Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Battre l'eau / l'air / le vent

Faire des efforts inutiles, agir inutilement.

Origine

Cette expression est quelque peu désuète, mais son sens est assez limpide.
Battre du linge au bord du lavoir pour le nettoyer, cela a une utilité. Battre le blé pour séparer le grain des épis, aussi. Enfin, et ce n'est qu'un exemple supplémentaire parmi d'autres, battre des oeufs pour en faire de la mayonnaise, également.
Dans tous ces cas, et tous ceux non cités, 'battre' est un effort qui donne un résultat.
Mais si vous battez du vide (l'air, le vent) ou de l'eau, vos résultats seront peu probants et vous allez vous y épuiser, sauf si vous comprenez rapidement l'inutilité de vos efforts.
C'est de cette agitation inutile que l'expression est née.
Elle est citée dans l'édition de 1694 du dictionnaire de l'Académie française.

Exemple

« À son retour en Angleterre, il chercha le moyen de régénérer la foi, qui se mourait dans les âmes. Après avoir longtemps battu l'air, il jura de s'adresser au peuple. Monté sur une charrette, sur une borne ou sur une meule de foin, il prêchait dans les champs et le long des grandes routes. »
Revue des deux mondes - Tome LX - 1865

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Battre l'eau / l'air / le vent » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Algérie Arabe Y SAOUET ERRIH BEHRAOUA Il bat le vent avec un bâton
Allemagne Allemand Gegen Windmühlen kämpfen Se battre contre des moulins à vent
Allemagne Allemand Luftlöcher schlagen Battre des trous d´air
Angleterre Anglais Pissing in the wind (vulgar) Pisser dans le vent
Angleterre Anglais To chase moonbeams Poursuivre leys rayons de lune
États-Unis Anglais To be spinning one's wheels Avoir les roues qui patinent
Espagne Espagnol Dar palos al agua Donner de coups de bâton à l'eau
Espagne Espagnol Dar palos al agua Bastonner l'eau
Espagne Espagnol Dar palos de ciego Donner des bastonnades d'aveugle
Espagne Espagnol Gastar la pólvora en salvas Dépenser le poudre pour des salves
Espagne Espagnol Hacer manojos de agua Faire des gerbes, des bouquets d'eau
Espagne Espagnol Luchar contra molinos de viento Se battre contre des moulins a vent
Canada Français Donner un coup d’épée dans l’eau Faire un geste inutile
Écosse Gaélique écossais Ruith na gaoithe Courir pour attraper le vent
Israël Hébreu Tokhen Mayïm Moudre (les) eaux
Italie Italien Lottare contro i mulini a vento Se battre contre les moulins à vent
Belgique Néerlandais Da's een gat in de lucht C'est un trou dans l'air
Belgique Néerlandais Nètse hooë èn 't wotter Frapper des bosses dans l'eau
Belgique Néerlandais Water in een mand pompen Pomper de l'eau dans une manne
Belgique Néerlandais Water naar de zee dragen Porter de l'eau à la mer
Pays-Bas Néerlandais Teegen de windmolens vechten Se battre contre les moulins à vent
Pays-Bas Néerlandais Vechten tegen de bierkaai Se battre contre "le bierkaai". (Quai ou arrivaient les fûts de bière avec des gens costauds!)
Pays-Bas Néerlandais Water naar de Rijn dragen Porter de l'eau au Rhin
Brésil Portugais Enxugar o gelo Sécher la glace
Portugal Portugais Trabalhar para aquecer Travailler pour se chauffer
Roumanie Roumain A bate apa în piuă Battre l'eau dans le mortier
Russie Russe воду варить Cuire de l'eau
Slovaquie Slovaque Mlatit slamu Battre la paille
Turquie Turc Havanda su dövmek Battre l'eau dans le mortier
Ajouter une traduction

