A tire-larigot - dictionnaire des expressions françaises Expressio par Reverso - signification, origine, étymologie

A tire-larigot

En grande quantité, énormément ou même excessivement.

Origine

Cette expression semble apparaître au début du XVIe siècle et n'était associée à l'époque qu'au verbe 'boire'.

Ici, tirer veut dire "faire sortir un liquide de son contenant" (donc du vin de sa bouteille ou de son fût, par exemple).
A tire voulait dire "sans arrêt, d'un seul coup".
Reste à comprendre le pourquoi du larigot.
Mais là, l'origine reste controversée.

La seule certitude, c'est que cette chose était une petite flûte.
L'expression vient-elle du fait que les flûtistes avaient, depuis très longtemps, la réputation d'être de grands absorbeurs de liquides variés ?
Vient-elle d'un amalgame avec l'ancienne expression "flûter pour le bourgeois" qui voulait dire "boire comme un trou" ?
Ou bien a t-elle des sous-entendus paillards, très répandus à l'époque, où on imagine bien ce que pouvait désigner 'tirer sur une flûte' (d'ailleurs, la 'turlute' est une abréviation de 'turlututu' qui était aussi une flûte) ?
A moins qu'on ait simplement comparé à une flûte la bouteille de laquelle le soiffard tire le liquide en quantité ?

Cette absence de certitude sur l'usage de ce mot ne permet pas non plus d'expliquer pourquoi c'est le larigot qui a été privilégié dans l'expression qui aurait aussi bien pu être à tire-flûte ou bien à tire-pipeau, par exemple.


Voici maintenant une autre explication, issue du Larousse du XXe siècle :
Dans la cathédrale de Rouen se trouvait une très lourde cloche nommée 'La Rigaud' ou 'La Rigaude' (selon certains, parce qu'offerte à la ville par l'archevêque Eude Rigaud au XIIIe siècle). En raison de ses dix tonnes, elle était extrêmement difficile à mettre en branle et à faire sonner.
Ses sonneurs étant très vite assoiffés par l'effort intense à fournir sur les cordes, ils devaient vite boire 'à tire la Rigaud', qui se serait ensuite transformé en tire-larigot.

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « A tire-larigot » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
Tunisiear Bel brecht / Bel balaBeaucoup / À la pelle
Espagnees A espuertasÀ la pelle
Canada (Québec)fr En veux-tu ? en vla
France (Franche-Comté)fr A tord-larigot
Italieit A più non possoÀ plus je ne peux
Italieit A bizzeffeÀ foison
Pays-Basnl In groten getaleEn grand nombre
Belgique (Limbourg)nl Tegen de sterren opJusqu' aux étoiles

Vos commentaires
Si je puis apporter une petite contribution...

On m’a dit jadis que l’expression "à tire larigot" est en fait une déformation du langage populaire, et que la formule sans élision serait à tarir le ’Maribot’ (ou -baud?).
Le Maribot (ou -baud, -beau, -bo..?) était un puits mythique, réputé justement inépuisable, donc possible de puiser sans épuiser ni de tarir d’éloge sur l’abondance dudit puits. A condition de raison garder.
réponse à . <inconnu> le 26/03/2010 à 10h31 : Si je puis apporter une petite contribution... On m’a dit jadis que l&rsq...
Evidemment que tu peux mettre ta petite contribution. Sinon à quoi servirait que God se décarcasse à faire vivre ce site. Et maintenant que tu as ouvert cette expression, gageons qu’elle nous reviendra bientôt en rediffusion.

