Etre dans le coaltar (coltar) - dictionnaire des expressions françaises Expressio par Reverso - signification, origine, étymologie

Etre dans le coaltar (coltar)

Etre à demi-inconscient ou hébété.

Origine

Le coaltar est un goudron, dérivé de la houille, contrairement au bitume, dérivé pétrolier, ou à la poix, matière obtenue à partir du bois.
Ce nom vient de l'anglais coal (charbon) et tar (goudron).

Quelqu'un à demi-inconscient a autant de difficulté à se mouvoir qu'une personne qui serait plongée dans ce liquide collant et visqueux.

Cette expression renforce 'être dans le cirage'.
Elle viendrait de l'époque où certains utilisateurs de ce produit dans des lieux insuffisamment ventilés devenaient hagards (et pas que Montparnasse ou Saint-Lazare) à force d'en respirer les émanations toxiques et ne devaient compter que sur d'autres personnes pour être extraits du lieu devenu dangereux pour eux.

Compléments

Outre la couverture des routes, le coaltar servait à enduire la coque des bateaux pour la protéger des algues et des parasites, et la rendre étanche, ou en certains endroits, le bas du mur extérieur des maisons pour empêcher la pénétration de l'humidité.

Il est intéressant de savoir qu'en Nouvelle-Calédonie, le mot coaltar, aussi écrit coltar, comme il se prononce, (mais pas 'coltard', comme on le trouve souvent) est autrement plus employé qu'en métropole :

  • Une "route coltarée" y est une route goudronnée,
  • "Se faire coltarer" par les gendarmes, c'est se prendre une amende.
Cela viendrait de l'armée américaine qui, pendant la guerre du Pacifique, aurait goudronné ('coltaré') les pistes de l'île qui ne connaissait pratiquement pas le goudron, à part à Nouméa.

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Etre dans le coaltar (coltar) » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
Angleterreen To be out to lunchEtre parti déjeuner
Angleterreen To be zoned out"Etre dans une zone dehors"
Argentinees Estar en las nubes.Etre dans les nuages.
Espagnees Estar pachuchoÊtre patraque
Italieit Essere rimbambiti, rincoglionitiÊtre étourdi, abruti
Pays-Basnl in de bonen zijnêtre dans les haricots (être dans les vapes)
Pays-Basnl Daas zijnEtre taon
Brésilpt Estar no mundo das núvensEtre au monde des nuages

Voir aussi

Vos commentaires
tout dépend de l’état de fatigue ou de faiblesse ou de malaise ... il y a bien de nuances quand on est "dans le coaltar" ... on peut être seulement "vaseux", ou "dans le potage", et ça n’est pas trop grave, docteur, ... mais si on a "la tête dans l’c.." c’est déjà plus sérieux, le malaise ! ... et on peut aussi, au pire "être comateux"
hé, oui, dans quel état j’erre ?
vaut mieux que j’aille me coucher ! ce qui ne m’empêchera pas d’être dans le "coaltar" en me réveillant ! le temps que les neurones se remettent en place ! (surtout un dimanche) ... que la tasse de thé ait fait son effet et que la douche soit revigorante !
réponse à . cotentine le 03/09/2006 à 02h11 : tout dépend de l’état de fatigue ou de faiblesse ou de malai...
Amie Turpinic, je devine en vous une ancienne institutrice qui ,chaque soir, "était dans l’école tard" ,
(et chaque matin "dans l’école tôt" : mais l’expression n’est pas répertoriée par God)
Quant à "être comateuse" ( de "com" = comme, et "mateuse" = matheuse, forte en maths) , j’ai peine à l’imaginer : les institutrices n’ont jamais rien compris aux chiffres, et je vous imagine parler encore en anciens francs. Non, moi je vous vois plutôt "être comlittéreuse" (de "littereuse" = forte en littérature)
Me groure-je , ou ai-je droit à un bon-point ?
certains utilisateurs de ce produit dans des lieux insufisamment ventilés devenaient hagards à force d’en respirer les émanations toxiques
je connaissais l’expression ,mais j’en ignorais l’origine. Si j’ai tout compris, avant de fumer la moquette on fumait la chaussée ? On est donc passé d’une fumette extérieure à une fumette intérieure... Le coocooning , ou l’intériorisation du joint !

Bon, c’est pas que je m’ennuie avec vous, mais je vais chez des amis, et je dois "être dans le costard" dans 5min . Bon dimanche à tous !
réponse à . cotentine le 03/09/2006 à 02h11 : tout dépend de l’état de fatigue ou de faiblesse ou de malai...
Ancienne instit peut-être mais "couche tard" ça c’est sur... je suis battu moi je n’arrive à tenir que jusqu’à 1h maxi... et le matin je suis pas trop dans le coaltar (je suis super content de savoir l’écrire comme il faut - merci God - j’ai pas envie de jouer avec , par contre si quelqu’un (même un américain) veut me re-goudronner la cour pour pas cher je suis preneur.
réponse à . chirstian le 03/09/2006 à 08h45 : Amie Turpinic, je devine en vous une ancienne institutrice qui ,chaque soir, "&e...
les institutrices n’ont jamais rien compris aux chiffres,
Et cela semble se confirmer lorsqu’elle évoque singulièrement (et au pluriel) ’ses neurones’ alors que ’son neurone’ semblerait plus approprié ?
Ce neurone qui la laisse dans le col-tard lorsqu’elle se lève tôt.
Mais avez-vous remarqué, aussi, l’heure à laquelle elle se couche, notre noctambule ?
Si elle tricote un pull jusqu’à des heures aussi avancées, c’est probablement du XXXL ?
A moins qu’elle ne préfère le tout simple X.
réponse à . chirstian le 03/09/2006 à 08h45 : Amie Turpinic, je devine en vous une ancienne institutrice qui ,chaque soir, "&e...
presque doué l’ami Chirstian !
Divin devin a presque droit à son "bon point". Ex instit. mais bonne en tout = bonne à rien ! lol Ne vous en déplaise, depuis l’an 2000, l’ €uro n’a presque pas de secrets pour moi ...
Quant à Borikito ... je sais qu’il en a 2 ... ’neurones’, ... même qu’il est obligé d’incliner la tête le matin, au réveil, pour que ça fasse contact et qu’il sorte du coaltar, pas trop tard !
réponse à . cotentine le 03/09/2006 à 11h30 : presque doué l’ami Chirstian ! Divin devin a presque droit &a...
kssss ! kssss !
Bori qui tôt colle tard, Turpi nique !...
ou alors c’est l’inverse :
Turpi nique Bori qui tôt se lève dans le col tard !

bon après tout c’est votre aventure a vous, quel que soit le sens 
Merci aussi à God, je n’avais jamais eu à écrire ce mot et ne savait pas l’orthographier d’ailleurs. Cela est d’évidence, Dieu n’est pas dans le coaltar mais sait ce qu’il fait et ce qu’il dit. C’est rassurant pour nous terriens et terriennes.

