Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Filer à l'anglaise

Partir sans dire au revoir, sans se faire remarquer.

Origine

L'origine de cette expression n'est pas certaine.
Il peut s'agir d'une vengeance relativement récente vis-à-vis du peuple d'Outre-Manche qui utilise l'expression "to take French leave" (filer à la française) pour signifier la même chose.
Il peut aussi s'agir d'une déformation orale du mot anguille.
Parmi d'autres explications, au XVIe siècle, un créancier était appelé un Anglais, et on imagine bien le débiteur filer à l'anglaise lorsque son créancier "préféré" était dans les parages.

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Filer à l'anglaise » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Allemagne Allemand Abhauen, verduften Filer, s'éclipser
Allemagne Allemand Französischen Abschied nehmen Prendre congé à la française
Allemagne Allemand Sich französisch empfehlen Se recommander (à la) français(e)
Grèce Grec Τη στρίβω αλα γαλλικά (Ti strìvo ala ghalikà) Tourner à la française
Grèce Grec Την κάνω με μικρά πηδηματάκια (Tin kàno me mikrà pidhimatàkia) Filer à petits bonds (sauts)
Angleterre Anglais To take a French leave Prendre un congé à la française
États-Unis Anglais Take French leave Prendre un depart français
États-Unis Anglais To take Dutch leave Prendre congé à la Hollandaise
Espagne Espagnol Despedirse a la francesa Filer à la française
Espagne Espagnol Poner pies en polvorosa Fuir
Espagne Espagnol Tomar las de Villadiego Fuir
Israël Hébreu הסתלק כגנב בלילה histalek ké ganav balayla Il est parti comme un voleur dans la nuit
Hongrie Hongrois Angolosan távozik Sortir à l'anglaise
Italie Italien Andarsene all'inglese S'en aller à l'anglaise
Italie Italien Svignarisìlla Se défiler
Pays-Bas Néerlandais Er stiekem tussenuit knijpen S'en aller vite et sournoisement
Pays-Bas Néerlandais Met de noorderzon vertekken Partir avec le soleil du Nord
Pays-Bas Néerlandais Vertrekken als een dief in de nacht Partir de nuit comme un voleur
Pays-Bas Néerlandais Zijn snor drukken Presser sa moustache
Catalogne Autre Acomiadar-se a la francesa S'en aller à la française
Catalogne Autre Tocar el dos Toucher le dos
Pologne Polonais Wyjść po angielsku Sortir à l'anglaise
Brésil Portugais Sair à francesa Filer à la française
Brésil Portugais Sair à francesa Filer / Sortir à la française
Brésil Portugais Sair de fininho Sortir sans faire bruit
Roumanie Roumain A o şterge englezeşte Filer à l'anglaise
Russie Russe уйти по-английски S'en aller à l'anglaise
Belgique Wallon Pârti sins tabeur ni trompette Partir sans tambour ni trompette
Belgique Wallon Pèté â dial S'en aller au diable
Ajouter une traduction

