Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Dormir sur ses deux oreilles

Dormir profondément, tranquillement, en toute sécurité.
N'avoir aucun souci à se faire.

Origine

N'est-il pas bizarre qu'une telle expression ait pu apparaître ?
A moins de disposer d'un oreiller spécial en forme de U, d'être un tantinet difforme ou d'être un extra-terrestre avec les yeux à la place des oreilles et inversement, comment quelqu'un pourrait-il dormir sur ses deux oreilles ?
Cette expression fait malheureusement partie de celles sur lesquelles ni mes sources 'savantes' ne s'étendent, ni le web ne donne de piste de recherche : aucune date approximative d'apparition, aucune étymologie.
Peut-être y a-t-il eu une volonté de créer une opposition avec l'expression "ne dormir que d'un oeil" qui, elle, est parfaitement compréhensible et contient une notion de vigilance contraire à l'insouciance véhiculée par notre expression ?
Elle est peut-être aussi née du fait que, si jamais on arrivait à avoir les deux oreilles appuyées sur l'oreiller, l'absence de perception du bruit, permettrait de dormir sans être dérangé.
Remarquez que, pour un très bon somme, il est physiquement bien plus facile pour tout un chacun de "dormir à poings fermés" que de dormir sur ses deux oreilles.

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Dormir sur ses deux oreilles » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Algérie Arabe Yorkod kima el bébé Dormir comme un bébé
Bulgarie Bulgare Да спиш като къпан Dormir comme après son bain
Pays de Galles Gallois Cysgu cwsg y cyfiawn Dormir du sommeil du juste
Allemagne Allemand Schlafen wie ein Murmeltier Dormir comme une marmotte
Angleterre Anglais To sleep like a dormouse Dormir comme un loir
Angleterre Anglais To sleep like a log Dormir comme une bûche
Angleterre Anglais To sleep like a top Dormir comme une toupie
Angleterre Anglais To sleep tight Dormir serré
États-Unis Anglais An express train wouldn't wake him Un train rapide ne le réveillerait pas
États-Unis Anglais To be out like a light Être éteint comme une lumière
États-Unis Anglais To sleep like a baby Dormir comme un bébé
États-Unis Anglais To sleep like a bear Dorminr comme un ours (Hiberner)
États-Unis Anglais To sleep like a log Dormir comme une bûche
Argentine Espagnol Dormir como un angelito / un campeón Dormir comme un angelot / un champion
Argentine Espagnol Dormir como un bebé Dormir comme un bébé
Argentine Espagnol Dormir como un lirón Dormir comme un loir
Argentine Espagnol Dormir como un tronco Dormir comme un tronc / une souche
Espagne Espagnol Dormir a pierna suelta Dormir à jambe relâchée
Espagne Espagnol Dormir com una soca d'olivera Dormir comme un tronc d'olivier
Espagne Espagnol Dormir como un bendito Dormir comme un bénit
Espagne Espagnol Dormir como un lirón Dormir comme un loir
Espagne Espagnol Dormir como un tronco Dormir comme une souche
Espagne Espagnol Dormirse a piernas sueltas Dormir lourdement
Canada Français Dormir comme une souche
Canada Français Dormir comme une vache
Italie Italien Dormire fra due guanciali Dormir entre deux oreillers
Italie Italien Dormire su sette guanciali Dormir sur sept oreillers
Japon Japonais Tappuri Nemurimashita Bien dormi
Belgique Néerlandais Op zijn twee oren slapen Dormir sur ses deux oreilles
Pays-Bas Néerlandais Slapen als een marmot Dormir comme une marmotte
Pays-Bas Néerlandais Slapen als een roos Dormir comme une rose
Pays-Bas Néerlandais Slapen als een roos Dormir comme une rose
Pays-Bas Néerlandais Slapen als een warm gewassen baby Dormir comme un bébé lavé avec de l'eau chaude
