Prendre la poudre d'escampette - dictionnaire des expressions françaises Expressio par Reverso - signification, origine, étymologie

Prendre la poudre d'escampette

S'enfuir.

Origine

Ah, voilà qui est intéressant !
Donc, il suffirait de cueillir deux ou trois escampettes bien mûres, de les laisser sécher à coeur avant de les réduire en poudre, puis de mélanger cette dernière avec un peu de bave de crapaud et de fiente de cormoran, pour obtenir une mixture capable de permettre à un fuyard de courir bien plus vite ?
Ah mais, que nenni !
D'abord, comme les escampettiers n'existent pas sous nos latitudes (ni ailleurs, me dit-on en régie), on aurait bien du mal. Et, de nos jours, la fiente de cormoran n'est plus ce qu'elle était, ma bonne dame !
Ce qui prouve incontestablement qu'il faut chercher dans une autre direction.

C'est donc en allant plutôt par ici, à peu près vers le nord-nord-est (mais on peut aussi aller par là, si on préfére) qu'on découvre que l'escampette est un diminutif de 'escampe' qui, au XVIe siècle, désignait la fuite, mot lui-même issu du verbe du XIVe 'escamper' qui voulait dire 'fuir' (mais qui était considéré comme un mot vulgaire).
De nos jours, le mot 'escampette' n'est plus utilisé que dans cette locution qui date du XVIIe siècle.

Quant à la poudre, on ne sait pas vraiment s'il s'agit de celle qui, en explosant, provoque la fuite, ou plus probablement de la poussière du chemin que soulève le fuyard en courant.

Exemple

« Je dis que c'est grave! Si je croyais cela, je ferais les bagages demain et frrrt, je prendrais la poudre d'escampette ! »
Georges Duhamel - Cécile parmi nous

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Prendre la poudre d'escampette » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
Pays de Gallescy Ei bachu hiL'accrocher
Allemagnede Sich aus dem Staub machenS'éloigner de la poussière
Allemagne (Bavière)de AbhauenFiler (courir)
États-Unisen To take a powder.Prendre une poudre.
Angleterreen To scarperDéguerpir
Argentinees Tomarselas.Partir intempestivement.
Panamaes Tomar el polvoPrendre la poudre
Espagnees LargarsePrendre le large
Espagnees Tomar las de VilladiegoPrendre la route de Villadiego
Espagnees Poner los pies en polvorosaFaire de la poussière avec les pieds
France (Finistère)fr Faire scapaDécamper
Canada (Québec)fr Sacrer le camp
Grècegr Γίνομαι ΛούιςJe deviens Louis
Croatiehr Dati petama vjetraDonner du vent à ses talons
Italieit Darsela a gambeSe la donner à jambes
Italieit Prendere la fugaPrendre la fuite
Italieit SquagliarsiSe liquéfier (= Filer en douce)
Italieit tagliare la cordacouper la corde
Pays-Basnl Er tussenuit knijpenS'en pincer
Pays-Basnl de benen nemenprendre les jambes
Pays-Basnl Het hazenpad kiezenChoisir le sentier des lièvres
Belgique (Flandre)nl ribbedebie zijn (Leuvense / région Louvain)etre "ribbedebie" (provenant du cri "à bride abattue" de la cavalerie)
Belgique (Flandre)nl Schampavie zijnÊtre parti sans laisser d'adresse
Polognepl Bra? nogi za pas.Prendre les jambes derrière ceinture.
Brésilpt dar o piradonner la fuite
Roumaniero A-?i lua t?lp??i?aSe la prendre à la plante des pieds
Roumaniero A o ?terge (engleze?te)L'essuyer (à l'anglaise)
Roumaniero a o lua la goanaprendre la fuite
Roumaniero A-si lua picioarele la spinarePrendre ses pieds sur le dos
Suèdesv Lägga benen på ryggenMettre les jambes sur le dos
Belgique (Wallonie)wa Être scampaveïFoutre le camp

Déformée

Prendre la poudre des scampis (film "les barons")

Vos commentaires
c’est presque à la même époque qu’on prenait "ses jambes à son cou" ... Quelle idée de toujours fuir depuis le XVI ou XVII ème siècle ! la solution est-elle dans la fuite ? la peur n’évite pas le danger ...mais provoque parfois le même genre de "fuites" que les fous-rires extrêmes ! lol
réponse à . cotentine le 16/08/2006 à 07h29 : c’est presque à la même époque qu’on prenait "se...
Pas de poudre, pas d’escampette, mais j’ai ouï, autrefois l’expression "il est parti comme un pet sur une toile cirée" (sauf votre honneur).
Il faut signaler qu’en espagnol fuir se dit (aussi) escaparse.
Bonjour Turpinic, on dort quand, à ta maison ?
réponse à . borikito le 16/08/2006 à 07h40 : Pas de poudre, pas d’escampette, mais j’ai ouï, autrefois l&rsq...
Et bien Borokito , on peut dire que tu me coupes l’herbe sous les pieds car nous avons probablement eu la même idée en même temps ce matin .
J’ai immédiatement pensé à cette expression en lisant l’originale mais voilà , c’est le plus rapide qui attrape l’autre dit-on ...
Quant à Turpinic , il (elle) ne fait qu’appliquer l’adage que " le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt " et c’est pourquoi ce sont les personnes plus âgées qui se lèvent le plus tôt car le temps leur est compté et ils (elles) veulent en profiter au maximum ... logique , non ?
Sur ce je vais aller examiner la toile cirée pour voir s’il ne s’y trouverait pas un p’tit dèj ... Bonne journée à tout le monde !
J’ai lu dans une autre vie qu’"escampette" venait de l’Espagnol "escampar" (mais je dis cela de tête), ce qui renforce l’intervention de Borikitrèstôt.
La poudre d’escampette viendrait-elle d’une confusion entre escampette et escopette ? (poil au p..)
En outre , j’ai eu une idée super géniale pour aider God, mais je crois que je vais la faire breveter... 
réponse à . HoubaHOBBES le 16/08/2006 à 08h54 : J’ai lu dans une autre vie qu’"escampette" venait de l’Espagno...
Que nenni, mes seigneurs! Le secret de cette poudre existe et je vais vous le révéler : elle vient bien des pays latins, comme l’ont deviné certains :

vous commandez un plat de scampi fritti, dans n’importe quel bon restaurant.
Vous prenez une scampe parmi ces scampi ,en choisissant l’une des plus petites : bref une scampette.
Vous réduisez en poudre l’intérieur de la tête, y ajoutez un grain de sel et gobez le tout (vous gobez tout, aujourd’hui !)
Cette poudre vous permet de filer au moment de l’addition sans être rattrapé.

C’est pour éviter cela que dans un plat de scampi, la plus petite est toujours la plus grande.
et bien voilà, aujourd’hui, je vais me pulvériser, m’escampétiser...
Je commence dès à présent et pas plus tard que tout de suite la deuxième et dernière partie de mes ouacances. A la seconde. Je m’autodétruis de vos écrans jusqu’à dimanche.
Vous remarquerez, à mes longs silences réguliers, que:
1) non, je ne ronfle pas,
2) je ne suis pas encore complètement Léveillée (merci, madame Claude)
3) la journée d’hier fut pas sablement arrosée
C’est vrai, c’est frais aussi d’ailleurs, j’ai fêté l’annie verse sers, de ma belle-doche...J’aurais voulu également fêter la journée de l’Acadie, dans un grand tintamarre, mais ils ont voulu faire ca entre eux, tous les Acadiens, toutes les Acadiennes... Alors, on a joué à J’acadis, tu acadis, ... mais c’est moins marrant...
Info pour Tontongadget (la 3): Melle Turpinic ne se lève pas tôt, non môssieu, elle se couche tard, et aussi, seulement quand elle y pense...
Bonjour à tous.J’ai pensé à" décamper" que je mettrais dans le même régistre,qui veut que face au danger,courage FUYONS!.
C’était un séducteur né, prince du pince-fesses, rapide à mettre la main au panier des normandes . Dans les boîtes il était connu sous le nom de :
Le foudre des crampettes !
Dehors grondait l’orage, flashaient les éclairs, le vacarme du tonnerre :
La foudre des grands pets !
Elle le suivit pourtant sans se faire prier. Ils coururent nus sur la plage, se roulèrent dans les vagues bretonnes, unis dans une folle étreinte :
Le foutre fait trempette !
Rhabillée elle tenta de prolonger ce délicieux moment : pourquoi ne pas vivre ensemble ? C’était tellement fort ! Las, le volage, aussitôt, pris…
La poudre d’escampette !


Farnçoise Sagan
réponse à . HoubaHOBBES le 16/08/2006 à 08h54 : J’ai lu dans une autre vie qu’"escampette" venait de l’Espagno...
Désolé, mais les différents dictionnaires consultés n’évoquent aucune origine espagnole (*).
Quant à l’escopette, il s’agit encore d’idées aussi sottes que grenues du camé LéHOBBES. 

(*) Et je dirais même plus ! Je viens de tomber sur ceci : (s’)escamper - v. pron. XIIIe siècle. Emprunté de l’ancien provençal escampar, de même sens, dérivé de campo, du latin campus, « plaine, place ».Vieilli. S’esquiver, se retirer furtivement.
le marquis Paul-Edouard d’Escampette n’était pas un stratège très intelligent. Un jour qu’il avait demandé à ses soldats de fuir le champ de bataille pour éviter d’être massacrés, on a dit de lui : il n’a pas inventé la poudre, d’Escampette.

l’histroien

d’où également l’expression "prendre le marquis" que nous racontera probablement Mirlou en 18 (j’ai les boules ... de cristal)
réponse à . chirstian le 16/08/2006 à 09h08 : Que nenni, mes seigneurs! Le secret de cette poudre existe et je vais vous le r&...
C’est pour éviter cela que dans un plat de scampi, la plus petite est toujours la plus grande.
Attends ! j’ai pas tout compris, là !
Refelemele, voir ?
Sinon je dégaine mon escopette !
réponse à . borikito le 16/08/2006 à 09h50 : C’est pour éviter cela que dans un plat de scampi, la plus petite e...
oui, c’est nouveau, ça vient d’sortir !
réponse à . God le 16/08/2006 à 09h49 : Désolé, mais les différents dictionnaires consultés ...
bon, s’il faut être sérieux (mais je préfére les différentes explications déjà fournies!) : nul ne peut douter je pense qu’escampette vient d’escamper.
Quant à l’origine d’escamper = dé-camper = lever le camp , elle est également limpide.
s’agissant d’une racine latine , quoi d’étonnant de la retrouver dans les mots espagnols. (mais pas d’escopette, qui nous vient de stloppus « bruit que l’on fait en frappant sur une joue gonflée, en passant par l’italien.*)
C’est où qu’il est le problème si on veut rester sérieux ? (heureusement, on veut pas !)
* et non de la tête à Zizou frappant un italien!
réponse à . God le 16/08/2006 à 09h49 : Désolé, mais les différents dictionnaires consultés ...
Il me semble y avoir quand même un méchant cousinage espagnolo-latino-provençal avec l’escapar et le pronominal escaparse, non ?
Tout petit (déjà) non ?

