Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Pleurer comme une madeleine

Pleurer abondamment.

Origine

On se doute bien qu'une jolie petite madeleine à la peau bien bronzée et à la chair moelleuse () doit être extrêmement triste à l'idée de finir sa vie en étant broyée par les dents d'un gourmand ; mais de là à servir de modèle de pleureuse, c'est quand même douteux.
Je ne vous étonnerai donc pas en vous informant que l'origine de cette expression est ailleurs.
Il suffit déjà de remplacer le 'm' de 'madeleine' par une majuscule, pour comprendre que la Madeleine qui nous intéresse ici est une femme. Reste à savoir laquelle.
Eh bien il nous faut remonter à la première moitié du premier siècle de notre ère.
Comme vous connaissez par coeur la Bible, et même s'il existe de nombreuses variantes de l'histoire de Marie la Magdaléenne (alias Marie-Madeleine ou Madeleine, du grec Magdalênê ), vous savez qu'une ancienne prostituée (anonyme selon certains, Marie-Madeleine selon d'autres) envahie par le remords a tellement pleuré devant le Christ en lui confessant ses péchés, qu'elle a pu lui laver les pieds de ses pleurs, avant de les sécher avec ses cheveux.
Il n'en a pas fallu beaucoup plus pour qu'elle devienne le modèle de notre expression.
Si la première apparition de cette locution semble être chez Balzac au XIXe siècle, au XIIIe, "faire la Madeleine" voulait dire "affecter le repentir".

Exemple

« Il ne revint pas pour dîner, et rentra fort tard. Je vous le jure, je restai dans ma chambre à pleurer comme une Madeleine, au coin de mon feu. »
Honoré de Balzac - La comédie humaine

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Pleurer comme une madeleine » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Arabe Arabe Fadhatt âïnahou bedamî Ses yeux ont débordés de larme
Arabe Arabe نوبه بكاء‏ Avoir une crise de larmes
Tunisie Arabe Lhabbat fihom hiyar (hara, pl. hyiar = quatre) Il les fait descendre par quatre
Allemagne Allemand Rotz und Wasser heulen Pleurer morve et eau (traduction mot à mot !)
Allemagne Allemand Rotz und Wasser heulen Chialer comme une Madeleine
Allemagne Allemand Wie ein Schloßhund heulen Hurler (à la mort) comme un chien de garde
Grèce Grec κλαίω σπαρακτικά Pleurer (d'une manière) à briser le coeur, déchirante
Angleterre Anglais To burst into tears Éclater en larmes
Angleterre Anglais To cry a river Pleurer une rivière
Angleterre Anglais To cry one's eyes out Pleurer à en avoir les yeux dehors
Angleterre Anglais To cry one's self dry Pleurer à s'en sécher
États-Unis Anglais To cry buckets Pleurer plein de seaux
États-Unis Anglais To cry like a baby Pleurer comme un bébé
États-Unis Anglais To cry one's heart out Pleurer jusqu'à ce que son coeur soit épuisé
Argentine Espagnol LLorar a mares Pleurer des océans
Argentine Espagnol Lorrar como una Magdalena Pleurer comme une Madeleine
Catalogne Espagnol Plorar a llàgrima viva Pleurer à vives larmes
Espagne Espagnol Llorar a lágrima viva Pleurer à chaudes larmes
Espagne Espagnol Llorar a mares Pleurer à flots
Espagne Espagnol Llorar a moco tendido Pleurer avec la morve qui pend (du nez)
Espagne Espagnol Llorar como una magdalena Pleurer comme une madeleine
Canada Français Pleurer à chaudes larmes Pleurer à chaudes larmes
Canada Français Pleurer comme un veau Pleurer comme un veau
Israël Hébreu בכה בדמעות שליש Pleurer à grosses larmes
Italie Italien Piangere a calde lacrime Pleurer à chaudes larmes
Italie Italien Piangere come la vite tagliata Pleurer comme la vigne coupée
Italie Italien Piangere come una fontana Pleurer comme une fontaine
Belgique Néerlandais Bleiten gelijk een kind Bêler comme un enfant
Pays-Bas Néerlandais Het is huilen met de lamp uit C'est pleurer avec la lampe éteinte (pleurer de façon misérable)
Pays-Bas Néerlandais Tranen met tuiten huilen Peurer des larmes avec des becs
Brésil Portugais Chorar como uma Madalena (arrependida) Pleurer comme une Madeleine repentie
Brésil Portugais Chorar lágrimas de esguicho Pleurer des larmes à jet d'eau
Portugal Portugais Chorar como uma criança Pleurer comme un enfant
Portugal Portugais Debulhar-se em lágrimas Se répandre en larmes
Roumanie Roumain A da apa la soareci Abreuver les souris
Roumanie Roumain A plange cu sughituri Pleurer avec des hoquets
Roumanie Roumain A se prapadi de plans Mourir de pleur
Serbie Serbe Places kao kisa Tu pleures comme il pleut
Chine Chinois 痛哭 Pleurer amèrement
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « Pleurer comme une madeleine » Commentaires

