Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Etre verni

Être chanceux

Origine

Voilà une de ces expressions dont l'origine n'est pas connue.
Ce qui est sûr, c'est que 'verni' en argot veut dire 'chanceux', le 'verni' (nom masculin) signifiant 'chance' ou 'bonheur', dès 1901. Mais pourquoi ?
Une explication communément avancée dit que les ennuis glissent sur une surface vernie à peu près aussi bien qu'un pet sur une toile cirée. Ils ne s'attardent donc pas et seule la chance reste.
Une autre explication, proposée (sous réserves, car sans textes pour le prouver) par Cellard et Rey dans leur Dictionnaire du Français non Conventionnel (), dit que, au cours d'une exposition, les tableaux vernis avaient plus de chance d'être vendus que les autres. Du coup, un peintre 'verni' serait un artiste dont les toiles se vendraient bien. Et, par extension, 'verni' serait devenu un synonyme de 'chance'.

Compléments

Comme disait Eugène Labiche :
« Les chanceux sont ceux qui arrivent à tout ; les malchanceux, ceux à qui tout arrive »
Choisissez votre camp !

Exemple

« - Souffrir !... Si tu crois que j'aime souffrir, moi !... Tu vas voir comment on va être heureux... J'ai pas été tellement heureux, t'sais... mais j'étais tout seul... (Il fait un geste de résignation insouciante) J'étais pas très verni... Tous les ennuis, les gros et les petits... »
Jacques Prévert - Le jour se lève in l'Avant-Scène

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Etre verni » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Maroc Arabe Abzahrou Il a de la chance
Allemagne Allemand Ein Glückpilz sein Être un champignon-bonheur
Allemagne Allemand Schwein haben Avoir du cochon
Angleterre Anglais To be jammy Être couvert de confiture
Angleterre Anglais To have the luck of the devil Avoir la chance du diable
États-Unis Anglais To have been born under a lucky star Être né sous une étoile porte-bonheur
Argentine Espagnol Tener culo Avoir un gros cul
Espagne Espagnol Aparecersele la virgen Avoir l'apparition de la vierge
Espagne Espagnol Arribar i moldre Arriver et moudre
Espagne Espagnol Más vale nacer con estrella que nacer estrellado ! Mieux vaut naître sous une bonne étoile que naître écrasé !
Espagne Espagnol Nacer con estrella Naître sous une bonne étoile
Espagne Espagnol Nacer de pie Naître debout
Espagne Espagnol Neixer amb la ploma al cul Naître avec la plume au cul
Espagne Espagnol Tener el santo de cara Avoir le saint de face
Espagne Espagnol Tener potra Avoir de la veine
Espagne Espagnol Tocarle el gordo Toucher le gros lot
Panama Espagnol Tener buena estrella Avoir de la bonne étoile
Canada Français Avoir les gosses (testicules bénies
Canada Français Etre mardeux Être merdeux, être chanceux
Canada Français Être plein de marde Être plein de merde
Italie Italien Essere nato con la camicia Être né avec la chemise
Italie Italien Èssiri culùtu Avoir un (grand) derrière
Belgique Néerlandais Met zijn gat in de boter gevallen Tombé avec son cul dans le beurre
Pays-Bas Néerlandais "Mazzel" hebben Avoir de la chance (Mazzel expr. hébraïque)
Pays-Bas Néerlandais Bofkont! Cul de chance !
Pays-Bas Néerlandais Een geluksvogel zijn Être un oiseau du bonheur
Pays-Bas Néerlandais Een zondagskind zijn Être un enfant du dimanche
Pays-Bas Néerlandais Met de helm op geboren zijn Être né avec le casque (être né 'coiffé')
Pays-Bas Néerlandais Onder een gelukkig gesternte geboren zijn Être né sous une bonne étoile
Pays-Bas Néerlandais Spekkoper zijn Etre acheteur de lard
Pays-Bas Néerlandais Zwijnen Cochon-er
Autre Autre Kozala na lupemba Etre chanceux
Pologne Polonais By? urodzonym w czepku Être né dans le bonnet
Brésil Portugais Nascer virado para a lua Naître tourné vers la lune
Roumanie Roumain A avea baftă Avoir de la chance (argot tiré du rom/tsigane)
Roumanie Roumain A se naste sub o stea norocoasa Naître sous une étoile qui porte bonheur
Roumanie Roumain L-ai apucat pe Dumnezeu de un picior Il a attrapé Dieu par un pied
Russie Russe Родиться в рубашке Être né avec la chemise
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « Etre verni » Commentaires