Voir aussi


Commentaires sur l'expression « Filer à l'anglaise » Commentaires

  • #1
    • cotentine
    • 06/10/2007 à 01:07
    « filer à l’anglaise » signifie aussi "partir comme un voleur". C’est caleter, décamper, décaniller, déguerpir, détaler, disparaître, droper, mettre les bouts, partir, se casser, s’échapper, s’éclipser, s’enfuir, s’esquiver, se carapater, se débiner, se défiler, se sauver, se tailler, etc …
    « filer un mauvais coton » non, ce n’est plus à l’ordre du jour le coton ! et on peut filer tellement de … ‘choses’, de ‘trucs’, de ‘Machin’ 😄
    Mais je garde l’anglais … car le verbe « anglaiser » a peut-être servi d’origine à l’expression ???
    En avril 1964, je me rappelle que circulait sous le manteau, (surtout chez les étudiants et les potaches) une plaisanterie très irrévérencieuse, sur l’opération de la prostate du Général de Gaulle … Certains disaient qu’ils s’étaient fait "anglaiser"* ! (juste retour en pensant à tous ceux qui avaient rejoint, en Angleterre, en 1943, les forces françaises libres dudit général)
    • Anglaiser = Sectionner les muscles abaisseurs de la queue d’un cheval, afin de lui donner un port relevé.(Synonyme : niqueter.) 😉 ...
    y’a pas d’émoticones pour exprimer la confusion !
  • #2
    • Elpepe
    • 06/10/2007 à 06:40
    • En réponse à cotentine #1 le 06/10/2007 à 01:07 :
    • « « filer à l’anglaise » signifie aussi "partir comme un voleur". C’est caleter, décamper, décaniller, déguerpir, détaler, disparaître, droper... »
    Intéressant développement, Cocotte. Mais hélas pas le bon : cette expression vient de la Marine !
    En effet, les Corsaires malouins, par exemple, ont toujours sû bâtir et armer des bateaux plus rapides et manœuvrants que ceux sortant des chantiers navals de Sa Gracieuse Majesté, l’ennemi héréditaire millénaire 😉.
    De la sorte, nos vaillants marins leur ont le plus souvent taillé des croupières sur les mers, nonobstant Trafalgar, que Nelson ne remporta plus tard, perfidement évidemment, qu’en enfreignant toutes les règles des batailles navales conventionnellement établies.
    Etant, donc, les plus rapides, nos marins pouvaient se permettre de s’attaquer à des navires anglais bien plus puissamment armés, s’en rendre maîtres ou, en cas d’infériorité nette, virer sous le vent et leur montrer leur cul pour échapper à la canonnade, en guise de bras d’honneur, démontrant ainsi l’impuissance desdits.
    De nos jours, vous avouerai-je que, lorsque je me trouve, sur les mers, à faire route parallèle avec un voilier comparable arborant l’Union Jack, il n’est de plaisir plus délectable que de mettre tout dessus, jusqu’à lui montrer mon cul (enfin, celui du bateau, car nous sommes civilisés, hein ?). Ça peut prendre des heures, mais quelle jouissance, les gosses !
    Et tiens, toujours dans l’Histoire de la Marine, et toujours contre l’Anglois : si, au Nord-Ouest de l’île de Ré, après Les Portes-en-Ré, la plage s’appelle "Trousse-Chemise", c’est tout simplement parce que, les troupes du marquis de Toiras ayant débarqué par l’Ouest pour contrer celles de Buckingham (qui, en 1627, venait à la rescousse des Protestants rochelais contre Louis XIII), les rhétaises venaient sur ladite plage y trousser leur chemise pour monter leur cul aux Anglais situés juste en face, à Loix, mais sans que ces derniers puissent forcer l’isthme séparant l’Est de l’île, où ils se trouvaient, de l’Ouest (voir carte à cette page).
    In fine, l’Anglois dut plier bagage (to pack one’s bags), tandis que Richelieu obtenait la reddition de la ville insurgée de La Rochelle, le 28 octobre 1628.
    Montrer son cul aux Anglais ? Une très vieille tradition, bien de chez nous... 😄
    C’était ma contribution à l’expression du jour. And now, ladies and gentlemen, I’m takin’ the french leave.
    The admirable Admiral
  • #3
    • <inconnu>
