Les expressions françaises décortiquées
explications sur l'origine, signification, exemples, traductions

Sortir de ses gonds

Se mettre brutalement en colère, s'emporter

Origine

Lorsgu'on est enrhubé, on beut facilebent dire gu'on est cerné par les gons. Et, contrairement à ce que prétend notre expression, on ne peut rien pour s'en sortir, sauf à aller vivre en ermite au fin fond d'une grotte en Sibérie. Et encore !
Mais une fois le rhume soigné[1], on reste cerné par les gonds, puisqu'on en trouve à quasiment toutes les ouvertures du logement, là où ils permettent de parfaitement guider le mouvement de la porte. Car imaginez un peu la corvée que serait les ouvertures et fermetures des nombreuses portes d'une habitation si les gonds n'existaient pas ! Peut-être qu'on n'aurait pas de portes ; ou que des ouvertures coulissantes ; allez donc savoir !
Toujours est-il que les gonds servent à la fois à maintenir associé à son cadre le panneau qui sert de porte, et à guider ses mouvements.
C'est au XVIe siècle que le gond, cet accessoire de quincaillerie qui permet donc de contrôler le mouvement d'une ouverture, est utilisé dans des métaphores où, justement, il désigne ce qui est contrôlé. C'est ainsi que « se tenir sur ses gonds » voulait dire « rester raisonnable ».
Notre expression apparaît un siècle plus tard. Cette fois, celui qui ne se tient pas sur ses gonds, perd sa raison ou son contrôle et explose de colère.
[1] Pour rappel, il est coutume de dire qu'un rhume soigné avec des médicaments adaptés disparaît en une semaine alors que si on le le laisse se soigner tout seul, il sera guéri au bout de sept jours. À vous de choisir la meilleure solution.

Exemple

« Le maire (PS) d’Angoulême, Philippe Lavaud, est sorti de ses gonds en découvrant une dizaine de photos personnelles sur le réseau social Facebook accompagnées de propos calomnieux d’un groupe d’opposants. »
Libération - Article du 11 février 2010

Ailleurs

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Sortir de ses gonds » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici.

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d'utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d'erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays Langue Expression équivalente Traduction littérale
Tunisie Arabe Khraj minn sihtou Sortir de ses bons esprits
Allemagne Allemand Aus der Haut fahren Sortir de la peau
Angleterre Anglais To fly off the handle S'envoler / décoller de la poignée
États-Unis Anglais To be out of one's gourd Etre de sa gourde
États-Unis Anglais To become unhinged Sortir de ses gonds
États-Unis Anglais To blow a gasket Péter un joint
États-Unis Anglais To go ballistic Devenir balistique
États-Unis Anglais To hit the roof Frapper le toit
États-Unis Anglais To lose it 'Le' perdre (son calme, son sang-froid, sa maîtrise de soi, etc.)
Argentine Espagnol Sacar de quicio Sortir des gonds
Argentine Espagnol Salirse de sus casillas Sortir de ses boites
Colombie Espagnol Salirse de los chiros Sortir de ses haïllons
Colombie Espagnol Salirse de los chiros Sortir de ses haïllons
Colombie Espagnol Salirse de los chiros Sortir de ses haïllons
Cuba Espagnol Perder un tornillo Perdre une vise
Espagne Espagnol Perder los estribos Perdre les étriers (= S'énerver / S'impatienter)
Espagne Espagnol Perdre els estreps (catalan) Perdre les étriers
Espagne Espagnol Sacar de quicio (a alguien) Sortir d'encadrement (à quelqu'un)
Espagne Espagnol Salir de sus casillas Sortir de ses gonds
Canada Français Péter / sauter sa coche
Canada Français Piquer une crise Faire une crise d'hystérie
Italie Italien Uscire dai gangheri Sortir de ses gonds
Belgique Néerlandais Over de rooie gaan Aller au dela de son rouge
Belgique Néerlandais Uit zijn sloffen schieten Sortir (litt. 'tirer') de ses savattes
Pays-Bas Néerlandais Door de rooie gaan Dépasser "le rouge"
Pays-Bas Néerlandais Het bloed naar zijn/haar hoofd voelen stijgen Sentir monter (la pression) du sang vers la tête
Pays-Bas Néerlandais Uit zijn vel springen Sauter de sa peau
Pologne Polonais Wyjść z siebie Sortir de soi-même
Brésil Portugais Perder as estribeiras Perdre les étriers
Roumanie Roumain A i se sui sângele la cap Se faire monter le sang à la tête
Roumanie Roumain A scoate din țâțâni Sortir des gonds
Roumanie Roumain A-i sări (cuiva) muștarul / țandăra Se faire sauter la moutarde / l'écharde (à quelqu'un)
Roumanie Roumain A-și ieși din fire / din pepeni / din sărite/ din țâțâni Sortir de son tempérament/ de ses melons/ de ses esprits/ de ses gonds
Roumanie Roumain A-si iesi din minti Sortir de sa cervelle
Russie Russe Сорваться с катушек Sortir de ses bobines
Ajouter une traduction

