Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Etre dans le coaltar (coltar)

Etre à demi-inconscient ou hébété.

Origine

Le coaltar est un goudron, dérivé de la houille, contrairement au bitume, dérivé pétrolier, ou à la poix, matière obtenue à partir du bois.
Ce nom vient de l'anglais coal (charbon) et tar (goudron).
Quelqu'un à demi-inconscient a autant de difficulté à se mouvoir qu'une personne qui serait plongée dans ce liquide collant et visqueux.
Cette expression renforce 'être dans le cirage'.
Elle viendrait de l'époque où certains utilisateurs de ce produit dans des lieux insuffisamment ventilés devenaient hagards (et pas que Montparnasse ou Saint-Lazare) à force d'en respirer les émanations toxiques et ne devaient compter que sur d'autres personnes pour être extraits du lieu devenu dangereux pour eux.

Compléments

Outre la couverture des routes, le coaltar servait à enduire la coque des bateaux pour la protéger des algues et des parasites, et la rendre étanche, ou en certains endroits, le bas du mur extérieur des maisons pour empêcher la pénétration de l'humidité.
Il est intéressant de savoir qu'en Nouvelle-Calédonie, le mot coaltar, aussi écrit coltar, comme il se prononce, (mais pas 'coltard', comme on le trouve souvent) est autrement plus employé qu'en métropole :
  • Une "route coltarée" y est une route goudronnée,
  • "Se faire coltarer" par les gendarmes, c'est se prendre une amende.
Cela viendrait de l'armée américaine qui, pendant la guerre du Pacifique, aurait goudronné ('coltaré') les pistes de l'île qui ne connaissait pratiquement pas le goudron, à part à Nouméa.

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Etre dans le coaltar (coltar) » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Tunisie Arabe Deykh, masdoum HHébeté, choqué
Angleterre Anglais To be in cloud cuckoo-land Être dans le pays des nuages du cou-cou
Angleterre Anglais To be out to lunch Etre parti déjeuner
Angleterre Anglais To be zoned out "Etre dans une zone dehors"
États-Unis Anglais To be completely out of it Être complètement en dehors de [la situation] [=être inconscient de ce qui se passe]
Argentine Espagnol Estar en las nubes Etre dans les nuages
Espagne Espagnol Estar alelado Se sentir abruti (= Etre dans le coaltar)
Espagne Espagnol Estar pachucho Être patraque
Canada Français Etre en coltar Être choqué, être frustré
Italie Italien Essere rimbambiti, rincoglioniti Être étourdi, abruti
Pays-Bas Néerlandais Daas zijn Etre taon
Pays-Bas Néerlandais In de bonen zijn Être dans les haricots (être dans les vapes)
Pays-Bas Néerlandais In de lorum /lorem zijn (bijv. een feestroes) Êtres dans les vapes
Brésil Portugais Estar no mundo das núvens Etre au monde des nuages
Roumanie Roumain A fi groggy Etre "groggy"
Ajouter une traduction

