels), il faut pour l’interprétation stylistique des traits associatifs contextuels. Ils sont déduits de notre compétence empirique, a dit Gläzer".
Et si après ça, je n’ai pas droit à quelque privauté torride, je relis mon Saussure de A à Z !
réponse à . momolala le 17/03/2008 à 18h22 : Moi j’ai : "Métonymie La métonymie désigne une c...
Quand on dit "l’heure tourne", on fait référence à la pendule. Ce n’est bien sûr pas l’heure mais les aiguilles qui tournent…

Minute papillon ! L’heure s’envole, c’est très clair... Y’a comme un noeud. 
réponse à . Elpepe le 17/03/2008 à 19h22 : En venant, ce matin, je faisais moi aussi de la métaphore métonymi...
je faisais moi aussi de la métaphore métonymique, voire de la métonymie métaphorique sans le savoir

Ton sers-veau est malaaaade ; la faute à la vache folle qui est laitière. (si si)Métonymiquement, c’est automatiquement.
Sommes tous hein, carnés !

@ Eurêka 81 > Tu observes trop tes voisins... et c’est joli 
réponse à . Elpepe le 17/03/2008 à 18h29 : désigner un tout par l’une de ses partiesLà, c’est la ...
En fait comme t’t’à l’heure il me tombait des hallebardes de dossiers, j’aurais pu faire mieux, à mater par le trou des voisins, et faire dans la simplicité en abrégeant sur la fin par un : IL MOUILLE, tout simplement
réponse à . SyntaxTerror le 17/03/2008 à 15h46 : On appelle ça aussi la drache en Picardie (serait-ce un belgicisme ?...
En Ardennes la drache est parfois si terrible qu’il pleut comme vache qui pisse, car
les poules que l’on mène ne font pas le poids ou ne fond que celui d’un grêlon, bon d’accord, d’un grêlon de Marseilles, là où une sardine suffit à boucher le porc...
Doux Aieux  !!! Quel cours.
Plus jamais je n’oserai écrire sans avoir peur de me prendre les pieds, heu ! les mots dans toutes ces arcanes dont j’ai, depuis bellelulure, oublié jusqu’aux noms.
réponse à . mident le 17/03/2008 à 20h41 : Doux Aieux  !!! Quel cours. Plus jamais je n’oserai écrire sa...
Et bien, chère amie, puisque tu te tais, je n’ai donc rien à y ajouter.
C’est court, c’est bref, ca ne fait pas mal, et c’est anonyme...
réponse à . Elpepe le 17/03/2008 à 19h22 : En venant, ce matin, je faisais moi aussi de la métaphore métonymi...
il est réconfortant de trouver Saussure à ses pieds.
réponse à . chirstian le 17/03/2008 à 21h31 : il est réconfortant de trouver Saussure à ses pieds....
Moi, sa lecture me délasse.
et pourtant on se demande parfois : de quoi semelle-t-il ?
réponse à . chirstian le 17/03/2008 à 22h07 : et pourtant on se demande parfois : de quoi semelle-t-il ?...
Saussure va son petit bonhomme de chemin, un coup à gauche, un coup à droite, tel un Bayrou de la langue sous les hallebardes, habillé pour l’hiver.
Résumé de l’épisode du jour

Va donc, eh, synecdoque !
réponse à . Elpepe le 17/03/2008 à 22h33 : Résumé de l’épisode du jour Va donc, eh, synecdoque&...
Et avec tout ça, Sénèque, docte, reste stoïque. Mais Totor... je ne voudrais pas cafter, God, mais c’est Syanne_29 qui a commencé, hein ?
réponse à . SyntaxTerror le 17/03/2008 à 15h46 : On appelle ça aussi la drache en Picardie (serait-ce un belgicisme ?...
Il se peut que la drache soit un belgicisme, je n’oserais l’affirmer, mais certains dictionnaires le disent. La Picardie a beaucoup de mots en communs avec nous.
Une de mes belles-soeurs habite dans l’Herault et lorsque nous avons employé le mot pour la première fois devant elle, elle ne l’a pas compris. Ce qui me laisse supposer que c’est bien un mot de chez moi et maintenant je sais qu’il fait partie aussi de ta région.