Bienvenue et reviens autant que tu le souhaites.
réponse à . <inconnu> le 26/03/2010 à 10h31 : Si je puis apporter une petite contribution... On m’a dit jadis que l&rsq...
j’avais lu quelque part, dieu sait ou, et meme dieu va savoir s’il sait vraiment, que la Larigot, était une barrique de 200 ou 300 litres, donc une très grosse barrique, et que "tirer" la Larigot, était synonyme de grande quantité avalée.
d’ou l’expressio "à-tire-Larigot".
oilà c’était juste pour faire avancer le chilimilkblink!!
réponse à . anatole le 28/03/2010 à 18h11 : j’avais lu quelque part, dieu sait ou, et meme dieu va savoir s’il s...
«Chevaliers de la table ronde, goûtons voir si le vin est bon !...»
Selon wikipédia, ce serait un jeu d’orgue: cette page ???
ou une petite flûte: cette page
Que ce soit une futaille, soit, mais où se trouve une définition convenable ??? autrement dit détaillée, avec le “pédigrée” ???
#1 : le 26
#2 : le 27
#3 : le 28
#4 : le 29
#5 : le 30
Du jamais vu de mémoire d’Expressionaute ...
En fait cette expression n’avait déjà pas inspiré grand monde en 2005, c’est pas mieux cette fois en 2010.
J’ny crois pas : presque 5 ans  
réponse à . LeboDan_Ubbleu le 30/03/2010 à 11h10 : #1 : le 26 #2 : le 27 #3 : le 28 #4 : le 29 #5 : le 30 ...
Tu l’as dit !
Et encore une seule contribution le 29 septembre dernier, la tienne.
God, qui ne renonce jamais, retente sa chance pour une septième journée. Mais j’espère bien que ces quelques lignes entre deux sommeils ne seront pas les seules aujourd’hui.
God indique deux origines possibles de notre expression du jour :la flûte, et la cloche nommée la Rigaud.
Furetière (1690,cette page) en donne trois autres : un jeu d’orgue, Tir Alaric got, Alaric étant un chef goth dont on arrosait la décapitation, et larigaude, vieux nom de larynx.
Je crois savoir que le larigot est aussi un jeu d’orgue ; or on "tire" les jeux d’orgue (on tire une tirette qui met en route le jeu donné) (sur les orgues à tuyaux, naturellement). C’est peut-être la raison pour laquelle on tire le larigot et non pas le pipeau  ; en revanche on aurait aussi bien pu dire, sur le même "registre", "à tire-bourdon" ou "à tire-cromorne", non moins d’ailleurs que "à tire-flûte", puisque bourdon, cromorne et même flûte désignent aussi des jeux d’orgue. Or on ne le dit pas. Allez comprendre.
réponse à . clapiers le 14/02/2011 à 07h03 : Je crois savoir que le larigot est aussi un jeu d’orgue ; or on "tire...
Tu as raison : je modifie légèrement ma contribution précédente. God indique la flûte et non le jeu d’orgue, qu’indique Furetière.
Pourquoi larigot et non bourdon ou cromorne ? Peut-être parce que le jeu d’orgue nommé larigot n’est pas à l’origine de notre expression de ce jour !
C’est dans les marigots que fut inventée cette expressio.fr. En quelque sorte, ce fut donc une expressio d’origine nautique, si pas marine (non, ne te donnes pas cette Pen)...
Ce fut au temps des débuts européens des armes à feu. Pour s’entraîner, les mousquetaires allaient au tir au mousquet dans les marigots.Ils allaient donc à tir marigot.
Puis, l’un d’entre eux ayant eu une aventure avec une certaine Marie - qui le trompa odieusement et moultement - ils dirent en boutade, qu’ils allaient à Tir-Marie, Go! (Non, ils ne se la partageaient pas, la Marie: ils n’allaient pas à tire-Marie, go!).
Cette expressio serait bien tombée dans l’oubli, si, au milieu du XXème siècle, il n’y avait eu un infâme personnage prénommé Larry dans une ville pétrolière texane qui avait réussi sans grande peine à se faire hair par tout le monde. Et les gens, alors, partirent à tir-Larry, Go! Ils partirent tirer leurs (six-)coups...
Oualà, oualà, oualà!
Et bonne Saint-Valentin à tout le monde!
réponse à . deLassus le 14/02/2011 à 07h21 : Tu as raison : je modifie légèrement ma contribution pr&eacut...
jeu d’orgue
Jeu d’orque? Quand il souffle l’air en surface, il crée un jet s’air et de brume, fugace peut-être, mais impressionnant quand même, quand on pense au nombre d’hectolitres ainsi expulsés! Cela serait-il l’explication recherchée qund on dit: "en grande quantité"?
Oualà, Oualà, Oualà!
Bon, à l’évidence, on n’se souvient plus de l’origine de ce larigot qui va finir par nous courir sur (larigot) avant qu’on ait fini de le tirer. Donc, je digresse dès le matin et je vous propose un petit tour au cinéma au milieu des Micmacs de Jean-Pierre Jeunet sur cette page. Un petit film qui méritait mieux, je trouve, que la critique qu’il a reçue, avec des acteurs talentueux et jubilatoires. Et de la poésie à tire-larigot.
réponse à . momolala le 14/02/2011 à 08h04 : Bon, à l’évidence, on n’se souvient plus de l’or...
C’est dans les abattoirs et dans les cuisines que l’on tire le Veau marengo...
Car, de même que vous, les Hexagonautes, ne pouvez connaître Alésia, nous les Autrichiens, nous avons un black-out sur Marengo.
Oualà, oualà, oualà!
réponse à . file_au_logis le 14/02/2011 à 08h12 : C’est dans les abattoirs et dans les cuisines que l’on tire le Veau ...
vous, les Hexagonautes, ne pouvez connaître Alésia
Faux : J’ai appris Alésia à l’école, comme Waterloo d’ailleurs, et Alésia est même le nom d’une longue rue dans Paris, ce qui est paraît-il le seul exemple de nom de rue commémorant une défaite.