Voir aussi


Commentaires sur l'expression « Etre dans le coaltar (coltar) » Commentaires

  • #1
    • cotentine
    • 03/09/2006 à 02:11
    tout dépend de l’état de fatigue ou de faiblesse ou de malaise ... il y a bien de nuances quand on est "dans le coaltar" ... on peut être seulement "vaseux", ou "dans le potage", et ça n’est pas trop grave, docteur, ... mais si on a "la tête dans l’c.." c’est déjà plus sérieux, le malaise ! ... et on peut aussi, au pire "être comateux"
    hé, oui, dans quel état j’erre ?
    vaut mieux que j’aille me coucher ! ce qui ne m’empêchera pas d’être dans le "coaltar" en me réveillant ! le temps que les neurones se remettent en place ! (surtout un dimanche) ... que la tasse de thé ait fait son effet et que la douche soit revigorante !
  • #2
    • chirstian
    • 03/09/2006 à 08:45*
    • En réponse à cotentine #1 le 03/09/2006 à 02:11 :
    • « tout dépend de l’état de fatigue ou de faiblesse ou de malaise ... il y a bien de nuances quand on est "dans le coaltar" ... on peut être se... »
    Amie Turpinic, je devine en vous une ancienne institutrice qui ,chaque soir, "était dans l’école tard" ,
    (et chaque matin "dans l’école tôt" : mais l’expression n’est pas répertoriée par God)
    Quant à "être comateuse" ( de "com" = comme, et "mateuse" = matheuse, forte en maths) , j’ai peine à l’imaginer : les institutrices n’ont jamais rien compris aux chiffres, et je vous imagine parler encore en anciens francs. Non, moi je vous vois plutôt "être comlittéreuse" (de "littereuse" = forte en littérature)
    Me groure-je , ou ai-je droit à un bon-point ?
  • #3
    • chirstian
    • 03/09/2006 à 09:41*
    certains utilisateurs de ce produit dans des lieux insufisamment ventilés devenaient hagards à force d’en respirer les émanations toxiques

    je connaissais l’expression ,mais j’en ignorais l’origine. Si j’ai tout compris, avant de fumer la moquette on fumait la chaussée ? On est donc passé d’une fumette extérieure à une fumette intérieure... Le coocooning , ou l’intériorisation du joint !
    Bon, c’est pas que je m’ennuie avec vous, mais je vais chez des amis, et je dois "être dans le costard" dans 5min . Bon dimanche à tous !
  • #4
    • <inconnu>
    • 03/09/2006 à 11:01*
    • En réponse à cotentine #1 le 03/09/2006 à 02:11 :
    • « tout dépend de l’état de fatigue ou de faiblesse ou de malaise ... il y a bien de nuances quand on est "dans le coaltar" ... on peut être se... »
    Ancienne instit peut-être mais "couche tard" ça c’est sur... je suis battu moi je n’arrive à tenir que jusqu’à 1h maxi... et le matin je suis pas trop dans le coaltar (je suis super content de savoir l’écrire comme il faut - merci God - j’ai pas envie de jouer avec 😉, par contre si quelqu’un (même un américain) veut me re-goudronner la cour pour pas cher je suis preneur.
  • #5
    • borikito
    • 03/09/2006 à 11:17
    • En réponse à chirstian #2 le 03/09/2006 à 08:45* :
    • « Amie Turpinic, je devine en vous une ancienne institutrice qui ,chaque soir, "était dans l’école tard" ,
      (et chaque matin "dans l’école tôt"... »
    les institutrices n’ont jamais rien compris aux chiffres,