J’ai appris beaucoup de mots aujourd’hui, mais comme je n’ai pas tout compris, je m’empresserai d’oublier leur signification. D’ailleurs c’est déjà fait. Mon cerveau ne peut pas tout enregistrer.  J’ai donc adopté le système de la mémoire sélective.

Bonne nuit à vous.
réponse à . syanne le 17/03/2008 à 17h46 : Quand la puissance de la métonymie est freinée par le cadre cotopi...
pourquoi se compliquer la vie, quand on est simple quidam ??? une comparaison, c’est simple et peu importe le nom compliqué qu’on lui dédie en nuançant !
Je sais, un site d’expressions se doit de donner des détails sur la grand’mère française et son vocabulaire précis, mais à vouloir jouer les sodomiseurs de diptères, le public se lasse !
Ben oui, je connais de nombreux détails mais à les détailler trop, on s’embrouille quand on n’est pas un(e) PRO !!!  sans rancune et bizzzzz à tous
réponse à . cotentine le 18/03/2008 à 00h43 : pourquoi se compliquer la vie, quand on est simple quidam ??? une comparais...
Quel feu d’artifice aujourd’hui ! Je me régale !
réponse à . <inconnu> le 17/03/2008 à 07h33 : Lancequiner, il me semblait que cela voulait dire "pisser"? Surement que cette v...
Vi vi, je confirme...
Etourdissants les voisins du dessus !
De métonymie en métaphore, d’oxymore en synecdoque pittoresque - avec, çà et là, un brin de sémème pour faire joli et une petite fleur de rhétorique - j’ai les items lexicaux qui s’évaporent et les neurones qui s’étiolent, s’évanouissent et s’écrasent, telles des hallebardes sur les trottoirs mouillés de la connaissance...
BeeBee ! me faudrait une admission en urgence dans un établissement neuneurolo-psychothérapique !
réponse à . DiwanC le 22/10/2011 à 01h18 : Etourdissants les voisins du dessus ! De métonymie en métaph...
Etourdissants les voisins du dessus !
C’est vrai, mais en même temps que de sagesse dans la conclusion de cotentine en 106 !
Tiens, à propos, elle fait l’absente, cotentine, depuis un moment. J’espère qu’elle va bien...
PS : quelques lignes pour "simplifier" le sujet de ce 17/03/2008 : cette page
réponse à . deLassus le 22/10/2011 à 01h38 : Etourdissants les voisins du dessus ! C’est vrai, mais en même ...
quelques lignes...

Je ne hais point ta litote.

Ou peut-être: Je ne hais point ton euphémisme.

Ou est-ce: Je ne hais point ton ironie.


Si t’avais dit "quelques pages" je ne serais pas.................