  • #1
    • eureka
    • 31/05/2007 à 02:09
    Tout juste Auguste ! Pas oublier qu’elle devint sa plus fidèle disciple.. et bien disciplinée.
    En tout cas avec ça, j’arrête tout de suite de penser, comme je l’ai toujours fait, que cette jolie madeleine bien succulente peut pleurer ! Je suis d’une naïveté mais alors...
    Aujourd’hui faut-il être une ancienne prostituée pour pleurer comme une Madeleine ?
  • #2
    • momolala
    • 31/05/2007 à 07:12
    Coucou de ce jour ! Usage modéré du clavier autorisé : juste pour vous dire que j’ai moins de plomb dans l’aile droite, toujours pas de plomb dans la tête et surtout qu’en votre compagnie on n’a pas envie de pleurer comme une madeleine !
    Elle en a inspiré des histoires, Madeleine : fut-elle une prostituée repentante, une prostituée amoureuse, l’épouse de Jésus soi-même, dont personne je crois bien n’a prétendu qu’il fut chaste et pourquoi l’aurait-il été ?
    Qui chantait cette chanson dont le refrain était
    "Il pleurait comme une madeleine
    Il pleurait, pleurait, pleurait,
    Il pleurait comme une fontaine
    Toutes les larmes de son corps y passaient.
    Oh là là là là quel cafard !" ?
    Je crois que j’ai usé tout mon capital d’écriture. Belle journée à tous !
  • #3
    • Gnosis
    • 31/05/2007 à 07:42*
    .
  • #4
    • Gnosis
    • 31/05/2007 à 07:44
    Petite correction quant au commentaire: il ne faut pas remonter à la première moitié de l’an I, car à cette époque Jésus était encore un peu trop jeune pour connaître Madeleine. Jésus ayant commencé son ministère vers l’âge de 30 ans aux alentours de l’an 29 de notre ère, sa rencontre avec la Marie-Madeleine doit avoir eu lieu non pas avant l’an 30.
    Mais il n’y a pas de quoi pleurer comme elle ....!
  • #5
    • <inconnu>
    • 31/05/2007 à 07:46
    et quand on est enrhumé ça fait pleurer comme un bas de laine
    surtout quand on a bas de bouchoir
  • #6
    • <inconnu>
    • 31/05/2007 à 08:40
    • En réponse à <inconnu> #5 le 31/05/2007 à 07:46 :
    • « et quand on est enrhumé ça fait pleurer comme un bas de laine
      surtout quand on a bas de bouchoir »
    et c’est encore pire quand on l’a perdu, son bas de laine !
    Bonjour à tous, I’m back (pour le mot d’excuse, voyez directement avec ma connexion 😏
  • #7
    • charlesattend
    • 31/05/2007 à 08:43
    C’est donc ça !! l’autre jour, mon train s’arrête à Commercy. Le chef de gare (dont vous connaissez surement l’épouse volage) annonce :
    "Commercy, Commercy ( pour ceux qui n’auraient pas tout compris la première fois) : 3 minutes d’arrêt. Préparez vos mouchoirs...."
    Connaissant la spécialité de la ville, je comprend mieux maintenant !
  • #8
    • God
    • 31/05/2007 à 08:54
    • En réponse à Gnosis #4 le 31/05/2007 à 07:44 :
    • « Petite correction quant au commentaire: il ne faut pas remonter à la première moitié de l’an I, car à cette époque Jésus était encore un peu... »
    Parfaitement exact !
    Je ne sais pas ce qu’il m’est passé par la tête et je n’ai même pas tiqué en le relisant. C’était la première moitié du premier siècle qu’il fallait lire, of course.
    Si, si, y’a de quoi pleurer comme une Madeleine !
  • #9
    • chirstian
    • 31/05/2007 à 08:54
    sale temps : la Bourse pleure comme un bas de laine !