Pologne Polonais Spać jak kamień Dormir comme une pierre
Pologne Polonais Spać jak suseł Dormir comme un gaufre (animal)
Brésil Portugais DOMIR COMO UM ANJO Dormir comme un ange
Brésil Portugais Dormir como uma pedra Dormir comme une pierre
Brésil Portugais Dormir o sono dos justos Dormir le somme des justes
Portugal Portugais Dormir com os anjos Dormir avec les anges
Roumanie Roumain A domi bu?tean/ca lemnul Dormir (comme) bûche/comme la pièce de bois
Roumanie Roumain A dormi dus Dormir emporté
Roumanie Roumain A dormi pe cea ureche Dormir sur celle oreille (ne pas se soucier)
Roumanie Roumain Doarme de poţi să tai lemne pe el Dormir si profondément que l'on pourrait couper du bois sur lui
Russie Russe Спать как сурок Dormir comme une marmotte
Serbie Serbe Spavati na usima Dormir sur ses oreilles
Suède Suédois Sova som en stock Dormir comme un rondin
Turquie Turc Bebekler gibi uyumak. Tavuk gibi uyumak Dormir comme des bébés. Dormir comme une poule. (Dormir tôt)
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « Dormir sur ses deux oreilles » Commentaires

  • #1
    • Guirou
    • 15/02/2006 à 06:06
    Bonjour,
    à défaut de pouvoir préciser et dater l’origine de cette expression (dormir sur ses deux oreilles) il me semble qu’elle est assez facile à comprendre : cela ne signifie-t-il pas que l’on dort si profondément qu’aucun bruit ne pourrait nous réveiller ?
    Lorsque l’on dort sur une oreille, l’ambiance sonore est déjà atténuée...Sur les deux on peut imaginer
    qu’elle est carrément étouffée. Mais ne me demandez pas comment faire.
    A mal entendeur...
    Guirou...
  • #2
    • God
    • 15/02/2006 à 08:44
    • En réponse à Guirou #1 le 15/02/2006 à 06:06 :
    • « Bonjour,
      à défaut de pouvoir préciser et dater l’origine de cette expression (dormir sur ses deux oreilles) il me semble qu’elle est assez... »
    Z’avez pas bien lu ! C’est pas bien ça !
    J’évoque justement cette possibilité des sons étouffés par les deux oreilles bouchées par l’oreiller.
  • #3
    • <inconnu>
    • 15/02/2006 à 09:07
    Le Grand Larousse Encyclopédique du XIXéme siècle mentionne l’expression en question comme suit:
    Dormir sur ses deux oreilles: Etre dans une entière sécurité. Et de citer comme exemple un vers de La Fontaine: "Censeurs, je vous conseille
    de dormir, comme moi, sur l’une et l’autre oreille.
    J’ignore de quelle fable il s’agit, mais peut-être y a-t-il là une piste ?..
    Michel, Belgique.
  • #4
    • God
    • 15/02/2006 à 09:12
    • En réponse à <inconnu> #3 le 15/02/2006 à 09:07 :
    • « Le Grand Larousse Encyclopédique du XIXéme siècle mentionne l’expression en question comme suit:
      Dormir sur ses deux oreilles: Etre dans une... »
    C’est extrait de "Les oies de Frère Philippe" (cette page).
    Ce serait donc ce fabuliste qui serait encore à l’origine, sinon de l’invention, au moins de la popularisation de cette expression, comme pour de nombreuses autres ?
    C’est effectivement une piste intéressante. Bizarre qu’elle ne soit pas évoquée par mes lexicographes préférés !
  • #5
    • <inconnu>
    • 15/02/2006 à 09:45
    Cocasse de constater que pour ma première "expression du jour" je n’ai droit, pour toute explication sur son origine (l’objet même de ce site, non?) qu’à cet aveu d’impuissance :
    "Cette expression fait malheureusement partie de celles sur lesquelles ni mes sources ’savantes’ ne s’étendent, ni le web ne donne de piste de recherche : aucune date approximative d’apparition, aucune étymologie".