lalibellule perplexe
L’inénarrable Frédéric Dard, père de San Antonio, chantre de la gouaille, apôtre de l’argot emploie souvent "lansquiner" pour dire "uriner" ex:" Fallait que j’aille lansquiner pour faire passer la mousse que je m’étais enfilée au rade du troquet"...
réponse à . cotentine le 17/03/2008 à 00h21 : tu aurais dû venir ici, en Cotentin, cette semaine ! je ne te raconte...
Ce n’est peut être pas pour rien qu’on a chanté " Les parapluies de Cherbourg" et pas ceux de Nice.........
réponse à . BOUBA le 22/10/2011 à 05h40 : L’inénarrable Frédéric Dard, père de San Anton...
Le Dictionnaire de la langue verte (1866) retient les orthographes lansquine et lansquiner : voir cette page
Astérix: Dis-moi, tu es tombé des halles, barde?
Assurancetourix: Non, c’est Obélix qui m’a jeté un seau d’eau sur la tête!
réponse à . deLassus le 22/10/2011 à 06h54 : Le Dictionnaire de la langue verte (1866) retient les orthographes lansquine et ...
OK, alors faut croire que lansquiner est une pure San-Antoniaiserie........et pourtant...cette page
Au loto, lorsque tu as recouvert les chiffres d’une même rangée tu lances "Quine !"
Allon-z-enfants de la patrie, tombons la veste!
Je vais éviter de prendre une gamelle . Il est inutile de regarder quelque chose par le petit bout de la lorgnette. Ayant du peps à revendre et avec la fleur au fusil, j’ai plus d’un tour dans mon sac .
Oui, bon, je sais, l’erreur est humaine!
Comment voulez-vous que je ne mâche pas mes mots quand je suis sur les dents: pour parler de corde dans la maison d’un pendu, il vaut mieux ne pas discuter le bout de gras, alors que le pendu est sur la corde raide et que vous voulez tout simplement aller sur la haquenée des cordeliers, étant – comme le pendu – raide comme un passe-lacet.
Je dis toujours qu’il faut faire profil bas mais quand même demeurer sur le qui-vive pour faire le pied de grue au petit pied.
Ah ça ! C’est le bouquet ! Cela me reste sur l’estomac quand vous prétendez mettre les écureuils à pied en faisant rôtir le balai dans vos jeux de mains, jeux de vilains!
Ah be tiens, je vais ruer dans les brancards et – d’une voix de stentor – vous avertir : on ne fait pas d’omelette sans casser d’œufs! Profitons-en : il pleut des cordes, allons donc tous ensemble avec Germaine nous noyer dans un verre de Lagon Bleu  !
réponse à . file_au_logis le 22/10/2011 à 09h09 : Allon-z-enfants de la patrie, tombons la veste! Je vais éviter de prendre...
Wouaou, fallait nous la concocter celle là !
C’est la première fois que je me Rikske à marcher sur les traces de notre sélénite qui commença il y a belle lulure...
Merci pour ton indulgence...
réponse à . file_au_logis le 22/10/2011 à 09h09 : Allon-z-enfants de la patrie, tombons la veste! Je vais éviter de prendre...
Bon travail cette pluie d’expressions!
Moi, sur la pluie, hallebardes et cordes, je ne me mouille pas; je sèche!
réponse à . file_au_logis le 22/10/2011 à 09h22 : C’est la première fois que je me Rikske à marcher sur les tr...
En effet c’est plus simple comme çà........
réponse à . file_au_logis le 22/10/2011 à 08h31 : Astérix: Dis-moi, tu es tombé des halles, barde? Assurancetourix: ...
Ah ! Le barde ? Cétautomatix l’a ficelé contre l’arbre pour le festin......
réponse à . BOUBA le 22/10/2011 à 08h38 : OK, alors faut croire que lansquiner est une pure San-Antoniaiserie........et po...
Tu as tout à fait raison : en argot, les deux orthographes coexistent.
réponse à . deLassus le 22/10/2011 à 09h45 : Tu as tout à fait raison : en argot, les deux orthographes coexisten...
AAAAAAAH.....il me semblait bien........
réponse à . file_au_logis le 22/10/2011 à 09h22 : C’est la première fois que je me Rikske à marcher sur les tr...
sur les traces de notre sélénite
Tu es trop modeste : notre sélénite excelle en effet dans ce genre, mais ne met pas les liens... Quelle patience tu as eue !
réponse à . deLassus le 22/10/2011 à 10h24 : sur les traces de notre séléniteTu es trop modeste : notre s&...
Vos commentaires et logieux me laissent sans voix: une victoire pareille, ça m’ôte "race"...
réponse à . BOUBA le 22/10/2011 à 09h35 : Ah ! Le barde ? Cétautomatix l’a ficelé contre l&r...
Oui, en quelque sorte, il fut bardé de l’art!
réponse à . deLassus le 22/10/2011 à 10h24 : sur les traces de notre séléniteTu es trop modeste : notre s&...
mais ne met pas les liens...
assurément ! Je suis pour la liberté des expressions. Vous avez beau les attacher, un jour elles briseront leurs liens.
réponse à . chirstian le 22/10/2011 à 11h21 : mais ne met pas les liens... assurément ! Je suis pour la libert&ea...
Ce n’était bien sûr pas une critique !
Les fortes pluies: tort en ciel?
Tiens ! quelle surprise voilà l’hallebardier.
cette page
Axiome
Déluge entraîne eau.
La vieille eau-de-vie: l’eau d’hors âge.
réponse à . file_au_logis le 22/10/2011 à 09h09 : Allon-z-enfants de la patrie, tombons la veste! Je vais éviter de prendre...
Je n’ai rien dit, je n’ai rien fait, je n’étais même pas là… Alors, pourquoi ce carton rouge ? Hmmmm ?
Ce n’est pas pour autant que je ne trinquerais pas avec vous... et tous les hallebardiers présents, les mals bardiers et les bons bardiers !
Marceeel ! Que la joie et la bonne humeur ruissellent !

