Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Se regarder le nombril

Être égocentrique et prétentieux.
Ne s'intéresser qu'à soi.

Origine

Le nombril, c'est la trace de l'origine de quelqu'un. C'est par là que la vie lui a été donnée par sa mère.
Passer son temps à contempler cet endroit, c'est oublier, voire nier l'existence des autres, ne pas les considérer.
Cette attitude est aussi nommée le nombrilisme.

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Se regarder le nombril » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Algérie Arabe يشوف غير عند نبفو ychouf ghir 3and nifou Il ne voit guère loin de son nez
Allemagne Allemand Nabelschau betreiben Contempler son propre nombril
Grèce Grec Omfaloscopo Regarder son nombril
Angleterre Anglais To gaze at/contemplate one's navel Se contempler le nombril
États-Unis Anglais To be self-centered Être soi-centré
États-Unis Anglais To be stuck up Être collé (attaché/affiché/mis) en haut
Argentine Espagnol Ser ombligista Etre ombriliste
Espagne Espagnol Creerse el ombligo del mundo Il pense être le nombril du monde
Espagne Espagnol Mirarse el ombligo Se regarder le nombril
Espagne Espagnol No tiene abuela ! Il n'a pas de grand-mère ! (= Il se vente) (Les grand-mères ventent leur petits-enfants, et celui qui n'a pas de grand-mère doit se venter lui-même)
Puerto-Rico Espagnol Creerse el ombligo del mundo Se croire le nombril du monde
Canada Français Se prendre pour le nombril du monde Se croire supérieur à tous
Italie Italien Credersi il centro dell'universo Se croire le centre de l'univers
Belgique Néerlandais Navelstaren Avoir les yeux fixés sur le nombril
Pays-Bas Néerlandais Navelstaren Ne pas s'intéresser à son entourage, ne regarder que... son nombril
Norvège Norvégien En navelebeskuende menneske Une personne qui se regarde le nombril
Pologne Polonais Widzieć własny pępek Voir son (propre) nombril
Brésil Portugais Só olhar para o próprio umbigo Ne regarder que son nombril
Roumanie Roumain A fi buricul pamantului Être le nombril de la terre
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « Se regarder le nombril » Commentaires