Comment notre cher Maître peut-il laisser passer un "a t’elle" où l’apostrophe vient remplacer le tiret ; cela m’apostrophe ...
réponse à . deLassus le 14/02/2011 à 07h21 : Tu as raison : je modifie légèrement ma contribution pr&eacut...
Le jeu d’ orgue dit "larigot" se nomme aussi "petit nasard". Est-ce pour cela que les grands buveurs ont parfois le nez gros et rouge ? Je n’ en sais rien. Je ne sais pas non plus si les organistes boivent plus que de raison, mais ceux qui, avant l’ apparition des souffleries fonctionnant à l’ aide de compresseurs et à l’ électricité, devaient manoeuvrer la soufflerie, qui ressemblait à un très gros soufflet, se fatigaient sans doute très vite. En tout cas, "ils lui donnèrent à boire à tire-larigot" se retrouve dans Rabelais (Gargantua).
réponse à . franglais le 14/02/2011 à 08h29 : Comment notre cher Maître peut-il laisser passer un "a t’elle" o&ugr...
God, bien qu’il soit le maître de ces lieux est humain. Lorsque tu constates une erreur, va sur Contact et fais-lui en part. Il corrigera alors. Il est parfois difficile quand on se relit de s’apercevoir qu’on a fait une faute. 
à mon avis, ce qui attire l’arigot ce doit être l’appeau à arigot. Mais je n’en ai jamais vu. Je n’ai jamais vu d’arigot, parce que je n’ai pas le bon appeau. Je me souviens d’une scène où Jésus était entouré de ses 12 appeaux et l’esprit saint descendait sur leur tête. D’où sans doute la tonsure, mais je ne dis pas cela d’un ton sûr. En tous cas, cela prouve qu’avec l’appeau qui convient on attire tout ce qu’on veut. Mais parfois il faut y mettre le prix. L’appeau des fesses, quoi ! (oui, je sais, vous l’attendiez, bande d’arigo-los.)
réponse à . tytoalba le 14/02/2011 à 09h32 : God, bien qu’il soit le maître de ces lieux est humain. Lorsque tu c...
"don’t shoot the Harry God" est une expression texane qui a été traduite par :" tirez pas sur le pianiste", mais dans laquelle il est aisé de reconnaître l’origine du "ah ! ris God !" germanisé en 39-40 en : "ah! ris Goth", avant de donner naissance à " l’heureux God", (avec Go pour Georges, et D pour Planelles)
réponse à . LeboDan_Ubbleu le 30/03/2010 à 11h10 : #1 : le 26 #2 : le 27 #3 : le 28 #4 : le 29 #5 : le 30 ...
cette expression n’avait déjà pas inspiré grand monde en 2005, c’est pas mieux cette fois en 2010
... ou en 2011 ?
FAUX ! Je SAIS d’où vient cette expresio :
Dans le temps, bien avant que je connaisse ce site, le mot haricot commençait par un h muet. On ne disait donc point le haricot mais l’haricot. ( Ce n’est qu’après moult invasions que les teutons, au moins dans le Nord, pour germaniser le mot ont remplacé le h muet par un h haspiré.
Et à cette époque, dans le temps, il y avait un jeu très prisé dans les estaminets : ce jeu consistait à tirer à l’arc sur des haricots. Celui qui ratait sa cible devait payer le coup aux autres archers. Et comme c’est petit, un haricot... de coup en coup... on ratait encore plus cette cible... et on buvait à tire l’haricot. ( Avec mon nom, j’en sais quelque chose...) Et là encore, ce sont les Teutons qui ont mal prononcé le c...
Celle-ci est une expression typiquement d’artiste-peintre et son ortographe correcte
est : attire l’art Rigaud.
Finalement on y arrive à cette fameuse expression, et après avoir été boudée de tous, elle n’en finit pas de susciter débat.
D’abord elle n’inspirait personne, et là elle faire s’entre-déchirer la communauté expressionautes, les uns défendant une explication, les autres l’autre explication, et d’autres encore en trouvant une toute autre.
Elle va finir par nous courir sur le haricot cette expression.
Bon, c’est pas le tout, ça, mais ça va être l’heure d’aller au bar de Marcel et de boire à tire-larigot. D’ailleurs c’est la St Valentin, et j’offre ma tournée à toutes les merveilleuses, suaves et pulpeuses femmes de ce site (aïe..., ça va risquer de me couter cher, mais bon, au diable les varices, je ne reviens pas sur ce que j’ai dit)
réponse à . joseta le 14/02/2011 à 12h03 : Celle-ci est une expression typiquement d’artiste-peintre et son ortograph...
l’artiste serait donc celui qui a besoin de se sentir attiré. Communion des sens dans un embrasement torride des goûts et des couleurs. Fulgurance de l’âme transmise par le pinceau à la toile vierge de l’artiste, qui signait ses tableaux de poules d’un beau "coco Rigaud".
Mais au contraire, quand ce n’est pas de l’art, alors c’est du cochon ! Le groin lubrique et la queue à tire-bouchon. Le porc, prêt à tirer n’importe quel boudin, dans la fange boueuse et pléonasmique.
réponse à . file_au_logis le 14/02/2011 à 07h36 : C’est dans les marigots que fut inventée cette expressio.fr. En que...
10 jours que je suis inscrit sur ce site. Et pas un qui ne se passe sans rire (et non pas...) Mais ô frustration ! Lorsque je prends connoissance de l’expression du jour, les premiers commentaires qui me viennent ont déjà été faits, de quelle manière et avec quelle aisance, par d’autres expressionautes ! Témoin, le tir-Larry-Go de file_au_logis. Bravo, tu as dégainé le premier !