Me suis parfois risquée à ce genre de résumé d’expressions… mais 27 (si j’ai bien compté), ça doit constituer un record, non ?
Après cette pluie-là, vous adorerez le p’tit crachin breton qui - dit de Kersauson- ne mouille que…
réponse à . DiwanC le 22/10/2011 à 14h10 : Je n’ai rien dit, je n’ai rien fait, je n’étais mê...
Mais non, petit Chaperon Rouge, ce n’est pas un carton rouge, mais bien plutôt à considérer comme MUMMMMM Carte Rouge.... Tous les bleus ont des liens, toi, tu es LIBRE! Comme à Cuba!
réponse à . DiwanC le 22/10/2011 à 14h10 : Je n’ai rien dit, je n’ai rien fait, je n’étais mê...
Me suis parfois risquée à ce genre de résumé d’expressions… mais 27 (si j’ai bien compté), ça doit constituer un record, non ?
Je ne pense pas: Chirstian, dans ses grandes envolées, nous reprennait poutes les Expressio du mois et coulait... non pas un bronze! Il nous coulait une merveille qui eut même enflammé un bonze!
La pluie d’Othello, de Shakespeare
Othello avait des problèmes avec ses persiennes à volets: quand il pleuvait, elles filtraient l’eau chez lui. Le maure en eut marre de la mare. Il en eut marre d’"ôter l’eau"! Par ailleurs, il était fort jaloux de son voisin qui ne souffrait pas de cette incommodité. Son obsession devint telle qu’il détruisit ses volets et installa des...jalousies.
réponse à . file_au_logis le 22/10/2011 à 14h53 : Me suis parfois risquée à ce genre de résumé d&rsquo...
Mais non, petit Chaperon Rouge…
Tu es bien gentil car il est loin le temps où je portais le panier de ma grand-mère ! Sous le chaperon, c’est un peu carabossé !
:&rsquo)
L’était un hallebardier,
sous la pluie tout mouillé.
Pauvre barde rouillé
sur un arbre perché,
………


Après… me rappelle plus bien. Paraît qu’il pleuvait fort sur la grand’route où il cheminait sans parapluie, tenant un fromage qui attirait les loups affamés et cruels, lesquels tenaient un curieux ramage en se désaltérant dans l’onde pure…ou quelque chose comme ça…
C’est dommage que je ne me souvienne plus parce que ça commençait bien ! 
Quand la pluie te tombe dessus:
Des gouttes qui dégoûtent.
@ Filo