Commentaires sur l'expression « Sortir de ses gonds » Commentaires

  • #1
    • <inconnu>
    • 04/08/2010 à 00:57
    Dans la cohue du marché, un con m’a marché sur le pied. Je lui ai dit: "Fais gaffe ou tu marches, charnière.(Charnière: Espèce de gond)😄
  • #2
    • momolala
    • 04/08/2010 à 04:36
    Je vous laisse savourer, si vous le souhaitez, la première proposition de ce paragraphe copié dans Wikipedia, qui conteste sans citer ses sources la date d’apparition de l’expression du jour telle que nous la donne God :
    "(Vers 1165) le pesne et les gons ; (Vers 1535) [mettre qqn] hors des gons. Du bas-latin gomphus (« gond »), issu du grec γόμφος, gomphos (« gond »)."
  • #3
    • flexique
    • 04/08/2010 à 06:54
    - Was ist das ?
    - Petite fenêtre…
    - Espèce de gond !
  • #4
    • flexique
    • 04/08/2010 à 06:55
    • En réponse à momolala #2 le 04/08/2010 à 04:36 :
    • « Je vous laisse savourer, si vous le souhaitez, la première proposition de ce paragraphe copié dans Wikipedia, qui conteste sans citer ses so... »
    Le Pen et les gons ? Jamais très éloignés…
  • #5
    • deLassus
    • 04/08/2010 à 07:36*
    • En réponse à momolala #2 le 04/08/2010 à 04:36 :
    • « Je vous laisse savourer, si vous le souhaitez, la première proposition de ce paragraphe copié dans Wikipedia, qui conteste sans citer ses so... »
    Je vous laisse savourer...