Permettez donc un ajout purement local; en tant qu’annécien, il m’est impossible de passer ceci sous silence (ni sous une seule, d’ailleurs). M. le Maire d’Annecy, M. Jean-Luc R.", ardent défenseur de la candidature deux-mille-dix-huit, n’a d’autre solution pour espérer l’emporter que de produire moult effort. Et les pro-JO de crier : "Tire-la, Rigaud !"

Oui, bof, bon, m’enfin faut bien se jeter à l’eau !
réponse à . Alexandry le 14/02/2011 à 14h21 : 10 jours que je suis inscrit sur ce site. Et pas un qui ne se passe sans rire (e...
10 jours déjà, et tu t’exprimes, je crois, pour la première fois. Sois le bienvenu, et merci pour ta contribution à la candidature d’Annecy aux J. O.
Un conseil : si tu veux dégainer avant Filo, dégaine avant 7 h -7 h 30. Si cela avait été le cas, il t’aurait inévitablement dit « Bienvenue par Minou ». Quelquefois, il ajoute « le fils de Minerve ». Il aime bien fêter, comme moi, l’arrivée d’un nouvel ami.
Reviens souvent, nous avons besoin de tous.
Ah, je savais bien que je les trouverai quelque part, les sonneurs de cloches
cette page
Il se peut que l’adresse comporte une erreur, je n’ai pas les moyens de vérifier.