La pluie dilue Vienne.
DOUKIPLEUDONKTAN?
@Germaine

Demain on verra peut-être par ici Mr. Ubbleu parce qu’aprés la pluie, leboDan...
Quand il eut cessé de pleuvoir, le jeu reprit et on vit le joueur, aprés la pluie, bottant.
Hé ben voilà, elles sont

J'habit' plus d' mansarde,
Il peut désormais
Tomber des hall'bardes,
Je m'en bats l'œil mais


Allez zou ! pendant que je fais le café, Germaine nous trouve la zikmu
synonyme de chaude-pisse

Y a rando ce matin et ça me fait penser qu'il faudra bien se couvrir....on va pas marcher sur de chaudes pistes aujourd'hui.....
- Hier après-midi mon frère a inauguré son spectacle en plein air, il avait le trac, il se demandait si son spectacle plairait...
- et il a plu ?
- non, non, on a eu du soleil !
Obélix: - Tiens, il s'est mis à pleuvoir tout d'un coup...comment que ça se fait ?
Astérix: - Ah ! le barde !
Obélix: - oui, des hallebardes, même...
Je sais qu'il y ait toujours l'autel pour rendre hommage à Georges Brassens sur cette estrade, et Bouba (au 147) et momolala (au 12) n'ont pas manqué d'offrir leur offrande, mais aujourd'hui Claude Nougaro et sa petite fille ne peuvent manquer non plus je trouve:

Voilà qu´il pleut des cordes - Mon Dieu regardez-moi
Me voilà comme un con, place de la Concorde!
Vous souvenez-vous ?
Il pleut, il mouille,
C'est la fête à la grenouille !


Le jour d'été était si lourd de chaleur que chacun espérait la pluie ? Enfin, elle arrivait ! Violente et courte averse… Vite ! les enfants que nous étions couraient dans la cour, dans le jardin où les feuilles du vieux lilas s'égouttaient.. plic... ploc... Et on sautait à pieds joints dans les petites flaques que la terre n'avait pas fini de boire, en chantant la comptine :
Il pleut, il mouille,
C'est la fête à la grenouille !


Si M. Ubbleu passe par là, je lui laisse un p'tit mouchoir !
Merci de t'en souvenir Joseta... 
Nous nous servons d'une lance pour éteindre l'incendie, en Belgique...!
voici donc une lance qui crache de l'eau  ! ( lance: tuyau creux, à l'intérieur !!!) Belle journée à l'Europe entière ! Jacques LLN
réponse à . 18301830183FJ le 19/01/2017 à 10h22 : Nous nous servons d'une lance pour éteindre l'incendie, en Belg...
Salut à toi au pseudo si révolutionnaire !
Il ne faut pas prendre les autres pays que pour des cons ! Icitte aussi, on utilise de l'eau, des tuyaux et des lances pour éteindre le feu, cette coutume serait même pratiquée au Brasil ...
réponse à . 18301830183FJ le 19/01/2017 à 10h22 : Nous nous servons d'une lance pour éteindre l'incendie, en Belg...
En Belgique, au point de vue mété-eau, nous sommes des pluie-vilégiés. C’est le régime des pluies continues entrecoupées d’ondées ou d’averses. Une drache n’est jamais à exclure.
réponse à . SyntaxTerror le 19/01/2017 à 11h08 : Salut à toi au pseudo si révolutionnaire ! Il ne faut pas pre...
Il signe LLN : Louvain-la-Neuve. Ce doit être un "student" comme on dit ici.
J'ai entendu récemment qu'en Belgique depuis peu, la bière est acheminée par des conduites souterraines et parfois par des lances...
DEVINETTE
Avec quoi il jouait, quand il était petit, Noé, en hiver ?
réponse à . le gone le 19/01/2017 à 11h22 : J'ai entendu récemment qu'en Belgique depuis peu, la bière est ach...
Bière qui coule amasse d'la mousse !
réponse à . le gone le 19/01/2017 à 11h22 : J'ai entendu récemment qu'en Belgique depuis peu, la bière est ach...
la bière était acheminée [...] parfois par des lances...
Je confirme : ce sont les redoutables lance-bière !