.... Ma reflexion vient de se téléscoper avec celle de Chirstian/13
Et, de nos jours, la fiente de cormoran n’est plus ce qu’elle était

Ben merde alors ! tu l’as bien senti , ma fiente ? Tu sais c’qu’il te dit le cormoran ? Non mais des fois ! On fait avec c’qu’on bouffe, non ? ...

le cormroan vexé

PS demande à Borikito de faire attention : il vole sans regarder , c’est comme ça qu’on décolle ’cormoran’ et qu’on atterrit ’corps mourrant’
réponse à . chirstian le 16/08/2006 à 10h14 : Et, de nos jours, la fiente de cormoran n’est plus ce qu’elle &eacu...
Message reçu
Mais ne te fais pas de mouron, je ne serai ni mourrant ni mourant.
(non, mais !)
Borrrikito
réponse à . borikito le 16/08/2006 à 11h50 : Message reçu Mais ne te fais pas de mouron, je ne serai ni mourrant ni mo...
tentative pitoyable de fusion "drôle" entre "corps mourant" et "corps marrant"
bof !...
j’ai crul lire du morse , ou du loup-phoque , mais le message s’est autodétruit 30 secondes après que mon cormoran ait accepté sa mission impassible. ça est fort une fois !
Quand j’étais - plus - jeune, mon père employait fréquemment l’expression "prendre le maquis" quand il voyait ses enfants prendre la poudre d’escampette...
réponse à . God le 16/08/2006 à 09h49 : Désolé, mais les différents dictionnaires consultés ...
J’ai bien dit que je citais cela de tête ! Mais "escampar" existe bien, si pas en Espagnol, au moins en Provençal, allez, j’ai bien droit à 1/2 point pour l’encre , non?
Quant à l’escopette (poil au p..) ça c’était de la plus pure invention, mais ça sonne assez peoche (on ne sait jamais, ça peut rapporter des points ?).Si non e vero, e bene trovato !
Allez, je déguerpis !
réponse à . mirlou le 16/08/2006 à 13h47 : Quand j’étais - plus - jeune, mon père employait fréq...
Il est Corse ou ancien résistant, ton père ?
réponse à . mirlou le 16/08/2006 à 13h47 : Quand j’étais - plus - jeune, mon père employait fréq...
mais non! Il vous disait "prendre le marquis" ... dont je narre les aventures en n°10 ! Faut suivre ! et encore aujourd’hui c’est calme ...
réponse à . chirstian le 16/08/2006 à 14h38 : mais non! Il vous disait "prendre le marquis" ... dont je narre les aventures en...
J’aurais mal compris (il est vrai que je suis blonde...) ... j’ai du rater des choses !
C’était un matin brumeux où mon corps léthargique donnait peine à voir tant il avait souffert d’une nuit chahutée. Fort d’une grande expérience à me remettre d’une nuit d’amour dévastatrice, je décidais de donner un nouveau sens à notre relation. Un sens plus humain, plus calme surtout.
La femme qui se tenait là dans ce lit en champ de bataille n’avait plus rien d’humain. « Trop de plaisir déforme l’espèce » pensais-je au fond de moi-même. Décidemment, cette femme dotée d’une silhouette à faire fondre d’envie n’importe quel ascète venu, n’avait plus au petit matin que l’allure d’une vague forme d’épave, une sorte de sirène échouée sur la plage de mon savoir-faire…
Quelle victoire pour mon orgueil ! J’avais le triomphe modeste pourtant car tout n’avait pas été aussi facile que prévu…

Seule se distinguait d’elle une longue chevelure brune que j’avais toute la nuit caressée, tirée, entortillée autour de mes doigts que l’on dit exagérément fins.
J’avalais un café brûlant tout en l’observant du coin de l’œil, avachie, elle faisait peine à voir et malgré quelques râles à vouloir encore de ma présence, je sentais qu’il était inutile de lui donner le coup de grâce, non, une jouissance de plus ou de moins, dans son état, quelle différence ?
Même si je possédais encore quelques réserves musculaires, j’estimais qu’il fallait arrêter là l’expérience. Donner une dernière chance à cette maîtresse de me poursuivre de ses assiduités dans le tout Paris m’excitait un peu plus. Si elle voulait jouer encore, on verrait cela plus tard…

Sourire en coin et tasse de café aux lèvres, je savais qu’il lui faudrait une quinzaine pour se remettre de cette nuit d’esclavage d’entre mes mains. Je lui rendais sa liberté je récupérais la mienne. C’était pour moi un comportement charitable envers elle. J’ignorai que quelques jours plus tard, elle ferait circuler dans notre sphère mondaine, une toute autre version, à savoir que je me serais enfui, de peur de prolonger au petit matin une extase commencée la veille au soir.
A toutes nos connaissances, elle affirma que mon esprit était un peu court à gérer trop de jouissances successives, qu’il me fallait me mettre sous la dent quelques « madonnettes » à peine écloses ; une sorte d’entraînement nécessaire pour quadragénaires sur le retour…
J’eus toutes les peines du monde à convaincre ceux de mon sérail qu’il n’en était rien, que seul, la pitié m’avait fait arrêter le combat, qu’il était sage d’introduire dans toute relation sexuelle, le knock-down afin d’éviter à l’un ou l’autre des protagonistes une déchirure mentale trop grave.

Encore une fois, je passais dans le tout Paris secret et libertin pour un rustre, incapable de terminer une chaude prestation. Ah ! Me dis-je, un de ces soirs, je retrouverai cette créature opiacée et nous verrons alors que plus jamais « poudre d’escampette » ne serait surnom à m’affubler. Cette fois prochaine, sûr que le coup de grâce sera donné, sûr que cette fois-là, une longue quinzaine à la campagne lui sera nécessaire pour retrouver les premiers vestiges de sa construction mentale. Décidemment, il me fallait cesser d’être naïf et de croire qu’une femme en campagne n’est rien d’autre qu’une femme en escapade.
Non, celle-ci, m’avait déclaré la guerre, sur un nouveau champ de bataille.
Je lui ferai appeler sa mère à la rescousse et lui ferai franchir les frontières de la sécurité royale de sa reine de mère. Jamais plus poudre aux yeux, elle ne pourra me jeter à la figure, car cette fois-ci, c’était décidé, je lui ferai remonter le fleuve Amour sur toute sa longueur.

C’est que ma virilité était atteinte dans son honneur, mais un homme blessé, vexé comme je pouvais l’être, n’allait pas tarder à réagir et pour commencer, je décidais de reprendre un peu de cet extrait de plante qu’on appelle « la poudre d’estime de soi » dans le jargon familier des bafoués du sexe que l’on dit fort.

Géraldine, ton heure approche, et cette fois-ci, pas de pitié, pas de renoncement, je t’achèverai d’un plaisir à te transpercer l’âme. Ton paradis est plus que jamais en attente de tes sens, de mon essence… sans poudre, sans fards mais avec quelques artifices loyaux. Sacrée garce, me revoilà sur ta scène favorite, j’ai nommé là, ta singulière « provocation ».
message à God :
et ce projet de contrôle anti-dopage , il avance ? Y a nous qu’on en aurait sérieusement besoin !
réponse à . <inconnu> le 16/08/2006 à 15h23 : C’était un matin brumeux où mon corps léthargique don...
Tirelanlère de Rigaudon ! C’est Mademoiselle Turpi-nique qui va pas niquer !
Encore une belle romance qui vole en éclats sous les coups de boutoir de tes coups de reins, sacré boute-en-train !
Allez, reboutonne-toi le coeur, nous championpatissons.
Respect !
réponse à . chirstian le 16/08/2006 à 15h33 : message à God : et ce projet de contrôle anti-dopage , il avan...
Je l’avais mis en sommeil pour cause d’autres urgences, mais je crois que je vais le réactiver fissa !

@HoubaHOBBES/25 - Tiens l’ami Marsupil est parmi nous, maintenant !

Rajout :
Je précise pour ceux qui ne le sauraient pas que le ’@’ devant le nom de HoubaHOBBES indique que ça lui est adressé. C’est d’un usage classique dans les fora lorsqu’une contribution répond à plusieurs personnes. ’@’ se dit ’at’ en anglais (qu’on peut traduire dans ce contexte par ’à’ en français).
C’est comme on le prononce aussi dans une adresse email (au lieu d’une des versions de ’arobase’). Ainsi, vous prononcez l’adresse ’avossouhaits@shoum.net’ avossouhaits at shoum.net.
réponse à . chirstian le 16/08/2006 à 15h33 : message à God : et ce projet de contrôle anti-dopage , il avan...
Quoi ? Ce n’est pas aujourd’hui qu’on a "carte blanche"...?
Je suis clair comme de l’eau de roche...
réponse à . <inconnu> le 16/08/2006 à 16h25 : Quoi ? Ce n’est pas aujourd’hui qu’on a "carte blanche".....
tout à fait : la limpidité de l’eau de roche , et l’abondance du tsunami 
Effectivement tu as aujourd’hui tous les droits, avec les blanches , les noires, les jaunes ... toutes celles que tu veux (ou que tu peux) , qu’elles soient en carte ou non !
(ne pense surtout pas que ma réflexion soit un signe de jalousie : Il faut y voir plutôt un signe de jalousie.)

caillou-chou-genou...
réponse à . God le 16/08/2006 à 15h51 : Je l’avais mis en sommeil pour cause d’autres urgences, mais je croi...
@@*

God a beau dire, moi je trouve quand même que HoubarobaseHobbes ça évoque mieux le marsupilami que houba at hobbes.
Mais je sens que je vais au casse Spip !

spriou

* @ devant @ indique que le message est destiné à @
tandis que @@@ indiquerait que le message est destiné à @@ !
Imaginez quelle fut notre surprise, lorsque, devisant gaiement un verre à la main en attendant l’arrivée du cortège du Meyboom, nous entendîmes un éclat de rire gras et retentissant derrière nous, et sans que nous ayons eu le temps de nous retourner, une grande claque s’abattit sur mon épaule droite, projetant le contenu de ma bière sur les vêtements de mes interlocuteurs.