    • 06/10/2007 à 06:53
    l’expression anglaise exacte est "to take French leave", sans l’article défini et avec une majuscule à french.
  • #4
    • <inconnu>
    • 06/10/2007 à 06:57
    • En réponse à Elpepe #2 le 06/10/2007 à 06:40 :
    • « Intéressant développement, Cocotte. Mais hélas pas le bon : cette expression vient de la Marine !
      En effet, les Corsaires malouins, par exem... »
    très intéressant, merci
  • #5
    • Elpepe
    • 06/10/2007 à 07:07
    Bon, les gosses : je fais l’appel des collés de ce samedi dans cinq minutes. Inutile d’essayer de filer à l’anglaise, j’ai les noms !
  • #6
    • Elpepe
    • 06/10/2007 à 07:50
    • En réponse à <inconnu> #3 le 06/10/2007 à 06:53 :
    • « l’expression anglaise exacte est "to take French leave", sans l’article défini et avec une majuscule à french. »
    Google translator me dit : "to slip by to English".
    Mais à qui se fier, de nos jours, God ? 🙁
  • #7
    • <inconnu>
    • 06/10/2007 à 07:59*
    Bonjour à tous et tatousses.
    Pas mal comme expression "filer à l’anglaise". Je préfère celle-ci, bien française "A nous les p’tites Anglaises" !!!
    "Je préfère"... soyons honnêtes.... j’ai préféré !!! Maintenant, ce serait un cas de justice 😉
    Sur ce, je m’arrache !!! 😄
  • #8
    • AnimalDan
    • 06/10/2007 à 08:02
    • En réponse à Elpepe #6 le 06/10/2007 à 07:50 :
    • « Google translator me dit : "to slip by to English".
      Mais à qui se fier, de nos jours, God ? 🙁 »
    To slip en coton, alors..? Non..? Ah, j’aurais pas tout suivi..? Collé présent! Je retourne dormir, moi, tiens...
  • #9
    • Chouettemania
    • 06/10/2007 à 08:16
    L’expression proviendrait de l’ancien verbe "anglaiser", pour "voler". Par la suite, on aurait utilisé "filer à l’anglaise" pour désigner la façon discrète dont part un voleur qui vient de faire son coup. Par analogie, on a aussi vu apparaître l’expression "partir comme un voleur".
    A moins que du côté de Tweed, les fileuses ont une manière bien à elles de le faire (pousse, pousse, l’aiguille ma fille)
    🙂 Désolé
  • #10
    • Elpepe
    • 06/10/2007 à 08:26*
    • En réponse à AnimalDan #8 le 06/10/2007 à 08:02 :
    • « To slip en coton, alors..? Non..? Ah, j’aurais pas tout suivi..? Collé présent! Je retourne dormir, moi, tiens... »
    Remets ton slip, gondolier*...
    • encore un truculent San-Antonio, dont l’action se déroule à... Venise. Gagné !
    Résumé : "Les fiers-à-bras de l’esprit vont-ils se gondoler dans cette Venise bourrée de Hollandais ?
    Les amoureux de promenades nocturnes sur le Grand Canal aimeront-ils naviguer au son des mandolines et des mitraillettes ?
    Les touristes avides de folklore ne seront-ils pas intimidés par un gondolier sans slip qui ressemble tellement à Béru que ce pourrait bien être lui ?
    Mais assez de questions oiseuses : embarque !
    De toute façon, tu te sentiras fatalement en pays de connaissance : c’est plein de pigeons place Saint-Marc."
  • #11
    • Elpepe
    • 06/10/2007 à 08:34*
    • En réponse à Chouettemania #9 le 06/10/2007 à 08:16 :
    • « L’expression proviendrait de l’ancien verbe "anglaiser", pour "voler". Par la suite, on aurait utilisé "filer à l’anglaise" pour désigner la... »
    D’ailleurs, ne dit-on pas : "va te faire anglaiser chez les Anglais" (cette page, sens 2) ?
    Et quand on est embourbé profondément, dans le Sussex, est-ce qu’on s’est fait englaiser, ou anglaiser ?
    Comment ? Les deux ?
    Bon, moi, je prends la tangente, avant que God me purge...
  • #12
    • tytoalba
    • 06/10/2007 à 08:41
    Ne pourrait-on aussi parler de la coiffure ? Ces fameuses boucles qui s’étiraient sur la chevelure des dames. Dans la série "La petite maison dans la prairie" Nelly en avait très souvent. Lorsqu’on tire sur ces anglaises et qu’ensuite on les lâche, elles remontent à la manière d’un ressort. Cette explication en vaut bien une autre, non ?