Et comme disait Larigot : une chance au tirage, une chance au grattage.
réponse à . Gilbiere le 14/02/2011 à 09h54 : cette expression n’avait déjà pas inspiré grand monde...
On ne disait donc point le haricot mais l’haricot

Ayant plus que des doutes sur ton explication, j’aimerais savoir comment tu expliques que "ça" a pu donner : Zydeco est pas salé, en Louisiane ?
réponse à . SyntaxTerror le 14/02/2011 à 16h35 : On ne disait donc point le haricot mais l’haricot Ayant plus que des doute...
Heureusement, sur internet, la patience dans les recherches s’exprime en secondes : j’ai failli attendre pour comprendre où tu voulais en venir avec ton zydeco-zarico. Merci wiki, j’ai encore enrichi ma culture cet après-midi.
Du coup, je donne à nos 30000 amis LE lien : cette page. Et vive la francophonie !
Ben moi, l’expression du jour elle me fait penser à la chanson de Carlos, "Tirelimpimpon sur le chihuaha". Tout est dans le titre !
cette page
réponse à . Mexico33 le 14/02/2011 à 18h06 : Ben moi, l’expression du jour elle me fait penser à la chanson de C...
Chouette, le niveau monte : c’est ebayxpressio !
réponse à . Alexandry le 14/02/2011 à 14h21 : 10 jours que je suis inscrit sur ce site. Et pas un qui ne se passe sans rire (e...
Même avec l’appui de JC Killy je ne suis pas sûre qu’on puisse chanter d’avance
« Te fais pas tant d’soucis, c’est gagné mon Killy »
« Vas doucement, c’est tout bon,
C’est tout bon bon bon, c’est tout bon
Killy, c’est bon, c’est bon, c’est tout bon
Vas doucement, c’est tout bon ! » *
et je ne sais pas si Mr le maire d’Annecy , même en tirant sans faillir ni défaillir , aura été suffisamment ribaud pour " charmer" la présidente du CIO ** avant de se rendre en Corée . Auquel cas on pourrait plébisciter" des sous-entendus paillards, très répandus à l’époque, où on imagine bien ce que pouvait désigner ’tirer sur une flûte’ (d’ailleurs, la ’turlute’ est une abréviation de ’turlututu’ qui était aussi une flûte) sous entendus dans les derniers vers de la chanson de H Auffray



**cette page
* {http://musique.ados.fr/Hugues-Aufray/C-Est-Tout-Bon-Killy-t33037.html]
Un de mes frères, gamin, utilisait l’expression " à tire la rigole ". Il se fachait tout rouge lorsqu’on tentait de le corriger. Pour lui, la rigot ne voulait rien dire, tandis que la rigole, voilà quelque chose qui avait du sens !
réponse à . cornelius le 14/02/2011 à 18h34 : Même avec l’appui de JC Killy je ne suis pas sûre qu&rsq...
La turlute est aussi, dans la chanson populaire québecoise, un refrain d’ onomatopées variées chanté pour pallier l’ absence d’ instruments de musique....Plus il y a de voix, plus ça fait du bruit !
réponse à . deLassus le 14/02/2011 à 18h22 : Chouette, le niveau monte : c’est ebayxpressio !...
Oups, mes plus plates confuses… Je reconnais bien volontiers que cette participation ne sera pas à verser dans le livre d’or de la culture francophone ; voire même, elle contribue à faire varier le niveau de le conversation ! Mais bon, puisque j’ai cru comprendre qu’Expressio était un grand océan, ma foi, le flux et le reflux…

Mais tout de même, j’explique : « tire l’arigot », en fait ça m’a fait penser à « tirelipompon », du fait d’une proximité des consonnances (euh, d’ailleurs, ça porte un nom technique, la « proximité des consonnances », en stylistique ??)