En équvalence, on dit aussi : "Avoir la tête dans le pâté"...
Signé : Marconi.
réponse à . cotentine le 03/09/2006 à 11h30 : presque doué l’ami Chirstian ! Divin devin a presque droit &a...
Madame Turpinic tricote un pull triplixelle, soit !
Je pense qu’elle tricote pour un ancêtre Viking bien bâti et ayant oublié ses effets à bord de son drakkar parti à la dérive…
Vous hébergez des clandestins ? Errent t’ils dans le coaltar au creux de la forêt ?

Dites, commencez-vous vos ouvrages par les manches vu que vous habitez le département du même nom ? On dit les manches chaudes, est-ce vrai ?

Ksss Ksss aussi.
réponse à . chirstian le 03/09/2006 à 09h41 : certains utilisateurs de ce produit dans des lieux insufisamment ventilé...
Avant on fumait la chaussée… c’est exact ! Mais il ne restait pas de traces vu que tout partait avec la marée…

La Maréchaussée vous salue bien.

Ps : "Dans le costard" vaut mieux que se prendre une veste…
je confirme qu’on en met sur les coques de bateau, car comme on dit chez nous :
"Va pas ch... de contr’ le canot (prononcez canote !)
tu vas ramener ton slip plein de coltar"
Conseil breton .
réponse à . cotentine le 03/09/2006 à 11h30 : presque doué l’ami Chirstian ! Divin devin a presque droit &a...
Turpinic, comme chacun sait, les hommes ont plus que 2 neurones.... seulement, ils sont situés beaucoup plus bas....
Le dimanche doit être le jour de repos de mon facteur, je ne reçois jamais mon expression préférée avant midi au moins...
réponse à . mirlou le 03/09/2006 à 17h03 : Turpinic, comme chacun sait, les hommes ont plus que 2 neurones.... seulement, ...
Il y a les lève-(coal)tôt et les lève-(coal)tard.
Peut-être GOD, dans sa grande mansuétude, a-t-il fait un sondage secret et ne délivre-t-il sa production qu’aux heures les plus favorables à chacun(e).
Mâtin quelles attentions !
On jurerait qu’il a les neurones bien placés et en nombre suffisant, LUI !
réponse à . mirlou le 03/09/2006 à 17h03 : Turpinic, comme chacun sait, les hommes ont plus que 2 neurones.... seulement, ...
J’ai vérifié, c’est vrai ! Donc, l’avenir du monde passe par là... sidérant !
réponse à . mirlou le 03/09/2006 à 17h03 : Turpinic, comme chacun sait, les hommes ont plus que 2 neurones.... seulement, ...
Mon facteur, c’est pareil, mais comme je ne rentre que maintenant, aujourd’hui, il est pardonné...
Je crois par contre que je vais devoir revoir la recette de mon engrais donnée vendredi: ce ne sont pas mes neurones que j’ai dans l’étalon: ce serait plutôt l’estomac...
Si j’étais aussi atroce que toi, je dirais que les femmes ont bien 1 ou 2 neurones dans la calotte crânienne. C’est la raison pour laquelle elle ne hochent jamais la tête... Ca s’entendrait!
Mais voilà, je ne suis pas vache, donc je n’ai rien dit!
réponse à . cotentine le 03/09/2006 à 02h11 : tout dépend de l’état de fatigue ou de faiblesse ou de malai...
Sans vouloir faire de peine à Chirstian (ce serait alors un homme de peine!), je crois que comateuse a une autre origine, chère Turpinic:
com - comme tout le monde le sait, vient du latin et veut dire "avec". Bon.

Cela étant posé, c’est ici que tout se complique. Si vous vous souvenez, ami(e)s lecteurs/lecteuses, de l’événement du 01 août de cette année, vous vous souviendrez certainement que c’est notre GOD international qui, dans tous ses états et dans son club de vacances (Club 2Med2) a instauré la fonction de Gentil Annie Mateur.
Et bien, voilà l’origine: "mateuse" est les féminin de "mateur".
Une co’-mateuse est donc une personne qui mate avec GOD.
CQFD
réponse à . borikito le 03/09/2006 à 17h11 : Il y a les lève-(coal)tôt et les lève-(coal)tard. Peut-&ecir...
Après les coal-tôt et les coal-tard, svp ne pas oublier les coal-vert!
Avez-vous remarqué, les aminches? Framboise ne s’est pas manifestée aujourd’hui. Sans doute qu’elle n’était pas mûre, alors, elle a ramené sa fraise et se mire-tille dans le lac aux fées, avec Turpinic, sous l’oeil goguenard de Yannou, de service sur eau aujourd’hui...
réponse à . mirlou le 03/09/2006 à 17h03 : Turpinic, comme chacun sait, les hommes ont plus que 2 neurones.... seulement, ...
Je rappelle donc encore une fois (et je ne me fais pas d’illusions, ce ne sera sûrement pas la dernière), que le dimanche, une sauvegarde générale du serveur ralentit considérablement ses performances (seule la partie qui gère les sites web est un peu privilégiée) et retarde les emails de plusieurs heures.
Ce qui explique que, systématiquement, le 7e jour de la semaine, la livraison quotidienne accuse un retard que même Zola aurait considéré comme coupable.
réponse à . God le 03/09/2006 à 22h09 : Je rappelle donc encore une fois (et je ne me fais pas d’illusions, ce ne ...
c’est pourtant facile de contourner cette difficulté : pour que la sauvegarde ne perturbe pas le fonctionnement de la journée, il suffit de la faire la veille ou le lendemain.
Ne me remerciez pas : quand Hobbes n’est pas là, je suis préposé aux perfectionements.
"Quand il n’y a pas de solution, c’est qu’il n’y a pas de problème" (proverbe Shadocks)
Quand les autres se font coaltarer par les gendarmes, chez moi, on se fait empéguermais comme on est aussi empégué si on a un peut trop bu, c’est sûr qu’on est coaltaré. Mais bon, comme disait l’autre, même motif, même punition.
réponse à . file_au_logis le 03/09/2006 à 20h36 : Avez-vous remarqué, les aminches? Framboise ne s’est pas manifest&e...
Framboise est allée au salon Valériane à Namur et en est revenue "à ramasser à la petite cuiller": même plus la force de regarder espressio.fr!!!
Lundi prochain, les ceusses qui iront applaudir Marc Herman: signalez-vous comme adeptes d’expressio, que je puisse vous repérer sous le chapiteau, merci. 
réponse à . framboise le 04/09/2006 à 14h53 : Framboise est allée au salon Valériane à Namur et en est r...
Comme file-au-logis ne sait pas se joindre à nous le lundi, on s’est donné RV dimanche soir vers 20h30, sous le chapiteau....On essaiera de se réserver une table ?
réponse à . framboise le 04/09/2006 à 14h53 : Framboise est allée au salon Valériane à Namur et en est r...
Moi j’y suis allée vendredi au salon Valériane ,et j’étais sur les genoux en rentrant.