« Aïe, pensai-je, Lasouinn est arrivée !
Heureusement que Chirstillian a réussi à se débiner, mais nous, on va bien être obligés de se la coltiner pendant une bonne heure ; allez, le compte à rebours a commencé ! »

C’est bien à cause de l’odeur de graillon mélangé à la transpiration d’une bonne quinzaine, figée dans ses vêtements d’été (car elle ne change de vêtements que deux fois l’an : son éternel pull bleu pisseux l’hiver, et son T-shirt Expressio pour tout l’été) que nous nous écartâmes, lui ouvrant grand le passage vers notre petit groupe.

Dire qu’elle se rua dans la brèche serait un euphémisme : sa silhouette ronde et boudinée s’imposa à nos sens en alerte. J’ai déjà parlé de notre odorat soumis à rude épreuve, mais la vue n’était pas gâtée non plus : ses cheveux noirs gras collaient à ses tempes, en mèches éparses et désordonnées, son front luisant et ses gros sourcils fournis ouvraient la voie vers un nez bicolore (rouge-chair irritée et noir-comédon) surplombant une lippe poilue s’entr’ouvrant sur ses chicots rongés par le tabac, l’alcool et le manque d’hygiène.
Pour éviter d’être obligés d’y goûter bien malgré nous, nous essayâmes d’éviter les postillons, qui en sortant son mouchoir, qui en s’abritant derrière une main qu’il faudrait se résoudre à savonner copieusement pour en décoller ces tranches d’ADN !
De sa voix erraillée et gouailleuse, elle interpellait les passants en les attrapant par la manche de ses mains moites de transpiration, y laissant des peintures rupestres plus que des empreintes digitales tellement la saleté se distribuait sans s’épuiser nullement.
Comme le quidam avait tendance à s’effrayer, elle venait lui coller son physique peu ragoûtant sous le nez, pénétrant sans vergogne son espace péricorporel, et le baignant dans son odeur de poubelle en plein air afin de lui permettre de deviner ses menus des trois dernières semaines.
L’un après l’autre, mes amis parvinrent à se fondre dans la foule, mais moi, je me trouvai bien ennuyé après qu’elle eût injurié copieusement deux pandores qui s’adressèrent à moi afin de me demander des comptes. Elle avait disparu comme elle était venue, sur son scooter pétaradant et empestant l’huile de ricin trafiquée (« un truc pour payer moins de taxes disait-elle, un mélange à moi : 20% huile de ricin, 35% d’essence de térébenthine, 45% d’urine de chat- et s’il n’y en a pas assez, tu n’as qu’à t’y mettre un peu, on ne sent pas la différence ! »).
Et en plus son scooter avait dû être rose avant de prendre ce coloris « graisse de friture » qui le rendait moins sensible à la rouille (« et ça , c’est vachement important, la rouille »).
Mon Meyboom cette année, se termina à 4 heures cinquante cinq le lendemain matin, quand je pus enfin sortir du commissariat.
Vous, vous n’avez rien raté d’elle, mais moi, je m’en souviendrai , de Lasouinn !
réponse à . chirstian le 16/08/2006 à 17h23 : @@* God a beau dire, moi je trouve quand même que HoubarobaseHobbes &cced...
Il a tout compris.
Mais par précaution on va lui mettre son suppo sans attendre ce soir, non ?
réponse à . borikito le 16/08/2006 à 18h04 : Il a tout compris. Mais par précaution on va lui mettre son suppo sans at...
T’as raison, il ne faut pas lésiner: je pense qu’il faudra bien lui en remettre un ce soir, après ce qu’il aura appris sur le scooter rose, il tombera de haut.
Utilisons les suppos de sa tante !
réponse à . HoubaHOBBES le 16/08/2006 à 18h03 : Imaginez quelle fut notre surprise, lorsque, devisant gaiement un verre à...
J’ai bien compris que c’était une description de l’Assomption , puisqu’il est question de la Vierge Marrie , mais dans quel évangile à peau cryphe est-il précisé que la Vierge part en scooter ?
Je reste comme la fosse !

Fidel Castor
réponse à . chirstian le 16/08/2006 à 18h12 : J’ai bien compris que c’était une description de l’Asso...
Non, non, ce n’est pas un évangile, c’est une fable : le trou, la femme qui voulait absolument qu’on le lui bouche et le morceau d’arbre !
Les odeurs tellement mélangées m’empêchèrent de deviner si elle était vierge.Je ne me suis pas risqué à un toucher ...Je préférais la poudre d’escampette !
réponse à . <inconnu> le 16/08/2006 à 15h23 : C’était un matin brumeux où mon corps léthargique don...
Monsieur Burma,

voici premiers éléments d’enquête stop
Après avoir commis plusieurs agressions sexuelles sur territoire normand, intéressé s’est replié sur Bretagne natale via autoroute, libérant la région de ses Turpi.. tudes mais laissant un coeur déchiré stop
Semblerait s’intéresser particulièrement au pays Bigouden environs Pouldreuzic, le zig stop
Aurait prétendu vouloir égaler, dans ses turgescences, le volume de la coiffure bigouden stop
Une de ses connaissances locales a déclaré : je suppute (!)* que ses prétentions sont inconsidérées stop
Un pharmacien interrogé a reconnu lui faire des prix de gros pour l’achat de préservatifs stop
A notre question de savoir si ces prix de gros concernaient la taille du sexe il a tenu à préciser qu’il ne s’agissait que des quantités achetées stop
Par ailleurs nous avons appris que ses surnoms, en rapport avec la taille de son machin, étaient "vermisseau" "bite de moustique" "néant du slip" "Rikiki" etc… stop
Concernant la qualité de ses rapports, elle lui a attiré les surnoms de "Rat-bite", "Bunny" "Lorient-Express" "Le Luky Luke de l’étreinte (qui tire plus vite que son ombre)" etc… stop
Prochain rapport suivra dès que possible, ayant été repérés nous prenons provisoirement poudre d’escampette.

* C’en était une, en effet.

ChrisBor
"Quant à la poudre, on ne sait pas vraiment s’il s’agit de la poussière du chemin que soulève le fuyard en courant."

prendre la poudre d’escampette Serait-elle simplement le fait de prendre en plein visage cette poussière soulevée sur le chemin si l’on se met à suivre celui-là même qui fuit?
réponse à . <inconnu> le 16/08/2006 à 21h07 : "Quant à la poudre, on ne sait pas vraiment s’il s’agit de la...
Pas forcément. On n’est pas obligé de lui courir après !
Ce pourrait être la poussière qu’il soulève (comme le Bip-Bip lorsqu’il traverse l’écran), vue comme la poudre d’escampette qu’il a emportée (prise) avec lui et qu’il perd dans sa course.
réponse à . <inconnu> le 16/08/2006 à 21h07 : "Quant à la poudre, on ne sait pas vraiment s’il s’agit de la...
réflexion à rapprocher de la fameuse interdiction " défense de courir sous peine de poursuites" !
Je rejoins God (belle foulée, mais pas asez d’escampette, ce soir! ) : l’expression ne saurait se comprendre comme le raccourci de "prendre la poudre d’escampette... dans la gueule".

(Pas plus du reste que les autres expressions du site.On ne peut pas dire : Tenir le bon bout ... dans la gueule , Chat échaudé craint l’eau froide... dans la gueule, donner carte blanche ... dans la gueule !)
Quoique, quoique... !
réponse à . God le 16/08/2006 à 09h49 : Désolé, mais les différents dictionnaires consultés ...
Et en italien, est-ce carpaccio ?
réponse à . borikito le 16/08/2006 à 20h27 : Monsieur Burma, voici premiers éléments d’enquête sto...
Monsieur Chrisbor de Loire,

On se demande ici, à quoi vous marchez, la p’tite bière ou le p’tit vin blanc.
L’individu dont vous parlez avec une certaine connaissance, voire une certaine sympathie quand cela n’est pas de l’admiration, n’est pas l’individu recherché. Vous avez à l’évidence découvert par pur hasard la piste d’un serial lover, pas plus mais pas moins non plus.

Visiblement, l’homme que vous étiez chargé de pister vous a glissé entre les doigts que je pense palmés. Qu’à cela ne tienne, vous serez tenu pour responsable de cet échec patent et probablement dégradé dans la cour d’honneur de la place Beauveau dès que je le jugerais utile.

Vous n’êtes pas sans savoir que le prix des préservatifs a augmenté de manière inconsidéré, une honte soit dite en passant. Vous auriez du tenir compte que notre individu opère sans latex toujours et usite parfois d’un gel spécial pour masquer son ADN. Intelligent, rusé et débrouillard, notre homme refera surface probablement dans son milieu et il ne m’étonnerait pas qu’il porte ce jour là un masque de Fantômas. A vous de vous introduire dans ce milieu pseudo branché de la capitale. Traînez autour de l’Etoile certainement quelqu’un viendra à votre rencontre pour vous proposer une soirée un peu spéciale.
A vous donc de juger de la situation suivant vos aptitudes. Un peu de plaisir en missions, qui vous le reprocherait ?

Restez sur vos gardes et cessez vos ingurgitations douteuses qui altèrent le bon fonctionnement du service.
S’il était établi que vous replongeassiez dans le même délire alcoolique, je n’aurais d’autre choix que de vous muter sur le front de l’est où le Maréchal Paulus ploie encore sous une certaine pression ennemie affiliée au rouge bien évidemment.

Certain que vous aurez admis ces réalités, il ne me reste donc plus qu’à vous souhaitez bonne chance dans ce milieu que vous vous apprêtez à infiltrer. La réussite sera au bout de votre démarche et ce satrape sera une bonne fois pour toutes mis hors d’état de nuire. Que la poudre d’escampette l’emporte !