  • #1
    • OSCARELLI
    • 29/06/2006 à 21:16
    Enfin, God, toi qui créa Adam et Eve, va donc leur expliquer cela. Ils te croiront, tiens!
  • #2
    • momolala
    • 27/01/2007 à 06:29
    Pour celles et ceux qui se demanderaient comment on a pu parvenir de l’ombilic au nombril voici l’explication du TLFi :
    "D’un lat. pop. *umbiliculus, dér. du lat. class. , v. ombilic par une série d’altérations; à partir du lat. pop. *umbiliculus on a eu régulièrement umblil (cf. Brut, ms. Munich, 1178 ds GDF. Compl.), puis par agglutination de l’art. déf. élidé *lonblil (d’où par dissimilation la forme lonbril rencontrée dans des var. ms. de Chr. de Troyes, v. T.-L.) et par agglutination de l’art. indéf. nomblil (WACE, loc. cit.), d’où est issue, par dissimilation du 1er -l-, la forme moderne."
    J’explique, au cas où ceux qui ont tendance à se regarder le nombril croiraient que leur nom y brille. Quand on lit ailleurs dans le TLFi que le nombril est également la "«cavité à la partie des fruits opposée à la queue» (Trév.)" on peut penser qu’avec un peu de souplesse, ils pourraient se regarder dans l’oeil qui leur renverrait leur image la plus fidèle (j’ai dit "ceux" au début de ce paragraphe !).
  • #3
    • <inconnu>
    • 27/01/2007 à 07:00
    Bonjour,
    Je signale qu’il existe une secte (à Paris notamment), les "adorateurs du nombril" où les participants méditent longuement en admirant leur nombril. Authentique.
  • #4
    • God
    • 27/01/2007 à 07:09
    • En réponse à <inconnu> #3 le 27/01/2007 à 07:00 :
    • « Bonjour,
      Je signale qu’il existe une secte (à Paris notamment), les "adorateurs du nombril" où les participants méditent longuement en admir... »
    Il paraît même qu’ils s’appellent des omphalopsiques. Ce qui semble évident, non ?
  • #5
    • momolala
    • 27/01/2007 à 07:17
    • En réponse à God #4 le 27/01/2007 à 07:09 :
    • « Il paraît même qu’ils s’appellent des omphalopsiques. Ce qui semble évident, non ? »
    omphalopsyques de (-psychie, du gr. «âme»). Je constate que la recherche pseudo-spirituelle y va souvent par 4 chemins !
  • #6
    • <inconnu>
    • 27/01/2007 à 07:20
    On peut même se "lècher le nombril"... c’est juste une question de souplesse !
    Enfin pour un grand singe comme moi... c’est facile 😉
  • #7
    • momolala
    • 27/01/2007 à 07:24
    • En réponse à <inconnu> #3 le 27/01/2007 à 07:00 :
    • « Bonjour,
      Je signale qu’il existe une secte (à Paris notamment), les "adorateurs du nombril" où les participants méditent longuement en admir... »
    Bonjour jc en minuscules ! Salut Bonobo ! La souplesse figurerait aussi au catalogue des tes vertus cardinales ! Jusqu’à quel point, souple, oserais-je le demander en associant ma contrib 2 et la tienne ? Je reste assise en attendant ta réponse !
  • #8
    • <inconnu>
    • 27/01/2007 à 08:20
    On peut peut-être ajouter à ces périples anatomiques, réels ou (pour ce qui est de celui de Bonobo) désopilants, le fait que le nombril est à peu près au centre du corps humain, ce qui a mené les Anciens comme les Bouddhistes à le considérer comme emblème du centre autant que de l’origine. D’où l’idéz de "nombril du monde" ( pour les Grecs le temple de Delphes, pour les Juifs la ville de Jérusalem). Regarder son propre nombril est donc aussi en un sens négliger le vrai centre spirituel, qui est ailleurs.
  • #9
    • momolala
    • 27/01/2007 à 08:28
    • En réponse à <inconnu> #8 le 27/01/2007 à 08:20 :
    • « On peut peut-être ajouter à ces périples anatomiques, réels ou (pour ce qui est de celui de Bonobo) désopilants, le fait que le nombril est... »
    En effet, je trouve très réducteur de chercher en un si petit point de notre anatomie, même s’il symbolise le lien à la mère si cher aux Juifs, de rapporter par ce moyen à l’individu une essence spirituelle à valeur universelle. Mais ce que tu décris est aussi ce qu’on appelle l’égocentrisme. Quant à celles et ceux qui se pensent le nombril du monde !
  • #10
    • <inconnu>
    • 27/01/2007 à 08:45*
    • En réponse à <inconnu> #6 le 27/01/2007 à 07:20 :
    • « On peut même se "lècher le nombril"... c’est juste une question de souplesse !
      Enfin pour un grand singe comme moi... c’est facile 😉... »
    On est étonné de la souplesse de certains !
    Tiens ! T’as qu’à voir ! y en a même qui se réveille la tête dans le c... ! Alors, cela ne m’étonne pas que tu puisses te lécher le nombril !
    Mais, à l’hyperlaxité des ligaments je préfère la souplesse d’esprit dont font preuve les membres de ce forum !
    Bonjour à tous et bon ouikinde (comme dit LPP)
  • #11
    • chirstian
    • 27/01/2007 à 08:56*
    pourquoi réduire l’expression à "se regarder son propre nombril"
    L’amour c’est aussi "se regarder mutuellement le nombril" , non ? (et plus si affinité), et je vous assure bien que, lorsque je contemple le nombril de ... , la définition " oublier, voire nier l’existence des autres, ne pas les considérer." ne me semble pas du tout appropriée.
    Mais il faut dire que son nombril !..... mais son nombril !... C’est la cible qui d’abord attire l’oeil, pour l’amener ensuite à explorer plus haut et plus bas. S’il n’avait pas ce rôle , pourquoi le placer là : il aurait pu être dans le dos, sous l’aisselle etc... Non ! Sa place est voulue par un Dieu qui, en même temps que l’homme et la femme, a inventé le désir. Et je suis certain qu’Adam avait aussi un nombril, juste pour le plaisir d’Eve , et que c’est seulement ensuite que Dieu lui a trouvé une utilité...
  • #12
    • chirstian
    • 27/01/2007 à 09:00
    • En réponse à <inconnu> #6 le 27/01/2007 à 07:20 :
    • « On peut même se "lècher le nombril"... c’est juste une question de souplesse !
      Enfin pour un grand singe comme moi... c’est facile 😉... »
    "On peut même se "lècher le nombril"... c’est juste une question de souplesse " . J’ai connu un gars qui était capable de lècher le nombril des femmes. Elles en étaient toutes folles !
    Bon, tu me diras, c’est pas compliqué : on sait tous le faire. Sauf que lui il leur lèchait... de l’intérieur !
  • #13
    • momolala
    • 27/01/2007 à 09:04
    • En réponse à chirstian #11 le 27/01/2007 à 08:56* :
    • « pourquoi réduire l’expression à "se regarder son propre nombril"
      L’amour c’est aussi "se regarder mutuellement le nombril" , non ? (et pl... »
    Cela me plaît bien, cette interprétation absente de toute diabolisation du désir, mais en l’occurrence, crois-tu que si Dieu il y a, il ait besoin de trouver une quelconque autre utilité au nombril ? A de rares exceptions, souvent criminelles, l’enfant qui naît est le fruit d’un désir réciproque entre ses géniteurs, même si ce n’est que dans l’instant de sa conception. Le désir est en soi un cadeau inattendu comme il se doit, et ma foi, si je devais croire en une déité, ce serait bien là l’occasion de le faire !
  • #14
    • momolala
    • 27/01/2007 à 09:06
    • En réponse à chirstian #12 le 27/01/2007 à 09:00 :
    • « "On peut même se "lècher le nombril"... c’est juste une question de souplesse " . J’ai connu un gars qui était capable de lècher le nombril... »
    C’est celui qu’on appelait "p’tite tête" alors ? 😉
  • #15
    • OSCARELLI
    • 27/01/2007 à 09:30
    Je cite (je m’en souviens pour l’avoir lu hier):
    Dans son ouvrage sur l’architecture, Vitruve, l’architecte, dit que la nature a ordonné le corps humain selon les normes suivantes: ... ... ...
    En ouvrant les jambespour perdre environ un quatorzième de sa taille et en écartant les bras jusqu’à ce que les doigts du milieu s’élèvent au niveau du sommet de la tête, le centre des membres étendus sera le nombril, ... ... ...