Signé Thierry la fronde
réponse à . joseta le 19/01/2017 à 11h27 : DEVINETTE Avec quoi il jouait, quand il était petit, Noé, en hiver...
Avec des luges !
- Des luges, en effet, bien vu !
.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-
Manifestation hivernale en luges au Pas-de-Calais:
Des luges unies vers Selles.
réponse à . le gone le 19/01/2017 à 11h22 : J'ai entendu récemment qu'en Belgique depuis peu, la bière est ach...
qu'en Belgique depuis peu, la bière est acheminée par des conduites souterraines
... jusqu'au zizi du Manneken Pis la preuve !
Quand à la Saint Médard il tombe de la pluie, de la neige, de la grêle, des hallebardes et de la suie, on est tranquille pour quarante jours plus tard, parce que, à part tout ça, qu'est-ce que vous voulez qu'il tombe ? Oui, je sais, mais enfin c'est plutôt rare..
Pierre Dac

Zut ! je viens de m'apercevoir qu'en 2008, chirstian citait déjà ce maître de l'humour...
Malgré cela, je vous laisse ce sourire... qu'apprécieront, j'en suis sûre, ceux qui ne lisent jamais les voisins du d'ssus !

Une autre pensée du grand maître, pensée qui s'accorde parfaitement au temps qu'il fait en ce moment :
En hiver, on dit souvent  : "Fermez la porte, il fait froid dehors". Mais quand la porte est fermée, il fait toujours aussi froid dehors !

ÉNIGME
- Écoute François, hier je rentrais chez moi avec un kg de pommes que j'avais achetées, quand soudain, il s'est mis à pleuvoir à verse...moi j'étais trempé comme une soupe, mais tiens-toi bien, les pommes étaient complètement sèches, pas une seule goutte d'eau sur elles !
- Comment que ça se fait ?
Vous pouvez leur résoudre l'énigme ?
réponse à . DiwanC le 19/01/2017 à 14h59 : Quand à la Saint Médard il tombe de la pluie, de la neige, de la g...
Ceci n'est pas une réponse à ton commentaire, mais important quand même : ton adresse courriel (prénom.nom@orange.fr) a été piratée. Je viens de recevoir un courriel me disant que tu as un service à me demander... Fais attention et préviens tes amis !
Je viens de recevoir çà également, il semble que ton carnet d'adresses a été piraté.


De : (DiwanC)

Date : 19/01/2017 16:57:16
A : richard.georges................
Sujet : J'attends ton message ?

Merci pour ta réponse juste un petit service, peux-tu me prêter 750EUR
en m'achetant 3 coupons recharge PCS Mastercard de 250EUR ? Car j'ai un
petit souci en déplacement pour une affaire je comptais faire un
aller-retour rapide, mais les choses se sont mal déroulé car mon sac qui
contenait (Mon téléphone ; carte de crédit, l'argent liquide) été
emporter suite a une agression tout ce dont je te demande, c'est de
m'acheter 3 coupons recharge PCS , pour régler quelques soucis afin de
rentrer au plus vite Sache que je te rembourserai la somme le même jour
de mon arrivée. Si tu es disposé à m'aider, je te dirai où tu
pourras les acheter