    Et cela semble se confirmer lorsqu’elle évoque singulièrement (et au pluriel) ’ses neurones’ alors que ’son neurone’ semblerait plus approprié ?
    Ce neurone qui la laisse dans le col-tard lorsqu’elle se lève tôt.
    Mais avez-vous remarqué, aussi, l’heure à laquelle elle se couche, notre noctambule ?
    Si elle tricote un pull jusqu’à des heures aussi avancées, c’est probablement du XXXL ?
    A moins qu’elle ne préfère le tout simple X.
  • #6
    • cotentine
    • 03/09/2006 à 11:30
    • En réponse à chirstian #2 le 03/09/2006 à 08:45* :
    • « Amie Turpinic, je devine en vous une ancienne institutrice qui ,chaque soir, "était dans l’école tard" ,
      (et chaque matin "dans l’école tôt"... »
    presque doué l’ami Chirstian !
    Divin devin a presque droit à son "bon point". Ex instit. mais bonne en tout = bonne à rien ! lol Ne vous en déplaise, depuis l’an 2000, l’ €uro n’a presque pas de secrets pour moi ...
    Quant à Borikito ... je sais qu’il en a 2 ... ’neurones’, ... même qu’il est obligé d’incliner la tête le matin, au réveil, pour que ça fasse contact et qu’il sorte du coaltar, pas trop tard !
  • #7
    • borikito
    • 03/09/2006 à 11:52
    • En réponse à cotentine #6 le 03/09/2006 à 11:30 :
    • « presque doué l’ami Chirstian !
      Divin devin a presque droit à son "bon point". Ex instit. mais bonne en tout = bonne à rien ! lol Ne vous... »
    kssss ! kssss !
  • #8
    • <inconnu>
    • 03/09/2006 à 13:20*
    • En réponse à borikito #7 le 03/09/2006 à 11:52 :
    • « kssss ! kssss ! »
    Bori qui tôt colle tard, Turpi nique !...
    ou alors c’est l’inverse :
    Turpi nique Bori qui tôt se lève dans le col tard !
    bon après tout c’est votre aventure a vous, quel que soit le sens 😉
  • #9
    • <inconnu>
    • 03/09/2006 à 13:38*
    Merci aussi à God, je n’avais jamais eu à écrire ce mot et ne savait pas l’orthographier d’ailleurs. Cela est d’évidence, Dieu n’est pas dans le coaltar mais sait ce qu’il fait et ce qu’il dit. C’est rassurant pour nous terriens et terriennes.
    En équvalence, on dit aussi : "Avoir la tête dans le pâté"...
    Signé : Marconi.
  • #10
    • <inconnu>
    • 03/09/2006 à 14:00
    • En réponse à cotentine #6 le 03/09/2006 à 11:30 :
    • « presque doué l’ami Chirstian !
      Divin devin a presque droit à son "bon point". Ex instit. mais bonne en tout = bonne à rien ! lol Ne vous... »
    Madame Turpinic tricote un pull triplixelle, soit !
    Je pense qu’elle tricote pour un ancêtre Viking bien bâti et ayant oublié ses effets à bord de son drakkar parti à la dérive…
    Vous hébergez des clandestins ? Errent t’ils dans le coaltar au creux de la forêt ?
    Dites, commencez-vous vos ouvrages par les manches vu que vous habitez le département du même nom ? On dit les manches chaudes, est-ce vrai ?
    Ksss Ksss aussi.
  • #11
    • <inconnu>
    • 03/09/2006 à 14:04
    • En réponse à chirstian #3 le 03/09/2006 à 09:41* :
    • « certains utilisateurs de ce produit dans des lieux insufisamment ventilés devenaient hagards à force d’en respirer les émanations toxiques... »
    Avant on fumait la chaussée… c’est exact ! Mais il ne restait pas de traces vu que tout partait avec la marée…
    La Maréchaussée vous salue bien.
    Ps : "Dans le costard" vaut mieux que se prendre une veste…
  • #12
    • <inconnu>
    • 03/09/2006 à 16:35
    je confirme qu’on en met sur les coques de bateau, car comme on dit chez nous :
    "Va pas ch... de contr’ le canot (prononcez canote !)
    tu vas ramener ton slip plein de coltar"
    Conseil breton .
  • #13
    • mirlou
    • 03/09/2006 à 17:03
    • En réponse à cotentine #6 le 03/09/2006 à 11:30 :
    • « presque doué l’ami Chirstian !
      Divin devin a presque droit à son "bon point". Ex instit. mais bonne en tout = bonne à rien ! lol Ne vous... »
    Turpinic, comme chacun sait, les hommes ont plus que 2 neurones.... seulement, ils sont situés beaucoup plus bas....
    Le dimanche doit être le jour de repos de mon facteur, je ne reçois jamais mon expression préférée avant midi au moins...