    tiré de "Le Code Da Vinci décrypté" de Simon Cox.
    C’est cet "Homme de Vitruve" que Leonardo Da Vinci a si bien su rendre dans son très fameux dessin où le corps humain a deux paires de bras...
    L’expression du jour est l’expression de la première étape, avant que l’être humain ne se prenne pour le nombril du monde... Ou serait-ce plutôt pour le non-brille du monde?
  • #16
    • chirstian
    • 27/01/2007 à 09:33
    • En réponse à momolala #2 le 27/01/2007 à 06:29 :
    • « Pour celles et ceux qui se demanderaient comment on a pu parvenir de l’ombilic au nombril voici l’explication du TLFi :
      "D’un lat. pop. *umb... »
    par dissimilation la forme lonbril
    j’aime bien le TLFI, mais ses étymologies ne sont pas toujours d’une clarté évidente !!!
    le latin umbilicus (=nombril) a donné le définitif umbiliculus , et le phénomène de dissimilation signifie que le premier l s’est différencié du second en devenant r
    pour former umbiriculus qui a abouti à ombril.
    On imagine - sans être certain- que le N qui s’est alors fixé devant le mot serait venu d’une fausse compréhension d’expressions comme "mon, ton, ou son ombril"...
  • #17
    • momolala
    • 27/01/2007 à 09:47
    • En réponse à chirstian #16 le 27/01/2007 à 09:33 :
    • « par dissimilation la forme lonbril
      j’aime bien le TLFI, mais ses étymologies ne sont pas toujours d’une clarté évidente !!!
      le latin umbili... »
    Tu es comme moi, dans l’expectative devant la transition entre l’ombilic et le nombril, le TLFi ne m’ayant pas convaincue de cette agglutination, pas plus que le Littré ni le Larrousse qui énoncent la même étymologie. D’autant que les uns et les autres la font remonter au latin populaire, mais latin quand même, où je ne me souviens pas que les déterminants aient pu se terminer par la consonne n, et où ils suivaient le nom déterminé : omblil tuum plutôt que tuum omblil, non ?
  • #18
    • momolala
    • 27/01/2007 à 09:51
    • En réponse à OSCARELLI #15 le 27/01/2007 à 09:30 :
    • « Je cite (je m’en souviens pour l’avoir lu hier):
      Dans son ouvrage sur l’architecture, Vitruve, l’architecte, dit que la nature a ordonné le... »
    C’est cette belle description géométrique qui révélerait la perfection des proportions du corps humain et justifierait son essence divine : pour nous faire aussi beaux, Il n’a pu nous faire qu’à son image, parfaite ! Notre nombril serait donc là pour rappeler notre différence avec notre créateur et justifierait la démarche des omphalopsyques évoqués ce matin par God. Mais alors, quid du nombril des autres mammifères ?
  • #19
    • <inconnu>
    • 27/01/2007 à 09:53
    • En réponse à momolala #2 le 27/01/2007 à 06:29 :
    • « Pour celles et ceux qui se demanderaient comment on a pu parvenir de l’ombilic au nombril voici l’explication du TLFi :
      "D’un lat. pop. *umb... »
    on peut penser qu’avec un peu de souplesse, ils pourraient se regarder dans l’oeil ..
    ou avoir recours à un miroir, ce qui explique que l’égo sans trique passe la journée à s’admirer....
    Nombrilistes du monde entier, je ne vous salue pas ! (mais je sais qu’il n’y en a pas ici !)
  • #20
    • momolala
    • 27/01/2007 à 09:58
    • En réponse à <inconnu> #19 le 27/01/2007 à 09:53 :
    • « on peut penser qu’avec un peu de souplesse, ils pourraient se regarder dans l’oeil ..
      ou avoir recours à un miroir, ce qui explique que l’ég... »
    Bonjour Petula ! Ce qui est sûr, c’est que Pepe a bien fait de partir en ouiquinde : cette expression ne vient certainement pas de la Marine ! Les deux yeux sur la ligne d’horizon ! Sinon comment pourrait-il nous raconter la lueur verte aux Sanguinaires ?
    l’égo sans trique passe la journée à s’admirer....
    le nombril ! Plus bas, ya plus personne !