  • #10
    • Elpepe
    • 31/05/2007 à 08:57
    • En réponse à momolala #2 le 31/05/2007 à 07:12 :
    • « Coucou de ce jour ! Usage modéré du clavier autorisé : juste pour vous dire que j’ai moins de plomb dans l’aile droite, toujours pas de plom... »
    Aaaahhh... Momolala ! Tu reviens en pleine polémique : Marie-Madeleine était-elle la femme de Jésus, la femme de Jean, Jean lui-même ? Etait-elle évangéliste ?
    Diabolique...
    Mais la vraie vérité d’Elpépé, c’est qu’elle était cyclothymique, autrement dit maniaco-dépressive, la pauvrette. Un samedi d’avril de l’an 32 que Jésus, revenant du SuperU™ de Nazareth fourbu, en ayant poussé son caddie® sur les chemins mal carrossés de l’époque, avec un gigot d’agneau de Nouvelle-Zélande, des chevriers du Haut-Poitou, haricots verts extra-fins du Chili et Pommes Dauphines du Middle West surgelés (c’est pour ça qu’il s’était pressé de rentrer), pour fêter la Pâque juive avant l’heure, il trouva Marie-Madeleine nue et en pleurs, comme il l’avait laissée en partant.
    Jésus, réfrénant sa colère car il s’était tout de même décarcassé (comme moi !), lui demanda ce qu’il y avait.
    - Qu’as-tu ENCORE, Femme ?
    Et là, Marie-Madeleine lui répondit :
    - j’ai le cafard, na ! Homme...
    Tu reprendras bien un doigt de vin de messe avé nous, hein, Momolala ?
  • #11
    • <inconnu>
    • 31/05/2007 à 09:18
    • En réponse à Elpepe #10 le 31/05/2007 à 08:57 :
    • « Aaaahhh... Momolala ! Tu reviens en pleine polémique : Marie-Madeleine était-elle la femme de Jésus, la femme de Jean, Jean lui-même ? Etait... »
    Tu as tout deviné, car je l’ai bien connue quand elle a eu rejoint les immortels. Elle pleurait pour un oui pour un non. Les apôtres s’en sont bien rendu compte, parce que dans la Bible elle ne fait pratiquement que ça - devant Jésus qui lui pardonne sa mauvaise vie ; puis à la mort de son frère Lazare ; et encore une fois quand elle croit qu’on a volé le corps de Jésus après la crucifixion. (Luc, 7)
  • #12
    • charlesattend
    • 31/05/2007 à 09:19
    • En réponse à Elpepe #10 le 31/05/2007 à 08:57 :
    • « Aaaahhh... Momolala ! Tu reviens en pleine polémique : Marie-Madeleine était-elle la femme de Jésus, la femme de Jean, Jean lui-même ? Etait... »
    Acclamons ce caddie Jésus...
  • #13
    • syanne
    • 31/05/2007 à 09:31
    Il était un petit navire
    Qui allait bien peu naviguer
    Car il avait pour capitaine
    Un tricoteur bien allumé
    Qui lui fit un joli mât de laine
    Et prétendit le faire voguer
    Tendu d’une voile dentelée
    Les mat’lots s’donnèrent de la peine
    Pour prendre le vent sans dessaler
    Mais un grain plia la misaine (de laine)
    Et vl’à not’ bateau affalé.
    Pleurez, pleurez le mât de laine
    Et les dentelles du sardinier
    L’équipage, lui, s’en est tiré
    Mais depuis ce fou d’capitaine
    N’a plus jamais retricoté
    (Et si ça n’vaut pas la trirème
    Je ferai pas ma Madeleine
    Car j’ai déjà mis mon rimmel
    Et moi j’veux pas le faire couler)
  • #14
    • Elpepe
    • 31/05/2007 à 09:34
    • En réponse à charlesattend #12 le 31/05/2007 à 09:19 :
    • « Acclamons ce caddie Jésus... »