Vous noterez que je m’emploie à essayer de faire remonter le niveau ! l -) (Bon, là, c’est un petit bonhomme qui sourit confus qui devait apparaître, mais quand ça veut pas... )
réponse à . SyntaxTerror le 14/02/2011 à 15h49 : Ah, je savais bien que je les trouverai quelque part, les sonneurs de cloches ce...
Pas de sonneur de cloche dans le lien que tu me donnes. Sniffffffffffff.
réponse à . mitzi50 le 14/02/2011 à 19h44 : La turlute est aussi, dans la chanson populaire québecoise, un refrain d&...
La turlute est aussi...
Tu ne nous avais pas encore confié ton intérêt pour cette... musique.
Si mickeylange , l’artissss de ce meeerveiillleux site, était sorti des cartons de dé-emménagement, il te narrerait certainement ce conte africain que nous eûmes plaisir à lire - et en ce qui me concerne à découvrir - ici même, il y a quelques mois.

Une fermière du Rwanda,
Qui était Hutu de surcroît,
Quitte sa case et sa smala
Pour le marché de Kampala.

Elle veut honorer sa tribu
D’un beau chapon gras et dodu.
Mais elle était peu fortunée,
Et le marchand Tutsi, rusé,
Refusa de baisser le prix
Du chapon par elle choisi.

Me le donnerais-tu,
Dit la cliente Hutu ,
Contre une gâterie
Sur ton beau bengali ?
A voir , dit le vendeur,
De cette gâterie quelle serait la valeur ?
Vaudrait elle un chapon ?
Il m’en faudrait la preuve pour de bon.

Aussitôt la bougresse s’enfouit sous le boubou
Et vite, fait jaillir la sève du bambou.
J’ai gagné le chapon, s’exclame l’innocente
La bouche encore pleine du produit de la vente.
Que nenni lui répond le volailler acerbe
Tout comme la figure, le chapon tu as perdu
Car comme le dit notre si beau proverbe :

Turlute Hutu, chapon point eu
réponse à . Alexandry le 14/02/2011 à 14h21 : 10 jours que je suis inscrit sur ce site. Et pas un qui ne se passe sans rire (e...
Je suis confus... Je fus concis aussi, d’ailleurs.
Mais je ne fus pas, Sire, concis, car, je ne pense pas que je puisse d’ores et déjà te donner de sa Majesté. Me trompé.je? J’espère guenon!

Dis-moi, le choix de ton pseudo a-t-il à voir avec l’actualité de ces derniers jours? Ou alors, serais-tu la moitié inconnue du titre de la chanson de CloClo?