@ Mirlou ;impossible pour moi dimanche, j’en suis bien triste!
réponse à . mirlou le 04/09/2006 à 17h03 : Comme file-au-logis ne sait pas se joindre à nous le lundi, on s’es...
je dois voir si c’est possible. Pas motorisé et séjour court à Bxl. A Voir.
Je pars mardi (demain) à Berlin et rentre mercredi soir....  ))
Je dois d’abord m’organiser... Voir aussi avec les autres habitants de Sart... et ceux de Bruxelles aussi...
réponse à . file_au_logis le 04/09/2006 à 20h28 : je dois voir si c’est possible. Pas motorisé et séjour court...
Moi, c’est quand on veut. Faites des propositions tous et on s’organisera en fonction...
réponse à . God le 03/09/2006 à 22h09 : Je rappelle donc encore une fois (et je ne me fais pas d’illusions, ce ne ...
"(et je ne me fais pas d’illusions, ce ne sera sûrement pas la dernière)"

Et qui c’est qui avait proposé un "Help", auquel notre Godadoré n’aurait qu’à se référer ("cfr Help 4.2.9") au lieu de taper toutes ses explic en présumant qu’il aura encore à le faire ??
Hein, qui l’avait suggéré ?
...
Oui, les priorités, d’accord; il n’empêche !

Ingén-Hobbes
réponse à . louisann le 04/09/2006 à 17h39 : Moi j’y suis allée vendredi au salon Valériane ,et j’&...
j’étais sur les genoux en rentrant
de qui ? Je préfére savoir , ne cherche pas à me ménager...
réponse à . HoubaHOBBES le 05/09/2006 à 09h52 : "(et je ne me fais pas d’illusions, ce ne sera sûrement pas la derni...
Désolé mon canard en sucre adoré de retour, mais ce genre de précision n’a strictement rien à faire dans une aide en ligne.
Par contre, dans une FAQ que personne ne lit plus que l’aide en ligne, oui.

Parce que, quand même, tu oublies l’expérience du bonhomme qu’il en a développé des solutions très diverses avec de beaux manuels tout explicatifs et de belles aides en ligne bien complètes et qui a toujours vu le standard de la ligne chaude sauter parce que des quantités d’utilisateurs feignasses refusent de chercher à lire ce qu’on leur a pourtant mitonné au petits oignons.
réponse à . chirstian le 05/09/2006 à 09h52 : j’étais sur les genoux en rentrant de qui ? Je préf&ea...
Sur les miens uniquement!
réponse à . God le 03/09/2006 à 22h09 : Je rappelle donc encore une fois (et je ne me fais pas d’illusions, ce ne ...
Tout le monde le sait maintenant
Depuis plus de deux mille ans
Pour God, le septième jour
C’est du repos, toujours.

Recevoir son expression
Le dimanche avant la messe
N’est que pure aberration,
Billevesées, fausses promesses

Soyons un peu raisonnables
Cela semble indispensable,
Laissons God se reposer,
Evitons de l’indisposer.

Foin des excuses un rien faiblardes
Ne parlons plus de sauvegardes
Le dimanche, God se repose
Et nos neurones sont en pause.
réponse à . God le 05/09/2006 à 10h00 : Désolé mon canard en sucre adoré de retour, mais ce genre d...
Aaah, on sent l’expérience du gars qui écrit de belles procédures que les utilisateurs n’ont plus qu’à suivre docilement, et qu’ils parviennent quand même à oublier de consulter avant d’appuyer sur "enter" après avoir tapé innocemment "format c:" sous DOS... Les utilisateurs ? Rien que des abrutis qui ne sont capables que d’une seule réponse à la question "que s’est-il passé ? " : ils rétorquent - accusateurs- "Chai pas , j’ai rien fait pourtant !", le "pourtant" semblant pouvoir les disculper automatiquement .
Aaaah , ça sent le vécu, ça madame !
Bienvenue au club des ignorés, des travailleurs de l’ombre, des gratte-menu du mode d’emploi, bref de tous ces bienfaiteurs de l’humanité (et je pèse mes mots!) sans qui les choses ne tourneraient simplement pas (et l’an 2000, c’est quand même bien grâce au travail acharné des informaticiens qu’il est arrivé l’an 2000 , hein ?).
Ne t’inquiète pas Godichou, on est avec Toi !

Compréhensi-Hobbes
réponse à . <inconnu> le 05/09/2006 à 12h14 : Tout le monde le sait maintenant Depuis plus de deux mille ans Pour God, le sept...
Tiens tiens, Je pensais lire du Cihrtanis, mais non, c’est du loulou !
Joli joli, tout cela, mais quand tu dis "Depuis plus de deux mille ans", tu le rajeunis abusivement notre p’tit God : l’Univers daterait dit-on de pratiquement 13 milliards d’années...

Nous sommes bien peu de chose,
et mon amie l’arrose
me l’Hardy ce matin
(quel journal!)

Astron-Hobbes
réponse à . <inconnu> le 05/09/2006 à 12h14 : Tout le monde le sait maintenant Depuis plus de deux mille ans Pour God, le sept...
Heure et gageure ne riment malheureusement pas, mon p’tit loup...
réponse à . Rikske le 06/09/2006 à 09h38 : Heure et gageure ne riment malheureusement pas, mon p’tit loup......
A trop vouloir utiliser
Des mots en partie périmés
J’en oublie de vérifier
Si les rimes sont associées.