Cordialement,

Burma
Bon, alors, c’est de là que vient le nom de ce bouton escape? 8-)))
réponse à . <inconnu> le 17/08/2006 à 03h02 : Bon, alors, c’est de là que vient le nom de ce bouton escape? 8-))...
Il est vrai qu’en langage codé Dave Hinchi, on l’appelle "la touche d’escampette", nous voici donc démasqués par algasys ! (c’est belge ça, comme pseudo ?)
réponse à . <inconnu> le 17/08/2006 à 03h02 : Bon, alors, c’est de là que vient le nom de ce bouton escape? 8-))...
Vous ne croyez pas si bien dire, car, même s’il remonte à loin, il a bien un lien étymologique. La touche ’escape’ ou ’ESC’ ou ’échappement’ en français, vient de l’anglais ’to escape’ qui veut dire ’éviter’, ’s’enfuir’, ’s’échapper’ et qui vient du vieux français... Et entre ’s’enfuir’ et ’prendre la poudre d’escampette’, la différence n’est pas flagrante.
réponse à . God le 17/08/2006 à 08h37 : Vous ne croyez pas si bien dire, car, même s’il remonte à loi...
et comme la touche "esc" permettait de s’enfuir, on a ensuite ajouté la touche "alt" pour arrêter les fuyards.
Certains refusant d’obtempérer il a fallu aller plus loin, et se montrer menaçant : "alt Gr!".
Après quoi, comme il fallait les loger, on a bâti des F1, F2, F3 etc... dans la région des lochs. (Num Loch , Caps Loch , Scrol Loch , près du Loch Ness).
Parce que ces constructions modestes rappellent les cages à lapins, vous tapez aujourd’hui sur un "clapier" (azerty ou autre)...

azerty
réponse à . chirstian le 25/08/2006 à 20h40 : et comme la touche "esc" permettait de s’enfuir, on a ensuite ajouté...
Joli !
Chapeau bas pour Chisrt Chrtsi Chastr Chirstain, je suis enfin parvenu à le dire !
Nous ont encore charmés les voisins du dessus ! 
Lors, leur poudre d’escampette était pailletée du soleil de l’été...
Aujourd’hui, notre escampette hivernale sera poudrée à frimas.
Hier, le fils d’Ali a pris la poudre d’escampette. Eureka, son Eureka d’Amour, dis-nous, tu vas bien? Tout se passe comme tu le voeu?
Cartilage va-t-elle résister? Les guerres pudiques vont-elles reprendre? Les forces du Mâle vont-elles tomber sur un os?
d’ailleurs, décamper et escamper, n’est-ce pas, c’est quasi le même mot, décamper venant de descamper, lever le camp (quitter le champ).
Escamper est issu de scampare, italien campo et le suff ex = hors: escamper: sortir du champ (camp).
Décamper est un renforcement de l’action d’écamper; à la limite on décampe plus vite qu’on écamper et comme on aime bien les images fortes, écamper, devenu petit dans l’émotion, minable dans l’action, "s’en est allé", ce qu’il en était devenu à vouloir dire.
D’ abord, un peu de maths : la tangente d’ un arc (ou d’ un angle) est le rapport du sinus au cosinus de cet arc (ou angle). Comme on peut aussi dire "prendre la tangente", la poudre d’ escampette serait-elle le rapport du sinus (bouché par un rhube) au cosinus, que l’ on prend sans demander son reste, lorsqu’ un arc et des flèches menacent de vous transpercer comme un vulgaire insecte dans une boîte de collectionneur ? La poudre pourrait être les écailles des lépidoptères, à qui le chasseur dit : "minute, papillon !" pour ne pas qu’ il s’ envole loin du filet qui sera l’ antichambre de son tombeau...
Si Dzovig n’a pas pris la poudre d’escampette et qu’il (elle?) nous lit toujours, je lui souhaite un très bon anniversaire 
réponse à . chirstian le 25/08/2006 à 20h40 : et comme la touche "esc" permettait de s’enfuir, on a ensuite ajouté...
Juste magnifique...et d’une logique imparable ! 
Je me souviens d’une comptine:

Tout en passant par un p’tit bois
Tous les coucous chantaient
Et dans leur joli chant disaient :
Coucou, coucou
Et moi, je croyais qu’ils disaient :
Coupe-lui le cou

Et moi je m’en cour’, cour’, cour’
Et moi je m’en courais
Et moi je m’en cour’, cour’, cour’
Et moi je m’en courais toujours

Tout en passant près d’un moulin
Toutes les meules tournaient
Et dans leur joli chant disaient :
Toc, tic, toc, tac
Et moi, je croyais qu’elles disaient :
Coupe-li tout ras

Tout en passant près d’un étang
Tous les canards chantaient
Et dans leur joli chant disaient :
Couéan, Couéan !
Et moi, je croyais qu’ils disaient :
L’cou dans l’étang

Bon wouikind.
Quand j’étais petite fille, je trouvais joli d’associer la poudre d’escampette à la poussière d’étoiles que semait la fée Clochette derrière ses talons, comme sur cette page. Et comme c’est joli, je m’en tiendrai là. Et pis c’est tout.
réponse à . momolala le 15/01/2011 à 14h29 : Quand j’étais petite fille, je trouvais joli d’associer la po...
Justement je pensais à Gros Nounours qui jetait à la volée de la poudre de perlimpinpin...de la poudre d’escampette dans le sommeil...
Dzovig, youhou... OÚ es-tu?
On t’attend toutezétoussent chez Marcel pour fêter avec toi dignement tes tuitans et toi, tu prends la pette d’escampoudre...
Déjà que Diwan s’empiffre de canapés et que momolala voit mondouble, que not’ BeeBee à adhésion renforcée ne reconnaît plus Mickey pendant que Germaine ne décroche plus,... je te dis pas l’ambiance...
réponse à . God le 16/08/2006 à 09h49 : Désolé, mais les différents dictionnaires consultés ...
En effet, cher God, en langue d’oc, escamper quelque chose ou quelqu’un, veut dire le jeter, ou , au mieux, l’envoyer promener (vertement !).
réponse à . pfloche le 15/01/2011 à 09h50 : d’ailleurs, décamper et escamper, n’est-ce pas, c’est q...
et escamoter aurait la même origine ?
réponse à . file_au_logis le 15/01/2011 à 14h51 : Dzovig, youhou... OÚ es-tu? On t’attend toutezétoussent chez Marce...
...je te dis pas l’ambiance…
Une ambiance explosive ! Ça sent la poudre ! Momolala voudrait bien se faire la malle tandis que toi tu cherches à te faire la belle… Lange s’envole à tire d’ailes… Agronome fiche le champ camp et BeeBee s’enfuit à l’anglaise… Germaine joue la fille de l’air… M’sieur Ubbleu a pris ses jambes à son cou et Houba, lui, prend la tangente... christian s’apprête à partir ventre à terre et SyntaxTerror met les voiles [ou le contraire… j’les confonds toujours !]… Et y’a tous les habitués qui frappent au carreau !

Enfin, c’est l’bazar ! Tout ça parce que Marceeeel a prévu trop juste : y’a plus rien à boire ! Il est donc urgent d’aller au ravitaillement pour pouvoir remplir les verres et chanter ♫♪ ♫♪ ♪♫♪ Bonaniversaire Dzovig ! en jetant des confettis d’escampette !
réponse à . DiwanC le 15/01/2011 à 17h19 : ...je te dis pas l’ambiance…Une ambiance explosive ! Ça...
Nan nan, je m’fais pas la malle ! au contraire, j’ai fini-fini-fini de défaire les cartons que j’ai montés grâce à mon courageux petit diable et à l’ascenseur ultra-moderne qui dessert mon premier étage. TOUS MES LIVRES sont en place ! Et ils ne sont pas près de prendre la poudre d’escampette : ça pèse quinze ânes morts ça ! J’ai refait les bi- et les tri-ceps sans salle de gym ! Et je te monte à l’échelle, et je descends de l’échelle : step easy et intello !

Donc, maintenant que j’ai bu mon infusion orange-pain d’épice pour fêter ça, je suis prête à venir trinquer avec vous autour de Dzovig à qui je souhaite un tardif mais néanmoins excellent anniversaire !
réponse à . DiwanC le 15/01/2011 à 17h19 : ...je te dis pas l’ambiance…Une ambiance explosive ! Ça...
Une ambiance explosive ! Ça sent la poudre !
... d’ escopette, sans doute?
réponse à . mitzi50 le 15/01/2011 à 09h50 : D’ abord, un peu de maths : la tangente d’ un arc (ou d’ ...
Titre du Télégramme de Brest de ce jour :
Ben Ali prend la tangente
réponse à . cocolico le 15/01/2011 à 15h21 : En effet, cher God, en langue d’oc, escamper quelque chose ou quelqu&rsquo...
tout à fait, dans le midi, par exemple à Béziers ou Sète, on dit couramment "escamper" pour jeter.Voir le livre "Sète à dire" de Raymond Coves aux éditions "espace sud", en vente en librairie; traité vivant et coloré du parler sétois et du pays de Thau.
réponse à . kouskous le 15/01/2011 à 18h53 : tout à fait, dans le midi, par exemple à Béziers ou S&egrav...
traité vivant et coloré du parler sétois
et si sétois, ce n’est donc pas ton frère!
réponse à . Emeu29 le 15/01/2011 à 17h54 : Titre du Télégramme de Brest de ce jour : Ben Ali prend la ta...
Merci pour cette petite info. Bien sûr, je savais qu’ il s’ était enfui, mais pour recevoir un journal breton (à part Ouest France, qui ratisse large) outre Couesnon, faut se lever de bonne heure ! Ce qui est regrettable c’ est qu’ avant sa fuite, la "poudre" avait parlé copieusement.....Et apparemment ce n’ est pas fini !
Faire scapa ? J’aimerais en savoir plus car je n’ai jamais au grand jamais entendu ça ? Peut-être que ça vient du sud Finistère, plus proche de l’Italie ?
Escopette
Escopette hollandaise à rouet
lescampette ou escopette ? le deuxième utilise bien de la poudre et elle servait a faire fuir... c’est la version que j’avais toujours entendue
ANAGRAMME
Radar décelé pu stopper dément
On délire souvent sur ce mêêêrveilleux site ! Mais en ces jours d’août 2006, est-ce la chaleur ou quelque poudre hallucino-fantasmatico-miraculeuse, ils étaient dans une forme surprenante les voisins du dessus ! Faut dire que, dès le matin, le ton avait été donné par God himself !
En janvier 2011, ils étaient plus frileux dans la déconn… dans l’extravagance. 
Point de fuite chez le beau Georges (l’autre !) - si ce n’est l’escampette définitive qu’il prit un méchant jour d’octobre 1981… mais dans deux ou trois chansons, il fait "parler" la poudre ! Celle-ci par exemple :

J’avais le plus bel amandier
Du quartier,
Et pour la bouche gourmande
Des filles du monde entier,
Je faisais pousser des amandes :
Le beau, le joli métier !
.......................
Et la fête dura tant
Que le beau temps
Mais vint l’automne, et la foudre
Et la pluie, et les autans
Ont changé mon arbre en poudre
Et mon amour en même temps !


Ici , la chanson et les paroles.
God ne fait pas mention des poudres purgatives de l’époque de Molière qui avaient l’effet sur les preneurs de les faire déguerpir au plus vite vers les toilettes sans même dire au revoir.  