    M’étant beaucoup adonné à cet exercice de vérification des sources de God (même que ce me fut sévèrement et justement reproché), je savoure en effet, mais brièvement.
    Car l’ami wiki ne fait que pratiquement copier/coller, comme moi ci-dessous, le TLFi, qui à ma connaissance est fiable :
    "Prononc. et Orth. : []. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Ca 1165 le pesne et les gons ([CHR. DE TROYES], Guillaume d’Angleterre, éd. M. Wilmotte, 397); d’où ca 1535 fig. [mettre qqn] hors des gons (Moral de tout le monde, 157 ds Rec. gén. des Sotties, éd. E. Picot, t. 3, p. 23). Empr. au b. lat. gomphus « gond »"
    Je ne vois pas de contradiction entre le TLFi et ce que nous donne God.
  • #6
    • <inconnu>
    • 04/08/2010 à 08:17*
    • En réponse à flexique #3 le 04/08/2010 à 06:54 :
    • « - Was ist das ?
      - Petite fenêtre…
      - Espèce de gond ! »
    Ce sont deux Alsaciens qui s’enguirlandent:
    «Charnière !»
    L’autre consulte le dictionnaire: Charnière: espèce de gond...
    Que les Alsaciens me pardonnent s’il y a lieu.
    nota à benêts: deux expressions aujourd’hui ? du 3 Et du 4 août ??? As-t-on prévenu Majax qu’il y avait un truc ?
  • #7
    • chirstian
    • 04/08/2010 à 08:18
    • En réponse à momolala #2 le 04/08/2010 à 04:36 :
    • « Je vous laisse savourer, si vous le souhaitez, la première proposition de ce paragraphe copié dans Wikipedia, qui conteste sans citer ses so... »
    ta citation rappelle que le pluriel de gond a été "gons" avant "gonds". D’où le verbe "engoncer" -et non engonder- qui décrit bien une attitude physique , par comparaison avec le pivot enfoncé dans le gond.
  • #8
    • cotentine
    • 04/08/2010 à 08:27
    • En réponse à <inconnu> #6 le 04/08/2010 à 08:17* :
    • « Ce sont deux Alsaciens qui s’enguirlandent:
      «Charnière !»
      L’autre consulte le dictionnaire: Charnière: espèce de gond...
      Que les Alsaciens m... »
    c’est justement ce qu’a rapporté Machin en # 1 !!! (il est lorrain)
    Momo (#2), je suis d’accord avec Delassus (#5), y’a pas contradiction avec God, 1535 c’est bien depuis le XVI ème siècle, non ? ... qu’on peut sortir de ses gonds 😄 mais je n’en abuserai pas ...je reste cool et jamais je ne pète un câble, ni un boulon !
  • #9
    • chirstian
    • 04/08/2010 à 08:37
    • En réponse à chirstian #7 le 04/08/2010 à 08:18 :
    • « ta citation rappelle que le pluriel de gond a été "gons" avant "gonds". D’où le verbe "engoncer" -et non engonder- qui décrit bien une attit... »
    le pivot enfoncé dans le gond
    après vérification, le gond est la partie mâle, fixée au chambranle. Mais comment s’appelle la femelle ? Comment ? Qui a dit : on chambranle ? Dans certains catalogues de bricolage on parle de gond femelle. Est-ce politiquement correct ? S’il n’y a point g mais c... Oui, mais en même temps : s’il y a point G, il faut le trouver. Pour ne pas rester gond. Lorsqu’on parle de volets c’est la "penture" qui tient le battant et se fiche sur le gond. Mais il faut la huiler un peu, pour que ça ne grince pas, et la penture à l’huile c’est bien difficile... La penture c’est l’aventure, quoi !
  • #10
    • <inconnu>
    • 04/08/2010 à 08:43
    • En réponse à chirstian #7 le 04/08/2010 à 08:18 :
    • « ta citation rappelle que le pluriel de gond a été "gons" avant "gonds". D’où le verbe "engoncer" -et non engonder- qui décrit bien une attit... »
    Ce qui a donné gône chez les Lyonnais ?
  • #11
    • mickeylange
    • 04/08/2010 à 08:45*
    Gond
    Dong
    Anna Gong
  • #12
    • <inconnu>
    • 04/08/2010 à 08:45
    • En réponse à chirstian #9 le 04/08/2010 à 08:37 :
    • « le pivot enfoncé dans le gond
      après vérification, le gond est la partie mâle, fixée au chambranle. Mais comment s’appelle la femelle ? Comm... »
    la penture à l’huile c’est bien difficile