L’orthographe était présente
Mais la rime était absente
J’ai glissé le mot gageure,
Résultat : pan sur la hure !

Et je m’en trouve fort marri
Déconfit, au pilori
Pour avoir rimes publié
Sans vouloir tout vérifier.

Maitre, pardonnez mon offense
Que dire de plus pour ma défense ?
Devant vous je prends le risque
D’arriver sur mes ménisques

Si je passe vers Bruxelles
Retrouvons-nous sous la tonnelle,
Pour partager une ou deux Gueuzes
Servies fraiches, un peu mousseuses.


NB : La gageure, ayant raté son heure, s’est perdue dans les promesses d’une messe.
réponse à . God le 05/09/2006 à 10h00 : Désolé mon canard en sucre adoré de retour, mais ce genre d...
"Désolé mon canard en sucre adoré "

Pour sûr, maintenant, je pense que je vais t’appeler "mon lapin" (cfr : le bonheur est dans le pré) !
réponse à . <inconnu> le 06/09/2006 à 11h18 : A trop vouloir utiliser Des mots en partie périmés J’en oub...
avoir fait de tels vers, c’était une gageure
en voyant son erreur, c’est là que le gars jure
que s’il refait l’erreur il aura un gage,hure
écrasée à boire, ou toute autre gras-jus-re*

* oui, bon je sais ,mais les licences poétiques, ça existe,non ?
réponse à . <inconnu> le 06/09/2006 à 11h18 : A trop vouloir utiliser Des mots en partie périmés J’en oub...
OK pour les gueuzes, mais pourquoi seulement une ou deux ?
réponse à . chirstian le 07/09/2006 à 12h19 : avoir fait de tels vers, c’était une gageure en voyant son erreur, ...
Hahaaaa ! Je vois que Lapin a déjà réagi (voyez mon commentaire sur l’expressio du 7) . Ch’est chuper !
Les licences poétiques , c’est comme les priorités de programmation sur ce forum : c’est pas moi qui choisis !!
réponse à . Rikske le 07/09/2006 à 12h21 : OK pour les gueuzes, mais pourquoi seulement une ou deux ?...
Parce qu’il faut bien démarrer.... et que le vers
"Pour partager une bonne dizaine de Gueuzes"
s’il était tentant festivement parlant, me plaisait beaucoup moins musicalement parlant.... 
réponse à . HoubaHOBBES le 05/09/2006 à 14h15 : Tiens tiens, Je pensais lire du Cihrtanis, mais non, c’est du loulou ...
Je parlais de l’âge du texte nous le révélant et non de son âge plus que respectable. Il a encore bon pied bon œil et le cerveau vif notre God préféré pour 13 milliards d’années.
réponse à . <inconnu> le 07/09/2006 à 14h41 : Parce qu’il faut bien démarrer.... et que le vers "Pour partager...
j’approuve : la musique d’un vers ne doit jamais être sacrifié !
"pour partager deux cent dix geuzes"
par contre, eut été musicalement irréprochable.
(mais peut être un peu ambitieux ?... pour un début ! )
réponse à . <inconnu> le 07/09/2006 à 14h45 : Je parlais de l’âge du texte nous le révélant et non d...
C’est vrai loulou, et même qu’Il serait éternel, notre Lapin !
L’étrenité dans le futur, je peux bien m’imaginer ce que c’est (long, surtout vers la fin comme disait Woody Allen) mais, l’éternité AVANT : alors, là, je me perds.
Qu’est-ce qu’Il pouvait bien f... avant la création ? (je crois que c’est Coluche qui posait cette question).
Y a quéqun qu’a une idée ?
réponse à . HoubaHOBBES le 07/09/2006 à 17h09 : C’est vrai loulou, et même qu’Il serait éternel, notre ...
Il tirait des plans sur la comète...
C’est trou blanc : y avait pas encore de comète !!
Ni de plans d’ailleurs ... Alors que faisait Il avant .....?
Perplex-Hobbes
réponse à . HoubaHOBBES le 08/09/2006 à 10h04 : C’est trou blanc : y avait pas encore de comète !! Ni de ...
Il devait être adolescent et persévérait dans l’apprentissage du lancer de cailloux.
Cela juste avant de Big Banganiser à tout va…
Primo délinquant quoi mais chut, pas le dire trop haut…
Aujourd’hui, il regrette tous les morpions (nous) qui le grattouillent…
réponse à . <inconnu> le 08/09/2006 à 10h45 : Il devait être adolescent et persévérait dans l’appren...
Y avait pas de cailloux non plus ...
Desperad-Hobbes
Si ! Il évoluait dans le virtuel...
Tu crois ? Je pensais que même le virtuel n’existait pas ...
Abs-Hobbes
réponse à . HoubaHOBBES le 08/09/2006 à 15h01 : Tu crois ? Je pensais que même le virtuel n’existait pas ... Ab...
Ca s’appelle un plan B chez nous !
réponse à . chirstian le 07/09/2006 à 15h20 : j’approuve : la musique d’un vers ne doit jamais être sac...
Ambitieux, certes mais par rapport à notre misérable échelle humaine, parce que notre Godinou Lapinou préféré aurait un ratio bière/heure plus que misérable....
N’y a pas de coaltar chez Georges (l’autre !) mais il y a du goudron... Que c’est pratiquement tout pareil nous dit notre Georges-Lapin-de-Houba [@37] :

Y a dans la chambre une odeur
D’amour tendre et de goudron,
Ça vous met la joie au cœur,
La peine aussi, et c’est bon.
..........
C’est là le sort de la marine
[Donc l’expression vient de la marine. Si, si !]
Et de toutes nos petites chéries
On accoste, mais on devine
Qu’ça ne sera pas le paradis
.

Le poème et la chanson.
Tour de France
Le sprinter est dans le col tard.
HISTOIRE ANAGRAMMATIQUE
Allé radar contesté
Enclot saleté radar
É ! Ôtant radar scellé
Étalons radar celte

Y a-t-il des accords entre Djibouti et la France pour le paiement des excès de vitesse ?
Il ne gazait pas parce qu’il était déjà dans le gaz.
J’y suis encore, mais je n’y resterai pas, dans le coaltar ! J’attends que mon deuxième neurone s’éveille avec le jour, s’il arrive. En attendant, depuis la brume électrique, je vous souhaite une vraie journée pleine et savoureuse.
DÉFORMÉE
Être dans son costard

Hier, c’était "se mettre sur son 31". Décidément...
PARONYME
Colcotar : peroxyde rouge de fer.
réponse à . HoubaHOBBES le 07/09/2006 à 17h09 : C’est vrai loulou, et même qu’Il serait éternel, notre ...
Qu’est-ce qu’Il pouvait bien f... avant la création ? (je crois que c’est Coluche qui posait cette question).