  • #1
    • Elpepe
    • 06/07/2007 à 01:23
    - Tir énervé.
    - Nier trève.
    - Verte Erin.
    - Rêver ? Niet !
    - Vire entre.
    - Tenir rêve.
    - Ver entier.
    - Vêtir René.
    Anna Gramme
    Allez, bonne nuit, les gosses. Les mains sur les couvertures.
  • #2
    • momolala
    • 06/07/2007 à 08:19
    Est-ce que le vernis n’est pas censé protéger ce qu’il recouvre et lui donner ainsi un certain prix et de la pérennité ? Donc "être verni", expression récente et argotique, reviendrait à être protégé, donc chanceux chez les prolétaires athées du début du XXème siècle. Athées, parce que ne se référant pas à la protection divine ou d’un quelconque saint qui aurait prié pour eux.
    Depuis qu’on a inventé le vernis polyester, évidemment, l’expression a perdu de sa force.
    A propos des peintres, le simple fait d’être exposé, toute exposition commençant par un "vernissage", est déjà une démonstration de leur réussite. Au début du XXème siècle c’était encore plus vrai qu’aujourd’hui quand on se souvient combien les grands impressionnistes, puis les abstraits après eux ont eu de mal à figurer dans les expositions officielles de leur époque. Bon, j’ai utilisé mon quota d’encre et je laisse la place aux bien éveillés de ce beau jour.
  • #3
    • tytoalba
    • 06/07/2007 à 08:30
    Le vernis est un éclat d’emprunt, une apparence flatteuse, brillante.
    "C’était un scélérat qui avait le vernis de l’esprit; le vernis s’en est allé et le coquin est demeuré" Voltaire
    Avoir le vernis du monde, c’est avoir le dehors poli.
    On peut donc penser que celui qui a de la chance offre une belle figure à ceux qu’il côtoie.
  • #4
    • OSCARELLI
    • 06/07/2007 à 08:32*
    Il faut peut-être dire que nous sommes [slurp] un tantinet vernis d’avoir un site tel que celui-ci, absolument génial, inventé, mis en place et géré par un non moins démentiellement fantastique Godemichou [/slurp] où nous pouvons nous exprimer à loisirs, avec notre gouaille, nos mots d’esprits (parfois d’ailleurs pour faibles d’esprit), mais aussi avec notre culture et notre amitié qui peut très bien se développer ici.
    Ce site permet - presque - toutes les dérives (et vive la marine!), du moins celles que la morale ne réprouve pas et qui ne portent pas atteinte à la liberté des autres. A leur sexe, à leur religion, à leur couleur, à leur nationalité, à leur mentalité, ni surtout à leurs verres pleins!
    Quoique... à leur sexe, si elles sont, jeunes, jolies, aguichantes, ou moins jeunes, intelligentes et expérimentées, et si elles ne portent pas la culotte (de cheval), je me tâte... Moi, je ne demande qu’à partager, n’est-ce-pas...
    Maaaaaaarrrccceeeeeeeeeellllllllllllllllllllllllllll ! Un p’tit noir bien corsé et deux croissants, s’il-te-plaît
  • #5
    • chirstian
    • 06/07/2007 à 09:12
    Du coup, un peintre ’verni’ serait un artiste dont les toiles se vendraient bien
    explication curieuse, car si je comprends bien, le peintre ne vendrait pas parce qu’il a de la chance, mais parce qu’il présente mieux ses toiles : donc grâce à son travail, sa préparation, son équipement etc...
    En argot, au début du siècle, "verni" a d’abord signifié "protégé" puis "veinard" . Le glissement semble donc tout à fait clair.