    Un tantinet maso, non ?
    amicalement
  • #6
    • God
    • 15/02/2006 à 10:12
    • En réponse à <inconnu> #5 le 15/02/2006 à 09:45 :
    • « Cocasse de constater que pour ma première "expression du jour" je n’ai droit, pour toute explication sur son origine (l’objet même de ce sit... »
    Ca, c’est vraiment pas de chance !
    Puisque vous êtes nouveau, sachez que ce n’est plus moi, depuis longtemps qui choisis les expressions du jour : je réponds aux demandes qui me sont faites et, actuellement, ma pile mène à début avril.
    Si vous avez eu la curiosité d’en lire d’autres déjà présentes sur le site, vous aurez vu que cela s’est déjà produit et, je vous rassure, se reproduira encore, pas plus tard que demain, pour commencer.
    Quant à l’objet du site, il est clairement indiqué en page d’accueil à propos de l’origine : "..lorsque j’ai pu la trouver...".
    Je n’ai malheureusement pas la ’science infuse’ (voir quelques jours avant) et si les lexicographes réputés ne sont pas capables de trouver l’origine d’une expression, je ne vois pas comment moi, dont ce n’est pas du tout le métier (voir la page d’accueil du site également), je le pourrais.
  • #7
    • Minikette
    • 15/02/2006 à 13:22
    • En réponse à <inconnu> #3 le 15/02/2006 à 09:07 :
    • « Le Grand Larousse Encyclopédique du XIXéme siècle mentionne l’expression en question comme suit:
      Dormir sur ses deux oreilles: Etre dans une... »
    La notion de dormir "sur l’une et l’autre oreille" n’implique pas forcément de le faire en même temps, mais pourquoi pas alternativement, pour un bon équilibre, source de bien-être et de sérénité. Pouvoir le faire, c’est peut-être signe que l’on est à l’aise dans son lit, et non pas gêné, ou "coincé" par quelque chose ?
  • #8
    • <inconnu>
    • 15/02/2006 à 16:13
    • En réponse à Minikette #7 le 15/02/2006 à 13:22 :
    • « La notion de dormir "sur l’une et l’autre oreille" n’implique pas forcément de le faire en même temps, mais pourquoi pas alternativement, po... »
    Minikette nous offre une séduisante porte de sortie : dormir sur ses deux oreilles n’implique pas en effet de le faire réellement puisque c’est physiquement impossible. Quand on dort, on le fait soit sur une oreille, soit sur pas d’oreille du tout quand on dort sur le dos (position favorable au ronflement donc à un mauvais sommeil) ou sur le ventre (encore moins favorable car il est difficile de respirer le nez dans l’oreiller ou dans le traversin...). Donc il ne faut surtout pas prendre cette expression au pied de la lettre ; ce n’est qu’une image. Quand on dort sur une seule oreille, on dort logiquement d’une oreille puisque l’autre est "opérationnelle". Dormir sur les deux signifie donc que les deux sont "déconnectées" de leur fonction normale et que par conséquent on dort profondément et sans se soucier outre mesure des bruits extérieurs.
  • #9
    • Sophie
    • 15/02/2006 à 17:35
    D’ailleurs, parfois, on dort sur ses lauriers, dont la couronne repose sur les deux oreilles....
  • #10
    • <inconnu>
    • 17/02/2006 à 18:48
    Je retiens volontiers le commentaire de Sophie, et je pense à ce vieux César...
    Ceci dit, il est vrai que cinq mille abonnés, cela peut paraître peu, mais je pense que c’est un succès, surtout lorsque je lis ou j’entends nos contemporains s’exprimer. Notre langue est un outil, une machine extraordinaire; sa construction, sa syntaxe, sa grammaire et son orthographe en font presque une science liée aux mathématiques; en tout cas, un exercice permanent de l’esprit. Continuez, cher Vous, et faites-nous quotidiennement le plaisir d’exister !