    Hé hé ! Bon, fini de jouer, les gosses ! Trouvez-moi l’origine maritime de l’expression du jour, ou je vais pleurer comme une madeleine. Et là, le flot impétueux de mes larmes salées vont faire monter le niveau de la mer, pire que le réchauffement climatique : la sauvegarde des pôles d’air de François Hollande polders de Hollande est entre vos plumes de mouette mains d’orfèvres !
    Marceeeeeeeeeeel ! Un grand noir et deux croissants !
  • #15
    • Elpepe
    • 31/05/2007 à 09:38
    • En réponse à syanne #13 le 31/05/2007 à 09:31 :
    • « Il était un petit navire
      Qui allait bien peu naviguer
      Car il avait pour capitaine
      Un tricoteur bien allumé
      Qui lui fit un joli mât de laine... »
    Ah mais que ça la vaut largement, la trirème du jour ! C’est beau... Jean pleure comme un mât de l’aine... et Jacques eut l’action.
  • #16
    • chirstian
    • 31/05/2007 à 09:48
    quelles étaient les relations de Jésus avec Madeleine ? Question relativement simple, dont les textes de Jacques (Chap11, 33) nous fournissent la réponse :
    "et Jesus dit : "ce soir j’attendrai Madeleine, nous irons au cinéma , je lui dirais des ’je t’aime’ , et Madeleine, elle aimera ça"
    et plus loin (chap 13, 256) : "on prendra le tram 33 pour aller manger des frites chez Eugène"
    De là on peut avancer l’hypothèse que si Madeleine pleurait c’est :
    - parce qu’elle était en retard,
    - parce qu’ils étaient trop près de l’écran,
    - parce que les trams étaient en grève,
    ou parce qu’elle avait mis trop de sel sur ses frites.
  • #17
    • Elpepe
    • 31/05/2007 à 10:01*
    En vérité en vérité je vous le dis : ce dont souffre Momolala, c’est d’un luxe à Sion.
    De l’un d’ex, du Mage Heure, de l’âne Hulaire ou de loris culaires.
    Pouce !
  • #18
    • Elpepe
    • 31/05/2007 à 10:15
    Ouï dans un Transall de paras sautant sur Kolwesi (cette page) :
    Saut d’hommes et Go more !
  • #19
    • chirstian
    • 31/05/2007 à 11:29
    • En réponse à Elpepe #10 le 31/05/2007 à 08:57 :
    • « Aaaahhh... Momolala ! Tu reviens en pleine polémique : Marie-Madeleine était-elle la femme de Jésus, la femme de Jean, Jean lui-même ? Etait... »
    Marie-Madeleine était-elle la femme de Jésus, la femme de Jean, Jean lui-même ? Etait-elle évangéliste ?
    était-elle une femme ? Ceux qui avancent que Jean et Madeleine n’auraient été qu’une seule et même personne (" le disciple que Jésus aimait ") ne laissent-ils pas planer un sérieux doute, qui eut été de nature à changer radicalement la position de l’Eglise sur l’homosexualité ? Une suite au Da Vinci Code ?
  • #20
    • momolala
    • 31/05/2007 à 11:42
    • En réponse à Elpepe #10 le 31/05/2007 à 08:57 :
    • « Aaaahhh... Momolala ! Tu reviens en pleine polémique : Marie-Madeleine était-elle la femme de Jésus, la femme de Jean, Jean lui-même ? Etait... »
    J’en boirai un grand verre si c’est toi qui le choisis car je suis gelée depuis ma sortie ultra-rapide de la clinique ! Mais grâce à la magnifique balle intermondialiste de Cotentine je vais réchauffer ma main bleuie, et le reste suivra grâce à votre humour si communicatif.
    De toutes façons, il faut dire à Madeleine (Marie- ou Jean...) ce que disait en vérité Daniel Guichard : "pleurer, ça sert à rien, laisse un peu dormir ta peine dans un coin..."