    "protégé" = comme recouvert d’un vernis protecteur. Puis "veinard" parce que être protégé , c’est une véritable chance : par exemple, à la guerre, être protégé c’est avoir une chance de rester vivant. Dans la mythologie de nombreux héros étaient qualifiés de "protégé des Dieux", ce qui leur permettaient de passer à travers des épreuves insensées...
  • #6
    • chirstian
    • 06/07/2007 à 09:19
    • En réponse à OSCARELLI #4 le 06/07/2007 à 08:32* :
    • « Il faut peut-être dire que nous sommes [slurp] un tantinet vernis d’avoir un site tel que celui-ci, absolument génial, inventé, mis en place... »
    Quoique... à leur sexe
    avoir le sexe vernis ? Pourquoi pas : à défaut de protéger efficacement, une fois sec, il peut donner autant de rigidité qu’un préservatif à baleines, pour moins cher. Il faut seulement penser à l’appliquer en position parce que sinon ...
    Passé un certain âge (beaucoup plus avancé que le mien, hé oh !...), on pourrait alors considérer que "être verni" serait plutôt ne pas avoir besoin de vernis ?
  • #7
    • momolala
    • 06/07/2007 à 09:38
    • En réponse à chirstian #5 le 06/07/2007 à 09:12 :
    • « Du coup, un peintre ’verni’ serait un artiste dont les toiles se vendraient bien
      explication curieuse, car si je comprends bien, le peintre... »
    Tu me plagies ou tu m’ignores ?
    Signé : BêteMomo 😉
    @Animaldan : SOURIS ! 😄
  • #8
    • God
    • 06/07/2007 à 09:43
    • En réponse à chirstian #5 le 06/07/2007 à 09:12 :
    • « Du coup, un peintre ’verni’ serait un artiste dont les toiles se vendraient bien
      explication curieuse, car si je comprends bien, le peintre... »
    En dehors du fait que ce qui est verni est effectivement protégé, peux-tu me dire d’où tu sors qu’en argot ’verni’ voulait d’abord dire ’protégé’ ?
    Parce que je n’en ai aucune trace dans mes trois dicos d’argot et je trouve quand même étonnant que des gens comme Cellard et Rey n’aient pas trouvé la même interprétation que toi.
  • #9
    • Marcek
    • 06/07/2007 à 09:56
    Ah! Ah! Bandes de joyeux galopins, je vous y prends à délirer sans moi...
    Vous croyiez être débarrassés de Marcek, mmais que nenni!
    J’arrive avec mes gros sabots, mais je vous invite à chausser vos souliers vernis, pour assister à mon vernis..sage !
    Bisous généraux et généreux !
    Vernissage
    L’horizon lie - de - vin s’accroche à la cimaise
    Où les pinceaux dressés font un haie d’honneur
    Un donneur de leçons parle, la bouche en cœur
    Les dames chapeautées ont des lèvres de fraises
    Près des verres de Kir d’un chanoine gourmet
    Sur les plateaux dorés , on sert de jolis mets
    Et ces dames pépient comme en une volière
    Le peintre, déjà gris, tape sur le derrière
    D’une poulette en rose à portée de sa main
    Des figures outrées baissent leurs face-à-main
    Sanglées dans leurs corsets imposants de douairières.
    Les tableaux exposés s’animent, à l’arrière :
    Une déesse nue ose poser le pied
    Sur le parquet verni où glissent les souliers
    De la foule venue pour le grand vernissage
    Elle arrache un rideau en guise de corsage
    Suivie par une nymphe aux cheveux épandus
    Sur un torse gracile aux jeunes seins tendus
    L’assemblée des messieurs agite ses binocles
    Saisis par ces beautés descendues de leur socle
    Un silence de mort accueille ce miracle
    Puis soudain ô stupeur, pour tous c’est la débâcle