    Cordialement,
    Rikske
  • #11
    • <inconnu>
    • 18/02/2006 à 09:31
    Dormir sur ses deux oreilles, impossible ?
    Mais si mais si...
    Brassens vous répond dans sa chanson "Le roi" :
    Il peut dormir,ce souverain,
    Il peut dormir,ce souverain,
    Sur ses deux oreilles,serein,
    Sur ses deux oreilles,serein.
    Il y a peu de chances qu’on
    Détrône le roi des cons.
  • #12
    • <inconnu>
    • 29/01/2007 à 11:45
    Nouveau sur ce forum, je voudrais soumettre à votre sagacité deux hypothèses pour expliquer cette expression cocasse : dormir sur ses deux oreilles.
    Le TLF signale qu’elle signifie « dormir en toute quiétude », donc une nuance différente de profondément.
    La première explication qui vient à l’esprit est celle d’un bon « oreiller » qui couvrirait les oreilles et permettrait de ne pas entendre le bruit extérieur.
    Si l’on suppose que l’expression est ancienne, était-on sensible au bruit à ce point et y en avait-il la nuit ? L’explication est peu convaincante : on ne peut spatialement avoir la tête sur les deux oreilles simultanément. Si on ne considère pas cette expression comme d’origine purement humoristique, il faut trouver d’autres hypothèses.
    « Sur » a aussi un sens abstrait qu’avait déjà « super » en latin. Il peut signifier «en considération de »... Si nous retenons, ce sens, pourquoil’appliquer aux deux oreilles alors ?
    La lecture du "Dictionnaire des rues de Paris" de Hillairet m’a suggéré un hypothèse. Au 111 de la rue Saint-Honoré, est la place de la Croix du Trahoir, nom dont l’origine est inconnue.
    « … L’évêque de Paris faisait appliquer les peines de mutilations ordonnées des membres ordonnées par son tribunal et que l’on avait coutume d’infliger celle de l’essorillement réservée en général aux serviteurs indélicats. Avoir alors ses deux oreilles valait mieux qu’un bon certificat. Le bourreau préférait couper l’oreille gauche car « il y a en icelle une veine qui répond aux parties naturelles, laquelle étant coupée rend l’homme incapable de pouvoir engendrer… » selon Hillairet T.2 p.143.
    Donc « dormir sur les deux oreilles » pourrait signifier initialement avoir la conscience libre pour ne pas avoir volé, ce qui permet de dormir en toute quiétude.
    Une autre explication pourrait être liée à l’expression de « La puce à l’oreille » qui, pour Claude Duneton qui en a intitulé ainsi un ouvrage, signifierait avoir des démangeaisons sexuelles. L’oreille a été un symbole sexuelle en raison de sa forme : on parle de l’oreille de Vénus pour un coquillage. Si l’on dort sur ses deux oreilles, les puces ne peuvent y rentrer.
    La connotation sexuelle de l’oreille apparaît dans Rabelais.
    Il ne faut pas oublier que Gargantua, lui aussi célèbre à Paris est né par l’oreille sénestre de Gargamelle après avoir emprunté la veine cave.
    Le lien entre tête et sexualité est ancien en Gaule. Selon le celtologue belge, le Professeur Sterkx, la réserve de vie pour les Celtes était le cerveau : c’est lui qui donnait le sperme en passant par la colonne vertébrale. C’est la raison pour laquelle on coupait la tête des hommes ainsi que les seins des femmes qui émettent du lait.
    Ne pas oublier qu’en français le chef vient de "caput", tête en latin, langue où "testa" signifie pot en terre cuite ; et la tête est dite aussi la casserole à 2 anses, les oreilles.
    Tout ceci pour ne pas écarter à priori la seconde hypothèse.
  • #13
    • <inconnu>
    • 06/02/2007 à 15:37
    Faites-vous la(es) sourde(s) oreille(s) ?