    mais c’est bien plus beau que la peinture à l’eau ! 😛
  • #13
    • <inconnu>
    • 04/08/2010 à 08:49*
    • En réponse à cotentine #8 le 04/08/2010 à 08:27 :
    • « c’est justement ce qu’a rapporté Machin en # 1 !!! (il est lorrain)
      Momo (#2), je suis d’accord avec Delassus (#5), y’a pas contradiction av... »
    1535
    vingtième anniversaire de... Devnez ? Un indice: François 1er
    remarque:: qu’est-ce que l’on peut sortir comme trucs à la gond... 😛
    apparemment c’est à qui mettra le déconophone le plus fort possible
  • #14
    • syanne
    • 04/08/2010 à 08:52
    • En réponse à chirstian #7 le 04/08/2010 à 08:18 :
    • « ta citation rappelle que le pluriel de gond a été "gons" avant "gonds". D’où le verbe "engoncer" -et non engonder- qui décrit bien une attit... »
    Si on est hors de ses gonds, c’est qu’on a la tête près du bonnet ( cette page ). Quand on est engoncé, c’est qu’on a « le cou enfoncé dans les épaules » (Greimas et Keane) : on a donc la tête sur les épaules (expressio, 27 juin 2011). Or si on a la tête sur les épaules, on ne sort pas de ses gonds (ce qui a en outre le mérite d’éviter d’être dans la mouise jusqu’au cou, puisqu’on n’en a pas). Moralité : mieux vaut avoir les épaules près du bonnet (nouvelle expression pour faire durer expressio un jour de plus).
  • #15
    • God
    • 04/08/2010 à 08:52
    • En réponse à <inconnu> #13 le 04/08/2010 à 08:49* :
    • « 1535
      vingtième anniversaire de... Devnez ? Un indice: François 1er
      remarque:: qu’est-ce que l’on peut sortir comme trucs à la gond... 😛
      app... »
    Euh ? La création de l’aéroport de Marignane, peut-être ?
  • #16
    • momolala
    • 04/08/2010 à 09:08
    • En réponse à deLassus #5 le 04/08/2010 à 07:36* :
    • « Je vous laisse savourer...
      M’étant beaucoup adonné à cet exercice de vérification des sources de God (même que ce me fut sévèrement et just... »
    Tu as tout à fait raison, l’insomnie m’a été mauvaise conseillère, mais la saveur était ailleurs, là où Flexique l’a trouvée. Je n’étais pas assez éveillée pour me rendre compte que le 1535 que je citais se situait précisément au XVI ème siècle. Dont acte.
  • #17
    • cotentine
    • 04/08/2010 à 09:12
    • En réponse à momolala #16 le 04/08/2010 à 09:08 :
    • « Tu as tout à fait raison, l’insomnie m’a été mauvaise conseillère, mais la saveur était ailleurs, là où Flexique l’a trouvée. Je n’étais pas... »
    comment, insomnie ? dans ton beau, grand nouveau lit ? réclamations !!! 😉
    peut-on rapprocher cette expression de cette autre ? cette page qui montre aussi un réveil brutal de l’ire ?
  • #18
    • mickeylange
    • 04/08/2010 à 09:15
    N’oublions pas, les fiches à lacet, les paumelles* et les paumelles à vases, les charnières à piano, les charnières de paravent, le pivot à renvoi à douille, le compas de table, la charnière dos-d’âne, le briquet scolaire, le pivot d’abattant, la fiche d’horloge, la fiche Anuba, et la célèbre fiche à larder.
    • contrairement à la charnière, la paumelle se démonte. Elle sort de ses gonds, comme Germaine.
  • #19
    • charlesattend
    • 04/08/2010 à 09:19*
    • En réponse à mickeylange #18 le 04/08/2010 à 09:15 :
    • « N’oublions pas, les fiches à lacet, les paumelles* et les paumelles à vases, les charnières à piano, les charnières de paravent, le pivot à... »
    impressionant ! S’il n’était pas indétronable , le roi des gonds aurait du souci à se faire !! 😉
  • #20
    • mickeylange
    • 04/08/2010 à 09:26
    • En réponse à charlesattend #19 le 04/08/2010 à 09:19* :
    • « impressionant ! S’il n’était pas indétronable , le roi des gonds aurait du souci à se faire !! 😉 »
    Comme le dit Patrick Timsit, tous les ans il y a de plus en plus de cong. Mais cette année j’ai l’impression que ceux de l’année prochaine sont déjà là.