    Chacun poussant chacun pour plus vite quitter
    Cet endroit effrayant par des spectres hantés
    C’est ainsi que l’on vit descendre des tableaux
    Dans le salon désert , où restaient des gâteaux
    Du champagne rosé, et maintes gourmandises
    Gourmettes et gourmets friands de ces surprises
    Et lassés de poser pour la postérité
    Sur des tableaux glacés dont allaient hériter
    Quelque riche marchand ou quelque grand esthète
    Qui leur feraient connaître à jamais la disette !
    Alors, tard dans la nuit, ce fut un grand festin
    Où chacun oublia pour un temps son destin
    Savourant les plaisirs accordés aux vivants
    Pour qui le pain vaut bien les Iles sous- le- vent
    Quand l’aurore survint, déshabillée de rose,
    Chacun dans les tableaux avait repris sa pose
    Et qui eût deviné cette folle aventure
    En contemplant Vénus et sa belle figure !
    MARCEK
    Merde!
    J’avais oublié, fallait pas signer !
  • #10
    • sirault
    • 06/07/2007 à 10:14
    avoir un certain verni
    avoir une certaine classe - une certaine culture ..." paraître "
  • #11
    • chirstian
    • 06/07/2007 à 10:19*
    • En réponse à God #8 le 06/07/2007 à 09:43 :
    • « En dehors du fait que ce qui est verni est effectivement protégé, peux-tu me dire d’où tu sors qu’en argot ’verni’ voulait d’abord dire ’pro... »
    ma source : le TLFI cette page en bas : éthymologie et histoire de "verni" n°3
  • #12
    • <inconnu>
    • 06/07/2007 à 10:24
    • En réponse à chirstian #6 le 06/07/2007 à 09:19 :
    • « Quoique... à leur sexe
      avoir le sexe vernis ? Pourquoi pas : à défaut de protéger efficacement, une fois sec, il peut donner autant de rigi... »
    "avoir le sexe vernis "
    Tu connais la chanson : "Vernis aime les sucettes euh, les sucette à l’anis..."
    Lalalala la la... ben quoi, y’a l’droit de chanter sur expressio non ?
    Ps : @ 4 > Bienvenue à toi Filo, p’tit nouveau... je plaisante, je m’entraîne à accueillir les futurs entrants. 😄
  • #13
    • momolala
    • 06/07/2007 à 10:27
    • En réponse à sirault #10 le 06/07/2007 à 10:14 :
    • « avoir un certain verni
      avoir une certaine classe - une certaine culture ..." paraître " »
    Bonjour Sirault ! C’est toute la différence entre "être" et "avoir" !
  • #14
    • <inconnu>
    • 06/07/2007 à 10:29
    • En réponse à chirstian #5 le 06/07/2007 à 09:12 :
    • « Du coup, un peintre ’verni’ serait un artiste dont les toiles se vendraient bien
      explication curieuse, car si je comprends bien, le peintre... »
    Je ne sais pas pourquoi mais je pense un peu comme toi cher Chirstian. Peut-on penser (c’est gratuit) que les officiers aux bottes vernies, ceux des états-majors, avaient à la guerre plus de chances de s’en sortir vivant que les vulgaires soldats, la piétaille aux guêtres boueuses… ?
    De cette expression, y’a anguille sous roche dans le sens où on sent pas mal d’explications possibles en dehors de la sacro-sainte explication matinale de God. Bonjour.
  • #15
    • Elpepe
    • 06/07/2007 à 10:39
    • En réponse à God #8 le 06/07/2007 à 09:43 :
    • « En dehors du fait que ce qui est verni est effectivement protégé, peux-tu me dire d’où tu sors qu’en argot ’verni’ voulait d’abord dire ’pro... »
    je trouve quand même étonnant que des gens comme Cellard et Rey n’aient pas trouvé la même interprétation que toi.