    Si l’on a qu’une oreille sourde, n’entend-on point de l’autre ?
    Encore une bizarerie à moins de considérer que oreille ne soit pris dans un sens collectif.
  • #14
    • <inconnu>
    • 01/05/2009 à 01:43
    Je possède quelques oreillers hérités de ma grand-mère maternelle.
    Sur un lit bien fait, égayés de taies modernes, ils ressemblent à de petits édredons joufflus.
    Allongé sur le dos, ma nuque creuse son nid, s’enfonce doucement au sein des plumes moelleuses et je m’endors sur mes deux oreilles.
    Sur mes deux oreilles, au sens propre.
  • #15
    • OSCARELLI
    • 01/05/2009 à 05:38
    • En réponse à <inconnu> #14 le 01/05/2009 à 01:43 :
    • « Je possède quelques oreillers hérités de ma grand-mère maternelle.
      Sur un lit bien fait, égayés de taies modernes, ils ressemblent à de peti... »
    Sur mes deux oreilles, au sens propre.

    Oui, parce que tu les as lavées, bien sûr, Bien le bonjour, en ce matin matitudinal où notre Godemichou adoré nous a servi notres expressio réchauffée avec les croissants frais, malgré l’apocalypse qu’il nous avait annoncée hier. N’est-ce pas merveilleux?
  • #16
    • OSCARELLI
    • 01/05/2009 à 05:44
    • En réponse à <inconnu> #10 le 17/02/2006 à 18:48 :
    • « Je retiens volontiers le commentaire de Sophie, et je pense à ce vieux César...
      Ceci dit, il est vrai que cinq mille abonnés, cela peut para... »
    Je retiens volontiers le commentaire de Sophie

    Notre cher Rikske, qui signait là probablement une de ses premières interventions, nous avait quitté depuis, parce qu’il avait changé de pseudo.
    Il était sans aucund doute parti voir celle qu’il avait retenu. Il était donc devenu au "file_aux_Sophies". Il nous en est revenu!
  • #17
    • OSCARELLI
    • 01/05/2009 à 05:49*
    Dormir sur ses deux oreilles, à poings fermés, les doigts de pieds en éventail, les doigts dans le nez, en prenant son pied. Aaaaahhhhh, tout un programme, ma chère!
  • #18
    • <inconnu>
    • 01/05/2009 à 07:47
    tout à fait d’ accord; quand on dort mal, qu’ on est inquiet, on a toujours une oreille qui "guette" le moindre bruit ; dormir sur ses deux oreilles veut dire qu’ on a "fermé les volets" pour coutiser pleinement Morphée. koskos
  • #19
    • tytoalba
    • 01/05/2009 à 08:35*
    • En réponse à <inconnu> #12 le 29/01/2007 à 11:45 :
    • « Nouveau sur ce forum, je voudrais soumettre à votre sagacité deux hypothèses pour expliquer cette expression cocasse : dormir sur ses deux o... »
    L’oreille a été un symbole sexuelle en raison de sa forme : on parle de l’oreille de Vénus pour un coquillage. Si l’on dort sur ses deux oreilles, les puces ne peuvent y rentrer.
    La connotation sexuelle de l’oreille apparaît dans Rabelais.
    J’aurais donc mal interprété la phrase : "ce soir, la femme du toréador dormira sur ses deux oreilles". A cette page. S’agit-il donc de ses oreilles personnelles ou de celles de son mari. J’ai appris grâce à ce site que l’oeil n’était pas toujours situé où je le pensais, les oreilles auraient donc une autre signification ? Mais j’ai peut-être mal compris. 😕
  • #20
    • tytoalba
    • 01/05/2009 à 08:45*
    Joyeux anniversaire à Yannou qui se fait rare.
    IIIIIIIIII
    =======
    //////////////
    =======

    Je t’offre ce gâteau emprunté à Mickeylange. Il est plus joli que le mien. J’espère qu’il ne m’en voudra pas.