Alors, pour quand même reprendre la petite erreur - ô combien involontaire de Monte-LàDsus - bienvenue par Minou (le mec à Minerve)
réponse à . Mexico33 le 14/02/2011 à 20h02 : Oups, mes plus plates confuses… Je reconnais bien volontiers que cette partici...
J’étais comme toi lorsque j’ai poussé la porte d’Expressio : je ne croyais trouver ici que de la Culture sérieuse, où l’étymologie voisinait avec les citations, elles-mêmes cousinant avec romantisme et poésies anciennes... J’ai vite compris que tous les formes étaient admises, prisées... qu’elles aient racines en Haut-Languedoc ou près des grands lacs africains.
:&rsquo)
réponse à . DiwanC le 14/02/2011 à 20h40 : J’étais comme toi lorsque j’ai poussé la porte d&rsquo...
J’étais comme toi lorsque j’ai poussé la porte d’Expressio
Bonsoir, Germaine!
C’est bien, de t’en souvenir! Il y a déjà tellement longtemps. Mais c’est vrai qu’à l’époque, tu étais susceptible, comme c’est pas croyable (de lièvre... Comment, non? Ca ne marche pas ici?) Tu grimpais aux rideaux, tu restais accrochée avec ton string bleu nuit à la tringle...
Mais ensuite, tu t’es assagie, tu as pris langue avec les Dufont de Lacourt chez qui tu appris certaines bonnes et belles manières...
A un point tel que je pense pouvoir dire qu’on est fier de te compter par Minou!
réponse à . file_au_logis le 14/02/2011 à 20h32 : Je suis confus... Je fus concis aussi, d’ailleurs. Mais je ne fus pas, Sir...
Merci filo pour ton mot de bienvenue. Cela m’encourage !

Pour réponre à ta question : dans mon pseudo, point de rapport avec l’actualité. Quant au minet de service, son phare a certes illu-minet quelques-unes de mes nuits, mais pas au point de lui rendre cet "hommage". C’est juste un prénom qui m’est cher, mais que je n’ai pas hésité à "assécher" sur la fin...
réponse à . tytoalba le 14/02/2011 à 20h05 : Pas de sonneur de cloche dans le lien que tu me donnes. Sniffffffffffff....
Zut, alors.

P’têt’ qu’en allant dans dailymotion et en tapant "branquignols" et "matines" comme critères de recherche ???
réponse à . file_au_logis le 14/02/2011 à 21h11 : J’étais comme toi lorsque j’ai poussé la porte d&rsquo...
Merci !
réponse à . mitzi50 le 14/02/2011 à 19h44 : La turlute est aussi, dans la chanson populaire québecoise, un refrain d&...
D’ailleurs, un groupe nommé "Mes souliers sont rouge" d’origine québécoise a écrit cette jolie chanson qui dit "Turlute avant d’aller au lit fait passer bonne nuit" (elle s’appelle "Quand plus rien ne va" et ça doit pouvoir se retrouver sur la toile, là par exemple www.musikiwi.com/.../mes-souliers-sont,rouges-quand-plus,rien-ne-va,turlutte,45031.html).
réponse à . deLassus le 14/02/2011 à 06h49 : God indique deux origines possibles de notre expression du jour :la fl&ucir...
C’est à l’une de ces explications que j’aurai pensé en effet. Peut-être à cause de sa proximité avec larynx, larigot m’évoquait bien la gorge, et lorsque l’on tire le vin directement dans la gorge... point n’est besoin de s’arrêter pour remplir son gobelet (comme on le voit dans "Chevaliers de la table ronde" qui veulent être enterrés la tête sous le robinet).
Si je puis me permettre. L’éminent Littré signale dans son dictionnaire "à tire-larigot" ou "en tire-larigot", ce qui change les perspectives. "En" veut dire "comme un" et "boire en tire-larigot" signifierait "comme un tire-larigot". Cette histoire de "tire" me fait penser à l’orgue : un jeu d’orgue porte justement le nom de "larigot", c’est d’ailleurs la seule utilisation qui est encore faite de ce mot actuellement. La registration de l’orgue classique, c’est-à-dre l’inactivation ou l’activation de tel ou tel jeu, se faisait manuellement, par une personne indépendante du joueur d’orgue; une sorte d’assistant, qui intervenait en tirant ou en poussant des tirettes. "Le tire-larigot’ ne pourrait-il pas être cette personne, condamnée à assister des musiciens brillants, et buvant pour oublier ?

Si vous souhaitez savoir comment on dit « A tire-larigot » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

publicité
Expressio - le livre

Le contenu de ce site est si riche qu’un livre en a été tiré. Ce livre, devenu un best-seller est maintenant disponible en poche.

Ce commentaire ainsi que les réponses qui y sont liées, seront définitivement supprimés. Etes-vous sûr?