Il a fallu attendre plus de sept ans pour connaître la réponse à l’angoissante question que tu poses.Ce n’est pas Coluche qui l’a posée en premier mais les évêques qui ont participé au concile de Nicée en 325. Et la réponse n’est arrivée qu’un siècle plus tard par Augustin d’Hippone qui suggéra que "Dieu avait consacré ce temps à construire un enfer spécial pour ceux qui posent de telles questions".

Te voilà fixé. Bonne journée quand même  Et mieux vaut (coal) tard que jamais !
"Se faire coltarer" par les gendarmes
Jadis, en argot parisien, on se faisait poisser. Est-ce que les gendarmes ont les doigts qui collent ?
réponse à . momolala le 03/01/2014 à 07h40 : J’y suis encore, mais je n’y resterai pas, dans le coaltar ! J&...
la brume électrique
avec les morts confédérés ?
L’action se passe à côté de la Nouvelle Orléans, ou alors, la dite brume s’est salement déplacée !
réponse à . HoubaHOBBES le 07/09/2006 à 17h09 : C’est vrai loulou, et même qu’Il serait éternel, notre ...
Le Bon Dieu s’ennuyait. cette page
Par pure curiosité, suis allée voir ce qu’Alain Rey pouvait bien dire concernant "coaltar/coltar". Eh bien, je ne suis pas déçue car, comme prévu, il ne dit rien ! Normal.

Une fois dans le "Rey", j’ai secoué les pages jusqu’à goudron - mot emprunté à l’arabe d’Égypte - qui apparaît catran en 1195, puis goutren (1309), gotran (1381), gouderon (1611).

Goudron va donner goudronner - qu’on écrivait goutrenner en 1457, employant ainsi un terme de marine - puis goudronneurguoildronneur en 1532.

Aut’ chose : dans quelle brume djiboutienne Bouba s’est-il perdu ? Voilà trois jours qu’il nous laisse dans le coaltar*.
* Yes ! j’ l’ai eu !  
réponse à . DiwanC le 03/01/2014 à 11h26 : Par pure curiosité, suis allée voir ce qu’Alain Rey pouvait ...
De là à penser que les goudronneurs en tiennent une couche. (Mac Adam)
réponse à . DiwanC le 03/01/2014 à 11h26 : Par pure curiosité, suis allée voir ce qu’Alain Rey pouvait ...
Normal
Assez normal pour un dictionnaire de la langue française. L’équivalent de "tar" c’est notre goudron de pin dont on badigeonne les plaies des arbres et les sabots des chevaux.
C’est peut-être celui-là dont Richard Coeur de Lion voulait qu’on enduise la tête des voleurs avant d’y répandre un coussin de plumes, sur les bateaux en partance pour Jérusalem.

cette page
réponse à . SyntaxTerror le 03/01/2014 à 12h29 : NormalAssez normal pour un dictionnaire de la langue française. L’&...
Traduc Google : « et de goudron bouillant sera versé sur sa tête, et les plumes d’un coussin est secoué dessus de sa tête »
réponse à . SyntaxTerror le 03/01/2014 à 12h29 : NormalAssez normal pour un dictionnaire de la langue française. L’&...
D’abord sa tête sera rasée comme celle d’un combattant payé (ou mercenaire?) (comme ça le goudron et les plumes collent bien)...afin que le public le voie...
[...] On s’enfonçait dans cette pluie qui brouillait le paysage... les rues... le Kremlin-Bicêtre où j’avais traîné les galoches de mon enfance... hanté ce marché aux puces pour fourguer je ne sais quelle saloperie... camelote de mon petit marché noir pendant l’Occupe...
Ce temps, cette purée grise c’était bien ce qu’il fallait pour la circonstance, j’étais coincé dans la chtourbe... dans le coaltar. On n’est jamais à la fête quand on suit l’enterrement d’une personne qu’on aime, mais là j’en rajoutais avec mes argousins de protection rapprochée.


Extrait de Mourir d’enfance, d’Alphonse Boudard, un des rares écrivains à pouvoir s’exprimer comme un garçon de la rue dans une phrase et à pouvoir employer l’imparfait du subjonctif dans la phrase suivante si la narration l’impose.

Dans cet passage, Boudard , emprisonné pour quelque méfait, assiste – sous surveillance –à l’enterrement de sa mère..

Chtourbe : mot d’argot, vous vous en doutez, correspondant à "chandelle éteinte", par extension "la mort".
J’en profite, pour une fois que Sa Divinité ne donne pas d’exemple en haut de page... 
Décidément, chaque fois que j’essaie de lire cette phrase proustienne, j’ai l’impression de faire la nage du chien dans un miasme composé d’une part de coaltar et d’autre part d’une sorte de chaîne serpentine de lettres déformées sur la page, telle une bête dont on distingue ni la tête ni la queue qui s’agite en se tortillant et qui fait de temps à autre un soubresaut, de sorte que la nausée qui s’empare de moi me colle tard dans la nuit.
DEVINETTE
Quel est l’acteur qui pèse toujours l’emballage vide ?
- Darry Cowl, parce que Cowl tare.
Chez moi le coaltar serve à réparer les fissures et les nids de poule dans les rues. (Le truc avec le coaltar et les plumes, tar and feathering, est un peu désuet) Mais avec les extrêmes de température ici dans le Midwest, ça ne dure pas longtemps et on est obligé de tout recommencer. En plus en été des fois le goudron fond un peu. Si vous conduisez la-dessus vous aurez du goudron dans votre garage. Quelqu’un qui trouve une meilleure solution pourrait faire fortune.
avec mon esprit un peu (même beaucoup tordu...), pourquoi pas le col tôt ?
On serait in peu plus dans le brouillard marchand au radar... ou volant en PSV
réponse à . lalibellule1946 le 03/01/2014 à 15h54 : Décidément, chaque fois que j’essaie de lire cette phrase pr...
Dans les chaudes et désertiques plaines du far-far-west quand venait la nuit profonde, sombre, silencieuse, à peine éclairer par quelques pâles étoiles et un fin rayon de lune, ultime manifestation d’un dernier quartier qui, dans quelques jours, grossirait, s’arrondirait pour ressembler au disque d’or célébré par tant et tant de délicieux, graves ou souriants poètes, il s’avançait sans presser le pas de sa monture docile presque soumise, obéissant à la moindre pression des genoux ou des éperons, à la moindre sollicitation des rênes, il s’avançait fier, altier, triomphant même et tenant solidement en main son colt, ardent défenseur des causes justes, prêt à tirer plus vite que l’ombre qui se profilait sur le sable rouge de la piste.

cette page
C’est épuisant ton jeu, chère Libellule ! 
réponse à . charmagnac le 03/01/2014 à 12h01 : De là à penser que les goudronneurs en tiennent une couche. (Mac A...
Les routes en béton frais sont bien plus amusantes que celles en macadam qui fond : cette page.
réponse à . DiwanC le 03/01/2014 à 17h24 : Dans les chaudes et désertiques plaines du far-far-west quand venait la n...
J’aime !!