Wiki:
Escampette vient de l’ancien verbe escamper (de l’Italien scampare) qui, dans un registre familier, signifie décamper, prendre la fuite, partir sans dire adieu.
Selon les sources, l’expression ferait allusion à la situation d’une personne qui, ayant pris une certaine poudre, quitte brusquement l’endroit où elle se trouve. Cette locution daterait du XVIIe siècle : les chroniqueurs ont conservé le nom de nombre de poudres purgatives, très prisées à l’époque par effet de mode, qui faisaient la fortune des charlatans. Molière caricature cette pratique dans sa pièce Le Malade imaginaire, où Argan, se croyant toujours malade, se fait faire des purges en plus des saignées et prend divers remèdes dispensés par des médecins incompétents.
Selon d’autres sources, l’expression serait une allusion à la poussière soulevée par les cavaliers et leur monture dans leur fuite.
réponse à . lalibellule1946 le 27/12/2013 à 04h43 : God ne fait pas mention des poudres purgatives de l’époque de Moli&...
Nan nan, j’insiste, l’origine de ce mot encore très employé, -s’escamper ou s’escaper à Nice fait partie du vocabulaire local- est bien provençale. Enfin, c’est la version qui me sied le mieux puisque c’est celle qu’emploie mon bel ami. Qui revient toujours ! 

Le prudent a, comme le décrivit Robert Merle dans un des épisodes de Fortune de France, un pied en avant, l’autre sur le rebours. L’impulsif trace la route en soulevant la poudre d’escampette. Pas dans ma nature, ça ... D’abord je n’ai jamais couru assez vite pour espérer échapper à qui que ce soit, et puis je préfère faire face. Au moins par curiosité !

Je réitère néanmoins mes références à Clochette et vous souhaite une journée poudrée d’émerveillement et de joies.
réponse à . DiwanC le 27/12/2013 à 03h48 : Point de fuite chez le beau Georges (l’autre !) - si ce n’est l...
En amour "on ne demande pas aux filles d’avoir inventé la poudre" et "les grognards de Bonaparte ne tiraient pas leur poudre aux moineaux".......pas plus qu’ils ne prenaient celle d’escampette.....

Excusez le manque de liens et de construction de mon intervention mais à Djibouti on grave encore les CD au marteau et au burin et la connexion d’aujourd’hui est particulièrement capricieuse.....

Bonne journée........
réponse à . momolala le 27/12/2013 à 06h27 : Nan nan, j’insiste, l’origine de ce mot encore très employ&ea...
Le prudent a, comme le décrivit Robert Merle...

A-t-il fait attention, le pôvre, ou bien s’est-il déjà fait bouffer?
Parce que, tout le monde le sait, en période de serrage de Sainte Hure, faute de grives, on mange des Merle...
Décamper!!! Escampette !!
C’est la même racine certainement ?
réponse à . file_au_logis le 27/12/2013 à 07h11 : Le prudent a, comme le décrivit Robert Merle... A-t-il fait attention, le...
faute de grives

Pour les "grives et le riz", on ne paie pas.
réponse à . momolala le 27/12/2013 à 06h27 : Nan nan, j’insiste, l’origine de ce mot encore très employ&ea...
s’escaper à Nice
Histoire de vouloir jouer les cuistres, je rappellerai que c’est le traité de Turin en 1860 qui a rattaché le duché de Savoie et le comté de Nice à la France. Le distinguo entre "Italien" et "Niçois" me semble légèrement exagéré.
ANAGRAMME
Damné prépare cette poudre LSD
vers le nord-nord-est
A moins que ça ne soit "North by North-West" (La Mort Aux Trousses),magnifique policier d’Alfred Hitchcock dans lequel le personnage joué par Cary Grant prend la poudre d’escampette ?
réponse à . SyntaxTerror le 27/12/2013 à 09h52 : vers le nord-nord-estA moins que ça ne soit "North by North-West" (La Mor...
à rapprocher de la touche ESCAPE de mon clavier .
ça a peut être déjà été évoqué, j’ai pas tout lu .
en Occitan : escamper = jeter, s’en aller .
réponse à . Mourguette le 27/12/2013 à 10h10 : à rapprocher de la touche ESCAPE de mon clavier . ça a peut &ecir...
Salut tà toi.
Le rapprochement avec la touche "Esc" m’est aussi venu à l’esprit mais, il existe une combinaison de touches qui fonctionne avec Expressio : Ctrl + F et qui m’a fait remonter en 41 à 43.
DES POUDRES, DES FEMMES ET DES HOMMES

Depuis que je suis née
J’ai connu bien des poudres,
Celle légère et parfumée
- Pas plus d’un dé à coudre !-,
Qui adoucit mes ris,
Caresse mes joues de velours
Comme un objet aimé,
C’est la poudre de riz,
Vous l’aurez deviné,
Qui embellit mes jours.

Quoique point ne l’eusse inventée,
Elle ne m’a jamais manqué,
Toujours au rendez-vous
Dans son poudrier d’or,
D’émail ou bien d’argent,
Ou en humble fer-blanc,
Qu’importe le décor
Si on a l’agrément,
Si ma houpette se dévoue
Pour faire avec elle joujou.

J’en vis qui poudroyait
Chez maints inconséquents
Au bord de leurs narines,
Et qui, sans besoin d’arguments,
Incontinent les renvoyait
Chez Dame Cocaïne,
Celle qui tient boutique
À côté du palais antique,
Au royaume de Fée Morphine
Et de tous ses envoûtements.

Jamais n’utilisai la noire
Qui fait carburer, c’est notoire,
Du diable les engins,
Là, saperlipopette !,
Je prends la poudre d’escampette
Et me réfugie chez Merlin,
Le grand docteur Perlimpinpin ;
Tant qu’à mettre le feu aux poudres,
Que ce soit sans foudre ou sévices,
Pour qu’éclate un feu d’artifices.
réponse à . belteigneuse le 27/12/2013 à 10h16 : DES POUDRES, DES FEMMES ET DES HOMMES Depuis que je suis née J’ai ...
Magnifique !

Mettons quand même en garde ceux qui veulent passer la nuit dans les bras de Morphine : il n’y a pas plus de poudre chez Leroy Merlin qu’il n’y avait d’herbe dans les Relais H.
réponse à . <inconnu> le 27/12/2013 à 08h32 : Décamper!!! Escampette !! C’est la même racine certaine...
Décamper!!! Escampette !! C’est la même racine certainement ?
À nous, Alain Rey ! Deux mots !

Décamper : inutile de répéter ce que pfloche dit @ 48. Juste une toute petite précision : décamper a d’abord un sens militaire → lever le camp.

Escampette : diminutif (1688) du moyen français escampe, escamper [au XIIIe, on le trouve écrit escanpe], tout ça emprunter au provençal escampar [on le savait déjà grâce à God (@ 9) et à quelques voisins du dessus], et dériver de l’italien campus → camp, champ. Chirstian disait à peu près la même chose @ 13.

Alors… DécamperEscampette… Même racine ? Oui, si on s’arrête à camp...
Pour Bouba : un petit peu d’air du pays de France avec ces lignes d’Alphonse Daudet, extraites de Souvenirs d’un homme de lettres, 1889.

[…] Dans le Midi français, Bordeaux tient une place à part. Ancré aux bords de l’Atlantique, son beaupré tourné vers les Indes, il est le Midi créole, le Midi des îles, exaspéré, qui, à la fougue imaginative, à la vivacité de parole et d’impression des peuples d’outre-Loire, joint un immodéré besoin d’aventures, de courses, d’escampette.

L’italique du mot "escampette" n’est pas mon fait : voir cette page.
réponse à . DiwanC le 27/12/2013 à 11h43 : Décamper!!! Escampette !! C’est la même racine certain...
Mes cheveux commencent à prendre la poudre d’escampette, dois-je traiter mes racines ?
réponse à . belteigneuse le 27/12/2013 à 10h16 : DES POUDRES, DES FEMMES ET DES HOMMES Depuis que je suis née J’ai ...
C’est qu’elle sait même écrire, la bougresse! Ou alors, cette journée est placée sous le signe d’une bonne étoile... (Mintaka, par exemple)

Euhhhhh, noooooooooooooon, pas sur la têêêêêêêêête!

réponse à . SyntaxTerror le 27/12/2013 à 12h17 : Mes cheveux commencent à prendre la poudre d’escampette, dois-je tr...
God - not’ bon maître - a la solution capillaire qu’il te faut. D’après lui, t’as pas de mouron à te faire !
réponse à . lalibellule1946 le 27/12/2013 à 04h43 : God ne fait pas mention des poudres purgatives de l’époque de Moli&...
d’une personne qui, ayant pris une certaine poudre, quitte brusquement l’endroit où elle se trouve

Avec cette remarque qu’il n’y a pas concordance de temps entre l’Expression et la signification que tu donnes. Car prendre la poudre et quitter brusquement ne peuvent se produire en même temps. Prendre la poudre a un effet retardé, même si cet effet est rapide, et ne peut donc signifier s’enfuir, la fuite rapide étant un effet postérieur  de la prise de la poudre.
@ Syntax Terror et
@ file_au_logis

C’est très gentil. Malheureusement pour Merlin, je viens de le rayer d’un trait de plume et la dernière strophe devient ainsi:

Jamais n’utilisai la noire
Qui fait carburer, c’est notoire,
Du diable les engins,
Là, saperlipopette !,
Je prends la poudre d’escampette
Et m’enfuis chez Perlimpinpin;
Tant qu’à mettre le feu aux poudres,
Que ce soit sans singer la foudre,
Pour que jaillisse sans sévices,
Un splendide feu d’artifices.

Signé : Une bougresse entre canon et canonique
réponse à . charmagnac le 27/12/2013 à 13h40 : d’une personne qui, ayant pris une certaine poudre, quitte brusquement l&r...
Je ne vois pas bien pourquoi.
Si tu crois que la poudre d’escampette existe, pourquoi n’aurait-elle pas un effet immédiat ?
réponse à . belteigneuse le 27/12/2013 à 14h22 : @ Syntax Terror et @ file_au_logis C’est très gentil. Malheureuse...
Tant pis pour Leroy et Merlin, les deux qui font Lapeyre.
J’irai voir ailleurs si ce que je n’ai pas les moyens d’acheter le samedi, je pourrai me le payer le dimanche.
réponse à . SyntaxTerror le 27/12/2013 à 14h23 : Je ne vois pas bien pourquoi. Si tu crois que la poudre d’escampette exist...
Effet immédiat, mais pas simultané. Ou alors si c’est laxatif, bonjour la cata ! 
réponse à . SyntaxTerror le 27/12/2013 à 09h43 : s’escaper à NiceHistoire de vouloir jouer les cuistres, je rappelle...
Je ne saurais l’ignorer, cher Syntax, ayant moi-même participé dans mon adolescence chantante aux célébrations du centenaire de ce rattachement. Néanmoins le Nissarte, que j’ai appris, est bien différent de l’Italien, comme d’ailleurs du Provençal. Forcément, de nombreuses racines sont communes, mais la région de Nice ayant été plus qu’une autre région de passage ouverte a drainé un vocabulaire très international dans ses origines, comme l’estocafiche, que l’on retrouve à Marseille, nous vient du commerce des antiques Phocéens avec les Vikings. Le Nissarte est plus simple que l’Italien dont la grammaire, issue directement du latin, nécessite un long apprentissage. Je commente pour commenter : je n’aime pas trop le nissarte, que je trouve fort étriqué ; je préfère de loin le Provençal qui correspond à une culture riche et diverse.
Je prends de la poudre. Je saupoudre mon pain avec cette poudre sucrée. Ce pain pané de beurre* fondu. Ce pain auparavant trempé dans un mélange fouetté d’oeuf, lait, et essence de vanille et ensuite grillé légèrement. C’est une recette à l’envers pour le French toast américain.