    Mais Cellard, Rey et nous ôtres, on a trouvé Chirstian ! Et quelle trouvaille ! Ça devrait te suffire, non ? 😄
  • #16
    • <inconnu>
    • 06/07/2007 à 10:44
    • En réponse à momolala #2 le 06/07/2007 à 08:19 :
    • « Est-ce que le vernis n’est pas censé protéger ce qu’il recouvre et lui donner ainsi un certain prix et de la pérennité ? Donc "être verni",... »
    "Donc "être verni", expression récente et argotique, reviendrait à être protégé, donc chanceux chez les prolétaires athées du début du XXème siècle. Athées, parce que ne se référant pas à la protection divine ou d’un quelconque saint qui aurait prié pour eux."
    Curieux découlé faisant la part belle à l’innocence. Le verni même en bonnes couches n’empêche pas la souillure de l’âme. En conséquence, un athée et je respecte les athées ne peut être considéré chanceux dans la mesure où il n’a pas encore plongé dans la piscine. Là est mon avis TOUT personnel vers Nice ou ailleurs. Coucou Momo ! 😉
  • #17
    • momolala
    • 06/07/2007 à 10:49
    • En réponse à <inconnu> #16 le 06/07/2007 à 10:44 :
    • « "Donc "être verni", expression récente et argotique, reviendrait à être protégé, donc chanceux chez les prolétaires athées du début du XXème... »
    C’est donc ton avis et tu le partages ? 😉 Bonjour mon Yannou !
  • #18
    • <inconnu>
    • 06/07/2007 à 10:51
    • En réponse à sirault #10 le 06/07/2007 à 10:14 :
    • « avoir un certain verni
      avoir une certaine classe - une certaine culture ..." paraître " »
    "avoir un certain verni
    avoir une certaine classe - une certaine culture ..." paraître "
    Ouais, mais quand ça craquelle, le masque tombe… Flétrissures, meurtrissures, la personne souffre d’autant... Vanité de l’Homme !
  • #19
    • OSCARELLI
    • 06/07/2007 à 10:55*
    • En réponse à momolala #13 le 06/07/2007 à 10:27 :
    • « Bonjour Sirault ! C’est toute la différence entre "être" et "avoir" ! »
    je dirais même plus:
    être ou ne paraître, voilà la question
    Et bienvenue à Sirault. Je me souviens d’un patelin dans le Hainaut belge qui s’appelle comme cela. J’y ai passé 2 semaines en "camp de vacances" dans un collège, pendant les vacances. Je me suis amusé là-bas comme un fou: Il y avait un concierge (qui avait passé une grande partie de sa vie en Afrique noire, ex-Congo belge) où il avait participé à quelques safaris. Il tirait à la .22 long rifle sur les corbeaux et corneilles qui à l’époque nichaient comme des malpropres surtout dans les conduits de cheminées (disait-il, j’ai jamais pu vérifier). Et il tirait vachement bien, le bougre. Toujours sous la jointure de l’aile, pour atteindre le coeur, disait-il. Au moins, cela ne faisait pas souffrir.
    Je me souviens également d’un étudiant noir qui y passait ses "vacances" également, pour apprendre le francais. Je lui apprenais la prononciation (et je prenais mon pied par la même occasion):
    un cheval, des cheveux,
    un veau, des voeux, par exemple... 😄 😄 😄
    Le pied, je vous dis. Où j’avais des problèmes avec lui, c’est quand il épellait les mots: il prononcait "i" aussi bien la lettre "i" que "y" ou que "e". Pas aisé...
    Souvenir, souvenir... Jauni, si tu nous lis...non, quand même pas, tu n’y arriverais pas...
    Dis-moi, Sirault, ton pseudo démontrerait-il ton origine hennuyère? Sans vouloir t’hennuyer ennuyer, bien sûr...
  • #20
    • Elpepe
    • 06/07/2007 à 10:58
    Bon, je vois que vous avez pris de très mauvaises habitudes, pendant que j’avais le dos tourné, garnements. Cette expression vient de la Marine : sur les beaux gréements anciens, où tout le pont (et aussi la coque) était en bois précieux et son accastillage en laiton poli, on déversait des tonneaux de vernis, tout au pinceau trois poils, partout, tout le temps, pour protéger les matériaux des outrages du soleil, du sel et du vent. Et leurs heureux propriétaires qui se doraient la pilule sur un transat, sur le gaillard d’arrière, nul n’osait les déranger pendant leur sieste, si bien qu’on les vernissait itou, par la même occasion. D’ailleurs, ils vivaient plus longtemps que la moyenne, c’est prouvé. Parce qu’ils étaient vernis, en plus d’avoir le cul bordé de nouilles au départ. CQFD.
    Et le gagnant de la trirème du jour est :
    L’Amiral.