  • #13
    • Elpepe
    • 06/10/2007 à 09:05
    • En réponse à tytoalba #12 le 06/10/2007 à 08:41 :
    • « Ne pourrait-on aussi parler de la coiffure ? Ces fameuses boucles qui s’étiraient sur la chevelure des dames. Dans la série "La petite maiso... »
    ton explication, Tytoalba, me défrise...
  • #14
    • momolala
    • 06/10/2007 à 09:05
    Filer à l’anglaise est réservé à la crème. Bonjour de cet encore désespérément beau jour.
  • #15
    • Elpepe
    • 06/10/2007 à 09:10
    • En réponse à momolala #14 le 06/10/2007 à 09:05 :
    • « Filer à l’anglaise est réservé à la crème. Bonjour de cet encore désespérément beau jour. »
    Là, Momolala, tu fais ta sauce, hmmm ? Bon, on avait dit : plus de recettes de cuisine dans le phare !
    Et à part ça, tu la fais comment, toi, la crème anglaise ?
  • #16
    • tytoalba
    • 06/10/2007 à 09:12
    • En réponse à momolala #14 le 06/10/2007 à 09:05 :
    • « Filer à l’anglaise est réservé à la crème. Bonjour de cet encore désespérément beau jour. »
    Pourquoi ce désespérément, nous sommes heureux, nous gens du nord, d’avoir du soleil et un peu de chaleur. Je dis gens du nord, par rapport aux Français, mais je suis au sud par rapport aux Flamands. Quel rapport avec l’anglaise ? Aucun, mais tout est relatif. 😛
  • #17
    • syanne
    • 06/10/2007 à 09:28
    • En réponse à momolala #14 le 06/10/2007 à 09:05 :
    • « Filer à l’anglaise est réservé à la crème. Bonjour de cet encore désespérément beau jour. »
    "Désespérément beau", moi je comprends tout à fait... L’adjectif pour les touristes qui ne demandent qu’un peu de ciel bleu, l’adverbe pour les autochtones qui savent que leur terre a un besoin vital d’eau.
    L’oxymore a du mal à passer la Loire ! Mais nous sommes des latins !
    J’ai lu aussi "pêche à l’anglaise", "jardinage à l’anglaise", "testament à l’anglaise"... Mais pas le temps d’approfondir : c’est le week-end -semaine anglaise, donc !- et je file au marché chercher de quoi préparer ce soir o tradicional bacalhau português.
  • #18
    • Elpepe
    • 06/10/2007 à 09:45
    • En réponse à syanne #17 le 06/10/2007 à 09:28 :
    • « "Désespérément beau", moi je comprends tout à fait... L’adjectif pour les touristes qui ne demandent qu’un peu de ciel bleu, l’adverbe pour... »
    A la crème anglaise, pour ta morue portugaise, je te conseillerai plutôt une sauce hollandaise.
    Bon, moi, je décarre.
  • #19
    • <inconnu>
    • 06/10/2007 à 10:17*
    • En réponse à tytoalba #16 le 06/10/2007 à 09:12 :
    • « Pourquoi ce désespérément, nous sommes heureux, nous gens du nord, d’avoir du soleil et un peu de chaleur. Je dis gens du nord, par rapport... »
    Nous aussi, égoîstement, nous sommes contents d’avoir du soleil. Mais cette sècheresse est angoissante. Les fontaines ne coulent plus, les rivières sont très basses, les arbres et arbustes s’étiolent. J’ai été chercher du thym dans la collline, il est tout sec. C’est triste.
    Durant la saison estivale, certaines municipalités remettent l’eau des fontaines. C’est plaisant pour les vacanciers mais la nappe phréatique s’assèche encore davantage.
  • #20
    • <inconnu>
    • 06/10/2007 à 10:25*
    En réalité cette expression date du XV siècle, plus précisément de mai 1431 où un certain Cauchon qui faisait commerce de poisson fumé avec les anglais, fut chargé de s’occuper du bûcher de Jeanne. On disait à cette époque en parlant de son poisson qu’il était fumé à l’anglaise, expression qui a donné par le suite en argot "fumer quelqu’un" pour dire le tuer. Jeanne a donc été fumée à l’anglaise, avant que l’expression ne devienne par la suite filer à l’anglaise pour des raisons inconnues.
    Voila God quand tu as des doutes sur l’origine d’une expression demande au bossu. 🙂
    Quasidecaux