Il faut dire que chez moi le pain perdu prend de la poudre d’escampette à tombeau ouvert régulièrement, quel mélange étrange de métaphores.

* Je me demande pourquoi je trouve dans mon pays du beurre irlandais, danois, même italien mais jamais du beurre normand ou breton ou autrement français.
réponse à . belteigneuse le 27/12/2013 à 10h16 : DES POUDRES, DES FEMMES ET DES HOMMES Depuis que je suis née J’ai ...
Très zouli poème qui me fait penser au film de Scorsese qui vient de sortir The wolf of Wall Street dans lequel la Dame Cocaïne y figure large, paraît-il. En plus, d’après les critiques, et même d’après les propos de Scorsese lui- même, il ne s’agit pas d’un ’morality play’ mais simplement d’une mise en scène des événements sans jugement. Aller le voir ou pas ?  
réponse à . SyntaxTerror le 27/12/2013 à 12h17 : Mes cheveux commencent à prendre la poudre d’escampette, dois-je tr...
Il y a un remède pour toi dans cet article. Mais il faut de la graisse de serpent, de hippopotame, etc.  

À noter que de nos jours le ’snake oil’ (huile de serpent) est un synonyme pour poudre de perlimpinpin mais que cette huile existe pour de bon dans la médecine traditionelle chinoise.

cette page
réponse à . lalibellule1946 le 27/12/2013 à 17h14 : Il y a un remède pour toi dans cet article. Mais il faut de la graisse ...
le ’snake oil’ (huile de serpent) (...) existe pour de bon dans la médecine traditionnelle chinoise
Dans la médecine ancienne française aussi : cette page
réponse à . deLassus le 27/12/2013 à 17h23 : le ’snake oil’ (huile de serpent) (...) existe pour de bon dans la m...
Ouf, ça fait beaucoup de préparation, l’huile de serpent. Mieux vaut aller à la pharmacie chercher de l’aspirine !  

J’aurais dû préciser que les chinois d’après cet article continuent aujourd’hui à croire à l’efficacité de l’huile de serpent pour le rhumatisme, etc., et de s’en servir dans la médecine dite ’alternative’.
réponse à . deLassus le 27/12/2013 à 17h23 : le ’snake oil’ (huile de serpent) (...) existe pour de bon dans la m...
Efficace ? Peut-être que oui... peut-être que non...
Ce qui est sûr c’est que la recette est agréable à lire : on la croirait écrite par Lovendric...
réponse à . lalibellule1946 le 27/12/2013 à 17h14 : Il y a un remède pour toi dans cet article. Mais il faut de la graisse ...
C’est peut-être vraiment efficace pour soulager les douleurs dues aux bursites et aux tendinites. Ca se trouve peut-être chez Tang frères à moins que je demande à mon buraliste (pourquoi les vendeurs de tabac franciliens sont-ils tous d’origine asiatique ?).
En ce qui concerne les "boutons de ladrerie", autrement dit la lèpre, il existe assez peu de cas en France et il existe d’autres thérapeutiques.
réponse à . lalibellule1946 le 27/12/2013 à 16h52 : Très zouli poème qui me fait penser au film de Scorsese qui vient ...
Dans les années ’70 et ’80 à Manhattan la cocaïne s’est répandue comme une traînée de poudre.  
Publicité

La poudre d’Escamps, la seule qui ne pète que dans les doigts!
Beaucoup de mentions du latin, de l’espagnol ou de l’italien... Si vous avez l’occasion de sortir un jour de Paris, ou des grandes villes où on reçoit ses émissions de télé (de Paris), vous découvrirez que dans le midi (bon c’est vrai il y a eu une petite mention de l’ "occitan") le verbe escamper est bien utilisé en FRANCAIS, comme dans " et tong vieux slipe pleing de trous, je l’esca-mpeu ou tu veux le garder ?" (quelqu’un pourrait-il fournir un exemple mieux venu ?). Voir aussi :http://fr.wiktionary.org/wiki/Annexe:Liste_de_mots_et_expressions_du_sud-ouest_de_la_France_en_fran%C3%A7ais
J’espère que cette info ne vous espantera pas trop
réponse à . Bonblabla le 27/12/2013 à 22h33 : Beaucoup de mentions du latin, de l’espagnol ou de l’italien... Si v...
Enfin une allusion à la chanson française de qualité, ça manquait sur ce forum :
Il était dimanche sur TF1,
Quand il y avait pas la Formule 1.
Interprété par Chuck Norris,
Il n’est pas venu pour jouer au tennis.
Au Texas, tout le monde le craint,
Il se fait pas mazouter le pingouin.
Il est tellement balaise le type,
Que quand il pète il troue son slip !

Diwan a parlé de Bordeaux et Momo de Nice, j’imagine que ton midi se situe entre les deux, mais zoù au juste ?
réponse à . SyntaxTerror le 27/12/2013 à 22h49 : Enfin une allusion à la chanson française de qualité, &cced...
Ah pardon, je suis arrivé comme un cheveu sur la soupe, et je n’avais pas vu les allusions à Bordeaux et Nice. Je dirais que oui, pour moi et pour pas mal de gens, effectivement, le "midi" se situe bien entre les deux ! Mais je précise à toutes fins utiles que j’ai entendu souvent l’expression à Montpellier.
réponse à . Bonblabla le 27/12/2013 à 23h01 : Ah pardon, je suis arrivé comme un cheveu sur la soupe, et je n’ava...
Vu que tu n’as pas pris le temps de lire le mode d’emploi, il conviendrait quand même de placer les pages entre accolades {} pour obtenir ce résultat :
Voir aussi : cette page.
J’y suis allé et j’ai été étonné d’y trouver des mots qui s’emploient en français (qui est une langue d’oïl), manque de culture du rédacteur, peut-être ?
Le plus surprenant pour moi est :
Tignoùs, -se : entêté, résistant, revêche
vu qu’en picard, on dit "tignace" et que je serais étonné que ça vienne de l’occitan !
Ce jour-là, il ne s'est pas enfui...pourtant, il aurait dû...

- Vous reprendrez bien un peu d'escampette ? avait minaudé la camarde, enjôleuse, rouée, en brandissant sa longue faux d'agronome et troussant son suaire un peu plus haut qu'il n'est décent.

Le cher Georges en a repris une lampée, avançant sans vraiment le vouloir l'heure du partir, le moment de faire son testament...

S'il faut aller au cimetière
J'prendrai le chemin le plus long
J'ferai la tombe buissonnière
J'quitterai la vie à reculons
Tant pis si les croque-morts me grondent
Tant pis s'ils me croient fou à lier
Je veux partir pour l'autre monde
Par le chemin des écoliers


Voici l'histoire... et la chanson
Un voleur de pommes malchanceux qui prend la poudre d'escampette devant un cul-terreux furibard ?

Notre Georges tend la patte et le paysan mord la poussière....

C'est raconté .....

Je prépare le café et vous attendrez Enkidou pour sa tartine habituelle......
En 1897 il fut question des "Marquis de l'Escampette" suite à l'incendie du Bazar de la Charité

L'affaire fit grand bruit de par le nombre de victimes et par le fait que le Gotha européen fut touché de plein fouet.....
- Ô pecaïre, mais tu l'avais pas ce fauteuil la dernière fois que je suis venu....Et cette table non plus..Mais tu as tout changé !
- Hè vouaï, un beau matin ça m'a pris et j'ai escampé tous mes vieux meubles....
Ecoute celle là.....

- Cré vingt dieux y a des touristes qui ont planté leur tente dans le champ
- Y font pas de mal, laiss' camper.......

Impayable ce Bouba !.......
Un peu d'uchronie:

Que se serait il passé si Louis XVI n'avait pas pris la poudre d'escampette vers Varennes ?.....

Vous avez deux heures parce que faut que j'aille faire le café chez les Lapeau-d'Effesses*......

* Cousins troisième avec les Desgrand-Lacour par la branche maternelle des Engrand-Depompe dont la mère fut le fruit d'amours anciliaires commis avec Jules le palefrenier .......

Allez ad'taleur....
réponse à . BOUBA le 06/01/2016 à 07h23 : Un peu d'uchronie: Que se serait il passé si Louis XVI n'avait pas pris ...
Un peu d'uchronie
Et c'est douloureux ? 
j'ai souvent entendu(et employé)le verbe(s')escamper chez moi,dans le midi...il me semble même qu'on disait aussi"prendre l'escampi"...
Dialogue

- Sacrebleu ! Palsembleu ! Et saperlipopette !
Je vais te dessouder sans tambour ni trompette
Te dégonder les reins, t'arracher les roupettes,
Et te régler ton compte enfin, bougre d'arpette !

- Comme tu es mignonne avecque ta jupette
Que tu portes si bien dessus ta salopette,
Ton sourire câlin, même quand tu rouspètes,
Tes cheveux en pétard, et ta jolie houppette !

- Ah, tu n'es qu'un salaud ! Tu n'es qu'une lopette !
N'es-tu donc pas lassé que je te le répète ?
Et j'en ai plus qu'assez de tes entourloupettes !
Tu n'es qu'un bon à rien, tu ne vaux pas tripette !

- As-tu donc oublié nos tendres galipettes
Quand nous allions au bord de l'eau faire trempette ?
As-tu donc oublié nos parties de crapette,
Mollement allongés tous deux sur la carpette ?

Nos courses endiablées, et nos folles grimpettes,
Nos cols escaladés à grands coups de topette(*) ?
- Je le sais maintenant, ce n'est à qu'à mes pépètes
Que tu t'intéressais, espèce de tapette !