J’avoue qu’il me fallait un bout de temps afin de trouver le "il," l’acteur dans cette scène. À la première lecture je l’avais complètement raté.

Ça fait pas du bien, un nouveau jeu ?  

En plus, c’est assez facile si on veut caser l’expression de la caser dans une phrase proustienne, ’spa ?  
DES ENFANTS CHARMANTS

Le Jojo et sa sœur Titine
S’amusaient gentiment
À torturer le chat
De leur jolie voisine ;
Ils ne sauraient dire comment
Leur vint la riche idée,
Mais le couvrirent de crachats,
Ce fait est avéré.

Puis, munis d’une loupe,
Imaginèrent l’entourloupe
De lui griller par jeu,
Par l’entremise du soleil,
Quelques poils de la queue,
Pendant que l’animal
Se livrait au sommeil,
Confiant, et sans penser à mal.

Pour éblouir l’ami Tatave
Qui était fort loin d’être un cave,
Ils capturèrent et goudronnèrent
Le minou, et puis l’emplumèrent :
- Hé ho, les gars, pas de pétard,
Vous voyez qu’il est dans l’coaltar.
S’il partait en fumée,
On recevrait une avoinée ! -

Alors ils le trempèrent
Dans les eaux du bassin
Tout au fond du jardin,
Et bien l’ensavonnèrent ;
Puis, voyant leur otage
Se complaire dans le cirage,
Se prirent de rage, puis, d’horreur,
N’osèrent s’avouer leur peur.

- Comment réveiller l’imbécile ? -,
S’interrogèrent les enfants ;
- Et si c’était un jeu débile… -,
Tenta Titine prudemment ;
Lors, ils lui firent dans les fleurs
Un bel enterrement,
Puis dégustèrent un bon « quatre heures »
Chez la voisine justement.
réponse à . lalibellule1946 le 03/01/2014 à 15h54 : Décidément, chaque fois que j’essaie de lire cette phrase pr...
Eh bé! Y’a des vocations qui se précisent...
réponse à . lalibellule1946 le 03/01/2014 à 17h47 : J’aime !! J’avoue qu’il me fallait un bout de temps a...
En plus, c’est assez facile si on veut caser l’expression de la caser dans une phrase proustienne, ’spa ?
Euh... rien n’est moins sûr ! Pour certaines propositions "godesques", telle la haquenée du cordelier, on y parviendra avec plus ou moins de difficultés, mais on y parviendra.
Pour d’autres, telle celle apparut le 12 janvier 2012*, ce sera nettement, nettement plus compliqué... parce qu’il faut bien reconnaître que c’est un peu éloigné du style proustien !
:&rsquo)
*pour la trouver : Menu → Toutes → par ordre chronologique.
réponse à . DiwanC le 03/01/2014 à 17h24 : Dans les chaudes et désertiques plaines du far-far-west quand venait la n...
Lucky luke tout le monde sait ça, tirait plus vite que son ombre.
c’était du colt art.

AverellC
réponse à . <inconnu> le 03/01/2014 à 17h35 : Les routes en béton frais sont bien plus amusantes que celles en macadam...
Evidemment, il faut attendre un peu que ça prenne.
Il se trouve que pour payer mes études, j’ai travaillé chez le spécialiste français de l’autoroute en béton. Les principaux arguments en sa faveur sont : c’est inusable et il y a beaucoup moins de frais d’éclairage. Seul ennui, c’est plus cher à la mise en oeuvre.
réponse à . mickeylange le 03/01/2014 à 18h42 : Lucky luke tout le monde sait ça, tirait plus vite que son ombre. c&rsquo...
Certains ont le colt inné...
Moi, je n’avais que le colt_ardent...
Mais le colt art te revenait de droit... forcément !
réponse à . SyntaxTerror le 03/01/2014 à 18h55 : Evidemment, il faut attendre un peu que ça prenne. Il se trouve que pour ...
Evidemment, il faut attendre un peu que ça prenne.
Et ça prend longtemps ? Parce que sur le lien @75, je n’ai qu’une page blanche...
Après avoir découvert les forums, il s’y produit souvent:
le charbonnier ’entre à sites’...
réponse à . DiwanC le 03/01/2014 à 19h01 : Evidemment, il faut attendre un peu que ça prenne.Et ça prend long...
Dommage.
On y voit une voiture de police nord-américaine s’enfoncer jusqu’aux essieux dans du béton frais.

cette page

Version germanophone à cette page
Le charbonnier: houille, je me suis fait mal !
Les rôtisseurs préparaient un gros poulet, au charbon de bois:
le charbonnier: - j’aime bien que le poulet ’gras fîtes’...
Le chanteur à textes Marc Charlan qui nous avait déjà réjoui avec "C’car de Stains" en 1975, récidive en 1978 avec "J’ai la fièvre" :
J’ai la fièvre du sam’di soir
Chuis complèt’ment dans l’coaltar.