Voui qui c'est l'enfant de ( a votre choix ) qui nous pirate notre Germaine ?
Non mais qu'il pointe son museau et tu vas voir oû je lui plante la hallebarde....
Reçu la même chose. Etant donné les fautes d'orthographe le pirateur a peu de chances de se faire passer pour not' Germaine !
C'est peut-être un 'brouteur' d'Abidjan !
réponse à . joseta le 19/01/2017 à 16h33 : ÉNIGME - Écoute François, hier je rentrais chez moi avec un...
... ben... il avait mis les pommes sous son manteau, non ?
Sherlock
réponse à . ipels le 19/01/2017 à 18h47 : ... ben... il avait mis les pommes sous son manteau, non ? Sherlock...
Non, les pommes ne sont pas mouillées... parce que les pommes ont des pépins.
réponse à . joseta le 19/01/2017 à 19h09 : Non, les pommes ne sont pas mouillées... parce que les pommes ont des p&e...
... ah ! ... c'est comme une métonymie alors !
Plutôt synonymie; j'ignore s'il en est de même au Québec, mais en France, 'pépin' est synonyme de 'parapluie'.
réponse à . joseta le 19/01/2017 à 20h33 : Plutôt synonymie; j'ignore s'il en est de même au Qu&eacut...
Je savais pas.
Le Bref
Merci Filo, Richard68, Bouba, Memphis.

Désolée... Mon carnet d'adresses a été piraté et tous mes contacts ont disparu ! Plus de 300 adresses (famille, amis, associations, etc.) à reconstituer ! Mission impossible pour certaines !
Pour l'instant, je ne peux même plus ouvrir ma boîte "courriel" : mon mot de passe ne fonctionne plus et impossible de le changer.
Galère d'enfer !

J'ai appelé M'sieur Orange. Les connexions vont se rétablir mais bernique pour les adresses !

Pour signaler les piratages - si jamais ça vous arrive, ce que je ne vous souhaite pas, vous vous en doutez ! : abuse@orange.fr.

Bonne soirée à tous.
réponse à . Richard68 le 19/01/2017 à 17h25 : Je viens de recevoir çà également, il semble que ton carnet...
Bonsoir cher Richard...
Pourrais-tu effacer mon nom (J..... et la suite) s'il te plaît ? Je ne tiens pas à ce qu'il figure sur ce mêêêrveilleux site !
Sinon, pourquoi choisirions-nous des pseudo. ?
Merci !

Merci beaucoup d'avoir répondu à ma demande !
réponse à . DiwanC le 19/01/2017 à 21h25 : Merci Filo, Richard68, Bouba, Memphis. Désolée... Mon carnet d'ad...
Je suis désolé de la perte de ces adresses Germaine.
Le sentiment que j'éprouve envers ces individus sans scrupules qui sont capables de commettre ce genre d'actions est un mélange de colère et de peine. En outre, je regrette qu'ils puissent faire ça impunément.
réponse à . joseta le 19/01/2017 à 22h37 : Je suis désolé de la perte de ces adresses Germaine. Le sentiment ...
Merci !
C'est effectivement très désagréable... C'est comme si on était entré dans ma maison et dérobé des "objets" que des amis, des proches m'avaient confiés...

Cela dit, j'ai appris que le PCB n'était pas le "Physique-Chimie-Biologie" que préparaient naguère des étudiants.
C'est paraît-il une sorte de substance qui fait voir des éléphants roses...
En ce qui me concerne, le Lagon bleu me suffit !

réponse à . DiwanC le 19/01/2017 à 21h25 : Merci Filo, Richard68, Bouba, Memphis. Désolée... Mon carnet d'ad...
Quelle tuile.
J'espère qu'une ou plusieurs adresses vont pouvoir te permettre de reconstituer une partie du carnet.

Chez moi, PCB veut dire "printed circuit board", circuit imprimé ... et je ne vois pas le rapport.
A la rigueur, lancer un "Please Come Back" au carnet d'adresses ...

De tout cœur.

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Tomber / pleuvoir des hallebardes / des cordes » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

publicité
Expressio - le livre

Le contenu de ce site est si riche qu’un livre en a été tiré. Ce livre, devenu un best-seller est maintenant disponible en poche.

Ce commentaire ainsi que les réponses qui y sont liées, seront définitivement supprimés. Etes-vous sûr?