- As-tu donc oublié nos soirs dans la tempête,
L'un à l'autre enlacés, ivres de recoupette(**),
Étourdis d'eau de vie, complètement pompettes,
Comme deux chats persans abrutis de népète(***) ?

- Assez ! Prends maintenant la poudre d'escampette,
Ou je te pulvérise avec mon escopette !
Et n'espère donc pas qu'à ma gueule elle pète !
Qu'importe si je dois, pour ça, prendre perpète !


(*) Topette : petit bidon qui se met dans la poche du maillot ou du cuissard du cycliste, et qui contient généralement un produit dopant.
(**) Recoupette : eau-de-vie provenant d'un mélange d'alcool de degré élevé et d'eau.
(***) Népète : plante appelée communément herbe aux chats. Cette plante contient de la népétalactone, un principe actif qui agit au niveau du système nerveux chez les chats, et qui provoque chez eux un effet euphorisant ou excitant. Certains disent que ses effets sont semblables à ceux du LSD ou de la marijuana.
réponse à . BOUBA le 06/01/2016 à 05h38 : Un voleur de pommes malchanceux qui prend la poudre d'escampette devant un ...
Je prépare le café et vous attendrez Enkidou pour sa tartine habituelle

Aujourd'hui, c'est les soldes : ce matin, ce sera deux tartines pou le prix d'une.

Les voisins du dessus ont tout dit sur l'escampette, du franco-provençal escampeto, ou descampeto, qui signifie fuite, évasion. Juga dis escampeto, prene la descampeto, c'est s'enfuir, se faire la malle, décamper. Mais que vient faire la poudre dans cette affaire ? Et pourquoi la prendre ? Rien n'est bien convaincant dans ce qu'ils nous ont raconté.

Des expressionautes nous donnent peut-être des pistes. On lit plus haut qu'en américain une expression équivalente à « prendre la poudre d'escampette » est « to take the powder », littéralement « prendre la poudre ». Et qu'on dit pareillement en espagnol « tomar el polvo ». L'escampette a pris sa poudre, mais la poudre est bien là : peut-on alors la faire parler ?

« Take the powder », prendre la poudre, signifie donc s'enfuir, se carapater, prendre la tangente, mais avec discrétion, sans se faire remarquer. Elle ferait référence à la « powder room », la salle à poudre, qui désignait le boudoir dans lequel ces dames allaient notamment se repoudrer le nez, ou plus si affinités – ce qu'on appellerait aujourd'hui les toilettes. Ainsi, lorsqu'une dame quittait discrètement une assemblée, et quel que fût par ailleurs le motif de son absence momentanée, plutôt que dire trivialement qu'elle était aux toilettes, on disait qu'elle était allée « take a powder room break », ou simplement « take a powder ».

Et voici la version espagnole, cousine de la précédente. « Tomar el polvo » signifie donc aussi jouer les filles de l'air, s'esquiver, se tirer en douce, ou en catimini. A l'origine, l'expression signifiait priser le tabac, de préférence fin et bien râpé comme dans la chanson. Ça se faisait beaucoup dans l'aristocratie au XVIIème siècle (dès le XVIème siècle, Catherine de Médicis, dit-on, prisait le tabac, réputé soigner les maux de tête ; les Desgrands-Lacour, les Lapeau-d'Effesses, les Engrand-Depompe en étaient également friands). Comme l'inhalation de poudre par le nez (qu'elle soit de tabac ou de quelque autre substance) fait éternuer - à ce qu'on dit, je n'ai jamais goûté -, on évitait de le faire en public : il était donc de bon ton de se retirer pour aller discrètement sniffer sa poudre. D'où le sens figuré de l'expression(*).

Ces explications très voisines, outre le fait qu'elles sont l'une et l'autre assez plaisantes, sont de plus cohérentes avec l'idée de discrétion qu'évoque l'expression « prendre la poudre d'escampette », idée qui me semble absente du simple descampeto.

Ainsi, si l'on suppose que l'expression « prendre la poudre », qu'elle soit de riz ou de tabac, a pu exister aussi en français, notre expression serait en quelque sorte une « expression-valise », née de la rencontre de deux expressions n'ayant a priori rien à voir l'une avec l'autre mais ayant des sens très proches : « prendre la poudre », pour s'éclipser discrètement, et «prendre la descampette», c'est-à-dire décamper.

D'accord, tout ça n'est que pure spéculation. Mais quand on ne sait pas, on peut bien inventer, non ?

(*) On disait aussi, pour la même activité, « ir a echar un polvo » (aller se mettre une poudre) ou simplement « echar un polvo ». En argot, cette expression a pris le sens de « tirer un coup». Quel rapport, si j'ose dire ? Élémentaire, mon cher Watson ! Une envie pressante de s'en mettre une petite dose dans le nez était un prétexte idéal pour se retirer momentanément, et en tout bien tout honneur, d'une mondanité quelconque. Cette habitude a ainsi servi de paravent à d'autres absences momentanées moins avouables, et en particulier à celles liées à des étreintes aussi fugitives qu'illégitimes dans les alcôves des palais.
C'est un curé qui dévale une pente en vélo ses freins ayant lâché.
Sur le bord de la route un paroissien jette de la poudre et le curé s'arrête.
Pourquoi?
réponse à . Oulala le 06/01/2016 à 09h24 : C'est un curé qui dévale une pente en vélo ses freins ...
C'était de la poudre arrêt-curé.
Dois-je le dire ?
J'ai arrêté de sniffer de l'herbe à chats. D'une part, ça n'agit que sur les chats et ensuite, ça finit par se voir.
réponse à . BOUBA le 06/01/2016 à 07h23 : Un peu d'uchronie: Que se serait il passé si Louis XVI n'avait pas pris ...
Que se serait il passé si Louis XVI n'avait pas pris la poudre d'escampette vers Varennes ?
Le boulanger, la boulangère et le petit mitron nous fourniraient les croissants tous les matins ce qui arrangerait bien les bidons de Diwan qui se lève à l'aube tous les dimanches et que c'est pas chrétien de la laisser s'épuiser un jour de repos.
Moins qu'une plaie au Nasme......
réponse à . bobinou le 06/01/2016 à 08h14 : j'ai souvent entendu(et employé)le verbe(s')escamper chez moi,d...
Enfin un copain ( copine ? ) Méridional (e ?)......

J'espère qu'on te relira......

Saharaa on n'est plus seuls au milieu de tous ces Nordistes.....
réponse à . Oulala le 06/01/2016 à 09h24 : C'est un curé qui dévale une pente en vélo ses freins ...
Et il allait pour célébrer les obsèques de Jean.
Une fois les meuneu-meuneu d'usage il jetta une poudre sur la tombe et Jean ressuscita.....pourquoi ?

C'était de la poudre déterre Jean.....
réponse à . BOUBA le 06/01/2016 à 05h50 : En 1897 il fut question des "Marquis de l'Escampette" suite &agra...
l'incendie du Bazar de la Charité

Bravo et merci pour ce lien. Cette affaire montre entre autres que ni la récupération politique ou religieuse des catastrophes, ni l'insondable bêtise, ne datent d'aujourd'hui.

La presse de l’époque a notamment stigmatisé l'attitude des « hommes du monde », qualifiés de « chevaliers de la pétoche » ou de « marquis d’escampette », qui n'auraient pas hésité à piétiner des femmes pour s'enfuir (les victimes ont été principalement des femmes).

Les religieux, dans leur registre, ne furent pas en reste : « le père Ollivier, à la cérémonie funèbre à Notre-Dame [...] présenta le désastre comme un nécessaire holocauste offert au ciel en réparation des crimes du gouvernement.  »

Nihil novi sub sole(*), diras-tu ...

(*) Correction faite à la suite du coup de règle sur les doigts, justifié, de Mintaka au #137.
réponse à . SyntaxTerror le 06/01/2016 à 09h49 : Que se serait il passé si Louis XVI n'avait pas pris la poudre d...
Bah elle a que ça à faire alors........
réponse à . Enkidou le 06/01/2016 à 10h00 : l'incendie du Bazar de la Charité Bravo et merci pour ce lien. Cette affa...
la récupération politique ou religieuse des catastrophes ne date pas d'aujourd'hui

En effet, c'est vieux comme le monde.....Néron n'avait il pas stigmatisé les chrétiens pour détourner les soupçons que nourrissait le peuple à son encontre suite au grand incendie de Rome ?

Divide ut reges, comme on dit vulgairement....

Bien beurrées tes tartines aujourd'hui.......
Plusieurs possibilités : descamps
Ce monsieur ayant provoqué la fuite d'un parti vers un autre...
Maquillage d'Annie le 6 janvier:
Yeux, joues... et pif Annie
La poudre des Campettes. C'est une cité ou les dealers vendent de la bonne. La bonne esclave alors ? beurk !
L'ivrogne au saloon:
- Mon rêve ce serait d'avoir un colt recouvert d'une poudre d'or...et toi, ton rêve ?
l'ivrogne: - mon rêve ? oh, l' verre !
- ton revolver, quoi ?
Et si c'était arme
Dans ce cas cette expression prends sens
réponse à . joseta le 06/01/2016 à 10h31 : L'ivrogne au saloon: - Mon rêve ce serait d'avoir un colt recouv...
réponse à . BOUBA le 06/01/2016 à 10h07 : la récupération politique ou religieuse des catastrophes ne date ...
Bien beurrées tes tartines aujourd'hui
Et pour leur donner un peu de piment j'ai pris la poudre d'Espelette ...
Je sais qu'une escopette c'est pas l'escampette mais c'est peut-être une évolution de l'orthographe due aux moines copistes (ou autre) ???
A tantôt
réponse à . joseta le 06/01/2016 à 10h14 : Maquillage d'Annie le 6 janvier: Yeux, joues... et pif Annie...
La France est un pays formidable.

Elle a fait la révolution, elle a guillotiné son roi, elle arbore fièrement la devise "liberté-égalité-fraternité" sur le fronton des édifices publics, la constitution de 1793 donne le pouvoir aux citoyens, elle a aboli les privilèges mais chacun s'accroche aux siens, elle claironne de par le monde son statut de république mais on y tire les rois, on couronne celui qui a la fève, le président de la République dirige le pays tel un monarque, il possède le droit d'accorder la grâce se plaçant ainsi au dessus de cette justice qui est le mot le plus galvaudé de la langue Française......

La France est en définitive une monarchie républicaine constitutionnelle dont le dirigeant est élu comme un président mais agit avec les mêmes pouvoirs qu'un roi....

Démocratie, justice, élections.......Tout ceci n'est que poudre aux yeux.....