Il n’y fait, bien entendu pas plus allusion à un film qu’il ne faisait allusion à un président dans la première citée.
Pour les ivrognes le goudron est synonyme de vinasse. Pourquoi ?
- c’est le goût d’ rond.
DEVINETTE
Quel est le poisson qui reste toujours de marbre ?
- le bête thon
réponse à . SyntaxTerror le 03/01/2014 à 19h12 : Dommage. On y voit une voiture de police nord-américaine s’enfoncer...
... Merci !
Certes non mais dans la brume épaisse irradiée par la multitude de lampadaires capitonnés qui veillent sur le commissariat de police-ministère de l’intérieur-gendarmerie voisins... Cela dit, j’ai beaucoup aimé le livre et aussi le film...
réponse à . SyntaxTerror le 03/01/2014 à 09h54 : "Se faire coltarer" par les gendarmesJadis, en argot parisien, on se faisait poi...
Au collège, la punition était une "colle". Je me suis fait "coller" régulièrement ! L’autorité a un pouvoir adhésif étonnant !
réponse à . SyntaxTerror le 03/01/2014 à 09h54 : "Se faire coltarer" par les gendarmesJadis, en argot parisien, on se faisait poi...
On disait aussi: se faire serrer.
réponse à . lalibellule1946 le 03/01/2014 à 15h54 : Décidément, chaque fois que j’essaie de lire cette phrase pr...
Te souviens-tu, chère Libellule du Missouri, de ce jeu diabolique que tu avais "inventé" ce 3 janvier  ? La phrase proustienne !

J'avais essayé : 118.
Je viens de rejouer : 186 ! Tiens : c'est pour toi. Accroche-toi ! 

Voici la fin de l'été, un été fou, insensé, aux caprices sans cesse renouvelés, mêlant les journées brûlantes d'une chaleur quasi saharienne aux jours si venteux que tous les bœufs qui passent tandis que les enfants cachent leurs rouges tabliers, que tous les béliers têtus, altiers qui ont mené la transhumance estivale vers les montagnes alpestres, que toutes les jolies petites chèvres – celle de M. Seguin et les autres – que tous les chefs de gare de Vannes, du Var et d'ailleurs protégeaient leurs fronts encornés tandis que les filles retenaient à grand peine leurs bonnets de fine dentelle que ce vent coquin aurait aimé jeter par-dessus les moulins, celui de la Galette ou celui de Maître Cornille, le meunier bourru mais fier dont l'histoire fut si joliment contée par l'Alphonse D., une histoire dont la lecture fait la joie des enfants d'aujourd'hui et dont la relecture est toujours plaisante... un été enfin qui s'effiloche vers l'automne tout proche et fait naître au petit matin des brumes qui s'accrochent au toit des maisons, au cime des arbres et plongent villes et campagnes dans une sorte de coaltar**.

C'est presque aussi difficile que "Les mots cachés" de joseta !

* @ 74.
** Yeeeesss ! j' l'ai eu !
réponse à . joseta le 03/01/2014 à 16h00 : DEVINETTE Quel est l’acteur qui pèse toujours l’emballage vid...
Mais pourquoi ? Parce qu'il était à sa charge de se rendre utile.
Et Brassens, là-dedans ?
Il jouait de la guitare, cool, tard.
réponse à . DiwanC le 14/09/2015 à 02h05 : Te souviens-tu, chère Libellule du Missouri, de ce jeu diabolique que tu ...
Je te répondrai de mon mieux demain mais pour l'instant je prends juste le temps de vous offrir ces vers de Baudelaire, La Chevelure (Fleurs du Mal):

Cheveux bleus, pavillon de ténèbres tendues
Vous me rendez l'azur du ciel immense et rond;
Sur les bords duvetés de vos mèches tordues
Je m'enivre ardemment des senteurs confondues
De l'huile de coco, du musc et du goudron
réponse à . lalibellule1946 le 14/09/2015 à 05h25 : Je te répondrai de mon mieux demain mais pour l'instant je prends ju...
Les shampoings au goudron sont des shampoings anti-pelliculaires.
réponse à . Mintaka le 14/09/2015 à 06h49 : Les shampoings au goudron sont des shampoings anti-pelliculaires....
Oui, mais il y a plus efficace que le coaltar... la sauce tartare !
Mon 1er est un combustible solide
Mon 2ème est un combustible solide
Mon 3ème est un combustible solide
Mon 4ème est un combustible liquide
Et mon tout est la circoncision
réponse à . comte_arebours le 14/09/2015 à 07h26 : Mon 1er est un combustible solide Mon 2ème est un combustible solide Mon ...
J'ai le 4e, mais les autres...
réponse à . comte_arebours le 14/09/2015 à 07h26 : Mon 1er est un combustible solide Mon 2ème est un combustible solide Mon ...
Bitume essence bois mazout
Bite tu me sens ce bout à ma zoute

Mais ça coince quelque part. Normal quand on n'a plus de frein à ses désirs.
réponse à . Mintaka le 14/09/2015 à 07h55 : Bitume essence bois mazout Bite tu me sens ce bout à ma zoute Mais &cced...
Pas mal, tu échappes au goudron et aux plumes 
Réponse : houille, houille, houille, mazout !
Ailleurs

Pays Expression équivalente Traduction littérale

Espagne El goleador Le goal et adore

réponse à . Mintaka le 14/09/2015 à 04h13 : Et Brassens, là-dedans ? Il jouait de la guitare, cool, tard. ...
Mais le cher Georges n'est pas absent !
Il se balade dans les étages du d'ssus* en compagnie de Paul Fort pour convaincre quelques voisins incrédules que l'expression vient de la marine.

Y a dans la chambre une odeur
D’amour tendre et de goudron,
Ça vous met la joie au cœur,
La peine aussi, et c’est bon.
..........
C’est là le sort de la marine
Et de toutes nos petites chéries
On accoste, mais on devine
Qu’ça ne sera pas le paradis
.

Regarde et écoute.
Un bis repetita réclamé qui - à n'en pas douter - réjouirait Bouba !

* @ 53.
- Chacun à ses goûts, mais je trouve que Maurice Ronet fume trop, il sait que les cigarettes contiennent beaucoup de goudron ?
- mais les cigarettes, c'est... goût d'Ronet....
- goudronnées, absolument !
Avec du coaltar et des plumes, c'est ce qu'il faudrait à certains individus... 
J'ai pu constater que mes modèles de traductions espagnol-français avaient porté leurs fruits, il est temps que je me tourne vers la langue de J'expire :

Ailleurs

Pays Expression équivalente Traduction littérale

Angleterre Dog bless the injured crew Dieu blesse l'écrou injurié


Cette traduction, vous pouvez la retrouver dans Le français correct à l'attention des Anglais, Alnitak & Mintaka, éditions Orion-Noutort.