  • #14
    • borikito
    • 03/09/2006 à 17:11*
    • En réponse à mirlou #13 le 03/09/2006 à 17:03 :
    • « Turpinic, comme chacun sait, les hommes ont plus que 2 neurones.... seulement, ils sont situés beaucoup plus bas....
      Le dimanche doit être... »
    Il y a les lève-(coal)tôt et les lève-(coal)tard.
    Peut-être GOD, dans sa grande mansuétude, a-t-il fait un sondage secret et ne délivre-t-il sa production qu’aux heures les plus favorables à chacun(e).
    Mâtin quelles attentions !
    On jurerait qu’il a les neurones bien placés et en nombre suffisant, LUI !
  • #15
    • <inconnu>
    • 03/09/2006 à 18:21
    • En réponse à mirlou #13 le 03/09/2006 à 17:03 :
    • « Turpinic, comme chacun sait, les hommes ont plus que 2 neurones.... seulement, ils sont situés beaucoup plus bas....
      Le dimanche doit être... »
    J’ai vérifié, c’est vrai ! Donc, l’avenir du monde passe par là... sidérant !
  • #16
    • OSCARELLI
    • 03/09/2006 à 20:24
    • En réponse à mirlou #13 le 03/09/2006 à 17:03 :
    • « Turpinic, comme chacun sait, les hommes ont plus que 2 neurones.... seulement, ils sont situés beaucoup plus bas....
      Le dimanche doit être... »
    Mon facteur, c’est pareil, mais comme je ne rentre que maintenant, aujourd’hui, il est pardonné...
    Je crois par contre que je vais devoir revoir la recette de mon engrais donnée vendredi: ce ne sont pas mes neurones que j’ai dans l’étalon: ce serait plutôt l’estomac...
    Si j’étais aussi atroce que toi, je dirais que les femmes ont bien 1 ou 2 neurones dans la calotte crânienne. C’est la raison pour laquelle elle ne hochent jamais la tête... Ca s’entendrait!
    Mais voilà, je ne suis pas vache, donc je n’ai rien dit!
  • #17
    • OSCARELLI
    • 03/09/2006 à 20:31
    • En réponse à cotentine #1 le 03/09/2006 à 02:11 :
    • « tout dépend de l’état de fatigue ou de faiblesse ou de malaise ... il y a bien de nuances quand on est "dans le coaltar" ... on peut être se... »
    Sans vouloir faire de peine à Chirstian (ce serait alors un homme de peine!), je crois que comateuse a une autre origine, chère Turpinic:
    com - comme tout le monde le sait, vient du latin et veut dire "avec". Bon.
    Cela étant posé, c’est ici que tout se complique. Si vous vous souvenez, ami(e)s lecteurs/lecteuses, de l’événement du 01 août de cette année, vous vous souviendrez certainement que c’est notre GOD international qui, dans tous ses états et dans son club de vacances (Club 2Med2) a instauré la fonction de Gentil Annie Mateur.
    Et bien, voilà l’origine: "mateuse" est les féminin de "mateur".
    Une co’-mateuse est donc une personne qui mate avec GOD.
    CQFD
  • #18
    • OSCARELLI
    • 03/09/2006 à 20:33
    • En réponse à borikito #14 le 03/09/2006 à 17:11* :
    • « Il y a les lève-(coal)tôt et les lève-(coal)tard.
      Peut-être GOD, dans sa grande mansuétude, a-t-il fait un sondage secret et ne délivre-t-il... »
    Après les coal-tôt et les coal-tard, svp ne pas oublier les coal-vert!
  • #19
    • OSCARELLI
    • 03/09/2006 à 20:36
    Avez-vous remarqué, les aminches? Framboise ne s’est pas manifestée aujourd’hui. Sans doute qu’elle n’était pas mûre, alors, elle a ramené sa fraise et se mire-tille dans le lac aux fées, avec Turpinic, sous l’oeil goguenard de Yannou, de service sur eau aujourd’hui...
  • #20
    • God
    • 03/09/2006 à 22:09*
    • En réponse à mirlou #13 le 03/09/2006 à 17:03 :
    • « Turpinic, comme chacun sait, les hommes ont plus que 2 neurones.... seulement, ils sont situés beaucoup plus bas....
      Le dimanche doit être... »
    Je rappelle donc encore une fois (et je ne me fais pas d’illusions, ce ne sera sûrement pas la dernière), que le dimanche, une sauvegarde générale du serveur ralentit considérablement ses performances (seule la partie qui gère les sites web est un peu privilégiée) et retarde les emails de plusieurs heures.
    Ce qui explique que, systématiquement, le 7e jour de la semaine, la livraison quotidienne accuse un retard que même Zola aurait considéré comme coupable.