Et pissétou...........
réponse à . Enkidou le 06/01/2016 à 10h40 : Bien beurrées tes tartines aujourd'huiEt pour leur donner un peu de ...
De la poudre d'Espelette sur des tartines beurrées pour le café du matin ?

Y reste un peu de confiture ?......
réponse à . Enkidou le 06/01/2016 à 10h00 : l'incendie du Bazar de la Charité Bravo et merci pour ce lien. Cette affa...
Nihil novi sub sole, tant qu'on y est...
réponse à . le gone le 06/01/2016 à 10h47 : Je sais qu'une escopette c'est pas l'escampette mais c'est p...
Voyons ce que nous dit M'sieur Rey ?

Escopette vient de l'italien schiopetto lui même issu du latin scloplus (bruit que l'on fait en tapant sur une joue gonflée)

On est loin de l'escampette.........cf # 83*

* Nan, nan suis pas allé voir les VDD, j'ai juste fait ctrl+f et j'ai tapé "Rey".......et toc !........

réponse à . Enkidou le 06/01/2016 à 09h05 : Dialogue - Sacrebleu ! Palsembleu ! Et saperlipopette ! Je vais ...
Crévindieu ! Ça c'est de la belle ouvrage ! Des tartines comme celles-là – dorées, croustillantes, grillées juste comme il faut – c'est un régal.

Avec elles, c'est à peine si on ose faire trempette dans le l'odorant café du matin que Bouba prépare avec un savoir-faire inégalé !

J'ai croqué les tartines mais gardé la confiture pour le Provençal avec l'insensé, le fol espoir qu'ainsi il ne m'invitera pas à prendre l'escampette pour excès de compliments pourtant mérités... Cela dit, il faut bien reconnaître qu'il sait faire le café l'accompagnant toujours de deux ou trois galéjades bien de là-bas dis !
réponse à . BOUBA le 06/01/2016 à 10h56 : La France est un pays formidable. Elle a fait la révolution, elle a gui...
Eh bien te voilà tout énervé mon Grand... ¿Qué pasa? Quelle poudre d'exaspérette qui te monte au nez ?
Te répondre demande du temps et du temps aujourd'hui, je n'en ai guère. Mais il y a bien un ci-devant citoyen ou citoyenne qui va le faire.
Comme tu dis souvent : il n'y a pas qu'Expressio dans la vie. Et là, il faut que j'y aille sinon vais être en retard chez les Desgrands-Lacour !
Meuh non suis pas énervé........suis lucide....c'est tout.

Bien le bonjour aux Desgrands-Lacour......Avec un nom pareil ils doivent être de purs républicains.....
Sans aller chercher bien loin, pensons à la touche "escape" de nos ordinateurs, qui permet de tout virer pour aller voir ailleurs !

Allez, comme on dit dans mon pays, je m'escampe .
réponse à . Mourguette34 le 06/01/2016 à 12h29 : Sans aller chercher bien loin, pensons à la touche "escape" de...
Il faut quand même remonter en #41à #43 puis en #79, #80 ... pour te démasquer !
réponse à . Mourguette34 le 06/01/2016 à 12h29 : Sans aller chercher bien loin, pensons à la touche "escape" de...
Les Herault ne s'escampent jamais !........
réponse à . SyntaxTerror le 06/01/2016 à 12h39 : Il faut quand même remonter en #41à #43 puis en #79, #80 ... pour t...
Sur mon clavier y a "Echap"......j'ai un ordi Français !
réponse à . Enkidou le 06/01/2016 à 09h19 : Je prépare le café et vous attendrez Enkidou pour sa tartine habit...
la poudre est bien là : peut-on alors la faire parler ?
Je conseille la méthode douce : j'ai essayé de la secouer pour faire parler la poudre : elle a pris feu.
réponse à . BOUBA le 06/01/2016 à 12h46 : Sur mon clavier y a "Echap"......j'ai un ordi Français&nbs...
Ça doit être ça, le mien est marqué : Made in People's Republic of China. Heureusement, le clavier possède des caractères Latins.
réponse à . BOUBA le 06/01/2016 à 11h08 : Voyons ce que nous dit M'sieur Rey ? Escopette vient de l'italie...
j'ai juste fait ctrl+f et j'ai tapé "Rey".
Comme quoi il ne faut jamais désespérer ! Tu as enfin retenu nos leçons... 
Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage,
Polissez-le sans cesse et le repolissez,
Pffff... L'impudence de cet homme me surprendra toujours...
Si j'étais comme toi, je dirais : Pour les croissants de dimanche prochain, tu peux te brosser !
Mais comme je ne suis pas comme toi, tu ne crieras pas "Famine" au prochain déjeuner dominical .

Syntax lui, homme sage et sensé, reconnaît mon calvaire ! Si, si ! Ne dit-il pas @ 120 : ...Diwan qui se lève à l'aube tous les dimanches et que c'est pas chrétien de la laisser s'épuiser un jour de repos.
Pierre Boulez (90 ans) vient de prendre la poudre d'escampette... Au fond des cieux, il a fait son trou et ne verra plus jamais couler l'eau sous les ponts de chez nous*.

Compositeur applaudi dans le monde entier... mais j'ai du mal avec sa musique.J'écouterais Amadeus, Jean-Sébastien, Django pendant des heures. Cinq minutes de Boulez me suffisent...

Mais il savait aussi proposer et diriger des musiques de compositeurs contemporains, tels Mahler ou Schoenberg ({http://www.arte.tv/fr/boulez-schoenberg/2070222,CmC=2507562.html|comme ici]) plus accessibles à nos oreilles... n'est-il pas ?

*Merci Georges B.
Il y a, au jardin public, une balançoire dont le portique est constitué de vieilles poutres. Quand les enfants vont y jouer, je leur dis toujours : surtout, ne prenez pas la poutre de l'escarpolette !
réponse à . DiwanC le 06/01/2016 à 13h48 : j'ai juste fait ctrl+f et j'ai tapé "Rey".Comme quoi il ne faut...
Oui, j'en avais marre de me lever pour bisser....
réponse à . Enkidou le 06/01/2016 à 14h23 : Il y a, au jardin public, une balançoire dont le portique est constitu&ea...
Joseta ! Y a de la concurrence !!
réponse à . DiwanC le 06/01/2016 à 14h21 : Pierre Boulez (90 ans) vient de prendre la poudre d'escampette... Au fond des ci...
Vient aussi de prendre la poudre d'escampette à 90 ans Silvana Pampanini, comédienne italienne, Miss Italie en1946 qui a tourné plusieurs films en France dont Koenigsmark d'après Pierre Benoit. On l'avait surnommée Nini Pampan. Elle avait encore tenu un rôle dans le film (sans doute pas inoubliable) Tre Stelle de Pier Francesco Pingitore en 1999.
Je me marre ! 
réponse à . SyntaxTerror le 06/01/2016 à 14h56 : Vient aussi de prendre la poudre d'escampette à 90 ans Silvana Pampa...
On a l'impression que tous ces défunts se sont retenus pour mourir... un peu comme s'ils ne voulaient pas gâcher les fêtes de fin d'année de ceux qui les entourent
réponse à . Enkidou le 06/01/2016 à 14h23 : Il y a, au jardin public, une balançoire dont le portique est constitu&ea...
Ah quittez cet air ironique, croyez moi chèreu Véronique.
réponse à . SyntaxTerror le 06/01/2016 à 14h56 : Vient aussi de prendre la poudre d'escampette à 90 ans Silvana Pampa...
Et André Turcat aussi a pris la poudre d'escampette dans un ciel qu'il a si souvent caressé.......
réponse à . DiwanC le 06/01/2016 à 15h02 : On a l'impression que tous ces défunts se sont retenus pour mourir.....
Oh ma belle mère ne nous aurait pas gâché les fêtes......
réponse à . SyntaxTerror le 06/01/2016 à 14h56 : Vient aussi de prendre la poudre d'escampette à 90 ans Silvana Pampa...
C'est sûr qu'à côté de Claudia Cardinale ou Sofia Loren........c'est de la poudre de perlimpampanini....
réponse à . DiwanC le 06/01/2016 à 13h59 : Pffff... L'impudence de cet homme me surprendra toujours... Si j'étais co...
T'inquiète avant que je crie famine avec mes 0,115 tonnes !.......
réponse à . SyntaxTerror le 06/01/2016 à 15h04 : Ah quittez cet air ironique, croyez moi chèreu Véronique....
Elle chantait pas avec Marcel Merguez ?......
Elle était mignonne Mariette...
Fallait la voir danser ! Telle une gigolette, elle jouait des gambettes !
Elle n'aimait guère l'andouillette mais raffolait des paupiettes et se délectait avec de simples coquillettes.
Les soirs d'été, elle s'attardait sous la gloriette avant de rejoindre son époux dans leur chambrette et se livrer – chut ! – à quelques galipettes...

Elle eut un chien qu'elle aurait voulu appeler Trompette... ou Choupette... mais ça ne convenait au molosse. Elle désirait pourtant un nom en "ette". Ce fut Escampette, ce qui ne collait guère plus à ce chien-loup, ce chien fou, aux réactions aussi imprévisibles qu'un orage de printemps.

Les voisins disaient de lui :
- Faut se méfier des coups de foudre d'Escampette !

Tudieu et saperlipopette ! Quel boulot ! Soyez tranquilles les joueurs de mots d'ici, suis pas près de vous faire de la concurrence. J'ai cru que je n'en sortirais jamais de cette histo...riette ! 
réponse à . DiwanC le 06/01/2016 à 16h31 : Elle était mignonne Mariette... Fallait la voir danser ! Telle une ...
ce chien-loup

Qui entre chien et loup partait en quête d'une petite biquette appellée Blanquette.
Il ne fit qu'une bouchée de la pauvrette.......
réponse à . BOUBA le 06/01/2016 à 18h28 : ce chien-loup Qui entre chien et loup partait en quête d'une petite b...
Il a mangé Blanquette, il n'était pas dévot ...
BOUBA a raison : les joutes* vont être rudes ! 

* de bœuf bien sûr !
D'où Décamper...
A l'origine, on disait: "Prendre la foudre des trompettes". L'expression vient d'un malencontreux orage qui, au XII ème siècle a semé la panique dans la fanfare de Sauvkipeu, un charmant petit village de Savoie Maritime.

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Prendre la poudre d'escampette » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

publicité
Expressio - le livre

Le contenu de ce site est si riche qu’un livre en a été tiré. Ce livre, devenu un best-seller est maintenant disponible en poche.

Ce commentaire ainsi que les réponses qui y sont liées, seront définitivement supprimés. Etes-vous sûr?