This translation, you can find it in Ze correct English to zi attention of ze Frenchmen, Alnitak & Mintaka, Woodwe-Berong Publishers.
réponse à . comte_arebours le 14/09/2015 à 08h11 : Pas mal, tu échappes au goudron et aux plumes  Réponse :...
Mais quel est donc cet objet, apparemment si fragile et pourvu d'un seul poil, dont les garçons parlent sans cesse [Ma zoute par-ci... mazout par-là...] et qui semble les rendre si fiers ?
- Queuqu'navet géant ou ben queuqu'melon nain ? se demande Cyrano.

réponse à . Mintaka le 14/09/2015 à 09h13 : J'ai pu constater que mes modèles de traductions espagnol-français...
Tu me fais penser à mon grand-père et à son dictionnaire de traduction multilingue
datant d'avant la guerre – la Grande Guerre, bien entendu – avec des propositions dont la traduction allemande était écrite en gothique, histoire d'être tout de suite opérationnel, et dont la traduction française n'avait rien à envier à notre rubrique "Ailleurs", en voici un exemple de mémoire : Nous démarrons en automobile et allons passer le second engrenage.

Quand la traduction était valable, c'est qu'il ne s'y passait que des catastrophes du style Ciel, la foudre est tombée sur le cocher !

L'auteur s'appelait Connor, un nom prédestiné semble-t-il...
Sans doute sont-ce les brumes matinales dans lesquelles m'ont plongé les conséquences des agapes de ce dimanche -auxquelles je me suis consacré au lieu d'à toi, oh mon God- mais du coup je ne trouve qu'à te dire, avec regret, que ce que disent depuis fort longtemps nos normaliens en pareil cas:
"Tu nous la Sorbonne, mais tu nous la coaltar".
Encore une expression à décortiquer, mon Godemichou.
- L'autre jour, sur scène, Leeb était dans le coaltar...
- l'hébété dans le coaltar, oui, mais, qui ?
Je ne sais pas pourquoi les gens disent 'bitume', alors que tout le monde sait que c'est le nez qui hume...
réponse à . joseta le 14/09/2015 à 10h27 : Je ne sais pas pourquoi les gens disent 'bitume', alors que tout le mo...
Hum, hum...
- Éric Falt est l'as des fonctionnaires, mais il doit voyager beaucoup...
- oui, toujours sur la route, l'as Falt...
réponse à . HoubaHOBBES le 07/09/2006 à 17h09 : C’est vrai loulou, et même qu’Il serait éternel, notre ...
Qu’est-ce qu’Il pouvait bien f... avant la création ? (je crois que c’est Coluche qui posait cette question).
Y a quéqun qu’a une idée ?

Il faisait l'œuf... ou la poule.

La poule n'étant qu'un œuf roulé dans le coaltar puis dans la plume.
réponse à . DiwanC le 14/09/2015 à 02h05 : Te souviens-tu, chère Libellule du Missouri, de ce jeu diabolique que tu ...
que tous les chefs de gare de Vannes, du Var et d'ailleurs protégeaient leurs fronts encornés tandis que les filles retenaient à grand peine leurs bonnets de fine dentelle
Les chefs de gare du Var préfèrent Léo ferré à Brassens, car il a de la voix Ferré.
réponse à . joseta le 14/09/2015 à 10h27 : Je ne sais pas pourquoi les gens disent 'bitume', alors que tout le mo...
réponse à . <inconnu> le 03/01/2014 à 17h35 : Les routes en béton frais sont bien plus amusantes que celles en macadam...
Contrairement à ce que beaux coups pansent, le macadam n'a rien à voir avec le goudron ou le bitume ; en fait il se rapprocherait plutôt du béton ou de l'enrobé bitumineux.
Le pinailleur de service.
Comme il s'était couché fort tard,
Il s'éveilla dans le coaltar.
Il fut au boulot en retard,
Se fit virer un peu plus tard.
Ventre saint gris quel avatar !

Hum  un peu tarte je crois bien mon pouème 

Rata-pouète
réponse à . Ratanak le 14/09/2015 à 11h52 : Comme il s'était couché fort tard, Il s'éveilla d...
Essaie-toi à la phrase proustienne...
... art.
réponse à . jaipatouvu le 14/09/2015 à 11h48 : Contrairement à ce que beaux coups pansent, le macadam n'a rien &agr...

Les goudrons de houille (coal tar), appelé aussi simplement goudrons, sont des dérivés houillés de couleur marron à noire, très visqueux, voire solides (brai de goudron). Ce sont des sous-produits de la distillation de la houille lors de la fabrication du coke, ou de sa gazéfaction en gaz de houille. Dans le langage courant, on les confond souvent avec le bitume d'origine pétrolière. Cette confusion est due à l'invention du tarmacadam, ancêtre des revêtements routiers qui était fabriqué à l'origine avec du goudron (tar en anglais). Le tarmacadam est lui-même confondu avec le macadam qui n'est qu'une technique d'empierrement sans goudron ni bitume ; le terme a donné le tarmac des aéroports.
(Texte complet : ici)

...et dans le goudron y'a de la picoline*, y devait y en avoir aussi dans le Vin des rochers 

* si si je vous assure, en bas 4ème colonne en bas aussi 
J'ai peur qu'il ne me faille manger trop de haricots pour réussir de belles phrases proutiennes... 
réponse à . mickeylange le 14/09/2015 à 10h47 : Qu’est-ce qu’Il pouvait bien f... avant la création ? (j...
Donc il y eut d'abord l'œuf puis la poule 

Voilà donc enfin la réponse argumentée au Paradoxe de l'œuf et de la poule 
L'ordre des facteurs, contrairement à ce qu'on dit, altère le produit.
Exemple: macadam à la noix et, à la noix de macadam. 
réponse à . joseta le 14/09/2015 à 10h27 : Je ne sais pas pourquoi les gens disent 'bitume', alors que tout le mo...
Ah ! Joliiii !
Joseta est en forme !
...goudron...gout de rond...gout de carré...à ne pas confondre avec boubacar, eh...désolée...
Certains soirs, je suis un peu dans le coaltar, car je bois de l'alcool tard...
Voir cette page, B.
Je n'ai pas la force aujourd'hui de composer une phrase quasi-proustienne.
réponse à . lalibellule1946 le 14/09/2015 à 14h57 : ...goudron...gout de rond...gout de carré...à ne pas confondre ave...
93 caractères... Tu viens d'inventer la phrase "proustienne" façon twitt !
Goudron de houille = ghouilledron.

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Etre dans le coaltar (coltar) » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

publicité
Expressio - le livre

Le contenu de ce site est si riche qu’un livre en a été tiré. Ce livre, devenu un best-seller est maintenant disponible en poche.

Ce commentaire ainsi que les réponses qui y sont liées, seront définitivement supprimés. Etes-vous sûr?