Voir aussi


Commentaires sur l'expression « Battre l'eau / l'air / le vent » Commentaires

  • #1
    • cotentine
    • 25/06/2009 à 00:37
    tu évoques Don Quichotte, non ? 😉 qui brasse du vent ... cette page
  • #2
    • <inconnu>
    • 25/06/2009 à 02:34
    C’est pas si souvent que God nous gâte, mais alors là…
    Bastonner, bâtonner, bourrader, cingler, cravacher, flageller, fouailler, fouetter, fustiger, houssiner, matraquer, boxer, calotter, claquer, cogner, avoiner, gifler, gourmer, houspiller, talocher, châtier, corriger, fesser, bigorner, botter, bourrer, cogner, démolir, dérouiller, piler, sonner, tanner, tamponner, tabasser.
    Ce n’est qu’un début, je poursuis le combat.
    Filer une dégelée, une dérouillée, une peignée, une pile, une raclée, une tannée, une rouste, une trempe, une tatouille, une tripotée.
    Tomber sur le paletot, faire sa fête et tailler en pièces qui me battrait froid ; à propos de pièces, je ne bats que rarement monnaie et encore moins les cartes. Les œufs, je les bats pour en faire mayonnaise ou omelettes. Lâche, je bats aussi le beurre et la crème sans défenses. La campagne aussi pour un minimum d’exercice et le pavé pour même raison. S’il fait froid, je bats la semelle en battant la mesure, sans éditeur de partoche, ça évite de me faire rebattre les oreilles, je m’en bats l’oeil en contemplant les vagues qui battent et se brisent contre certain phare où c’est toujours le même qui est collé, y-a favoritisme de qui vogue sous pavillon Rillettes, et ne bat pas en retraite quand la mer bat son plein.
    M’est avis qu’il va y avoir des brèches à battre pas plus tard que bientôt.
  • #3
    • SagesseFolie
    • 25/06/2009 à 07:38*
    — « Elle m’énervait cette eau ! Alors je l’ai battue : je lui ai filé une sacrée trempe !
    Après ça, j’étais trempé. Alors, sans prendre de gants, je me suis passé un savon.»
    saGesseFolie in Bouquin à lire sous la douche.
    — «Il y a encore quelque chose qui bat, mais je ne sais pas si c’est son cœur ou si c’est sa montre.»
    Marcel Pagnol, Fanny (Escartefigue ausculte M. Brun dont le bateau vient de chavirer dans le Vieux Port).
  • #4
    • Bouba
    • 25/06/2009 à 08:02
    C’est un peu comme l’expression "passer le temps".....essayez avec une écumoire......pas évident du tout !
  • #5
    • Bouba
    • 25/06/2009 à 08:03
    • En réponse à cotentine #1 le 25/06/2009 à 00:37 :
    • « tu évoques Don Quichotte, non ? 😉 qui brasse du vent ... cette page »
    " Il a le sang chaud !" pensa................Don Quichotte !
  • #6
    • mickeylange
    • 25/06/2009 à 08:07
    • En réponse à <inconnu> #2 le 25/06/2009 à 02:34 :
    • « C’est pas si souvent que God nous gâte, mais alors là…
      Bastonner, bâtonner, bourrader, cingler, cravacher, flageller, fouailler, fouetter, f... »
    Moi je suis déjà collé samedi alors hein !
    CETTE EXPRESSION VIENT DE LA MARINE za voiles
    et de ô combien de capitaines qui à l’arrière de leurs bateaux tel des pitbulls aboyaient des ordres sans rien faire avant de coller samedi et de mettre aux fers les pauvres matelots qui savaient eux faire avancer le bateau en luttant contre les zéléments et la mère déchaînée et qui sans prompt renfort arrivaient contre la volonté du capitaine William Bligh au bar du phare pour...
  • #7
    • mickeylange
    • 25/06/2009 à 08:26
    "Battre l’eau" ça ressemble à Waterloo où Napo c’est fait battre.
    Logiquement en Belge loo veut dire battre comme water est l’eau.
    Je vous laisse réfléchir là dessus.
  • #8
    • chirstian
    • 25/06/2009 à 08:34
    Cette expression est quelque peu désuète, mais son sens est assez limpide.
    quant à l’expression : "et ta soeur, elle bat l’beurre" son sens est assez lipide.
  • #9
    • mickeylange
    • 25/06/2009 à 08:37
    Battre l’air à cette page
  • #10
    • OSCARELLI
    • 25/06/2009 à 08:46
    Un poulpe qui bat sa coulpe, se transforme-t-il en moulin à eau? Cela voudrait dire qu’il n’y a pas de différence entre battre sa coulpe et battre l’eau...
  • #11
    • <inconnu>
    • 25/06/2009 à 08:56
    • En réponse à mickeylange #9 le 25/06/2009 à 08:37 :
    • « Battre l’air à cette page »
    Des photos qui donnent envie de prendre le large!
  • #12
    • momolala
    • 25/06/2009 à 08:57
    Battre l’air
    Comme un ange
    Faire l’oiseau
    Voler haut
    Battre l’eau
    Du ruisseau
    Ou la frange
    De la mer
    Notre verticalité
    Notre statut érectile
    Contraires à la gravité
    Notre équilibre fragile
    Nous gardent la tête en l’air
    Et parfois les pieds dans l’eau
    Mais nous savons tous en rêve
    Battre comme l’ange l’air sans trêve
    Comme le dauphin fendre l’eau
    Nous dissoudre dans l’écume
    Aussi légers qu’une plume
    Glisser entre les nuages
    Et ne jamais choir de haut
    Autant de jolies images
    Quand bat seul notre cerveau
    Qui se laisse pousser des ailes
    Qui nage à travers les eaux
    Des océans et des ciels…
    Au réveil, on lit Pascal
    Et on hausse les épaules :
    On sera ange et bestiole
    En mettant l’un en finale :
    C’est étrange,
    Dit l’ange,
    C’est êtromme
    Dit l’homme
  • #13
    • chirstian
    • 25/06/2009 à 09:00*
    il est pourtant un cas (au moins) où battre l’eau peut être tout à fait utile : c’est à la chasse à courre.
    Dans ce noble sport, lorsque le cerf est poursuivi , il se jette à l’eau en criant "cric-crac, vous pouvez pas me suivre". Et l’eau étend sa protection sur lui, d’où son nom d’étend (qu’on écrit aussi : étang). Mais cela ne serf à rien, car les chiens trichent toujours. Ils regardent le serf avec des daims et tentent de l’attraper. Et le chasseur biche sur la rive. Mais le serf leur crie : piranhas ! Et les chiens qui voient que les femmes montent en amazone, se disent que ça peut être vrai et ils sortent très vite. Alors le chasseur bat l’eau : il lui fout une trempe , sans réaliser que l’eau est déjà trempée. Quel c... le mec ! Mais l’onde de choc chic se propage en cercles cons sans triques jusqu’au Bambi. Et il n’est pas encore-né l’encorné qui résiste à un clapotis qui vient lui caresser la trique. Et le serf bande tellement que le niveau d’eau monte. Y a plus qu’un bout de corne qui dépasse, mais manque de pot, elle est bouchée, donc elle ne serf pas à respirer. Alors dès que le serf est triquard il est obligé de reprendre sa course qui le mène à sa fin. Hallali est grand.
    En terme de vénerie : cela s’appelle le bat-l’eau, hé ballots ! cette page
  • #14
    • syanne
    • 25/06/2009 à 09:04
    Méthode d’agriculture pour vivre de l’air du temps
    Semez le vent
    Battez l’air
    Récoltez la tempête :
    Autant en apporte le vent.
  • #15
    • chirstian
    • 25/06/2009 à 09:09
    cette page montre comment battre l’O. Quelle histoire !...
  • #16
    • mickeylange
    • 25/06/2009 à 09:36
    Le vent c’est de l’air qui bouge.
    Battre le vent est donc beaucoup plus sportif que battre l’air puisqu’il faut, soit courir derrière (comme le marin), soit l’attendre au coin d’un bois pour le battre par surprise.
    On dit d’ailleurs courir comme le vent, ce qui prouve que le vent a peur d’être battu.
    Le moulin à vent ne bat-il pas le vent de l’aile ? Il s’en vante d’ailleurs dans une lettre.
    Battre l’eau c’est lui foutre une dégelée, donc en faire un glaçon. Battre l’eau c’est pas toujours une bonne méthode pour briser la glace.
    Ca val mal se terminer cette histoire.
    Titanic
  • #17
    • Elpepe
    • 25/06/2009 à 10:18
    • En réponse à <inconnu> #2 le 25/06/2009 à 02:34 :
    • « C’est pas si souvent que God nous gâte, mais alors là…
      Bastonner, bâtonner, bourrader, cingler, cravacher, flageller, fouailler, fouetter, f... »
    Par souci d’équité : collé samedi.
    Comment ? Tu t’en bats les flancs avec des queues de sardines ? Pffffffff !
  • #18
    • Elpepe
    • 25/06/2009 à 10:23
    • En réponse à mickeylange #6 le 25/06/2009 à 08:07 :
    • « Moi je suis déjà collé samedi alors hein !
      CETTE EXPRESSION VIENT DE LA MARINE za voiles
      et de ô combien de capitaines qui à l’arrière de le... »
    Ah, mon tout-petit... mon disciple... Tu me bats froid ? Tiens, je double la ration de rosé de l’équipage. Merci qui ?
  • #19
    • Elpepe
    • 25/06/2009 à 10:31
    • En réponse à mickeylange #9 le 25/06/2009 à 08:37 :
    • « Battre l’air à cette page »
    Souventefois je me demande
    si tu bats l’air ou bien le brasse,
    si tu bats l’eau, au bord des Landes,
    aux avirons de ta pinasse.
  • #20
    • Elpepe
    • 25/06/2009 à 10:46
    • En réponse à momolala #12 le 25/06/2009 à 08:57 :
    • « Battre l’air
      Comme un ange
      Faire l’oiseau
      Voler haut
      Battre l’eau
      Du ruisseau
      Ou la frange
      De la mer
      Notre verticalité
      Notre statut érectile... »
    Notre statut érectile Contraire à la gravité Notre équilibre fragile Nous gardent la tête en l’air Et parfois les pieds dans l’eau

    Et même, même, parfois le bec, aussi...